Version classiqueVersion mobile

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Clavis Siciliae. Les activités portuaires du détroit de Messine (xiie-xve siècles)

Hadrien Penet

Texte intégral

  • 1 S. Malaspina, Rerum Sicularum Historia, G. del Re éd., Cronisti e scrittori sincroni napoletani ed (...)

1Quasi clavis et custodia tocius Siciliae : en empruntant cette formule au chroniqueur Saba Malaspina1, j’ai voulu mettre l’accent sur l’importance stratégique qu’eut le détroit de Messine au Moyen Âge, verrou et porte d’entrée de la Sicile, pont entre la terre ferme et l’île, étroit channel entre les grands bassins de la Méditerranée.

2L’étude des relations de concurrence et de complémentarité des trafics et des échanges dans cet espace, lieu de passage, de contact et de conflits potentiels, met en jeu un modèle historiographique bien connu : celui d’un Mezzogiorno essentiellement terrien et rural, commercialement dominé par les marines du Nord et incapable de trouver une place autonome dans les grands circuits d’échange méditerranéens. Je propose ici de nuancer ce modèle dualiste en m’appuyant sur la singularité de l’exemple messinois, dont on mettra en lumière les activités portuaires dans une optique multiscalaire et interactionniste : il convient en effet d’observer comment les activités portuaires messinoises s’insèrent dans un ensemble de dynamiques mettant en jeu la cité et le détroit, la Sicile, la Calabre, les marines septentrionales et les grands trafics méditerranéens.

3On commencera par évoquer rapidement le cadre de la Sicile maritime, avant de mettre en lumière le rapport particulier de Messine à la traite céréalière. Il conviendra ensuite d’ouvrir la perspective à partir de la double fonction jouée par le détroit, tour à tour pont et canal.

Messine et les Siciles maritimes : réseaux et hiérarchies

4La Sicile est géographiquement multiple : la Sicile terrienne oppose les latifondi céréaliers de l’Ouest et du Centre à la montagne peuplée et vouée aux cultures spécialisées du Nord et de l’Est. De la même façon, cette Sicile de l’intérieur contraste, dans sa culture, dans son organisation et sa mise en valeur, avec la Sicile côtière.

Les Siciles de la mer

  • 2 Sur les activités halieutiques dans la Sicile médiévale, on se reportera à H. Bresc, Un monde médi (...)

5La distribution et la complémentarité des activités halieutiques et maritimes – pêche, exploitation du sel de mer, construction navale, mais aussi piraterie – permettent de distinguer deux Sicile de la mer (fig. 1)2. La première aire, pratiquement dépourvue de toute activité, hormis quelques salines, correspond aux côtes méridionales, de Mazara au cap Passero : une Sicile très faiblement peuplée, hormis quelques pôles urbains, aux côtes rongées par le paludisme, et dont la fonction maritime est tout entière absorbée par l’exportation du froment, dans les grands ports de la traite, Sciacca, Agrigente, Licata, Terranova.

6Cette région s’oppose radicalement aux autres côtes, dans lesquelles on peut définir deux sous-espaces. Un premier segment court de Marsala à Cefalù : organisé par les deux pôles urbains de Palerme et Trapani, il se caractérise par l’abondance des madragues vouées à la pêche du thon. Le deuxième segment, plus discontinu pour des raisons de topographie, s’étend de Naso jusqu’à Syracuse : il correspond à la Sicile la plus anciennement et densément peuplée, marquée par une véritable culture de la mer et ouvert largement sur le détroit, à la fois sur son versant thyrénien, de Naso à Messine, qu’ionien, de Messine à Syracuse. Proche de la Calabre, à l’ombre des massifs forestiers des Nebrodi, des Péloritains et de l’Etna, cette Sicile de la mer est celle des chantiers navals, organisés de part et d’autre du détroit, autour de l’arsenal de Messine. La géographie des services dus individuellement ou collectivement pour l’entretien de la flotte aux xiie et xiiie siècles, services de marinaria et fiefs de comitaria, confirme cette vocation. Il convient de ne pas oublier, enfin, un troisième espace, périphérique, mais qui joue un rôle important : celui des îles, Lipari, Malte, Pantelleria, pays de pêcheurs mais surtout bases pirates idéalement situées, en embuscade sur les détroits, entre Sicile, Calabre et Tunisie.

Les ports siciliens : géographie et hiérarchie

  • 3 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, op. cit., p. 104-105 (traite), p. 386 (consulats). Pour les con (...)

7La géographie portuaire confirme ces contrastes régionaux. La plupart des ports siciliens, à l’exception de Trapani, Palerme, Messine et, dans une moindre mesure, Syracuse, sont voués essentiellement à la traite céréalière. Leur répartition correspond aux grandes aires de production du blé sicilien, Val di Mazara et Val di Noto, tandis que les ports de traite et les caricatori, simples points de chargement du froment sur les plages, pourvus d’infrastructure rudimentaires, sont quasiment absents du Val Demone, qui reste quant à lui largement dépendant du reste de la Sicile pour son approvisionnement céréalier. L’importance et la hiérarchie des ports transparaissent dans l’implantation des consulats étrangers, en particulier les plus nombreux, consulats et vice-consulats catalans : trois grands ports, Trapani, Palerme et Messine, dominent chacun une aire commerciale. Un premier ensemble, polarisé par Palerme, réunit les ports et caricatori de Termini et Cefalù. Le second ensemble, sous la dépendance de Trapani, regroupe les ports de traite du Val di Mazara. L’influence de Messine, enfin, qui s’étend à toutes la Sicile orientale, en incluant Lipari et Malte, souligne l’importance commerciale du détroit dont la cité du Faro apparaît comme la plaque-tournante3.

Essai de typologie des ports siciliens

8En premier lieu, quelques grands ports polyvalents, correspondant aux principaux pôles urbains, ouverts aux échanges, dominent la hiérarchie : Messine, Palerme, Trapani, Syracuse enfin. Gravitent autour de ces pôles des ports satellites, de moindre importance, qui combinent plusieurs activités, comme Milazzo ou Taormine de part et d’autres de Messine ; Augusta pour Syracuse ; Cefalù et Termini pour Palerme. Enfin, un grand nombre de petits ports monofonctionnels : madragues du Val di Mazara, chantiers navals de S. Marco ou de Mascali, ports de traite et caricatori, bases pirates.

Messine et la Sicile du blé : un dualisme sicilien

La dépendance céréalière de la cité du Faro

  • 4 R. M. Dentici Buccellato, « Sul commercio del grano nelle città siciliane nel xv secolo : i centri (...)
  • 5 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, op. cit., p. 540, tableau no 132.
  • 6 Conjoncturellement, l’État autorise Messine à importer de grosses quantités de froment libres de t (...)
  • 7 C’est probablement le cas pour deux marchands vénitiens dont les navires, chargés de blés, sont sé (...)

9Messine a toujours été dépourvue d’un arrière-pays producteur de céréales suffisant à sa subsistance. Il en découle l’une des originalités du port dans le contexte sicilien : une participation pratiquement nulle à la traite céréalière, qui fut à l’inverse l’activité principale de la plupart des ports marchands siciliens du Moyen Âge4. La zone de Taormine à Messine occupe en effet une place infime dans la traite : 0,62 % dans les années 1319-1349, 0,005 % en 1400-1429 ; la zone de Milazzo à Tusa, plus riche en terres céréalières, intervient à peine plus dans ce trafic : 1,16 % en 1319-1349, 2,33 % en 1350-1379, 0,19 % en 1380-1399. Des Vêpres au milieu du xve siècle, c’est toujours le Val di Mazara qui domine la traite, en moyenne aux trois quarts5. Le phénomène corrélaire est que Messine a toujours dépendu largement de sources d’approvisionnement extérieur pour son ravitaillement. L’un des objectifs politiques de la ville fut donc d’assurer son autonomie alimentaire, par le biais de privilèges6 ; par l’extension de son influence territoriale en Calabre (jusqu’en 1282) puis en Sicile orientale aux xive et xve siècles (dans les zones céralières de Milazzo et de Lentini) ; par la confiscation de cargaisons étrangères en cas de pénurie7.

  • 8 E. Pispisa, Messina nel Trecento. Politica Economia Società, Messine, 1980, p. 11 : 1278 (Gela) ; (...)
  • 9 En 1322, Vanni de Campo, citoyen de Palerme, Francesco Ammannati de Pise et Nicoloso Campagnone d’ (...)
  • 10 H. Penet, Le chartrier…, op. cit., p. 38-39.
  • 11 Archivio di Stato di Messina, Fondo Notarile 2, lre série (désormais : ASM FN 2-1), fol. 71v-72v ( (...)

10Cette dépendance céréalière explique le poids considérable de l’approvisionnement de Messine dans le commerce intérieur sicilien. Messine doit en effet importer la quasi-totalité de son blé : pour partie de la plaine de Milazzo, à une quarantaine de kilomètres de la cité, pour partie des fiefs messinois de la plaine de Lentini, pour partie enfin à partir des grands ports de traite siciliens : Augusta, Licata, Gela, Agrigente, Sciacca, etc8. Le ravitaillement de la cité est régulièrement pris en charge par l’universitas elle-même, en particulier dans la première moitié du xive siècle quand la guerre avec les Angevins de Naples ravage la plaine de Milazzo et coupe Messine de la zone calabraise9. Les grands établissements monastiques messinois, qui jouissaient de franchises d’importation et de rentes annuelles importantes en nature, ont sans doute joué un rôle déterminant dans l’approvisionnement urbain. Le couvent des bénédictines de Sainte-Marie-des-Moniales percevait ainsi chaque année, depuis l’époque normande, 450 salmes de froment et 250 salmes d’orge du domaine royal de Solaria, dans la plaine de Milazzo, et 125 tari pour le transport, en barque, de ces quantités, de Milazzo à Messine10. Les marchands messinois pouvaient enfin trouver dans le trafic annonaire, au service de l’universitas, une source de profit sûre et stable11.

Le poids du marché messinois dans l’économie du blé

  • 12 C. Trasselli, « Società ed economia a Sciacca nel xv secolo », dans C. Trasselli éd., Mediterraneo (...)

11Le poids du marché messinois dans le commerce du blé sicilien peut être mis en lumière par les comptes d’exportation des ports siciliens. Ceux de Sciacca en 1469-1470 fournissent un point de repère : les deux tiers des exportations de froment (4 520 salmes) sont dirigés extra regnum, l’autre tiers se partage entre Messine (1 945 salmes) et quelques destinations secondaires dans le royaume (359 salmes). La structure commerciale est duale : le marché extérieur est supporté par quelques grosses naves étrangères de plusieurs centaines de salmes de capacité, tandis que le marché intérieur, commandé par des marchands de Messine, s’appuie sur le trafic de petits navires régionaux, « barque » ou « saettia », gouvernés par des patrons siciliens (Trapani, un rays) ou méridionaux (un patron de Gaète, un autre de Rapallo)12.

  • 13 S. R. Epstein, An island for itself.., op. cit., p. 274-275.

12Cette proportion – un tiers des surplus céréaliers destinés à l’exportation absorbée par le marché urbain messinois – est difficilement extrapolable sans précaution à tous les ports de traite siciliens, mais elle demeure cohérente avec ce qu’on sait des exportations de blé sicilien au xve siècle : le volume moyen des exportations annuelles passe en effet de 25 000 salmes vers 1400 à près de 100 000 salmes vers 1500, tandis que la part destinée à l’approvisionnement de la Sicile orientale passe de moins de 10 % vers 1400 à environ 30 % vers 150013. Si l’on admet donc que la production céréalière fut une sorte de leading sector de l’économie médiévale sicilienne, alors l’appel du marché local messinois et l’intégration commerciale de la Sicile orientale au reste de l’île ont sans doute joué un rôle moteur.

La participation de Messine à la traite du blé sicilien

13Il convient ici de souligner un fait important : non seulement les marchands messinois semblent dominer l’approvisionnement de Messine, mais ils participent aussi activement à la traite extra regnum. L’exemple des affaires de Philippus de Peregrino et des frères de Bella illustre la manière dont les marchands de Messine ont su s’intégrer aux trafics internationaux du blé sicilien et réinvestir les bénéfices de ce trafic dans l’économie domestique de la cité.

  • 14 Archivio di Stato di Messina, Ospedale S. Maria la Pietà (désormais OSMP), no 36, 17-02-1291, ind. (...)
  • 15 OSMP 29, 27-06-1286, ind. XIV : il doit d’abord se rendre de Messana in Siciliam pour acheter du f (...)
  • 16 OSMP 33, 1289, ind. III.
  • 17 OSMP 46, 26-03-1298, ind. XI.
  • 18 OSMP 30, 27-08-1286, ind. XIV.
  • 19 OSMP 48, décembre 1298, ind. XII.
  • 20 OSMP 31, 9-11-1287, ind. XI.

14Un groupe de quelques actes, conservés dans le chartrier de l’hôpital S. Maria la Pietà, éclaire les activités de ce marchand messinois et donne quelques lueurs sur la structure du commerce messinois à la fin du xiiie siècle. Philippus de Peregrino, citoyen de Messine, est le frère du notaire Johannes de Peregrino, avec qui il tient en indivision une grande vigne sise dans la fiumara S. Filippo Grande14. Les quelques documents conservés sur ce personnage le montrent en perpétuel déplacement, en Sicile et ailleurs. Les contrats de commenda qu’il remplit pour ses clients l’amènent à se rendre en divers lieux de Sicile, pour y acheter du froment, qu’il acheminera ailleurs, où il voudra, pour le vendre et revenir a Messine avec d’autres marchandises. Certains actes ne précisent pas le lieu exact où il doit acheter le froment15, mais on peut supposer qu’il devait charger son navire dans les principaux ports de la traite sicilienne (Augusta, Licata, Agrigente, etc.). Chose assurée d’ailleurs par d’autres contrats : en 1289, c’est à Licata qu’il doit acheter du froment et le charger sur une nave génoise ou autre’16 ; de même en 1298, il devra charger de froment, à Licata, la nave de Thomasius de Sacca de Messana et ses associés17. En 1286, un acte établi à Augusta atteste qu il doit réinvestir le lucre revenant à ses commanditaires et le faire fructifier in ultramare ou ailleurs avant de revenir en Sicile18. Nous le retrouvons à Trapani, en 1298, avec Perrerius de Romana, tous deux procureurs de dominus Orlandus de Hugolino, leur concitoyen, super locanda, nauzilanda et vendenda la nave achetée par ledit Orlandus a Venise en 1297, pour 1 200 livres19. En dehors de Sicile, où ses affaires l’amènent-elles ? À Gênes, probablement, si l’on en croit un acte daté de 1287, où il remet à Johannes de Bella les étoffes (draps de Paris et de Provins) achetées par Bonhomo Azarolinus, mort à Gênes20.

  • 21 Un autre membre de la famille, Johannes de Bella (OSMP 31, 9-11-1287, ind. I) est également lié à (...)
  • 22 OSMP 29, 27-06-1286, ind. XIV ; OSMP 30, 27-08-1286, ind. XIV.

15Ces quelques contrats montrent également le rôle joué par des membres de la noblesse civique messinoise dans le grand commerce. Tout d’abord, les frères Bartholomeus et Guillelmus de Bella, tous deux notaires21. Les frères de Bella investissent des sommes, jamais négligea bles, pour l’achat de froment sicilien qui sera exporté, et dont le prix de vente servira à l’achat d’autres marchandises à leur tour importées en Sicile ou à Messine. Durant l’été 1286, ce sont ainsi 45 onces d’or qu’ils investissent : 30 onces d’or, une première fois, pour l’achat de froment, dans un acte établi à Messine à la fin du mois de juin ; deux mois plus tard, a Licata, nous savons que Philippus de Peregrino a reçu dans une autre commenda la somme de 15 onces d’or des deux frères, somme qu’ils avaient reçue de Philippus comme lucre d’une autre commenda et qu’ils ont donc réinvestie. Dans les deux cas, le contrat est très avantageux pour l’investisseur qui obtient les trois quarts du lucre. L’écart de deux mois entre les deux actes permet d’ailleurs d’imaginer, d’après ce rapport, un probable scénario : les 15 onces investies à Licata à la fin du mois d’août pourraient correspondre au lucre de l’opération de la fin du mois de juin 1286, immédiatement réinvesti. Les 30 onces initiales auraient donc apporté un bénéfice total de 20 onces, rapportant 5 onces (1/4) à Philippus et 15 onces (3/4) aux frères de Bella, soit, en ce qui les concerne, un bénéfice net de 50 % par rapport au capital investi22.

  • 23 OSMP 45, 06-01-1298, ind. XI.
  • 24 OSMP 33, 1289, ind. III.
  • 25 OSMP 46, 26-03-1298, ind. XI.

16Ses autres clients sont du meme ordre : le providus vir Petrus de Sallimbene investit 25 onces d’or23 ; les frères Manfredus et Gregorius Cacholus, 40 onces24 ; Nicolaus de Bonsignoro 25 onces25. Dans les trois cas, c’est le même schéma : achat de blé sicilien, revente à l’extérieur, retour en Sicile avec d’autres marchandises.

Le détroit, pont entre deux rives

  • 26 Chose bien perçue par les contemporains, comme le voyageur andalou Ibn Jubayr par exemple : « Le p (...)

17L’importance du port de Messine résulte de deux facteurs géographiques déterminants : le site portuaire en fait un port naturel idéal et profond, protégé par une longue flèche littorale26 ; la situation du port est éminemment stratégique. Le détroit joue en effet une double fonction : pont entre deux rives, canal entre deux mers.

  • 27 D. Abulafia, The Two Italies : Economic Relations Between the Norman Kingdom of Sicily and the Nor (...)
  • 28 Id., « The merchants of Messina : Levant trade and domestic economy », Papers of the British School (...)
  • 29 S. R. Epstein, An islandfor itself…, op. cit., p. 240 et suiv.

18Cette double fonction conditionne largement le succès portuaire de Messine au Moyen Âge. Sur ce point, il y a cependant débat entre deux thèses, moins contradictoires que leurs auteurs l’affirment. D. Abulafia considère que Messine fut « un phénomène normand et un phénomène des croisades » (a norman phenomenon and a phenomenon of the crusades)27. Comprenons par là que l’importance du port fut liée d’une part à l’unification de la péninsule et de l’île, mais surtout a la position stratégique du port sur la route des croisades. La présence précoce et nombreuse de marchands italiens, Génois, Pisans, Amalfitains surtout, dès le χιie siècle, puis la formation d’une classe marchande autochtone et dynamique entretenant des relations étroites avec le Levant dès le xiiie siècle, résulteraient pour partie des nombreux privilèges et franchises accordés à la cité afin d’y attirer les trafics, pour partie de cette situation d’escale obligée sur l’axe des croisades, et pour partie du choix des entrepreneurs messinois de la spécialisation commerciale dans certains trafics28. S. R. Epstein, quant à lui, minimise l’importance du commerce international actif des Messinois avec le Levant, et considère que le rôle de Messine fut avant tout lié à sa fonction de port de transbordement entre Sicile et Calabre, et de « porte d’entrée » (gateway) administrative et commerciale de la Sicile. Le déclin de Messine après les Vêpres et sa reprise dès 1400 seraient directement liés au rapport avec la Calabre. Cet auteur observe enfin, aux xive et xve siècles, un processus de spécialisation et d’intégration dans le cadre d’une région qui unit le Val Demone oriental et le sud de la péninsule29. Ces deux thèses, moins contradictoires qu’elles ne paraissent sous la plume de leurs auteurs, sont en fait complémentaires.

Messine et la Calabre : un port de transbordement

19Les liens qui unissent les deux rives sont nombreux et anciens : liens culturels et religieux, administratifs, démographiques, économiques. Même quand le détroit fut une frontière politique (à l’époque prénormande, ou durant la guerre des Vêpres), il n’a jamais été une limite étanche. Un élément stable d’unification de cette région du détroit réside dans la diffusion sur les deux rives des domaines des grands établissements monastiques, grecs en particulier, et des ordres militaires ou hospitaliers installés à Messine.

  • 30 Ibid., p. 258-259.

20Le détroit fut en effet le lieu d’un transit permanent d’hommes, d’animaux et de marchandises, entre Sicile et Calabre, et ce dans les deux sens. L’étroitesse du channel messinois et les franchises commerciales entre les deux rives rendaient le coût des transports peu élevés pour les marchandises pondéreuses à faible valeur ajoutée. Éclipsant totalement sa voisine calabraise, Reggio, on peut ainsi dire que Messine fut la capitale de la Sicile orientale tout autant que le grand port de la Calabre méridionale. L’importance et la continuité durant tout le Moyen Âge tardif d’un courant d’immigration en provenance de Campanie et de Calabre attestent la circulation des hommes, tout comme la présence ponctuelle mais fréquente de marchands ou artisans méridionaux ou calabrais, venus à Messine conclure des contrats. Le flux de bétail sicilien à destination de la Calabre semble considérable, entre 6 000 et 10 000 têtes par an au xve siècle30 : on exporte vers la péninsule porcs et moutons, mais aussi chevaux et mules. Messine importait de Calabre des biens de première nécessité (froment, huile, vin) ou des matières premières : bois, myrte, lin, et y exportait, outre le bétail, des biens manufacturés, en particulier des draps étrangers et dont Messine servait de point de diffusion régionale.

Messine et l’arrière-pays sicilien : le pôle d’un marché régional

  • 31 Ibid., carte p. 114.
  • 32 Palerme : ASM FN2-1, fol. 37 (a. 1416) ; Nicosia : FN2-1, fol. 45v (a. 1417) ; Randazzo : FN2-1, f (...)
  • 33 ASM FN2-2, fol. 22lv (a. 1426), fol. 249 et 261.
  • 34 ASM FN2-1, fol. 47v-48 ; FN2-2, fol. 42v.

21On touche là en effet au double aspect d’un port de mer, interface entre un avant-pays maritime et un arrière-pays terrestre. Messine était la métropole de la Sicile nord-orientale, mais aussi l’un des grands ports de l’Italie méridionale. À ce titre, son hinterland était donc tout autant une zone d’approvisionnement en matières premières, en bétail et en biens de consommation, qu’un marché pour la diffusion des marchandises produites dans la cité ou importées de l’extérieur, en particulier les esclaves et surtout les textiles. L’aire de rayonnement commercial peut s’évaluer d’une part par les contrats notariés, en particulier ceux du xve siècle, et d’autre part par la multiplication des foires, très nombreuses dans le Val Demone oriental, phénomène qui met en lumière le haut degré d’intégration commerciale de cette région31. Les minutes notariales du xve siècle conservent de nombreux témoignages de transactions concernant des draps étrangers ou des étoffes de soie locale, négociées à Messine par des marchands siciliens ou messinois, et devant être vendues sur les marchés ou les foires de Palerme, Nicosia, Randazzo, Catane, Caltagirone et surtout Piazza32. Les marchands juifs semblent être particulièrement impliqués dans cette activité. Ce commerce des draps à partir de Messine rayonne également sur le sud de la péninsule : vers la Calabre proche (Reggio, Tropea, Terra Nova)33, mais aussi plus loin, vers la Campanie (Gaète)34.

Spécialisations, intégration régionale et complémentarité des trafics

  • 35 Sur le concept de connectivity, ou « connexité » voir : P. Horden et N. Purcell éd., The Corruptin (...)
  • 36 ASM FN2-1, fol. 99-100 (a. 1421).
  • 37 ASM FN2-1, fol. 22, fol. 29v (a. 1419) ; ASM FN4-1, fol. 75-76, 77v-78, 79v-80, 84-84v (a. 1431).

22Comme on l’a suggéré, Messine a donc joué un rôle fondamental de médiation économique entre plusieurs régions méridionales. La cité a su tirer parti de sa situation centrale, du haut degré de connexité35 de l’espace du détroit, et d’autre part des spécialisations régionales, pour s’affirmer comme un intermédiaire obligé au cœur de plusieurs systèmes triangulaires. Un premier réseau unit Messine, la Calabre et la Campanie : en 1421, par exemple, un marchand calabrais de S. Nuchito loue une spinasse pour un voyage vers la Campanie ; le navire est chargé de tonneaux vides à Messine, puis à Tropea en Calabre ; ils sont échangés contre des tonneaux de vin à S. Nuchito, qui seront ensuite acheminés à Prochida, Naples et Gaète36. Un second réseau relie Messine, la Calabre et la Sicile : transport de marchandises de Messine vers la Calabre (draps), échange en Calabre contre d’autres marchandises (bois) puis exportation vers la Sicile, en particulier pour ravitailler l’arsenal de Palerme, retour à Messine avec du froment37.

Le détroit, canal entre les mers

La présence étrangère à Messine : escale, centre de service, hub ?

23La présence étrangère à Messine est connue depuis longtemps : dès le début du xiie siècle, les Génois, puis les Pisans et les Amalfitains y ont une communauté ; ce sera ensuite le tour des Anglais et des Marseillais, puis des Toscans et des méridionaux, enfin des marchands catalans. Cette présence fut assez forte pour laisser une empreinte durable dans la topographie urbaine et dans l’onomastique des familles locales, en grande partie issue de l’immigration, et elle a, sans nul doute, jouer un rôle important dans la formation et l’éducation d’un groupe marchand autochtone.

  • 38 En 1272, la gabelle de la douane du port se monte à 2 109 onces, correspondant à 10 % (au maximum) (...)

24Pour ces marines étrangères, le port du détroit a d’abord joué une fonction d’escale idéalement située sur la route des croisades. Mais il fut bien plus que cela : centre de services financiers et techniques (banques, entrepôts, construction navale, notariat nombreux et compétent), il a pu jouer un rôle de base avancée pour les marines occidentales commerçant avec l’Orient et servir ainsi de tremplin commercial et de noeud de trafic. Certains contrats marseillais ou vénitiens des xiie et xiiie siècles, le volume des trafics transitant par le port à la fin du xiiie siècle38, les références aux poids et mesures messinois dans les manuels de commerce du xive siècle, suggèrent que le port a sans doute joué un rôle de plaque-tournante des trafics, un hub médiéval en situation de contact entre plusieurs bassins maritimes, entre Orient et Occident, Adriatique et Tyrrhénienne. Le nombre important de marchands catalans menant leurs affaires depuis Messine dans la première moitié du xve siècle semble confirmer cette hypothèse.

Les trafics de la diaspora messinoise en Méditerranée

  • 39 Cette carte est purement indicative : étant construite sur un agrégat de données (nombre d’occurre (...)

25Messine ne doit pas, cependant, être considérée comme un emporium aux mains des marines étrangères, fût-il de premier plan. Une classe marchande locale s’y est en effet épanouie précocement, au contact des marines septentrionales. Perceptible déjà dans la deuxième moitié du xiie siècle, le réseau marchand messinois se laisse apercevoir avec plus de netteté au xiiie siècle. Les archives des notaires marseillais, génois et vénitiens, les actes des notaires d’outre-mer et les contrats conservés dans les archives messinoises, surtout pour le xve siècle, attestent une présence importante des gens de Messine dans l’ensemble du bassin méditerranéen et en mer Noire (fig. 2)39. Dans les comptoirs du Levant et de mer Noire, ce sont, de loin, les Siciliens les plus nombreux : côtoyant d’autres marines italiennes secondaires, comme les marchands de Gaète ou d’Ancône, dans l’ombre des grandes marines du Nord avec qui ils collaborent et dont ils adoptent parfois la « nationalité », les Messinois se distinguent par leur rôle d’intermédiaires dans les carrefours que furent, par exemple Candie ou Famagouste, et par la spécialisation de leurs trafics, les esclaves en particulier.

Grands et petits ports : concurrence ou complémentarité ?

26Le cas messinois est original, mais est-il exceptionnel ? Nos hypothèses rejoignent ici les propositions déjà anciennes de D. Abulafia ou d’E. Ashtor, et celles plus récentes de P. Horden et N. Purcell : si les grands ports septentrionaux ont probablement porté le commerce méditerranéen médiéval, l’ombre de ces géants tend à dissimuler la part joué par les « nations mineures » qu’on imagine trop vite dominées et dépendantes. Nous voudrions donc formuler ici quelques propositions.

271. La concurrence entre les ports méditerranéens fut plus une concurrence entre grands qu’entre petits, pour des questions de marché : les ports secondaires ne sont pas en concurrence avec les grands parce que l’objectif de leurs trafics est d’abord « domestique », local.

282. À l’échelle méditerranéenne, la viabilité des trafics des ports secondaires passe : a. par leur spécialisation ; b. par leur collaboration et leur intégration à un système dominé par un centre d’impulsion majeur. Les fonctions de médiation (techniques, financières, géographiques) sont alors essentielles.

293. Ce que nous appelons le trafic « génois », « catalan » ou « vénitien » correspond à un système combinant plusieurs réseaux, articulant un port de référence, autour duquel gravite souvent une nébuleuse de petits ports, et des ports secondaires, escales, emporia, plaque-tournantes, qui peuvent avoir leurs propres trafics interrégionaux ou transméditerranéens. Ces réseaux, souvent concurrents entre eux, sont par ailleurs mutables au gré des conjonctures économiques ou politiques.

30Le cas messinois apparaît comme un contre-exemple aux modèles traditionnels qui continuent souvent de dominer les recherches méditerranéennes. Il invite en premier lieu à repenser le modèle dualiste de l’Italie médiévale : les interactions entre les régions qui composent le Mezzogiorno jouent sans doute autant que les relations, peut-être moins déséquilibrées qu’on ne le dit, entre le Nord et le Sud, ce dernier s’avérant capable de s’insérer dans les mailles des trafics méditerranéens. De la même façon, l’exemple messinois rejoint les suggestions des travaux récents de l’historiographie anglo-saxonne sur les échanges méditerranéens : il invite à imaginer le commerce méditerranéen médiéval comme une toile complexe animé d’un mouvement brownien, où les relations microrégionales joueraient peut-être un rôle aussi fort que les relations macrorégionales.

Figure 1. — Typologie des ports siciliens

Figure 1. — Typologie des ports siciliens

Figure 2. — Réseau marchand messinois (xiie-xive siècles)

Figure 2. — Réseau marchand messinois (xiie-xive siècles)

Notes

1 S. Malaspina, Rerum Sicularum Historia, G. del Re éd., Cronisti e scrittori sincroni napoletani editi ed inediti, t. II, Naples, 1868, p. 341.

2 Sur les activités halieutiques dans la Sicile médiévale, on se reportera à H. Bresc, Un monde méditerranéen : Économie et société en Sicile, 1300-1450, Rome, 1986, t. 1, p. 253-273. Sur la pêche : H. Bresc, « Pêche et habitat en Méditerranée occidentale », Castrum 7, Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur, Actes du colloque organisé par l’École française de Rome et la Casa de Velázquez (Rome, 1996), J.-M. Martin éd., Rome-Madrid, 1996, p. 525-539. Sur la piraterie : Id., « La course méditerranéenne au miroir sicilien (xiie-xve siècles) », L’exploitation de la mer. La mer moyen d’échange et de communication, Actes des VT rencontres internationales d’archéologie et d’histoire (Antibes, 1985), Juan-les-Pins, 1986, p. 91-110.

3 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, op. cit., p. 104-105 (traite), p. 386 (consulats). Pour les consulats catalans : C. Trasselli, « Frumento e panni inglesi (consulats et vice-consulats catalans) », dans C. Trasselli éd., Mediterraneo e Sicilia all’inizio dell'epoca modema (Ricerche Quattrocentescbe), Cosenza, 1977, p. 297.

4 R. M. Dentici Buccellato, « Sul commercio del grano nelle città siciliane nel xv secolo : i centri degli scambi e il controllo fiscale », Actes du XVII Congrès d’histoire de la couronne d’Aragon, El mon urbà a la Corona d'Arago del 1137 als decrets de Nova Planta (Barcelone – Poblet – Lerida, 2000), Barcelone, 2003, p. 333-344, en particulier les graphiques p. 339-342. La région de Messine n’apparaît presque jamais, car elle ne participe pas à la traite extra regnum. En 1460-1461, Messine participe pour 0,1 % des exportations extra regnum, tandis que Licata intervient pour 16 % et Agrigente pour 21 %.

5 H. Bresc, Un monde méditerranéen…, op. cit., p. 540, tableau no 132.

6 Conjoncturellement, l’État autorise Messine à importer de grosses quantités de froment libres de taxes : en 1281, Charles d’Anjou permet l’importation libre de 30 000 salmes dans l’année, soit la quantité nécessaire à une population de 30 000 habitants (S. R. Epstein, An islandfor itself. Economie Development and Social Change in Late Medieval Sicily, Cambridge, 1992, p. 53).

7 C’est probablement le cas pour deux marchands vénitiens dont les navires, chargés de blés, sont séquestrés par l'universitas de Messine : en 1315, Andrea Duodo, dont le navire est chargé de blé provenant d’Agrigente, pour le compte de marchand génois (Séville, Archive Ducal Medinaceli, Fondo Messina, désormais ADM, no 321) ; en 1488, Iacopo Duro, dont le cas suscite l’intervention du doge de Venise lui-même auprès du stratège et des jurats de Messine (ADM 347). Des saisies de navires chargés de froment sont attestées pour Messine en 1369, 1370, 1413, 1434, 1444 et 1456 : H. Bresc, Un monde méditerranéen…, op. cit., p. 339.

8 E. Pispisa, Messina nel Trecento. Politica Economia Società, Messine, 1980, p. 11 : 1278 (Gela) ; 1283 (Termini Imerese) ; 1283 (Agrigente). En 1330, Nicolò Bivacqua de Messine, procurator negociorum et gestor regie curie, fait importer un millier de salmes de froment d’Agrigente à Messine, sur des coques catalanes : H. Penet, Le chartrier de S. Maria di Messina, Messine, Società Messinese di Storia Patria, vol. 1, p. 422-425.

9 En 1322, Vanni de Campo, citoyen de Palerme, Francesco Ammannati de Pise et Nicoloso Campagnone d’Ancône, marchands, vendent 1 386 salmes de blé à l'universitas de Messine, représentée par Damiano Maze et Bongiovanni di Panuvero, pour le prix de 485.3 onces d’or, à raison de 10.10 tarì la salme (ADM 706) ; le transport de cette cargaison est assuré par des marchands pisans, Ugolino Buctari de feu Aiasino Buctari, Ranieri de feu Boglini, Federico et Collino de feu Orlando de Cappela S. Pauli ad Ortu (ADM 717). En 1325 : Lorenzo Doda, marchand vénitien, vend aux jurats de Messine 1775 salmes de blé, reçus par Guglielmo de Villano et Damiano Maza, pour la somme de 769.11.10 onces, à raison de 13 tarì la salme (ADM 714). En 1495 : le roi Ferdinand1re accorde aux messinois le droit d’importer de Pouilles, tous les 4 ans, jusqu’à 300 cargaisons de froment (ADM 41 : C. Giardina, Capitoli e privilegi di Messina, Memorie e Documenti di storia siciliana, ser. 2, I, Palerme, 1937, doc. no 104).

10 H. Penet, Le chartrier…, op. cit., p. 38-39.

11 Archivio di Stato di Messina, Fondo Notarile 2, lre série (désormais : ASM FN 2-1), fol. 71v-72v (23-03-1418) : Thucius de Constancio, agissant dans le cadre d’une convention avec l'universitas de Messine, ad naulizandum quamdam navem pro apportando in civitate Messane salmas 300 mensure grosse seu generalis Sicilie frumenti eiusdem universitatis a terra Sacce, commissionne Peri Gaytanus de Palerme pour le transport dudit froment. Ce dernier commissionne à son tour Johannes Garoffalus, de Trapani, qui nolise la navetta de Bernardus de Mineo. Seulement 230 salmes sont livrées et Thucius envoie un procurateur à Trapani pour récupérer les salmes restantes, qui sont encore à Sciacca. – ASM FN2-2, fol. 206v (23-09-1426) : Antonius de Pandolfo s’oblige envers les nobles Gilius de Stayti, Petrus Porcu, Antonius de Pactis, Antonius Chirinus et Philippus de Johanne, jurats de Messine, à faire porter à Messine d’ici le mois de mars prochain, ad cathaminum, sauf juste empêchement, salmas frumenti novi Cathanie vel Calabrie 500, qu’il promet de vendre in campo dicte civitatis secundum cursum dicte civitatis. Les jurats promettent de lui donner 15 grains par salme pro avantagio.

12 C. Trasselli, « Società ed economia a Sciacca nel xv secolo », dans C. Trasselli éd., Mediterraneo e Sicilia…, op. cit., p. 252-254.

13 S. R. Epstein, An island for itself.., op. cit., p. 274-275.

14 Archivio di Stato di Messina, Ospedale S. Maria la Pietà (désormais OSMP), no 36, 17-02-1291, ind. IV.

15 OSMP 29, 27-06-1286, ind. XIV : il doit d’abord se rendre de Messana in Siciliam pour acheter du froment. Même chose dans OSMP 45, 06-01-1298, ind. XI : il devra se rendre, de Messana in Siciliam… per terram ad risicum gentis ad emendum frumentum in Sicilia, puis voyager pour le vendre ailleurs où il voudra.

16 OSMP 33, 1289, ind. III.

17 OSMP 46, 26-03-1298, ind. XI.

18 OSMP 30, 27-08-1286, ind. XIV.

19 OSMP 48, décembre 1298, ind. XII.

20 OSMP 31, 9-11-1287, ind. XI.

21 Un autre membre de la famille, Johannes de Bella (OSMP 31, 9-11-1287, ind. I) est également lié à Philippus de Peregrino et impliqué dans le grand commerce, puisque Philippus lui remet diverses étoffes achetées à Gênes, par Bonhomo Azarolinus, a Mazzi Peruzzi de Florence. Sur la famille des Bella, de l’époque angevine jusqu’au milieu du xive siècle, voir : F. Martino, Messina nobilis Siciliae caput. Istituzioni municipali e gestione del potere in un emporio del Mediterraneo, Rome, 1994, p. 46-53.

22 OSMP 29, 27-06-1286, ind. XIV ; OSMP 30, 27-08-1286, ind. XIV.

23 OSMP 45, 06-01-1298, ind. XI.

24 OSMP 33, 1289, ind. III.

25 OSMP 46, 26-03-1298, ind. XI.

26 Chose bien perçue par les contemporains, comme le voyageur andalou Ibn Jubayr par exemple : « Le port est l'un des plus merveilleux, parce que les gros navires peuvent approcher de la côte jusqu’à presque la toucher. On jette du bateau à la rive une poutre sur laquelle on va et vient. Les portefaix y montent avec leurs charges et, de ce fait, on n’a pas besoin de barques pour charger ou décharger les navires à moins qu’ils soient à l’ancre un peu plus loin » (Ibn Jubayr, Relation des péripéties qui surviennent pendant les voyages, P. Ch. Dominique trad., Voyageurs arabes, Paris, 1995, p. 341).

27 D. Abulafia, The Two Italies : Economic Relations Between the Norman Kingdom of Sicily and the Northern Communes, Cambridge, 1977, p. 42.

28 Id., « The merchants of Messina : Levant trade and domestic economy », Papers of the British School at Rome, 54, 1986, p. 196-212 ; Id., « The Levant trade of the minor cities in the thirteenth and fourteenth centuries : strenghts and weaknesses », dans B. Z. Kedar et A. L. Udovitch éd., The Medieval Levant. Studies in Memory of E. Ashtor (1914-1984), Asian and African Studies, 22, 1988, p. 183-202 ; rééd. dans D. Abulafia, Commerce and Conquest in the Mediterranean, 1100-1500, Londres, 1993.

29 S. R. Epstein, An islandfor itself…, op. cit., p. 240 et suiv.

30 Ibid., p. 258-259.

31 Ibid., carte p. 114.

32 Palerme : ASM FN2-1, fol. 37 (a. 1416) ; Nicosia : FN2-1, fol. 45v (a. 1417) ; Randazzo : FN2-1, fol. 55 (a. 1422) ; Catane : FN2-1, fol. 49v-50 (a. 1417), FN2-2, fol. 230 (a. 1426) ; Caltagirone : ASM FN2-2, fol. 221v (a. 1426) ; Piazza : ASM FN2-1, fol. 49v-50 (a. 1417), FN2-2, fol. 216, fol. 220, fol. 233v (a. 1426).

33 ASM FN2-2, fol. 22lv (a. 1426), fol. 249 et 261.

34 ASM FN2-1, fol. 47v-48 ; FN2-2, fol. 42v.

35 Sur le concept de connectivity, ou « connexité » voir : P. Horden et N. Purcell éd., The Corrupting Sea. A Study of Mediterranean History, Oxford, 2000, p. 123 et suiv.

36 ASM FN2-1, fol. 99-100 (a. 1421).

37 ASM FN2-1, fol. 22, fol. 29v (a. 1419) ; ASM FN4-1, fol. 75-76, 77v-78, 79v-80, 84-84v (a. 1431).

38 En 1272, la gabelle de la douane du port se monte à 2 109 onces, correspondant à 10 % (au maximum) de la valeur globale des trafics transitant par le port : somme colossale, qui ne peut pas s'expliquer par l'importance du seul marché régional. Il faut donc supposer une rupture de charge et un transit par les entrepôts messinois d’un très gros volume de marchandises (F. Martino, Messina nobilis…, op. cit., p. 23).

39 Cette carte est purement indicative : étant construite sur un agrégat de données (nombre d’occurrences de Messinois dans les ports méditerranéens) glanées au hasard des sources conservées et publiées, elle ne saurait prétendre représenter avec certitude l’importance réelle du réseau messinois. Elle le révèle seulement.

Table des illustrations

Titre Figure 1. — Typologie des ports siciliens
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Figure 2. — Réseau marchand messinois (xiie-xive siècles)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search