Version classiqueVersion mobile

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Complémentarités et rivalités des ports maritimes en Flandre occidentale à la fin du Moyen Âge

Stéphane Curveiller

Texte intégral

  • 1 J.-P. Sosson, « Les petites villes du Zwin, xive-xve siècles », Cultures et civilisations médiéval (...)
  • 2 S. Curveiller, Les grands problèmes de Dunkerque dans la Flandre maritime du xiie au xvie siècle, (...)
  • 3 G. Mandelinck, De Westhoek Vijmaal, Bruxelles, 1987.
  • 4 Calais se sépare de la terre de Marck dès 1210. Vers 1265, le Calaisis devient distinct du comté d (...)

1La Flandre maritime a certes intéressé les historiens médiévistes mais les recherches les plus importantes ont essentiellement porté sur l’estuaire du Zwin, sur Bruges ou sur les petites villes du Zwin1, voire sur Calais. C’est donc aux extrémités de cette zone conquise sur la mer au cours des siècles de la période médiévale que l’intérêt porté a été le plus vif. Dès nos premières recherches, Dunkerque nous avait interpellé2 et dès lors notre attention pour les petites villes n’a cessé de croître, plus précisément pour tous les ports maritimes installés sur ce littoral en cours de formation et de stabilisation durant tout le haut Moyen Âge et au début du Moyen Âge classique. Cette brève synthèse porte sur une centaine de kilomètres, distance séparant Calais des environs d’Ostende, mais la zone que nos amis belges appellent plus communément le Westhoek, c’est-à-dire « le coin occidental », coin à l’écart (uithoek) du reste de la Flandre maritime3 ne comprend pas la région à l’ouest de l’Aa (fig. 1). Ici, l’étymologie apparaît d’emblée fondamentale ; en réalité, pour la période médiévale, l’acception principale inclut la zone placée à l’extrémité de la plaine maritime flamande s’étendant de Gravelines à Ostende, Calais et le Calaisis en faisant partie essentiellement au sens géographique, dès le xiiie siècle et beaucoup moins au sens historique du terme4.

  • 5 A. Derville et A. Vion, Histoire de Calais, Dunkerque, 1985, p. 14-15. G. Dupas, Histoire de Grave (...)
  • 6 Essentiellement les marées d’équinoxe.
  • 7 E. Coornaert, La Flandre française de langue flamande, Paris, 1970, p. 40-51.
  • 8 A. Briquet, Le littoral de la France et son évolution morphologique, Paris, 1930, p. 242. P. et J.(...)

2Notre attention s’est donc tournée vers ces petits ports, à l’origine de simples bourgades de pêcheurs5 installées sur un littoral stabilisé au xiie siècle, toujours proches d’échancrures naturelles servant d’abris aux bateaux lors de tempêtes6. Leur évolution respective du xiie au début du xvie siècle est intéressante, partagée entre complémentarités et rivalités, soumise plus ou moins aux influences endogènes à la plaine maritime, plus précisément à celle des anciennes châtellenies7 (Bourbourg, Bergues, Furnes…) placées sur la ligne des falaises mortes8, mais aussi exogènes (l’Artois, la Flandre intérieure, le Boulonnais, la mer, l’Angleterre, la Hollande…).

3C’est pourquoi les sources consultées sont diffuses dans l’espace – on en trouve en France, en Belgique mais aussi en Angleterre pour Calais essentiellement-, mais riches par le nombre de centres consultés, que ce soit les archives municipales ou les archives départementales du Nord ou encore les archives de l’État de Bruges, les archives générales du royaume de Belgique, et variées par leur nature (chartes, chroniques, comptabilités…). Trois temps structurent cette approche chronologique : un premier équilibre littoral (xiie-xiiie siècles) entre traditions et innovations, ensuite une nouvelle donne, le xive siècle avec l’importance de la guerre de Cent Ans, et enfin un nouvel équilibre trouvé à l’ère des temps nouveaux (xve-début xvie siècle).

Un premier équilibre : xiie-xiiie siècles De nouvelles fondations

  • 9 S. Curveiller, « Les abbayes en Flandre maritime méridionale au Moyen Âge », Les religieux et la m (...)
  • 10 A. Verhulst, « Un exemple de la politique économique de Philippe d’Alsace : la fondation de Gravel (...)
  • 11 G. Sivéry, « Les Capétiens et la côte du Nord-Ouest jusqu’au siècle de saint Louis », Bulletin his (...)
  • 12 S. Curveiller, « Les relations d’une ville du littoral flamand et de son hinterland : Dunkerque et (...)

4L’acharnement du combat contre la mer durant plusieurs siècles pour conquérir de nouvelles terres implique nécessairement une redéfinition de la présence humaine dans l’espace concerné, du moins à un échelon régional. Ce labeur résulte essentiellement de la volonté des abbayes intérieures telles que Saint-Bertin de Saint-Omer, Saint-Bavon et Saint-Pierre de Gand, puis de celles littorales, à savoir Sainte-Marie de Bourbourg, Saint-Winoc de Bergues, Saint-Nicolas et Sainte-Walburge de Furnes, l’abbaye des Dunes de Coxyde…9 Par ailleurs, la volonté comtale se manifeste véritablement au niveau du pouvoir laïc par deux vagues de fondations urbaines, la première vers 1160 avec Gravelines, la seconde vers 1180 avec Damme, Biervliet, Calais et Dunkerque10. Ce faisant, le pouvoir valorise officiellement le nouveau littoral, hissant de simples localités de pêcheurs au rang de villes11. De facto, l’activité initiale s’impose. Mais allait-elle devenir un atout ou un handicap pour ces jeunes créations ? Aussi les nouveaux centres jouent-ils naturellement le rôle d’avant-ports de l’hinterland immédiat : Gravelines pour Bourbourg, Dunkerque pour Bergues12 et Nieuport pour Furnes. Seule Calais fait figure d’exception puisqu’elle sert d’avant-port à Saint-Omer, distante de 40 km, soit quatre fois plus que ses voisines.

De réels avant-ports ?

  • 13 S. Curveiller, « Territorialités, institutions et sources fiscales en Flandre maritime au Moyen Âg (...)
  • 14 L. Lemaire, Histoire de Dunkerque des origines à 1900, Bruxelles, 1976, p. 26-31.
  • 15 E. Coornaert, Une industrie urbaine du xvie au xviie siècle : l’industrie de la laine à Bergues-Sa (...)
  • 16 R. Degryse, « Le convoi de la pêche à Dunkerque aux xve et xvie siècles », Revue du Nord, XXXIII ( (...)

5Pour la période qui nous occupe, c’est-à-dire de la fin du xiie siècle au début du siècle suivant, les sources sont lacunaires, sauf pour Calais. En dehors des chartes au demeurant fort intéressantes sur le plan foncier, l’historien est confronté au manque de données quantifiables dans les domaines juridique et institutionnel13, notamment s’agissant de petites villes, fondées tardivement. Toutefois, il faut mettre en exergue un certain nombre d’éléments. La tutelle des anciennes châtellenies liées au pouvoir abbatial perdure sur le plan ecclésiastique, sur le plan territorial avec de nouveaux bailliages empiétant sur celles-ci et sur le plan économique puisque le commerce est d’abord tributaire des activités des anciennes châtellenies (fig. 2). Ce dernier aspect est intensifié par le fait que les centres de l’hinterland appartiennent à la Hanse des villes14, favorisant l’installation de l’industrie drapière15 (à Bergues ou à Furnes, par exemple). Aussi, le commerce y est-il plus varié tandis que Nieuport et Dunkerque ont conservé une « mono-activité », la pêche16 car ces ports n’ont pas coupé le cordon ombilical avec les bourgades de pêcheurs dont ils sont issus.

  • 17 Au cours du xiiie siècle, Dunkerque change régulièrement de seigneurs fonciers dont certains n’ont (...)
  • 18 S. Curveiller, « Philippe d’Alsace, un prince hors du commun », Mélanges Georges Jehel, Cahmer, Am (...)

6L’instabilité seigneuriale entrave le développement des nouvelles fondations littorales à la différence des cités plus anciennes, aux institutions mieux ancrées. Le cas de Dunkerque est sur ce point révélateur17. Enfin, l’aménagement des voies de communications pour relier les nouveaux ports à 1’hinterland plus ou moins proche est une condition impérative au développement régional (fig. 3). Dès 1169, le comte de Flandre, Philippe d’Alsace, favorise à l’est de l’Aa la canalisation des rivières et des fleuves en dotant la plaine maritime d’une administration efficace chargée du drainage, car la maîtrise des eaux reste un problème récurrent dans cette région, au moins jusqu’au xvie siècle (tempêtes, inondations sont citées dans les manuscrits)18. Ainsi, les cours d’eau, l’Yser, l’Aa, la Colme, la Guersta, la Nieuna font l’objet d’une attention particulière conduisant les châtellenies à veiller ardemment à l’entretien de ces voies canalisées. Les conflits à cette période sont quasi inexistants, hormis ceux entre les villes et les abbayes elles-mêmes. Les documents donnent peu de renseignements sur les axes terrestres, les chemins.

Calais, une exception

  • 19 A. Derville, Histoire de Calais, Dunkerque, 1985, p. 16-20.
  • 20 P. Héliot, « Les transformations de l’architecture française au temps de Philippe Auguste », Commi (...)
  • 21 AD Pas-de-Calais, série A, passim ; AD Nord, série B 13596 et Arch. nat. (collection Colbert – Fla (...)
  • 22 AD Nord, série B 15589.

7Pourtant, le nouveau littoral du Westhoek ne connaît pas immédiatement de réel développement et demeure dans la dépendance de l’hinterland proche. En revanche, à l’ouest de l’Aa, à l’extrémité de la plaine maritime flamande, Calais et Gravelines dans une moindre mesure font figure d’exception. En effet, Calais connaît une rapide croissance urbaine19 tandis que le trafic portuaire, en partie « international » avec la présence des Flamands, des Anglais, des Castillans, se densifie et procure des recettes qui permettent à la ville intra muros et au port de s’embellir et de compléter l’édification des fortifications, œuvre entamée par Philippe Hurepel vers 122820. Les comptes des receveurs de l’Artois21, le terrier de Lille de 129622 étayent, surtout après 1260, cette version.

  • 23 L’empereur Sigismond rappelle en 1416 au roi d’Angleterre Henri V tout l’intérêt que représentent (...)
  • 24 F. Lennel, Calais des origines à la domination anglaise, Lille, 1909. A.D. Kapferrer, « Boulogne d (...)
  • 25 A.D. Kapferrer, dans A. Lottin dir., Histoire de Boulogne.op. cit.
  • 26 R. Fossier et J. Thiébaut, « Le Moyen Âge : obscurité, splendeur, effondrement », Le Pas-de-Calais (...)
  • 27 S. Curveiller, « Le problème de l’eau dans le bailliage de Dunkerque au Moyen Âge », Revue du Nord (...)
  • 28 Sur la place du grand marché dès la fin du xiie siècle, une halle fut construite, puis très rapide (...)
  • 29 G. Dupas, Histoire de Gravelines, porte de Flandre et de ses hameaux des origines à la Libération,(...)
  • 30 R. Roffin, Le tonlieu du port de Gravelines au cours du Moyen Age, mémoire de DES inédit, universi (...)

8Calais est l’avant-port de Saint-Omer, éloignée de 40 km environ. L’absence d’abbaye importante très proche, la proximité de l’Angleterre – un atout23–, une forte influence française (comté de Guînes, puis de Boulogne, puis intégrée à l’Artois) sont à l’avantage de la cité même si les institutions sont d’inspiration partiellement flamandes24. Calais est cependant globalement isolée par rapport à son arrière-pays. La boutonnière du Boulonnais25 représente un obstacle topographique naturel, le comté de Guînes s’impose encore telle une enclave (vestige de la féodalité)26 tandis que les voies d’eau ont été moins aménagées qu’à l’est de l’Aa, zone relevant de Mathieu d’Alsace27. De facto, si Calais demeure un centre de dépôt intéressant, doté de halles importantes28, Gravelines va servir d’intermédiaire pour alimenter le trafic lucratif avec l’Audomarois et l’Artois via l’Aa29. Quelques comptabilités de la première moitié du xive siècle attestent de cette évolution30. La localisation confère donc aux centres plus ou moins nouvellement créés de l’importance, d’où l’intérêt de la géographie historique !

Le xive siècle : une nouvelle donne

9Différents facteurs vont perturber la donne, l’équilibre établi jusqu’alors.

Tout d’abord interviennent des facteurs naturels

  • 31 Lorius, La plaine maritime des Flandres : synthèse géomorphologique et analyse de documents iconog (...)
  • 32 ADNord, série B 1324 et série C Flandre maritime, portefeuille 1, pièces 4201, 4202.
  • 33 AM Saint-Omer, série B 142.10, 12, 16, 12-15 ; B 181.19 ; B 201.6 ; B 210.12 ; B243.1-6 et 7-13.
  • 34 ADNord, B 5968 à 5990.

10Les différents ports doivent lutter de façon récurrente contre les risques d’ensablement des estuaires initiaux. Dès les xiie et xiiie siècles31, les petits ports de Wissant, Lombarzyde en sont victimes. Gravelines est concernée également au xive siècle comme en témoignent les recettes comptables de l’époque32 Dès lors, Dunkerque capte le trafic de Calais via la Colme33 pour remonter l’Aa afin de rejoindre Saint-Omer. Ce phénomène est corroboré par les archives audomaroises et par la série des comptes de bailliage dunkerquois de la seconde moitié du xive et du début du xve siècle34.

La guerre de Cent Ans devient alors un « accélérateur » de l’histoire littorale

  • 35 F. Lennel, Calais sous la domination anglaise, t. I, vol. 2, Calais, 1911, p. 24-59.
  • 36 S. Curveiller, « La présence anglaise à Calais et dans le Calaisis de 1347 à 1558 », Colloque Fran (...)
  • 37 Id., « Hommes, terres, espaces en Flandre maritime au Moyen Âge », Perspectives médiévales, Aubenas (...)
  • 38 B. Schnerb, L’État bourguignon (1363-1477), Villeneuve d’Ascq, 1999.
  • 39 Chroniques de Froissart, S. Luce éd., Paris, 1869-1875, livre II, chap. CCVII : « Ou pouvons-nous (...)
  • 40 D. Clauzel, « Terrorisme et contre-terrorisme à la fin du Moyen Âge : le singulier destin de Calai (...)
  • 41 ADNord, B 5968 à 5990 (comptes de bailliage).
  • 42 AM Nieuport, série 15/187 à 258 (en flamand).
  • 43 J. Paviot, La politique navale des ducs de Bourgogne (1384-1482), Lille, 1995.
  • 44 Entre 1403 et 1409, Dunkerque s’entoure d’impressionnantes fortifications comportant 28 tours. Voi (...)
  • 45 S. Curveiller, « Les places de Calais au Moyen Âge », La place publique urbaine des anciens Pays-B (...)
  • 46 Plus particulièrement Fine et Patent rolls.
  • 47 D. Grummitt, « Calais (1485-1547) : un petit bout d’Angleterre outre-mer », Le Détroit : zone de r (...)
  • 48 E. Perroy, « L’administration de Calais en 1371-1372 », Revue du Nord, 33 (1951). J. L. Kirby, « T (...)
  • 49 S. Curveiller, « Les places de Calais... », op. cit.
  • 50 D. Grummitt, Calais 1485-1547 : a Study in Early Tudor Politics and Government, Londres, 1997. Id. (...)
  • 51 E. et S. Curveiller et C. Costenoble, « Le pays reconquis », dans A. Lottin dir., Histoire de Cala (...)
  • 52 Ph. Contamine, L’économie médiévale..., op. cit., p. 349 : il s’agit d’un poème en moyen anglais, (...)

11La prise de Calais en 134735, puis du Pale en 135036 est déterminante dans l’évolution littorale. Le fleuve l’Aa devient une véritable « frontière » entre le territoire littoral anglais jusqu’en 155837 et la Flandre, puis l’État bourguignon en 138438. Par ailleurs, la mer elle-même est perçue pour la première fois comme une « frontière » dans les Chroniques de Froissart39. Plusieurs éléments nous incitent à penser que la « carte stratégique » l’emporte sur toutes les autres préoccupations. Par exemple, le « terrorisme » à partir de Calais se manifeste par des chevauchées anglaises de plus en plus stériles qui affectent la région, y compris le Westhoek au-delà de l’Aa40. Le développement de la course s’exprime dans les comptabilités de Dunkerque41, de Nieuport42 par des prises de plus en plus lucratives. La naissance d’une « véritable politique navale » des ducs de Bourgogne43 se traduit par l’édification de fortifications44 autour des « petites cités maritimes ». Enfin, l’exemple de Calais est une fois de plus révélateur. Les halles qui recevaient les céréales de l’Artois, voire celles du Pale, stockent désormais les céréales fournies par l’Angleterre45. L’Étape des laines implantée en 1361 par pure volonté royale anglaise n’a connu qu’une vingtaine d’années durant une réelle prospérité et les archives du Public Record Office témoignent de son déclin irrémédiable46. En revanche, la monarchie anglaise tient à garder cet « îlot continental »47, la répartition des investissements royaux est plus que significative48 : les soldes de la garnison, pas toujours versées, représentent de loin la masse budgétaire la plus importante. La ville est délaissée (la grand-place) et même en partie le port49. Cependant, il ne faudrait pas exagérer l’ampleur du déclin calaisien puisque la thèse de David Grummitt, tout en confirmant cette hypothèse, en relativise les effets surtout sous la période des Tudor et au début du xvie siècle50. Toujours est-il qu’après la reprise de 1558 par le duc de Guise51 une importante citadelle apparaît sur les plans à l’ouest de la ville intra muros et confirme l’importance militaire d’une de ces deux prunelles du Détroit (avec Douvres) mentionnées dans le Lybelle of Polycie52. La guerre a indéniablement réorienté les activités portuaires des petits pôles littoraux du Westhoek.

La crise textile

  • 53 H. Piers, Histoire de la ville de Bergues-Saint-Winoc, Saint-Omer, 1833. J. Van Acker, « Furnes à (...)
  • 54 E. Coornaert, Une industrie urbaine..., op. cit. G. Espinas, H. Pirenne et E. De Sagher, Histoire (...)
  • 55 E. Coornaert, « Hondschoote, de ses origines au début du xviiie siècle », Revue des Amis du vieux (...)

12L’évolution de la mode vestimentaire et la crise de l’industrie drapière qui s’ensuit ont eu des conséquences indéniables dans le Westhoek ; la portée de cette dernière mériterait selon nous une réactualisation de la recherche relative à cette contrée littorale. Pourtant, divers manuscrits soulignent ces difficultés tant à Bergues-Saint-Winoc qu’à Furnes, c’est-à-dire dans les châtellenies de l’hinterland53. Les marchands tentent trop tardivement de s’adapter à l’évolution du marché54, en revanche un petit village – Hondschoote – s’est lancé dans la sayetterie et connaît dès le xve siècle une prospérité durable55. Les difficultés sérieuses vécues par les châtellenies se répercutent naturellement sur leurs relations avec les avant-ports tels que Dunkerque et Nieuport.

Le retour à l’équilibre : xve-début xvie siècle

Des « avant-ports » en pleine croissance

  • 56 Chevauchée menée par Henri Despencer, évêque de Norwich.
  • 57 S. Curveiller, Dunkerque, ville et port de Flandre au Moyen Âge, Villeneuve d’Ascq, 1989, p. 140-1 (...)
  • 58 La sigillographie est sur ce point fort intéressante. S. Curveiller, « Villes littorales et sigill (...)
  • 59 J. Paviot, La politique navale…, op. cit.
  • 60 A. Dutailly, Les ravages anglais en Flandre maritime pendant la guerre de Cent Ans, mémoire de DES (...)
  • 61 S. Curveiller, Dunkerque, ville et port..., op. cit., p. 189.
  • 62 M. Tranchant, Le commerce maritime de La Rochelle à la fin du Moyen Âge, Rennes, 2003.
  • 63 S. Curveiller, Dunkerque..., op. cit., p. 191-192.
  • 64 L. Lemaire, Histoire de Dunkerque..., op. cit., p. 70-71 (nouvelle église Saint-Éloi, beffroi de D (...)

13Dunkerque et Nieuport ont décollé dès la seconde moitié du xive siècle comme le confirment les comptabilités des deux villes. La chevauchée anglaise de 1383-138656 perturbe et reporte en quelque sorte le véritable démarrage économique57, principalement pour Dunkerque dans la mesure où Nieuport, excentrée par rapport au Pale, est moins touchée par ces ravages. Au début du xve siècle, la prospérité est réelle ; les autochtones s’adonnent essentiellement à deux activités principales, les plus lucratives au moins pour le siècle : d’une part toujours la pêche, l’industrie du hareng « caqué » faisant désormais la renommée des deux cités maritimes58, d’autre part la course59. D’ailleurs, plusieurs documents fort intéressants placent Dunkerque devant Nieuport, cette première ayant rattrapé son retard par rapport à la seconde (fig. 4 et 5)60. Cependant, fait nouveau, on voit l’arrivée de marchands, de négociants « étrangers », notamment les Hollandais – grâce à leur neutralité – qui ont établi un véritable monopole sur ces ports61, Par conséquent, on peut constater une plus grande variété du trafic62, mais les autochtones semblent encore, à quelques exceptions près, en grande partie absents dans ce domaine d’activité63. Pourtant, au xve siècle, l’embellissement urbain est indéniable64 et les enceintes fortifiées épargnent davantage ces deux localités des menaces extérieures (maritimes ou terrestres) alors que les voisines sont durement touchées.

Une affirmation littorale

  • 65 En particulier pour Bergues, comptes de bailliage (AM Bergues, série CC 90).
  • 66 Comptes scabinaux (AM Furnes, SAV, fol. 2 à 50, en flamand) ; Archives générales du royaume, no 34 (...)
  • 67 S. Curveiller, « Les relations d’une ville... », op. cit., p. 213-230.
  • 68 AM Saint-Omer, B 142, fol. 12, 15 et 16. AM Bergues, DD36, fol. 5.
  • 69 ADNord, dénombrement de 1469, série B 195-196-197. A. Van Nieuwenhuysen, Les finances du duc de Bo (...)

14Tandis que les comptabilités de Bergues65 ou de Furnes66 montrent le déclin des châtellenies, les avant-ports tentent de se détacher de la tutelle de leur hinterland immédiat. Ainsi, on assiste à un accroissement des conflits juridiques, la rivalité est à son paroxysme, et si les châtellenies l’emportent le plus souvent au xive siècle, au xve siècle le pouvoir princier se manifeste en faveur des nouvelles fondations67. L’Havendyck – voie canalisée – est l’objet de heurts incessants entre les deux villes, Bergues et Dunkerque, tout est prétexte à opposition, le trafic, la pollution, la découverte d’un cadavre68. En outre, les documents fiscaux des XIVe et xve siècles, relatifs à la richesse de chaque localité, confirment cette évolution69.

  • 70 M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne : une femme au pouvoir au xve siècle, Villen (...)

15La zone littorale par sa localisation, par l’enjeu maritime qu’elle représente, par sa proximité du Pale, devenu une enclave que l’on ne tentera plus de reprendre sérieusement après 1436, profite d’une certaine façon du « contexte international ». D’ailleurs, les princes, les princesses en se déplaçant dans ces petites villes, voire les diplomates les valorisent70.

Un rendez-vous manqué ?

  • 71 M. Mollat, L’Europe et la mer, Paris, 1993.
  • 72 J. Van der Stock dir., La ville en Flandre. Culture et société 1477-1787, Bruxelles, 1991.
  • 73 J. Lampo, Vermaerde coopstadt Antwerpen in de Middleleeuwen, Louvain, 1999.
  • 74 A. Derville, Saint-Omer des origines au xive siècle, Dunkerque, 1995.
  • 75 P. Bougard, « France et Bourgogne », dans Histoire d’Arras, Dunkerque, 2000, p. 77-96.
  • 76 S. Curveiller, « La reprise de Calais en 1558 », Société et religion en France et aux Pays-Bas (xv(...)
  • 77 Ordonnance de l’Amirauté du 8 janvier 1487.

16Certes, les petits centres se sont développés mais plusieurs handicaps subsistent : la trop grande proximité géographique (40 km au plus)71, les mauvaises relations avec l’hinterland rival sans parler de l’état des diverses voies de communication, mais surtout le déplacement des grands centres décisionnels (le déclin de Bruges72 au profit d’Anvers73 augmentant l’éloignement du Westhoek, le déclin de Saint-Omer74 et d’Arras75, villes avec lesquelles le littoral échangeait ou dont il dépendait même sur le plan financier), sans oublier l’enclave du Pale au moins jusqu’en 155876. Tous ces facteurs jouent en défaveur des ports du Westhoek et ne permettent pas de véritable take off durable. Pourtant, des stations de pilotage y sont installées à la fin du xve siècle77.

  • 78 ADNord, série B 3348. Charles Quint séjourna à Dunkerque du 6 au 9 juillet 1520 ; il y revint en 1 (...)
  • 79 S. Curveiller, « La dialectique du dedans et du dehors : l’exemple des “petites patries” médiévale (...)

17L’empereur Charles Quint lui-même y séjourne en 152078, ce qui témoigne d’une certaine importance de ces villes très moyennes du littoral flamand du Westhoek79.

  • 80 H. Platelle, Des principautés à l’empire de Charles Quint (900-1519), Dunkerque, 1989, p. 29-30.
  • 81 P. Desportes, « Les villes », dans J. Favierdir., La France médiévale, Paris, 1983, p. 201-215. P.(...)

18Finalement, complémentarités et rivalités ont à la fois favorisé et handicapé cette région littorale excentrée, composée essentiellement encore de « petites villes » de moyenne importance, de ces « petites patries »80 qui méritent aussi l’attention des historiens et qui constituent alors l’essentiel du réseau urbain au Moyen Âge81.

Figure1. — La plaine maritime au Moyen Âge

Figure1. — La plaine maritime au Moyen Âge

Figure.2. — Carte des avant-ports et des châtellenies anciennes dans le Westhoek

Figure.2. — Carte des avant-ports et des châtellenies anciennes dans le Westhoek

Figure 3 — Le réseau de Watergangs dans le Westhoek d’après Sanderus dans Flandria Illustrata

Figure 3 — Le réseau de Watergangs dans le Westhoek d’après Sanderus dans Flandria Illustrata

Figure 4. — Nombre et origine des plaintes transmises aux députés flamands, entre 1400 et 1436

Figure 4. — Nombre et origine des plaintes transmises aux députés flamands, entre 1400 et 1436

Graphique S. Curveiller d’après A. Dutailly.

Figure 5. — Les champs relationnels avec Nieuport à la fin du Moyen Âge

Figure 5. — Les champs relationnels avec Nieuport à la fin du Moyen Âge

Notes

1 J.-P. Sosson, « Les petites villes du Zwin, xive-xve siècles », Cultures et civilisations médiévales, 9 (1993), p. 171-184.

2 S. Curveiller, Les grands problèmes de Dunkerque dans la Flandre maritime du xiie au xvie siècle, mémoire de DES inédit, université de Lille, 1977.

3 G. Mandelinck, De Westhoek Vijmaal, Bruxelles, 1987.

4 Calais se sépare de la terre de Marck dès 1210. Vers 1265, le Calaisis devient distinct du comté de Boulogne. En 1347, c’est le siège de la ville par Édouard III. Calais est donc par son évolution historique un cas à part. L’influence flamande et artésienne y est double avant de devenir anglaise.

5 A. Derville et A. Vion, Histoire de Calais, Dunkerque, 1985, p. 14-15. G. Dupas, Histoire de Gravelines, porte de Flandre et de ses hameaux, des origines à la Libération, Dunkerque, 1981. L. Lemaire, Histoire de Dunkerque, Dunkerque, 1970, p. 16. R. Dumon, Geschiedenis van Nieuwpoort, Langemark, 1989, p. 85-88.

6 Essentiellement les marées d’équinoxe.

7 E. Coornaert, La Flandre française de langue flamande, Paris, 1970, p. 40-51.

8 A. Briquet, Le littoral de la France et son évolution morphologique, Paris, 1930, p. 242. P. et J. Sommé, « L’évolution de la plaine maritime de la mer du Nord et la fonction du pas de Calais », Bulletin historique et artistique du Calaisis, 160-161-162 (1998), p. 429-441. R. Blanchard, La Flandre, étude géographique de la plaine flamande en France, Belgique et Hollande, Paris, 1906.

9 S. Curveiller, « Les abbayes en Flandre maritime méridionale au Moyen Âge », Les religieux et la mer, Cahmer, Amiens, 2001, p. 27-42.

10 A. Verhulst, « Un exemple de la politique économique de Philippe d’Alsace : la fondation de Gravelines », Cahiers de civilisation médiévale, 1967, p. 15-28. Id., « Initiative comtale et développement économique au xiie siècle », Miscellavea mediaevalia in memoriam, Groningen, 1967, p. 227-240. R. Degryse, « ’s graven domein te Nieuwpoort », ASEB, LXXXV (1948), p. 70-111.

11 G. Sivéry, « Les Capétiens et la côte du Nord-Ouest jusqu’au siècle de saint Louis », Bulletin historique et artistique du Calaisis, 145-146-147 (1996), p.49-59.

12 S. Curveiller, « Les relations d’une ville du littoral flamand et de son hinterland : Dunkerque et Bergues au Moyen Âge », La ville au Moyen Age, Paris, 1998, t. I, p. 213-231. En 12 54, un différend surgit entre Bergues et Dunkerque à propos de la voie d’eau canalisée entre ces deux villes, l’havendyck (AD Nord, B1311 no 1092).

13 S. Curveiller, « Territorialités, institutions et sources fiscales en Flandre maritime au Moyen Âge », Revue du Nord, LXXIX (1997), p. 897-919.

14 L. Lemaire, Histoire de Dunkerque des origines à 1900, Bruxelles, 1976, p. 26-31.

15 E. Coornaert, Une industrie urbaine du xvie au xviie siècle : l’industrie de la laine à Bergues-Saint-Winoc, Paris, 1930. G. Espinas, H. Pirenne et E. de Sagher, Histoire de la draperie en Flandre française au Moyen Age, Bruxelles, 1923, t. II.

16 R. Degryse, « Le convoi de la pêche à Dunkerque aux xve et xvie siècles », Revue du Nord, XXXIII (1951), p. 117-127-En 1253, on trouve également au péage de Bapaume un convoi de harengs caqués, de maquereaux et de merlans provenant de Dunkerque en direction de Paris (BNF, Archives de Flandre, copies MS 9124).

17 Au cours du xiiie siècle, Dunkerque change régulièrement de seigneurs fonciers dont certains n’ont laissé qu’une empreinte minime (un dénommé Laurent ou Lorenzo, puis Godefroy de Condé, puis Baudouin d’Avesnes) et n’ont manifesté qu’un intérêt moindre pour la cité hormis lors de la perception des taxes sur les produits de la pêche. Avec Guy de Dampierre, Dunkerque s’insère de nouveau au comté de Flandre et s’intègre cette fois à un ensemble territorial plus conséquent.

18 S. Curveiller, « Philippe d’Alsace, un prince hors du commun », Mélanges Georges Jehel, Cahmer, Amiens, 2002, p. 407-415. U. Berlière et N. Huyghebaert dir., Monasticon belge, Province de Flandre occidentale, Liège, 1974, t. III, p. 585-592. Voir aussi les Archives du Grand Séminaire de Bruges.

19 A. Derville, Histoire de Calais, Dunkerque, 1985, p. 16-20.

20 P. Héliot, « Les transformations de l’architecture française au temps de Philippe Auguste », Commission départementale d'histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, Arras, 1983, t. XI, p. 363-381.

21 AD Pas-de-Calais, série A, passim ; AD Nord, série B 13596 et Arch. nat. (collection Colbert – Flandre)

22 AD Nord, série B 15589.

23 L’empereur Sigismond rappelle en 1416 au roi d’Angleterre Henri V tout l’intérêt que représentent les deux prunelles du détroit que sont Calais et Douvres. Voir Ph. Contamine, L'économie médiévale, Paris, 1993, p. 349.

24 F. Lennel, Calais des origines à la domination anglaise, Lille, 1909. A.D. Kapferrer, « Boulogne devient une ville (1113-1339) » et « 1339-1505 : entre les guerres et les trêves », dans A. Lottin dir., Histoire de Boulogne, Condé-sur-Escaut, 1998, donne la date de 1260. En revanche, P. Boucard et C. Wyffels, « L’onomastique calaisienne à la fin du xiie », Anthroponymica, 14 (1963), précisent que la ville fut séparée en mai 1265 et dévolue à Mahaut de Brabant, mariée en secondes noces au comte de Saint-Pol, Gui de Châtillon. Elle la conserva jusqu’à sa mort en 1288. Son fils, Robert II, comte d’Artois, fit de Calais une ville artésienne jusqu’en 1347.

25 A.D. Kapferrer, dans A. Lottin dir., Histoire de Boulogne.op. cit.

26 R. Fossier et J. Thiébaut, « Le Moyen Âge : obscurité, splendeur, effondrement », Le Pas-de-Calais de la préhistoire à nos jours, Saint-Jean-d’Angély, 1988, p. 117.

27 S. Curveiller, « Le problème de l’eau dans le bailliage de Dunkerque au Moyen Âge », Revue du Nord, LXXII (1990), p. 497-509.

28 Sur la place du grand marché dès la fin du xiie siècle, une halle fut construite, puis très rapidement, il y en eut deux : une halle aux draps et une halle au blé. Cette place plus centrale dans la partie urbaine intra muros ne doit pas être confondue avec la petite place du westmarché réservée à la vente du poisson et située dans la partie la plus ancienne de la ville.

29 G. Dupas, Histoire de Gravelines, porte de Flandre et de ses hameaux des origines à la Libération, Dunkerque, 1981.

30 R. Roffin, Le tonlieu du port de Gravelines au cours du Moyen Age, mémoire de DES inédit, université de Lille, 1953.

31 Lorius, La plaine maritime des Flandres : synthèse géomorphologique et analyse de documents iconographiques anciens, université Littoral-Côte d’Opale, 1997. Des alluvions étaient emportées du cap Blanc-Nez, beaucoup plus avancé dans la mer qu’actuellement, et déposées à l’entrée des estuaires de la plaine maritime ; les plus petits en furent les premières victimes.

32 ADNord, série B 1324 et série C Flandre maritime, portefeuille 1, pièces 4201, 4202.

33 AM Saint-Omer, série B 142.10, 12, 16, 12-15 ; B 181.19 ; B 201.6 ; B 210.12 ; B243.1-6 et 7-13.

34 ADNord, B 5968 à 5990.

35 F. Lennel, Calais sous la domination anglaise, t. I, vol. 2, Calais, 1911, p. 24-59.

36 S. Curveiller, « La présence anglaise à Calais et dans le Calaisis de 1347 à 1558 », Colloque France-Grande-Bretagne, Calais (2004), à paraître ; le Pale est un territoire d’environ 10 km, autour de la cité calaisienne.

37 Id., « Hommes, terres, espaces en Flandre maritime au Moyen Âge », Perspectives médiévales, Aubenas, 1999, p. 23-42.

38 B. Schnerb, L’État bourguignon (1363-1477), Villeneuve d’Ascq, 1999.

39 Chroniques de Froissart, S. Luce éd., Paris, 1869-1875, livre II, chap. CCVII : « Ou pouvons-nous mieux faire nostre plaisir et profit, que de entrer en ceste riche frontière de mer, de Bourbourg, de Dunkerque et en le châtellenie de Bergues, de Cassel ? »

40 D. Clauzel, « Terrorisme et contre-terrorisme à la fin du Moyen Âge : le singulier destin de Calais », Bulletin historique et artistique du Calaisis, 127-128 (1992), p. 176-206.

41 ADNord, B 5968 à 5990 (comptes de bailliage).

42 AM Nieuport, série 15/187 à 258 (en flamand).

43 J. Paviot, La politique navale des ducs de Bourgogne (1384-1482), Lille, 1995.

44 Entre 1403 et 1409, Dunkerque s’entoure d’impressionnantes fortifications comportant 28 tours. Voir plus précisément l’octroi d’assises par le duc de Bourgogne en 1403 pour huit ans en vue des travaux de fortifications (AD Nord, série B 1320 no 15001 et AM Dunkerque, série 2452).

45 S. Curveiller, « Les places de Calais au Moyen Âge », La place publique urbaine des anciens Pays-Bas à l’Europe occidentale (xiie-xxie siècle), Arras (2004), à paraître.

46 Plus particulièrement Fine et Patent rolls.

47 D. Grummitt, « Calais (1485-1547) : un petit bout d’Angleterre outre-mer », Le Détroit : zone de rencontres ou zone de conflits, Bulletin historique et artistique du Calaisis, 173 (2001), p. 127-138.

48 E. Perroy, « L’administration de Calais en 1371-1372 », Revue du Nord, 33 (1951). J. L. Kirby, « The issues of the Lancastrian Exchequer and Lord Cromwell’s estimates of 1433 », Bulletin of Historical Research, 24 (1951), p. 19-29. S. Curveiller, « La présence anglaise à Calais au Moyen Âge », Bulletin historique et artistique du Calaisis, 140-141 (1995), p. 1-16. Selon nous, au xve siècle, la répartition moyenne des dépenses de la couronne s’effectue à peu près de la façon suivante : 92 % pour les soldes de la garnison de Calais et du Pale, 5 % pour l’administration et 3 % seulement pour les travaux (ville, port et fortins).

49 S. Curveiller, « Les places de Calais... », op. cit.

50 D. Grummitt, Calais 1485-1547 : a Study in Early Tudor Politics and Government, Londres, 1997. Id., « The financial administration of Calais during the reign of Henri V, 1399-1413 », The English Historical Review, 1998, p. 277-299.

51 E. et S. Curveiller et C. Costenoble, « Le pays reconquis », dans A. Lottin dir., Histoire de Calais, Dunkerque, 1985, p. 93-97.

52 Ph. Contamine, L’économie médiévale..., op. cit., p. 349 : il s’agit d’un poème en moyen anglais, enrichi de gloses en anglais et latin, composé en 1436 après la vaine tentative de reprendre Calais par Philippe le Bon. Ce document rappelle l’avis donné à Henri V par l’empereur Sigismond lors de sa venue en Angleterre en 1416 « Douvres et Calais sont comme les deux prunelles de sa domination » (du Détroit).

53 H. Piers, Histoire de la ville de Bergues-Saint-Winoc, Saint-Omer, 1833. J. Van Acker, « Furnes à travers les siècles », Pouvoirs locaux et tutelle, Villeneuve d’Ascq, 1992.

54 E. Coornaert, Une industrie urbaine..., op. cit. G. Espinas, H. Pirenne et E. De Sagher, Histoire de la draperie…, op. cit.

55 E. Coornaert, « Hondschoote, de ses origines au début du xviiie siècle », Revue des Amis du vieux Dunkerque, 8 (1978), p. 15-21.

56 Chevauchée menée par Henri Despencer, évêque de Norwich.

57 S. Curveiller, Dunkerque, ville et port de Flandre au Moyen Âge, Villeneuve d’Ascq, 1989, p. 140-142. ADNord, série B 5973, 5974 et 7806.

58 La sigillographie est sur ce point fort intéressante. S. Curveiller, « Villes littorales et sigillographie en Occident au Moyen Âge », La ville littorale, Paris, 2002, p. 115-128.

59 J. Paviot, La politique navale…, op. cit.

60 A. Dutailly, Les ravages anglais en Flandre maritime pendant la guerre de Cent Ans, mémoire de DES inédit, université d’Artois, 2004.

61 S. Curveiller, Dunkerque, ville et port..., op. cit., p. 189.

62 M. Tranchant, Le commerce maritime de La Rochelle à la fin du Moyen Âge, Rennes, 2003.

63 S. Curveiller, Dunkerque..., op. cit., p. 191-192.

64 L. Lemaire, Histoire de Dunkerque..., op. cit., p. 70-71 (nouvelle église Saint-Éloi, beffroi de Dunkerque).

65 En particulier pour Bergues, comptes de bailliage (AM Bergues, série CC 90).

66 Comptes scabinaux (AM Furnes, SAV, fol. 2 à 50, en flamand) ; Archives générales du royaume, no 34536 à 34647.

67 S. Curveiller, « Les relations d’une ville... », op. cit., p. 213-230.

68 AM Saint-Omer, B 142, fol. 12, 15 et 16. AM Bergues, DD36, fol. 5.

69 ADNord, dénombrement de 1469, série B 195-196-197. A. Van Nieuwenhuysen, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi 1384-1404, Bruxelles, 1984, p. 181.

70 M. Sommé, Isabelle de Portugal, duchesse de Bourgogne : une femme au pouvoir au xve siècle, Villeneuve d’Ascq, 1998. E. Petit, Itinéraire des ducs de Bourgogne Philippe le Hardi et Jean sans Peur d’après les comptes des dépenses de leur hôtel, Paris, 1888.

71 M. Mollat, L’Europe et la mer, Paris, 1993.

72 J. Van der Stock dir., La ville en Flandre. Culture et société 1477-1787, Bruxelles, 1991.

73 J. Lampo, Vermaerde coopstadt Antwerpen in de Middleleeuwen, Louvain, 1999.

74 A. Derville, Saint-Omer des origines au xive siècle, Dunkerque, 1995.

75 P. Bougard, « France et Bourgogne », dans Histoire d’Arras, Dunkerque, 2000, p. 77-96.

76 S. Curveiller, « La reprise de Calais en 1558 », Société et religion en France et aux Pays-Bas (xve-xixe), Arras, 2000, p. 133-146.

77 Ordonnance de l’Amirauté du 8 janvier 1487.

78 ADNord, série B 3348. Charles Quint séjourna à Dunkerque du 6 au 9 juillet 1520 ; il y revint en 1522. AM Dunkerque, registre 57-1.

79 S. Curveiller, « La dialectique du dedans et du dehors : l’exemple des “petites patries” médiévales en Flandre maritime », Revue du Graal, 2002, p. 81-97.

80 H. Platelle, Des principautés à l’empire de Charles Quint (900-1519), Dunkerque, 1989, p. 29-30.

81 P. Desportes, « Les villes », dans J. Favierdir., La France médiévale, Paris, 1983, p. 201-215. P. Stabel, Dwarfs among giants. The Flemish urban network in the late middle ages, Louvain-Apeldorm, 1997.

Table des illustrations

Titre Figure1. — La plaine maritime au Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Figure.2. — Carte des avant-ports et des châtellenies anciennes dans le Westhoek
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12951/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 3 — Le réseau de Watergangs dans le Westhoek d’après Sanderus dans Flandria Illustrata
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12951/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Figure 4. — Nombre et origine des plaintes transmises aux députés flamands, entre 1400 et 1436
Légende Graphique S. Curveiller d’après A. Dutailly.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12951/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 5. — Les champs relationnels avec Nieuport à la fin du Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12951/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search