Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge

 | 
Claire Boudreau
, 
Kouky Fianu
, 
Claude Gauvard
, 
et al.

Première partie. Collectes, formes, normes

La source du savoir

Publication officielle et communication informelle à Paris au début du xve siècle

Veronika Novák

Texte intégral

1Cri public et lettre royale, ambassadeurs et messagers urbains étaient tous des outils du pouvoir local ou central dans ses stratégies informatives ; mais pour connaître leurs véritables fonctions au sein des communautés, nous devons tenter de retrouver leur place dans l’ensemble du système de communication médiéval. Nous devons définir notamment quel était leur rôle par rapport aux canaux informels dans la divulgation d’un savoir sur l’environnement politique et social contemporain.

2Tout d’abord, nous définissons l’information officielle comme désignant tout message distribué dans la société, dont les émetteurs explicites sont des institutions ou des autorités (roi, pape, concile, conseil de ville, université ou parlement) qui s’expriment comme telles.

  • 1 G. Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, 1932 ; S. L. Kaplan, The famine plot persuasion in eigh (...)
  • 2 P. Contamine, Des pouvoirs en France, 1300-1500, Paris, 1992 ; S. Menache, The Vox Dei. Communicati (...)

3Les études sur le poids de cette information officielle, selon leurs intérêts propres, présentent un panorama très varié, des images tout à fait contradictoires. Les écrits sur les cas de rumeur soulignent le manque total de renseignements officiels sûrs même au xviiie siècle, quand le gouvernement ne faisait même pas d’efforts pour maintenir un contact, et pour fournir des informations bien fondées : de peur d’avoir l’air de s’expliquer, il n’expliquait rien à la société1. En revanche, les recherches sur la propagande décrivent une machine informative et persuasive toujours plus efficace, utilisée par un pouvoir conscient du poids et des enjeux de l’information2.

4En face de ce tableau contrasté, comment pourrions-nous formuler nos questions ? Sûrement pas en termes de pourcentages délimitant deux entités totalement isolées, l’officiel et l’informel. Il est plus utile de mettre en lumière les possibilités d’accès aux diverses énonciations puis de rechercher les différentes fonctions ainsi que les rapports et les articulations des deux domaines. Au lieu de s’intéresser exclusivement aux expéditeurs, aux motifs des puissants, nous devons nous interroger sur les stratégies des récepteurs également. Dans cette recherche, nous avons choisi comme base la société parisienne du début du xve siècle, assez riche en documents (pensons aux chroniques, aux journaux, aux lettres de rémission et aux textes juridiques, aux écrits préservés de l’Université, aux comptes, aux registres du Châtelet), bien qu’il y ait des lacunes, comme les registres urbains, les corps de correspondance privée ou les minutes notariales si importantes dans d’autres villes de l’époque.

Les canaux du savoir

  • 3 Des textes des ordonnances publiées ainsi que des procès-verbaux de publication se trouvent dans le (...)
  • 4 Pour ne citer que deux exemples, en 1412, Charles VI aurait écrit chaque jour à la ville de Paris s (...)
  • 5 Quelques news-letters d’Henri V à la ville de Londres se trouvent dans J. Delpit, Collection généra (...)
  • 6 J.-P. Séguin, « L’information à la fin du xve siècle en France. Pièces d’actualité imprimées sous l (...)
  • 7 Jean Juvénal Des Ursins, Histoire de Charles VI roy de France, dans Nouvelle collection de mémoires (...)

5Pour connaître les différentes possibilités d’accès au savoir à Paris, il est raisonnable de commencer par repenser les canaux et les relais par lesquels les différentes strates de la société recevaient des informations de la part du pouvoir. Il s’agit presque toujours d’une transmission écrite suivie d’une divulgation orale. Par exemple, dans le cri public, le roi envoie une ordonnance ou un traité de paix au Châtelet et le prévôt de Paris le fait publier aux carrefours « accoutumés ». Le crieur du roi, suivi ou non d’un trompette, parcourt les rues et lit le texte préparé pour publication, puis répète les clauses pratiques en criant3. Les nouvelles militaires, les prises de position politiques arrivent sous forme de lettres missives, expédiées par le roi ou son chef de guerre ou encore par les princes rivaux lors de la guerre civile, et destinées à une bonne ville ou à une institution ecclésiastique4. Cette forme de communication, le news-letter, connaît une vogue spectaculaire au début du xve siècle, bien que les autorités françaises l’utilisent beaucoup moins fréquemment que leurs adversaires anglais5. Puis vers la fin du siècle, grâce à l’imprimerie, la lettre-nouvelle devient un genre populaire, très recherché à l’époque des guerres d’Italie6. Les messages envoyés par les puissants sont parfois accompagnés par des doubles signés par des intermédiaires crédibles comme la ville de Paris ou l’Université, qui servent ainsi de relais pour la propagande du roi et des princes vers les villes de province7.

  • 8 J. Flammermont, « Histoire de Senlis pendant la seconde partie de la guerre de Cent Ans (1405-1441) (...)
  • 9 G. Grassoreille, « Histoire politique du chapitre de Notre-Dame de Paris pendant la domination angl (...)
  • 10 Journal de Nicolas de Baye, greffier du Parlement de Paris 1400-1417, A. Tuetey éd., 2 vol., Paris, (...)
  • 11 Chartularium, op. cit. ; H. Denifle et É. Chatelain, Auctarium chartularii Universitatis Parisiensi (...)

6Pour étudier la réception de ce message écrit, nous devons examiner comment il parvenait jusqu’aux oreilles du public parisien. Nos recherches sur cette facette plutôt négligée de la communication ont révélé un réseau complexe. À Reims ou à Senlis, le destinataire unique, la municipalité, convoque généralement une assemblée de 400 à 600 personnes pour y lire les lettres d’intérêt commun8. À Paris, la lettre peut d’abord arriver à l’Hôtel de Ville qui assume un rôle de distributeur. C’est le prévôt des marchands qui présente par exemple la lettre au chapitre de Notre-Dame, où se fait la lecture en présence des chanoines. Pour informer le reste de la population, le gouvernement local peut opter pour une assemblée commune des habitants à l’Hôtel de Ville ou en place de Grève, mais la pratique de l’assemblée par quartiers semble plus usitée (probablement en raison du nombre des habitants) comme en témoigne la chronique de Juvénal des Ursins. Dans ce cas, le message est d’abord lu devant un public restreint composé des quarteniers et des députés du chapitre Notre-Dame, puis la divulgation se fait par la lecture des copies dans des assemblées locales ou par le résumé oral exposé par les représentants choisis9. Le Parlement est également un destinataire privilégié des lettres royales et il offre sa grande salle pour réunir les notables de la ville afin d’écouter les lettres et de décider des mesures à prendre10. L’Université gère à cette époque une immense correspondance et reçoit des lettres du roi et des princes à côté de celles venues de la Curie et des autres universités. Les réunions souvent hebdomadaires des nations de l’Université, ou encore les congrégations générales des quatre facultés servent à rendre publiques les lettres reçues11.

  • 12 Chartularium, op. cit., t. 4, p. 220 ; Auctarium, op. cit., t. 2, p. 162 : en 1414, l’Université es (...)
  • 13 Il suffit de mentionner le cas de Jeanne d’Arc et de ses imitatrices dans le Journal d’un bourgeois (...)

7Les institutions ecclésiastiques fonctionnent à leur tour comme relais dans le passage écrit-oral. Le roi ou les autorités supérieures demandent souvent au clergé paroissial ou à l’Université de prêcher sur un thème donné ou de lire un message en prône. Ces sermons politiques peuvent s’incorporer dans la messe ou devenir le point culminant d’une procession organisée exprès pour assurer la transmission du message12. Le sermon exprime l’avis officiel également lors des exécutions, où le coupable entend la prédication devant une foule nombreuse au lieu même de son supplice ou au parvis Notre-Dame à Paris13.

  • 14 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 180 ; L. M. Bryant, « La cérémonie de l’entrée à P (...)
  • 15 Guilbert, op. cit., p. 124 : une ordonnance municipale est affichée sur les portes de la ville ; G. (...)
  • 16 Journal d’un bourgeois de Paris..., op.cit., p. 229 ; G. Fagniez, « Journal parisien de Jean Maupoi (...)
  • 17 H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, 1724 (Genève, Minkoff (...)

8Si l’oralité joue un rôle prépondérant dans la publication du message officiel, nous ne devons pas oublier que l’écrit et les cérémonies n’en sont pas non plus absents. Les rituels comme l’entrée ou le sacre sont conçus comme faisant partie d’un véritable dialogue entre le roi et son peuple où, à côté du message général de paix et de bon gouvernement, certains gestes sont introduits en vue d’une information très concrète, telle l’épée présentée au duc de Bedford à son retour de l’enterrement de Charles VI en 1422 : le peuple de Paris semble avoir bien compris la signification du geste et l’on murmure contre une prise de pouvoir si subite14. Quant à l’écrit, l’Église et le pouvoir temporel ont parfois recours aux placards affichés en lieux publics15. Les lettres-nouvelles et traités peuvent être copiés par des particuliers à la Chancellerie, au Châtelet ou à l’Hôtel de Ville, et ces documents s’insèrent dans des papiers personnels ou composent un petit dossier autonome pour des lettrés curieux comme le prieur Maupoint16. Finalement, le sermon lors des exécutions peut être renforcé par des inscriptions diffamatoires, écrites en grosses lettres pour permettre une véritable lecture17.

  • 18 L. Mirot, « Le procès de M. Jean Fusoris, chanoine de Notre-Dame de Paris (1415-1416). Épisode des (...)

9Le pouvoir n’est pas seul à divulguer une partie de son savoir. Il existe d’autres accès, informels, aux secrets du gouvernement. Certaines informations deviennent publiques grâce aux fuites. Cela peut venir d’un fait social structurel, notamment l’omniprésence d’un personnel plus ou moins subalterne, secrétaires, clercs, confidents ou bien serviteurs et marchands fournisseurs dans les cercles du gouvernement. Ces acteurs bien en place auprès des grands ont pourtant des relations avec leurs semblables et jouent un rôle d’intermédiaires entre les secrets du pouvoir et la masse des curieux. Un médecin de la cour royale peut ainsi informer maître Jean Fusoris, son ancien camarade d’université, de certains projets diplomatiques secrets. Les conseillers du Parlement se plaignent qu’un public non désirable de valets assiste aux séances et écoute ainsi les secrets de la Cour. Un peu plus haut dans l’échelle sociale, la fréquentation des grands permet à ces mêmes conseillers du Parlement de connaître les correspondances intimes des ducs et d’en informer leurs collègues. Dans son travail d’historien, Michel Pintoin se procure les documents privés qu’il insère dans sa chronique grâce à ses amis, notaires à la Chancellerie royale18.

  • 19 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 524-525 ; Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 87 (...)
  • 20 Paris, AN, Y2, fol. 123, en 1395 ; Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Char (...)

10La fuite d’informations peut être volontaire, dans le but d’influencer la société parisienne. Quelques rumeurs anti-armagnaques, murmures de conspirations atroces en vue de décimer la population parisienne, peuvent facilement être déclenchées par les Bourguignons en 1415, ou encore en 1418, après leur prise de pouvoir mouvementée19. Un autre genre «populaire », celui des chansons politiques satiriques, est parfois d’origine « savante », et soutient bien les intentions du pouvoir. Les ménestrels professionnels sont surveillés par le pouvoir qui interdit parfois d’aborder certains thèmes, comme le rôle du roi et des princes du sang dans le Schisme. Peu après la condamnation des thèses sur le tyrannicide au concile de Constance, des chansons circulent dans Paris attaquant l’honneur de Jean sans Peur : elles sont sans doute bien vues du gouvernement armagnac de Paris qui peut même être à la source des compositions20.

  • 21 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 482.
  • 22 O. Niccoli, Prophecy and people in renaissance Italy, Princeton, 1990 ; H. Millet, « Écoute et usag (...)
  • 23 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 238-239 ; O. Niccoli, op. cit., p. 30-60.

11Les canaux informels ne puisent pas seulement dans les secrets du pouvoir, mais divulguent un savoir venu d’autres milieux, de sources informelles également, parmi lesquelles l’autorité la plus haute placée est Dieu et le pouvoir surnaturel. La parole inspirée n’enseigne pas uniquement des secrets théologiques, mais peut donner d’utiles renseignements sur le cours du monde politique également. En 1413, Jean Juvénal et quelques universitaires cherchent des visionnaires susceptibles d’apercevoir le futur de Paris. Les trois vieillards saints sont unanimes : la ville tombera aux mains des Anglais21. Les textes prophétiques classiques et plus modernes sont utilisés sans scrupules afin de comprendre ou expliquer une situation politique donnée. Les prophéties sont mentionnées dans les sermons, sont copiées, échangées et discutées par des collectionneurs lettrés, sont écoutées et commentées même dans les couches inférieures de la société, curieuses de comprendre la signification des expériences qu’elles rapportent22. Les signes surnaturels parlent également de la volonté divine. En 1429, les naissances en série de jumelles siamoises, d’un veau et d’un porcelet monstrueux sont les précurseurs évidents d’une catastrophe à Paris, suivies d’une panique dans la ville23.

  • 24 P. Lewis, « Des humanistes en mal d’écrire », dans Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Ber (...)
  • 25 J.-P. Genet, « Histoire et système de communication au Moyen Âge », dans L’histoire et les nouveaux (...)

12Ces longues années de conflit favorisent la création d’une littérature engagée ; la question reste de connaître la diffusion de ces textes. Certains chercheurs soulignent que ces écrits n’étaient lus que de quelques personnes, et certainement les longs traités préservés étaient trop complexes pour être digérés dans la chaleur du moment24. L’intérêt de la lecture existait puisque nous voyons la formation d’un public, consommateur et même créateur d’œuvres historiques, d’ouvrages politiques, de récits de voyage. Et il y avait sûrement des genres plus populaires, plus aiguisés à l’actualité qui sont perdus justement à cause de leur caractère éphémère : toute une littérature de pamphlets et de poèmes satiriques circulant en libelles ou affichés comme des placards offrait des opinions alternatives sur les événements25.

  • 26 Jean Fusoris essaie ainsi d’envoyer un message en Angleterre par l’intermédiaire du banquier Jean R (...)
  • 27 Des exemples abondent dans A. Longnon, Paris sous la domination anglaise 1420-1436, Paris, 1878, p. (...)

13La correspondance privée est une pratique répandue dans toutes les couches de la société. Le réseau de courriers des grandes compagnies commerciales est utilisé par d’autres personnes également : d’une part leurs lettres reçoivent une place dans le paquet confié au messager, d’autre part le destinataire peut faire circuler la lettre reçue, permettant aux nouvelles de recevoir une certaine publicité26. Les lettres de rémission décrivent bien les pratiques de la correspondance, où l’alphabétisation des parties n’est même pas une condition sine qua non, puisque l’écrit y joue très souvent un rôle modeste de renforcement du message oral, accompagné également de différents objets envoyés comme marques de reconnaissance, le tout transporté généralement par des courriers d’occasion27.

  • 28 Sur le thème de la mobilité, voir N. Ohler, Reisen im Mittelalter, Munich, 1986 ; M. W. Labarge, Me (...)
  • 29 Plusieurs cas dans L. Douet-D’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, Pari (...)

14Enfin, la transmission orale des nouvelles sous forme de conversations informelles assure une circulation continue d’informations dont l’ampleur ne peut pas être mesurée. Mais si nous connaissons la mobilité indéniable de la société médiévale, surtout en période de troubles, si nous tenons compte de la masse de réfugiés, de voyageurs occasionnels ou professionnels, nous devons être sûrs que ces individus porteurs d’expériences très différentes font déferler une vague impressionnante d’opinions, de rumeurs, d’anecdotes sur les Parisiens concernant leur environnement. Les lieux de sociabilité ouverts et tout à fait mixtes que sont les tavernes, les auberges, les marchés et les voies de circulation rendent les strates sociales perméables aux informations, que celles-ci viennent d’en haut ou d’en bas28. Un autre facteur, non moins important, est l’intérêt porté aux thèmes de nature publique, ayant trait à la diplomatie, à la grande politique, considérés généralement comme des secrets du pouvoir (arcana imperii), réservés aux oreilles des initiés du gouvernement. Or, les sources montrent que cet intérêt existait dans pratiquement toutes les couches de la société. Les lettres de rémission en cas de lèse-majesté ou de conspirations décrivent de nombreuses situations de conversation où les parties, simples artisans ou notables de la ville, attablées dans une taverne ou chez un particulier, expriment leurs opinions nourries de leur connaissance des faits et témoignent des façons de parler politique29.

La curiosité à l’œuvre

  • 30 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 5, p. 570-572 ; Chartularium, op. cit., t. 4 (...)
  • 31 Opinions sur les causes : Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 66 ; Chronique du Religi (...)
  • 32 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 5, p. 581. Le poème est cité dans le Journal (...)
  • 33 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit, p. 519 et 522.
  • 34 Ces cas sont cités dans des lettres de rémission, L. Douet-D’Arcq, op. cit., t. 2, p. 53-55, 76-77, (...)

15Ces divers canaux d’informations ne sont jamais mis en œuvre isolés l’un de l’autre : ils s’articulent d’une façon complexe puisque leurs utilisateurs les activent selon les exigences précises d’une situation concrète où tout compte, depuis l’atmosphère du public et de la constellation politique jusqu’au rôle assumé par les autorités. Les informations informelles surgissent très souvent à la suite d’une communication officielle, de façon complémentaire ou rectificative. La nouvelle transmise par les autorités est généralement insuffisante à répondre aux questions de la société. Comment va-t-elle réagir ? Prenons l’exemple de la bataille d’Azincourt qui fut précédée d’une période d’attente inquiète. La nouvelle de la bataille parvint au roi et à Paris par des messagers officiels qui relataient avant tout le nombre des morts et des prisonniers. Les suppôts de l’Université possédaient déjà une liste six jours après la bataille30. Mais ces détails étaient insuffisants pour assouvir la vive curiosité cherchant avant tout les causes de la défaite. Les réponses informelles arrivèrent rapidement sous des formes variées : la plus grande partie de la société accusait les participants de la bataille, les conversations portaient sur la lâcheté des fuyards ou sur le comportement douteux de quelques princes. La punition divine des péchés des Français devait entrer dans le discours sur l’événement par l’intermédiaire de l’Église, mais c’était également l’opinion des Anglais, transmise dans la société française par un prisonnier libéré31. Un pamphlet astrologique recevant une certaine publicité soulignait l’influence des planètes. Dans les milieux cléricaux ou universitaires circulait un court poème, cité dans plusieurs sources, accusant le pouvoir de prodigalité, de divisions et de faiblesse32. La curiosité persistait également concernant les détails de la bataille, et des réponses y arrivaient sous forme écrite et orale. Juvénal utilise des traités ou des lettres de nouvelles rédigés sur les événements, tandis que dans les rues le commun évoquait des butins miraculeux dérobés aux Anglais33. Les marchands ambulants étaient de vrais colporteurs de nouvelles, mais cette position les mettait parfois dans une situation pénible, comme cela arriva, un jour de novembre 1415, à des marchands venant de Rouen, insultés par un soldat trop curieux des événements de Normandie. Cette demande d’information s’attachait encore plus aux participants de la bataille. Un jeune écuyer échappé d’Azincourt et devenu coupeur de bourses à Paris devait sans doute raconter des choses intéressantes à ses consorts dans les tavernes. Certains arrivaient à tirer un profit matériel de l’insuffisance des canaux officiels. Ainsi un imposteur circulait-il de taverne en taverne en Beauce avec un rouleau qui aurait contenu la liste de tous les prisonniers de la bataille, et il rencontrait partout un grand succès : les femmes éplorées l’écoutaient avidement et payaient pour ses informations34.

  • 35 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 519.

16Juvénal résume très bien la situation en cas d’information insuffisante : « Et se semoient plusieurs et diverses paroles, et disoit chacun ce qu’il pensoit sans ce que de vray on en sceust rien. »35 La demande d’information met en marche une grande variété de canaux alternatifs, activant toutes les couches de la société qui disposent évidemment de différentes possibilités d’accès aux nouvelles. Traité astrologique ou taverne, participants ou inspirés de Dieu vont combler les lacunes laissées par les informations certaines mais peu prolixes du gouvernement.

  • 36 Sur le phénomène de la rumeur, voir J. N. Kapferer, Rumeurs : Le plus vieux média du monde, Paris, (...)

17Dans les situations de surexcitation, le caractère insuffisant ou inadéquat des informations officielles peut amener des réactions dramatiques dans la société. Il s’agit d’un cas type de propagation de rumeurs36, qui se répète plusieurs fois pendant ces années de trouble. Par exemple en août-octobre 1405, pendant les mois d’octobre-novembre 1415 et en mai-juin 1429, où les événements se déroulent suivant un scénario très similaire.

  • 37 Journal de Nicolas de Baye..., op. cit., t. 1, p. 139-140 ; Chronique du Religieux de Saint-Denys.. (...)
  • 38 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 3, p. 333.
  • 39 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 2-3.
  • 40 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 3, p. 309.
  • 41 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 3 ; Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 433.

18En 1405, après le scandale de l’enlèvement du dauphin, la situation restait tendue, les négociations de paix avançaient difficilement. Au cours d’août et de septembre, les deux partis se livrèrent à une véritable guerre de publication, avec lettres envoyées au Parlement, à l’Université et aux bonnes villes, lectures publiques, processions et assemblées organisées en faveur du duc de Bourgogne37. Au milieu de cette propagande utilisant les canaux officiels plus ou moins publics, des bruits circulaient : l’on parlait des vols de Louis d’Orléans, de sa volonté d’enlever le roi, de mettre à feu la ville et l’on craignait avant tout son entrée dans Paris38. De plus, semaine après semaine, le crieur sortait pour proclamer des ordonnances l’une après l’autre sur la fermeture des portes, sur l’éclairage nocturne des rues, sur l’obstruction des soupiraux, sur la remise en état des chaînes des rues, et sur l’achat d’armures pour la défense de la ville39. Ces prises de parole officielles qui se bornaient à donner des ordres sans explication nourrissaient également les angoisses. Les Parisiens redoutaient un mauvais coup, prévu mais non révélé par les autorités. Ils interrogeaient même le duc de Berri, capitaine de la ville, sur la signification de tous ces signes inquiétants, mais ne recevaient en réponse que des ordres de sécurité40. Le 10 octobre, les conjectures s’accumulèrent dans une panique générale à cause de l’entrée supposée du duc d’Orléans41. Dans ce cas, les Parisiens recevaient des informations plus ou moins proches de la propagande concernant la grande politique, la querelle des partis, mais ils n’étaient pas renseignés sur la situation exacte de leur micro-milieu, la ville. Dans ce domaine, ils recouraient à leurs propres moyens pour interpréter des messages officiels et pour saisir de quoi ils devaient avoir peur.

  • 42 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 467-470 ; Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 10 (...)

19Dans les cas où l’information sert à divulguer un savoir, à rendre publique une connaissance d’intérêt commun, les canaux officiels ne sont visiblement pas efficaces. Par contre, si l’information a pour but d’accroître la force politique des acteurs, nous rencontrons de longues explications, des interprétations diffusées avec une assiduité remarquable. Il suffit de penser à la campagne de lettres consécutive au meurtre de Montereau. Nous connaissons assez bien les desseins du pouvoir et les moyens qu’il mettait en œuvre, mais il est d’égale importance de savoir comment la société réagit à ces messages. Par exemple, la propagande contre les partisans du duc d’Orléans, en 1411, déploya en peu de temps toute une gamme de moyens. Les cris publics divulguèrent l’abandon des Armagnacs, et donnèrent la liberté de les tuer et de piller. Les lettres royales contenant les méfaits passés, tout comme les intentions futures du parti, furent lues dans des villes. Le message royal fut soutenu par les lettres de l’Université et de la ville de Paris. L’excommunication des Armagnacs fut publiée tous les dimanches en prône. Dans ce cas, les canaux officiels rencontrèrent un succès, puisque la société semblait accepter le message et en tirer profit. Ce profit, bien matériel, se concrétisait dans l’abandon des ennemis du roi : des accusations privées firent surface, et l’on fit main basse sur les richesses des prétendus Armagnacs. D’autre part, les stéréotypes cristallisés à partir des peurs profondes des Parisiens trouvaient des points d’ancrage ; les rumeurs attribuant tous les horribles méfaits des troupes aux gens d’Orléans proliféraient et allaient exactement dans le même sens que les affirmations du pouvoir42.

  • 43 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 253-255 et 274 ; Journal de Clément de Fauquemberg (...)
  • 44 Ibid., t. 2, p. 340-341 et 345, t. 3, p. 25.
  • 45 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 255-256 ; Patrem sequitur sua proies, sur la lente (...)

20Or, ce succès n’est jamais garanti, et la propagande peut échouer. Depuis 1429, les Parisiens étaient ébahis des victoires des Armagnacs. Sans la présence du régent et du duc de Bourgogne, la ville se sentait vulnérable. En avril 1430, les gouverneurs essayèrent de tirer profit de l’arrivée du roi Henri en France, et aussitôt les nouvelles certaines de son embarquement reçues, le chancelier fit chanter un Te Deum à Notre-Dame. Le soir, ils ordonnèrent d’allumer des feux de joie dans les rues. Le lendemain, une procession générale fut organisée et partout l’on publia que c’était pour l’arrivée du roi et de son armée de secours. Les communiqués officiels se poursuivirent pendant une année et demie, promettant la venue du roi ou celle du duc de Bourgogne43. Les conseillers du Parlement croyaient aux nouvelles officielles, soutenues par leur contact fréquent avec le roi par ambassades. Ils commencèrent donc les pourparlers sur les menus détails de l’accueil du roi44. En revanche, la population de Paris n’était pas si crédule. Selon le Bourgeois de Paris, toute cette histoire d’arrivée du roi, ils la prenaient pour un coup de propagande et ils grognaient à cause de la cherté du bois pour les feux de joie. Apparemment, les canaux informels ne confirmèrent pas l’embarquement d’Henri ni même son intention de partir pour Paris puisque, malgré les communiqués réguliers des autorités pendant ces quelque dix-huit mois, les Parisiens se plaignirent du manque de nouvelles, et aux promesses enthousiastes ils répondirent par des proverbes flegmatiques, par des moqueries ou encore par des rumeurs malveillantes sur la cause des défaites des Anglais45.

  • 46 C. Gauvard, « Le roi de France et l’opinion publique à l’époque de Charles VI », dans Culture et id (...)
  • 47 Journal de Clément de Fauquembergue..., op. cit., t. 1, p. 257-259.
  • 48 B.-A. Pocquet Du Haut Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur. Les dépenses du receveur génér (...)
  • 49 Sur l’horizon politique des villes provinciales, voir l’exemple fourni par J. Tricard, « Le roi dan (...)

21Pour conclure, examinons d’abord les points de vue du pouvoir sur son rôle de source de savoir, puis voyons les diverses pratiques d’utilisation qui lient la société à l’officiel et à l’informel. Cette époque, avec la guerre et les querelles intestines aux lignes de force toujours changeantes, voit la valorisation de la société aux yeux des grands. Pour s’assurer la fidélité d’une bonne ville, il faut maintenir un contact perpétuel – ou au moins plus intense que celui de l’adversaire. Les préambules des ordonnances répètent le thème du dialogue entre le roi et son peuple46. Dans une lettre indignée lue en assemblée, le roi souligne qu’il a « communiqué ses affaires aux villes et cités de son royaume et à la ville de Paris », et à la même occasion, le duc de Bourgogne utilise une expression encore plus forte : « De soy tenir uny avec ycelle Ville et lui communiquer touz ses affaires. »47 En effet, si nous regardons les comptes royaux ou princiers, les coûts de la messagerie sont partout considérables, avec un incessant va-et-vient48. Or, à examiner de plus près la comptabilité, les destinataires des courriers sont généralement les officiers des finances, les capitaines et les garnisons militaires. Le rôle des villes, à part les grandes campagnes de propagande, est assez réduit. Même si le roi les informe de ses plus grandes victoires, cela veut dire des mois et des années sans lettre officielle49. Les enjeux de l’information sont donc perçus, mais son utilisation reste périodique et aléatoire.

22En plus de leur rareté, les messages officiels se contentent de montrer les faits, de communiquer des mesures pratiques, sans fournir de véritables explications – ces dernières se résument parfois par un « pour certaines causes qui nous meuvent » dans les ordonnances royales. La révélation des motifs, de l’arrière-plan des événements ou des décisions reste ainsi le devoir des canaux informels.

23Finalement, nous devons rappeler le rôle de la société dans le processus de communication. Elle est évidemment active en discutant, en écrivant, en faisant circuler des opinions informelles, mais les exemples cités plus haut montrent aussi sa position autonome par rapport aux informations venant du pouvoir. Face aux publications et aux campagnes de propagande, les différentes couches de la société ne jouent pas un rôle passif de récepteur, mais utilisent activement les messages officiels : selon leurs besoins et désirs, elles en tirent profit ou elles les rejettent, elles les complètent ou elles les corrigent par leurs propres moyens, en mettant en œuvre une grande variété de canaux informels alternatifs.

Notes

1 G. Lefebvre, La Grande Peur de 1789, Paris, 1932 ; S. L. Kaplan, The famine plot persuasion in eighteen-century France, The American Philosophical Society, 1982.

2 P. Contamine, Des pouvoirs en France, 1300-1500, Paris, 1992 ; S. Menache, The Vox Dei. Communication in the Middle Ages, New York-Oxford, 1990 ; M. Fogel, Les cérémonies de l’information dans la France du xvie au xviiie siècle, Paris, 1989.

3 Des textes des ordonnances publiées ainsi que des procès-verbaux de publication se trouvent dans les Livres de Couleur du Châtelet. Le plus utile pour notre époque est le Livre Viel Rouge, Paris, Archives nationales de France [désormais AN], Y2. Sur le cri public, voir M. Hébert, « Voce preconia : note sur les criées publiques en Provence à la fin du Moyen Âge », dans Milieux naturels et espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort, É. Mornet et F. Morenzoni éd., Paris, 1997, p. 689-701 ; N. Offenstadt, « Annoncer la paix. Publication et sujétion pendant la guerre de Cent Ans », Cahiers d’Histoire, 66 (1997), p. 23-36.

4 Pour ne citer que deux exemples, en 1412, Charles VI aurait écrit chaque jour à la ville de Paris sur sa campagne en Berry. A Tuetey, « Journal parisien des années 1412 et 1413 », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 43 (1916), p. 169. Les ducs de Bourgogne écrivent des centaines de lettres pour présenter leur version de l’assassinat de 1419 à leurs partisans et pour les exhorter à persévérer dans leur fidélité. B. Guenée, « Les campagnes de lettres qui ont suivi le meurtre de Jean sans Peur, duc de Bourgogne (septembre 1419-février 1420) », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1993, p. 45-65.

5 Quelques news-letters d’Henri V à la ville de Londres se trouvent dans J. Delpit, Collection générale des documents français qui se trouvent en Angleterre, Paris, 1847, t. 1, p. 219 et suiv. Le phénomène est analysé par K. A. Fowler, « News from the front : letters and despatches of the fourteenth century », dans Guerre et société en France, en Angleterre et en Bourgogne, xive-xve siècle, P. Contamine, C. Giry-Deloison, Μ. H. Keen éd., Lille, 1991, p. 63-92.

6 J.-P. Séguin, « L’information à la fin du xve siècle en France. Pièces d’actualité imprimées sous le règne de Charles VIII », Arts et Traditions Populaires, 1956, p. 309-330 et 1957, p. 46-74.

7 Jean Juvénal Des Ursins, Histoire de Charles VI roy de France, dans Nouvelle collection de mémoires pour servir à l’histoire de France, F. Michaud et J. J. Poujoulat éd., Paris, 1836, t. 2, p. 492-494 ; F. Bourquelot, « Correspondance entre le corps municipal de Paris et celui de Noyon en 1413 », Bibliothèque de l’École des chartes, 7(1845-1846), p. 52-69 ; H. Denifle et É. Châtelain, Chartularium Universitatis Parisiensis, Paris, 1891-1899 [désormais Chartularium], par exemple t. 4, p. 371-372 : l’Université promet à la duchesse de Bourgogne de soutenir sa cause « en predications, en lettres missives à nostre S. Père le pape, au s. collège des cardinaux, à roys, ducs, à princes, estudes, aux communautés ».

8 J. Flammermont, « Histoire de Senlis pendant la seconde partie de la guerre de Cent Ans (1405-1441) », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 5 (1878), Pièces justificatives, p. 263-298 ; Registre de délibérations du Conseil de Ville de Reims (1422-1436), S. Guilbert éd., Reims, 1990-1991 [désormais Guilbert],

9 G. Grassoreille, « Histoire politique du chapitre de Notre-Dame de Paris pendant la domination anglaise », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 9 (1882), p. 141, 180. Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 486-487. Il s’agit de la contestation de la lecture d’une cédule en assemblée commune, où les arguments des contestataires s’appuient sur la coutume de l’assemblée par quartiers.

10 Journal de Nicolas de Baye, greffier du Parlement de Paris 1400-1417, A. Tuetey éd., 2 vol., Paris, 1885-1888 ; Journal de Clément de Fauquembergue, greffier du Parlement de Paris 1417-1436, A. Tuetey, H. Lacaille éd., 2 vol., Paris, 1903-1915.

11 Chartularium, op. cit. ; H. Denifle et É. Chatelain, Auctarium chartularii Universitatis Parisiensis. Liber procuratorum nationis anglicanae [désormais Auctarium], Paris, 1894-1897, t. 2, p. 161, 192, 197 passim.

12 Chartularium, op. cit., t. 4, p. 220 ; Auctarium, op. cit., t. 2, p. 162 : en 1414, l’Université est sollicitée ut celebraret processiones, sermones ad commovendum populum ad pacem et justiciam et obedienciam. A. Roserot, Le plus ancien registre des délibérations du conseil de ville de Troyes, 1429-1433, Troyes, 1886, p. 281-282. Sur la prédication politique, voir H. Martin, Le métier de prédicateur à la fin du Moyen Âge 1350-1520, Paris, 1988, passim ; P. J. Horner, « Preachers at Paul’s Cross : Religion, society, and politics in late medieval England », dans Medieval sermons and society : cloister, citv, university, Louvain-la-Neuve, 1988, p. 261-282.

13 Il suffit de mentionner le cas de Jeanne d’Arc et de ses imitatrices dans le Journal d’un bourgeois de Paris 1405-1449, A. Tuetey éd., Paris, 1881, p. 270-272, 354-355.

14 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 180 ; L. M. Bryant, « La cérémonie de l’entrée à Paris au Moyen Âge », Annales ÉSC, 1986, p. 513-542.

15 Guilbert, op. cit., p. 124 : une ordonnance municipale est affichée sur les portes de la ville ; G. Grassoreille, op.cit., p. 122 ; P.-F. Fournier, « Affiches d’indulgences manuscrites et imprimées des xive, xve et xvie siècles », Bibliothèque de l’École des chartes, 84 (1923), p. 116-160.

16 Journal d’un bourgeois de Paris..., op.cit., p. 229 ; G. Fagniez, « Journal parisien de Jean Maupoint prieur de Sainte-Catherine-de-la-Couture (1437-1469) », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 4 (1877), p. 32 ; selon Bernard Guenée, les lettres de défi, largement diffusées, de Louis d’Orléans et d’Henri IV, en 1402, constituaient un « petit dossier dont le public cultivé raffolait » : B. Guenée, « Documents insérés et documents abrégés dans la chronique du religieux de Saint-Denis », Bibliothèque de l’École des chartes, 152 (1994), p. 385. Parfois, c’est lors du cri public qu’une copie écrite du document divulgué à l’oral est sollicitée par des intéressés : AN, Y2, fol. 230v-231.

17 H. Sauval, Histoire et recherches des antiquités de la ville de Paris, Paris, 1724 (Genève, Minkoff Reprint – Paris, Éditions du Palais Royal, 1974), p. 258.

18 L. Mirot, « Le procès de M. Jean Fusoris, chanoine de Notre-Dame de Paris (1415-1416). Épisode des négociations franco-anglaises », Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 27 (1900), p. 248 ; Journal de Nicolas de Baye..., op. cit., t. 1, p. 90, en 1404 ; Journal de Clément de Fauquembergue..., op. cit., t. 2, p. 162 ; B. Guenée, « Documents insérés... », op. cit., p. 383. Il s’agit de Gontier Col et de Jean de Montreuil.

19 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 524-525 ; Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 87 et suiv.

20 Paris, AN, Y2, fol. 123, en 1395 ; Chronique du Religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422, M. L. Bellaguet éd. et trad., Paris, 1839-1852, t. 5, p. 276-278. En Angleterre, un nombre considérable de ces chansons politiques sont préservées, il s’agit presque toujours d’une production savante sans traces de divulgation. T. Wright, Political poems and songs relating to English history composed during the period from the accession of Edward III to that of Richard III, Rolls Series 14, 1859 (Kraus Reprint, 1965). Une composition sur la bataille d’Azincourt est d’origine populaire, t. 2, p. 123-127.

21 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 482.

22 O. Niccoli, Prophecy and people in renaissance Italy, Princeton, 1990 ; H. Millet, « Écoute et usages des prophéties par des prélats pendant le grand Schisme d’Occident », Mélanges de l’École Française de Rome, 102 (1990), p. 425-455 ; C. Beaune et N. Lemaitre, « Prophétie et politique dans la France du Midi au xve siècle », ibid., p. 597-597-616 ; C. Beaune, « Perceforêt et Merlin. Prophétie, littérarure et rumeurs au début de la guerre de Cent Ans », dans Fin du monde et signes des temps. Visionnaires et prophètes en France méridionale (fin xiiie-début xve siècle), Toulouse, 1992, (Cahiers de Fanjeaux, 27), p. 237-255.

23 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 238-239 ; O. Niccoli, op. cit., p. 30-60.

24 P. Lewis, « Des humanistes en mal d’écrire », dans Saint-Denis et la royauté. Études offertes à Bernard Guenée, F. Autrand, C. Gauvard et J.-M. Moeglin éd., Paris, 1999, p. 637-646 ; N. Pons, « L’honneur de la couronne de France », Quatre libelles contre les Anglais (v. 1418-v. 1429), Paris, 1990. Il s’agit de quatre écrits politiques sans grande diffusion.

25 J.-P. Genet, « Histoire et système de communication au Moyen Âge », dans L’histoire et les nouveaux publics dans l’Europe médiévale (xiiie-xve siècle), Paris, 1997. p. 7-25. Un placard séditieux affichée sur les portes des églises informe les Parisiens des intentions des gouverneurs après la paix d’Arras. Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 5, p. 445-447.

26 Jean Fusoris essaie ainsi d’envoyer un message en Angleterre par l’intermédiaire du banquier Jean Rapondi et de son réseau à Bruges. L. Mirot, op. cit., p. 238. Sur l’utilisation des correspondances commerciales et diplomatiques italiennes par d’autres couches de la société, voir : J. K. Hyde, Literacy and its uses. Studies on late medieval Italy, Manchester-New York, 1993, p. 217-260.

27 Des exemples abondent dans A. Longnon, Paris sous la domination anglaise 1420-1436, Paris, 1878, p. 81-83, 224-227, 228. Sur le rôle des messagers occasionnels, voir Y. Renouard, « Comment les papes d’Avignon expédiaient leur courrier », Revue Historique, 180 (1937), p. 1-29. Sur la correspondance privée et le problème de la communication informelle, je me permets de renvoyer à V. Novák, « Gyanús viszonyok. Megengedett és tiltott kommunikáció a középkor végi Franciaorszâgban » (Liaisons suspectes. Communication permise et interdite en France à la fin du Moyen Âge), Aetas, 17 (2002), p 29-51.

28 Sur le thème de la mobilité, voir N. Ohler, Reisen im Mittelalter, Munich, 1986 ; M. W. Labarge, Medieval travellers. The rich and the restless, Londres, 1982 ; Voyages et voyageurs au Moyen Âge, Paris, 1996. Sur les lieux de la sociabilité : J.-P. Leguay, La rue au Moyen Âge, Rennes, 1984 ; et beaucoup de suggestions et cas présentés dans B. Geremek, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, 1976.

29 Plusieurs cas dans L. Douet-D’Arcq, Choix de pièces inédites relatives au règne de Charles VI, Paris, 1863-1864, t. 1, p. 58-59, 99-100, 153, 395-396, t. 2, p. 180-181, et dans A. Longnon, op. cit., p. 301-308, 351-353. Sur le cas anglais, voir S. Walker, « Rumour, sedition and popular protest in the reign of Henri IV », Past and Present, 2000/1, p. 31-65.

30 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 5, p. 570-572 ; Chartularium, op. cit., t. 4, p. 308, le 31 octobre 1415.

31 Opinions sur les causes : Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 66 ; Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 5, p. 575 ; Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 519. Les propos du roi anglais sont rapportés par un valet de chambre libéré, ibid., p. 521.

32 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 5, p. 581. Le poème est cité dans le Journal de Nicolas de Baye..., op. cit., t. 2, p. 219-220 et dans La chronique d’Enguerran de Monstrelet, L. Douet-D’Arcq éd., Paris, 1857-1862, t. 3, p. 123. Un chroniqueur anglais attribue une lamentatio très similaire aux clercs de l’Université de Paris : « Vita Henrici Quinti Roberto Redmanno auctore », dans Memorials of Henry the fifth, king of England, C. A. Cole éd., Londres, 1858, p. 48.

33 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit, p. 519 et 522.

34 Ces cas sont cités dans des lettres de rémission, L. Douet-D’Arcq, op. cit., t. 2, p. 53-55, 76-77, 146-149.

35 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 519.

36 Sur le phénomène de la rumeur, voir J. N. Kapferer, Rumeurs : Le plus vieux média du monde, Paris, 1987 ; C. Gauvard, « Rumeurs et stéréotypes à la fin du Moyen Âge », dans La circulation des nouvelles au Moyen Âge, Paris, 1994, p. 157-177 ; A. Farge et J. Revel, Logiques de la foule. L’affaire des enlèvements d’enfants. Paris 1750, Paris, 1988.

37 Journal de Nicolas de Baye..., op. cit., t. 1, p. 139-140 ; Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 3, p. 311-315.

38 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 3, p. 333.

39 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 2-3.

40 Chronique du Religieux de Saint-Denys..., op. cit., t. 3, p. 309.

41 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 3 ; Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 433.

42 Jean Juvénal Des Ursins, op. cit., p. 467-470 ; Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 10-12 et 16-17.

43 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 253-255 et 274 ; Journal de Clément de Fauquembergue..., op. cit., t. 2, p. 338-339.

44 Ibid., t. 2, p. 340-341 et 345, t. 3, p. 25.

45 Journal d’un bourgeois de Paris..., op. cit., p. 255-256 ; Patrem sequitur sua proies, sur la lenteur des ducs de Bourgogne, p. 258, 263-264.

46 C. Gauvard, « Le roi de France et l’opinion publique à l’époque de Charles VI », dans Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne, Rome, 1985, p. 353-367.

47 Journal de Clément de Fauquembergue..., op. cit., t. 1, p. 257-259.

48 B.-A. Pocquet Du Haut Jussé, La France gouvernée par Jean sans Peur. Les dépenses du receveur général du royaume, Paris, 1959 ; M. Mollat, Comptes généraux de l’État bourguignon entre 1416 et 1420, Paris, 1966 ; L. Douet-D’Arcq, Comptes de l’hôtel des rois de France aux xiv et xve siècles, Paris, 1865.

49 Sur l’horizon politique des villes provinciales, voir l’exemple fourni par J. Tricard, « Le roi dans la mémoire officielle d’une ville. Les notes du calendrier consulaire de Limoges », dans Saint-Denis et la royauté, op. cit., p. 537-546.

Auteur

ELTE, Budapest

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540