Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge

 | 
Claire Boudreau
, 
Kouky Fianu
, 
Claude Gauvard
, 
et al.

Deuxième partie. Langues, agents, réseaux

Courriers et messages : un réseau de communication à l’échelle urbaine dans les pays d’Empire à la fin du Moyen Âge

Pierre Monnet

Texte intégral

  • 1 Kl. Hübner, « “Nüwe mer us Lamparten”. Entstehung, Organisation und Funktionsweise spätmittelalter (...)
  • 2 P. Hofer, Die Kunstdenkmäler des Kantons Bern, I. Die Stadt Bern, Bâle, 1952, (Kunstdenkmaler der (...)
  • 3 A. Wyss, Die Post in der Schweiz, Berne-Stuttgart, 1988, p. 37.
  • 4 O. Lauffer, « Der laufende Bote im Nachrichtenwesen der früheren Jahrhunderte. Sein Amt, seine Aus (...)
  • 5 M. Moser, Das Basler Postwesen, Heerbrugg, 1972 ; V. Groebner, Gefährliche Geschenke. Ritual, Poli (...)

1Qui pénétrait dans la ville de Berne un peu avant le milieu du xvisiècle devait emprunter le seul pont fortifié de la ville jeté sur l’Aar, l’Untertorbrücke édifié en 1461, et débouchait sur une place révélant en son centre l’emblème monumental de la cité, la célèbre fontaine au messager ou Läuferbrunnen (fig. 1.) Cette fontaine, dont on connaît le rôle généralement central dans l’espace public de la ville médiévale, et qui servait d’ailleurs à désaltérer tous les voyageurs de passage, messagers compris, était surmontée d’une colonne dont le sommet supportait la statue d’un messager à pied équipé d’une pique, d’un pectoral de coursier tel qu’on le connaît ici depuis 1375, d’une boîte à lettres, de l’habit mi-parti que décrivent les serments des messagers de 1426 et 14731. Un ours est posé à ses pieds : l’ours de Berne (animal ornant les armes de la ville), lui-même désigné par un véritable jeu de miroir en messager du Conseil avec sa pique, son costume d’officier citadin à deux couleurs et un pectoral de coursier. Aucun autre magistrat, aucun autre officier, n’a eu droit à un tel honneur et n’a reçu le privilège de devenir le symbole même de la communauté citadine, un corps politique informé, en mouvement et portant les couleurs de la cité au loin2. Non loin de là, à Bâle3, on peut aujourd’hui encore apercevoir une statue placée sur la façade de l’Hôtel du Conseil rappelant la figure d’un messager mort en 1444 pour s’être épuisé, tel un coureur de marathon, à porter depuis Strasbourg l’annonce d’une attaque imminente de troupes armagnacques contre la ville4 (fig. 2). Dans le même Hôtel, une peinture aujourd’hui disparue avait été commandée par le Conseil de ville et placée au-dessus de la porte d’entrée de la salle de réunion des conseillers : elle représentait un messager peint de telle sorte qu’il remettait symboliquement une lettre à chaque magistrat, dans une posture qui devait sans doute rappeler le Gabriel de l’Annonciation5. L’Hôtel du Conseil était donc érigé en lieu conjoint de la nouvelle et du pouvoir où l’on ne se décide qu’après avoir été informé.

  • 6 Von der stette ampten. Codex Fuldensis D 31 de Fulda et Codex Mgq 13 de Berlin. Éd. par tt. Wolf, (...)
  • 7 Ibid., p. 57.
  • 8 R. Jecht, « Die Pflichten eines mittelalterlichen Bürgermeisters », Deutsche Geschichtsblätter, 10 (...)
  • 9 Ibid., p. 100-101.
  • 10 H. Wenzel, Die Autobiographie des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit, II. Die Selbstdeutun (...)
  • 11 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, cod. 687 (1069).
  • 12 H.-D. Heimann, Wie men wol eyn statt regyrn sol. Didaktische Literatur und berufliche Schreiben de (...)

2Cette conception se retrouve dans plusieurs traités de gouvernement urbain de la même époque, qui érigent la messagerie en une mission essentielle de l’administration citadine et soulignent l’importance non seulement de l’information mais aussi des relations extérieures pour une cité. Ainsi Johannes Rothe (1387-1434), notaire de la ville de Eisenach en Thuringe, est-il l’auteur entre 1400 et 1415 de poèmes politico-didactiques rédigés en moyen-allemand et intitulés « Des offices de la cité »6. On peut y lire, à grands renforts de citations du De Regimine Principum de Gilles de Rome et du Policraticus de Jean de Salisbury, un parallèle fondé sur une métaphore organique du corps humain entre l’administration de la ville et le corps social urbain, l’un et l’autre étant irrigués par une circulation incessante de messagers auxquels un paragraphe particulier est consacré7. Un demi-siècle environ plus tard, en 1476, c’est au tour d’un certain Magister Johannes Frauenburg, greffier du Conseil de la ville de Görlitz, ville située aux confins de la Saxe et de la Silésie et qui possède d’ailleurs l’une des comptabilités urbaines les mieux tenues et les plus continues de la fin du Moyen Âge, de remettre au premier magistrat de la cité, comme cadeau du nouvel an, une sorte de mémoire sur le parfait bourgmestre dont l’attitude et les compétences doivent propager au dehors l’honneur de la ville8. Parmi ses premiers devoirs figure celui de veiller à l’expédition des courriers de la ville qui doivent être rédigés en style correct et portés par de bons messagers. Il doit aussi ne laisser aucune lettre sans réponse, car c’est à ce signe que l’on reconnaîtra la prévoyance du bon conseiller. De même il doit recevoir toutes affaires cessantes un Bote venu de l’extérieur, l’écouter, lire ses messages et tenir compte des avertissements donnés car, écrit notre greffier, il travaille ainsi pour le Bien commun (gemein gutte) et ne suit pas l’exemple de l’empereur Julius (comprenons César) qui n’aurait pas été assassiné s’il avait agi de la sorte9. Le dernier exemple sera emprunté au traité de Bon gouvernement urbain rédigé en 1495 par Johann von Soest (1448-1506), chantre de la chapelle du landgrave de Hesse puis médecin des princes-électeurs à la diète de Worms avant de finir comme médecin appointé du Conseil de la ville de Francfort10. Les douze chapitres de ce court traité intitulé Wie men wol ein statt regyrn soil et écrit en moyen-haut-allemand décrivent une cité idéale11. Les deux derniers chapitres traitent du gouvernement urbain en temps de paix et de guerre et dans le tout dernier paragraphe qui brosse le portrait du bourgmestre idéal au service du Bien de la Commune (Wohl der Gemeinde), Johann von Soest résume les qualités et vertus du bon gouvernant, parmi lesquelles on trouve le devoir et la capacité de recevoir nuit et jour les envoyés et messagers de toute nature et de leur confier aussitôt une réponse12.

  • 13 Quelques titres récents sur la notion de Bien commun : W. Eberhard, « Der Legitimationsbegriff des (...)
  • 14 Aegidius Romanus, De regimine Principum, II/1, 3 de l’édition romaine de 1556 réimpr., Aalen, 1956, (...)
  • 15 J. Zulliger, « “Ohne Kommunikation würde Chaos herrschen”. Zur Bedeutung von Informationstausch, B (...)
  • 16 Ambrogio Lorenzetti. Il Buon Governo, E. Castelnuovo éd., Milan, 1995.

3Ces quelques extraits et exemples donnent à connaître une pensée politique, nourrie pour une grande part de droit romain, qui intègre la dimension de l’information et de la communication dans la notion plus générale de Bien commun et d’utilitas publica de la cité, parce que la communication est liée au pouvoir et à l’organisation de la société13. Comme l’écrit Gilles de Rome dans le De regimine principum, donnant à la communication un sens proche de l’emploi actuel tout en lui conservant son sens premier de communion religieuse au sein d’un monde chrétien où l’exclusion se fait précisément par ex-communication, la communauté / domus est une societas et communicatio personarum habitantium in una domo14. Avant lui et plus brutalement, Bernard de Clairvaux avait déjà exprimé combien régnerait un chaos magnum sans une communicatio cordium et cogitationum, justifiant ainsi l’excommunicatio pour se protéger de qui la troublerait15. Il suffit également, dans un autre ordre d’idées, de penser à la fresque du Bon Gouvernement de Sienne, dont l’allégorie de la Securitas réunit dans une même iconographie la route, la marchandise, le sauf-conduit et le messager représenté à la fois à cheval et à pied16.

  • 17 G. Althoff et L. Siep, « Symbolische Kommunikation und gesellschaftliche Wertesysteme vom Mittelal (...)
  • 18 Voir sur ces modèles d’interprétation, l’introduction de Die Bedeutung der Kommunikation für Wirts (...)
  • 19 C’est peu ou prou la thèse encore défendue par W. Faulstisch, Medien und Öffentlichkeit im Mittela (...)
  • 20 On en retrouve les traces dans les grandes études de réseaux marchands tout au long du xxe siècle  (...)
  • 21 Origo, Le marchand de Prato. La vie d’un banquier toscan au xive siècle, Paris, 1959.
  • 22 Déjà W. von Stromer avait attiré l’attention sur le fait que la maîtrise des nouvelles et de la co (...)

4Cette remarque touchant au lien entre communication et communauté d’une part et ordre citadin et Bien Gouverner de l’autre paraît importante à deux titres. En premier lieu parce qu’elle est de nature à répondre à l’une des questions soulevées par la thématique du présent colloque : celle de savoir quel type de rationalité est à l’œuvre dans l’opération d’information pratiquée par un pouvoir et quel système de valeurs est reflété par le choix d’une forme précise de communication17. En second lieu, et ce point découle du premier, la dimension politique de l’information et de la communication suggérée par les sources citées en introduction invite à réviser un modèle d’interprétation qui a longtemps vu dans la construction d’un réseau de communications, de routes et de messageries à l’échelle urbaine une initiative marchande pour répondre aux besoins économiques du commerce lointain18, bref à faire de la poste le produit et l’instrument du capitalisme naissant19. Ce paradigme économique20, décalque du modèle interprétatif tendant à définir la ville médiévale comme l’émanation de la bourgeoisie marchande, et qui s’est trouvé longtemps incarné par les quelque 140 000 lettres de la correspondance de Francesco di Marco Datini de Prato (v. 1335-1410)21, est aujourd’hui largement soumis à inventaire22.

  • 23 J’emprunte l’expression à P. Johanek dir., Städtische Geschichtsschreibung im Spätmittelalter und (...)
  • 24 Kommunale Bündnisse Oberitaliens und Oberdeutschlands im Vergleich, H. Maurer dir., Sigmaringen, 1 (...)
  • 25 Sur ces points, voir l’approche bibliographique récente des titres de la bibliographie raisonnée f (...)
  • 26 Y. Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 (...)
  • 27 A. Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et (...)
  • 28 J.-M. Cauchies, « Messageries et messagers en Hainaut au xve siècle », Le Moyen Âge, 82 (1976), p. (...)
  • 29 La circulation des nouvelles au Moyen Âge, xxive Congrès de la SHMESP (Avignon 1993), Paris-Rome, (...)
  • 30 L. Buchholzer-Rémy, L’intercommunalité en Franconie à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat d’His (...)
  • 31 C’est également l’ambition du Sonderforschungsbereich dirigé à l’université de Bielefeld, entre au (...)
  • 32 W. von Stromer, Oberdeutsche Hochfinanz, op. cit. ; L. Sporhan-Krempel, Nürnberg als Nachrichtenze (...)

5Je m’inscrirai volontiers pour ma part dans cette tentative de réévaluation qui vise à lire les modes de la communication urbaine à la lumière de la nature propre du corps politique citadin au Moyen Âge, corps conçu comme une communauté du droit et du souvenir23. Cette relecture doit aussi se faire à l’aune de l’augmentation générale de la circulation de l’écrit, de la transformation des procédures d’enregistrement administratif et comptable, et de la construction de systèmes politiques fondés sur l’union et l’association tels que les ligues urbaines24 ou la Hanse en offrent un exemple dans les pays germaniques de l’Empire aux xive et xve siècles25. En France, les travaux d’Yves Renouard sur les courriers d’Avignon26, d’Albert Rigaudière sur Saint-Flour27, de Jean-Marie Pesez et Jean-Marie Cauchies sur la principauté bourguignonne28, ainsi que le volume des actes du Congrès des Médiévistes sur la circulation des nouvelles29 ont bien montré que le service des agents extérieurs était constitutif du fonctionnement d’une administration. Une thèse récente30, fondée sur l’étude du cas nurembergeois, vient confirmer une telle conclusion et montre que, depuis une quinzaine d’années, plusieurs travaux d’historiens allemands ont également été dans ce sens31. Dans une étude plus ancienne, reposant d’ailleurs sur Nuremberg qui semble exercer de ce point de vue, au sein de l’historiographie française et allemande, une véritable fascination due sans doute à la séduction qu’exercent les cas d’exception (Nuremberg, c’est pour ainsi dire « l’Italie en Allemagne »), Wolfgang von Stromer soulignait bien qu’arriver au Conseil, c’était parvenir à l’information32.

  • 33 A. Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft (1380-1530), op. cit., t. 1, p (...)

6Trois exemples suffiront à illustrer cette nécessité de redonner sa juste part à la dimension politique et symbolique de la communication urbaine. Le premier est emprunté à l’histoire de la Grande Compagnie de Ravensbourg qui, de 1380 à 1530 depuis son siège de Ravensbourg et ses filiales souabes, étendait ses tentacules commerciaux de Milan et Venise jusqu’à Londres et Anvers, et de Majorque, Barcelone et Toulouse jusqu’à Vienne et Breslau. On aurait pu aisément imaginer à une telle échelle l’existence d’un réseau autonome de messageries de commerce entre tous ces comptoirs. Or, la seule lecture du registre des 95 courriers expédiés par la filiale de Bruges pour Tannée 1477 et 1478 montre que seuls 34 envois furent pris en charge par des facteurs ou marchands de la société, les deux tiers restant étant acheminés par des coursiers urbains habituels, particulièrement ceux de Cologne, qui se sont chargés de 22 expéditions importantes, soulignant ainsi le rôle de plaque tournante occupée par cette ville entre les Flandres et la haute Allemagne et, au-delà, l’Italie septentrionale33.

  • 34 Dossier extrait de H. Ammann, « Vom geographischen Wissen einer deutschen Handelsstadt des Spätmit (...)

7On peut aussi évoquer en second lieu le cas fort instructif d’une invitation adressée à 400 villes et seigneurs d’Allemagne par le Conseil de la ville d’Ulm en 1439 afin de créer dans cette cité une foire de commerce. Cette vaste opération de communication a mobilisé tous les messagers de la cité, coûté fort cher et suivi un programme dont le détail mérite qu’on s’y arrête. Il s’agissait en effet, sous la forme d’une sorte d’enquête administrative très rudimentaire, de sonder les intentions des villes contactées face à la création d’un nouveau rendez-vous d’affaires dans le sud de l’Empire. La procédure de distribution aux 400 destinataires témoigne non seulement d’une connaissance géographique poussée ainsi que de l’existence d’un réseau de messageries préexistant à une foire de commerce, mais témoigne également du fonctionnement d’un véritable réseau polarisé de communication à l’échelle urbaine. En effet, la liste des destinataires tenue par la chancellerie du Conseil d’Ulm fait la distinction entre des villes isolées, individualisées, qui reçoivent un courrier séparé pour elles-mêmes ; et des villes pôles ou clés qui reçoivent une invitation à part (für sich, dit la source) et une invitation collective, c’est-à-dire un message écrit destiné au Conseil à fin de réexpédition aux autres Conseils de villes dépendant du réseau de circulation des nouvelles de ces cités érigées en quelque sorte en relais postal avant la lettre (Constance, Zurich, Lucerne, Spire, Worms, Cologne, Louvain, Maastricht, Bruges, Liège, Magdebourg, Halle, Breslau, Lübeck, Brunswick, Erfurt, Nuremberg, Wurtzbourg, Bamberg, Augsbourg, Passau, Vienne, Salzbourg, Leipzig, Bâle, Strasbourg... à l’exclusion de Francfort dont les foires sont les concurrentes directes de cette création)34.

  • 35 V. Henn, « Kommunikative Beziehungen und binnenhansisches Raumgefüge », dans Städtelandschaft – St (...)
  • 36 W. Stieda, Hildebrand Veckinchusen. Briefwechsel eines deutschen Kaufmanns im 15. Jahrhundert, Lei (...)
  • 37 H. Rupprich éd., Dürer. Schriftlicher Nachlaβ, 1. Autobiographische Schriften, Briefwechsel, Dicht (...)
  • 38 M. Puhle, « Das Gesandten-und Botenwesen der Hanse im späten Mittelalter », dans Deutsche Postgesc (...)

8Un troisième exemple viendra tempérer l’impression par trop économiste d’un système de communication interurbain et sera cette fois emprunté à la Hanse érigée elle aussi pendant longtemps en symbole d’une fédération de type marchand, ou en tous cas née d’une solidarité et d’une défense d’intérêts essentiellement économiques, faiblesse politique par conséquent qui expliquerait finalement son déclin. Or, l’observation du fonctionnement politique de la Hanse et des modes d’échanges au sein de cet ensemble montre qu’elle ne fut un espace d’affaires que parce qu’elle fut d’abord un réseau de communication formellement organisé et efficace entre noyaux clairement identifiés. Comme le montrent les comptabilités urbaines de Lübeck, Reval, Brême, Rostock ou Dortmund, ce sont les coursiers et messagers et non les marchands hanséates qui acheminent les lettres de crédit, les actes de procès, les confirmations de privilèges, les lettres des Conseils sur le cours des céréales ou les mouvements de troupes danoises35. Très révélatrice est ainsi la correspondance échangée par les frères Hildebrand et Sievert Veckinchusen, symboles mêmes de la marchandise hanséatique. L’une des 450 lettres conservées, datée de 1410, fait état d’un service de messageries organisé par les villes mêmes et non par les marchands entre Bruges et Venise36. On sait également que la correspondance fournie, échangée en 1506 entre Nuremberg et Venise par le peintre Albrecht Dürer et Willibald Pirckheimer, empruntait le service régulier des courriers urbains et non pas des courriers marchands entre ces deux pôles du commerce européen37. C’est d’ailleurs à ce prix qu’une sédentarité du marchand peut se produire et qu’une transformation institutionnelle majeure conduit de la Hanse des marchands à la Hanse des villes organisée en cercles régionaux bien reliés. Or, ce sont justement les courriers et les ambassades qui matérialisent et symbolisent ces cercles. Aux diètes de la Hanse, les villes ont toujours délégué leurs Ratssendeboten accompagnés d’une délégation de notaires et de messagers (indice que la négociation ne va jamais sans l’aller-retour de l’information) dans le cadre des cercles par quarts : rhénowestphalien, wende, saxon et hollandais. La lettre de convocation était adressée par voie terrestre et maritime ou fluviale, de ville en port, et associait toujours le mot « envoyé » à la motivation de sa présence « pour le mieux commun », gemeinen Besten wegen. D’autre part, l’analyse des destinations des messageries (Boten) de Brême, Hambourg, Lübeck, Wismar ou Reval à partir des comptabilités urbaines montre que les courriers interhanséatiques s’arrêtent là où ils sont pris en charge par le groupement urbain suivant38. C’est donc le contour des trajets quotidiens des courriers et des délégations régulières aux diètes régionales ou supra-régionales qui manifestent bien plus ou tout autant que la fiscalité, la guerre, la monnaie ou les mesures communes, la réalité d’existence d’une ligue ou d’une union urbaine, et qui manifestent ce faisant ses hiérarchisations internes entre cités actives et cités passives.

  • 39 M. Kintzinger, « Communicatio personarum in domo. Begriff und Verständnis einer Mitteilung von Wis (...)
  • 40 Visualisierung städtischer Ordnung. ZeichenAbzeichenHoheitszeichen. Numéro spécial du German (...)

9L’exemple montre combien, dans son fonctionnement, une universitas comme la Hanse ne pouvait prendre conscience de sa nature sans un réseau d’information permanent et structuré : la communication crée la communitas, équivalence qui court d’Albert le Grand à Konrad de Megenberg39, c’est-à-dire que toute communauté repose sur l’obligation permanente de la part de ses membres de donner des signes mutuels qui sont autant d’engagements, de liens au sein d’un espace public40. D’ailleurs, dans la quasitotalité des protocoles de discussions entre les villes hanséatiques, le premier thème abordé a toujours été la répartition des frais d’ambassades et de courriers.

  • 41 Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Sigismund. Zweite Abteilung (1421-1426), D. Kerler éd., Gott (...)
  • 42 A. Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au xviiie siècle, Paris, 1992.

10Le rôle capital tenu par l’échange de nouvelles d’une part et l’organisation de représentations extérieures d’autre part dans la consolidation d’une union n’est pas propre à la Hanse, car l’on pourrait évoquer ici de nombreux exemples extraits de la formation depuis le milieu du xiiie siècle des ligues urbaines de Souabe, du Rhin, de la Wetteravie, de la Décapole alsacienne ou du lac de Constance, sans parler même de la Confédération suisse. On citera dans ce contexte un protocole d’accord passé en 1422 entre les villes libres et impériales du Rhin, de la Wetteravie, d’Alsace, du Brisgau, de Souabe et de Franconie, au terme duquel l’ensemble de ces villes pourrait être organisé en cinq cercles à l’intérieur desquels devaient circuler les nouvelles engageant la sécurité et l’avenir politique de chaque ville. Il s’agit apparemment du rapport d’un député urbain adressé au Conseil de Bâle et faisant état des discussions préliminaires à la conclusion d’une ligue urbaine évoquée au cours de la diète de Nuremberg41. Le troisième point indique ainsi : « On répartirait les villes en cinq cercles, plus ou moins selon le découpage suivant : Mayence, Spire, Francfort, les villes de la Wetterau pour le premier ; Strasbourg, Bâle, les villes d’Alsace et du Brisgau pour le second ; Zurich, Constance et leurs alliées pour le troisième ; Augsbourg, Ulm et leurs alliées pour le quatrième ; Nuremberg, Rothenbourg et les villes franconiennes pour le cinquième. » Le protocole consacre les points suivants à l’organisation matérielle d’un tel système en prévoyant qu’une ville-tête serait nommée au sein de chaque cercle, à charge pour celle-ci d’avertir les villes consoeurs appartenant au même cercle, chacune reconnaissant l’authenticité du message à sa provenance de la ville-tête. Ce passage est intéressant par la géographie citadine qu’il révèle et par le fait que l’on ne peut plus nommer à cette date un cercle à l’ossature urbaine sans qu’un pôle ne soit désigné pour le commander. Mais il pointe aussi la réalité concrète des problèmes que pose la réalisation d’une entente territoriale sur la base d’une union (einung), laquelle présuppose que soit réglée la question de l’authenticité et de l’accréditation de la bonne nouvelle. En effet, le cinquième point du protocole précise que chaque ville du cercle aurait à apprécier l’ampleur et la proximité des dangers observés et d’en répercuter la nouvelle sur la foi de son honneur et de son serment par le truchement de messagers (stete botten) munis des pleins pouvoirs (voller macht) et dûment assermentés. Le projet n’a finalement jamais vu le jour, mais cet échec ne doit pas masquer l’engagement des villes dans une pensée active de l’espace public de leurs communications : la définition de l’espace de relation et d’influence d’une ville et la manifestation de son appartenance ou non à un regroupement collectif sont le fruit d’un acte de géographie volontaire. Dans Dire et mal dire, la moderniste Arlette Farge a fourni pour le sujet qui nous occupe une analyse de grande portée : « Le goût pour l’information et les pratiques pour se l’approprier sont le produit de l’espace urbain. »42

  • 43 M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Mac (...)

11On voit ainsi que la maîtrise de la communication et de la représentation des villes à l’extérieur contribue puissamment à structurer un espace particulier. Surtout, cette maîtrise n’est pas seulement une fonction tardivement ajoutée au système de gouvernement citadin, mais relève de l’essence même du corps de la cité. Max Weber parle, dans ses développements sur la ville médiévale, de Solidarität nach Aussen, comme acte fondateur d’une communauté du droit et du souvenir43. On peut citer dans cet ordre d’idées le texte de la devise placée au fronton extérieur de la célèbre Holstentor de Lübeck, Concordia domi foris pax, qui relie bien l’en deçà et l’au-delà regardés comme les facettes d’une même définition constitutive du pacte formant la cité.

  • 44 Les villes de haute Allemagne le prouvent à l’envi, mais cela est également vrai pour l’Allemagne (...)
  • 45 Akten zur Geschichte der Verfassung und Verwaltung der Stadt Köln im 14. und 15. Jahrhundert, W. S (...)
  • 46 Basler Chroniken, V. Die Chronik Henmann Offenburgs 1413-1445, A. Bernouilli éd., Leipzig, 1895 ; (...)
  • 47 Handschrift S. 23 fol. de la Zentralbibliothek de Lucerne. Fac-similé : Die Schweizer Bilderchroni (...)
  • 48 Wolfenbüttel, Ms. Cod. Guelf. no 120. Die Chroniken der deutschen Städte, 16. Die Chroniken der ni (...)

12C’est sans doute dans ce registre qu’il convient de rappeler que la gestion des affaires et des informations du dehors par une cité a souvent pu servir la mémoire de la ville. D’ailleurs, si la rédaction des chroniques urbaines d’un côté et l’augmentation de la correspondance des villes de l’autre sont chronologiquement apparentées, c’est que ces deux opérations sont techniquement et intellectuellement liées44. On sait ainsi que les lettres du Conseil et les rapports de mission ont pu former la matière première de la production historiographique urbaine, car les ambassadeurs des Conseils (Ratsboten) étaient bien souvent envoyés en mission en même temps que les secrétaires du Conseil (Schreiber), quand il ne s’agissait pas d’une seule et même personne. À Cologne, le serment prêté par les employés du Conseil était similaire pour les messagers-envoyés et pour les secrétaires, et dès 1321 leur rémunération était semblable45. Par ailleurs, de nombreux conseillers actifs dans la politique de communication et de représentation de la ville au dehors étaient en même temps chroniqueurs ou bien appartenaient à des familles de chroniqueurs. On peut citer le cas célèbre du Bâlois Henmann Offenburg (1379-1459), chargé par sa ville entre 1410 et 1458 de 264 ambassades vers 390 destinations différentes, et auteur d’une chronique mêlant histoire personnelle et histoire de la cité46. Enfin, de nombreuses illustrations imagées de messagers urbains sont contenues justement dans des chroniques urbaines : ainsi des messagers de Berne et de Constance dans la Chronique dite de Lucerne rédigée par Diebold Schilling en 151347 ou de la chronique de la ville de Brunswick intitulée Schichtbuch (début du xvie siècle) de la main de Hermen Bote dont le nom de famille, mot à mot « le messager », souligne assez le lien entre mémoire urbaine et information48 (fig. 3).

13Il n’y eut donc pas que les fortifications pour forger une mémoire de la ville et souder une conscience urbaine. Les sources qui permettent le mieux de s’en rendre compte, en dehors des chroniques, des protocoles, des traités et des correspondances précédemment évoqués, sont les comptabilités urbaines qui gardent la trace précise des dépenses, des trajets, des objets et des personnes entrant dans le champ de la politique d’information, de négociation et de représentation d’une ville. Ces comptabilités urbaines se révèlent aussitôt de véritables archives de la mobilité et de la communication.

  • 49 W. Eisenbeiβ, Briefe, Boten und Belege. Ein Beitrag zur Entwicklungsgeschichte des Botenwesens und (...)
  • 50 H. Gachot, « Louffende Botten. Die Geschworenen Läuferboten und ihre Silberbüchsen mit besonderer (...)
  • 51 J. Laurent, Aachener Stadtrechnungen aus dem 14. Jahrhundert, Aix-la-Chapelle, 1866.
  • 52 G. Neumann, « Vom Lübecker Botenwesen im 15. Jahrhundert », op. cit.
  • 53 H.-D. Heimann, « Zum Boten-und Nachrichtenwesen im niederrheinischen Raum, vornehmlich der Stadt K (...)
  • 54 E. Pitz, Schrift-und Aktenwesen der städtischen Verwaltung im Spätmittelalter. Köln, Nürnberg, Lüb (...)
  • 55 Série des Botenbücher aux archives de Francfort : II A/B 9.
  • 56 Henricus Pauper. Rechnungen der Stadt Breslau von 1299-1358, nebst zwei Rationarien von 1386 und 1 (...)
  • 57 A. Haferlach, « Das Geleitwesen der deutschen Städte im Mittelalter », Hansische Geschichtsblätter (...)

14Elles montrent d’abord que l’enregistrement de l’envoi régulier de représentants et de messagers sous forme de comptes séparés est contemporain des premiers recueils ou des grandes consignations par écrit du droit urbain. Des registres et des listes sont ainsi tenus dès 1325 à Ratisbonne49, 1332 à Strasbourg50, 1333 à Aix-la-Chapelle51, 1350 à Lübeck52, 1353 à Cologne53, 1377 à Nuremberg54, 1380 à Francfort55, et 1383 à Breslau56. Il n’est pas indifférent de noter que ce parallélisme chronologique entre enregistrement des trafics de nouvelles et compilations de droits et de lois vaut également pour la tenue des registres de sauf-conduits57 : nouvelle, route et droit sont bien associés dans la production écrite des chancelleries urbaines de plus en plus portées à contrôler la mobilité des personnes au sein d’un espace conçu, justement, comme un espace de droit reliant conduit, immunité, identification, réseau de péages, de douanes et d’auberges... Comme on le verra, la séquence chronologique qui réunit registres de messages et registres de conduit ne se vérifie en revanche pas pour les ordonnances et serments réglementant la fonction des messagers : ceux-ci datent pour l’essentiel du xve siècle (1405 à Strasbourg, 1473 à Berne, 1479 à Cologne, 1485 à Lübeck). L’office a donc fonctionné (avec d’ailleurs tous ses attributs matériels et symboliques, du costume à la boîte) avant d’être normé et codifié par l’autorité du Conseil de ville.

  • 58 H. Sessler, Das Botenwesen der Reichsstadt Nürnberg, Erlangen, 1963, thèse dactylographiée ; L. Bu (...)
  • 59 Kämmereirechnungen der Stadt Hamburg 1350-1400, K. Koppmann éd., Hambourg, 1869, p. CIV.
  • 60 T. Schrader, « Stadtlaufer und Stadtbriefkasten im 14. Jahrhundert », Mitteilungen des Vereins für (...)
  • 61 Essener Stadtrechnungen des 14. und 15. Jahrhunderts, T. Lux éd., Essen, 1993, thèse microfilmée, (...)
  • 62 C. Kraus, Die Entwicklung des Weseler Stadthaushaltes von 1342-1390, dargestellt auf Grund der Sta (...)
  • 63 M. W. Roelen, « Wesel im Spätmittelalter », dans Geschichte der Stadt Wesel, J. Prieur dir., Düsse (...)
  • 64 A. Krall, « Aachener Verkehrswesen bis zum Ende des 14. Jahrhunderts », Aus Aachens Vorzeit, 18/5- (...)

15Ces comptabilités montrent ensuite que le chapitre de dépenses pour les messagers, courriers, chevaucheurs..., a représenté l’un des postes budgétaires les plus constants, et ce quelle que soit par ailleurs l’oscillation souvent considérable du montant des « budgets » urbains. C’est le cas pour Bâle, Cologne, Hambourg, Nuremberg. En 1476, cette dernière cité comptait en permanence quatre coursiers à pied, quatre messagers de la banlieue, trois messagers du plat pays et sept pour l’espace plus lointain, tous officiellement rétribués par les caisses du Conseil, sans compter les intérimaires et les occasionnels58. À Hambourg, dès 137059, on compte deux messagers fixes et rétribués à l’année entourés d’une vingtaine de porteurs occasionnels et un siècle plus tard les comptes du Conseil nous apprennent que 21 boîtes à courriers frappées des armes de la ville sont en circulation et portées par autant de messagers pour la seule année 147760. Mais des villes de moindre importance voient aussi leur Conseil tenir pour essentiel un investissement régulier dans un service de messagers et d’envoyés. Les cas de Hildesheim, Lunebourg ou Schwäbisch-Hall le prouvent à l’envi. Au niveau inférieur, avec 680 feux vers 1380, la ville d’Essen comptait deux Boten officiels du Conseil depuis la première moitié du xive siècle61. La liste de leurs courses et des dépenses afférentes est tenue depuis le début du xve siècle dans un registre spécial qui regroupe également de manière significative les cadeaux du Conseil. Une autre cité de bien moyenne taille, la ville de Wesel, riche d’à peine 4 000 âmes dans la deuxième moitié du xive siècle, trouvait les moyens de financer 61 expéditions importantes (de nunciis) dès la première année de la tenue de ses comptes en 138062, et la ville possédait, depuis au moins 1400, quatre boîtes officielles à courrier (pixides, Botenbüchsen) employées par un service d’une dizaine de messagers en 1402 qui, en 1450, réalisaient 327 courses dans l’année63. Sans entrer dans le détail, la répartition des dépenses par emploi montre, si l’on regroupe les coûts en papier, coursiers, chevaux, logement, costumes, nuitées... des différents porteurs de messages ou des officiers chargés d’une délégation au nom de la ville, que l’entretien de la communication et de la représentation extérieures d’une cité n’est jamais inférieur au dixième du budget et peut au contraire devenir une source considérable de dépenses. À Hambourg, entre 1350 et 1360, les rubriques ad reysas et ad cursores absorbent le quart des dépenses alors même que le budget s’affole après l’apparition de la Peste. La moindre opération militaire ou la moindre implication d’une ville dans une faide, par exemple, fait aussitôt bondir le nombre de missions et les dépenses. Un exemple parmi d’autres peut en fournir la preuve à partir des comptes d’Aixla-Chapelle : 19 messagers effectuent 72 missions en 1346, 5 en accomplissent 63 en 1354, mais 5 toujours en réalisent 190 en cinq mois au cours de l’année 1370 quand la ville est confrontée à une guerre privée64.

  • 65 W. Eisenbeiβ, Briefe, Boten und Belege..., op. cit.
  • 66 Ibid., p. 128-132.
  • 67 A. Ochsenbein, Die Entwicklung des Postwesens der Republik Solothurn 1442-1849, Solothurn, 1925, p (...)
  • 68 K. Hübner, « “Nüwe mer us Lamparten”. Spätmittelalterliches städtisches Botenwesen am Beispiel Ber (...)
  • 69 Codex diplomaticus Lusatiae superioris enthaltend die ältesten Ratsrechnungen bis 1419, R.. Jecht (...)
  • 70 A. Ranft, Der Basishaushalt der Stadt Lüneburg in der Mitte des 15. Jahrhunderts, Gottingen, 1987, (...)

16La plupart des comptabilités entrevues révèlent des chiffres considérables qui disent l’ampleur de la circulation d’hommes et de lettres entre les villes. Trois mille courses de messagers peuvent être relevées à travers les comptes de Ratisbonne entre 1393 et 149865 Trente et une missions sont consignées dans ceux d’Aix-la-Chapelle en 1338 mais leur nombre passe à 189 dès 139466. Quarante-trois envois de messagers sont enregistrés et payés à Solothurn en 1454 mais 225 en 1465, sans compter les chevauchées dont le nombre s’élève respectivement à 93 et 5567. À Berne, on possède, de 1375 à 1527, 63 années de comptes spéciaux des messageries (Weggeldlisten ou « listes de l’argent des routes ») qui consignent 8 222 déplacements, 400 personnes et 270 destinations différentes68. À Görlitz, 4 759 traces de courriers, légations, missions et ambassades proches ou lointaines ont été enregistrées par les comptes de la ville de 1404 à 143769. À Lünebourg, 681 courriers et messagers importants ont été expédiés ou reçus entre 1443 et 1450, auxquels il convient d’ajouter les 178 ambassades formées par les membres du Conseil70. À Nuremberg, on a pu dénombrer 855 départs de courrier, 438 délégations du Conseil et 384 ambassades adressées au margrave de Brandebourg, aux ducs de Bavière et aux évêques de Bamberg entre 1431 et 1440, tandis que 296 courriers étaient expédiés en 1406, 510 en 1440 et 798 en 1447. À Francfort, 73 missions sont consignées dans le premier Botenbuch de 1381, puis 226 en 1385, 181 en 1391,582 en 1411 et 450 en 1412.

  • 71 Urkundenbuch der Stadt Duderstadt bis zum Jahre 1500, J. Jäger éd., Hildesheim, 1885, p. 450-459.
  • 72 O. Fahlbusch, Die Finanzverwaltung der Stadt Braunschweig seit dem grossen Aufstand im Jahre 1374 (...)
  • 73 P. F. Kramml, Kaiser Friedrich III. und die Reichsstadt Konstanz (1440-1493), Sigmaringen, 1985 (K (...)

17C’est encore grâce aux sources comptables que l’on peut parfois mieux repérer les dénominations variables de ces messagers et envoyés. Rien n’est encore fixé de façon définitive, mais une clarification terminologique paraît à l’œuvre, principalement au xve siècle. Si l’on rencontre, en effet, plus ou moins indifféremment dans la première moitié du xive siècle, cursor, lator, nuntius, bote, läufer..., on voit en revanche des distinctions naître au xve siècle selon les destinations et l’importance des messages et de la fonction. Le terme générique latin demeure cursor et l’équivalent allemand Bote, mais par exemple les Kämmereirechnungen de Hambourg font la différence, dès le milieu du xive siècle, entre les cursores employés pour les espaces proches, les nuntii civitatis Hamburgensis expédiés un peu plus loin, jusqu’en Avignon, et les Ratssendeboten, délégués pour représenter la cité et voter en son nom lors des réunions de la Hanse. En 1397, les comptes de la ville de Duderstadt, en basse Saxe, font la distinction entre les dépenses pro nuntiis euntibus, pro nuntiis alienis, pro nuntiis secretis et pro nuntiis specialibus71, de même que les comptes de Brunswick, au xve siècle, parlent de cursores, de protonatarii, de procuratores et de nuncii consulares72. Au xve siècle se généralise la pratique de distinguer entre les simples messagers à pied, moins payés, et les chevaucheurs ou reitende Boten, voyageant sur les chevaux entretenus et achetés par les écuries du Conseil, tandis qu’un messager de rang supérieur directement dépêché par le Conseil sera nommé Sendebote ou Ratsbote. À Constance, à partir du milieu du xve siècle, le terme italien d’estafette fait son apparition pour désigner les messagers urbains spécialement réservés à l’information militaire : en ville aussi la guerre fut un facteur d’évolution accélérée des institutions et des pratiques du Conseil73. Quant à l’apparition plus moderne du terme de facteur ou porteur de lettres, briefträger, dont la première occurrence semble attestée en 1407 dans les comptes de la ville de Wesel, elle signale une certaine dévalorisation, ce porteur de lettres n’étant plus qu’un instrument, la différence essentielle étant ici qu’il ne porte plus la boîte aux lettres de la ville.

  • 74 Vom Richtebrief zum roten Buch. Die ältere Konstanzer Ratsgesetzgebung, O. Feger éd., Constance, 1 (...)
  • 75 Strassburger Zunft-und Polizeiordnungen des 14. und 15. Jahrhunderts, J.-C. Brucker éd., Strasbour (...)

18Ces dénominations recouvrent des espaces d’intervention différents : ce sont, semble-t-il, à la fois la fonction et la distance qui permettent d’établir une hiérarchie terminologique, fonctionnelle et symbolique, qui reste encore fluctuante. Les Seckelamtsbücher de Constance montrent ainsi très nettement que, depuis 1432, le Conseil fait la distinction pour la tarification et pour le type de messager entre un périmètre de vingt Meilen autour de la ville (environ 150 kilomètres) que l’on appelle Im Land et un cercle situé au-delà et dénommé Aus dem Land. Dix ans plus tard, en 1442, ce sont trois cercles qui sont établis : en deçà de deux Meilen pour les coursiers locaux, à pied, de deux à vingt Meilen pour les messagers de niveau supérieur et souvent à cheval, et au-delà de vingt Meilen enfin pour les ambassades lointaines74. L’ordonnance du Conseil sur les Läufer de Strasbourg, du milieu du xve siècle, suit également cette logique en distinguant d’un côté un périmètre proche tracé jusqu’à quatre milles autour de la ville, un cercle régional décrit comme « par-delà les montagnes et vers la Souabe » de l’autre, et enfin, des destinations encore plus lointaines que le document désigne comme bottschaft so ernst, « expédition sérieuse ou importante »75. Il est notable que ce soit à cette occasion que le Conseil recommande alors de sortir la vaisselle d’argent de la ville et de l’utiliser dans les auberges. En l’occurrence, une telle distinction n’engage pas que l’appréciation de la distance et de l’importance, mais souligne que la réputation de la ville au loin est en jeu.

  • 76 W. Wüst, « Reichsstädtische Kommunikation in Franken und Schwaben. Nachrichtennetze für Bürger, Ra (...)
  • 77 H.-D. Heimann, « Zum Boten-und Nachrichtenwesen im niederdeutschen Raum... », op. cit.

19Les comptabilités urbaines et les séries spécifiques des Botenbücher permettent naturellement d’esquisser une géographie des relations préférentielles ou obligées de la ville avec l’extérieur proche ou lointain. Cette cartographie de l’espace dynamique des influences extérieures d’une cité doit être superposée à celle des simples voies de circulation des marchandises et des hommes. Ce sont ainsi des cercles à échelle variable de communication d’un ensemble de villes qu’il convient de mettre en relation par routes et messagers interposés. Les destinations des messagers d’Augsbourg sont ainsi trois fois plus nombreuses vers Ulm que vers Munich76. Berne envoie ses courriers pour l’essentiel vers la Suisse, le Rhin et l’Alsace mais très peu vers Nuremberg. Hambourg se concentre sur les villes hanséatiques continentales et sur Amsterdam, à la différence de Lübeck qui commande les communications avec la façade portuaire de la Hanse. L’étude des 600 localisations repérées dans les comptes de messagers de Cologne entre 1370 et 1380 montre le rôle de plaque tournante de communication de cette ville et met en lumière un certain nombre de redistributions régionales claires. En effet, si les villes rhénanes proches de Bonn et d’Aix-la-Chapelle reviennent à une centaine de reprises, Lübeck et les villes de la Hanse ne sont citées que quatre ou cinq fois, tandis que Mayence et Francfort totalisent chacune plus de trente occurrences77. Nuremberg, par contre, n’est citée qu’à quatre reprises, ce qui surprend un peu compte tenu des relations intenses attestées par ailleurs dans tous les domaines entre ces deux cités importantes de l’Allemagne moyenne et méridionale. Cela veut dire d’abord que Cologne est bien à la tête de la communication de son cercle régional, qu’elle reçoit, ensuite, essentiellement les nouvelles et les courriers du Nord et se tourne pour sa part en revanche vers l’Allemagne moyenne, Mayence et Francfort étant à leur tour des pôles de redistribution entre le Rhin, le Main et au-delà le Danube. Ceci explique la faiblesse des destinations nurembergeoises de Cologne, non pas par désintérêt ou en raison d’une faiblesse improbable de l’axe Cologne-Nuremberg, mais parce que Mayence et Francfort sont les intermédiaires de ce segment.

  • 78 und Süd in der deutschen Geschichte des Mittelalters, W. Paravicini dir., Sigmaringen, 1990 (Kieler (...)

20Le cas de Francfort mérite justement l’attention en raison de la présence, dans les archives municipales, de la série inédite des Botenbücher composée de 56 fascicules conservés de 1381 à 1550, soit un total approchant les 1 100 folios (fig. 4). Chaque folio enregistre en moyenne une vingtaine de courriers ou de courses, le plus souvent sous une forme assez lapidaire, c’est-à-dire avec l’indication du nom du Bote, de sa destination, de la motivation principale de son déplacement et de son coût, mouvement accompagné parfois de détails supplémentaires sur le contexte extérieur, le type de message, l’escorte ou les transports empruntés, les cadeaux en argent ou en nature. D’après un sondage mené sur les 247 destinations répertoriées par les Botenbücher de la décennie 1431-1440, l’activité la plus grande des messagers et envoyés (à partir des fréquences de destinations qui détachent un groupe de 25 villes nommées plus de 40 fois) est liée à la sécurité des chemins de la foire, aux informations puisées auprès du roi sur l’évolution des dangers militaires et à la venue des princes et de l’empereur (Mayence, Bâle, Nuremberg...). Commerce, guerre et diètes : trois événements qui tracent l’horizon politique et économique vital d’une cité qui ne vit presque que par ses foires et l’élection du roi des Romains. Il faudrait ainsi multiplier ces cercles de la communication et de l’intervention urbaines dans l’Empire tardo-médiéval. Leur tracé révèlerait un axe privilégié de circulation des nouvelles et des ambassades le long d’un couloir formé par le Rhin et le Main, entre Cologne, Mayence et Francfort, s’élargissant de chaque côté à Bâle et Strasbourg d’une part et à Augsbourg et Nuremberg de l’autre. Il s’agit là des villes qui détiennent par exemple le record de fréquence (à plus de 40 reprises chacune et 70 fois pour Cologne et même 100 fois pour Mayence) dans les Botenbücher francfortois de la décennie 1430-1440 qui, en revanche, ne mentionnent aucune destination septentrionale. Ce n’est pas par hasard si c’est dans ce quadrilatère où le nord et le sud de l’Empire se rencontrent78 que l’imprimerie est inventée et si, quatre décennies plus tard, c’est dans ce périmètre que s’acclimate la poste des Taxis conçue au départ, rappelons-le, pour les villes italiennes et non pour un roi.

21Cette source francfortoise est d’autant plus précieuse que la couverture du fascicule de l’année comptable 1439-1440 comporte la première illustration d’un messager en Allemagne. Pour Francfort même, le fait est remarquable car nous ne disposons pas par ailleurs (sous réserve d’inventaire et nonobstant les pertes documentaires) de représentations figurées de ce type pour les bourgmestres, les échevins, l’écoutète ou tout autre officier ou magistrat important du Conseil. C’est bien dire si la fonction de messager, représenté ici en tenue d’hiver (avec ses crampons sous les souliers pour mieux adhérer à la glace des chemins), revêtait une importance particulière, non seulement au titre de son utilité, mais également au regard de l’image de la ville qu’il propage au dehors par le biais des couleurs et des armes placées sur sa robe (fig. 5).

  • 79 E. J. Weber, La boîte de messager en tant que signe distinctif du messager à pied, Haarlem, 1972.
  • 80 H. Wenzel, Hören und sehen. Schrift und Bild. Kultur und Gedächtnis im Mittelalter, Munich, 1995, (...)

22Au terme de ces quelques considérations sur la mise en place d’un système, il conviendrait, le Bote francfortois y invite, de s’intéresser au messager lui-même dont le portrait nous est apparu à plusieurs reprises. On ne pourra, faute de place, qu’indiquer ici un certain nombre de pistes. L’iconographie de ce porteur de messages dégage des traits distinctifs qui deviennent stéréotypés au xve siècle : le costume, la boîte79, la pique. L’iconographie du Bote montre une incorporation de la lettre dans le messager, lequel permet le dialogue à distance comme le suggère toute la fiction de la littérature courtoise de la fin du Moyen Âge et comme le souligne tout le travail de représentation de la scène de l’Annonciation dont l’archange est le support même du messager médiéval (Gabriel porteur d’une lettre à Marie, mais aussi Gabriel crieur, etc.)80.

  • 81 E. Kießkalt, Die Entstehung der deutschen Post und ihre Entwicklung bis zum Jahre 1932, Erlangen, (...)

23Pour les messagers « réels », il s’agit avant tout de porter au-dehors l’identité de la ville et la valeur que la cité s’accorde à elle-même, et d’incarner une Öffentlichkeit urbaine qui repose à son tour sur une nouvelle forme de conscience urbaine comme corps politique. La matérialisation de cette conscience tient, semble-t-il, dans une politique de l’image cette fois orientée vers l’extérieur, alors que l’on était habitué à la chercher plus volontiers intra muros. Peu à peu les costumes des messagers se mirent à porter les couleurs et les armes de la ville. C’est le cas à Hambourg, où apparaît dès le milieu du xive siècle, dans les dépenses du Conseil, le poste pro vestitu cursorum, costume composé dès 1340 d’une tunica, d’une toga et d’un capucium tous rouges. Cet habit est décrit en 1490 comme un costume mi-parti rouge et gris aux couleurs de la ville. Même port des couleurs urbaines pour Aix-la-Chapelle dès 1394, pour Francfort depuis 1430-1440 et pour Strasbourg en 1443. L’ordonnance du Conseil de Fribourg, en 1497, parle d’une « robe rouge et blanche » (die rock geben rot and wiss) et au même moment, un passage du serment que devaient prêter les messagers du Conseil de la ville d’Überlingen devant les magistrats oblige le coursier à porter en service public « l’habit aux couleurs de mes seigneurs » (den rock meiner Herren Farb). Quelques années plus tard, le même serment parle de stattfarb, de couleurs de la ville, comme marque d’un service officiel du messager qui, s’il souhaitait servir un particulier pendant ses temps de repos, devait laisser son bâton, stab, à l’Hôtel de ville81. Avec le bâton et le costume, la boîte revêt peu à peu ce statut de signe identificateur à la fois de la ville et d’un service public : on trouve d’ailleurs une équivalence terminologique très révélatrice dans l’ordonnance des messagers de Strasbourg de 1484, qui réserve au messager officiel le port de la boîte ou signe, buchs oder zeichen. Ailleurs on retrouve des Büchsen ou encore pixides et cistulae ad litteras, que le droit de Hambourg appelle signum civitatis. Les Botenbücher de Francfort opèrent dès 1430 l’équivalence terminologique entre stade busse et boten busse. À partir de 1451, la boîte officielle et représentative du Conseil est appelée Silberbüchse et se distingue de la Reichsbüchse ou boîte d’Empire réservée aux courses de messagers commandés par le souverain qui avait recours à l’efficacité du réseau urbain.

24Un chapitre entier d’histoire sociale, matérielle et culturelle reste encore à écrire sur les messagers urbains : leur statut, leurs attributions, leur rémunération, leur immunité, le conduit qui les protège, les serments qu’ils doivent prêter, les dangers qu’ils encourent, l’accueil qui leur est fait, les mauvais traitements ou les humiliations qu’ils subissent quand ils apportent de mauvaises nouvelles, leurs faiblesses et les tentations que peuvent exercer sur eux la route, l’auberge, le jeu..., leur implication dans la gestion complexe d’une communication à la fois orale et écrite, la frontière, enfin, qui sépare le messager de l’espionnage et de la trahison. Cette histoire pourrait conduire à celle d’une communication qui échoue, chapitre introductif à une analyse de l’ars tacendi médiéval, car tout n’est pas qu’information et communication dans une société médiévale dont la coupure ne se situe pas tant entre le public et le privé qu’entre le public et le secret.

25Une telle étude viendrait à coup sûr confirmer ce que nous avons ici tenté de montrer à grands traits : que les systèmes politiques urbains, leur organisation administrative, leurs archives, leurs finances et leurs cercles dirigeants sont influencés de manière croissante par la nécessité de l’information d’une part et par les options d’alliance ou de neutralité opérées par le Conseil urbain de l’autre. En cela, les villes suivent un mouvement général qui voit se produire, au xve siècle, une polarisation des espaces de communication et des relations extérieures, et ce dans le cadre spécifiquement impérial d’une densification territoriale du pouvoir et de l’essor contrarié des regroupements urbains aux deux siècles finaux du Moyen Âge. Le degré de conscience, pour les villes, de l’impossibilité croissante de demeurer, dans un tel contexte, en dehors des affaires et des communications de l’Empire ne fut pas la chose la mieux partagée et certaines villes clés ont dû et su développer d’autres moyens d’action pour conserver une marge de manœuvre conforme à leur statut et à leurs ambitions, en jouant de la trilogie classique de la représentation, de la négociation et de l’information, trilogie qui investit en même temps l’autorité (Obrigkeit) du Conseil d’une dimension nouvelle. Cette inégalité dans la maîtrise de coûts et de procédés nouveaux par le Conseil, cette performance différenciée à gérer ce signe neuf de l’efficacité politique, nous paraissent constituer l’origine et le facteur d’une réorganisation de la hiérarchie interurbaine. D’une certaine façon, comme pour les itinéraires royaux observés par les historiens du Haut Moyen Âge et du Moyen Âge central, il existe bel et bien, pour la ville de la fin du Moyen Âge, une relation entre densité d’occupation spatiale et efficacité politique et, à un autre niveau, entre cette efficacité et sa réputation.

Fig. 1. Le messager de la ville de Berne et l’ours de Berne à ses pieds, également équipé comme un messager urbain.
Läufferbrunnen de la ville de Berne (vers 1540), détail de la colonne.

Fig. 2. Messager de la ville de Bâle.
Détail de la façade de l’Hôtel du Conseil de ville de Bâle (vers 1500).

Fig. 3. Messager de Brunswick sur la couverture de la chronique de Hermen Bote, Das Schicht Boick, du début du xvisiècle.
© Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Ms. Cod. Guelf. 120 Extrav.

Fig. 4. Extrait du Botenbuch de Francfort-sur-le-Main, 1413, fol. 18.
© Francfort-sur-le-Main, Institut für Stadtgeschichte, Botenbücher 6.

Fig. 5-6. Messagers de Francfort-sur-le-Main en costume d’été et en costume d’hiver mi-parti, illustrations de couverture des Botenbücher de 1439 (costume d’été) et de 1440 (costume d’hiver).
© Francfort-sur-le-Main, Institut fur Stadtgeschichte, Botenbücher 23/24.

Notes

1 Kl. Hübner, « “Nüwe mer us Lamparten”. Entstehung, Organisation und Funktionsweise spätmittelalterlicher Botenwesen am Beispiel Berns », dans Gesandtschafts- und Botenwesen im spätmittelalterlichen Europa, R. C. Schwinges et Kl. Wriedt dir., Stuttgart, 2003 (Vorträge und Forschungen, 60), p. 265-286.

2 P. Hofer, Die Kunstdenkmäler des Kantons Bern, I. Die Stadt Bern, Bâle, 1952, (Kunstdenkmaler der Schweiz), p. 322-326.

3 A. Wyss, Die Post in der Schweiz, Berne-Stuttgart, 1988, p. 37.

4 O. Lauffer, « Der laufende Bote im Nachrichtenwesen der früheren Jahrhunderte. Sein Amt, seine Ausstattung und seine Dienstleistungen », Beiträge zur deutschen Volks-und Altertumskunde, 1 (1954), p. 19-59, ici p. 59.

5 M. Moser, Das Basler Postwesen, Heerbrugg, 1972 ; V. Groebner, Gefährliche Geschenke. Ritual, Politik und die Sprache der Korruption in der Eidgenossenschaft im späten Mittelalter und am Beginn der Neuzeit, Constance, 2000, p. 86-90.

6 Von der stette ampten. Codex Fuldensis D 31 de Fulda et Codex Mgq 13 de Berlin. Éd. par tt. Wolf, Johannes Rothes Ratsgedichte, Berlin, 1971 (Texte des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit, 25).

7 Ibid., p. 57.

8 R. Jecht, « Die Pflichten eines mittelalterlichen Bürgermeisters », Deutsche Geschichtsblätter, 10 (1909), p. 89-102 avec édition du texte : Ratsarchiv Görlitz, Varia 23.

9 Ibid., p. 100-101.

10 H. Wenzel, Die Autobiographie des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit, II. Die Selbstdeutung des Stadtbürgertums, Munich, 1980, p. 81-100 ; H.-D. Heimann, « Stadtspiegel und Stadtlob als “Gebrauchsliteratur” im 15. Jahrhundert », dans Niederlande und Nordwestdeutschland. Studien zur Regional-und Stadtgeschichte Nordwestkontinentaleuropas im Mittelalter und in der Neuzeit. Franz Petri zum 80. Geburtstag, W. Ehbrecht et H. Schilling dir., Cologne-Vienne, 1983, p. 121-135 ; E. Isenmann, « Gesetzgebung und Gesetzgebungsrecht spätmittelalterlicher deutscher Stadte », Zeitschrift für historische Forschung, 28 (2001), p. 1-94 et 161-262, sur Johann von Soest : p. 38-40 ; P. Monnet, « Ville réelle et ville idéale à la fin du Moyen Âge : une géographie au prisme des témoignages autobiographiques allemands », Annales HSS, 56 (2001), p. 591-624, ici p. 602.

11 Einsiedeln, Stiftsbibliothek, cod. 687 (1069).

12 H.-D. Heimann, Wie men wol eyn statt regyrn sol. Didaktische Literatur und berufliche Schreiben des Johann von Soest. gen. Steinwert, Soest, 1986 (Soester Beiträge, 48), p. 37 pour l’extrait édité.

13 Quelques titres récents sur la notion de Bien commun : W. Eberhard, « Der Legitimationsbegriff des “Gemeinen Nutzens” im Streit zwischen Herrschaft und Genossenschaft im Spätmittelalter », dans Zusammenhänge, Einflüsse, Wirkungen. Kongressakten zum ersten Symposium des Mediävistenverbandes in Tübingen 1984, J. Fichte, K. H. Göller et B. Schimmelpfennig dir., Berlin, 1986, p. 241-254 ; P. Hibst, Utilitas publica. Gemeiner Nutz. Gemeinwohl. Untersuchungen zur Idee einespolitischen Leitbegriffes von der Antike bis zum späten Mittelalter, Francfort-sur-le-Main, 1991 ; J. Rogge, Für den gemeinen Nutzen. Politisches Handeln und Politikverstàndnis von Rat und Bürgerschaft in Augsburg im Spätmittelalter, Tubingen, 1996 ; P. Schiera, « “Bonum Commune” zwischen Mittelalter und Neuzeit », Archiv für Kulturgeschichte, 1999, p. 283-303 ; P. Blickle, « Der Gemeine Nutzen. Ein kommunaler Wert und seine politische Karriere », dans Gemeinwohl und Gemeinsinn. Historische Semantiken politischer Leitbegriffe, H. Münkler et H. Bluhm dir., Berlin, 2002, p. 85-107 et Th. Simon, « Gemeinwohltopik in der mittelalterlichen und frühneuzeitlichen Politiktheorie », ibid., p. 129-146.

14 Aegidius Romanus, De regimine Principum, II/1, 3 de l’édition romaine de 1556 réimpr., Aalen, 1956, p. 132b. Cité dans les conclusions de Th. Ζotz dans Former und Funktionen öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, G. Althoff dir., Stuttgart, 2001 (Vorträge und Forschungen, 51), p. 458, n. 13. Sur les développements de cette théorie politique de l’« Oikonomique » médiévale : U. Meier, Mensch und Bürger. Die Stadt im Denken spätmittelalterlicher Theologen, Philosopher und Juristen, Munich, 1994 et U. Meyer, Soziales Handeln im Zeichen des Hauses. Zur Ökonomik in der Spàtantike und im frühen Mittelalter, Gottingen, 1998 (Veröffentlichungen des MPIG, 140).

15 J. Zulliger, « “Ohne Kommunikation würde Chaos herrschen”. Zur Bedeutung von Informationstausch, Briefverkehr und Boten bei Bernhard von Clairvaux », Archiv für Kulturgeschichte, 78 (1996), p. 251-276, ici p. 254.

16 Ambrogio Lorenzetti. Il Buon Governo, E. Castelnuovo éd., Milan, 1995.

17 G. Althoff et L. Siep, « Symbolische Kommunikation und gesellschaftliche Wertesysteme vom Mittelalter bis zur französischen Revolution. Der neue Münsterer Sonderforschungsbereich 496 », Frühmittelalterliche Studien, 34 (2000), p. 393-412.

18 Voir sur ces modèles d’interprétation, l’introduction de Die Bedeutung der Kommunikation für Wirtschaft und Gesellschaft, H. Pohl dir., Stuttgart, 1989.

19 C’est peu ou prou la thèse encore défendue par W. Faulstisch, Medien und Öffentlichkeit im Mittelalter 800-1400, Gottingen, 1996 et reprise dans son livre suivant : Id., Medien zwischen Herrschaft und Revolte. Die Medienkultur der frühen Neuzeit (1400-1700), Göttingen, 1998.

20 On en retrouve les traces dans les grandes études de réseaux marchands tout au long du xxe siècle : W. Stieda, Hansisch-Venetianische Handelsbeziehungen im 15. Jahrhundert, Rostock, 1894 ; A. Schulte, Geschichte des mittelalterlichen Handels und Verkehrs zwischen Westdeutschland und Italien mit Anschluss von Venedig, Leipzig, 1900 ; A. Schulte, Geschichte der Großen Ravensburger Handelsgesellschaft (1380-1530), Stuttgart-Berlin, 1923 ; K. O. Müller, Welthandelsbräuche (1480-1540), Wiesbaden, 1962 ; T. G. Werner, « Das kaufmännische Nachrichtenwesen im späten Mittelalter und in der Frühen Neuzeit und sein Einfluβ auf die Entstehung der handschriftlichen Zeitung », Scripta Mercaturae. Zeitschrift für Wirtschafts-und Sozialgeschichte, 2 (1975), p. 3-51 ; et encore récemment : M. Lindemann, Nachrichtenübermittlung durch Kaufmannsbriefe. Briefzeitungen in der Korrespondenz Hildebrand Veckinchusens (1398-1428), Munich-New York, 1978 ; M. Gassert, Kulturtransfer durch Fernhandelskaufleute. Stadt. Region und Fernhandel in der europäischen Geschichte, Francfort-sur-le-Main, 2001.

21 Origo, Le marchand de Prato. La vie d’un banquier toscan au xive siècle, Paris, 1959.

22 Déjà W. von Stromer avait attiré l’attention sur le fait que la maîtrise des nouvelles et de la communication par les marchands des grandes compagnies de commerce de haute Allemagne ne pouvait se comprendre qu’à la mesure de la proximité de ces derniers avec le pouvoir royal d’une part et leur domination dans les Conseils de ville respectifs de l’autre : Oberdeutsche Hochfinanz 1350-1450, Wiesbaden, 1970 (Beihefte der VSWG, 55-57). Les travaux de Erich Maschke et de Franz Irsigler ont également incité à replonger le pouvoir économique des marchands au sein du système complexe de la communauté politique citadine. Philippe Braunstein a approfondi cette intuition à travers l’étude des réseaux de facteurs en liaison avec la maîtrise de la communication urbaine : « Réseaux familiaux, réseaux d’affaires en pays d’Empire : les facteurs de sociétés (1380-1520) », dans Le négoce international xiiie-xxe siècle, F. Crouzet dir., Paris, 1989, p. 23-34.

23 J’emprunte l’expression à P. Johanek dir., Städtische Geschichtsschreibung im Spätmittelalter und in der Frühen Neuzeit, Cologne-Weimar-Vienne, 2000 (Städteforschung, 47), p. X et XV.

24 Kommunale Bündnisse Oberitaliens und Oberdeutschlands im Vergleich, H. Maurer dir., Sigmaringen, 1987 (Vorträge und Forschungen, 33) ; P. Moraw, « Die Funktion von Einungen und Bünden im spätmittelalterlichen Reich », dans Alternativen zur Reichsverfassung in der Frühen Neuzeit ?, V. Press dir., Munich, 1995, p. 1-21 ; R. Kiessling, « Städtebünde und Städtelandschaften im oberdeutschen Raum. Ostschwaben und Altbayern im Vergleich », dans Städtelandschaft – Städtenetz – zentralörtliches Gefüge, M. Escher, A. Haverkamp et Fr. G. Hirschmann dir., Mayence, 2000, p. 79-116.

25 Sur ces points, voir l’approche bibliographique récente des titres de la bibliographie raisonnée fournie à la fin de Formen und Funktionen öffentlicher Kommunikation im Mittelalter, G. Althoff dir., Stuttgart, 2001 (Vorträge und Forschungen, 51) ; Die Stadt ah Kommunikationsraum. Beiträge zur Stadtgeschichte vom Mittelalter bis ins 20. Jahrhundert. Festschrift für Karl Czok zum 75. Geburtstag, H. Bràuer et E. Schlenkrich dir., Leipzig, 2001 ; Im Spannungsfeld von Recht und Ritual. Soziale Kommunikation in Mittelalter und früher Neuzeit, H. Duchhardt et G. Melville dir., Cologne-Weimar-Vienne, 1997 ; Kommunikationspraxis und Korrespondenzwesen im Mittelalter und in der Renaissance, H.-D. Heimann dir., Paderborn, 1998 ; Kommunikation und Alltag in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, H. Hundsbichler dir., Vienne, 1992 ; Die Bedeutung der Kommunikation für Wirtschaft und Gesellschaft, H. Pohl dir., op. cit.

26 Y. Renouard, Les relations des papes d’Avignon et des compagnies commerciales et bancaires de 1316 à 1378, Paris, 1941, p. 384-392.

27 A. Rigaudière, Saint-Flour, ville d’Auvergne au bas Moyen Âge. Étude d’histoire administrative et financière, Paris, 1982, p. 560-578.

28 J.-M. Cauchies, « Messageries et messagers en Hainaut au xve siècle », Le Moyen Âge, 82 (1976), p. 89-123 et 301-334.

29 La circulation des nouvelles au Moyen Âge, xxive Congrès de la SHMESP (Avignon 1993), Paris-Rome, 1994.

30 L. Buchholzer-Rémy, L’intercommunalité en Franconie à la fin du Moyen Âge, thèse de doctorat d’Histoire, Université Lyon II, 2001, dactylographiée.

31 C’est également l’ambition du Sonderforschungsbereich dirigé à l’université de Bielefeld, entre autres, par Neithard Bulst sur le thème du « Politique comme espace de communication dans l’histoire » (Das Politische als Kommunikationsraum in der Geschichte).

32 W. von Stromer, Oberdeutsche Hochfinanz, op. cit. ; L. Sporhan-Krempel, Nürnberg als Nachrichtenzentrum zwischen 1400 und 1700, Nuremberg, 1968 ; M. Polívka, « Nürnberg als Nachrichtenzentrum in der ersten Hälfte des 15. Jahrhunderts », dans Kommunikationspraxis und Korrespondenzwesen im Mittelalter und in der Renaissance, H.-D. Heimann dir., op. cit., p. 165-177.

33 A. Schulte, Geschichte der grossen Ravensburger Handelsgesellschaft (1380-1530), op. cit., t. 1, p. 113-118.

34 Dossier extrait de H. Ammann, « Vom geographischen Wissen einer deutschen Handelsstadt des Spätmittelalters », Ulm und Oberschwaben, 34 (1955), p. 39-65.

35 V. Henn, « Kommunikative Beziehungen und binnenhansisches Raumgefüge », dans Städtelandschaft – Städtenetz – zentralortliches Gefüge, M. Escher, A. Haverkamp et F. G. Hirschmann dir., op.cit., p. 117-129 ; H. von Seggern, « Zur Kommunikation zwischen den wendischen Hansestädten und der Grafschaft Holland im 15. Jahrhundert », dans Landesgeschichte als multidisziplinäre Wissenschaft. Festschrift für Franz Irsigler zum 60. Geburtstag, D. Ebeling dir., Trèves, 2001, p. 325-346 ; sur Lübeck : G. Neumann, « Vom Lübecker Botenwesen im 15. Jahrhundert », Zeitschrift für lübeckische Geschichte und Altertumskunde, 57 (1977), p. 128-137.

36 W. Stieda, Hildebrand Veckinchusen. Briefwechsel eines deutschen Kaufmanns im 15. Jahrhundert, Leipzig, 1921.

37 H. Rupprich éd., Dürer. Schriftlicher Nachlaβ, 1. Autobiographische Schriften, Briefwechsel, Dichtungen, Beischriften, Notizen und Gutachten. Zeugnisse zum persönlichen Leben, Berlin, 1956.

38 M. Puhle, « Das Gesandten-und Botenwesen der Hanse im späten Mittelalter », dans Deutsche Postgeschichte, W. Lotz dir., Berlin, 1989, p. 43-57 ; M. North, « Nachrichtenübermittlung und Kommunikation in norddeutschen Hansestädten im Spätmittelalter und in der Frühen Neuzeit », Archiv für deutsche Postgeschichte, 29(1991), p. 8-16 ; V. Henn, « Innerhansische Kommunikations-und Raumstrukturen », dans Der hansische Sonderweg ? Beiträge zur Sozial-und Wirtschaftsgeschichte der Hanse, S. Jenks et M. North dir., Weimar-Vienne, 1993, p. 255-268.

39 M. Kintzinger, « Communicatio personarum in domo. Begriff und Verständnis einer Mitteilung von Wissen, Rat und Handlungsabsichten », dans Kommunikationspraxis und Korrespondenzwesen im Mittelalter und in der Renaissance, H.-D. Heimann dir., op. cit., p. 134-165.

40 Visualisierung städtischer Ordnung. ZeichenAbzeichenHoheitszeichen. Numéro spécial du Germanisches National Museum, Nuremberg, 1993.

41 Deutsche Reichstagsakten unter Kaiser Sigismund. Zweite Abteilung (1421-1426), D. Kerler éd., Gottingen, 1956, p. 217 (no 180).

42 A. Farge, Dire et mal dire. L’opinion publique au xviiie siècle, Paris, 1992.

43 M. Weber, Wirtschaft und Gesellschaft. Die Wirtschaft und die gesellschaftlichen Ordnungen und Machte. Nachlaβ. Teilband 5 : Die Stadt (Studienausgabe dir. par W. Nippel), Tübingen, 2000, p. 21 ; K. Schreiner, « Die mittelalterliche Stadt in Webers Analyse und die Deutung des okzidentalen Rationalismus. Typus, Legitimität, Kulturbedeutung », dans Max Weber der Historiker, J. Kocka dir., Göttingen, 1986, p. 119-150. Voir également : Die okzidentale Stadt nach Max Weber. Zum Problem der Zugehörigkeit in Antike und Mittelalter, C. Meier dir., Munich, 1994 et Max Weber und die Stadt im Kulturvergleich, H. Bruhns et W. Nippel dir., Göttingen, 2000.

44 Les villes de haute Allemagne le prouvent à l’envi, mais cela est également vrai pour l’Allemagne du Nord : V. Henn, « Städtische Geschichtsschreibung in Köln und im Hanseraum », dans Spätmittelalterliche städtische Geschichtsschreibung in Köln und im Reich. Die Koelhoffsche Chronik und ihr historisches Umfeld, G. Mölich, U. Neddermeyer et W. Schmitz dir., Cologne, 2001, p. 29-56.

45 Akten zur Geschichte der Verfassung und Verwaltung der Stadt Köln im 14. und 15. Jahrhundert, W. Stein éd., Bonn, 1893, no 30, p. 14 ; F. LAU, Entwicklung der kommunalen Verfassung und Verwaltung der Stadt Köln bis zum Jahre 1396, Bonn, 1898 et reprint Amsterdam, 1969, p. 268-269. H.-D. Heimann, « Zum Boten-und Nachrichtenwesen im niederrheinischen Raum, vornehmlich der Stadt Köln im Spätmittelalter », Geschichte in Köln, 28 (1990), p. 31-46.

46 Basler Chroniken, V. Die Chronik Henmann Offenburgs 1413-1445, A. Bernouilli éd., Leipzig, 1895 ; E. Gilomen-Schenkel, Henman Offenburg (1379-1459), ein Basler Diplomat im Dienste der Stadt, des Konzils und des Reichs, Bâle, 1975.

47 Handschrift S. 23 fol. de la Zentralbibliothek de Lucerne. Fac-similé : Die Schweizer Bilderchronik des Luzerners Diebold Schilling 1513, A. A. Schmid éd., Lucerne, 1981. Par exemple les fol. 62 (p. 101) et 72v (p. 117).

48 Wolfenbüttel, Ms. Cod. Guelf. no 120. Die Chroniken der deutschen Städte, 16. Die Chroniken der niedersächsischen Städte. Braunschweig 2, L. Hänselmann éd., Leipzig, 1880, p. 269-493 ; Hermen Bote. Bilanz und Perspektiven der Forschung, H. Blume et W. Wunderlich dir., Braunschweig, 1982 ; Hermen Bote. Braunschweiger Autor zwischen Mittelalter und Neuzeit, D. Schöttker et W. Wunderlich dir., Wiesbaden, 1987.

49 W. Eisenbeiβ, Briefe, Boten und Belege. Ein Beitrag zur Entwicklungsgeschichte des Botenwesens und der Post, dargestellt an der Geschichte der Stadt Regensburg bis zum Jahr 1920, Ratisbonne, 1966 ; N. Braun, « Das Finanzwesen der Reichsstadt Regensburg im Spätmittelalter », dans Regensburg im Mittelalter, M. Angerer et H. Wanderwitz dir., Ratisbonne, 1995, p. 107-124 ; A. Schmid, « Verfassung und Verwaltung der Reichsstadt (1245-1500) », dans Regensburg. Geschichte der Stadt, P. Schmid dir., Ratisbonne, 2000, p. 235-247.

50 H. Gachot, « Louffende Botten. Die Geschworenen Läuferboten und ihre Silberbüchsen mit besonderer Berücksichtigung der Straβburger Botenordnungen », Archiv für deutsche Postgeschichte, 2 (1964), p. 1-20.

51 J. Laurent, Aachener Stadtrechnungen aus dem 14. Jahrhundert, Aix-la-Chapelle, 1866.

52 G. Neumann, « Vom Lübecker Botenwesen im 15. Jahrhundert », op. cit.

53 H.-D. Heimann, « Zum Boten-und Nachrichtenwesen im niederrheinischen Raum, vornehmlich der Stadt Köln im Spätmittelalter », op. cit.

54 E. Pitz, Schrift-und Aktenwesen der städtischen Verwaltung im Spätmittelalter. Köln, Nürnberg, Lübeck, Cologne, 1959 ; W. Schultheiβ, Satzungsbücher und Satzungen der Reichsstadt Nürnberg aus dem 14. Jahrhundert, Nuremberg, 1965.

55 Série des Botenbücher aux archives de Francfort : II A/B 9.

56 Henricus Pauper. Rechnungen der Stadt Breslau von 1299-1358, nebst zwei Rationarien von 1386 und 1387, dem Liber imperatoris vont Jahre 1377 und den ältesten Breslauer Statuten, C. Grünhagen éd., Breslau, 1860.

57 A. Haferlach, « Das Geleitwesen der deutschen Städte im Mittelalter », Hansische Geschichtsblätter, 20 (1914), p. 172.

58 H. Sessler, Das Botenwesen der Reichsstadt Nürnberg, Erlangen, 1963, thèse dactylographiée ; L. Buchholzer-Rémy, L’intercommunalité en Franconie à la fin du Moyen Âge, op. cit.

59 Kämmereirechnungen der Stadt Hamburg 1350-1400, K. Koppmann éd., Hambourg, 1869, p. CIV.

60 T. Schrader, « Stadtlaufer und Stadtbriefkasten im 14. Jahrhundert », Mitteilungen des Vereins für hamburgische Geschichte, 6/2 (1896), p. 269-279 ; H. Potthoff, « Der öffentliche Haushalt Hamburgs im 15. und 16. Jahrhundert », Zeitschrift des Vereins für hamburgische Geschichte, 16(1911), p. 1-83 ; B. Friese, Untersuchungen zum Gesandtschaftswesen und zur Verhandlungspolitik Hamburgs im Mittelalter, Hambourg, 1956, thèse dactylographiée.

61 Essener Stadtrechnungen des 14. und 15. Jahrhunderts, T. Lux éd., Essen, 1993, thèse microfilmée, p. 129.

62 C. Kraus, Die Entwicklung des Weseler Stadthaushaltes von 1342-1390, dargestellt auf Grund der Stadtrechnungen, Wesel, 1907 ; Regesten zur politischen Geschichte des Niederrheins, I. Stadtrechnungen von Wesel, F. Gorissen éd., t. 4 : 1349-1450, Bonn, 1963, (Publikationen der Gesellschaft für rheinische Geschichtskunde, LV) ; F. Stricker et G. Warthuysen, Briefträger, laufende Boten und Postillione, Wesel, Historische Vereinigung, 1980, p. 20-31.

63 M. W. Roelen, « Wesel im Spätmittelalter », dans Geschichte der Stadt Wesel, J. Prieur dir., Düsseldorf, 1991, p. 110-164, ici p. 145.

64 A. Krall, « Aachener Verkehrswesen bis zum Ende des 14. Jahrhunderts », Aus Aachens Vorzeit, 18/5-7 (1905), p. 65-107 et 18/8-13 (1905), p. 105-195.

65 W. Eisenbeiβ, Briefe, Boten und Belege..., op. cit.

66 Ibid., p. 128-132.

67 A. Ochsenbein, Die Entwicklung des Postwesens der Republik Solothurn 1442-1849, Solothurn, 1925, p. 27-40 ; H. Morgenthaler éd., « Kulturgeschichtliche Notizen aus den solothumischen Seckelmeisterrechnungen des XV. Jahrhunderts », Anzeiger fur schweizerische Altertumskunde, 20(1918), p. 187-189 et 22 (1920), p. 134-141, 207-212 et 280-286, ici p. 211 pour 1454 et 1465.

68 K. Hübner, « “Nüwe mer us Lamparten”. Spätmittelalterliches städtisches Botenwesen am Beispiel Berns », op. cit.

69 Codex diplomaticus Lusatiae superioris enthaltend die ältesten Ratsrechnungen bis 1419, R.. Jecht éd., Görlitz, 1905 ; I. Hlaváček, « König Wenzel IV. und Görlitz. Beziehungen zwischen Zentral-und Lokalgewalt im Spiegel der Verwaltungsgeschichte des 14. Jahrhunderts », dans Beiträge zur Archivwissenschaft und Geschichtsforschung, R. Groß et M. Kobuch dir., Weimar, 1977, p. 379-396 ; F. Matouš, « Die Görlitzer Boten. Zur städtischen Kommunikation in der Hussitenzeit », dans HusitstvíReformace – Renesance (Volume for the 60th. Birthday of František Smahel), J. Pánek et M. Polívka dir., Prague, 1994, p. 495-502.

70 A. Ranft, Der Basishaushalt der Stadt Lüneburg in der Mitte des 15. Jahrhunderts, Gottingen, 1987, p. 130-135 ; I. Stahl, « Verwaltung, Politik und Diplomatie. Der Lüneburger Rat am Ausgang des Mittelalters », Niedersächsisches Jahrbuch für Landesgeschichte, 61 (1989), p. 159-178.

71 Urkundenbuch der Stadt Duderstadt bis zum Jahre 1500, J. Jäger éd., Hildesheim, 1885, p. 450-459.

72 O. Fahlbusch, Die Finanzverwaltung der Stadt Braunschweig seit dem grossen Aufstand im Jahre 1374 bis zum Jahre 1425, Breslau, 1913, p. 86 et 153.

73 P. F. Kramml, Kaiser Friedrich III. und die Reichsstadt Konstanz (1440-1493), Sigmaringen, 1985 (Konstanzer Geschichts-und Rechtsquellen, XXIX), p. 131 et suiv.

74 Vom Richtebrief zum roten Buch. Die ältere Konstanzer Ratsgesetzgebung, O. Feger éd., Constance, 1955 (Konstanzer Geschichts- und Rechtsquellen, VII), no 347 (ordonnance de 1432), p. 104, et Ordonnances du Conseil sur les messagers (Botenordnungen) de 1442, 1451 et 1459 : archives de Constance, StA KN B I 7, fol. 58v ; B 1 8, fol. 1 ; B 1 11, fol. 1.

75 Strassburger Zunft-und Polizeiordnungen des 14. und 15. Jahrhunderts, J.-C. Brucker éd., Strasbourg, 1889, p. 138-142 : ordonnances du milieu du xve siècle et de 1484 ; H. Gachot, « Louffende Botten... », op. cit.

76 W. Wüst, « Reichsstädtische Kommunikation in Franken und Schwaben. Nachrichtennetze für Bürger, Rate und Kau fleute im Spätmittelalter », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 62 (1999), p. 681-707.

77 H.-D. Heimann, « Zum Boten-und Nachrichtenwesen im niederdeutschen Raum... », op. cit.

78 und Süd in der deutschen Geschichte des Mittelalters, W. Paravicini dir., Sigmaringen, 1990 (Kieler Historische Studien, 34).

79 E. J. Weber, La boîte de messager en tant que signe distinctif du messager à pied, Haarlem, 1972.

80 H. Wenzel, Hören und sehen. Schrift und Bild. Kultur und Gedächtnis im Mittelalter, Munich, 1995, p. 252-290 ; Id., Gespräche – Boten – Briefe, op. cit..

81 E. Kießkalt, Die Entstehung der deutschen Post und ihre Entwicklung bis zum Jahre 1932, Erlangen, 1938 ; K. Gerteis, « Reisen, Boten, Posten, Korrespondenz im Mittelalter und in der Frühen Neuzeit », dans Die Bedeutung der Kommunikation für Wirtschaft und Gesellschaft, H. Pohl dir., op. cit., p. 19-36. H.-D. Heimann, « Brievedregher. Kommunikations-und alltagsgeschichtliche Zugänge zur vormodernen Postgeschichte und Dienstleistungskultur », dans Kommunikation und Alltag in Spätmittelalter und Früher Neuzeit, H. Hundsbichler dir., op. cit., p. 251-292.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Le messager de la ville de Berne et l’ours de Berne à ses pieds, également équipé comme un messager urbain.Läufferbrunnen de la ville de Berne (vers 1540), détail de la colonne.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13106/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Fig. 2. Messager de la ville de Bâle.Détail de la façade de l’Hôtel du Conseil de ville de Bâle (vers 1500).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13106/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Légende Fig. 3. Messager de Brunswick sur la couverture de la chronique de Hermen Bote, Das Schicht Boick, du début du xvisiècle.© Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Ms. Cod. Guelf. 120 Extrav.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13106/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Fig. 4. Extrait du Botenbuch de Francfort-sur-le-Main, 1413, fol. 18.© Francfort-sur-le-Main, Institut für Stadtgeschichte, Botenbücher 6.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13106/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Légende Fig. 5-6. Messagers de Francfort-sur-le-Main en costume d’été et en costume d’hiver mi-parti, illustrations de couverture des Botenbücher de 1439 (costume d’été) et de 1440 (costume d’hiver).© Francfort-sur-le-Main, Institut fur Stadtgeschichte, Botenbücher 23/24.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/13106/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540