Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parcourir Paris du Second Empire à nos jours

 | 
Jean El Gammal

Conclusion

Texte intégral

1Précisé, dans une certaine mesure, par une indication chronologique assez large, notre titre a pu être mis en relation avec toute une série de mouvements, sinon un mouvement perpétuel. Se prolongeant, se répétant ou empruntant de nombreux détours, ces trajets, inscrits dans des cadres divers ou leur échappant en partie, peuvent faire l’objet d’approches complémentaires, même si la somme, d’ailleurs non homogène, à laquelle elles aboutiraient, ne serait que partielle et à certains égards insaisissable.

2Toujours est-il que différents plans ont été pris en considération. Au premier chef, celui - faut-il employer uniquement le singulier ? - de Paris, avec ses reliefs et ses points de repère. Bien évidemment, la capitale, telle qu’elle est perçue, est loin de se réduire à ce qui la jalonne, l’explore ou s’y déplace. Mais l’étude fait apparaître, en quelque sorte, bien des entrées, alternativement ou simultanément réelles et possibles, relevant du constat, du projet plus ou moins vague et même de l’imagination. Paris offre à cet égard, non seulement un terrain et des territoires très diversifiés, mais une prise et un champ d’application à toutes sortes de sensations et de discours. Bien des parcours relèvent de nécessités, mais celles-ci, à propos desquelles les témoignages passent souvent à l’arrière-plan, excluent rarement la dimension de l’observation ou de la songerie, qui sont, en apparence, l’apanage de la flânerie, avec le plaisir et le rêve. On peut d’ailleurs, dans certains cas, renverser la perspective en faisant ressortir la tristesse de certains itinéraires d’allure spontanée et l’agrément, dans certaines conditions, de déplacements d’aspect banal. D’une certaine manière, les parcours parisiens sont en trompe l’œil. Non seulement ils ne se répètent jamais exactement et leur perception est susceptible d’évoluer, mais on peut toujours leur assigner des caractères étrangers aux schémas dominants. Toutefois, la mise en cause de la routine touristique et l’exaltation de la familiarité du Parisien ou de la Parisienne avec l’espace de ses déambulations peuvent aussi relever de lieux communs ou de normes discursives.

3Pour ces raisons, et beaucoup d’autres, il est difficile de conclure. Il est néanmoins permis d’observer que si les milieux parisiens ont fait l’objet, en rapport avec notre étude, d’une attention assurément inégale, on a essayé de n’en négliger aucun a priori, qu’il s’agisse d’espaces géographiques - et particulièrement des quartiers, au sens large - ou des groupes sociaux présents dans la capitale. Les « frontières », du reste, sont évidemment franchissables en termes géographiques, pour un temps variable, dans une certaine extériorite que permet l’usage des voies publiques. Les trajets, dans l’ensemble, paraissent moins fréquents et moins amples durant les premières décennies de la période étudiée. À l’échelle d’une fort nombreuse population, qui atteignit son apogée dans le premier quart du vingtième siècle, ils furent en tout cas bien loin d’être l’exception, et davantage la règle, ou plutôt l’effet de règles ou d’usages. Ils n’ont certes pas entraîné une homogénéisation de la capitale, à laquelle s’opposent, comme dans d’autres grandes villes la diversité des activités et des fonctions, les différences économiques et sociales -amplifiées par l’haussmannisation et ses suites, mais aussi et, sans doute plus encore, par les transformations du second vingtième siècle - ainsi que les images associées aux composantes spatiales, qu’il s’agisse des quartiers ou des arrondissements. Pourtant, il existe peut-être, lors des phases successives de l’histoire de la capitale, des modes de traversée dominants ou emblématiques, ou bien des voies moyennes, si bien que l’on peut identifier quelques formes essentielles d’itinéraires parisiens, parfois incarnées par des figures -souvent masculines, en termes sociaux et culturels, les parcours féminins étant en général négligés ou sommairement mythifiés - comme celle du flâneur mondain, de l’homme d’affaires, de l’employé, de l’ouvrier ou du marginal, chacune correspondant à une manière, plus ou moins assurée, de se mouvoir dans la capitale.

4En tant que tels, les parcours ne sauraient avoir d’efficacité clairement cernable. Peut-être accusent-ils parfois les contrastes ou se plient-ils à des réalités ou des codes préexistants. Ils n’en offrent pas moins une assez grande fluidité, non seulement aux yeux de ceux que leurs loisirs ou leurs goûts, ou, à l’inverse, certaines formes de précarité, poussent à explorer - parfois avec acharnement - la capitale, mais pour de nombreux Parisiens. Ceux-ci ont la possibilité de jouer en quelque sorte avec l’espace où ils évoluent. Ils se constituent ou façonnent progressivement une mémoire nourrie de multiples observations, enrichissant ainsi leurs connaissances dont certaines sont directement liées au spectacle de la ville parcourue et à la richesse des représentations littéraires et artistiques qui la concernent. Ce spectacle, bien entendu, évolue, mais sans que l’on puisse, du moins pour les parcours, discerner de césure majeure. L’impression d’accélération que l’on a pu ressentir lors de certaines périodes recouvre en fait des réalités très diverses et emboîtées, et l’exploration de la capitale - ou du moins de certains de ses quartiers - s’effectue toujours, dans bien des cas, à pied. Il est vrai que, dans l’ensemble, les trajets motorisés sont devenus de plus en plus nombreux et visibles - mais, en termes de transports, il y a toujours eu des usages diversifiés de la capitale.

5À l’échelle d’un siècle et demi, ni les limites extérieures de Paris, ni celles qui distinguent les arrondissements n’ont changé. Les parcours parisiens sont le plus souvent toujours considérés, bien après l’arasement des fortifications, intra muros, dès lors qu’il s’agit de culture - malgré l’existence de pôles importants en banlieue - de flânerie, en dehors de certaines destinations situées en quelque sorte dans le prolongement des grands axes qui traversent la capitale ; et aussi, à bien des égards, de l’exercice central du pouvoir. En revanche, les moyens de transport ont évolué - encore que le réseau du métropolitain, à l’exception notable du Réseau express régional, n’ait pas fondamentalement changé depuis l’entre-deux-guerres. C’est peut-être surtout le paysage parisien qui a connu de spectaculaires renouvellements - notamment dans le quartier des Halles ou dans les treizième et dix-neuvième arrondissements - même si la modernisation progressive (ou ce qu’il est convenu d’appeler ainsi) est plus répandue que les bouleversements, et sollicite à ce titre davantage l’attention de qui parcourt, et parcourra, la capitale et ses abords.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540