Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parcourir Paris du Second Empire à nos jours

 | 
Jean El Gammal

Chapitre III : Traversées des cortèges

Texte intégral

1Pour cet aspect de notre étude, il existe de nombreux travaux, portant notamment sur les manifestations, dont il sera largement question. Toutefois, notre propos, en termes de parcours, ne concerne pas uniquement les défilés politiques et syndicaux, qui prennent une importance croissante à partir de la fin du dix-neuvième siècle. D’autres cortèges ont parcouru ou continuent à parcourir la capitale, à l’occasion de funérailles – dans certains cas politisées – ou de cérémonies extérieures du culte, que limite la laïcisation de l’espace public, accentuée à la fin du dix-neuvième siècle. Pour l’ensemble de la période, l’un des principaux facteurs de continuité correspond aux défilés officiels, à l’occasion de fêtes nationales, même si le 14 juillet l’emporte largement dans la durée, ainsi qu’au travers des représentations qui lui sont attachées. Quels que soient les cortèges abordés – de manière inégale, eu égard à l’état présent de l’historiographie – on mettra l’accent sur les points de départ et d’arrivée, et plus encore sur les itinéraires, ce qui n’exclut pas la prise en considération de la charge politique, syndicale, culturelle ou émotionnelle de ces parcours parisiens. Le fait que seul un nombre restreint d’exemples puisse être évoqué n’implique pas que seule une épure topographique soit tracée.

1° Dispositifs

  • 1 On se référera notamment aux travaux de Rosemonde Sanson ; pour le 14 juillet, dans la longue duré (...)
  • 2 Rosemonde Sanson, dans son livre, le souligne, notamment p. 42 et 82 et suiv. ; voir aussi Jean-Pi (...)
  • 3 La principale exception correspond au transfert des cendres de Jaurès au Panthéon, en 1924, sous l (...)
  • 4 Voir in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome I, La République, Paris, Gallimard, 1984, A (...)

2Au sujet des cortèges, il n’existe pas de réglementation uniforme. Les fêtes nationales (15 août sous le second Empire, 14 juillet après 1880) font sans doute l’objet de la plus grande attention de la part des autorités, qui, sans que l’on puisse voir dans leur attitude une complète continuité – les cérémonies dynastiques de l’Empire n’ont pas la même signification politique que l’exaltation du 14 Juillet1 – cherchent à donner le plus grand éclat possible, notamment dans la capitale, à ces célébrations. À Paris, une certaine centralité, dont nous avons abordé certains cadres dans le premier chapitre de ce travail, est de mise, ce qui n’exclut pas les incitations adressées aux représentants de l’autorité dans les arrondissements, voire les quartiers, et la multiplicité des initiatives2. Dans le cas du 14 juillet, la dimension militaire a pris très tôt une grande importance : la revue de Longchamp, en termes de parcours, ayant moins d’importance que les défilés plus contemporains sur les Champs-Elysées. Ajoutons que les itinéraires officiels ne sont pas uniquement empruntés à l’occasion des fêtes nationales. Parmi les autres cérémonies organisées sous les auspices de l’État – il arrive rarement que des défilés concurrents se déroulent à peu de distance3 -, figurent les « funérailles d’État », le cortège le plus spectaculaire étant sans doute celui de Victor Hugo, en 18854.

  • 5 Voir l’ouvrage à paraître de Jacques-Olivier Boudon sur Paris, capitale religieuse du Second Empir (...)

3Sur un autre plan, l’État est intervenu pour réglementer les processions et cortèges religieux, auxquels la politique de laïcisation des années 1880 et suivantes permet moins encore de se déployer, mais qui subsistent en certaines occasions sur la voie publique. Il s’agit là d’un thème qui a été peu traité dans le cadre de l’histoire contemporaine de la capitale, mais que des recherches en cours ou prochainement publiées éclaireront5.

  • 6 Voir Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue – Crises politiques et manifestations en Fra (...)
  • 7 Voir Christian Amalvi, « Le 14-Juillet » in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de Mémoire, op. cit., to (...)
  • 8 Voir Patrick Bruneteaux, Maintenir l’ordre, Paris, Presses de Sciences Po, 1996 ; pour la fin de l (...)
  • 9 Voir in Pierre Favre (dir.), La Manifestation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Scienc (...)

4À propos des manifestations, objets de longue date de la méfiance du pouvoir et du législateur, sous la monarchie de Juillet, mais aussi la Seconde République quelques mois après sa proclamation, il n’existe pas de liberté reconnue sous les régimes républicains6, ce qui n’empêche pas leur essor -voire leur inscription durable dans le temps, pour le 1er mai, présenté dans les années 1890-1914, comme une sorte de contre-14 Juillet par l’extrême-gauche7 – et n’exclut nullement différentes mesures d’organisation, parfois très visibles dans la capitale. Les pouvoirs publics, tout d’abord, prennent des mesures8, qui visent à disperser – lorsqu’un cortège n’est pas autorisé ou paraît troubler l’ordre public – ou du moins à surveiller et canaliser les défilés, tout en en dénombrant les participants – selon des critères qui, on le sait, ne sont pas identiques à ceux des organisateurs. Ces derniers disposent aussi, en général, d’un service d’ordre destiné notamment à « tenir les rangs »9.

  • 10 Olivier Fillieule, qui parle du « mythe du spontané et de l’inorganisé » montre, à propos des mani (...)
  • 11 Voir Maurice Dommanget, Histoire du Drapeau rouge, Paris, Editions de l’Étoile, s.d., les analyses (...)

5Il semble que le lieu de rassemblement constitue, dans le cas de cortèges non autorisés ou plus ou moins spontanés10, le principal point d’ancrage, même si le parcours plus ou moins abrégé revêt une signification, alors que pour les manifestations régulières ou enracinées, c’est l’ensemble de la démonstration qui est associé à un trajet devenu rapidement ou progressivement symbolique et durant lequel différents emblèmes sont arborés, non sans luttes, notamment au sujet du drapeau rouge à la fin du dix-neuvième siècle11.

  • 12 À propos desquels il est parfois question, à tort ou à raison, de provocations : voir notamment l’ (...)

6Globalement, le dispositif semble offrir moins d’importance que le déroulement du cortège qui, seul, correspond à une occupation ou du moins à une traversée de l’espace urbain. On peut néanmoins se demander si les conditions de départ qui laissent en général peu de place à l’improvisation, ne sont pas seulement déterminantes, voire décisives, sauf incident de parcours ou débordements12 mais aussi associées ab initio à des représentations des défilés dont l’image matérielle serait une sorte de figuration ou d’application. Qu’il s’agisse, mutatis mutandis, de fêtes officielles, de processions religieuses ou de manifestations, un certain type de comportement et de trajet est attendu, autour de monuments et de lieux caractéristiques, au long de voies qui tirent une partie de leur notoriété de ces défilés. Il reste que la part de la mobilisation, face à des événements exceptionnels, ne doit pas être négligée. En outre, aux yeux des participants et des spectateurs, ce sont la présence effective – l’enjeu de l’évaluation est souvent présent – et les modalités du déploiement qui, surtout dans le cas des manifestations politiques et syndicales, retiennent l’attention. Non seulement elles confirment ou déoivent des attentes, mais elles donnent un sentiment de cohésion ou de solidarité, en révélant des détails ou des traits originaux, en faisant écho aux préoccupations ou aux indignations. Tout cela, qui vaut évidemment aussi pour des défilés organisés dans d’autres villes – avec des effectifs plus limités – doit être à présent rapporté plus précisément à l’histoire de la capitale.

2° Dates et lieux

7C’est sans doute en suivant, dans une certaine mesure, le fil de la chronologie que l’on rendra compte le moins inexactement des cortèges qui, en dehors des cérémonies régulières – sauf lorsqu’elles ont un retentissement particulier, en relation avec la conjoncture – ont le plus contribué à définir les espaces des manifestations.

  • 13 Voir par exemple Adrien Dansette, Du 2 Décembre au 4 Septembre, Paris, Fayard, 1972, p. 368-369.

8Eu égard à l’ensemble de la période, les deux premières décennies étudiées apparaissent atypiques. Durant la seconde décennie du Second Empire, les défilés sont principalement officiels, alors que le régime voit décroître, dans une certaine mesure, son emprise sur la capitale. Les manifestations sont évidemment interdites, y compris après les lois de 1868 sur la presse et les réunions publiques. Néanmoins, après l’assassinat de Victor Noir, en janvier 1870, une foule imposante, à partir du cimetière de Neuilly, tente de manifester dans la capitale. Elle ne peut parvenir à ses fins, en présence des forces de l’ordre rassemblées sous la direction d’Emile Ollivier, récent chef du gouvernement13.

  • 14 William Serman n’en parle pas moins de « manifestants » à propos de la journée du 22 janvier 1871  (...)
  • 15 Dans le chapitre intitulé « À travers la ville insurgée » de son Paris libre 1871, Paris, Seuil, 1 (...)

9À compter de la chute du régime le 4 septembre 1870, à l’issue d’une « journée » pacifique, dans l’ensemble, Paris est moins le théâtre du déploiement de cortèges organisés que de rassemblements de gardes nationaux venus des quartiers populaires pour faire pression sur le gouvernement de la Défense nationale14. De la Commune, il a été brièvement question, en relation avec la vie économique et la guerre. On notera ici qu’elle interdit les manifestations religieuses, sans organiser, pour ses partisans, de véritables cortèges dans la capitale. Il est vrai qu’en termes de déplacements15 ce sont surtout les tentatives infructueuses de sorties qui attirent l’attention, avant les combats acharnés et la répression impitoyable qui se déroulent dans la capitale lors de la Semaine sanglante.

  • 16 Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Editions ouvrières, 1992, p. 489 (et voir (...)
  • 17 Dont certains, du reste, organisèrent plus tard des manifestations anticléricales autour de la bas (...)

10Par la suite, la première moitié des années 1870, avec les incertitudes politiques qui l’accompagnent, est peu à même d’entraîner des manifestations que les gouvernements n’auraient pas tolérées. En revanche, notamment sous l’Ordre moral, à partir de mai 1873, le climat est favorable à l’expression de la ferveur catholique, notamment – dans la capitale – autour de la chapelle provisoire du Sacré-Cœur, sur l’emplacement de la future basilique. Dans sa thèse, à propos des pélerinages, le P. Benoist évoque la « ruée vers Montmartre », le long d’itinéraires que font connaître des manuels et des guides, non sans noter un « relâchement de la ferveur des pélerinages dans la deuxième moitié des années 1870 »16 Certes, cette tendance n’est pas définitive, mais le poids croissant des républicains17 apparaît alors. L’une des manifestations les plus caractéristiques se déroule en septembre 1877, à l’occasion des obsèques de Thiers, évoquées par Daniel Halévy en un passage frappant :

  • 18 La République des ducs, Paris, Grasset, 1937, réédition Livre de Poche, 1972, p. 292-293.

« Au jour des funérailles, Paris, ce même Paris, si impitoyablement traité par Thiers en mai 1871, fut émouvant d’ordre et d’unanimité. Rien n’était oublié et qui eût prêté l’oreille dans les cabarets de Belleville en eût été bien sûr. Thiers n’a dans Paris ni une rue ni un monument, les faubourgs n’ont jamais pardonné. Mais la dissidence ne fut pas montrée. De la place Saint-Georges à Notre-Dame-de-Lorette, de Notre-Dame de Lorette au Père-Lachaise, une multitude se pressa entre les magasins fermés et la chaussée déserte. Vingt mille hommes accompagnèrent le convoi, un million d’hommes salua la dépouille du petit bourgeois tenace, coriace, presque éternel, du Français des temps anciens, qui avait servi et renversé des rois, servi et combattu des empereurs, et qui léguait à son pays, comme une pensée secrète et longuement couvée, la république des petits bourgeois français. »18

  • 19 Voir les livres cités de Rosemonde Sanson et Jean-Pierre Bois, respectivement p. 82 à 102, passim (...)
  • 20 Sur un plan général, mais aussi pour des détails concernant la capitale, voir, pour les années 188 (...)
  • 21 Voir la présentation d’Olivier Ihl dans La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, « Le cortège (...)
  • 22 Outre l’étude citée de Madeleine Rebérioux, voir le livre récent de Danielle Tartakowsky, Nous iro (...)

11C’est à partir de 1880, avec l’instauration du 14 Juillet comme fête nationale, et, plus largement, les débuts au pouvoir des républicains de gouvernement, qu’une véritable césure, brièvement signalée plus haut, apparaît, pour notre sujet. Peut-être peut-on évoquer ici l’aspect de la capitale, fastueusement décorée et illuminée, et où certains arrondissements, surtout populaires, montrent un enthousiasme qui n’est pas seulement de commande19. Au-delà, s’ouvre la série des parcours des années 1880 et 1890, correspondant à la fois, pour ce qui est des défilés, à des démonstrations officielles liées aux centenaires révolutionnaires et aux manifestations commémoratives de l’extrême-gauche20. À la première catégorie appartiennent non seulement la série des 14 juillet – dont certains, comme celui de 1886, offrent un caractère particulier, dans ce cas du fait de la célèbre revue qui fit beaucoup pour la popularité du général Boulanger, alors ministre de la Guerre – mais des cérémonies plus particulières, la plus notable étant, pour les parcours qui lui sont associés, le centenaire de la proclamation de la République, en septembre 189221. Du côté de l’extrême-gauche, ce sont surtout les « montées au mur » qui retiennent l’attention, les commémorations du 18 mars se déroulant en général dans des salles. Le Père-Lachaise est le point d’aboutissement des cortèges, parfois rivaux à la fin du siècle, qui prennent par la suite un tour plus ordonné22.

  • 23 Voir Le Pouvoir est dans la rue, op. cit., p. 39-41.
  • 24 « Le Triomphe de la République », Œuvres en prose, édition citée, p. 103.
  • 25 Voir ibid., p. 114 et 119.

12Même si les polémiques sont fréquentes entre tenants du 14 Juillet et partisans de la Commune, il existe, au tournant du siècle, un cortège qui marque une forme de rapprochement. En effet, à la suite de la grâce de Dreyfus et en liaison avec la reprise en main opérée par le gouvernement de défense républicaine de Waldeck-Rousseau, une manifestation politique et symbolique se déroule le 19 novembre 1899, pour l’inauguration du « Triomphe de la République » de Dalou. Danielle Tartakowsky y voit à la fois une fête de souveraineté, en raison de la présence du président de la République et du gouvernement, et un défilé socialiste, marqué par la présence ostensible, « pour la première fois déployé sans entrave », du drapeau rouge, mais après le départ des autorités23. L’auteur cite le célèbre récit de Péguy dans le premier cahier de la première série des Cahiers de la Quinzaine dont bien des passages pourraient être mentionnés. Notons simplement que dès la première page, Péguy parle de « procession du peuple parisien » et fait une comparaison avec les « cérémonies expiatoires »24catholiques – rappelons qu’il est loin d’être alors converti. Certaines de ses remarques illustrent le thème du flux, lorsqu’il évoque la « pénétration réciproque du cortège et de la foule » ou « la descente du faubourg Antoine »25.

  • 26 Voir notamment sa contribution. « De la Bastille à la Nation, les manifs du Front populaire » in L (...)

13Sans entrer dans le détail de ce défilé, on observera qu’en dehors même de ses caractères originaux, il se situe à une époque où commencent à se dessiner les principaux axes des cortèges parisiens. Il se déroule d’ailleurs principalement entre les places de la République et de la Nation, qui, avec celle de la Bastille, constituent les trois pôles – le Père-Lachaise est un peu à part – des défilés de gauche au xxe siècle, les axes République-Bastille et plus encore Bastille-Nation étant fréquemment parcourus. Selon Danielle Tartakowsky, c’est à partir de la manifestation du 12 février 1934, partiellement unitaire, que l’Est parisien devient un espace symbolique, pour les manifestations de gauche, alors qu’il s’agissait auparavant, pour l’essentiel, d’un espace sociologique26.

  • 27 Voir le livre de Michel Pigenet, Au cœur de l’activisme communiste des années de guerre froide – « (...)
  • 28 Voir Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge 1944-1964 – Les communistes français dans la capitale, Se (...)

14Il est en tout cas le cadre du plus grand nombre des manifestations communistes, y compris de la plus violente, le 28 mai 1952, en pleine guerre froide, contre le général Ridgway27. Au-delà de ce cas exceptionnel, les manifestations communistes peuvent être également référées à toute une géographie où les lieux de commémoration et de réunion comptent pour beaucoup28.

  • 29 Voir Bertrand Joly, Déroulède – L’inventeur du nationalisme, Paris, Perrin, 1998, notamment p.90. (...)
  • 30 En termes de culture politique, voir Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc dans la mémoire des droite (...)
  • 31 Voir Serge Berstein, Le 6 Février 1934, Paris, Gallimard-Julliard, 1975 (carte p. 158) et Danielle (...)
  • 32 Danielle Tartakowsky parle à propos de ce défilé et de ceux des tenants du Rassemblement populaire (...)
  • 33 Voir Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue, op. cit, p. 191 -197 et Franck Georgi, « Le (...)
  • 34 Il en est néanmoins question dans le livre cité d’Olivier Fillieule, Stratégies de ta rue.

15Il n’en reste pas moins qu’il existe, certes en plus petit nombre, des défilés de droite ou d’extrême-droite et des lieux qui leur sont associés, en général dans la moitié ouest de la capitale. En dehors des manifestations de la Ligue des Patriotes – qui n’était pas initialement de droite – devant la statue de Strasbourg, le 14 juillet29, ces défilés apparaissent surtout dans l’immédiat avant-guerre, en l’honneur de Jeanne d’Arc30, et, de manière plus ponctuelle et irrégulière, jalonnent l’histoire des parcours politiques dans la capitale. Quelques exemples peuvent être évoqués. Le plus connu est celui du 6 février 1934 (en mettant à part les anciens combattants de l’ARAC, proches du Parti communiste). À cette occasion, les parcours convergents des différents cortèges de Ligueurs et d’anciens combattants tiennent de l’encerclement du Palais-Bourbon, finalement rompu sur l’injonction du colonel de La Rocque, qui fait disperser les Croix-de-Feu31. Les militants de cette ligue défilent du reste sur l’axe Étoile-Concorde le 11 novembre 193532. Bien plus tard, et dans un tout autre contexte – il s’agit cette fois, notamment, de défendre le régime, la manifestation gaulliste du 30 mai 1968 défile en masse, avec le concours de délégations de province, sur les Champs-Elysées33. La plus grande manifestation, considérée comme de droite –les organisateurs s’en défendaient – qui ait eu lieu dans la capitale est plus récente, puisqu’il s’agit de l’immense cortège qui sillonna la capitale le 30 juin 1984 ; il aurait rassemblé environ un million de personnes, venues de toute la France. Cette manifestation, point d’orgue de la campagne de défense de l’école privée, n’a pas fait l’objet d’études aussi précises que les précédentes34. Il s’agit du reste d’un parcours tout à fait exceptionnel de la capitale, qui, par l’espace parcouru – même si l’Est parisien fut pour l’essentiel effleuré, n’entre pas dans le cadre de la division ouest/est évoquée précédemment.

  • 35 On peut d’ailleurs noter qu’en 1924, l’Humanité présentait la place de la Concorde comme un lieu d (...)
  • 36 Voir Evelyne Cohen, op. cit., p. 26-30, ainsi que les ouvrages cités de Rosemonde Sanson et Jean-P (...)
  • 37 Pascal Ory y voit « en raison de la conjoncture internationale et de par la volonté des pouvoirs p (...)
  • 38 Voir ibid., p. 132-133 et 202-204 et l’étude citée de Maurice Agulhon, « Paris – La traversée d’Es (...)
  • 39 Voir le récit et la chronologie de Laurent Joffrin, Mai 68 – Histoire des événements, Paris, Seuil (...)

16De ce point de vue, du reste, il existe d’autres exemples, ou plus exactement d’autres cas de figure. En effet, outre les défilés communistes de 1924 et 1934, partant des Champs-Elysées ou s’y déroulant35 des défilés qui ne sont pas en tant que tels de droite ont eu lieu en grande partie dans l’Ouest parisien, comme, sur des plans différents, ceux de la victoire en juillet 191936, de la revue de juillet 193937 et surtout de 1944, jusqu’à l’Hôtel de Ville. Sur un tout autre plan, on peut rappeler, à l’occasion du bicentenaire de 1989, le succès du cortège-spectacle orchestré par Jean-Paul Goude sur les Champs-Elysées38. D’autre part, des manifestations de gauche et d’extrême-gauche, de caractère estudiantin ou lycéen, ont eu lieu dans le Quartier latin – en mai 196839 bien évidemment – voire selon des axes peu fréquemment empruntés par des cortèges (ce même mois, le 13, de la Gare de l’Est à la place Denfert-Rochereau, pôle il est vrai, de plusieurs manifestations) ou plus à l’Ouest, vers Maine-Montparnasse. Pierre Sansot commente d’ailleurs avec finesse cette transformation des parcours manifestants :

  • 40 Poétique de la ville, op. cit., p. 113. L’auteur estime que cette présence des gares, lieux d’arri (...)

« À mesure que la révolte prenait une allure nouvelle et qu’elle refusait de se couler dans les moules habituels, elle empruntait d’autres itinéraires. Elle ne pouvait se conformer aux antiques processions vénérables en d’autres temps. Ils manifestèrent de Denfert-Rochereau à Montparnasse, des portes de Paris à la gare de Lyon, de Montparnasse à la gare d’Austerlitz. L’importance des gares apparaît avec netteté ; en quoi ils n’échappaient pas à un passé qu’ils croyaient aboli. »40

17Il reste qu’au au-delà de 1968, bien des cortèges se sont déplacés au fil des ans, en fonction des possibilités et des autorisations accordées, en relation avec une diversification dont il convient à présent de rendre compte.

3° Dispersions et cohérences

18Localiser des itinéraires, après avoir présenté des dispositifs, ne suffit pas à rendre compte des rapports entre les cortèges et l’espace parisien. Il est possible d’esquisser un bilan complémentaire, en fonction de différents types de polarisation.

19Tout d’abord, il existe une tendance assez récente à la dispersion des lieux de manifestation dans la capitale, associée à la multiplication des cortèges de différente nature. D’une certaine façon, la dissémination des défilés constitue une dimension de l’histoire contemporaine de la capitale, en en reflétant à sa manière la diversité et en s’inscrivant dans un courant « d’appropriation » transitoire de l’espace, sans, du reste, que l’éphémère et l’exceptionnel prennent le pas sur des cortèges traditionnels. Mais ceux-ci sont à certains égards en crise, ou sont marqués par des signes d’usure – non irréversibles, sans doute – lorsqu’il s’agit de manifestations syndicales ou politiques devenues traditionnels, alors que des parcours identitaires ou festifs (Gay Pride, voire Techno parade) retiennent davantage l’attention. Sans doute est-il trop tôt pour retracer, de ce point de vue, une évolution historique caractérisée, mais une tendance à un renouvellement des défilés s’est dessinée.

20Par ailleurs, cette dissémination est relative, d’un point de vue géographique. Il arrive que la proximité ou la simultanéité de cortèges, en général d’importance limitée, donne l’impression, surtout en cas de perturbations dans le trafic urbain, d’un investissement de la capitale par des manifestants. En réalité, la plupart des quartiers ne sont que très rarement ou sporadiquement concernés. Les manifestations et les cortèges demeurent en général un phénomène circonscrit dans le temps, autour de dates bien connues ou en fonction du déroulement de crises politiques ou sociales – dont les effets, de ce point de vue, sont difficiles à prévoir – comme dans l’espace. En outre, dans l’évaluation globale des manifestations, la capitale, qui continue sans doute à susciter les commentaires les plus abondants, est loin d’être seule prise en compte. Il s’y déroule du reste bien des manifestations à caractère national, comme en témoignent les délégations de province, voire des défilés de protestation destinés à appuyer des revendications provinciales (sidérurgistes lorrains en 1984) ou rurales (agriculteurs ou chasseurs).

  • 41 Voir Jean-Paul Brunet, Police contre FLN – Le drame d’octobre 1961, Paris, Flammarion, 1999.

21Bien évidemment, le thème de la dispersion a trait à la phase finale des cortèges. Si elle est parfois marquée par des incidents ou la présence de « casseurs » (le long du parcours ou sur ses marges), elle peut conduire à s’interroger sur la signification de ces trajets collectifs. Les journalistes et les observateurs écrivent leurs articles, lus peu après, ou leurs rapports, ces derniers, destinés à la hiérarchie policière ou administrative, étant utilisés plus tard par les historiens – soit dans le dessein de retracer des évolutions, soit à propos d’un événement controversé, comme la manifestation, réprimée de manière sanglante, des Algériens de la région parisienne du 17 octobre 196141.

  • 42 C’est un des thèmes qu’a développé Jules Romains, à partir de 1905, dans le cadre de l’unanimisme (...)
  • 43 Dont Danielle Tartakowsky a classé ainsi les formes : procession, pétition, insurrection, levée en (...)

22Au travers des diverses manifestations, subsistent un certain nombre de traces, plus ou moins enfouies dans les mémoires et dans des récits inégalement présents aux esprits, associées à des images, des photographies, des bandes d’actualité, voire des reconstitutions cinématographiques. On en retient parfois des souvenirs de slogans, de chants et de cris ; on peut les associer aussi à des affiches présentes sur les murs de la capitale, en relation ou non avec des périodes électorales. Il y a donc là des éléments ou des fragments inscrits dans l’histoire de la capitale, mais aussi, de manière moins générale, dans les mémoires des spectateurs, plus ou moins approbateurs ou hostiles, et des participants. Souvent, aux yeux de ces derniers, les cortèges ont revêtu un caractère symbolique, visant à affirmer une force, voire une puissance42, tout en prenant part à un rassemblement43. À moins qu’une répression violente ne les ait endeuillés, les manifestants peuvent retirer de leur parcours quelque satisfaction ou de l’exaltation, celle-ci s’exprimant surtout sur le moment, et ne correspondant pas toujours à l’attente de résultats tangibles. Sans doute est-il moins malaisé de retracer les sensibilités, dans ce domaine, des groupes clairement identifiés – même si les motivations n’y sont pas nécessairement identiques – qu’à l’échelle d’individus qui, extérieurement, se fondent en quelque sorte dans une masse en mouvement. L’individualité, au sein de défilés, semble plus insaisissable – à moins que des témoignages autobiographiques ou des entretiens n’en rendent compte – qu’à propos de promenades ou de trajets non officiels ou militants.

Notes

1 On se référera notamment aux travaux de Rosemonde Sanson ; pour le 14 juillet, dans la longue durée, Le 14 juillet, fête et conscience nationale 1789-1975, Paris, Flammarion, 1976 ; pour la célébration impériale, qui se situe le jour de l’Assomption et de la « Saint-Napoléon », « Le 15 août : fête nationale du Second Empire », Alain Corbin, Noëlle Gérôme et Danielle Tartakowsky (dir.), Les Usages politiques des fêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 117-136.

2 Rosemonde Sanson, dans son livre, le souligne, notamment p. 42 et 82 et suiv. ; voir aussi Jean-Pierre Bois, Histoire des 14 Juillet 1789-1919, Rennes, Ouest-France, 1991, p. 156-158 (à propos du 14 juillet 1880).

3 La principale exception correspond au transfert des cendres de Jaurès au Panthéon, en 1924, sous la responsabilité du gouvernement Herriot ; une contre-manifestation communiste, des Champs-Elysées au Panthéon le 23 novembre 1924, fait alors assez forte impression. Signalons notamment, outre le récit, certes orienté, de Paul Nizan dans La Conspiration, Paris, Gallimard, 1938 (réédition Folio, 1973, p. 46-56), les commentaires d’Evelyne Cohen, Paris dans l’imaginaire national..., op. cit., pp. 32-35 (qui souligne p. 35, l’usage, dans La Conspiration, de « l’image du boulevard irrigué, organisme vivant, celle du sang, de la jeunesse et des révolutions ») et l’intéressante analyse de Frédéric Monier dans Le Complot dans la République – Stratégie du secret de Boulanger à la Cagoule, Paris, La Découverte, 1998, p. 156-157 (qui cite Le rêve rouge du leader des Jeunesses patriotes, Pierre Taittinger : « Ce jour-là, dans les rues de Paris (...) nous avons assisté au défilé le plus monstrueux que l’histoire ait offert en un siècle (...) une procession immense, interminable, menaçante, sinistre qui s’écoulait sur le boulevard avec la majesté d’un fleuve : les masses révolutionnaires, les masses communistes »). Du reste, L’Humanité, sous la plume de Paul Vaillant-Couturier, le 24 novembre 1924, triomphait : « Paris, capitale du capitalisme, est encerclé par un prolétariat qui prend conscience de sa force. Paris a retrouvé ses faubourgs ! Le succès du 11 mai [allusion au récent scrutin législatif] contient en puissance le contrôle par le prolétariat révolutionnaire des quartiers réactionnaires du centre, de ses banques, de ses monuments d’Etat, de son ravitaillement, des voies de communication, de ses casernes. » (cité par Évelyne Cohen, op. cit., p. 36).

4 Voir in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, tome I, La République, Paris, Gallimard, 1984, Avner Ben-Amos, « Les funérailles de Victor Hugo – Apothéose de l’événement spectacle », p. 473-522. L’auteur donne la liste des funérailles d’État sous la Troisième République, p. 517-518. Voir également sa thèse, malheureusement non publiée en français, Molding the National Memory – The State Funerals of the French Third Republic, Berkeley, 1988. On peut en outre se reporter à la contribution de Chantai Georgel, Les funérailles de Victor Hugo : un parcours « républicain » in Pierre Pinon(dir), Les Traversées de Paris, op.cit., p. 55-59 (carte p. 57, figurant le trajet initialement prévu, de l’Étoile au Père-Lachaise, et celui qu’emprunta le cortège, vers le Panthéon).

5 Voir l’ouvrage à paraître de Jacques-Olivier Boudon sur Paris, capitale religieuse du Second Empire et le colloque organisé sous la responsabilité de Paul D’Hollander à l’Université de Limoges en mars 2000 sous le titre « L’Eglise dans la rue – Les cérémonies extérieures du culte en France au xixe siècle ».

6 Voir Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue – Crises politiques et manifestations en France, Paris, Aubier, 1998, p. 21-22.

7 Voir Christian Amalvi, « Le 14-Juillet » in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de Mémoire, op. cit., tome 1. p. 444-445 et Maurice Dommanget, Histoire du 1er mai, Paris, Sudel, 1953.

8 Voir Patrick Bruneteaux, Maintenir l’ordre, Paris, Presses de Sciences Po, 1996 ; pour la fin de la période, voir aussi les analyses d’Olivier Fillieule in Stratégies de la rue, même éditeur, 1995, chapitre 6, « Tenir la rue » (notamment p. 265-269 sur la capitale).

9 Voir in Pierre Favre (dir.), La Manifestation, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences politiques, 1990, l’étude de Dominique Cardon et Jean-Philippe Hourtin, « Tenir les rangs » – Les services d’encadrement des manifestations ouvrières (1909-1938).

10 Olivier Fillieule, qui parle du « mythe du spontané et de l’inorganisé » montre, à propos des manifestations parisiennes de 1991, que la part des manifestations « spontanées » est très réduite (48 sur 996 occurrences, pour 934 manifestations). Ce sont les syndicats et, dans une certaine mesure, les associations, qui sont à l’origine de la plupart des manifestations, les partis politiques étant très en retrait, du moins quantitativement : voir Stratégies de la rue, op. cit., p. 180 et 184 (tableau).

11 Voir Maurice Dommanget, Histoire du Drapeau rouge, Paris, Editions de l’Étoile, s.d., les analyses de Michel Offerlé dans sa contribution, Descendre dans la rue : de la « journée » à la « manif », in Pierre Favre (dir.). La Manifestation, op. cit., p. 106-108, et, à propos de la capitale, l’étude de Madeleine Rebérioux, « Le mur des fédérés », in Les Lieux de Mémoire, op. cit., tome I, p. 626.

12 À propos desquels il est parfois question, à tort ou à raison, de provocations : voir notamment l’exemple précis analysé par Jean-Paul Brunet dans La police de l’ombre – Indicateurs et provocateurs dans la France contemporaine, Paris, Seuil, 1990, sous le titre « Le 23 mars 1979 – La provocation policière à grande échelle ? », p. 285-315 (l’auteur conclut négativement dans ce cas). À propos de cette manifestation, voir également la contribution de Jean-Claude Monet, « Maintien de l’ordre ou création du désordre ? Les conclusions de l’enquête administrative sur la manifestation du 23 mars 1979 » in Pierre Favre (dir.), La Manifestation, op. cit., p. 229-244.

13 Voir par exemple Adrien Dansette, Du 2 Décembre au 4 Septembre, Paris, Fayard, 1972, p. 368-369.

14 William Serman n’en parle pas moins de « manifestants » à propos de la journée du 22 janvier 1871 : voir La Commune de Paris, Paris, Fayard, 1986, p. 167-168.

15 Dans le chapitre intitulé « À travers la ville insurgée » de son Paris libre 1871, Paris, Seuil, 1971, p. 194-247, Jacques Rougerie n’évoque guère de défilés. En revanche, une manifestation conciliatrice a été organisée le 29 avril par les francs-maçons de la capitale : voir Jeanne Gaillard, Communes de province, commune de Paris 1870-1871, Paris, Flammarion, 1971, p. 162.

16 Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, Paris, Editions ouvrières, 1992, p. 489 (et voir p. 490 et 498-499). Voir aussi Jacques Benoist (éd.), Le Sacré-Cœur de Montmartre -Un vœu national, Paris, Délégation à l’Action artistique de la ville de Paris, 1995.

17 Dont certains, du reste, organisèrent plus tard des manifestations anticléricales autour de la basilique à l’occasion de son inauguration provisoire, en juin 1891 : voir Eva Boumendil, La vie politique de quartier dans le XVIIIe arrondissement de Paris, mémoire de maîtrise, sous la direction de Jean El Gammal et Ronald Hubscher, Université de Paris X-Nanterre, 1992, p. 165-167.

18 La République des ducs, Paris, Grasset, 1937, réédition Livre de Poche, 1972, p. 292-293.

19 Voir les livres cités de Rosemonde Sanson et Jean-Pierre Bois, respectivement p. 82 à 102, passim et 157-160 (la description est notamment fondée sur le reportage publié dans Le Temps).

20 Sur un plan général, mais aussi pour des détails concernant la capitale, voir, pour les années 1885-1900, le chapitre 2 de notre ouvrage, Politique et poids du passé dans la France « fin de siècle », Limoges, Pulim, 1999.

21 Voir la présentation d’Olivier Ihl dans La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996, « Le cortège et la figure », notamment p. 298-300, à propos du cortège sur chacune des deux rives.

22 Outre l’étude citée de Madeleine Rebérioux, voir le livre récent de Danielle Tartakowsky, Nous irons chanter sur vos tombes – Le Père-Lachaise xixe-xxe siècle, Paris, Aubier, 1999. Cet ouvrage développe une contribution, « Un espace politique », insérée dans le recueil de Catherine Healey, Keren Bowie et Agnès Bos (dir.), Le Père Lachaise, Paris, Délégation à l’Action artistique de la ville de Paris, 1998. p. 100-107.

23 Voir Le Pouvoir est dans la rue, op. cit., p. 39-41.

24 « Le Triomphe de la République », Œuvres en prose, édition citée, p. 103.

25 Voir ibid., p. 114 et 119.

26 Voir notamment sa contribution. « De la Bastille à la Nation, les manifs du Front populaire » in Les traversées de Paris, op. cit., p. 61-65 (carte p. 62). On se reportera aussi, pour l’histoire des manifestations après 1918, à sa thèse d’État, publiée sous le titre Les manifestations de rues en France 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1998 ; voir en outre le livre de Rosemonde Sanson, à propos du 14 Juillet 1936 : « À Paris les manifestants étaient si nombreux qu’ils ont dû se scinder en deux groupes et suivre deux itinéraires pour gagner la place de la Nation où les représentants du Front populaire ont prononcé des discours » (Les 14 juillet, fête et conscience nationale, op. cit., p. 119). Sur « Le défilé du Front populaire », voir aussi l’approche anthropologique de Pierre Sansot dans Poétique de la ville, op. cit., p. 107-112.

27 Voir le livre de Michel Pigenet, Au cœur de l’activisme communiste des années de guerre froide – « La manifestation Ridgway », Paris, L’Harmattan, 1992, notamment p. 89-92 (« Géographie de la manifestation : l’éclatement » : les itinéraires des manifestants, venus de banlieue et de Paris, sont décrits en fonction des quatre axes empruntés)), 100-101 (les organisateurs ont annoncé 50 000 manifestants, la police dix fois moins et les sources américaines permettent d’en évaluer le nombre entre 15 et 20 000) et la carte de la p. 169.

28 Voir Jean-Pierre A. Bernard, Paris rouge 1944-1964 – Les communistes français dans la capitale, Seyssel, Champ Vallon, 1991, notamment les chapitre I, « La géographie communiste dans Paris » et VI, « Le Paris communiste prolétaire et militant ».Dans un cadre plus limité mais pour une période plus longue, certains éléments de cette géographie sont évoqués dans notre ouvrage cité, Les Hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre.

29 Voir Bertrand Joly, Déroulède – L’inventeur du nationalisme, Paris, Perrin, 1998, notamment p.90. Les autres rassemblements-défilés patriotiques de la Ligue se tiennent pour l’essentiel en banlieue, pour commémorer les combats de l’année terrible, notamment à Champigny et Buzenval : voir notre ouvrage, Politique et poids du passé dans la France « fin de siècle », op. cit., p. 116-119.

30 En termes de culture politique, voir Philippe Contamine, « Jeanne d’Arc dans la mémoire des droites » in Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, tome 2, p. 423 et suiv. (l’auteur insiste assez peu sur les défilés).

31 Voir Serge Berstein, Le 6 Février 1934, Paris, Gallimard-Julliard, 1975 (carte p. 158) et Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue, op. cit., p. 92-98.

32 Danielle Tartakowsky parle à propos de ce défilé et de ceux des tenants du Rassemblement populaire de « journées-duels où s’opposent (sans s’affronter) le Paris de l’ouest et le Paris de l’Est » ; selon elle, d’un côté, se trouvent des « masses agissantes » composées de « sujets de l’histoire » ; de l’autre, des « masses hiérarchisées et mises en scène par d’autres qu’elles-mêmes » : voir « De la Bastille à la Nation »..., contribution citée, p. 64.

33 Voir Danielle Tartakowsky, Le pouvoir est dans la rue, op. cit, p. 191 -197 et Franck Georgi, « Le pouvoir est dans la rue : la manifestation gaulliste des Champs-Elysées (30 mai 1968), xxe siècle – Revue d’histoire, n° 48, 1995, p. 46-60.

34 Il en est néanmoins question dans le livre cité d’Olivier Fillieule, Stratégies de ta rue.

35 On peut d’ailleurs noter qu’en 1924, l’Humanité présentait la place de la Concorde comme un lieu de révolution (en tant qu’ancienne place du même nom) et évoquait le souvenir de la barricade de la rue Saint-Florentin en 1871 : voir Paris dans l’imaginaire national..., op. cit., p ; 36 (qui se réfère à une étude d’Avner Ben Amos, « La panthéonisation de Jean Jaurès », Terrain, n° 15, 1990, p. 62).

36 Voir Evelyne Cohen, op. cit., p. 26-30, ainsi que les ouvrages cités de Rosemonde Sanson et Jean-Pierre Bois, respectivement p. 110-112 et 255-258. Il est vrai que le défilé fut très marqué par l’union sacrée, telle que put l’interpréter à la fin de l’année le Bloc national.

37 Pascal Ory y voit « en raison de la conjoncture internationale et de par la volonté des pouvoirs publics, [une] démonstration de force de la France unie » : voir Une nation pour mémoire – 1889, 1939, 1989 – Trois jubilés révolutionnaires, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1992, p. 132 (voir aussi p. 189-191).

38 Voir ibid., p. 132-133 et 202-204 et l’étude citée de Maurice Agulhon, « Paris – La traversée d’Est en Ouest ». p. 4610.

39 Voir le récit et la chronologie de Laurent Joffrin, Mai 68 – Histoire des événements, Paris, Seuil, 1988 (réédition en 1998).

40 Poétique de la ville, op. cit., p. 113. L’auteur estime que cette présence des gares, lieux d’arrivée des provinciaux à temps des souffrances liées à la révolution industrielle, relève d’une « certaine mythologie ouvriériste ». Ce rapprochement n’emporte pas absolument la conviction.

41 Voir Jean-Paul Brunet, Police contre FLN – Le drame d’octobre 1961, Paris, Flammarion, 1999.

42 C’est un des thèmes qu’a développé Jules Romains, à partir de 1905, dans le cadre de l’unanimisme et en recourant à des métaphores biologiques ; la puissance liée au groupe peut n’être d’ailleurs que virtuelle et ne tient pas nécessairement à des défilés ou des cortèges identifiables selon des critères usuels : voir Marie-Claire Bancquart, Paris « Belle Epoque » par ses écrivains, op. cit., notamment pp. 113-114. À propos de la grève des cheminots d’octobre 1910, voir le chapitre II de Montée des périls (« Paris gouvernemental » face à la « banlieue Nord »), réédition citée des Hommes de bonne volonté, tome II, p. 182-185.

43 Dont Danielle Tartakowsky a classé ainsi les formes : procession, pétition, insurrection, levée en masse : voir Le Pouvoir est dans la rue, op. cit., p. 41-45 ; voir aussi les réflexions méthodologiques de Michel Offerte dans sa contribution citée à Pierre Favre (dir.), La Manifestation, p. 90-122 et, dans le même ouvrage, l’étude de Patrick Champagne. « La manifestation comme action symbolique », p. 329-356.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540