Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parcourir Paris du Second Empire à nos jours

 | 
Jean El Gammal

Chapitre VII : Métamorphoses dans l’espace urbain

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Yvan Christ, Les métamorphoses de Paris, Paris, Balland, 1967, qui confronte le P (...)
  • 2 Voir notamment Marie-Claire Bancquart, Paris des surréalistes, op. cit. Le mouvement situationnist (...)
  • 3 L’approche thématique est d’ailleurs privilégiée dans le catalogue d’exposition, déjà cité, intitu (...)

1Au titre des changements, nombre d’aspects ont été abordés, fût-ce succinctement. Pour l’essentiel, il s’agissait de mutations cernables dans les paysages parisiens, matérialisées par des cadres, des réseaux et - de manière plus complexe - des flux, voire d’évolutions associées à des courants littéraires et artistiques, considérés sous l’angle des parcours. Les métamorphoses dont il sera question dans ce dernier chapitre sont moins linéaires que certaines tendances évoquées précédemment et ne relèvent pas simplement d’une comparaison entre différentes époques, même si celle-ci peut se révéler instructive1. Elles proviennent d’expériences, voire de dérives par rapport aux formes habituelles. Même si, précisément, l’errance est l’une des formes de la déambulation urbaine, certaines formes de récit ou d’évocation sont susceptibles de modifier les regards sur la capitale, ou en tout cas de témoigner d’une volonté de l’explorer autrement. Certains courants ont d’ailleurs délibérément cherché à définir d’autres trajets ou d’autres manières de les figurer, notamment le mouvement surréaliste2. Il ne s’agit pas ici de privilégier telle ou telle orientation, en relation avec une sorte de palmarès de l’originalité ou de la modernité, mais de tenter d’aborder au travers de trois thèmes3 principaux, diverses manières d’assigner aux parcours des significations nouvelles, sans être nécessairement tributaire de réflexes ou d’attitudes mettant en regard le passé et le présent de la ville. Nous examinerons pour commencer les décalages, plus ou moins brutaux, par lesquels des écrivains, durant l’ensemble de la période, mettent en quelque sorte à distance les parcours parisiens, y compris les leurs. Il sera ensuite question des échappées ou de fuites, dans la capitale ou en termes de ruptures, au-delà des flâneries. Comme on peut le supposer, l’approche, à cet égard - telle du moins que l’on peut la percevoir - est surtout littéraire et, dans une certaine mesure, anthropologique. C’est aussi le cas pour le dernier thème, centré sur les rythmes associés aux métamorphoses - mais l’histoire y a également sa part et différents types de séquences sont présents.

1° Décalages

2Au sujet des parcours, comme des tableaux ou des spectacles parisiens, écrivains et artistes utilisent les ressources d’une rhétorique multiforme, qui joue - avec nombre de stades intermédiaires - sur la reconnaissance, qu’il s’agisse de rassurer ou d’inquiéter, ou, plus rarement, repose sur des dissonances. La différence entre l’image originale et la série n’est pas toujours, comme nous l’avons vu, facile à mettre en évidence, d’autant que la première, mainte fois reproduite dans certains cas, perd parfois son statut esthétique marginal, ou extraordinaire - bien des toiles ou des photographies ont connu ce sort, qui n’est d’ailleurs pas uniforme, d’autant que l’extrême notoriété ne concerne qu’un nombre limité d’artistes et qu’elle n’implique pas, faut-il le préciser, qu’ils ne puissent plus éveiller l’intérêt de qui recherche des formes originales. Dans le domaine littéraire - même si les succès, du vivant d’un auteur ou après sa mort, ont pu produire des effets voisins - il semble, à tort ou à raison, qu’en dehors de pages presque trop notoires, les décalages continuent à apparaître plus nettement, en tout cas au sujet des parcours et du mouvement des mots qui peut leur être associé.

3Bien évidemment, il est presque impossible de donner des décalages rhétoriques concernant les parcours parisiens non seulement une vision complète - ce qui n’aurait d’ailleurs guère de sens, s’agissant d’exceptions - mais une présentation dépourvue de subjectivité. Il semble d’ailleurs assez inévitable de privilégier certaines formes de modernité, telles que l’on peut à présent les percevoir. On essaiera pourtant de mentionner ici pour leur pouvoir d’évocation décalée des auteurs - dont il a parfois été question sous des angles un peu différents - relevant de plusieurs époques, au sein de la longue période étudiée.

4Tout d’abord, Victor Hugo, au travers de certains aspects des Misérables. Il y a là une commodité chronologique, le roman ayant été publié à Bruxelles et à Paris en 1862. Certes, comme l’on sait, le roman se déroule sous la monarchie de Juillet, mais il est possible de situer synchroniquement des décalages, par rapport à ce qui s’écrit souvent sur Paris autour de 1860. C’est ce que souligne Françoise Chenet-Faugeras :

  • 4 Les Misérables ou « l’espace sans fond », Paris, Nizet, 1995, p. 158 (et voir la quatrième partie (...)

« Le Paris des Misérables est aux antipodes du Paris pittoresque et illustré de tous les guides et autres variétés d’essais ou de promenades qui prolifèrent en cette deuxième moitié du XIXe et dont le fleuron sera Paris-Guide pour lequel Hugo écrit une introduction. »4

  • 5 Voir Les Misérables, édition de Maurice Allem, Paris, Gallimard, 1951, p. 591-611 (notamment « Ecc (...)
  • 6 Voir ibid., p. 1145-1147.

5De fait, plusieurs composantes ou passages du roman donnent de Paris une vision à proprement parler étonnante, qu’il s’agisse de « Paris étudié dans son atome », livre premier de la troisième partie, « Marius »5 ou, dans la quatrième, de « Paris à vol de hibou »6.

  • 7 Plus tourné que Louis-Sébastien Mercier vers l’exploration du Paris nocturne : voir Simone Delattr (...)
  • 8 Voir Marie-Claire Bancquart, Images littéraires du Paris « fin de siècle », op. cit., notamment p. (...)
  • 9 Voir ibid. les chapitres intitulés « Hystéries, monstres et rêves : le Paris modern-style » et « L (...)
  • 10 Voir in Jean Pierrot, L’imaginaire décadent, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 211 (...)

6Il y a là, non sans doute l’origine - que l’on pourrait peut-être situer à la fin du dix-huitième siècle, avec certains écrits de Restif de La Bretonne, le « hibou philosophe »7 - mais un jalon de toute une littérature du fantastique, voire de la surréalité parisienne. On en peut trouver des manifestations auprès de nombreux auteurs de la fin du dix-neuvième siècle, eussent-ils été, comme Maupassant, des naturalistes8. Il est vrai que certains écrivains qu’inspire l’esthétique du décadentisme finissent parfois, sinon par se confondre, du moins par se rapprocher les uns des autres, le décalage devenant dans une certaine mesure une mode - encore qu’une étude attentive des œuvres de ce courant d’ailleurs assez divers fasse apparaître, par exemple chez Rémy de Gourmont ou Jean Lorrain9, voire dans un livre peu connu de Bernard Lazare10, une certaine force d’expression, sur le thème des saisons, du monde ou des spectres rencontrés ou imaginés dans la capitale.

  • 11 Voir notamment Marie-Claire Bancquart, Paris « Belle époque »..., op. cit., p. 36-49.
  • 12 Ibid., p. 131 (et voir les pp. 125-140).

7Dans les œuvres d’auteurs majeurs, comme Proust ou Apollinaire, les décalages par rapport aux normes littéraires sont évidemment considérables, mais ils ne tiennent pas principalement, nous semble-t-il, dans les scènes parisiennes d’À la Recherche du Temps perdu, aux métamorphoses observables lors de parcours11, alors que le conteur de L’Hérésiarque et Cie ou du Poète assassiné se situe pour une part dans une veine fantastique, plus que dans Le Flâneur des deux rives. Alcools, en revanche, recèle bien des images de métamorphoses, relevant d’une « transmutation »12 - mais il en sera surtout question à propos des rythmes.

8Avec le jeune Jules Romains, principal représentant du courant unanimiste, bien des décalages et des métamorphoses sont mis en relief, dans une optique assez systématique, par exemple dans Puissances de Paris, recueil initialement publié en 1910 à compte d’auteur, que présente ainsi Olivier Rony :

  • 13 Olivier Rony, Jules Romains ou l’appel au monde, Paris, Laffont, 1993. Puissances de Paris a été r (...)

« Ni description ni analyse rationnelle d’un objet, Puissances de Paris (...) défie les cadres traditionnels des genres littéraires. Ce ne sont ni des poèmes en prose ni des récits, mais plutôt des prélèvements instantanés de rythmes, où se lisent les accords entre ce qui dure (la matière, les maisons, le sol) et ce qui passe (foule, voitures) : une espèce de « radioscopie » imagée de la ville, à laquelle rien exactement ne semble comparable dans la littérature de l’époque, et d’un modernisme étonnant. »13

9C’est sans doute le courant surréaliste, dans son ensemble et même s’il n’est pas homogène - et comme l’on sait, a connu querelles et divisions - qui a le plus recherché des décalages avec les descriptions ou les visions antérieures de la capitale. On ne retiendra ici que quelques traits.

10Tout d’abord, l’importance des « circulations » à l’intérieur de l’espace délimité, selon Gérard Durozoi, par les rues Fontaine, du Château et Blomet. Au travers des préférences des membres du mouvement pour tel ou tel lieu ou quartier, se dessine une

  • 14 Gérard Durozoi, Histoire du mouvement surréaliste, Paris, Hazan, 1997, p. 178-179 (voir les p. 175 (...)

« géographie affective [qui] ouvre la possibilité de parcours multiples, de promenades sans but précis - au cours desquels le mystère, la merveille affleurent pour qui leur est réceptif (...) L’errance est ouverture à ce qui peut advenir : elle transforme ce qui est pour satisfaire le désir. »14

  • 15 Voir Alain Meyer et Christine Moissinac, Représentations sociales et littéraires...., op. cit., p. (...)
  • 16 Dans l’article « Paris » de son Dictionnaire du surréalisme, Paris, Seuil, 1996, Jean-Paul Clébert (...)
  • 17 Certaines influences ou admirations sont d’ailleurs moins connues ou plus discrètes, comme celle d (...)
  • 18 Voir la réédition, dans la collection L’Imaginaire, Paris, Gallimard, 1997, de ce récit publié en (...)

11Ainsi, les surréalistes entendent-ils montrer des correspondances et des signes15- dans une autre optique que leurs devanciers et en distinguant leurs déambulations des flâneries communes16. De plus, ils ont le souci de retracer - ou de figurer - leurs dérives dans Paris et d’en rendre compte par un nouvel usage de la langue, même si les références, notamment à Rimbaud et Lautréamont, sont nombreuses17. Le cadre nocturne, souvent privilégié, représente aussi un élément de continuité, à certains égards, encore que la capitale des Dernières nuits de Paris de Philippe Soupault soit le théâtre de fort étranges pérégrinations18. Dans l’œuvre d’André Breton, le thème de l’occultisme est très présent. Marie-Claire Bancquart écrit, à propos de la recherche du « point suprême » :

  • 19 Paris des surréalistes, op. cit., p. 111.

« Paris est traversé de significations magiques, d’autant plus pénétrantes qu’elles sont suggérées par les attributs des objets, par les spectacles les plus ordinaires. »19

  • 20 Voir Georges Sebbag, Le surréalisme, Paris, Nathan, 1994, notamment p. 57-59 (et voir p. 53 et sui (...)
  • 21 Paris des surréalistes, op. cit., p. 140-141 ; voir aussi les p. 168-169 à propos de la femme-enfa (...)
  • 22 Bien entendu, toute la photographie d’avant-garde, à cette époque, n’est pas influencée par la sur (...)
  • 23 Voir Alain Sayag et Annick Lionel-Marie, op. cit., p. 115 ; p. 114, est reproduite « La statue du (...)
  • 24 Voir Jean-Paul Clébert, op. cit., p. 435.
  • 25 Voir Marie-Claire Bancquart, op. cit., p. 161-162. La réconciliation est d’ailleurs bien partielle (...)

12Sans doute est-ce dans deux romans, Nadja et L’Amour fou que cette esthétique se conjugue, pour une part, avec celles du trajet parisien20 et d’une certaine forme d’érotisme, non charnel, toujours selon Marie-Claire Bancquart21. Par ailleurs, certaines photographies22 - notamment de Brassaï ou de Man Ray - amplifient d’une certaine manière l’effet produit par le récit et en montrent autrement les lieux symboliques, dont la Tour Saint-Jacques23. Par la suite, André Breton ne remet pas en cause, loin s’en faut, ce type de représentation de Paris, alors même que la trajectoire littéraire et politique d’Aragon, qui, notamment dans Le Paysan de Paris, avait conféré beaucoup de force, voire de violence, à l’esthétique surréaliste - tout en privilégiant, contrairement à Breton et Crevel, la ligne droite24 - le conduit à donner de la capitale des vues qui se veulent plus réalistes, sans d’ailleurs délaisser complètement les décalages antérieurs, mais en aboutissant, au-delà des Beaux Quartiers, à une sorte de réconciliation nostalgique avec Paris, notamment dans Le Roman inachevé25.

  • 26 Voir les « couplets » publiés dans État de veille en 1943, repris dans Destinée arbitraire, éditio (...)
  • 27 ibid., p. 229-234.

13Bien d’autres auteurs ont adhéré différemment à l’esthétique surréaliste. Robert Desnos, brouillé avec Breton, a fait écho dans de nombreux poèmes26, à des parcours originaux : c’est moins le cas dans la célèbre « Complainte de Fantômas » que dans le poignant « Veilleur du Pont-au-Change », publié sous le pseudonyme de Valentin Guillois dans L’honneur des poètes II en mai 1944, après l’arrestation du poète, un peu moins d’un an avant sa mort au camp de Terezin. Le veilleur évoqué par Robert Desnos apparaît en différents points de Paris, surtout aux portes de la capitale, son regard portant sur des quartiers de la capitale, tandis qu’il voit les avions, la lueur des incendies, et entend des cris de victoire et de souffrance, saluant « toute la terre » de ses lieux d’observation27.

  • 28 Cité d’après André Breton, Œuvres complètes, tome I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, (...)
  • 29 Voir Marie-Thérèse Ligot, « Léon-Paul Fargue et René Crevel dans Paris », Jeannine Guichardet (dir (...)
  • 30 Publié dans le Mercure de France du 15 avril 1936 : voir Jean-Paul Goujon, Léon-Paul Fargue, Paris (...)

14Toujours pendant la guerre, mais sans relation avec les combats de la Résistance, une œuvre étonnante a été publiée. Il s’agit de Haute solitude de Léon-Paul Fargue, qui, nous l’avons signalé, offre une tonalité bien différente de celle qui caractérise des recueils d’avant-guerre, comme Le Piéton de Paris. Si ce recueil doit être présenté ici, ce n’est pas principalement parce que, comme Breton l’écrivait déjà dans le Manifeste du surréalisme, « Fargue est surréaliste dans l’atmosphère »28 ou parce que l’on a pu comparer, en soulignant d’ailleurs bien des différences, comparer les représentations de Paris données par Fargue et René Crevel29. Ce sont surtout l’amertume, la violence verbale et le foisonnement lexical - notamment en termes géologiques et botaniques - de nombreux textes du recueil - composés pour beaucoup dans les années 30, qui retiennent l’attention. C’est le cas pour « Géographie secrète »30 dont certains passages pouvaient prendre une résonance particulière pendant la guerre :

  • 31 Haute Solitude, Paris, Emile-Paul, 1941, réédition L’Imaginaire, Paris, Gallimard, 1982, p. 45-46  (...)

« Cette géographie n’a qu’un champ d’études en profondeur : le plutonisme de Paris, l’origénie de la gare de l’Est, de la gare du Nord, de Montmartre ou de Bercy, la constitution particulière des climats de la rue Château-Landon ou du quartier des Enfants-Rouges, la coupe de la croûte terrestre qui dort comme un ivrogne au large de Montparnasse, la crasse des tunnels sexuels, les figures des snobs tristes, des grands escogriffes de Compagnies d’Assurances, des caméléons de salles d’escrime, et toute une accumulation de femmes plus ou moins bien nées, bien harnachées, avec de la graine de grue dans le cœur et des morilles dans le cerveau. Tout ce diagramme de monstres et d’hypocrisie, de cuisses basses et de cortéocènes poisseux en forme le fond.
Pour l’homme qui veut s’en donner la peine, comme pour le bon poète aux bons souliers ferrés, Paris est une cité curieuse, qui a ses plissements, ses ruptures, ses zones d’effondrement, ses nappes de charriage et son vulcanisme. Il y a des quartiers qui vous mettent des oreillers sous les genoux quand vous faites l’amour avec des femmes de rencontre ; des quartiers qui vous coulent des bières chargées de sommeil où vous vous endormez comme si vous alliez mourir. Il y a des quartiers à bretelles, des quartiers hantés de fantômes, d’ichneumons ailés grands comme des girafes, des rues qui explosent comme la larve du stegmya, des carrefours remplis de passants qui s’accrochent aux maisons comme des phasmes, des impasses encombrées d’orthoptères, de plantes juteuses où le pied crie de désespoir, d’autres qui sont écumés par la littérature française, l’amour facile des hommes politiques et des drames de bars ; des quartiers qui sentent la viande, la reliure, le tan, le yoghourt, le labour ou les orties. D’autres enfin où des âmes pressées courent l’une après l’autre sous les semelles de la police, où l’on aperçoit des moutons et des anges, des vieilles carcasses de mendiantes aux jambes rapiécées, des membres de gosses et des trous d’enfer. »31

  • 32 Qui avait par ailleurs publié un célèbre article, « Paris, mythe moderne » dans la Nouvelle Revue (...)

15Conduite dans un esprit bien différent, l’une des entreprises à tonalité surréaliste concernant la capitale n’a donné lieu qu’à une publication tardive, et apparemment très localisée. Il s’agit du Petit Guide du XVe arrondissement à l’usage des fantômes, dont l’auteur, Roger Caillois32, évoque ainsi la genèse :

  • 33 Petit guide du XVe arrondissement à l’usage des fantômes, Paris, Fata Morgana, 1977, p. 37.

« Voici plus de trente ans, lorsque j’ai commencé à écrire, je me suis mis parmi tant de sujets possibles à décrire Paris comme le théâtre semi-fabuleux où une certaine dramaturgie, sinon une mythologie caractérisée, avait trouvé son terrain d’élection. »33

  • 34 Ibid., pp. 54-63 (citation précédente p. 9).
  • 35 Châteaux des courants d’air, op. cit., p. 31 (hommage à Roger Caillois p. 38).

16C’est du reste avec sobriété que l’auteur évoque la transformation de « l’ancien village de Grenelle », en ce qu’il qualifie, par exemple, de « Résumé d’une métamorphose »34. Du reste, Jacques Réda lui rend hommage à ce sujet dans Châteaux des courants d’air, après avoir affirmé : « (...) le charme du XVe se situe aux confins du banal et du magique »35.

17De manière plus générale, on peut observer que les décalages, dans la littérature parisienne d’après-guerre, apparaissent souvent de manière moins flamboyante qu’auparavant. Une certaine forme de réalisme ironique surgit parfois, en relation avec des trajets. Ainsi, Henri Calet manifeste-t-il ainsi son apparente dilection pour les beaux quartiers, en prenant l’autobus. Dans cette « autre ville », qu’il affecte de découvrir à partir de la place de l’Aima,

  • 36 Les Grandes largeurs, op. cit., pp. 27-28.

« il semble que l’existence ait plus de prix, qu’elle vaille davantage ; il semble même que la qualité de l’air soit quelque peu différente, plus fine. On a l’illusion d’être à l’étranger, en transit seulement.
Il est plaisant de passer ainsi d’un univers modeste à l’opulence et à la grandeur, du froid au chaud. Des senteurs de poisson de l’avenue d’Orléans aux fragrances des dames à fourrures. Il n’en coûte que trois ou quatre tickets d’autobus, et l’on rentre chez soi tout parfumé. Mettons que c’est notre sou du franc.
S’il nous était permis de nous installer à demeure dans ces quartiers élégants, peut-être, dans cette climature, deviendrions-nous rapidement des personnes présentables. Je crois au tellurisme. Nous finirions par acquérir des pensées neuves et bourgeoises, correctes pour le moins, comme sur mesure, au lieu de ces idées de confection que nous portons. »36

  • 37 Voir La Boutique obscure - 124 rêves, Paris, Denoël, 1973 (notamment le N° 119, « La rue de l’Asso (...)
  • 38 Histoires, Paris, Gallimard, 1963, réédition Folio, 1972, p. 9-29 ; voir surtout Jacques Prévert. (...)

18À partir des années 50, la capitale, comme la ville en général, reste souvent décrite et perçue de manière traditionnelle. L’un des principaux types de décalage, par rapport à l’animation et à la circulation croissantes, tient à la modification des termes de la description. On peut parfois la trouver, de manière assez diffuse, dans ce qu’il est convenu d’appeler le nouveau roman et plus précisément, sans considération d’école, dans l’œuvre de Georges Perec, qui comporte aussi des aspects oniriques37. Les références surréalistes n’ont pas disparu : ainsi, dans un long poème de Jacques Prévert, « Encore une fois sur le fleuve », datant de 1947 et repris dans la version définitive d’Histoires38.

  • 39 Voir Un atlas parisien - Le dessous des cartes, op. cit., dépliant p. 267-268 et le commentaire de (...)

19Il arrive que le décalage corresponde à une forme de subversion, confidentielle dans le cas des situationnistes à la fin des années 1950. Ainsi, Guy Debord, sous la forme d’un « Guide psychogéographique de Paris », édité par le « Bauhaus imaginiste » et imprimé au Danemark et sous-titré « Discours sur les passions de l’amour », a-t-il réalisé un plan éclaté, composé de fragments de l’espace bâti de la capitale, que relient de nombreuses et énigmatiques flèches rouges39.

  • 40 Il avait rédigé du 23 novembre 1936 au 26 octobre 1938 une chronique quotidienne dans L’Intransige (...)
  • 41 Voir les commentaires de Michel et Stéphane Bigot dans Zazie dans le métro, Gallimard, Foliothèque (...)

20Parfois, l’évocation recèle des tours de passe-passe, assortis d’une désinvolture narquoise et de jeux sur le langage. De ce point de vue, l’œuvre de Raymond Queneau, qui avait une connaissance approfondie de la capitale40, fournit bien des exemples, dont Exercices de style en 1947, série de variations en relation avec une ligne d’autobus, et Zazie dans le métro qui, en 1959, donne de la capitale des images mêlant, dans un « Paris théâtral » plus que dans un « Paris faux », « espaces rêves et lieux véritables », jouant sur les noms et les sites connus, ainsi que diverses déformations topographiques et sémantiques41. Dans le recueil Courir les rues, un poème ayant trait à une rue peu connue du douzième arrondissement est intitulé « Composition de lieu » :

  • 42 Courir les rues, Paris, Gallimard, 1967 ; réédition Poésie, 1981, p. 102. Dans le numéro cité des (...)

« La rue du Congo est assez brève
côté impair : Fondation Groupe des Maisons Ouvrières
(on ne mâchait pas ses mots en ce temps là)
côté pair : un garage et l’ACAP
voudriez-vous me dira-t-on que dans la rue du Congo
s’y promènent des éléphants, des hippopotames et des
rhinocéros
y pousse du manioc et du sorgho
et qu’on y déguste des dattes, des bananes et de la noix de coco ?
eh eh
pas bien loin
au 64 de l’avenue Daumesnil
il y a la Société des Bois Tropicaux
au 74 les établissements Alligator (préférable eût été Crocodile)
en face du 84 Enfer et ses fils
ventilateurs
cela donne un peu l’atmosphère »42

  • 43 L’un des trois recueils de l’auteur étudiés par Sébastien Marot dans sa contribution, « Paris d’ap (...)

21Plus récemment, sous la plume de Jacques Réda, se fait jour un certain onirisme, en écho à l’observation minutieuse de lieux parisiens, à tel point que l’on peut parler de métamorphoses. Ainsi, dans tel passage de Châteaux des courants d’air43, concernant la « Petite Ceinture » désaffectée, « l’un des plus vastes et plus secrets jardins de Paris » :

  • 44 Châteaux des courants d’air, op. cit., p. 140-142.

« il arrive qu’on perçoive, au petit jour, et confondus au bruissement des feuillages, les rumeurs et cliquetis de trains fantômes, suggérant la persistance d’ailleurs réelle d’un mystérieux, intermittent trafic. (...) Parmi tant de bons observatoires, aucun ne remplacera jamais le dernier vrai sentier de Paris, qui (prolongeant furtif le Chemin du Parc de Charonne) coiffait d’aubépine un talus presque vertical mais gagné méticuleusement à une petite polyculture de fleurs et de radis. Tout en bas, entre deux happements d’ombre, j’ai vu luire une nuit de mai, sous des cascades de lune, les rails de cette ceinture qui entoure la ville frénétique d’un anneau de sommeil forestier, et qui par divers embranchements la relie aux derniers réseaux de rêve de la planète. »44

22Il arrive aussi que le décalage, lié à la perception et à la mémoire, offre un caractère très personnel à partir d’une observation simple. Ainsi, dans un volume de mémoires, Jean Tardieu évoque en ces termes le boulevard Arago :

  • 45 On vient chercher Monsieur Jean, Paris, Gallimard, 1990 ; réédition L’Imaginaire, 1998, p. 59. L’a (...)

« Le long de cette avenue spacieuse qui suit (ou sépare) deux quartiers très différents, celui du « Lion de Belfort » et celui des Gobelins, deux thèmes, différents eux aussi, ont envahi ma vie comme deux symboles complémentaires : le thème de la puissance végétale, cet univers des arbres qui est un appel sans limites vers plus d’espace, et le thème de la prison, c’est-à-dire l’univers carcéral dont toute ville est l’obsédante image. »45

  • 46 Il a pu s’agir de visions nocturnes du Paris du xixe siècle : voir Simone Delattre, Les douze heur (...)
  • 47 Y compris au sens pictural : voir par exemple les toiles de Nicolas de Staël présentées dans l’exp (...)

23Parfois, la métamorphose transforme ou transpose la capitale en désert, ou la montre sous un jour tel qu’elle apparaît abandonnée. Ce peut être, il est vrai, l’effet de l’heure46, du lieu ou du cadre47. Cette impression d’abandon - toute relative si on la rapporte à d’autres réalités - s’accorde surtout aux sensations de l’observateur ou de personnages qui parcourent Paris. Le motif n’est certes pas nouveau, mais il n’est pas sans rapport avec des images qui se situent à la fois à rebours et à la pointe de la modernité, en une sorte de discordance intemporelle, comme dans ces lignes de Patrick Modiano :

  • 48 Une Jeunesse, Paris, Galllimard, 1981, réédition Folio, 1985, p. 114.

« Dehors, ils marchèrent en direction de la porte d’Auteuil. Les rues étaient désertes. De temps en temps un autobus passait et son ronflement se diluait sous le soleil. »48

24En d’autres circonstances, il semble possible de se libérer du désert urbain en se tournant vers le passé et en retrouvant les noms de lieux familiers. C’est ce que s’imagine le narrateur de Chien de printemps, regardant la photographie d’une amie :

  • 49 Chien de printemps, Paris, Seuil, 1993, réédition Points, 1995, p. 43 (extrait d’un passage cité p (...)

« Quand le jour se prolonge jusqu’à dix heures du soir, à cause de l’heure d’été, et que le bruit de la circulation s’est tu, j’ai l’illusion qu’il suffirait que je retourne dans les quartiers lointains pour retrouver ceux que j’ai perdus et qui sont demeurés là-bas : hameau du Danube, poterne des Peupliers ou rue du Bois-des-Caures. »49

  • 50 Ce vers quoi peuvent tendre aussi la photographie et les textes qui l’accompagnent : voir par exem (...)

25Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement de recomposer - ou de déconstruire - d’usuelles descriptions50. Le parcours permet aussi de s’éloigner des repères habituels, ou de suivre des lignes de fuite qui ne sont pas seulement celles, matériellement tracées, du réseau urbain.

2° Échappées ?

  • 51 Voir par exemple un texte d’Eugène Dabit, « Boulevard Mortier », paru dans la Nouvelle Revue franç (...)
  • 52 Voir à ce sujet certaines observations présentées par Pierre Sansot, sous le titre « Marcher, marc (...)
  • 53 Voir par exemple les commentaires de Marie-Claire Bancquart à propos du conte de Maupassant intitu (...)

26Que l’on puisse ou que l’on veuille quitter Paris ne relève évidemment pas seulement, ni principalement, d’un rapport artistique à l’espace. L’échappée est d’ailleurs parfois présentée comme impossible, en dehors de quelques mois de fuite, sur le mode de la résignation ou de la désespérance51. Il n’en reste pas moins que le thème de l’errance, ou de la marche sans fin52, constitue sinon un leitmotiv, du moins une des figures de la dérive à travers la capitale53. Léon-Paul Fargue développe ce motif avec lyrisme dans un des textes réunis dans Haute solitude :

  • 54 « Marcher », in Haute solitude, éd. citée, p. 57-58. Sur les trains quittant la ville, voir aussi (...)

« (...) il faut marcher, marcher toujours, dans cette ville peuplée de soi-même. Là-haut, le ciel gris, pensif, inspirateur. Plus loin, des musiques exilées de chevaux de bois, des fressures de fêtes foraines, des battements de tambours assourdis, des odeurs d’apéritifs, et ces lointains qui nous attirent de plus en plus loin... Des airs traînent sur l’horizon d’orage, des vieux airs de matelots. Et l’on devine, aux abords de la ville, le piétinement d’un train, le mécontentement d’un train dont on ne veut plus... Car la ville est pleine, bourrée, de haut en bas. La ville ne veut plus ni trains, ni hommes... »54

27C’est aussi que la grande ville elle-même peut être le lieu par excellence de la dépossession, ce qu’exprimait Paul Morand dans sa préface au Paris de nuit de Brassai :

  • 55 Paris de nuit, 1933, réédition Arts et Métiers graphiques, 1987, p [3].

« Déjà, je trouve des tronçons épars de moi-même dans les divers quartiers de ma ville natale ; aussi afin d’éviter de procéder à un de ces inventaires sentimentaux, à un de ces bilans du corps et du cœur dont chacun sent la nécessité, au moins une fois l’an, à l’entrée au printemps, je préfère me réfugier avec vous sous les lumières de la ville ; évitons la solitude obscure, propice à la levée en masse de nos fantômes ; fuyons vers notre prochain ; fuyons-nous ; les agglomérations urbaines n’ont pas d’autre raison d’être. »55

28Autant qu’à l’évocation d’un état d’esprit, même s’il est suggéré, le thème de l’échappée est associé à une sorte de flottement dans un espace lui-même indécis, comme métamorphosé. C’est le cas dans de nombreux romans de Patrick Modiano, où les échappées sont conjuguées à différents temps, en partie entremêlés. Ainsi, principalement à l’imparfait, dans les dernières lignes de Fleurs de ruine, situées vers 1965 :

  • 56 L’expression est aussi utilisée dans Dora Bruder, op. cit., p. 31, à propos du quartier de La Chap (...)
  • 57 Fleurs de ruine, Paris, Seuil, 1991, réédition Points, 1995, p. 142.

« C’était en juin. On n’avait pas encore creusé la tranchée du périphérique qui vous donne une sensation d’encerclement. Les portes de Paris, en ce temps-là, étaient toutes en lignes de fuite56, la ville peu à peu desserrant son étreinte pour se perdre dans les terrains vagues. Et l’on pouvait croire encore que l’aventure était au coin de la rue. »57

29Ou encore, en une manière de tableau final, mêlant le point de vue de l’auteur et les impressions encore indécises des deux personnages principaux d’Une Jeunesse, Odile et Louis, qui arpentent les environs des gares de l’Est et du Nord :

  • 58 Une Jeunesse, op. cit., p. 180-181.

« Ils ne savent pas que c’est leur dernière promenade dans Paris. Ils n’ont pas encore d’existence individuelle et se confondent avec les façades et les trottoirs. Sur le macadam, rapiécé comme un vieux tissu, sont inscrites des dates pour indiquer les coulées de goudron successives, mais peut-être aussi des naissances, des rendez-vous, des morts. Plus tard, quand ils se souviendront de cette période de leur vie, ils reverront des carrefours et des entrées d’immeubles. Ils en ont capté tous les reflets. Ils n’étaient que des bulles irisées aux couleurs de cette ville : gris et noir.
La place Saint-Vincent-de-Paul, avec le square et l’église, est aussi déserte et silencieuse que ces lieux familiers que l’on traverse en rêve. Ils ont rejoint par la rue d’Hauteville les grands boulevards et se perdent dans la foule à la hauteur du café Brébant. »58

30On le voit, on peut prendre en considération toutes sortes de perspectives sur la capitale, en relation avec différentes formes d’échappées, à plus ou moins grande portée.

31Il est d’ailleurs un sens apparemment plus localisé du terme, qui suppose l’observation à partir d’un point fixe, qui peut être une simple fenêtre, d’ou l’on découvre des images et des vues, ou bien un belvédère ou un panorama. L’échappée peut se limiter à un coup d’oeil assez bref ou s’inscrire dans une durée plus ou moins longue.

  • 59 Voir le catalogue de l’exposition Sisley, Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, p. 107 (comme (...)
  • 60 En couverture du catalogue de l’exposition du musée Marmottan, en 1993, sur les femmes impressionn (...)
  • 61 Voir l’illustration n° 7 du cahier de reproductions inséré dans le livre cité de Christopher Prend (...)
  • 62 Voir ibid., « La Terrasse du Moulin le Blute - fin à Montmartre » (Helen Birch Bartlett Memorial C (...)
  • 63 Cette toile, qui se trouve au musée Solomon Guggenheim, est reproduite dans le catalogue cité de l (...)

32Le regard est parfois celui du peintre, prenant ses distances avec la ville en la présentant à quelque distance. Ainsi, en 1869, Sisley, qui n’appréciait guère Paris, prend-il comme lieu d’observation un espace encore à peine urbanisé, montrant des passants d’allure rustique, dans sa « Vue de Montmartre, depuis la cité des Fleurs aux Batignolles »59. Le sentiment d’une échappée est parfois revêtu un caractère rétrospectif, en raison de la nostalgie qui peut s’attacher à des vues d’un Paris moins urbanisé ou différemment éclairé. Ainsi, certaines toiles de Berthe Morisot, comme « Femme et enfant au balcon »60 ou « Vue de Paris des hauteurs du Trocadéro »61, au début des années 1870, sont-elles, du moins à présent, susceptibles de susciter cette impression. Il arrive aussi qu’un panorama associe décalage et échappée, par une sorte de dissolution partielle des formes, comme dans telle vue de Van Gogh62 - ou, plus tardivement, associe portrait, échappée et déconstruction du paysage, comme avec « Paris par la fenêtre » de Marc Chagall, en 1913, avec sa vue de la tour Eiffel63.

  • 64 Voir La vie parisienne, op. cit., p. 7.
  • 65 Voir Une page d’amour, dans le tome II de l’édition citée de la Pléiade des Rougon-Macquart.
  • 66 Voir le tome IV de la réédition citée des Hommes de bonne volonté, p. 1117-1124 (p. 1124 : « (...) (...)

33Dans le domaine littéraire, l’échappée relève d’une des « deux manières de regarder Paris » que mentionnent Daniel Oster et Jean-Marie Goulemot : le regard « en surplomb »64. Il peut y avoir là un thème orchestré littérairement, comme dans les tableaux de Paris qui scandent Une Page d’amour de Zola, dont la tonalité s’accorde à l’état d’esprit et aux épisodes de la vie de l’héroïne, en même temps qu’à des variations climatiques. Dans ce cas l’échappée n’est pas la fuite, même si la ville, à la fin du roman, est quittée65. A la fin des Hommes de bonne volonté, le dernier volume, Le 7 octobre, se clôt par un chapitre intitulé « Le long des rues, à la rencontre du matin », qui s’achève par la vision du lever du soleil sur la butte Montmartre - chère à Jules Romains - avant que les personnages qui l’ont contemplé et fait halte sans pessimisme ne prennent l’avion66.

34Si la vue porte loin, ce peut être sur le mode de la désillusion, comme dans ce passage d’un roman de Patrick Modiano :

  • 67 Rue des boutiques obscures, Paris, Gallimard, 1978 ; réédition Folio, 1982, p. 147 ; le personnage (...)

« J’avais marché jusqu’à la fenêtre et je regardais, en contrebas, les rails du funiculaire de Montmartre, les jardins du Sacré-Cœur et plus loin, tout Paris, avec ses lumières, ses toits, ses ombres. Dans ce dédale de rues et de boulevards, nous nous étions rencontrés un jour, Denise Coudreuse et moi. Itinéraires qui se croisent, parmi ceux que suivent des milliers et des milliers de gens à travers Paris, comme mille et mille petites boules d’un gigantesque regards électriques, qui se cognent parfois l’une à l’autre. Et de cela, il ne restait rien, pas même la traînée lumineuse que fait le passage d’une luciole. »67

  • 68 Voir « Les portes du Dehors », in Les pierres songent à nous, op. cit., p. 99 (il s’agit des porte (...)

35Ainsi, d’un regard diagonal, au fil de la marche, ou d’un point fixe, peut-on éprouver un sentiment d’évasion, une impression de lucidité ou de mélancolie, ou bien encore esquisser simplement un bilan - en approchant de ce que Pierre Sansot appelle les « temples du Départ »68, en allant au-delà ou en passant en quelque sorte au-dessus des limites de la ville ou de frontières qui s’y décèlent. Y rester, ou y revenir, n’interdit pas les échappées, d’autant que les parcours ne sont pas toujours prévisibles et ont leurs tours et leurs détours, leurs rythmes aussi.

3° Rythmes

36Définis par leur longueur, leur espace et - moins aisément - leur nature, les itinéraires parisiens le sont aussi par leur fréquence et leur vitesse. Des caractères matériels de ces rythmes, il a été en partie question. C’est plutôt, de l’immobilité initiale ou interpolée à l’extrême rapidité, aux rapports entre représentation et déplacement que l’on peut s’intéresser à présent, à l’aide de quelques notations.

  • 69 Comme ceux d’Eugène Hénard, au début du siècle : voir ses Études sur les transformations de Paris (...)
  • 70 Voir les analyses de Marie-Claire Bancquart dans Paris Belle Époque..., op. cit., pp. 85-92 (à pro (...)
  • 71 L’Avènement des loisirs, op. cit., p. 154 et suiv..
  • 72 Même si elle n’est pas uniforme, loin de là, avant 1914 : voir un passage du 6 octobre de Jules Ro (...)

37Dans Paris ou à propos de la capitale, la vitesse est souvent évoquée, par elle-même ou par contraste avec la plus grande quiétude ou lenteur qui caractériserait le reste du pays. S’il s’agit là d’un motif fréquent, avant même notre période, la diversification et l’accélération des transports ont suscité, outre des projet69, des images nouvelles - y compris en termes d’anticipation70 - alors même que, selon le mot de Julia Csergo, la « mécanisation du rêve » s’étendait aux Expositions et à certains parcs d’attraction, au tournant du siècle71. De cette fébrilité croissante72, Guillaume Apollinaire a donné une transposition poétique, fragmentaire et célèbre, dans la « Chanson du mal aimé » :

  • 73 Ces vers - et d’autres - sont en quelque sorte situés par Marie-Claire Bancquart sous le titre « A (...)

« Les tramways feux verts sur l’échine
Musiquent au long des portées
De rails leur folie de machines »73

  • 74 Voir le catalogue d’une exposition - couplée, au musée Carnavalet, avec celle d’Eugène Atget évoqu (...)

38Il ne s’agit d’ailleurs pas seulement de moyens de transport, mais aussi de foules en mouvement. On peut d’ailleurs, à leur sujet, transposer à l’échelle de Paris la formule de la photographe américaine Berenice Abbott qui, en 1938, représentait « The Tempo of the City » à New York74. De ce tempo, la poésie ou la photographie peuvent rendre compte. Il correspond aussi à un paysage sonore.

  • 75 Voir les intéressantes remarques de Jean-Louis Robert dans « Paris enchanté : le peuple en chanson (...)
  • 76 Jacques Prévert a ainsi évoqué « La musique des rues de Paris » (titre donné par l’auteur de l’ant (...)
  • 77 Dans des styles différents, voir le recueil de Mouloudji intitulé Complaintes, Paris, Seghers, 197 (...)

39Si la musique, et plus généralement les sons, n’apparaissent pas seulement liés aux rythmes des parcours - les chansons, notamment, circulent différemment, sauf lorsque des artistes les diffusent dans les rues, mais il arrive aussi qu’elles rendent compte d’itinéraires75 - ils contribuent, à certains égards, à les accompagner et à rendre familières certaines rues ou impressions de Paris76, non sans effets de nostalgie77. Elles peuvent même contribuer à propager une sorte de mythe : ainsi, avec les « Grands Boulevards », chantés par Yves Montand.

  • 78 Sur la différence entre jour et nuit, au xixe siècle, voir Simone Delattre, Les douze heures noire (...)
  • 79 Voir Les Ruines de Paris, op. cit., p. 129 et suiv.
  • 80 Une collection de cinquante albums vient d’être publiée par Gitanes Jazz Productions, sous le titr (...)
  • 81 Éditions Mille et une nuits, Paris, 1999 ; le texte a été publié en 1986, et se rapporte aux année (...)

40Ce n’est pas uniquement une question d’atmosphère ou d’ambiance, non plus que d’intensité sonore. Certes, celle-ci varie selon les moments78, les lieux et les quartiers, et l’on pourrait délimiter des segments ou des étapes en matière de parcours, selon des critères liés à l’environnement sonore. Il existe aussi une manière moins directe, peut-être plus intérieure, de ressentir les rythmes du parcours, en fonction des musiques du moment ou d’autrefois et de la manière, dont, intensément ou en de discrètes réminiscences, elles accompagnent la marche - une évolution technique récente, à l’échelle de la période considérée, a aussi permis à certains promeneurs d’écouter directement de la musique. Ce rapport aux sonorités influe parfois sur la manière de décrire les parcours dans la ville : on peut se référer, par exemple, au jazz de la « Basse ambulante » de Jacques Réd79 ou, plus directement, à des enregistrements d’artistes de jazz80. Bien des combinaisons, sont d’ailleurs possibles, entre les sons, la marche et les lumières, par exemple, comme le montre l’harmonieux récit d’Anna Maria Ortese, récemment réédité, Le murmure de Paris81. Au-delà encore, la marche renvoie à une sorte de rythme primordial, non sans amertume lorsque, par exemple, Léon-Paul Fargue, nous l’avons déjà cité, évoque sa « vie de pierre foulée », ou, sur une note différente, dans les derniers mots d’un bref ouvrage d’Henri Calet :

  • 82 Les grandes largeurs, op. cit., p. 99.

« Des souvenirs personnels, en poudre, en grains, des fragments d’histoire de France, des fraises des bois... voilà ce que l’on récolte en flânant à l’aventure dans Paris. En outre, si l’on fait attention vraiment, on perçoit à chaque pas la pulsation d’un grand cœur, sous sa semelle. »82

41Ainsi, par ses rythmes divers, le parcours peut-il se métamorphoser tout en s’éprouvant lui-même, en s’appuyant sur une trame sonore, elle-même en relation avec le temps personnel, les images et les échos qui l’environnent.

42Au travers d’une approche peut-être discontinue, on a cherché à esquisser une présentation des découpages et des variations propres aux itinéraires parisiens. Les différents types de séquences pris en considération peuvent s’entrecroiser, se juxtaposer ou se succéder, selon les cas et les critères de lecture ou de représentation retenus. Les parcours sont parfois décomposés - au sens de la division, non de l’effacement, en règle générale - et font en tout cas l’objet d’un montage, tels que les montrent nombre de suites d’images, qui n’offrent pas seulement un caractère cinématographique. On a vu que bien des artistes - surtout des écrivains - en rendant compte de leurs propres parcours, selon une approche autobiographique ou de manière plus indirecte, en portant aussi leur regard sur des trajets ou des passants, ont contribué à enrichir une sorte de patrimoine, moins figé que dans l’ordre monumental, plus fugace également, en dépit des albums et des guides en tous genres. Les séquences ainsi montrées ou suggérées sont en rapport avec des pratiques de la marche et une poétique de la ville perceptibles par les promeneurs, si galvaudées qu’en soient certaines figures. Plusieurs dimensions de l’histoire et de la mémoire, par fragments associés aux images et aux mots, se conjuguent en quelque sorte, la mise au point étant effectuée à la fois individuellement et par référence à des sensibilités communes, entrant ainsi dans des cadres, ou en sortant, sous un autre angle, en fonction de déplacements et de décentrements.

Notes

1 Voir par exemple Yvan Christ, Les métamorphoses de Paris, Paris, Balland, 1967, qui confronte le Paris du second Empire et celui de la Cinquième République, sous la forme d’un « album d’images » (p. vi) - en fait de photographies. L’auteur a aussi publié Paris des utopies, Paris, Balland, 1977, qui présente surtout des projets antérieurs à 1860, mais aussi, par exemple, les aspirations d’Eugène Horeau dans les années 1860 et au début de la Troisième République (notamment p. 163-167) et les fameux plans de Le Corbusier de 1922 à 1945 (voir notamment p. 25-27).

2 Voir notamment Marie-Claire Bancquart, Paris des surréalistes, op. cit. Le mouvement situationniste, à la fin des années 1950, a pour sa part tenté d’expérimenter systématiquement la dérive urbaine : voir par exemple Ville-cité, op. cit., loc.cit. et Christophe Bourseiller, Vie et mort de Guy Debord, Paris, Plon, 1999, p. 73-74.

3 L’approche thématique est d’ailleurs privilégiée dans le catalogue d’exposition, déjà cité, intitulé Métamorphoses parisiennes.

4 Les Misérables ou « l’espace sans fond », Paris, Nizet, 1995, p. 158 (et voir la quatrième partie de l’ouvrage, « L’espace en morceaux »).

5 Voir Les Misérables, édition de Maurice Allem, Paris, Gallimard, 1951, p. 591-611 (notamment « Ecce Paris, ecce homo », p. 603-605).

6 Voir ibid., p. 1145-1147.

7 Plus tourné que Louis-Sébastien Mercier vers l’exploration du Paris nocturne : voir Simone Delattre, Les douze heures noires, op. cit., p. 36-38.

8 Voir Marie-Claire Bancquart, Images littéraires du Paris « fin de siècle », op. cit., notamment p. 146-153.

9 Voir ibid. les chapitres intitulés « Hystéries, monstres et rêves : le Paris modern-style » et « Le Paris modern-style (suite) : Byzances, errances et désarroi ».

10 Voir in Jean Pierrot, L’imaginaire décadent, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 211, l’extrait des Portes d’ivoire, roman de 1897 dans lequel l’écrivain - surtout connu comme défenseur de Dreyfus - évoque un parcours dans « Paris enténébré », le héros d’une des nouvelles suivant « la fantômale armée de [s]es désirs ».

11 Voir notamment Marie-Claire Bancquart, Paris « Belle époque »..., op. cit., p. 36-49.

12 Ibid., p. 131 (et voir les pp. 125-140).

13 Olivier Rony, Jules Romains ou l’appel au monde, Paris, Laffont, 1993. Puissances de Paris a été réédité en 2000 dans la collection L’Imaginaire, chez Gallimard. Le recueil comprend sept sections, « Les rues », « Les places », « Les squares », « Les métamorphoses » (deux textes, « L’omnibus » et « L’Opéra-Comique »), « Les vies intermittentes » et « Réflexions ».

14 Gérard Durozoi, Histoire du mouvement surréaliste, Paris, Hazan, 1997, p. 178-179 (voir les p. 175-181, sur le Paris surréaliste, illustrées notamment par des photographies, pour une part dues à André Kertsz).

15 Voir Alain Meyer et Christine Moissinac, Représentations sociales et littéraires...., op. cit., p. 312.

16 Dans l’article « Paris » de son Dictionnaire du surréalisme, Paris, Seuil, 1996, Jean-Paul Clébert écrit : « Le poète surréaliste ne se promène pas, tel un affreux bourgeois du dimanche, il est promené par une force mystérieuse à laquelle il doit se confier afin d’être disponible à la surprise, à la rencontre, au merveilleux » (p. 435).

17 Certaines influences ou admirations sont d’ailleurs moins connues ou plus discrètes, comme celle de Huysmans sur Breton : voir ibid., p. 434.

18 Voir la réédition, dans la collection L’Imaginaire, Paris, Gallimard, 1997, de ce récit publié en 1928 par Calmann-Lévy.

19 Paris des surréalistes, op. cit., p. 111.

20 Voir Georges Sebbag, Le surréalisme, Paris, Nathan, 1994, notamment p. 57-59 (et voir p. 53 et suiv., « Dérive urbaine et enchantement »).

21 Paris des surréalistes, op. cit., p. 140-141 ; voir aussi les p. 168-169 à propos de la femme-enfant.

22 Bien entendu, toute la photographie d’avant-garde, à cette époque, n’est pas influencée par la surréalisme, à proprement parler : voir Christian Bouqueret, Des années folles aux années noires - La nouvelle vision photographique en France 1920-1940, Paris, Marval, 1997, notamment p. 50-79 (l’auteur observe d’ailleurs p. 63 que Man Ray était surtout dadaïste). Sur la photographie dans les années 1920, voir aussi l’intéressante étude d’Herbert Molderings, « Nouvelles images de Paris », L’Ecole de Paris 1904-1929 - La part de l’Autre, Paris-Musées, 2000, p. 71-84 (l’avant-gardisme, multiforme, n’exclut pas des regards sentimentaux sur Paris, comme dans certaines photographies d’André Kertész, Ilse Bing, Germaine Krull, ainsi que de Brassai) ; dans le cadre de cette exposition, sont présentées des photographies de Florence Henri, élève de Fernand Léger, teintées d’un discret surréalisme parisien.

23 Voir Alain Sayag et Annick Lionel-Marie, op. cit., p. 115 ; p. 114, est reproduite « La statue du maréchal Ney dans le brouillard », photographie de 1932, d’un surréalisme plus humoristique. On peut noter, par ailleurs, que Max Ernst est un des rares peintres surréalistes à représenter, sous le signe de la métamorphose, des lieux parisiens : ainsi, dans « Vision provoquée par l’aspect nocturne de la porte Saint-Denis » (1927). Max Ernst est aussi l’auteur de « Paris-Rêve » (1924-1925), dans lequel il montre « la ville comme un paysage montagneux figuré par un entrecroisement de motifs rectilignes » : voir la contribution citée de Romy Golan in Jean Clair (dir.), Les Années 20- L’âge des métropoles, commentaires et reproductions p. 362 et 371.

24 Voir Jean-Paul Clébert, op. cit., p. 435.

25 Voir Marie-Claire Bancquart, op. cit., p. 161-162. La réconciliation est d’ailleurs bien partielle, si l’on en juge d’après le poème intitulé « Paris vingt ans après » : voir Le Roman inachevé, Paris, Gallimard, 1956, réédition 1966, p. 159-164 (se termine par une grinçante évocation des cars de touristes à Pigalle).

26 Voir les « couplets » publiés dans État de veille en 1943, repris dans Destinée arbitraire, édition de Marie-Claire Dumas, Paris, Gallimard, 1975, p. 176-180.

27 ibid., p. 229-234.

28 Cité d’après André Breton, Œuvres complètes, tome I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1988, p. 329.

29 Voir Marie-Thérèse Ligot, « Léon-Paul Fargue et René Crevel dans Paris », Jeannine Guichardet (dir.), Errances et parcours parisiens de Rutebeuf à Crevel, op. cit., p. 79-91.

30 Publié dans le Mercure de France du 15 avril 1936 : voir Jean-Paul Goujon, Léon-Paul Fargue, Paris, Gallimard, 1997, p. 246.

31 Haute Solitude, Paris, Emile-Paul, 1941, réédition L’Imaginaire, Paris, Gallimard, 1982, p. 45-46 ; voir aussi les dernières lignes, p. 50 : « Et il ne m’est resté qu’à vivre sur des décombres, et à me promener à travers une Capitale incendiée où je me vois fantôme ». Le texte suivant, dans le recueil, intitulé « Marcher », retient également l’attention : Fargue y évoque p. 56 sa « vie de pierre foulée, cet interminable monologue le long des chemins de halage ».

32 Qui avait par ailleurs publié un célèbre article, « Paris, mythe moderne » dans la Nouvelle Revue française de mai 1937 ; concernant surtout le Paris de la première moitié du dix-neuvième siècle, il a été repris dans Le mythe et l’homme, Paris, Gallimard, 1938, réédition Folio, 1994, p. 153-175.

33 Petit guide du XVe arrondissement à l’usage des fantômes, Paris, Fata Morgana, 1977, p. 37.

34 Ibid., pp. 54-63 (citation précédente p. 9).

35 Châteaux des courants d’air, op. cit., p. 31 (hommage à Roger Caillois p. 38).

36 Les Grandes largeurs, op. cit., pp. 27-28.

37 Voir La Boutique obscure - 124 rêves, Paris, Denoël, 1973 (notamment le N° 119, « La rue de l’Assomption »).

38 Histoires, Paris, Gallimard, 1963, réédition Folio, 1972, p. 9-29 ; voir surtout Jacques Prévert. Œuvres complètes,.Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1992, édition de Danielle Gasiglia-Laster et Arnaud Laster, p. 791-804 ; présentation et notes p. 1395-1398 (le poème, accompagné d’une musique de Joseph Kosma, a été radiodiffusé sous forme de cantate en décembre 1947).

39 Voir Un atlas parisien - Le dessous des cartes, op. cit., dépliant p. 267-268 et le commentaire de la p. 269, évoquant l’héritage, fort composite, des précieux et des cartes du Tendre, des surréalistes et une association du « vocabulaire marxiste à l’audace utopique ».

40 Il avait rédigé du 23 novembre 1936 au 26 octobre 1938 une chronique quotidienne dans L’Intransigeant, intitulée « Connaissez-vous Paris ? », dans laquelle il posait des questions aux lecteurs. Initialement, il avait pris pour base les guides du marquis de Rochegude, et constata que la plupart des livres sur Paris se recopiaient les uns les autres et que les dates données par les autres chroniqueurs étaient souvent fausses après 1870. Il écrit aussi : « J’avais examiné maison par maison toutes les rues des dix premiers arrondissements et notable quantité des dix autres... Et ce fut Munich et le reste » : voir l’article de Service déjà cité, dans le numéro 6 des Cahiers Raymond Queneau, p. 6-8.

41 Voir les commentaires de Michel et Stéphane Bigot dans Zazie dans le métro, Gallimard, Foliothèque, 1994, p. 92-97 (citations p. 96 et 97).

42 Courir les rues, Paris, Gallimard, 1967 ; réédition Poésie, 1981, p. 102. Dans le numéro cité des Cahiers Raymond Queneau, Claude Debon signale que courant 1986, ne subsistait plus rue du Congo que l’inscription « fondation Groupe des Maisons ouvrières », les établissements Alligator ayant été transférés dans le 8ème arrondissement le 1er février (« Un Paris de parole », p. 51). Par ailleurs, Jacques Roubaud rend hommage à Raymond Queneau, notamment à ce recueil et à ce type de poèmes, dans La Forme d’une ville, op. cit.

43 L’un des trois recueils de l’auteur étudiés par Sébastien Marot dans sa contribution, « Paris d’après Réda », au catalogue cité, Métamorphoses parisiennes, p. 113-132 (Jacques Réda est le seul écrivain qui fasse l’objet d’une étude spécifique).

44 Châteaux des courants d’air, op. cit., p. 140-142.

45 On vient chercher Monsieur Jean, Paris, Gallimard, 1990 ; réédition L’Imaginaire, 1998, p. 59. L’auteur évoque p. 60 le « peuple innombrable des marronniers » et les « mains des prisonniers accrochées aux barreaux des fenêtres » de la prison de la Santé.

46 Il a pu s’agir de visions nocturnes du Paris du xixe siècle : voir Simone Delattre, Les douze heures noires, op. cit., p. 59 ; mais la nuit n’est pas seule en cause, si l’on en juge d’après cette description, certes bien plus récente, du panorama souvent évoqué de la rue Piat, par Jean-Paul Clébert : « En bas s’étend la ville-lumière, assez grise et terne aux premières heures et je constate une fois de plus que ce n’est pas la nuit qu’une ville meurt, mais en été vers cinq heures du matin, désert de pierres, vaguement teinté de rose pour la note poétique mais surtout pétrifié et sans vie, que seuls mobiles survolent des volées de passereaux et d’hirondelles. » (Paris insolite, op. cit., p. 134).

47 Y compris au sens pictural : voir par exemple les toiles de Nicolas de Staël présentées dans l’exposition « Paris sous le ciel de la peinture », comme « Paris la nuit » et « Quai de Grenelle » : catalogue cité, p. 277 et 283.

48 Une Jeunesse, Paris, Galllimard, 1981, réédition Folio, 1985, p. 114.

49 Chien de printemps, Paris, Seuil, 1993, réédition Points, 1995, p. 43 (extrait d’un passage cité par Jacques Barozzi dans Littératures parisiennes - Morceaux choisis de Guillaume Apollinaire à Stefan Zweig, Paris, Hervas, 1997, p. 193).

50 Ce vers quoi peuvent tendre aussi la photographie et les textes qui l’accompagnent : voir par exemple le livre récent de Christophe Lab et Pascale Jausserand, « Ready-Made » urbains - Paris, Paris, Picard, 2000, influencé par le Land Art : voir la préface de Paul Virilio, p. 4-6 ; p. 76-77, « Dérive », avec une vue de trains et de la rue de l’Aqueduc).

51 Voir par exemple un texte d’Eugène Dabit, « Boulevard Mortier », paru dans la Nouvelle Revue française de décembre 1933, repris dans un recueil présenté par Pierre-Edmond Robert, Ville Lumière, Paris, Le Dilettante, 1990, p ; 24-26.

52 Voir à ce sujet certaines observations présentées par Pierre Sansot, sous le titre « Marcher, marcher dans la ville.... », dans Poétique de la ville, op. cit., p. 159 et suiv. (certaines marches décrites par l’auteur relèvent de parcours réguliers).

53 Voir par exemple les commentaires de Marie-Claire Bancquart à propos du conte de Maupassant intitulé, « La Nuit - Cauchemar » - également évoqué par Simone Delattre dans Les douze heures noires, op. cit., p. 67-68 - dans Images littéraires du Paris « fin de siècle », op. cit., p. 153 ou ceux qui concernent Aragon dans Paris des surréalistes, op. cit., p. 129-131.

54 « Marcher », in Haute solitude, éd. citée, p. 57-58. Sur les trains quittant la ville, voir aussi l’évocation antérieure de Jules Romains, dans un texte de Puissances de Paris, « Le parc de Montmartre » : « (...) leurs sifflements se jettent aussi haut qu’ils peuvent, puis ont une violente secousse pour sauter plus haut ; ils filent au-dessus des rues, au-dessus des toits, à travers les prolongements flottants et souples de la ville, et ils font mal comme un poing à travers une chevelure. (...)
La ville n’est pas assouvie par les trains qu’elle exhale. Avec lenteur d’abord et sans autre bruit que l’effort ronflant des roues sur les rails, elle déploie leurs mouvements hors de ses gares. » (réédition citée, Gallimard, p. 52).

55 Paris de nuit, 1933, réédition Arts et Métiers graphiques, 1987, p [3].

56 L’expression est aussi utilisée dans Dora Bruder, op. cit., p. 31, à propos du quartier de La Chapelle « à cause des voies ferrées, de la proximité de la gare du Nord, du fracas des rames de métro qui passaient très vite au-dessus de ma tête. Personne ne devait se fixer longtemps par ici. Un carrefour où chacun partait de son côté, aux quatre points cardinaux ». On peut noter qu’avant la guerre, les paysages de ce quartier ont été dépeints par Marcel Aymé dans certaines nouvelles de Derrière chez Martin, Paris, Gallimard, 1938, notamment « Rue de l’Évangile », avec une note d’enfermement et de déréliction : « C’est un paysage littéraire où les promeneurs d’une âme sensible, en écoutant les trains siffler dans une brume souillée, se surprennent à prier Dieu pour que la vie ne soit pas démesurément longue » (réédition Folio, 1973, p. 129 ; cf. ces lignes de la nouvelle, « Le temps mort », p. 81 : « En suivant la rue Riquet, il débouchait sur des paysages de gazomètres, de voies ferrées et de gares de marchandises, qui avaient, dans leur désolation, un déroulement d’infini »).

57 Fleurs de ruine, Paris, Seuil, 1991, réédition Points, 1995, p. 142.

58 Une Jeunesse, op. cit., p. 180-181.

59 Voir le catalogue de l’exposition Sisley, Paris, Réunion des musées nationaux, 1992, p. 107 (commentaire de Mary Anne Stevens p. 106), l’œuvre est conservée au musée de Grenoble.

60 En couverture du catalogue de l’exposition du musée Marmottan, en 1993, sur les femmes impressionnistes et n° 60.

61 Voir l’illustration n° 7 du cahier de reproductions inséré dans le livre cité de Christopher Prendergast, Paris and the nineteenth century. Le tableau se trouve au Santa Barbara Museum of Art.

62 Voir ibid., « La Terrasse du Moulin le Blute - fin à Montmartre » (Helen Birch Bartlett Memorial Collection), illustration n° 10 - et couverture ; le commentaire de Christopher Prendergast, p. 73, comporte les lignes suivantes : « the city has disappeared and the content of the panorama been reduced to a vacant grisaille ».

63 Cette toile, qui se trouve au musée Solomon Guggenheim, est reproduite dans le catalogue cité de l’exposition sur l’Ecole de Paris, op. cit., p. 213.

64 Voir La vie parisienne, op. cit., p. 7.

65 Voir Une page d’amour, dans le tome II de l’édition citée de la Pléiade des Rougon-Macquart.

66 Voir le tome IV de la réédition citée des Hommes de bonne volonté, p. 1117-1124 (p. 1124 : « (...) et l’on se sentit pressé par le temps, ce qui formait au sortir de cette nuit une nouveauté ragaillardissante »).

67 Rue des boutiques obscures, Paris, Gallimard, 1978 ; réédition Folio, 1982, p. 147 ; le personnage principal, employé d’un détective, se nomme Guy Roland.

68 Voir « Les portes du Dehors », in Les pierres songent à nous, op. cit., p. 99 (il s’agit des portes situées à l’extrémité de lignes de métro et au départ d’un certain nombre d’autobus « franchissant l’enceinte de la cité »).

69 Comme ceux d’Eugène Hénard, au début du siècle : voir ses Études sur les transformations de Paris (1903-1909), réédition L’Equerre, 1982, avec une présentation de Jean-Louis Cohen ; voir aussi Des fortifs au périf..., op. cit., p. 84-87.

70 Voir les analyses de Marie-Claire Bancquart dans Paris Belle Époque..., op. cit., pp. 85-92 (à propos d’Albert Robida, Daniel Halévy et Anatole France).

71 L’Avènement des loisirs, op. cit., p. 154 et suiv..

72 Même si elle n’est pas uniforme, loin de là, avant 1914 : voir un passage du 6 octobre de Jules Romains, cité par Jacques Barozzi, op. cit., p. 137-138, sous le titre « Au temps où l’on pouvait encore flâner » et les propos de Pierre Jallez dans Les travaux et les joies, situé vers la fin du cycle des Hommes de bonne volonté : « La promenade s’est gâtée depuis l’avant-guerre. Je ne déteste pas le tumulte. Mais actuellement il vous poursuit partout » : réédition citée, tome IV, p. 122.

73 Ces vers - et d’autres - sont en quelque sorte situés par Marie-Claire Bancquart sous le titre « Alcools et Paris : Arcadie, modernité ou échec » : voir notamment Paris Belle Époque, op. cit., p. 131. Le modernisme propre à l’immédiat avant-guerre est, d’une manière un peu différente, exprimé par Jules Romains dans Puissances de Paris, voire Pierre Jean Jouve dans Présences : voir ibid., p. 117-118 et 121. Signalons aussi la fin de la « Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France », datée de 1913 et « dédiée aux musiciens », de Biaise Cendrars : voir Du monde entier, Paris, Denoël, 1947, Gallimard, réédition Poésie, 1967, p. 44 45.

74 Voir le catalogue d’une exposition - couplée, au musée Carnavalet, avec celle d’Eugène Atget évoquée plus haut - Changing New York - Une ville en mouvement 1935-1939, Hazan-Paris Musées, photographies p. 122-123.

75 Voir les intéressantes remarques de Jean-Louis Robert dans « Paris enchanté : le peuple en chansons (1870-1990) », Paris le peuple xviiie-xxe siècle, op. cit., p. 195-206 (notamment p. 201-204 ; cartes de Paris illustrant les trajets qu’évoquent plusieurs chansons célèbres).

76 Jacques Prévert a ainsi évoqué « La musique des rues de Paris » (titre donné par l’auteur de l’anthologie) dans « Enfants sous la troisième... », publié pour la première fois dans Paris des rues et des chansons de René Maltête, Paris, Éditions du Pont-Royal, 1960 inséré dans Histoires et d’autres histoires : voir Jacques Barozzi, op. cit., pp. 164-165 et Œuvres complètes, édition citée, pp. 891-893 (Prévert parle p. 892 de « chant secret des rues ») et notice p. 1494.

77 Dans des styles différents, voir le recueil de Mouloudji intitulé Complaintes, Paris, Seghers, 1975 (p. 148, « Comme une chanson de Bruant ») et celui, récent, de Francis Lemarque, À Paris, Paris, Christian Pirot, 1999 (la chanson-titre est évoquée par Jean-Louis Robert dans sa contribution citée, pp. 200-201).

78 Sur la différence entre jour et nuit, au xixe siècle, voir Simone Delattre, Les douze heures noires, notamment p. 73-75 (à propos de Baudelaire, en particulier).

79 Voir Les Ruines de Paris, op. cit., p. 129 et suiv.

80 Une collection de cinquante albums vient d’être publiée par Gitanes Jazz Productions, sous le titre « Jazz in Paris » ; les pochettes sont illustrées de photographies de la capitale : on peut citer « Paris Jazz Piano » de Michel Legrand ou. du Donald Boyd Quartet, « Parisian Thoroughfare » : voir par exemple la page de publicité parue dans Libération, 18-novembre 2000, p. 35.

81 Éditions Mille et une nuits, Paris, 1999 ; le texte a été publié en 1986, et se rapporte aux années cinquante.

82 Les grandes largeurs, op. cit., p. 99.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site