Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parcourir Paris du Second Empire à nos jours

 | 
Jean El Gammal

Chapitre VI : Miroirs du passé

Texte intégral

1Bien souvent, tout en faisant la part de l’évolution diachronique propre à différents aspects des thèmes abordés, c’est d’une certaine manière au présent que nous avons examiné les parcours parisiens, en attirant l’attention, sinon sur des invariants, du moins sur des phénomènes récurrents. Pourtant, à plusieurs reprises, ont été mentionnés non seulement des courants et des arrière-plans historiques, mais aussi des attitudes relatives au passé, plus ou moins exprimées par différents promeneurs. Il a parfois été question de nostalgie. À certains égards, le rapport au passé constitue l’une des dimensions des parcours effectués dans la capitale. Toute une tradition, dès le début de la période, va dans ce sens. Sans doute offre-t-elle souvent un caractère littéraire et s’inscrit-elle dans une tendance multiforme qui conduit à se pencher sur les formes et les sentiments du passé. Pour autant, on ne saurait assurer que tous les passants, en particulier lors de trajets répétitifs, éprouvent autant, et a fortiori de la même manière, cette nostalgie que ceux qui, selon divers modes et avec une intensité variable, affirment la ressentir, et en tout cas l’expriment. Toujours est-il que le passé parisien recoupe ou environne bien des séquences, personnelles, esthétiques ou historiques. Il peut éveiller des réminiscences au fil des promenades. Il est parfois recherché, sinon retrouvé. Son effacement partiel, plus ou moins grand, selon les quartiers, les périodes et... les discours, donne lieu à de multiples considérations. On examinera successivement les pistes que l’on emprunte pour le reconnaître ou s’y replonger, les regrets associés aux parcours, puis les vestiges mis en évidence et la volonté de préservation qui peut leur correspondre.

1° Pistes

2Il est bien des manières d’explorer Paris et plus particulièrement d’y emprunter ou d’y imaginer des itinéraires qui rendent le passé plus familier. Dans ce dessein, des parcours ont été préalablement tracés. Les guides en proposent, dont beaucoup ont pour destination des monuments ou des quartiers anciens et, de manière générique le « vieux Paris », qui ne constitue d’ailleurs pas un bloc homogène.

  • 1 On peut toutefois signaler que depuis quelques années, ont été publiés des guides proposant aux le (...)

3En dehors de ces trajets quelque peu stéréotypés, le plus souvent, des conférences, qui s’adressent à un public de fait assez limité, mettent en présence leurs auditeurs non seulement d’édifices présentés de manière plus détaillée que par les guides usuels1, mais de lieux ou de quartiers, en fonction d’une unité géographique, historique et thématique. Il est assez rare que l’on réunisse ces conférences en volumes. Toutefois, Jacques Hillairet le fit, qui, dans l’introduction du premier tome de son Evocation du vieux Paris, écrit :

  • 2 Evocation du vieux Paris, Paris, Minuit, 1952, tome I, Vieux quartiers, p. 7. L'auteur précise que (...)

« Pendant plus de deux ans j’ai conduit en promenades-conférences des milliers d’auditeurs dans ce vieux Paris qui, situé à l’intérieur de l’enceinte de Charles V, a formé, avec ses seize quartiers d’alors, le noyau de la capitale de nos jours. »2

4Même si de telles conférences peuvent s’avérer très approfondies et ont eu tendance à s’étendre à des quartiers fort divers, elles s’inscrivent le plus souvent dans un cadre traditionnel, ou devenu tel. Elles répondent du reste à une demande, de la part de visiteurs ou de Parisiens, si limité que soit parfois le nombre des auditeurs. Elles n’ont, il est vrai, pas pour fonction de tracer des pistes, au sens un peu mystérieux du terme - encore qu’il existe des conférences sur les mystères de Paris.

5Au sujet de ces mystères, du reste, on trouve aussi des publications correspondant pour une part à des pistes, tel un Guide du Paris mystérieux présenté au début duquel François Caradec - maitre d’œuvre de l’ouvrage avec Jean-Robert Masson - dispense des « conseils au voyageur imprudent », notamment dans les lignes suivantes :

  • 3 Guide du Paris mystérieux, Paris, Tchou, 1966, p. 13 (et voir les pp. 12-25, dues à François Carad (...)

« Nous vous invitons à un voyage horizontal. Nous vous guiderons dans le temps, confortablement assis dans la machine de Wells dont Alfred Jarry a donné, pour sa construction, de précieux conseils. Traversés les miroirs, nous saurons vous apprendre à ne plus revenir sur vos pas. Nous visiterons ensemble le petit jour, nous nous égarerons dans hier, nous reviendrons en avenir, et ouvrirons des milliers de tiroirs, de boites, de portes, de coffres, de judas, de huches, de soupiraux, de tirelires et de hublots - rues de Paris jamais élucidées, que nous avions pourtant déjà rencontrées entre les pages des guides historiques et des guides artistiques, des guides gastronomiques et des guides des plaisirs. Notre Paris est illégal. »3

  • 4 Voir Bernard Violle, Paris, son Église et ses églises, Paris, Cerf, 1982, tome I, p. 7-10.

6Dans une optique bien différente, il arrive - rarement - que le rapport à l’histoire correspondant à des pistes parisiennes revête un caractère confessionnel. Le livre de Bernard Violle, Paris, son Église et ses églises, commence par une section intitulée « Utilisation générale », où le lecteur peut prendre connaissance de « quelques propositions d’itinéraires », allant du « rapide panorama » à la visite des églises des dix-neuvième et vingtième siècles4.

7Il existe aussi, tout aussi peu fréquentes, du moins sous la forme d’un guide, des pistes militantes. En 1988, par exemple, un ouvrage intitulé Sur les traces des communards - Guide de la Commune dans le Paris d’aujourd’hui de Jean Braine, secrétaire général de l’association des Amis de la Commune, est présenté ainsi par Claude Willard :

  • 5 Il s’agit d’un guide par arrondissements, en deux volumes, publié en 1937 par les Editions sociale (...)

« Les guides sur Paris font florès : le Paris touristique, le Paris des spectacles, le Paris by night, le Paris de la bouffe. Mais le Paris révolutionnaire n’a droit qu’à un guide, vieux de cinquante ans, Les Pavés de Paris de Guy de La Batut, très bon guide illustré de la Révolution française à la Commune, mais aujourd’hui introuvable5. »

  • 6 Sur les traces de la Commune - Guide de la Commune dans le Paris d’aujourd’hui, Paris, Association (...)

8Le préfacier précise que l’auteur est « depuis un quart de siècle cicérone attitré de toutes les délégations syndicales, internationales visitant le Paris révolutionnaire. »6 De fait, le livre, s’il offre certains caractères d’un guide, en comportant dans son titre le mot trace et en mettant en regard photographies actuelles et clichés ou gravures d’époque, entend d’une certaine manière faire suivre une ou des pistes à demi effacées, en tout cas dans les mémoires.

9Il reste que les pistes les plus personnelles ou les plus novatrices ne dépendent pas principalement, le plus souvent, d’une médiation ou d’un interprète en quelque sorte autorisé. Elles sont à la fois empruntées et remodelées, par le flâneur en quête du passé ou de sa propre histoire.

10Pour sa part, dans Le Monde d’hier, Stefan Zweig évoque ainsi sa découverte de Paris, au début du siècle :

  • 7 Le Monde d’hier, op. cit., p. 162.

« Que j’ai erré par les rues, dans ce temps-là ! Combien, dans mon impatience, j’ai vu, j’ai recherché de choses ! Car je ne voulais certes pas borner mon expérience au seul Paris de 1904. Avec mes sens en éveil, avec mon cœur, j’étais aussi en quête du Paris de Henri IV, de Louis XIV, de Napoléon et de la Révolution, du Paris de Rétif de la Bretonne et de Balzac, de Zola et de Louis-Philippe, avec toutes ses rues, ses visages et ses événements. »7.

  • 8 À la fin de sa vie, les pistes parisiennes apparaissent sous un jour moins personnel dans ses ingé (...)
  • 9 Voir notre ouvrage, Les Hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, op. cit., p. 131- (...)

11Parfois, l’exploration des pistes est, sans que cela transparaisse toujours explicitement, douloureuse. De ce point de vue, on peut se référer à une part8 de l’œuvre de Georges Perec, et notamment à ses pérégrinations rue Vilin, dans le vingtième arrondissement, où la mère de l’écrivain, déportée en 1943, avait tenu un salon de coiffure. Georges Perec assista à la disparition progressive, liée à la rénovation de Belleville, de cette rue. C’est ce dont témoignent notamment, W ou le souvenir d’enfance, ainsi que des chroniques réunies dans le recueil L’Infra-ordinaire9. C’est aussi ce qu’a analysé avec subtilité Robert Bober dans son moyen métrage de 1992, En remontant la rue Vilin, et dans un texte de même intitulé, dans lequel il cite Georges Perec dans Espèces d’espaces :

  • 10 Cité dans Belleville-Belleville, op. cit., p. 424.

« Ce que j’en attends [de cette exploration], n’est rien d’autre que la trace d’un triple vieillissement : celui des lieux eux-mêmes, celui de mes souvenirs, et celui de mon écriture. »10

  • 11 Certains « chapitres » de Rue des boutiques obscures, op. cit., ne correspondent qu’à un numéro de (...)
  • 12 Voir Dora Bruder, Paris, Gallimard, 1997 ; réédition Folio, 1999.

12Dans le domaine littéraire, Patrick Modiano est sans doute l’auteur qui utilise le plus d’éléments évocateurs pour figurer - ou brouiller - des pistes liées à son passé ou à celui de personnages proches ou éloignés du narrateur : les noms de rues, d’avenues ou de boulevards, mais aussi les annuaires et bottins11, les coupures de presse sont cités et intégrés à des parcours ou à des errances à travers la capitale. Il arrive aussi que le roman lui-même corresponde à une enquête, sur une jeune fille disparue et déportée, utilisant toutes sortes de documents datant de l’Occupation, en relation avec une poignante exploration de quartiers de Paris12.

  • 13 Voir les vues dans le style d’Atget réalisées en 1999 par le jeune photographe allemand Jurgen Nef (...)

13Innombrables et souvent discrètes, les pistes se surimposent aux itinéraires traditionnels du travail ou du loisir. Elles peuvent aussi les croiser, s’en écarter ou offrir un caractère spécifique, apparaissant comme une mise en abîme, notamment sous formes d’image13. Certes, les pistes ne sont pas uniformément tournées vers le passé lointain - les critères de l’éloignement sont d’ailleurs variables. Mais ce qui est recherché a souvent un rapport avec des événements ou des décors antérieurs. Les parcours ainsi conçus ou improvisés ont souvent un caractère fragile ou fugace et leur aboutissement paraît aléatoire, voire sans cesse différé. Ils peuvent - les exemples cités ci-dessus le montrent pour une part - raviver une souffrance, accentuer un manque, tout en permettant de prendre en quelque manière la mesure du temps, pour les êtres, les événements et les lieux. Ainsi n’est-il pas toujours question, loin s’en faut, de nostalgie. Mais en deçà ou au-delà, du deuil, du drame, ou de l’nterrogation, se profile parfois l’évocation d’un autre temps.

2° Regrets

14Si l’on se place vers 1860, on relève de fréquentes considérations nostalgiques concernant Paris. Les travaux effectués sous la direction d’Haussmann avivent les regrets des admirateurs du passé de la capitale. De plus, c’est de cette année que datent les vers de Baudelaire évoquant sa traversée du « nouveau Carrousel » :

  • 14 « Le Cygne », publié dans La Causerie du 22 janvier 1860 et repris dans les « Tableaux parisiens » (...)

« Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville
Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel) ; »14

  • 15 Outre le livre cité de Julien Gracq, La Forme d’une ville, voir le recueil cité de Jacques Roubaud (...)

15Fréquemment cités par la suite, ils symbolisent en quelque sorte -même s’il ne s’agit pas uniquement de regrets de la part de ceux qui les reprennent15 - les nostalgies parisiennes. Raymond Queneau en a donné une sorte de transposition, non sans réminiscences venues d’Apollinaire, dans un poème de jeunesse, « L’Amphion » :

  • 16 Poème repris dans le recueil Les Ziaux (1943), précédant L’Instant fatal dans l’édition de la coll (...)

« Le Paris que vous aimâtes
n’est pas celui que nous aimons
et nous nous dirigeons sans hâte
vers celui que nous oublierons
Topographies ! itinéraires !
dérives à travers la ville !
souvenirs des anciens horaires !
que la mémoire est difficile...
Et sans un plan sous les yeux
on ne nous comprendra plus
car tout ceci n’est que jeu
et l’oubli d’un temps perdu »16

  • 17 Leipzig, A. Durr, tome 1, p. 95.
  • 18 Voir Daniel Oster et Jean - Marie Goulemot, Mœurs parisiennes, op. cit., p. 29.
  • 19 Voir par exemple Edouard Drumont, Mon vieux Paris - Hommes et choses, Paris, Charpentier, 1879 (qu (...)
  • 20 Voir le recueil récemment publié des chroniques de Jacques Audiberti, intitulé Paris fut -Ecrits s (...)

16Certes, tous les observateurs ne cultivent pas ce type de nostalgie (Charles Monselet, par exemple, évoquait en 1857 un « Paris de transition » dans son roman Les ruines de Paris17 ) et il existe des « modernistes convaincus », tels Gustave Claudin ou Maxime du Camp18. Mais le thème, allusif et aisément adaptable à diverses époques, s’apparente à un motif permanent, sinon intemporel, parfois amplifié après les travaux haussmanniens, en fonction de constatations ou de craintes concernant les transformations du paysage urbain, qu’il s’agisse d’édifices anciens ou d’îlots presque campagnards -ou encore de la société parisienne19. Parfois, des commentaires rétrospectifs conjuguent en quelque sorte Paris au passé, tout en faisant la part de l’observation20.

  • 21 Voir Céline, Romans, tome I, Bibliothèque de la Pléiade, 1981, édition d’Henri Godard, pp. 552-593 (...)
  • 22 Néanmoins, un jeune historien, Mathieu Flonneau, utilise dans un article tiré de son mémoire de ma (...)
  • 23 Voir Yves Pages, Les Fictions du politique chez Louis-Ferdinand Céline, Paris, Seuil, 1994, p. 167 (...)

17Encore faut-il examiner en quoi les regrets sont liés à des parcours effectués dans la capitale. Il arrive d’ailleurs que des représentations soient complexes, pour chacun des deux termes. Ainsi, dans l’œuvre de Céline, notamment dans Mort à crédit21, c’est une évocation corrosive et satirique de la capitale qui l’emporte, en relation avec des trajets que l’auteur ne décrit pas en détail22. Toutefois, on a pu considérer que s’exprimait ainsi une nostalgie du Paris d’avant 191423.

18Dans certains cas, lieux et parcours sont associés dans une nostalgie globale, comme en témoignent certains textes de Léon-Paul Fargue, dont un passage d’« Urbanisme sentimental » :

  • 24 Voir Refuges, op. cit., p. 176 ; mentionnons aussi des pages de tonalité différente, dans Haute So (...)

« Je regrette donc les vieilles maisons. Je regrette naturellement tout ce qui s’en est allé du vieux Paris de ma jeunesse : les omnibus et les tramways qu’on tirait par la queue pour les faire avancer, les quinquets brûlants à bras tendus sur les murs décrépits, le boulodrome sur la Butte et le bar en fer à cheval où Bubu de Montparnasse venait boire sa mominette ; le funiculaire du Sacré-Cœur, et celui de Belleville, avec sa crémaillère et son dépanneur ; les fortifs et la Grande-Roue ; l’ancien Bobino et l’ancien Lavenue ; le bateau-mouche qui donnait du ventre sur son ponton ; Ba-Ta-Clan, le Pavillon Chinois, les terrains vagues de la Butte-aux-Cailles, le marchand de moulins-à-vent ; le Lac Saint-Fargeau, ses salons pour noces, ses pavillons ornés de glaces et ses ponts de photographe pour suicides ; la rue de Montmorency et la rue de Venise. »24

  • 25 Voir par exemple l’intéressant livre d’Alain Demouzon sur le treizième arrondissement. Le Gendarme (...)

19Parfois, sans qu’une distinction très nette soit opérée, les itinéraires -proches alors des pistes que l’on vient d’évoquer - peuvent avoir pour but, au moins partiellement, ou en tout cas comme résultat25, de constater des destructions. Il arrive aussi que, par l’effet de déambulations plus fortuites, des vides, plus ou moins rapidement comblés par la suite, apparaissent dans un paysage familier.

  • 26 Voir la description de ses trajets d’enfance par Henri Calet dans Les Grandes largeurs, op. cit., (...)

20Souvent, c’est par rapport au temps vécu que le promeneur éprouve des regrets. Il en va ainsi pour les années et les lieux de jeunesse, dès lors que leur aspect change, même si le ton n’est pas invariablement plaintif26. Ce peut être d’ailleurs à l’échelle d’une vie ou de différents quartiers habités ou parcourus que des regrets plus amples peuvent être ressentis et le cas échéant exprimés.

21Certains écrits offrent d’ailleurs un curieux rapport aux regrets. Dans l’un des poèmes recueillis dans Il ne m’est Paris que d’Eisa, intitulé « Quatorzième arrondissement », Aragon donne une vision sombre de sa jeunesse, évoquant l’hôpital Broussais et les « Enfants damnés des années vingt », tout en terminant par des vers nostalgiques et surtout mélancoliques :

  • 27 Il ne m’est Paris que d’Eisa, op. cit., p. 90 (et voir p. 89).

« Ce que vous avez jamais cru
Déjà décroît comme un faubourg
Dans un bruit lointain de tambours
On a changé le nom des rues
L’histoire a passé dans son van
Votre grain songes décevants
Et voici que dorénavant
Il n’y a plus de rue de Vanves. »27

  • 28 Voir notre ouvrage cité, Les Hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, p. 126-127.
  • 29 Celle-ci peut se rapporter à Paris tout entier. À peu près à la même époque, Louis Chevalier publi (...)

22Le cas le plus fréquent, dans la littérature parisienne, est celui d’une nostalgie en quelque sorte plus entière, attachée à un quartier ou à un espace familier. Ainsi, dans plusieurs livres28, le Belleville que Clément Lépidis a longuement parcouru - et qu’il choisit plus tard de quitter. Voici par exemple comment l’auteur, au milieu des années 1970, associait la nostalgie à la colère29 : il évoque les « carrettes », sortes de poubelles où les enfants de son quartier trouvaient des débris qui leur semblaient précieux - tels des fragments de pellicule de cinéma - et le terrain vague de la rue Piat où ils jouaient, puis passe en revue les petits métiers disparus et les lieux de distractions, avant de dénoncer les destructions commises à partir des années 1950 et d’éclairer contours et couleurs :

  • 30 « Belleville, mon village », in Clément Lépidis, Emmanuel Jacomin, Belleville, Paris, Veyrier, 197 (...)

« Belleville, mon ami, mon copain, combien j’ai aimé tes pierres grises, tes larges pavés ronds un peu fauves, un peu roux, patines par les rayons d’un soleil d’été unique. Quand ta robe de juillet se parait de lumière, le jour avec ta vie de folle et des Quatre Saisons, le soir dans la clarté un peu jaune des manchons à gaz dans la coupe des réverbères. L’enfant que j’étais alors croyait dans sa candeur naïve que Belleville serait éternel. C’est que j’ignorais l’appétit de certains hommes. Si peu averti des choses de ce monde, comment pouvais-je imaginer que l’on changerait la forme des villes, des rues et des maisons ! Dès lors comment supposer que mon quartier disparaîtrait, amputé avant d’être assassiné sur sa colline par les promoteurs. »30

  • 31 Voir Claude Eveno, Paris perdu - Quarante ans de bouleversements de la ville, op. cit. ; Le maître (...)

23On peut d’ailleurs observer qu’il existe - même si elles ne correspondent pas à des perceptions uniformes - des vagues de nostalgie, liées à l’accélération ou aux mutations de l’urbanisation dans la capitale, ainsi qu’à des modes ou des engouements, qui, la période récente ou actuelle en témoigne, suscitent la publication d’inventaires accusateurs31 et d’itinéraires nostalgiques plus ou moins « séquentiels ».

  • 32 Voir le texte auquel le titre « Paris n’existe plus » a été donné dans Yannis Tsomis et alii, Vill (...)

24Quelle que soit la diversité des préoccupations des auteurs - parfois radicaux, comme Guy Debord, dans leurs affirmations32 - et des témoins, au fur et à mesure que se déroulent les phases de l’histoire contemporaine de Paris, une sorte d’esthétique du regret associée au parcours est présente. Elle s’attache en particulier aux lieux, tout en revêtant parfois un caractère social. La disparition alléguée ou avérée d’une partie du Paris populaire - dont certains auteurs, s’ils l’idéalisent parfois, ne cachent pas les détresses - et d’une animation dont, au-delà des séries évoquées précédemment, le parcours permettait d’apprécier les formes et les détails, est assez fréquemment évoquée. Les quartiers aisés le sont moins, en partie parce qu’ils ont connu moins de destructions et de mutations, notamment dans l’ordre social, parce qu’il n’est guère d’usage de les présenter sur le ton du regret.

  • 33 Voir Giovanni Macchia, Paris en ruines, Paris, Flammarion, 1988 (traduction d’un ouvrage paru en 1 (...)

25Assurément, bien des changements connus ou subis par la capitale apparaissent irréversibles et irrémédiables, ce qui accentue la nostalgie, lorsque que l’on s’en tient, tout au moins, à ce registre. Mais si la littérature décrit ou imagine Paris en ruines depuis longtemps33, il subsiste bien évidemment force monuments et sites. Le passé offre nombre de vestiges historiques, dénombrés (selon des critères de plus en plus larges), souvent entretenus et protégés lorsqu’ils ont échappé aux vagues successives de destruction. Les parcours parisiens permettent aussi d’observer ce qui demeure et ce que l’on a reconstitué de manière plus ou moins authentique.

3° Vestiges et patrimoines

26Ce qui demeure correspond, dans la capitale, à ce qui est le plus souvent évoqué, notamment dans les guides, où la part des considérations sur les destructions plus ou moins récentes est bien moins moindre, naturellement, que celle réservée aux lieux que l’on peut visiter. Lorsqu’un édifice est « intact » ou que les dommages qui lui ont été infligés jadis ou naguère ont été réparés ou masqués, la nostalgie, en relation avec des affinités ou des goûts esthétiques, peut s’atténuer ou prendre des formes différentes. Par ailleurs, d’un point de vue culturel et social, à des degrés divers selon différents types de proximité, un trajet historique dans Paris, avec les images qu’il comporte ou permet de rapporter, sous forme de clichés photographiques ou de fragments de conversation, par exemple, peut s’inscrire à la fois dans un parcours personnel et dans un itinéraire balisé a priori.

27Ainsi le passé - ou plutôt du passé - est-il inséré dans le présent, sous la forme de trajets dont la dominante touristique apparaît nettement, et se condense ou se cristallise-t-il en vues de ou sur Paris. Il est réinterprété ou réutilisé en relation avec des préoccupations à la fois économiques et patrimoniales.

  • 34 Voir par exemple Marie-Anne Sire, La France du patrimoine - Les choix de la mémoire, Paris, Gallim (...)
  • 35 Voir Bruno Fortier (dir), Métamorphoses parisiennes, Paris et Liège, Pavillon de l’Arsenal-René Ma (...)
  • 36 Voir Bernard Toulier (dir.), Mille monuments du xxe siècle en France, Paris, Editions du Patrimoin (...)
  • 37 Voir Hervé Martin, Le guide de l’architecture moderne à Paris, Paris, Alternatives, 1986 (la derni (...)
  • 38 Dans la troisième série dirigée par Pierre Nora, Les France, op. cit., ont été retenus au titre de (...)

28Lorsque l’on raisonne en termes de séquences chronologiques, on songe en particulier, à cet égard, au dernier quart - ou aux dernières décennies, si l’on prend en compte certains aspects de l’action d’André Malraux à la tête du ministère des Affaires culturelles - du présent siècle, marqué par un goût ou un souci apparemment croissant du patrimoine34, dont témoignent les journées qui lui sont dédiées, qui remportent un vif succès au mois de septembre, particulièrement dans la capitale. Surtout, l’extension des aires protégées (à commencer par le Marais, en 1965), l’attention accordée au Paris pittoresque, parfois reconstitué35 et la forte augmentation du nombre des bâtiments classés, datant des siècles précédents et de plus en plus du vingtième siècle36 - dont l’apport architectural est aussi pris en compte par des guides spécialisés37 - ont fait de la capitale un espace patrimonial très dense, bien au-delà des « lieux de mémoire » parisiens les plus connus38 et identifiés. Du reste, la mairie de Paris a dû ces dernières années limiter des destructions prévues, par exemple dans le Bas-Belleville. À la volonté de préservation du patrimoine, alors même que la municipalité ne raisonnait guère en fonction d’impératifs de protection, ont concouru des associations locales, qui patronnent parfois, de plus, des journées ou des manifestations mettant l’accent sur les dimensions festives ou culturelles d’un quartier, au travers de promenades thématiques.

  • 39 Voir Danièle Chadych, Dominique Leborgne, Atlas de Paris-Evolution d’un paysage urbain, Paris, Par (...)
  • 40 Voir Alfred Fierro, Histoire et Dictionnaire de Paris, op. cit., p. 793-794 et Michel Fleury et Gu (...)

29De cette manière, si bien des destructions sont irrémédiables, le passé parisien a pu connaître une sorte de réhabilitation. Un récent atlas consacre d’ailleurs deux pages à la protection des paysages parisiens39. Il faut pourtant se garder de commettre des erreurs de perspective. L’insistance actuelle sur la notion de patrimoine ne doit pas laisser supposer qu’il s’agit d’une préoccupation entièrement nouvelle. Il y a toujours eu des défenseurs du vieux Paris. La Commission qui lui est attachée a été fondée à l’initiative d’un conseiller municipal du quartier des Halles, Alfred Lamouroux en 1897. Elle s’est réunie pour la première fois en janvier 1899. Sa troisième sous-commission s’est en particulier chargée de photographier les édifices appelés à disparaître, les deux autres, dans le schéma initial, s’occupant d’une part de l’inventaire, d’autre part des fouilles et de la surveillance des démolitions40. En outre, la multiplication des initiatives, des discours et des ouvrages relatifs au patrimoine parisien ne signifie pas que les conditions de la préservation du passé soient substantiellement modifiées, notamment d’un point de vue social et en fonction de l’évolution générale de la capitale.

  • 41 Voir Paris la Grande, op. cit., p. 343-346.

30Dans le dernier chapitre de Paris la Grande, « Paris hébété », Philippe Meyer brosse d’ailleurs un tableau sévère des faux-semblants de la patrimo-nialisation. Il montre des néo-Parisiens se lamentant sur la disparition des Parisiens traditionnels auxquels ils se sont précisément substitués, des bistrots qu’ils ne fréquentent pas et dont ils entraînent ainsi la fermeture41.

31Plus généralement, l’auteur dénonce un « urbanisme de vitrine, potemkinisa-tion de Paris », une « industrie du souvenir, fabrique de fausse mémoire » et, après avoir présenté plusieurs volumes d’une collection centrée sur le passé des arrondissements parisiens, pose une série de questions incisives :

  • 42 Ibid., p. 353 (citations précédentes p. 348 et 351).

« Est-ce qu’on n’attrape pas des indigestions de souvenirs, surtout quand ce sont ceux des autres qu’il faut s’efforcer de faire siens ? Est-ce qu’il n’est pas toxique de décongeler de la mémoire importée, enjolivée, maquillée... Le Paris d’après-guerre sans la tuberculose, sans les taudis, sans la puanteur de certains quartiers industriels ?... »42

  • 43 Voir Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine - Paris, Paris, Hachette, 1994.

32Sous cet angle, bien des parcours peuvent apparaître comme artificiels et se déroulant dans un Paris en trompe-l’œil. De plus, les effets de cette vogue, qui contribue aussi à une meilleure connaissance de la capitale et peut donner lieu à la publication de guides élaborés par des spécialistes du patrimoine43, sont pour une part inscrits dans le paysage parisien. Outre le fait que des édifices ont été finalement préservés ou restaurés, fût-ce en façade, la multiplication des itinéraires et des éléments signalétiques renforce en un sens la présence de vestiges dont la diversité s’est accrue, alors même que des destructions se poursuivaient. Il reste que les mouvements et les images que l’on peut associer aux parcours ne relèvent pas seulement d’une vision en coupe d’un passé réaménagé. Ils accompagnent une sorte de cycle permanent, sinon perpétuel, que Jean Plumyène présente ainsi :

  • 44 Trajets parisiens, op. cit., p. 10 ; voir aussi une formule de la p. 9 : « Le promeneur oscille en (...)

« Ce va-et-vient entre le regret de ce qui n’est plus et l’action de grâces devant ce qui est encore est au principe même de l’interminable poème en prose qui, d’auteur en auteur, accompagne dans sa durée Paris qui toujours recommence. »44

33Mais il ne s’agit pas seulement de ressassement et d’obsession du passé, sous des formes diverses. Du reste, le ton n’est pas seulement à la déploration, au sujet du patrimoine urbain, dont, parfois, sont dégagés des aspects en quelque sorte intemporels. Il en va ainsi dans ce passage des souvenirs de Francis Lemarque, qui ont trait au quartier de la Bastille :

  • 45 J’ai la mémoire qui flanche, op. cit., p. 344.

« (...) c’est toujours la même émotion qui fait battre mon cœur quand je retourne dans une de ces rues qui m’ont vu faire mes premiers pas. Elle peut avoir subi toutes les métamorphoses, changé les façades de ses immeubles, remplacé ses vieux pavés par un bitume plus lisse, transformé les boutiques de ses marchands de salaisons en galeries d’art, ses vieux bistrots en restaurants luxueux, ses taudis - où, hier encore, à la lueur de la lampe à pétrole, papa et maman se crevaient les yeux au travail - en appartements dont chaque centimètre coûte actuellement le prix d’un œil [sic], je retrouve toujours une partie de son âme dans un détail que le temps n’est pas parvenu à effacer, un parfum, une couleur, une voix d’enfant, un bouquet qui fleurit à une fenêtre, et qui me la rend éternelle. »45

34D’un point de vue moins personnel, ou en tout cas sur un autre plan, le renouvellement - sinon le renouveau - architectural est parfois spectaculaire dans certains quartiers. Il peut parfois s’observer au présent, comme le souligne Christian de Portzamparc, à propos d’un guide d’architecture moderne :

  • 46 Préface au guide cité d’Hervé Martin, édition de 1986, pp. 5-6. Il est vrai qu’il ne s’agit pas se (...)

« (...) l’architecture est un art qui se parcourt, qui ne se raconte pas (...) Il faut donc avoir ce guide en poche et s’en aller par les rues. Il est fait pour cela. (...) il faudra marcher pour éprouver ce dont ce guide, qui est un catalogue du bâti, du plein, ne peut rendre compte : le vide par lequel passe la vie, cet espace de la ville, et tous ces phénomènes par lesquels les bons bâtiments ne sont pas seulement des objets isolables et photogéniques, mais des projets qui irradient tout un coin de ville dans leur présence, parce qu’ils l’intègrent dans leur concept. »46

35Plus généralement, pendant les décennies postérieures à 1860, les trajets parisiens témoignent aussi de perceptions ou d’évolutions dont ne rendent pas uniquement compte figures ou jalons situés par rapport à un passé devenu traditionnel.

Notes

1 On peut toutefois signaler que depuis quelques années, ont été publiés des guides proposant aux lecteurs des explorations historiques : citons Christine Queralt, Dominique Vidal, Promenades historiques dans Paris, Paris, Liana Levi, 1991 et Martin Wetherell, Ballades historiques au cœur de Paris - 33 itinéraires sur les traces des hommes célèbres dans les arrondissements de Paris, Lyon, Les Créations du Pélican, 1995. Mentionnons ussi, dans un genre un peu différent, Les Hauts lieux de la littérature à Paris de Jean-Paul Clébert, Paris, Bordas, 1992 (nouvelle édition sous le titre La littérature à Paris - L'histoire, les lieux, la vie littéraire, Paris, Larousse, 1999). Très récemment (2000), a été lancée par l'Action artistique de la ville de Paris une nouvelle série par arrondissements intitulée Itinéraires d'histoire et d'architecture.

2 Evocation du vieux Paris, Paris, Minuit, 1952, tome I, Vieux quartiers, p. 7. L'auteur précise que son ouvrage « ne saurait être un guide de Paris ».

3 Guide du Paris mystérieux, Paris, Tchou, 1966, p. 13 (et voir les pp. 12-25, dues à François Caradec, qui, sous le titre « Les itinéraires du mystère », p. 24-25, présente les collaborateurs du guide, dont Léo Malet pour les « crimes impunis »). De plus récents ouvrages sont centrés sur le thème du mystère et du secret, associé, pour une part, à l'exploration souterraine : voir par exemple Simon Lacordaire, Histoire secrète du Paris souterrain, Paris, Hachette, 1982 et le guide Paris secret, paru chez Gallimard en 1997.

4 Voir Bernard Violle, Paris, son Église et ses églises, Paris, Cerf, 1982, tome I, p. 7-10.

5 Il s’agit d’un guide par arrondissements, en deux volumes, publié en 1937 par les Editions sociales internationales.

6 Sur les traces de la Commune - Guide de la Commune dans le Paris d’aujourd’hui, Paris, Association des Amis de la Commune, 1988, p. 9.

7 Le Monde d’hier, op. cit., p. 162.

8 À la fin de sa vie, les pistes parisiennes apparaissent sous un jour moins personnel dans ses ingénieuses chroniques de Télérama, associant mots croisés par arrondissements, questionnaires historiques et itinéraires - ces derniers précédemment évoqués au titre des flâneries : voir le recueil cité Perec/rinations.

9 Voir notre ouvrage, Les Hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, op. cit., p. 131-132.

10 Cité dans Belleville-Belleville, op. cit., p. 424.

11 Certains « chapitres » de Rue des boutiques obscures, op. cit., ne correspondent qu’à un numéro de téléphone, un nom, une raison sociale et une adresse : voir XIX, p. 136 et XLI, p. 239.

12 Voir Dora Bruder, Paris, Gallimard, 1997 ; réédition Folio, 1999.

13 Voir les vues dans le style d’Atget réalisées en 1999 par le jeune photographe allemand Jurgen Nefzger, présentées dans le cadre de l’exposition Atget du musée Carnavalet.

14 « Le Cygne », publié dans La Causerie du 22 janvier 1860 et repris dans les « Tableaux parisiens » des Fleurs du mal : voir l’édition de la collection L’Intégrale, Paris, Seuil, 1968, p. 97.

15 Outre le livre cité de Julien Gracq, La Forme d’une ville, voir le recueil cité de Jacques Roubaud, La forme d’une ville change plus vile, hélas, que le cœur des humains (et les critiques de Pierre Marcelle, « Roubaud pedibus », dans Libération, 8 avril 1999 et Patrick Kéchichian, « En silence.... et en marchant » dans Le Monde du 18 juin 1999).

16 Poème repris dans le recueil Les Ziaux (1943), précédant L’Instant fatal dans l’édition de la collection Poésie, Paris, Gallimard, 1966, p. 23. Raymond Queneau cite ce poème dans un texte, « Connaissez-vous Paris ? », paru dans la revue Service, en juillet 1955 : voir Raymond Queneau-Regards sur Paris, Cahiers Raymond Queneau n° 6, 1987 (catalogue d’une exposition organisée à l’Hôtel de Ville de Paris).

17 Leipzig, A. Durr, tome 1, p. 95.

18 Voir Daniel Oster et Jean - Marie Goulemot, Mœurs parisiennes, op. cit., p. 29.

19 Voir par exemple Edouard Drumont, Mon vieux Paris - Hommes et choses, Paris, Charpentier, 1879 (qui s’apparente à un recueil d’articles) et l’analyse de Christophe Prochasson, Paris 1900, op. cit., p. 157-158, qui concerne la deuxième série, publiée en 1896 chez Flammarion.

20 Voir le recueil récemment publié des chroniques de Jacques Audiberti, intitulé Paris fut -Ecrits sur Paris 1937-1953, éditions Claire Paulhan, 1999 (il réunit des articles parus dans Le Petit Parisien à la fin des années 30, ainsi qu’un beau texte, « Ombres de Paris », paru dans Quadrige, n° 4, 1945 et le bref et très hostile à l’automobile « Paris fut », inséré dans la Nouvelle Revue française du 1er juin 1953).

21 Voir Céline, Romans, tome I, Bibliothèque de la Pléiade, 1981, édition d’Henri Godard, pp. 552-593 (en particulier « La petite enfance » et « Le passage »).

22 Néanmoins, un jeune historien, Mathieu Flonneau, utilise dans un article tiré de son mémoire de maîtrise - dirigé par Antoine Prost, à Paris I, en 1994 - d’intéressantes évocations de la « zone » du dix-huitième arrondissement, empruntées à Voyage au bout de la nuit et Féérie pour une autre fois : voir « Du profil de la rue à la forme de la ville : l’intégration parisienne du 18e arrondissement (1860-1940) », Recherches contemporaines, N° 4, 1997, Université Paris X-Nanterre, p. 62-63 et 70.

23 Voir Yves Pages, Les Fictions du politique chez Louis-Ferdinand Céline, Paris, Seuil, 1994, p. 167-178.

24 Voir Refuges, op. cit., p. 176 ; mentionnons aussi des pages de tonalité différente, dans Haute Solitude, « Azazel » p. 174-175 (p. 174 : « Quand je pense que je suis là, seul, avec mes années bien pliées dans mon portefeuille et que je n’ai rien connu de plus excitant que les courses de ma famille à travers Paris. »)

25 Voir par exemple l’intéressant livre d’Alain Demouzon sur le treizième arrondissement. Le Gendarme des barrières, Paris, Patrice de Moncan, 1993. L’auteur, connu pour ses romans policiers, retrace ses déambulations avec une certaine distance à l’égard de la « trop facile nostalgie des vieilles pierres » (p. 127), mais il est conduit à formuler des regrets.

26 Voir la description de ses trajets d’enfance par Henri Calet dans Les Grandes largeurs, op. cit., p. 20-23. Il reste que l’auteur présente parfois comme nocive l’évocation de trajets anciens : voir Le Tout sur le tout, op. cit., p. 271 : « Mieux vaut, je crois, cesser ces promenades dans le passé. Je n’en finirais pas. Mieux vaut rester chez soi, dans son quartier, et regarder vivre les autres. Arpenter sa vie à reculons, c’est esquintant ; c’est si long une vie à pied. Et puis, on peut tout aussi bien revivre à la maison. »

27 Il ne m’est Paris que d’Eisa, op. cit., p. 90 (et voir p. 89).

28 Voir notre ouvrage cité, Les Hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, p. 126-127.

29 Celle-ci peut se rapporter à Paris tout entier. À peu près à la même époque, Louis Chevalier publie L’Assassinat de Paris, Paris, Calmann-Lévy, 1977 (réédition Ivréa, 1997).

30 « Belleville, mon village », in Clément Lépidis, Emmanuel Jacomin, Belleville, Paris, Veyrier, 1975, p. 78-79.

31 Voir Claude Eveno, Paris perdu - Quarante ans de bouleversements de la ville, op. cit. ; Le maître d’œuvre de l’ouvrage écrit : « (...) si le goût d’une certaine objectivité a prévalu tout au long du travail, il faut bien avouer qu’à l’arrivée il est très difficile de relativiser la perte effective d’un Paris fortement aimé par les uns et les autres malgré la diversité des regards choisis pour saisir les bouleversements de la capitale et bien que l’on ait mesuré les choses par le biais d’une modification légère ou d’une machinerie lourde. » (p. 13).

32 Voir le texte auquel le titre « Paris n’existe plus » a été donné dans Yannis Tsomis et alii, Ville-cité - Des patrimoines européens, Paris, Picard, 1998, p. 174 (voir aussi les textes de l’Internationale situationniste des p. 171-180) et l’ouvrage dont ce passage est extrait, In Girum imus nocte et consumimur igni, nouvelle édition, Paris, Gallimard, 1999, p. 43-44. D’après Guy Debord, c’est pendant sa jeunesse que « pour la dernière fois », « Paris a brillé d’un feu si intense ».

33 Voir Giovanni Macchia, Paris en ruines, Paris, Flammarion, 1988 (traduction d’un ouvrage paru en 1985 chez Mondadori).

34 Voir par exemple Marie-Anne Sire, La France du patrimoine - Les choix de la mémoire, Paris, Gallimard, 1996.

35 Voir Bruno Fortier (dir), Métamorphoses parisiennes, Paris et Liège, Pavillon de l’Arsenal-René Mardaga, 1996 : l’étude critique de François Laisney, « Patrimoine ou pittoresque - La métamorphose impudique », p. 59-75.

36 Voir Bernard Toulier (dir.), Mille monuments du xxe siècle en France, Paris, Editions du Patrimoine, 1997, p. 144-213 (pour Paris : nos 234 à 505 : de nombreuses entrées de métropolitain de Guimard, ainsi que force magasins, restaurants et cafés).

37 Voir Hervé Martin, Le guide de l’architecture moderne à Paris, Paris, Alternatives, 1986 (la dernière édition date de 1998).

38 Dans la troisième série dirigée par Pierre Nora, Les France, op. cit., ont été retenus au titre de Paris - même si la capitale ne fait pas l’objet d’une partie spécifique - Notre-Dame de Paris (Alain Erlande-Brandenburg), le Sacré-Cœur (François Loyer) et la Tour Eiffel (Henri Loyrette).

39 Voir Danièle Chadych, Dominique Leborgne, Atlas de Paris-Evolution d’un paysage urbain, Paris, Parigramme, 1999, p. 186-187.

40 Voir Alfred Fierro, Histoire et Dictionnaire de Paris, op. cit., p. 793-794 et Michel Fleury et Guy-Michel Leproux (dir.), Cent ans d’histoire de Paris - L’œuvre de la commission du vieux Paris 1898-1998, Ville de Paris-Commission du vieux Paris, 1999.

41 Voir Paris la Grande, op. cit., p. 343-346.

42 Ibid., p. 353 (citations précédentes p. 348 et 351).

43 Voir Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine - Paris, Paris, Hachette, 1994.

44 Trajets parisiens, op. cit., p. 10 ; voir aussi une formule de la p. 9 : « Le promeneur oscille entre la mélancolie et le ravissement ».

45 J’ai la mémoire qui flanche, op. cit., p. 344.

46 Préface au guide cité d’Hervé Martin, édition de 1986, pp. 5-6. Il est vrai qu’il ne s’agit pas seulement de présent ; Christian de Portzamparc définit p. 7 l’architecture comme « le plus simple moyen de communication, la plus ancienne courtoisie (...) ». Sur les récentes réalisations architecturales à Paris, voir le catalogue de l’exposition Aventures architecturales à Paris - L’art dans les règles, Editions du Pavillon de l’Arsenal-Picard, 2000. L’accent est mis sur l’adaptation aux règlements, l’utilisation des parcelles et l’insertion dans l’espace urbain. Les entretiens ont été réalisés par Françoise Arnold et « Périphériques » avec de nombreux architectes auteurs de projets. L’un d’entre eux, dû à Yves Lion et Alan Levitt, avec la collaboration de Marc Mimran, qui concerne l’îlot Schömberg, dans le 4e arrondissement, est directement référé à la notion de patrimoine : voir p. 198-203, « Restructuration de l’îlot Schömberg », notamment p. 199.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540