Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge

 | 
Claire Boudreau
, 
Kouky Fianu
, 
Claude Gauvard
, 
et al.

Deuxième partie. Langues, agents, réseaux

Information et tradition textuelle

Les tournois et leur traitement dans les manuels des hérauts d’armes au xve siècle

Torsten Hiltmann

Texte intégral

  • 1 G. Melville, « Le problème des connaissances historiques au Moyen Âge. Compilation et transmission (...)

1Dans un article de 1991 consacré au problème des connaissances historiques au Moyen Âge, Gert Melville a montré, en étudiant les chroniques pontificales, comment l’examen approfondi des conditions de compilation et de transmission des textes peut contribuer à améliorer notre connaissance du savoir historique à l’époque concernée. Ceci est d’autant plus important que ce résultat n’est pas sans effet sur notre perception de l’influence exercée par le phénomène que constitue la « culture historique »1.

2Il ne s’agira cependant pas, dans les pages qui suivent, de se concentrer seulement sur la structure de la transmission des textes et du savoir, mais aussi de s’intéresser aux conditions de leur réception. Qui étaient ceux qui ont fréquenté ce savoir et quel pouvait être leur intérêt pour les informations transmises dans ces textes ? En présupposant qu’à un changement des conditions de réception des textes, par exemple dans le cercle de leurs lecteurs, peut aussi souvent correspondre un changement culturel, rendu perceptible par une telle approche.

  • 2 Sur les manuels des hérauts d’armes, je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat en préparati (...)

3C’est en prenant l’exemple des hérauts d’armes et de leurs fonctions dans les tournois que la question de la transmission d’informations sera ici abordée – plus précisément en considérant deux de ses modes. Le premier mode vise à informer les participants potentiels de la date, du lieu et du déroulement des manifestations à venir. Le second ne concerne que l’office d’armes, c’est-à-dire les confrères et successeurs des hérauts, auxquels il s’agit de fournir des informations sur les tournois et l’art de les proclamer, de même que sur l’office d’armes, son histoire, ses devoirs et ses privilèges. Cette tâche est dévolue aux manuels de l’office d’armes. Rédigés par les hérauts eux-mêmes, ils ont pour objectif apparent de fournir aux confrères et successeurs de ces derniers le savoir nécessaire à l’exercice de leurs fonctions2.

4Après l’apparition, dès la fin du xive siècle, des premiers textes traitant de l’office d’armes, de ses origines et de ses cérémonies, suivent, au xve siècle, les manuels plus étendus dont il sera ici question. Pour la plupart, ce sont de simples collections de différents traités, dont les contenus et l’ordonnancement varient. Ils renferment en général des textes sur l’office d’armes lui-même (son histoire, la nomination des officiers, ses différents privilèges), les connaissances générales nécessaires à son exercice (par exemple le blasonnement, des listes des ducs et comtes du royaume de France, etc.) et/ou la description de cérémonies importantes (tournois, duels judiciaires, obsèques).

  • 3 Sur l’histoire de l’office d’armes sous différents aspects, voir notamment : A. Wagner, Heralds an (...)

5Lorsqu’on considère le développement de l’office d’armes à partir du milieu du xive siècle, il est tout à fait possible de parler d’un processus d’institutionnalisation3. C’est à cette époque en effet que les hérauts entrèrent au service des princes, que leurs tâches se multiplièrent, que des noms d’office et une hiérarchie interne furent créés. Il faut de même signaler ici la tentative de création à Paris, en 1406, d’une corporation regroupant les officiers français. Dans cette perspective, les manuels des hérauts d’armes témoignent de la codification professionnelle des contenus, devoirs et privilèges de l’office d’armes. Parce que l’organisation des tournois et autres manifestations similaires, à commencer par leur proclamation, faisait depuis longtemps partie des tâches des hérauts d’armes, ces points devraient normalement se retrouver dans les manuels. Toutefois, à considérer leurs contenus et leur transmission, on peut douter de leur aspect pratique : on ne trouve, dans les manuels, que peu d’échos des importants changements qui se produisaient alors dans le monde des tournois. C’est là un phénomène qu’il convient d’expliquer.

Le monde des tournois au xve siècle

  • 4 Sur les tournois à la fin du Moyen Âge, voir P. Contamine, « Les tournois en France à la fin du Mo (...)

6Dès le xive siècle, le nombre des véritables tournois, c’est-à-dire de grandes mêlées auxquelles participent des centaines de combattants, diminue sensiblement4. Ces tournois au sens propre furent remplacés par les joutes, au cours desquelles un ou plusieurs chevaliers munis de lances se déclaraient disposés à affronter quiconque relèverait leur défi. Ces joutes n’étaient pas seulement moins dangereuses et moins coûteuses ; elles correspondaient également à de nouveaux besoins et tendances de la société chevaleresque, c’est-à-dire à un désir croissant d’individualisation de l’honneur et de la gloire, ainsi qu’au souhait de voir se renforcer les liens entre chevaliers et prince.

  • 5 Pour des pièces justificatives tirées de différents comptes municipaux flamands, E. van den Neste,(...)
  • 6 Ces observations se fondent sur les indications des manuels, mais elles sont confirmées (en ce qui (...)
  • 7 Par exemple Paris, Bibliothèque nationale de France [désormais BnF], fr. 2249, fol. 101-101 v.

7Tournois et joutes étaient publiés oralement par les hérauts, devant les cours et dans les villes5. Ces proclamations suivaient, semble-t-il, un texte standard, où, dans le cas des tournois, on modifiait seulement la date et le lieu, ainsi que le nom des marches et des juges d’armes6. Le libellé, inchangé, de ces proclamations donnait en outre des informations sur le programme de chaque journée, l’équipement des combattants et les récompenses qui seraient décernées aux meilleurs de chaque marche d’armes7.

  • 8 Par exemple Paris, BnF, fr. 1983, fol. 83-83v.

8Les proclamations de joutes, quant à elles, étaient plus détaillées : les noms et blasons des chevaliers désireux de se battre, le nombre de participants, ainsi que parfois le nombre de lances que les chevaliers appelant au combat entendaient briser, s’y trouvaient énumérés8. Même si les proclamations font aussi état de quelques règles plus ou moins relatives aux combats eux-mêmes, le déroulement des manifestations, ainsi que les décisions des juges, suivaient les anciennes coutumes.

  • 9 Sur les emprises, voir notamment R. Barber et J. Barker, op. cit., p. 147-149 et J.-P. Jourdan, «  (...)
  • 10 Sur le contenu des chapitres d’une emprise, voir par exemple Paris, BnF, fr. 25186, fol. 89-90 (il (...)
  • 11 Par exemple Olivier de la Marche, « Mémoire sur la Maison de Bourgogne », dans J. A. C. Buchon éd. (...)

9Cette situation changea au début du xve siècle, avec l’apparition des « emprises » et de leurs « chapitres », rédigés séparément9. Les emprises étaient entreprises par un seul chevalier, qui se revêtait d’un bracelet ou de quelque autre objet semblable qu’il promettait de porter jusqu’à ce qu’un chevalier suffisamment digne vînt lui livrer combat selon des règles particulières, fixées à l’avance par écrit dans les chapitres. Dans ces derniers étaient consignés la succession des différents tours de combat, le nombre des coups, la définition stricte du moment où le combat devait être interrompu et de celui où il était gagné, etc.10 Il s’agissait de respecter les règles de ces chapitres à la lettre – ce que le juge, en général le souverain de l’un des deux combattants, surveillait scrupuleusement11.

  • 12 Par exemple le récit vraisemblablement rédigé par le poursuivant Thomas Whiting, dit Nucelles, sur (...)

10Même consigné par écrit, ce type de défi, qui est en même temps une annonce, était cependant toujours transmis par des hérauts qu’on envoyait, parfois même avec l’objet signifiant l’emprise elle-même, devant les cours princières pour y trouver des adversaires convenables ou défier certaines personnes12.

  • 13 Une manifestation antérieure et peut-être fondatrice pour les suivantes a eu lieu en 1434 à Orbigo (...)

11Des évolutions se font jour avec les « pas d’armes », qui apparaissent dans les années quarante du xve siècle : le contenu des chapitres s’élargit13. Lors d’un pas d’armes, un chevalier (ou plusieurs) faisait le serment de tenir un lieu donné pendant un certain laps de temps et se déclarait prêt à le défendre contre tout chevalier digne de l’affronter et acceptant les règles fixées. Celui-ci pouvait alors choisir entre plusieurs tours et armes de combat clairement définis. Ainsi, les chapitres n’évoquent plus seulement les règles de l’affrontement, mais donnent aussi des informations précises sur l’organisation, le déroulement et la mise en scène du pas d’armes.

12Ces informations faisaient d’ordinaire référence à des histoires imaginaires qui précédaient les chapitres et motivaient les intentions du défi, comme c’était du reste déjà le cas des chapitres d’emprises, qui néanmoins étaient dépourvus de références fantastiques. Les justifications des pas d’armes, tout comme leur mise en scène, étaient beaucoup plus élaborées : elles évoquaient un monde de fantaisie avec ses créatures fabuleuses et ses allégories, se présentant ainsi comme une surface de projection susceptible d’illustrer encore plus les idéaux chevaleresques.

  • 14 Entre autres ibid., p. 58. Le pas d’armes de la Belle Pèlerine fut par exemple publié par le roi d (...)
  • 15 Voir par exemple les chapitres des pas d’armes de la Belle Pèlerine (reproduits dans la Chronique (...)

13Les pas d’armes étaient toujours proclamés par les hérauts – ce dont témoignent de nombreux récits14. Les hérauts pouvaient toutefois aussi jouer un rôle important pendant le déroulement du combat, même si ce rôle était restreint à un groupe particulier d’officiers d’armes15.

14On peut retenir qu’au cours du xve siècle, le monde des tournois a subi une nette évolution, deux types de manifestations prestigieuses faisant leur apparition et provoquant d’importants changements. Bien que les hérauts d’armes aient joué un rôle de premier plan dans l’annonce des emprises et pas d’armes, ainsi que dans leur déroulement en général, cette évolution ne trouve pas d’écho dans leurs manuels. L’image que ces derniers dessinent du monde des tournois est assez différente.

Les tournois dans les manuels des hérauts d’armes

  • 16 P. Roland, op. cit., p. 176-203. Cette collection de traités est, avec quelques variantes, aussi c (...)

15On peut tout d’abord constater que seule un peu plus de la moitié des manuscrits pouvant être considérés comme des manuels inclut des textes relatifs aux tournois. Quand c’est le cas, il s’agit la plupart du temps de morceaux tirés d’un groupe de traités dont la tradition la plus exhaustive se trouve dans le manuel du héraut Sicile16. Rédigé vers 1430, ce groupe de textes peut être relié aux cours du Brabant et de Bourgogne, alors célèbres pour leur amour des tournois et autres manifestations chevaleresques.

  • 17 Par exemple P. Roland, op. cit., p. 184.

16Ces textes sont précédés d’un exemple de proclamation de tournois et d’autres jeux guerriers à la cour du roi Arthur, qui y est décrit comme leur fondateur. Suit un recueil concernant les tournois « à l’ancienne manière de France ». On y retrouve notamment un exemple de proclamation, la description de l’armure d’un chevalier, ainsi qu’un traité sur le déroulement d’un tournoi à cette époque. Enfin, les deux derniers textes se détachent du reste par leur prétention à s’occuper de « l’ordonnance des toumoy à present scelon à l’usage de France »17. Nous avons là, d’une part, un traité enseignant aux hérauts l’art de proclamer les tournois et joutes et, d’autre part, un texte traitant de l’organisation des tournois et des fonctions des hérauts en cette occasion.

  • 18 Paris, BnF, fr. 1280, fol. 123v-130v. Sur les particularités de ce manuscrit, voir infra.

17Il existe aussi un autre traité de tournois, indépendant de ce groupe de textes, qui apparaît pour la première fois dans une compilation établie environ cinquante ans plus tard18. Les manuels restants ne contiennent que des exemples de proclamation de tournois et de joutes ou des énumérations toujours semblables des privilèges dont jouissaient les hérauts lors de ces manifestations.

  • 19 Paris, BnF, fr. 1968, fol. 162v-163.
  • 20 Paris, BnF, fr. 1983 ; fr. 5241 et fr. 23988.

18Il est remarquable que tous ces manuels insistent particulièrement sur les tournois qui, même s’ils n’avaient pas souvent lieu, dépassaient fortement les joutes en réputation. Les traités ne parlent que des tournois au sens propre ; les proclamations de ceux-ci y précèdent presque toujours les autres dans les séries de modèles d’annonces. Cependant, les exemples de proclamations de joutes se distinguent par une variété beaucoup plus prononcée que leurs équivalents pour les tournois – ce qui semble plaider pour leur plus grande familiarité avec le quotidien. Cette proximité doit par ailleurs être en partie relativisée par le fait que l’exemple de proclamation d’une joute ajouté à un texte de 1461 se fonde sur des événements qui remontent aux années 143019. Son auteur ne parle donc pas d’expérience, mais a dû tirer son exemple d’autres sources écrites. Enfin, pour ce qui est de l’évolution observée avec l’apparition des emprises et pas d’armes, seuls trois manuels sur une vingtaine contiennent des textes sur le sujet et donnent quelques exemples de chapitres20.

19En ce qui concerne le traitement des tournois dans les manuels et en tenant compte des évolutions décrites, les constats suivants peuvent être dressés : malgré l’importance des tournois, joutes, emprises, etc., dans les tâches de l’office d’armes, cette matière est sous-représentée. Les manuels décrivent une situation expressément définie comme la situation « à présent », qui est toutefois profondément dominée par les tournois au sens propre, bien que ceux-ci n’aient plus lieu, à partir du xive siècle, que sporadiquement ; de plus, les aspects historiques y sont également fortement soulignés. En revanche, les joutes, plus fréquentes, se distinguent par la variété des exemples de proclamation donnés pour elles.

20Ainsi, alors que l’on continuait de lire, copier, voire reformuler les manuels – la plupart des manuscrits remonte même aux années 70 et 80 du xve siècle ! –, ceux-ci ne reflétaient pourtant que marginalement les évolutions se produisant à cette même époque.

  • 21 Sur les gages des batailles au xive et au xve siècle, de rares indications ont été données jusqu’i (...)

21On constate ce même manque d’actualité dans d’autres traités, par exemple ceux consacrés aux « gages de batailles », c’est-à-dire aux duels judiciaires qui, alors qu’ils avaient encore lieu assez souvent au xive siècle, disparaissent presque entièrement au siècle suivant21. Il y a donc une divergence appréciable entre les contenus des manuels et leur rapport à la situation concrète – divergence qu’il faut expliquer.

22En m’appuyant sur l’analyse des informations communiquées dans les manuels et sur celle des fondements de leur transmission, je voudrais maintenant essayer d’interpréter ce phénomène en confrontant les manuels des hérauts d’armes aux annonces de tournois et, surtout, aux chapitres des emprises et pas d’armes, afin de cerner plus clairement leurs particularités.

Les différents caractères des chapitres et des manuels

23Au contraire de celles fournies par les manuels, les informations transmises par les annonces concernent un événement donné. Alors que la version communiquée oralement donne tout d’abord la date, le lieu et le nom des participants à une manifestation, les chapitres, du fait de leur mise par écrit, définissent en outre des règles claires pour les combats, qui remplacent les anciennes coutumes. Ces règles sont fixées de façon prospective, dans le but d’être réalisées à un moment précis. Cette intention, déjà implicite dans le texte lui-même, est encore renforcée par la signature et le sceau du chevalier ayant lancé le défi, formes d’expression authentique de sa volonté. La validité quasi juridique du texte se manifeste, entre autres, dans l’utilisation des chapitres par les juges pour justifier leurs décisions. Les informations transmises par les annonces avaient donc un caractère principalement utilitaire ou instrumental.

  • 22 Paris, BnF, fr. 19811, fol. 31 v.
  • 23 Paris, BnF, fr. 1280, fol. 123v.
  • 24 Paris, BnF, fr. 1968, fol. 62v.

24Avec leurs listes et instructions, les manuels donnent eux aussi, de prime abord, l’impression d’être destinés à une utilisation pratique. L’objectif apparent de leurs rédacteurs était de transmettre à leurs confrères et successeurs le savoir nécessaire à l’exercice de leurs fonctions. Ceci se manifeste clairement dans les titres des différents traités : « La manyere comment heraulx et pursuyvans doivent cognoistre des obsèques »22, « S’ensuit la maniere de faire tournois et bchours, quele chose et comment se doit maintenir les roys d’armes et heraulx en sceulx et de leurs drois »23, ou « Enseignemens notables aux poursuivans »24. Dans le prologue de sa compilation, le héraut Sicile, après avoir donné une vue d’ensemble de ses différents livres, décrit son contenu dans les termes suivants :

  • 25 P. Roland, op. cit., p. 3.

Lesquelles choses dessusdittes sont bien licites et raisonnables de sçavoir à tous nobles roix d’armes, qui se veullent applicquer, comme ilz doivent, à deuement excercer ladite noble office d’armes.25

25Néanmoins, il est frappant de constater que seul le texte de Sicile mentionne aussi nettement l’intention de son auteur. Dans un groupe d’une vingtaine de manuscrits, seuls deux ou trois recueils sont munis de prologues comparables, sur lesquels il faudra revenir.

26C’est que, au-delà de leur caractère instrumental supposé, ces textes ont une autre dimension, symbolique, qui dépasse la première en importance – et ce parce que la plupart d’entre eux n’ont pas de rapport à un événement concret, mais à un événement potentiel. Les informations données ne se rapportent pas à un nouvel état auquel il faut aboutir, mais à des expériences passées, qui sont le plus souvent stylisées et rattachées à un idéal. Outre de véritables informations, les textes transmettent une image plus vaste, l’image idéale d’un monde auquel leurs contenus sont reliés. C’est ce que peut signifier l’insistance sur les tournois ou la mention des gages de batailles. Alors que la description de l’organisation des joutes eût été plus opportune-au moins sur un plan pratique –, les textes préfèrent évoquer les tournois, qui, à l’époque de rédaction des manuels, se distinguaient déjà bien plus par leur prestige que par leur nombre : les tournois, plus que les joutes, donnaient une meilleure image des idéaux chevaleresques.

27Ceci correspondait néanmoins, d’une certaine manière, à un devoir fondamental des hérauts d’armes : connaître et préserver l’honneur de la noblesse, ce qui signifie aussi être capable de donner des informations sur ses cérémonies et symboles traditionnels. Une grande partie des traités contenus dans les manuels fournissent donc aux hérauts d’armes moins des renseignements pratiques sur leur office que des informations générales sur son objet principal et pour ainsi dire son idéologie.

  • 26 C. Boudreau, Les traités..., op. cit., t. 1, p. 39-62.

28Ainsi entrevoit-on, dans d’autres textes des manuels qui n’ont pas de rapport avec les tournois ou d’autres cérémonies, les signes d’une idéologie nobiliaire plus développée, comme Claire Boudreau l’a montré à propos des traités de blason26. Selon elle, ces traités ne servaient pas seulement à enseigner le blason, mais présentaient aussi des aspects idéologiques, par exemple lorsqu’il est dit que les armoiries ont été créées pour récompenser des prouesses militaires ou que seuls les hommes nobles sont autorisés à les porter.

29Contrairement aux annonces, les manuels n’ont pas de validité immédiate. Ils renvoient à des idéaux qu’ils invitent à poursuivre. Alors que les annonces se caractérisent surtout par leur aspect instrumental, en donnant des renseignements sur l’organisation et le déroulement d’un événement particulier, les manuels se distinguent par leur caractère plutôt symbolique, en mettant l’accent moins sur la communication d’instructions pratiques aux hérauts d’armes que sur leurs contenus idéologiques dans leur ensemble.

La tradition des manuels

  • 27 Sur le processus de mise par écrit (dans le sens plus large du terme allemand Verschriftlichung, q (...)

30Pour interpréter des phénomènes restés obscurs, il est souvent utile de se référer à des faits fondamentaux bien connus, en l’occurrence aux réflexions portant sur les processus de mise par écrit, dont les manuels, ainsi que les chapitres témoignent de l’importance croissante aux xive et xve siècles27. Cette démarche permet en effet de mettre en évidence les fondements de leur tradition textuelle et de clarifier certains faits plutôt curieux liés à celle-ci.

  • 28 Sur les particularités de la mise par écrit, K. Ehlich, « Funktion und Struktur schriftlicher Komm (...)
  • 29 Sur ce traité et sa tradition, voir C. Boudreau, Les traités..., op. cit., t. 1, p. 163-172.

31On peut considérer que l’écrit se distingue avant tout par deux caractéristiques qui influent de manière décisive sur la destinée des informations qu’il transmet : l’objectivation et la dissociation28. Par objectivation, il faut comprendre la fixation des textes, qui deviennent ainsi des objets stables. Cela permet de détacher et de conserver l’information qu’ils contiennent comme produit devenu autonome d’une situation de communication entre locuteur et auditeur. De cette manière, il est possible de transporter des textes sans perte de contenu à travers le temps et l’espace. Cela vaut tout autant pour les règles prospectives des chapitres, qui, précisément du fait de leur mise par écrit, peuvent être appliquées à la lettre, que pour les instructions données par un héraut à son poursuivant, comme on peut le voir dans le « Traité de blason en forme de questionnaire »29 du héraut Sicile, transmis par plusieurs manuels et rédigé sous forme de dialogue.

32Alors que le contenu d’informations oralement communiquées peut continuellement – et aussi inconsciemment – changer en s’adaptant aux circonstances et besoins du moment, c’est précisément par son intégrité que se distingue un écrit – entendu ici au sens le plus concret. Ceci a pour conséquence que, du fait de leur caractère particulier décrit plus haut, les textes des chapitres ont dû être nouvellement créés, ou du moins actualisés, avec chaque nouvel événement.

33Ceci n’est en revanche pas le cas pour les manuels des hérauts d’armes, ce qu’indique déjà leur caractère différent de celui des chapitres. Par leur tradition, les manuels peuvent être modifiés, mais ne doivent pas nécessairement l’être. N’étant pas liés à un événement particulier, ils peuvent garder le même contenu pendant une période indéfinie, sans changement ou actualisation si ceux-ci ne sont pas souhaités ou possibles.

34La dissociation, fondée sur l’objectivation, est le processus par lequel la situation initiale de communication entre locuteur et auditeur est remplacée par la relation entre rédacteur et lecteur. Alors que, en situation orale, le locuteur a la possibilité, s’il en ressent le besoin, de commenter les informations qu’il transmet à l’auditeur, voire de ne pas les lui donner, le rédacteur perd, avec la mise par écrit de ses pensées, la possibilité d’influencer leur réception chez les lecteurs potentiels. Les textes peuvent être détachés des conditions de réception prévues par le rédacteur et par la suite intégrés à un discours tout à fait différent. Une fois rédigés et diffusés, les textes sont aussi accessibles, potentiellement, à n’importe quel public. De cette manière, l’utilisation des informations transmises par un lecteur postérieur peut considérablement diverger des intentions initiales du rédacteur.

  • 30 Paris, BnF, fr. 1280.
  • 31 Vienne, ÖNB, 2616 et New Haven, Yale, 230.

35En partant de ces observations, il est possible de mieux comprendre certains faits, à première vue plutôt curieux, par exemple la décoration luxueuse de certains manuscrits et l’identité de leurs possesseurs. Il en va ainsi, par exemple, d’une compilation datant de 1481, qui traite des mêmes sujets que les manuels et qui fut rédigée par le père du roi d’armes de Flandres30. Son commanditaire n’était autre que le célèbre bibliophile Louis de Bruges (1422-1492), seigneur de Gruthuyse. Ses armes se trouvent sur le frontispice de cet exemplaire luxueux, qui passa ultérieurement dans la bibliothèque du roi de France. Il s’agit d’un manuel spécialement reformulé pour Louis de Bruges et d’après ses souhaits. D’autres exemplaires de ce manuel étaient en possession de Philippe de Clèves (1456-1528) et de Marguerite d’York (1446-1503)31.

  • 32 L’un des exemplaires de ce type de manuel est le ms. Paris, BnF, fr. 1968.
  • 33 Paris, Arsenal, 4655, fol. 1.
  • 34 Paris, BnF, Rés. J. 365 et Vélins 712-4.

36Des manuels compilés selon toute apparence pour des hérauts ont cependant aussi été de fait copiés pour des nobles, comme la compilation dite de Toison d’or (d’après le nom du célèbre roi d’armes auquel est dû le dernier traité du manuel), rédigée en 1464 ou peu après32. Un exemplaire de ce texte, plus sobre que les manuscrits déjà mentionnés, porte les armes d’un messire Gauvain Quieret, chevalier, seigneur de Daustreville et de Warquin33. Le même texte a été ajouté dans un livre imprimé dédié au roi Charles VIII par l’humaniste Robert Gaguin, à la suite d’une traduction de la Troisième Décade de Tite Live34.

  • 35 Voir The Argentaye Ttract, Ed. from Paris, BN, fonds français 11.464, A. Manning éd., Toronto et a (...)
  • 36 Ibid., p. 42.

37Enfin, on peut dans cette perspective relever les deux prologues déjà brièvement mentionnés. L’un appartient au manuel de Louis de Bruges, l’autre à un manuscrit breton composé entre 1482 et 1485 d’une manière plus érudite, mais qui partage une grande partie de ses textes avec les autres manuels des hérauts d’armes35. Le second s’adresse lui aussi plutôt à un public noble, en se présentant comme un livre sur la noblesse, et n’évoque les hérauts d’armes qu’en marge. Ainsi le texte sur l’origine légendaire des hérauts est-il introduit de la manière suivante : « Et pour tant que aux nobles apartient l’exellance de porter armes, des quelles est troicté en ce livre, nous dirons cy apreis des armes et des officiers d’icelles. »36 Alors que les manuels donnent à première vue l’impression d’être des œuvres d’instruction, marquées par la volonté d’informer et de transmettre aux hérauts aussi bien présents qu’à venir le savoir nécessaire à leur office, c’est plutôt leur dimension symbolique qui a favorisé leur diffusion. En ayant pour objectif de donner des informations sur la noblesse, ils ont attiré l’intérêt de cette dernière ; les manuels ont vu leur public s’élargir à l’aristocratie. Ils sont même devenus symboles des conceptions que la noblesse se faisait d’elle-même. Ceci correspond à la dissociation de la tradition textuelle et concerne le texte aussi bien en lui-même que comme objet réel, ainsi que le montrent de manière particulièrement nette les manuscrits luxueux de Louis de Bruges ou de Marguerite d’York. Même si le résultat, en apparence, restait le même, l’utilisation prévue par les auteurs initiaux pour les informations transmises s’est bel et bien transformée.

38Ainsi considérés, les manuels initialement consacrés à l’office d’armes, passés jusqu’à présent presque totalement inaperçus, sont une source à ne pas sous-estimer sur la culture de la noblesse. La question de la réception de ces œuvres et celle de leur pouvoir d’attraction, la seconde conditionnant la première, devraient être ici placées au premier plan.

  • 37 G. A. Lester, Sir John Paston’s “Crete boke”. A Descriptive Catalogue, with an Introduction, of Br (...)

39Par ailleurs, ces observations – considérées dans une perspective plus générale – nous invitent aussi à la prudence dans le cas des chapitres, dont nous avons souligné le fort caractère utilitaire. C’est cette qualité qu’ils perdent nécessairement du fait de l’accomplissement des règles qu’ils contiennent, lors de l’événement pour lequel ils ont été rédigés. Le fait que les textes nous soient néanmoins parvenus – comme dans le Crete Boke de John Paston, représentant d’une famille récemment anoblie37 – a donc nécessairement d’autres explications : bien plus que n’importe quelle raison pratique comptaient les exploits et l’image du monde chevaleresque que les chapitres transmettaient.

Notes

1 G. Melville, « Le problème des connaissances historiques au Moyen Âge. Compilation et transmission des textes », dans L’historiographie médiévale en Europe, J.-P. Genet dir., Paris, 1991, p. 21-41. Un exemple d’étude sur la tradition et la réception des textes est donné par : Der Codex im Gebrauch. Akten des Internationalen Kolloquiums 11.-13. Juni 1992, H. Keller et C. Meier dir., Munich, 1996 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 70).

2 Sur les manuels des hérauts d’armes, je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat en préparation : « Die Hand-und Lehrbücher des spätmittelalterlichen Heroldswesens. Zum Umgang mit Schrift und Symbol in der französisch-burgundischen Adelskultur des 15. Jahrhunderts ». Les manuels ont été jusqu’à présent peu explorés par les chercheurs. De rapides aperçus sont donnés par P. Contamine, « Les Traités de Guerre, de Chasse, de Blason et de Chevalerie », dans La littérature française aux xive et xve siècles, D. Poiron dir., Heidelberg, 1988 (Grundriβ der romanischen Literaturen des Mittelalters, 7/1), p. 346-367, ici p. 363 et suiv. et G. Melville, « Der Brief des Wappenkönigs Calabre. Sieben Auskünfte über Amt, Aufgaben und Selbstverständnis spätmittelalterlicher Herolde (avec édition des Textes) », Majestas, 3 (1995), p. 69-116, ici p. 80-82. Sur les manuels abordés sous l’angle des traités de blason, qui en forment presque toujours une partie substantielle, voir C. Boudreau, Les traités de blason en français ( xive- xvie siècles), 3 vol., thèse de doctorat (dact.), EPHE, Paris, 1996, t. 1, surtout p. 120-172. Il y a de plus une édition médiocre d’un manuel : P. Roland éd.. Parties inédites de l’œuvre de Sicile, héraut d’Alphonse Vroi d’Aragon, maréchal d’armes du pays de Hainaut, auteur de Blason des couleurs, Mons, 1867.

3 Sur l’histoire de l’office d’armes sous différents aspects, voir notamment : A. Wagner, Heralds and Heraldry in the Middle Ages. An Inquiry into the Growth of the Armorial Function of Heralds, Oxford, 1956 ; Id., Heralds of England. A History of the office and College of Arms, Londres, 1967 ; P. Adam Even, « Les fonctions militaires des hérauts d’armes. Leur influence sur le développement de l’héraldique », Archives héraldiques suisses, 71 (1957), p. 2-32 ; G. Melville, « Der Brief... », op. cit. ; Id., « Hérauts et héros », dans European Monarchy. Its Evolution and Practice from Roman Antiquity to Modern Times, H. Duchhardt, R. A. Jackson et D. Sturdy dir., Stuttgart, 1992, p. 81-97 ; Id., « “Un bel office”. Zum Heroldswesen in der spätmittelalterlichen Welt des Adels, der Höfe und Fürsten », dans Deutscher Konigshof Hoftag und Reichstag im späten Mittelalter, P. Moraw dir., Sigmaringen, 2002 (Vorträge und Forschungen, 48) p. 291-321 ; Id., « “Le Roy d’armes des François, dit Montjoye”. Quelques observations critiques à propos de sources traitant du chef des hérauts de France au xve siècle », dans Mélanges Pierre Braun, J. Hoareaudodinau et P. Texier dir., Limoges, 1998, p. 587-608 ; Id., « Das Herkommen der deutschen und französischen Herolde. Zwei Fiktionen der Vergangenheit zur Begründung einer Gegenwart », dans Kultureller Austausch und Literaturgeschichte im Mittelalter, I. Kasten, W. Paravicini et R. Pérennec dir., Sigmaringen, 1998 (Beihefte der Francia, 43), p. 43-56 ; Id., « Geschichte im Diskurs. Zur Auseinandersetzung zwischen Herolden über die Frage : “Qui est le royaume chrestien qui plus est digne d’estre approuché d’Onneur ?” », dans Les princes et l’histoire du xive au xviiie siècle. Actes du colloque organisé par l’Université de Versailles-Saint-Quentin et l’Institut Historique Allemand, Paris-Versailles, 13-16 mars 1996, C. Grell, W. Paravicini et J. Voss dir., Bonn, 1998, p. 243-262 ; P. Contamine, « Office d’armes et noblesse dans la France de la fin du Moyen Âge », Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1994, p. 310-322 ; C. Boudreau, « Les hérauts d’armes et leurs écrits face à l’histoire. Enquête sur la diffusion du mythe des origines de leur office (xivexviie siècle) », dans L’identità genealogica e araldica. Fonti, metodologie, interdisciplinarità, prospettive. Atti del 23° congresso internazionale di scienze genealogica e araldica, Torino, Archivio di Stato, 21-26 settembre 1998, Rome, 2000 (Publicazioni degli Archivi di Stato, Saggi, 64), t. 1, p. 453-476.

4 Sur les tournois à la fin du Moyen Âge, voir P. Contamine, « Les tournois en France à la fin du Moyen Âge », dans Das ritterliche Turnier im Mittelalter. Beiträge zu einer vergleichenden Formen-und Verhaltensgeschichte des Rittertums, J. Fleckenstein dir., Gottingen, 1985, p. 425-449 ; R. Barber et J. Barker, Die Geschichte des Turnieres, Düsseldorf-Zurich, 2001, p. 127-180 (traduction de : Tournaments. Jousts, Chivalry and Pageants in the Middle Ages, Woodbridges-New York, 1989) ; R. Barber, The Knight and Chivalry, Woodbridge, 1995, p. 155-224. La rareté des grandes mêlées se manifeste déjà par le fait qu’Antoine de la Sale doive remonter à l’année 1409, « il y a cincquante ans ou plus », pour trouver un exemple convenable, dans son traité des tournois écrit en 1458. Cf. Antoine de la Sale, « Des anciens tournois et faictz d’armes », dans Traités du Duel Judiciaire, Relations de Pas d’armes et Tournois par Olivier de la Marche, Jean de Villiers, seigneur de l’Isle-Adam, Hardouin de la Jaille, Antoine de la Sale, etc., B. Prost éd., Paris, 1872, p. 193-221, ici p. 203.

5 Pour des pièces justificatives tirées de différents comptes municipaux flamands, E. van den Neste, Tournois, joutes, pas d’armes dans les villes de Flandre à la fin du Moyen Âge (1300-1486), Paris, 1996 (Mémoires et documents de l’École des Chartes, 47), p. 211-332, passim.

6 Ces observations se fondent sur les indications des manuels, mais elles sont confirmées (en ce qui concerne les joutes) par un exemple de proclamation de 1404, hors de la sphère des hérauts, dans le registre aux plaids du Souverain Bailliage de Namur. Cf. J. Bovesse, À travers l’histoire du Namurois, Bruxelles, 1971, p. 116.

7 Par exemple Paris, Bibliothèque nationale de France [désormais BnF], fr. 2249, fol. 101-101 v.

8 Par exemple Paris, BnF, fr. 1983, fol. 83-83v.

9 Sur les emprises, voir notamment R. Barber et J. Barker, op. cit., p. 147-149 et J.-P. Jourdan, « Le thème du Pas et de l’Emprise. Espaces symboliques et rituels d’alliance en France à la fin du Moyen Âge », Ethnologie française, 22 (1992), p. 172-184. À défaut d’études plus étendues, voir, pour exemple littéraire et particulièrement évocateur, Antoine de la Sale, Le petit Jehan de Saintré, J. Blanchard éd., Paris, 1995, p. 163-259.

10 Sur le contenu des chapitres d’une emprise, voir par exemple Paris, BnF, fr. 25186, fol. 89-90 (il s’agit des chapitres d’un certain François de Ravorée).

11 Par exemple Olivier de la Marche, « Mémoire sur la Maison de Bourgogne », dans J. A. C. Buchon éd., Choix de chroniques sur l’histoire de France, Paris, 1836, p. 413 et suiv. Le seul écart qu’il est possible de constater par rapport aux chapitres est un arrêt prématuré du combat par le juge (ibid., p. 421).

12 Par exemple le récit vraisemblablement rédigé par le poursuivant Thomas Whiting, dit Nucelles, sur l’emprise de fleur de memoire faite par Antoine de Woodville, Lord Scales, défiant Antoine, le bâtard de Bourgogne, en envoyant le héraut Chestre avec la fleur de memoire à la cour de Bourgogne (Sir John Paston’s ‘Grete Boke’, Londres, British Library, Lansdowne 285, fol. 31v-34v). Il était aussi possible qu’on envoyât les hérauts pour toucher des emprises au nom des chevaliers (Georges Chastellain, Œuvres, K. de Lettenhove éd., Bruxelles, 1863-66, t. 4, p. 217 et suiv.)

13 Une manifestation antérieure et peut-être fondatrice pour les suivantes a eu lieu en 1434 à Orbigo, le passo honroso de Suero de Quinones et ses compagnons (cf. Pero Rodriguez de Lena, Et passo honroso de Suero de Quinones, A. Labandeira Fernandez éd., Madrid, 1977). Sur les pas d’armes en général, voir, entre autres, A. Lindner, Die pas d’armes. Eine Form des Turniers im burgundischen Raum im 15. Jahrhundert, thèse de doctorat, Université de Stuttgart, 1990 (dact.) ; A. Strubel, « Le pas d’armes – Le tournoi entre le romanesque et le théâtral », dans Théâtre et spectacles hier et aujourd’hui. Moyen Âge. Actes du 115e Congrès national des sociétés savantes (Avignon 1990), Paris, 1991, p. 273-284 ; J.-P. Jourdan, « Le thème du pas dans le royaume de France (Bourgogne, Anjou) à la fin du Moyen Âge. L’émergence d’un symbole », Annales de Bourgogne, 92 (1990), p. 117-133 ; Id., « Le symbolisme politique du pas dans le royaume de France (Bourgogne et Anjou) à la fin du Moyen Âge », Journal of Medieval History, 18 (1992), p. 161-181 ; G. Melville, « Der Held in Szene gesetzt. Einige Bilder und Gedanken zu Jacques de Lalaing und seinem Pas d’armes de la Fontaine des Pleurs », dans « Aufführung » und « Schrift » in Mittelalter und Früher Neuzeit, J.-D. Müller dir., Stuttgart-Weimar, 1996, p. 253-286 ; Barber, op. cit., p. 193-201. Comme exemples publiés des chapitres d’un pas d’armes peuvent être mentionnés les chapitres du pas d’armes de la Dame sauvaige, dans Olivier de La Marche, « Traicté d’un tournoy tenu à Gand par Claude de Vauldray, seigneur de l’Aigle, l’an 1469 », dans Prost, op. cit., p. 55-95, ici p. 58-65.

14 Entre autres ibid., p. 58. Le pas d’armes de la Belle Pèlerine fut par exemple publié par le roi d’armes d’Artois en France, par le roi d’armes de la Toison d’Or en Angleterre et Écosse, par le héraut Namur en Allemagne et par Chasteaubelin en Espagne (Mathieu d’Escouchy, Chronique, G. du Fresne de Beaucourt éd., Paris, 1863, t. 1, p. 260-262).

15 Voir par exemple les chapitres des pas d’armes de la Belle Pèlerine (reproduits dans la Chronique de Mathieu d’Escouchy, op. cit., t. 1, p. 251 et suiv.) et la participation du roi d’armes de la Toison d’or comme juge au pas d’armes de la Dame sauvaige (Olivier de la Marche, Traicté d’un tournoy..., op. cit., p. 67).

16 P. Roland, op. cit., p. 176-203. Cette collection de traités est, avec quelques variantes, aussi contenue dans les manuscrits suivants : Londres, College of Arms, Μ. 19 ; Oxford, Bodleian Library, Douce 278 ; Vienne, Österreichische Nationalbibliothek (désormais ÖNB), 2652 ; Bibl. Vat., Ottoboni 2652. Les deux derniers traités se trouvent également dans le ms. Paris, BnF, fr. 25186, fol. 65v-75v. Les proclamations des tournois et des joutes constituent le modèle des exemples contenus dans les mss. Paris, BnF, fr. 1968, fol. 162v-163v et Paris, BnF, fr. 5228, fol. 100v-101.

17 Par exemple P. Roland, op. cit., p. 184.

18 Paris, BnF, fr. 1280, fol. 123v-130v. Sur les particularités de ce manuscrit, voir infra.

19 Paris, BnF, fr. 1968, fol. 162v-163.

20 Paris, BnF, fr. 1983 ; fr. 5241 et fr. 23988.

21 Sur les gages des batailles au xive et au xve siècle, de rares indications ont été données jusqu’ici, qui attestent néanmoins une diminution frappante des duels judiciaires au xve siècle, cf. par exemple C. Gauvard, « De grace especial ». Crime, Etat et société en France, Paris, 1991, p. 172-178 et H. Morel, « La fin du duel judiciaire en France », Revue historique de droit français et étranger, 42 (1964), p. 574-639, ici p. 622-624 avec la note 168.

22 Paris, BnF, fr. 19811, fol. 31 v.

23 Paris, BnF, fr. 1280, fol. 123v.

24 Paris, BnF, fr. 1968, fol. 62v.

25 P. Roland, op. cit., p. 3.

26 C. Boudreau, Les traités..., op. cit., t. 1, p. 39-62.

27 Sur le processus de mise par écrit (dans le sens plus large du terme allemand Verschriftlichung, qui inclut aussi l’utilisation progressive de l’écrit) et ses conséquences en général voir avant tout J. Goody dir., Literalität in traditionalen Gesellschaften, Francfort-sur-leMain, 1981 [orig. angl. : Literacy in Traditional Societies, Cambridge, 1968] et particulièrement la contribution de J. Goody et I. Watt, « Konsequenzen der Literalitât », p. 45-104. L’utilisation progressive de l’écrit à la fin du Moyen Âge entraîne aussi des changements dans les structures du savoir, dont H. U. Gumbrecht, « Complexification des structures du savoir. L’essor d’une société nouvelle à la fin du Moyen Âge », dans D. Poiron, op. cit., p. 20-28 donne un aperçu.

28 Sur les particularités de la mise par écrit, K. Ehlich, « Funktion und Struktur schriftlicher Kommunikation », dans Schrift und Schriftlichkeit / Writing and Its Use. Ein interdisziplinäres Handbuch internationaler Forschung / An Interdisciplinary Handbook of International Research, H. Günther et O. Ludwig dir., Berlin-New York, 1994 (Handbücher zur Sprachund Kommunikalionswissenschaft, 10), t. 1, p. 18-41.

29 Sur ce traité et sa tradition, voir C. Boudreau, Les traités..., op. cit., t. 1, p. 163-172.

30 Paris, BnF, fr. 1280.

31 Vienne, ÖNB, 2616 et New Haven, Yale, 230.

32 L’un des exemplaires de ce type de manuel est le ms. Paris, BnF, fr. 1968.

33 Paris, Arsenal, 4655, fol. 1.

34 Paris, BnF, Rés. J. 365 et Vélins 712-4.

35 Voir The Argentaye Ttract, Ed. from Paris, BN, fonds français 11.464, A. Manning éd., Toronto et al., 1983 (Toronto medieval texts and translations, 1).

36 Ibid., p. 42.

37 G. A. Lester, Sir John Paston’s “Crete boke”. A Descriptive Catalogue, with an Introduction, of British Library MS Lansdowne 285, Cambridge, 1984. Au sujet de la famille des Paston, voir R. Barber, The Postons, Londres, 1984.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540