Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parcourir Paris du Second Empire à nos jours

 | 
Jean El Gammal

Chapitre I : Contours, divisions et perspectives

Texte intégral

1En termes historiques, quelles que soient les différentes formes de liberté ou d’invention dont il sera question, les parcours parisiens, avant comme après le milieu du dix-neuvième siècle, répondent à un certain nombre de caractères. En premier lieu, ils ont trait à l’espace de la capitale, étendu en janvier 1860, lorsqu’intervient l’annexion des communes de la petite banlieue, du moins de leur partie située en deçà de l’enceinte construite sous la monarchie de Juillet. La diversité de la capitale en est accrue. D’ailleurs, la division en vingt arrondissements – au lieu des douze du Paris antérieur -et en quatre-vingts quartiers ne constitue pas la seule forme de distinction au sein de la capitale. Il s’y trouve des entités moins officielles, mais fondées sur des différences historiques, sociales, économiques et culturelles, des pôles et des îlots. À cet égard, les voies de communication tiennent une place importante.

2Dans les pages qui suivent, nous ne décrirons pas directement un espace parisien si souvent présenté, pas plus que nous ne privilégierons une approche géographique qui ne relève que très partiellement de notre propos. Sans négliger certains paysages, nous retiendrons avant tout ce qui, de l’ensemble au détail, des foyers centraux aux aires quotidiennes, contribue à définir les perspectives attachées aux parcours, en faisant la part des modèles, des héritages et des modes de déplacements. Sans doute pourra-t-on voir, ici ou là, des empreintes ou des virtualités de trajets plus que des mouvements « réels ». Outre le fait que ceux-ci sont abordés sous des angles divers dans les chapitres suivants, il convient de montrer, semble-t-il, que les cadres parisiens sont loin d’être simplement un arrière-plan pour les déplacements individuels ou collectifs – et dans quelle mesure ils déterminent ou influencent leur morphologie.

1° Morphologie de l’espace bâti

  • 1 À ce sujet, la bibliographie est considérable : voir notamment Bernard Rouleau, Villages et faubour (...)

3Si l’on se situe vers 1860, il apparaît – avec un recul qui est celui de notre époque, mais aussi en termes d’occupation du sol, que l’hétérogénéité de l’espace parisien est encore marquée. En effet, la décision administrative et politique prise sous le Second Empire, particulièrement par Napoléon III et Haussmann1, en grande partie tournée vers l’avenir, ne produit que des conséquences échelonnées dans le temps. L’échelle des parcours n’en est qu’inégalement affectée. Même si des trajets allongés, englobant certains villages, prennent d’emblée, en principe, un caractère parisien, ils ne sont que peu à peu perçus comme tels. La capitale demeure avant tout un lieu de centralité et de pouvoir, en termes de représentations, ce qui n’est pas sans répercussions sur les trajets. Au-delà, ceux-ci doivent être situés par rapport à la ou aux circularités parisiennes. Enfin, les contours sont en rapport avec ce qu’ils englobent, entre bordure et surface, limites et tissu urbain.

4Assurément, il serait arbitraire de définir un type dominant, et a fortiori exclusif, sous l’angle ici retenu, de regard d’ensemble sur Paris. Sans entrer, à ce stade de l’analyse, dans l’examen des facteurs de diversité liés à la position ou aux inclinations des passants, on s’efforcera de mettre en évidence les principaux éléments de base associés à la vision globale de la capitale, en tant que telle

  • 2 Sous ce dernier angle, voir Christophe Prochasson, Paris 1900, op. cit., « Paris et le reste », p.  (...)

5De manière presque intemporelle, Paris peut apparaître à qui la parcourt comme un lieu de centralité. Certes, la prise en considération de l’histoire et les représentations politiques et culturelles2 de la capitale, par rapport à l’espace national, voire au-delà, favorisent cette perception. Mais l’observation, même dépourvue de références approfondies, des centres et des symboles de pouvoir qui y sont disposés et regroupés offre également un caractère concret pour le passant ou le visiteur.

6On trouve ces lieux, bien souvent, à proximité immédiate du centre géographique de la capitale. L’ensemble Louvre-Tuileries en est, au début de la période, le môle essentiel, d’un point de vue politique. Par la suite, les Tuileries sont détruites et le Louvre devient un espace essentiellement culturel et touristique. L’hôtel Matignon est un peu plus éloigné du centre, mais cela n’affecte que de manière limitée, selon toute vraisemblance, la perception de la centralité parisienne, compte tenu de la situation du palais de l’Elysée. L’écrivain Alexandre Arnoux présente ainsi la disposition des lieux caractéristiques du pouvoir, sur la très longue durée :

  • 3 Regards sur Paris, ouvrage collectif rassemblant des contributions des membres de l’académie Goncou (...)

« La politique, sur cet axe est-ouest, règne souverainement ; les rois, les républiques, les empereurs ont glissé au fil de cette rainure que font, de la Bastille à l’Arc de triomphe de l’Étoile, les rues Saint-Antoine et de Rivoli. Hôtel Saint-Pol, place des Vosges, Châtelet, Louvre, Palais-Royal, Tuileries, Concorde, palais de l’Élysée, Etoile. Large voie de l’ouest sur laquelle on a assassiné Henri IV et décapité Louis XVI. Elle a imposé son tracé au premier métro au début de ce siècle, de telle sorte qu’il suffit de le parcourir souterrainement, dans un tube, et de lire, entre deux nuits, les noms des stations, pour vivre l’histoire3 ».

  • 4 Voir la récente mise au point de Florence Bourillon, située dans une perspective plus large, « Chan (...)
  • 5 Pierre Pinon, Paris, biographie d’une capitale, Paris, Hazan, 1999, p. 184.
  • 6 Voir la contribution de Daniel Milo, « Le nom des rues », in Pierre Nora(dir.), Les Lieux de Mémoir (...)
  • 7 Dans Les Lieux de mémoire, voir l’étude citée de Maurice Agulhon, réédition de 1997, p. 4610 et 462 (...)

7Assurément, le rôle du pouvoir politique, eu égard à l’ensemble de la capitale, demeure essentiel et visible. Au sujet de la période étudiée, pareille observation, bien entendu, vaut particulièrement pour le second Empire. Les réseaux auxquels Haussmann a attaché son nom4 rendent manifeste la capacité du pouvoir de modeler l’espace du parcours et de la circulation. Selon l’expression de Pierre Pinon, les grands travaux contribuent à créer l’atmosphère d’une « ville parcourue »5. Certes, l’entreprise dite haussmannienne revêt, lors de la période considérée, un caractère exceptionnel, mais elle s’est avérée durable, dans une large mesure. En revanche, les noms des voies de communication, si importants pour les parcours, n’ont guère conservé les quelques appellations politiques introduites par le second Empire. Néanmoins, alors que subsistait un héritage des régimes antérieurs6, les républiques, après 1870, ont multiplié les hommages publics, le conseil municipal jouant à cet égard un rôle important, y compris pour saluer la mémoire de chefs d’Etat7, mais le plus souvent pour honorer de plus modestes personnalités, assez souvent inconnues des Parisiens eux-mêmes, ce qui ramène, dans ce cas, la centralité parisienne à des notoriétés de quartier.

  • 8 Voir le catalogue de l’exposition de 1986, « Le triomphe des mairies » (Paris, Réunion des musées n (...)
  • 9 Pour le début des années 80, voir François Chaslin, Les Paris de François Mitterrand Histoire des g (...)
  • 10 Voir par exemple June Hargrove, Les Statues de Paris, Anvers-Paris, Fonds Mercator-Albin Michel, 19 (...)
  • 11 Voir Maurice Agulhon, étude citée.

8Il reste que le pouvoir politique – en dehors des fêtes officielles, dont il sera question plus loin – a d’autres moyens de jalonner les parcours, en construisant ou rebâtissant des édifices administratifs, comme les mairies d’arrondissement de la fin du dix-neuvième siècle8 ou à travers des bâtiments – plus ou moins officiels, comme les récents « chantiers du président », sous les deux septennats de François Mitterrand9. Dans ce cas, et dans d’autres, antérieurs, la présence du pouvoir, aux yeux des passants et des visiteurs, offre aussi, et parfois surtout, un caractère culturel. C’est également le cas, dans une certaine mesure, au travers des monuments10, qui, vestiges de régimes révolus ou réalisations destinées à célébrer les nouveaux – ou leurs origines -marquent le paysage urbain, notamment dans les quartiers centraux, même si jouent aussi un effet de dissémination et des rapports parfois complexes entre pouvoir central et pouvoir municipal, le premier étant d’ailleurs longtemps soumis à la tutelle du premier – jusqu’en 1977. A tout cela, correspond une géographie politique et symbolique, les lieux et les parcours se faisant écho, tout au long de l’histoire de la capitale11.

  • 12 Charles Péguy, Œuvres en prose 1898-1908, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1959, p. 11 (...)

9De toute manière, on ne saurait définir Paris, en tant que centre, d’un point de vue exclusivement politique. Si les figures et les constructions du -ou des pouvoirs – sont bien apparentes, s’étendant aussi à un certain nombre d’emblèmes, c’est à des titres divers que s’impose le thème de Paris capitale, sur lequel Charles Péguy, au début du siècle, a brodé d’amples variations, mettant à la fois l’accent sur des thèmes traditionnels (historiques et politiques), sur les aspects intellectuels et spirituels du renom de la capitale, et sur les contrastes, par exemple entre silence et divertissement, que l’on peut observer dans la « capitale d’elle-même »12.

  • 13 Voir par exemple Paul Chombart de Lauwe (dir.), Paris et l’agglomération parisienne, tome 1, Paris, (...)

10Spatialement, du reste, des représentations plus classiques de Paris montrent la pluralité de centres où les quartiers d’affaires ont aussi leur part13, mais, semble-t-il, pour notre sujet, la dimension première demeure liée au « pouvoir central » et à son empreinte (ou emprise) sur la capitale.

  • 14 Voir Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Minuit, 1963, tome I, p.  (...)

11À l’échelle des formes susceptibles d’influencer ou de délimiter les parcours, figurent en bonne place les enceintes de Paris. L’importance de l’année 1860, à cet égard, a déjà été soulignée, mais il faut élargir l’analyse. Pour autant, point n’est besoin de s’attarder sur toutes les murailles ayant entouré les noyaux successifs de la capitale. Certaines enceintes14, démantelées ou réduites à des rares vestiges, ne subsistent – celle de Philippe-Auguste, par exemple – qu’à l’état de fragments de remparts.

  • 15 Voir ibid., pp. 726-727, article « Boulevard ».

12Sur le tracé de celles de Charles V et de Louis XIII, rasées sur l’ordre de Louis XIV, est apparu progressivement le Boulevard, de forme grossièrement semi-circulaire, devenu un lieu de promenade et de distraction depuis la fin du dix-huitième et le début du dix-neuvième siècle15.

  • 16 Voir Jean-Louis Cohen et André Lortie, Des Fortifs au périf – Paris, les seuils de la ville, Paris, (...)

13L’enceinte des Fermiers généraux, quant à elle, était restée la limite administrative de Paris jusqu’au 1er janvier 1860. Elle a progressivement laissé la place à des boulevards, mais, en dehors du fait qu’en subsistent quelques pavillons, elle a sans doute constitué un repère – ne serait-ce qu’avec les anciennes appellations des barrières – pour les promeneurs du second dix-neuvième siècle. Le cas de l’enceinte de Thiers est différent. Edifiée pour la défense de Paris entre 1841 et 1844, complétée à partir de 1861 par les boulevards des maréchaux sur sa face intérieure et un glacis vers l’extérieur, elle correspond – précisément au pied de ce dernier16 – à la limite de Paris, avant sa destruction, consécutive à la Première Guerre mondiale.

  • 17 Voir ibid., p. 45-58.
  • 18 Voir le catalogue de la récente exposition du Pavillon de l’Arsenal, Un atlas parisien – Le dessus (...)
  • 19 Voir Jean-Louis Cohen et André Lortie, op. cit., p. 62-66.
  • 20 Voir Rive gauche (1930) – et non, comme il eût été logique, le volume précédent- in Souvenirs et po (...)
  • 21 Reprise dans Le Badaud de Paris et d’ailleurs, Paris, Fayard, 1959, p. 111-204.

14Longtemps, la notion de limite a été en rapport, à Paris, avec des réalités – tout au moins jusqu’à la guerre de 1870-187117 – et des représentations militaires18. Qu’en est-il, en termes de parcours, pour la période étudiée ? En premier lieu, les abords de l’enceinte constituent un lieu de promenade, que des auteurs réalistes et naturalistes, par exemple, des frères Goncourt à Huysmans, ont décrit, ainsi qu’une zone – militaire, où les constructions stables étaient interdites, mais où abondaient les abris de fortune – à la fréquentation souvent décriée19. Durant l’entre-deux-guerres, voire-au-delà, des considérations nostalgiques ont été formulées au sujet des fortifications comme lieu de parcours ou de loisir : c’est le cas dans une des dernières pages du Paris vécu de Léon Daudet20, ainsi que dans une longue évocation d’André Billy, « Adieu aux fortifications », datée de 192921.

  • 22 Voir Evelyne Cohen, Paris dans l’imaginaire national..., op. cit., p. 130 ( » La ligne des fortific (...)
  • 23 Il ne transportait plus alors qu’environ 1 % des voyageurs circulant dans Paris intra-muros : voir (...)
  • 24 Le roman de Patrick Modiano qui porte ce titre ne s’y réfère que très partiellement, mais le chapit (...)
  • 25 Voir Des Fortifs au Périf, op. cit., p. 240 sq. (le projet date de 1943).

15Il reste que dans son entier, le « cercle » – il s’agit là d’un terme non géométrique, bien évidemment –, même s’il exerce une certaine fascination, n’est pas, dans son ensemble, un objet de parcours spécifique22, bien que certaines explorations circulaires soient possibles, grâce aux moyens de transport : chemin de fer de ceinture jusqu’à sa désaffectation en 193423, boulevards de ceinture24 de manière plus durable et au-delà, boulevard périphérique25.

  • 26 Ibid., p. 278.
  • 27 Voir un article de Michel Holtz, « La longue boucle de la Petite Ceinture », dans Libération du 20 (...)

16Davantage que ce dernier, qui, « parcours sans feux rouges enfin possible autour de Paris »26, vise à contourner la capitale tout en étant plus proche de sa limite territoriale, une ligne d’autobus, la Petite Ceinture, peut favoriser, avec les vicissitudes qui lui correspondent parfois27, des pérégrinations circulaires, dont Jean-Paul Clébert fait ainsi la louange, en retraçant sa jeunesse vagabonde :

  • 28 Paris insolite, Paris, Denoël, 1952, réédition Folio, 1972, p.44. Dans un tout autre milieu, on peu (...)

« (...) il n’est pas de plus belle balade ni de plus fructueuse en rencontres que le grand tour de Paris, la reptation lente et attentive sous un bon soleil hivernal, à la frontière de la ville haute et de la basse banlieue. »28

  • 29 « Espace de médiation entre la ville de Paris, les communes limitrophes et l’État « jusqu’en 1965 : (...)
  • 30 L’existence de la « région parisienne » a d’ailleurs été reconnue bien avant la régionalisation par (...)
  • 31 Jacques Réda parle même de « triple rempart » (il tient compte du chemin de fer de ceinture), qui, (...)

17Si de tels parcours, contrairement à ceux qui suivent les boulevards -inscrits dans l’imaginaire et les loisirs de la capitale, jusqu’aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale – retiennent peu l’attention et paraissent offrir un caractère purement utilitaire, notamment en termes de trafic automobile, la limite extérieure de Paris contribue à en définir la physionomie. Même si l’existence du département de la Seine29 puis de la région Île-de-France30 et de certains projets d’aménagement associant la capitale et la région qui l’entoure ainsi que, de manière plus générale, le développement de la banlieue rendent à certains égards cette limite relative, elle demeure, « frontière » politique et administrative et double31 anneau de circulation.

  • 32 Voir Bernard Rouleau, Villages et Faubourgs de l’ancien Paris, op. cit., pp. 124-129, Paris, histoi (...)
  • 33 Associés à des parcs, ils remontent à la monarchie de Juillet : voir Philippe Gresset, « Naissance (...)
  • 34 En particulier entre 1860 et 1890, comme le montre la très précise carte du tissu parisien des xixe(...)
  • 35 Complètement incorporés à la capitale, selon Jacques Hillairet, en 1954 – avec le champ de manœuvre (...)

18En tout cas, sur les contours du tissu urbain de la capitale, les transformations haussmanniennes et celles qui les ont complétées ont produit des effets majeurs. Les plus visibles se situent dans l’ancienne « petite banlieue » où, d’ailleurs, quelques opérations de voirie avaient été effectuées avant l’annexion et dont certains secteurs, proches de l’enceinte des Fermiers généraux, étaient déjà assez densément occupés32. Le développement des nouveaux arrondissements fait surgir lotissements33, immeubles, ateliers, usines et voies nouvelles. Au début de la période considérée, comme le montrent les atlas alors publiés, il subsiste de nombreux espaces « vides » ou tout à fait campagnards dans les quartiers qui jouxtent la nouvelle limite de Paris. Par la suite34, l’espace bâti gagne rapidement du terrain, en dehors des parcs et jardins aménagés dans la capitale – principalement, du reste, sous le second Empire, de même que l’ont été les bois de Boulogne et de Vincennes35, les autres créations d’espaces verts étant très ponctuelles, ou, pour les plus ambitieuses, récentes.

  • 36 Un Atlas parisien – Le dessus des cartes, catalogue cité, p. 151.
  • 37 Jeanne Gaillard. Paris, la ville (1875-1870), réédition l’Harmattan, 1997, p. 40.

19En 1878, le Plan général de la ville de Paris et de ses environs publié sous la direction d’Adolphe Alphand montrait déjà, par le mode de représentation retenu, « l’image d’une ville achevée », voire « une sorte d’icône, celle-là même à laquelle se réfèrent encore de nombreuses représentations du Paris d’aujourd’hui »36. Un tel point de vue peut être nuancé, d’autant qu’il subsiste longtemps des paysages composites, associant maisons, petits immeubles, jardins, voire terrains vagues. De plus, certaines anciennes communes rattachées à Paris conservent partiellement une identité de banlieue, en fonction d’un ancien « urbanisme local indifférent à la voirie parisienne »37 ou d’attitudes persistantes de leurs habitants.

20Mais, brossant un tableau du Paris de 1908 dans le premier volume des Hommes de bonne volonté, Jules Romains évoque ainsi le flot des constructions :

  • 38 Cité par Alain Meyer et Christine Moissinac, op. cit., p. 233 et voir le tome I de l’édition Bouqui (...)

« En 1908, elle [l’enceinte de Thiers] était remplie. Paris avait fini par venir à bout de sa campagne antérieure (...) les villages capturés qui portaient de si beaux noms : Clignancourt, Charonne, Grenelle, avaient laissé entre eux un épanchement de mornes quartiers grisâtres, une crue de maisons rapide et triste, qui les avaient soudés l’un à l’autre, noyés dans une même pâte, puis rongés, fissurés, atteints dans le vif par cheminements et infiltrations. »38

  • 39 Achevée en 1929 et donnant lieu, cette année-là et la suivante, à des « annexions », selon la formu (...)
  • 40 Voir Jean Bastié et René Pillorget, Paris de 1914 à 1940, Paris, diffusion Hachette, 1997, p. 236 s (...)

21Après la destruction des fortifications39 et alors que, dans l’entre-deux-guerres, se ralentit le mouvement de construction dans la plus grande partie de l’espace parisien, les lotissements et les espaces verts nouveaux se situent surtout sur l’emplacement de la zone40.

  • 41 Voir ibid., p 148 (résultats des recensements ; c’est celui de 1921 qui donne le chiffre le plus él (...)

22Parallèlement, la population parisienne s’est fortement accrue, frôlant les trois millions en 1914 et diminuant légèrement durant l’entre-deux-guerres41. Il importe surtout de mettre ici l’accent sur la notion de densité. En termes démographiques, même si, dans l’ensemble, les nouveaux arrondissements ont longtemps eu une population moins concentrée qu’au centre de la capitale, certains ont atteint rapidement un niveau comparable – notamment le xviiie arrondissement.

  • 42 Voir les cartes présentées par Maurice Garden in Jean-Luc Pinol (dir.), Atlas historique des villes (...)

23Après la Seconde Guerre mondiale, tandis que s’amplifie la baisse de la population des arrondissements centraux, les derniers quartiers longtemps très peuplés eu égard à leur superficie finissant par ne plus compter parmi les plus denses42, il subsiste encore des contrastes en matière d’espace bâti, en partie dus à la présence de vastes emprises ferroviaires. Mais la construction reprend, et beaucoup d’immeubles, notamment dans le sud et l’est de la capitale, complètent le bâti parisien.

24Ainsi, au titre d’une vue d’ensemble, peut-on dégager l’image d’une progressive densification de l’espace, qui n’entraîne évidemment pas d’uniformisation au sens plein du terme – nous allons d’ailleurs évoquer les divisions de la capitale – mais donne le sentiment, alors même que la population parisienne décline, d’une capitale presque entièrement bâtie, livrée à ce titre à des passants qui, en revanche, ne disposent guère d’espaces verts supplémentaires.

2° Les cadres des parcours

25À certains égards, les vues d’ensemble que nous avons présentées sont liées, non seulement à ce qui fait la cohérence de l’espace ou de la perception de la capitale, mais à son organisation, qui ne va pas sans divisions de différents ordres. Du reste, l’unité de Paris procède pour une part de sa diversité, puisque la ville concentre, par la variété de sa population et la multiplicité de ses activités, nombre de traits urbains nationaux ou de réputation nationale. Il reste que l’étude, à l’échelle des cadres concernant les parcours, ne prend en considération que certaines des divisions observables dans la capitale. En d’autres termes, il sera surtout question des repères, officiels ou non, en rapport avec les traversées plus ou moins fragmentaires de la capitale. Il convient de souligner que la précision, dans ce domaine, est difficile à atteindre. En effet, les divisions sont souvent associées, voire entremêlées, aux yeux des passants, certaines, particulières ou générales, étant de l’ordre de la représentation. Nous amorcerons tout d’abord une réflexion sur les arrondissements et les quartiers, avant d’aborder les divisions mises en œuvre par les guides de Paris, puis de nous situer à l’échelle des voies urbaines.

26C’est presque pour mémoire, semble-t-il au premier abord, que l’on peut évoquer les divisions administratives de la capitale, eu égard au thème présenté. Certes, le redécoupage effectué en 1860 s’est maintenu, ce qui n’allait pas nécessairement de soi. Maxime du Camp, quelque quinze ans après, avait formulé la prévision suivante :

  • 43 Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie, tome VI, Paris, Hachette, 1875, p. 351.

« Cette division n’est point définitive, mais elle subsistera tant que Paris n’aura point rompu le mur de fortifications qui l’enserre aujourd’hui, comme il a successivement brisé toutes les enceintes dans lesquelles on a voulu l’enfermer. »43

27Mais la destruction des fortifications de Thiers, après le premier conflit mondial, n’a rien changé. Il reste que les « frontières » entre arrondissements n’ont évidemment rien d’imperméable et peuvent être traversées à tout moment. Qu’ils soient de faible ampleur ou au contraire, de grande extension, les parcours parisiens ne se situent guère, spontanément, dans le cadre d’un arrondissement. Henri Calet, pour sa part, affecte, non sans ironie, de le tenir pour trop étendu :

  • 44 Le Tout sur le Tout, Paris, Gallimard, 1948, réédition L’Imaginaire, 1980, p. 133.

« Un arrondissement, c’est immense. On risquerait de s’y perdre. C’est une ville en miniature dans la grande ; un vingtième de capitale, cela nous suffit44. »

  • 45 Retenons ici la division qu’il discerne, de part et d’autre de l’avenue d’Orléans (à l’heure actuel (...)
  • 46 On se réfèrera dans le chapitre VII à Roger Caillois à propos du quinzième arrondissement.
  • 47 Voir Paris insolite, op. cit., p. 37-44 (l’auteur aurait exploré le quatrième arrondissement pendan (...)
  • 48 Voir par exemple Alexandre Arnoux, Paris-sur-Seine – Féérie des vingt arrondissements, Paris, Grass (...)

28Il n’en décrit pas moins, sous différents angles, le quatorzième arrondissement, où il réside à la fin de sa vie45. Sur un ton un peu différent, d’autres auteurs ont situé des parcours très littéraires dans des arrondissements46, et l’on peut mentionner des expériences originales47. De plus – mais cela relève plutôt du développement suivant – il existe une tradition des guides par arrondissement. Par ailleurs, en dehors même d’ouvrages sur Paris qui adoptent ce découpage48, certains itinéraires sont référés à ce type de repère administratif, de manière plus ou moins consciente, notamment – pour les Parisiens plus que pour les visiteurs – parce que le domicile, autour duquel s’effectuent les trajets, est en partie défini par l’arrondissement de résidence. Jacques Réda, explorateur chevronné de Paris, écrit d’ailleurs, après avoir signalé des rues situées à la limite de deux ou trois arrondissements :

  • 49 Cela n’a pas toujours été le cas : évoquant les lettres du temps de sa jeunesse, au tournant du siè (...)

« On a le droit de négliger ces limites administratives, malgré l’intérêt qu’elles présentent pour un bon acheminement du courrier49, mais on se prive en même temps d’une meilleure perception de la ville et du surcroît de poésie auquel ces limites donnent accès. »

  • 50 La Liberté des rues, op. cit., « Paris spiral », p. 65 et 66.

29S’il relève quelques anomalies dans le tracé des arrondissements, il estime que leur « découpage (...) suit des tracés conformes à ceux qu’avaient esquissés le relief et l’histoire » et assure que l’on y trouve, à parts variables, « un échantillonnage plus ou moins complet des diverses phases (champêtre, faubourienne, artisanale, aristocratique, manufacturière, mercantile, bourgeoise, technocratique) par lesquelles la capitale a passé »50.

30Pour sa part, dans un recueil récemment publié, Jacques Roubaud consacre un poème en prose aux arrondissements, passant brièvement en revue les lieux symboliques contribuant à caractériser chacun d’entre eux. Il ajoute :

  • 51 La forme d’une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains, Paris, Gallimard, 1999, p. 2 (...)

« On peut aller d’un point à un autre d’un arrondissement quelconque, en marchant continûment, sans jamais en sortir. »51

31Quelquefois, il arrive que plusieurs arrondissements soient mis en relation avec des promenades, parfois placées sous le signe d’un certain mystère. Patrick Modiano écrit ainsi :

  • 52 Les Boulevards de ceinture, op. cit., p. 96. Notons d’ailleurs qu’en dehors des guides spécialisés (...)

« Les quatre premiers arrondissements se divisent en une multitude de provinces enchevêtrées les unes aux autres et dont j’ai fini par connaître les frontières invisibles52. »

  • 53 Villages et faubourgs de l’ancien Paris, op. cit., p. 224. L’auteur, qui indique également que « le (...)

32Isolé ou non, l’arrondissement n’en présente pas moins, pour les parcours, un aspect un peu flottant et indéfini. Sans doute y a-t-il davantage à dire à propos des quartiers, à condition d’en préciser les caractères. Le quartier, administrativement, correspond au quart d’un arrondissement, ce qui ne signifie pas que la superficie de chacun d’entre eux soit géométriquement établie, même si, comme le note Bernard Rouleau, s’est exprimé « ce souci de définir pour chaque arrondissement des quartiers de surface à peu près équivalents53 ». Historiquement, du reste, les quartiers sont bien plus complexes.

  • 54 Voir leur liste, par exemple, p. xvii-xviii du guide d’Alexis Martin, Les Etapes d’un touriste en F (...)

33Par rapport aux trajets quotidiens des habitants de la capitale, ils peuvent sembler sinon trop vastes, en tout cas dépourvus d’une matérialisation très claire. Il est vrai que cette remarque vaut moins, sauf pour les adresses, que pour les arrondissements. Si ces derniers ont des noms54, en général peu connus et usités, ceux de certains quartiers sont connus des promeneurs. Dans différents cas, en particulier dans les secteurs les plus célèbres et à proximité d’un lieu ou d’un monument célèbre – ainsi pour la Place Vendôme, les Invalides, la Madeleine ou les Champs-Élysées, ou, dans un registre un peu différent, la Sorbonne ou le Jardin des Plantes, ou encore les Halles – jusqu’à leur déménagement – l’identité du quartier semble résumée par son nom. Dans d’autres cas, parfois dans le centre de Paris – Mail, Bonne Nouvelle, Gros-Caillou – l’appellation est plus anonyme ou suggère une certaine discrétion. A proximité de l’ancienne enceinte des Fermiers généraux, apparaissent des noms de porte (Saint-Denis, Saint-Martin) ou de faubourg (Roule, Montmartre). Dans les nouveaux arrondissements, dominent les noms de « villages ».

  • 55 Robert Desnos, par exemple, a consacré un long poème au « Quartier Saint-Merri » : voir Les Portes (...)

34On le voit, les noms eux-mêmes, quels que soient les changements intervenus après leur attribution, en termes d’urbanisation et de population, peuvent, non seulement auprès des écrivains55, mais auprès des Parisiens et des visiteurs, éveiller différents échos, dans lesquels les représentations ont leur part.

  • 56 Le Grand Robert de la langue française, Paris, 2e édition, 1985, tome VII, p. 939.
  • 57 Qualifié de « quartier par excellence » par Anatole France, dans Le Chat maigre cité ibid.
  • 58 Voir Louis Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime et Les Ruines de Subure, Paris, Robert Laff (...)
  • 59 Voir Gérard Jacquemet, Belleville au xixe siècle – du Faubourg à la ville, Paris, EHESS-Jean Touzot (...)

35Du reste, la notion de quartier offre une certaine plasticité, au-delà des découpages officiels. Parmi les sens du mot répertoriés dans les dictionnaires, l’un a trait au monde urbain, mais il est dédoublé : « Division d’une ville quant à la police et à certains services municipaux » et, par extension, « Partie (d’une ville) ayant sa physionomie propre et une certaine unité »56. Il est permis de supposer que pour beaucoup de passants, existe une certaine indétermination au profit du sens extensif. Certains exemples semblent caractéristiques : le Quartier latin57 se superpose à celui de la Sorbonne. Montmartre et Ménilmontant, qui sont – sans doute ne le sait-on guère, en général – des noms d’arrondissements, font figure de quartiers. Le premier, du reste, s’étend, en tant que lieu de divertissement, au nord du neuvième arrondissement58, alors que Belleville – quartier du vingtième arrondissement – est, au sens large mais usuel pour ses habitants, voire certains de ses visiteurs, à cheval sur plusieurs arrondissements59. Un autre cas de figure peut être signalé : celui d’un « quartier », le Sentier, qui s’étend sur deux quartiers administratifs, ceux du Mail et de Bonne-Nouvelle, dans le deuxième arrondissement, mais, selon l’expression de Solange Montagné-Villette, constitue surtout un « espace ambigu » :

  • 60 Solange Montagné-Villette, Le Sentier – un espace ambigu, Paris, Masson, 1990, p. 9 ; voir aussi le (...)

« Le mot Sentier, désignant à l’origine un quartier, un espace, recouvre (...) aujourd’hui des notions économiques et sociales, complexes et changeantes, se rapportant à la mode. »60

  • 61 Dans Portraits-souvenir, Paris, Grasset, 1935, Jean Cocteau consacre une page au quartier de la Con (...)

36Parfois, un « quartier » est centré sur un lieu – une place, par exemple61 -ou ne correspond qu’à quelques rues, voire à une seule, et à une atmosphère particulière. Ainsi, selon Jacques Réda, autour de la rue Daguerre :

  • 62 Châteaux des courants d’air, Paris, Gallimard, 1986,p. 61 (cité par Max Alhau dans « Le regard du p (...)

(...) avec ses trois principales transversales – Boulard, Lalande et Gassendi – Daguerre préserve un de ces espaces où survit à Paris le charme immobile de la province : le quartier. On a beau le mal connaître, tout de suite on s’y sent comme chez soi, jadis. On s’y représente une vie possible, parce qu’on l’a d’une certaine façon vécue, entre la vitrine de la repasseuse exposant un petit musée de fers, et celle du bourrelier disert qui prend six mois pour réparer la courroie d’une sacoche.62

  • 63 Voir Le triangle du XIVe arrondissement – Des nouveaux habitants dans un vieux quartier, Paris, Edi (...)

37Certes, il s’agit là d’un propos de promeneur, qui se présente lui-même comme extérieur à cet espace. Mais si l’on peut le citer ici, et non pas seulement au titre des flâneries, c’est qu’il rejoint bien des propos tenus à propos de ce secteur du quatorzième arrondissement, inséré dans un triangle étudié par Sabine Chalvon-Demersay63.

38Plus généralement, le quartier, même au sens traditionnel, est aussi un espace perçu. À propos de l’ancienne « petite banlieue », rattachée en 1860, Bernard Rouleau écrit :

  • 64 À ce propos on trouve d’intéressantes notations au début de la biographie écrite par Jean-Yves Tadi (...)
  • 65 Qui, après 1860, n’est pas un quartier au sens administratif, mais le nom attribué au quinzième arr (...)
  • 66 Plutôt des quartiers, à notre sens.
  • 67 Villages et faubourgs de l’ancien Paris, op. cit., p.223.

« Cette conscience d’être natif de Belleville ou d’Auteuil64, de Vaugirard65 ou de Charonne est tellement forte dans les mentalités qu’il faudra attendre plusieurs dizaines d’années après l’annexion et même après la guerre de 1914 pour voir les appellations des arrondissements66 prendre le pas sur celles des communes dans le langage des Parisiens. »67

  • 68 Voir notamment Le Piéton de Paris, op. cit., réédition L’Imaginaire, Gallimard, 1993, p. 17-30 (une (...)

39Dans une optique différente, Léon-Paul Fargue a souvent évoqué ce que représentaient les quartiers, non seulement le sien68, mais, celui, au sens générique, du Parisien, qu’il qualifie de

  • 69 Refuges, Paris, Gallimard, 1966 (posthume), réédition, même collection, 1998, p. 163-164.

« plus casanier des hommes, le plus attaché, sans vouloir l’avouer ni même se l’avouer, à son coin, je veux dire à son quartier, je veux dire à sa rue, comme l’anatife à son (...) Les arrondissements ne comptent guère, ce sont les quartiers qui comptent. On est de Montmartre, de la Gare de l’Est, de la Chapelle, de Belleville, de Ménilmontant, du Parc-Montsouris, de Plaisance ou des Buttes-Chaumont. »69

40Du reste, dans ses mémoires, Stefan Zweig, revenant sur son séjour à Paris, au début du siècle, tient un langage assez voisin :

  • 70 Le Monde d’hier – Souvenirs d’un Européen, Stockholm, Bermann-Fischer Verlag, 1944 -Belfond 1982, p (...)

« Le vrai bourgeois ou le vrai concierge demeurait volontiers « chez soi » dans son quartier ; il se créait son petit Paris dans l’enceinte du grand Paris, et c’est pourquoi chacun de ces arrondissements avait son caractère distinct et même provincial.70 »

41Selon Jean Galtier-Boissière, cette singularité des quartiers a décru depuis le début du siècle :

  • 71 Mémoires d’un Parisien, Paris, La Table Ronde, 1960, réédition Quai Voltaire, 1994, p. 45.

« Aujourd’hui, le raccourcissement des distances par la rapidité des transports a presque aboli les différences entre quartiers, mais vers 1910 on distinguait le noble faubourg, le Quartier latin, Montparnasse, Passy, Montmartre, Belleville, Montrouge, chaque quartier possédant son caractère propre et ses limites. On communiquait de l’un à l’autre par les lents et lourds omnibus à trois chevaux et des tramways aux timbres retentissants (...) En 1960, on peut aller quatre fois par jour d’un bout de Paris à l’autre. Le métro brouille tout en établissant une circulation souterraine extra-rapide, sans rapport avec le réseau des rues et des carrefours : il brasse les quartiers divers et les confond par ses itinéraires en ligne droite. Les autos, enfin, achèvent de culbuter les frontières naturelles d’autrefois. »71

42Sans doute cette appréciation est-elle un peu catégorique. Nous aborderons plus loin les rapports entre parcours et modes de transport.

  • 72 Voir Pays parisiens, Paris, Grasset, 1932, p.33, 147-148 (ce riche quartier du dix-septième arrondi (...)
  • 73 Voir Les Parisiens, Paris, Hachette, 1967, réédition Pluriel, 1985, p. 146-235 (citation p. 185). L (...)

43En tout cas, par extension – une fois encore – ou dérivation, certains auteurs utilisent d’autres termes pour définir l’espace des quartiers. Dans une optique en partie autobiographique, Daniel Halévy a consacré un livre aux « pays parisiens », le premier étant à ses yeux une maison du 22, de la rue de Douai. Cette qualité est attribuée à des espaces divers, au sein de la capitale, dont le quartier de la Plaine Monceau. Elle est parfois refusée, à La Chapelle, par exemple72. Pour sa part, Louis Chevalier, qui reprend l’expression de Daniel Halévy, parle aussi de « sociétés charnelles », insistant particulièrement, dans Les Parisiens, sur les habitudes et le langage73.

  • 74 D’ailleurs citées par Evelyne Cohen, op. cit., pp. 276-277.

44Au-delà des perceptions individualisées des quartiers et des espaces familiers, qui peuvent conduire à une certaine « folklorisation » des quartiers et sur lesquelles nous aurons bien évidemment à revenir, il existe des vues plus globales, faisant intervenir des regroupements. On peut songer à des pages célèbres74 des Beaux quartiers, d’Aragon, qui ouvrent la partie du roman intitulée « Paris », avec un mouvement tout à la fois panoramique et oratoire :

« Ouest paisible, coupé d’arbres, aux édifices bien peignés et clairs dont les volets de fer laissent passer à leurs fentes supérieures la joie et la chaleur, la sécurité, la richesse (...) Les beaux quartiers... D’où nous les abordons, comme des corsaires, ce long bateau de quiétude et de luxe dresse son bord hautain avec les jardins du Trocadéro et ce qu’il reste encore de la mystérieuse Cité des eaux où Cagliostro régna aux jours de la monarchie : subite campagne enclose dans la ville avec les chemins déserts du parc morcelé, la descente aux coins noirs où des amoureux balbutient. Puis c’est la ville aisée, aux rues sans âme, sans commerce, aux rues indistingables, blanches, pareilles, toujours recommencées. »

45Vers le nord et le sud, « le cœur de la ville par le quartier Marbeuf et les Champs-Elysées » où prolongé vers l’ouest – où Aragon a passé son enfance – le Paris des beaux quartiers contraste avec une autre partie de la capitale :

  • 75 Louis Aragon, Les Beaux quartiers, Paris, Denoël, 1936, réédition Folio, 1972, citations p. 263 et (...)

« (...) au nord, à l’est et au sud, Paris commence et dort, pesamment, écrasé, sans rêves, à perte de vue, Paris, chair vannée, maisons, hommes sans toits, bicoques, fortifications, zone (...) »75

  • 76 Dans sa Géographie du Grand Paris, Paris, Masson, 1984, Jean Bastié évoque pour sa part le « Paris (...)
  • 77 Voir par exemple Michel Pinçon et Monique Pinçon-Chariot, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 1 (...)
  • 78 Voir le développement d’Évelyne Cohen, « Le peuple parisien », op. cit., p. 280-286 (qui évoque dif (...)
  • 79 Il arrive néanmoins que des observateurs s’expriment sans ambages : voir par exemple le récent volu (...)
  • 80 Au début du premier chapitre (« Esquisse d’une histoire de la géographie bourgeoise de Paris ») d’u (...)

46Notons que l’expression « beaux quartiers76 », fréquemment utilisée, y compris dans des enquêtes sociologiques77, n’a pas souvent de véritable pendant, même s’il est question de quartiers populaires78, qui ne sont pas l’inverse des premiers, du moins sous la forme d’une taxinomie explicite, ou de quartiers intermédiaires, encore moins précisément qualifiés79. Il est vrai que, du moins sur la longue durée, certains quartiers ont pu évoluer, notamment d’un point de vue social – parfois à plusieurs reprises80.

47Quoi qu’il en soit, pour notre propos, il convient surtout d’observer que les parcours peuvent être très diversement tributaires des divisions évoquées, d’autant que certaines frontières sont floues et traversent parfois les arrondissements et les quartiers. Il n’en reste pas moins que les espaces parisiens sont fréquemment énumérés, répertoriés et classés, non seulement dans des annuaires et des répertoires, mais, ce qui nous intéresse ici plus directement, dans des ouvrages destinés aux passants et aux visiteurs.

48Peut-être les divisions pratiquées ou reflétées par les guides touristiques relèvent-elles en partie des imaginaires et des représentations de la capitale. A cet égard, « l’objectivité » des découpages peut paraître moindre que celle qui s’attacherait aux arrondissements, voire aux quartiers. Il reste que les limites que nous venons de présenter sont aussi des « constructions », fussent-elles administratives. Et si nous abordons ici les guides, c’est dans la mesure où ils soumettent l’espace de la capitale à une grille de lecture et d’exploration qui comporte évidemment des divisions. S’adressant aux visiteurs de la capitale – certains ouvrages de cette catégorie sont exclusivement destinés aux étrangers – ils fournissent des informations usuelles et définissent des priorités en désignant les lieux et les monuments qui paraissent les plus dignes d’admiration. Il y a là une tradition antérieure à l’histoire contemporaine, qui s’est sans doute amplifiée à partir de l’Empire et de la Restauration, et qui connaît un fort développement au temps des Expositions universelles et de l’essor du tourisme parisien, avant la prolifération diversifiée que nous connaissons actuellement.

  • 81 En dehors du récent colloque mentionné dans l’introduction, on peut se reporter aux analyses de Fré (...)
  • 82 On peut consulter de très nombreux guides à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

49Il ne s’agit pas ici de faire l’histoire des guides de la capitale81, mais de voir comment, de manière plus ou moins directe, les guides définissent des schémas et des parcours qui se surimposent en quelque sorte, sans nécessairement les éclipser, à ceux qui sont en rapport – plus ou moins lointain, nous l’avons vu – avec les divisions officielles. Une esquisse chronologique n’en est pas moins nécessaire, afin de rendre compte de certaines évolutions82.

50Pour commencer, on retiendra, en introduisant quelques éléments de comparaison, trois guides datant des débuts de la période.

51Dans son édition de 1860, le Baedeker, sous-titré Guide pratique du voyageur, après une manière d’avant-propos centré sur les aspects matériels du séjour, énumère les curiosités des deux rives, la droite correspondant à quinze sections (18 à 33), la gauche à douze (34 à 46). En général, les subdivisions correspondent à des monuments, Montmartre constituant l’une des rares exceptions. En outre, l’espace de la capitale n’est pas divisé de manière homogène – ce qui n’est d’ailleurs pas surprenant pour un ouvrage de ce type – et les curiosités recommandées se trouvent à peu près toutes dans les quartiers centraux.

  • 83 Sur cette collection, voir l’étude de Daniel Nordman, « Les Guides-Joanne – Ancêtres des Guides Ble (...)

52Divisé en vingt-quatre chapitres, l’un des guides Joanne83, Paris illustré en 1870, s’adresse plutôt à un public français. Les boulevards sont abordés en premier lieu – le guide Baedeker procédait ainsi pour la partie concernant la rive droite. Le plan de Paris illustré en 1870 est thématique, classant par types les lieux, en commençant par les diverses voies (1 à 7), en poursuivant par les édifices et lieux à visiter (des églises aux musées, 8 à 14 ; le chapitre 13 concerne le sport) et les activités liées à l’administration et à l’économie de la capitale (15 à 22), les deux derniers chapitres traitant du Paris souterrain et de la mort à Paris (morgue, pompes funèbres, cimetières).

  • 84 Paris Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, Paris, Librairie internationale (...)
  • 85 Xavier Aubryet commence ainsi son article : « Quelque transformation qu’ait subie le Paris moderne, (...)
  • 86 Qui évoque à bon droit une « désignation que tout le monde entend, bien qu’elle soit purement idéal (...)

53S’insérant chronologiquement entre ces deux ouvrages, mais sans s’inscrire, comme eux, dans une série, un Paris-Guide a été publié à l’occasion de l’Exposition universelle de 1867, avec la collaboration de nombreux auteurs84. Moins « touristique » que le guide Baedeker et même que le guide Joanne, il s’apparente néanmoins un peu plus à ce dernier par son organisation thématique, tout en constituant surtout un recueil de contributions. Louis Blanc traite du vieux Paris, Paul Féval de la vie de Paris, George Sand de la rêverie à Paris – qui ne fait pas partie de l’ordinaire des guides. Les jardins (Edouard André), les boulevards (que se partagent Paul de Kock et E. de La Bedollière, à l’est et à l’ouest de la porte Saint-Martin) sont également abordés, ainsi que la Chaussée d’Antin, rarement évoquée en un chapitre distinct85, et le quartier Latin, associé à la bibliothèque Sainte-Geneviève sous la plume de Théodore de Banville86. On relève aussi quelques articles économiques, dont celui de Léon Say sur les chemins de fer.

54Au travers de ces trois guides publiés dans les années 1860, on voit que les notions d’arrondissement et de quartier ne sont guère présentes, sans doute parce qu’elles ne sont pas jugées suffisamment attrayantes, sauf lorsqu’il s’agit de « quartiers » bien connus, et au sens large.

  • 87 Au sujet de cet auteur, Christophe Prochasson souligne que « chaque arrondissement présenté l’est d (...)

55Progressivement, les guides les ont prises en compte. Dans certains cas, il s’est agi de publications spécialisées, par arrondissements, comme celles, déjà citées, d’Alexis Martin87 ou du marquis de Rochegude. Les guides généralistes, si l’on peut dire, semblent avoir conservé plus longtemps leurs schémas et restent réfractaires aux arrondissements, dont la signification touristique leur paraît limitée.

  • 88 Voir Evelyne Cohen, « les hiérarchies monumentales de Paris au xxe siècle – les étoiles dans les gu (...)
  • 89 À ne pas confondre, faut-il le préciser, avec celles qui désignent certains restaurants à l’attenti (...)
  • 90 Guide vert Michelin, Paris, édition de 1981, cartes pp. 4-7.

56En revanche, les quartiers ont connu une fortune assez récente, qu’illustre l’évolution du Guide Vert Michelin de Paris, qui a longtemps classé les parcours proposés par ordre d’importance décroissante à ses yeux, avec un système d’étoiles, qui n’est d’ailleurs pas nouveau88. L’édition de 1981, par exemple, qui commence par le Louvre – nous ne suivons pas ci-dessous l’ordre des numéros – présente une carte des « promenades principales », à trois et deux étoiles89 : dans la catégorie la plus élevée, figure une fois l’indication d’un quartier (Opéra), auquel on peut ajouter, toujours de manière non administrative, Montmartre et le Marais, et les Invalides – l’édifice plus que le quartier ; dans la catégorie suivante, il en va de même pour le Val de Grâce, défini par une église, comme celui, qui n’est pas officiel, de Saint-Séverin. Le Faubourg Saint-Germain, quant à lui, forme un ensemble monumental. De plus, les Halles – après le transfert à Rungis – sont associées à Saint-Eustache. Au titre des « promenades secondaires », auxquelles attribuée au maximum une étoile, figurent majoritairement des espaces périphériques, mais le terme de quartier est souvent employé explicitement. Les délimitations officielles sont parfois reprises, à ce titre : l’Arsenal, les Gobelins, Montsouris, Chaillot, La Muette associée au Ranelagh et le Père-Lachaise à un autre quartier, Belleville. Parfois, le terme est utilisé pour d’autres espaces : Temple et, sur la rive gauche, Cherche-Midi, Institut, Maubert et Saint-Médard90.

  • 91 À ce propos, on peut noter que le thème des deux rives est présent dans des livres qui ne sont pas (...)

57Plus récemment, une tendance à l’estompement de la hiérarchie des quartiers s’est affirmée et les guides tiennent compte d’une sorte de folklorisation des termes de quartier et de village, sur laquelle on reviendra au titre des rapports entre parcours et patrimoine. Il n’en subsiste pas moins, par rapport aux ouvrages du même type publiés au début de la période, ce que l’on pourrait qualifier de constantes fonctionnelles (informations pratiques, brèves considérations historiques et géographiques, suggestions de trajets91, descriptions de monuments et de musées, dont le nombre s’est fortement accru) mais aussi des traditions qui tiennent au rôle social et culturel des guides : faible part, en général, des considérations sociales et des quartiers populaires (malgré une tendance récente à accroître leur représentation, mais en retenant surtout ce qui relève d’un pittoresque plus ou moins modernisé), contrastant avec l’insistance sur les lieux de prestige, selon une conception assez traditionnelle de la culture, qui est celle de la plupart des lecteurs. Certes, on pourrait objecter que les guides actuels accordent bien plus d’importance à ce qui est moderne ; mais c’est pour une part une erreur de perspective : sous le second Empire, les guides en tenaient également compte, à l’échelle urbaine plus que dans le domaine artistique sans doute.

  • 92 Voir notamment les séries publiées par les éditions Hervas de 1985 à 1988 et par Parigramme, à part (...)
  • 93 Encore que quelques années avant le début de la période étudiée, Charles Lefeuve ait commencé à pub (...)

58Il est difficile de réduire l’apport des guides aux divisions spatiales qu’ils mettent en œuvre, tant les procédures de classement auxquelles ils recourent de manière plus ou moins explicite, selon leurs perspectives, touchent à différents domaines, même s’ils sont très inégalement représentés et si la marginalité est assez largement passée sous silence. On peut néanmoins retenir qu’en regard de la rigidité des frontières administratives, les guides apparaissent beaucoup plus souples, même si les itinéraires qu’ils proposent n’offrent qu’une originalité relative, parfois très limitée. Ils usent de plus en plus largement de la notion de quartier, voire de celle de village, peut-être pour satisfaire les attentes de visiteurs qui veulent trouver à Paris, non seulement une métropole culturelle, des lieux de spectacle ou de plaisir, mais aussi un pittoresque « villageois » paradoxal. C’est ce qui conduit sans doute les guides généralistes, en même temps qu’une évolution d’ensemble qui fait proliférer les ouvrages destinés aux visiteurs, à multiplier les lieux et à fragmenter l’espace parisien, où, presque partout, ils montrent à présent des secteurs susceptibles d’être visités. Quant aux arrondissements, parents pauvres des guides traditionnels – en dehors des indications pratiques – ils connaissent, grâce à des séries récentes, un regain de faveur, au travers de présentations centrées sur l’histoire et les voies publiques ou en tant que cadres de promenades92. Il reste que si précis qu’ils soient, les guides ne peuvent rendre compte en détail93 des divisions – les plus petites, pour une part – qui relève davantage du bâti et des perceptions « directes » – pour autant que l’on puisse les reconstituer – des formes apparemment simples de la capitale.

  • 94 Définition de l’Insee, citée par Bernard Rouleau dans Villages et Faubourgs de l’ancien Paris, op.  (...)
  • 95 Même si les îlots insalubres font l’objet de considérations et de projets spécifiques : voir Pierre (...)
  • 96 Voir Bernard Rouleau, op. cit., p. 147 (« en parallèle, en éventail, en damier, en imbrication orth (...)

59Ni les arrondissements ni même les quartiers, touristiques ou non, ne constituent les divisions les plus proches, pour les différentes catégories de promeneurs, de la capitale. On peut présenter de différentes manières le « quadrillage » du Paris contemporain, en relation avec plusieurs formes de réseaux. Certains d’entre eux seront abordés plus loin. Dans l’immédiat, il s’agit d’examiner les subdivisions des quartiers. On peut partir de la notion d’îlot, « plus petite unité de l’espace urbain entièrement limité par des voies »94. Si ce terme est surtout technique et peu utilisé à propos des parcours95, il n’en correspond pas moins à une cellule essentielle dans l’organisation de l’espace et à des formes diverses96, qui portent la marque de l’histoire, de même que les immeubles et constructions qui s’y trouvent.

  • 97 Ces derniers importants dans l’ordre littéraire et en termes de mythologies parisiennes : voir nota (...)

60En règle générale, ce sont surtout les voies, boulevards, avenues, rues, voire ruelles et passages97, qui retiennent l’attention. Pour examiner les configurations qui les relient, l’un des meilleurs guides est le livre, déjà cité, de François Loyer, Paris xixe siècle – L’immeuble et la rue. Le dessein principal de cet ouvrage est de réexaminer l’héritage haussmannien, selon différentes échelles, qu’il s’agisse d’espace public ou de rapports entre centre et périphérie, ou encore « d’articulations spatiales ». L’auteur évoque les points de repère connus des étrangers, « portes de ville », « grands espaces monumentaux, lieux de la fête et de la cérémonie publique », « temples touristiques ». Il ajoute :

« L’articulation de ces grandes formes par des voies monumentales permet une lecture rapide de la totalité urbaine – faisant de Paris une sorte de grand village où l’on se retrouve obstinément aux mêmes carrefours, par les mêmes voies. À ce degré supérieur – et superficiel – de la compréhension urbaine -qu’enrichit un grand nombre de monuments plots destinés à servir de repères -succède une lecture plus fine d’une zone ou d’un arrondissement. »

  • 98 Voir aussi supra, note 8.

61C’est cette lecture qui conduit à prendre en considération les églises, les mairies98, les marchés et les squares, « points de centralité relative », ainsi que les

  • 99 Paris xixe siècle – L’immeuble et la rue, op. cit., p. 263-264.

« espaces secondaires greffés sur les voies les plus actives, c’est-à-dire commerçantes, d’un quartier : là où le commerce va en diminuant, curieusement, la cohérence architecturale augmente99 ».

  • 100 Refuges, op. cit., « Sauver Paris », p. 180
  • 101 Paris xixe siècle, op. cit., p. 237 et 283.
  • 102 Voir les considérations du même auteur sur les ornements et les façades post-haussmanniennes, op. c (...)

62En termes de parcours, si les quartiers ou les aires peu touchés par l’haussmannisation constituent pour une part un conservatoire d’habitudes et surtout de décors hérités, non sans quelques traits de modernisation, le maillage urbain semble parfois présenter, ailleurs, une certaine uniformité. Léon-Paul Fargue, déplorant cette évolution, utilise l’image du « damier »100 Pour sa part – l’observation vaut pour les voies haussmanniennes et post-haussmanniennes – François Loyer parle d’immeubles « entrés dans le champ du monumental » et, plus loin « d’indispensable monotonie101. » Il n’en reste pas moins que les détails des façades d’immeubles opulents, au long des rues, peuvent retenir l’attention, à l’occasion de promenades102. Dans d’autres quartiers, notamment à l’Est de la capitale, la monumentalité est beaucoup moins présente et la monotonie d’un ordre différent, liée à l’uniformité ou au caractère assez homogène de constructions modestes, même si un certain pittoresque, vanté par divers guides, nuance cette impression aux yeux des visiteurs, voire des habitants.

63De manière plus générale, c’est à l’échelle d’un nombre en général limité de voies publiques que s’effectuent la plupart des trajets usuels, encore que la diversification des transports en commun, notamment, introduise quelques variables supplémentaires. De plus, aux pôles mentionnés par François Loyer, s’ajoutent ceux qui relèvent des loisirs, entre voies publiques et lieux privés, avec une extension en dehors de Paris, en banlieue ou plus loin encore, ceci renvoyant à une plus large géographie sociale du divertissement, que l’on mentionne ici pour mémoire, en attendant d’aborder certains de ses aspects, intra muros.

  • 103 Ce nombre paraît élevé, si l’on se réfère à une feuille, d’ailleurs étonnante, publiée en 1870 (BNF (...)
  • 104 Dictionnaire et histoire de Paris, op. cit., p. 1020.
  • 105 Nomenclature officielle des voies publiques et privées, Mairie de Paris, mars 1997, avant-propos, p (...)

64Somme toute, quelle que soit l’importance des îlots et des différentes subdivisions discernables au sein des quartiers, l’unité de base du cadre des déplacements, à partir de laquelle il existe une multitude de combinaisons, semble bien être la rue, dans son sens générique. Si l’on suit les données reproduites par Alfred Fierro, il y en avait 1694 en 1859. L’année suivante, en raison de l’annexion de la petite banlieue, leur nombre s’élève à 3186. Il croît rapidement dans les années qui suivent, atteignant 3750 en 1865103, plus lentement par la suite, dépassant 5000 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et s’élevant à 5414 en 1992104. Le directeur de l’aménagement urbain et de la construction de la ville de Paris, Jacques Marvillet, indique qu’au 7 février 1997, il se trouvait dans la capitale « 6066 voies publiques ou privées, dont 773 voies privées fermées et 190 voies privées ouvertes à la circulation publique105 ».

  • 106 Le Guide Joanne de 1870, qui donne d’ailleurs p. 169 un chiffre sous-évalué (1898) concernant les r (...)

65Ainsi, du milieu du Second Empire à nos jours, le nombre des voies, dans la capitale a-t-il logiquement augmenté, accroissant une diversité – malgré certaines destructions106 – qu’accentue la multiplicité de leurs formes et de leurs dimensions. Néanmoins, il subsiste un certain nombre de constantes. Les noms de rues, en particulier, au-delà des changements et des apports successifs auxquels ils correspondent, ont en eux-mêmes, souvent à l’échelle de plusieurs générations, une indéniable influence, comme le souligne Walter Benjamin :

  • 107 Paris capitale du xixe siècle, op. cit., p. 533.

« On a dit que Paris qu’elle était la » ville qui remue « et qui se déplace sans cesse. Mais la force invincible qui permet aux noms de rues, de places ou de théâtres, de se maintenir malgré tous les glissements topographiques n’est pas ici moins importante que la vie propre à l’agencement de la ville. »107

66Ils ont d’ailleurs fait l’objet de nombreux commentaires et répertoires, le plus connu, à l’heure actuelle, étant celui de Jacques Hillairet. Si les visiteurs ne sont évidemment que très inégalement informés au sujet des caractères et de l’histoire de ces voies inégales, ils les empruntent nécessairement, et elles forment pour une grande part le cadre de leurs parcours.

67De ceux-ci, on peut à présenter tenter de donner une image dynamique, en traitant des perspectives susceptibles de les orienter.

3° Pentes, angles et réseaux

  • 108 Poétique de la ville, op. cit., p. 51.

68Jusqu’à présent, plusieurs sortes de limites, voire de frontières, en tout cas d’éléments de fragmentation de l’espace parisien, ont été présentés. Il s’agissait surtout de contours ou de séparations liés à l’action des pouvoirs publics, ou encore de distinctions reproduites ou façonnées par les guides et, plus massivement, des voies tracées au fil de l’histoire de la capitale. Tout en étant tributaires de la trame des voies urbaines, les trajets des Parisiens et des visiteurs sont associés à diverses figures, au sens géométrique, et passent par différents canaux, assurant, dans des conditions en partie renouvelées – car la marche demeure largement pratiquée – les déplacements d’un point à un autre, élargissant à certains égards les espaces parcourus. Au-delà, selon le mot de Pierre Sansot, « la ville s’offre comme une totalité que nous n’abordons que par des perspectives »108

  • 109 Qui ne constituent évidemment pas la totalité du relief : les zones plates ou peu élevées y ont leu (...)
  • 110 Notamment les tours de Notre-Dame, la Tour Eiffel, puis la Tour Maine-Montparnasse, situées dans de (...)

69Si l’étude avait été géographique, au sens assez traditionnel et, en l’occurence, très fragmentaire, du terme, peut-être aurait-on commencé par quelque description du relief parisien. Mais, outre le fait qu’il peut être légitime, même dans cette optique, de donner d’entrée une vue d’ensemble de la capitale, le point de départ historique choisi rendait nécessaire, à notre sens, une approche qui ne fît pas apparaître immédiatement les particularités dues au relief. Nous nous proposons de les aborder en fonction des perspectives qu’elles contribuent à composer, en évoquant quelques points hauts109, et en particulier – même s’il existe aussi des hauteurs monumentales110 – les buttes situées dans la capitale et les déclivités qui leur sont associées.

  • 111 Voir notre ouvrage cité, Les Hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, p. 29-30. Non (...)
  • 112 Souvent évoquée à propos du treizième arrondissement, en général sur un mode social, culturel ou po (...)

70De fait, la présence de ces hauteurs et des perspectives auxquelles elles correspondent dans l’espace parisien n’est pas sans lien avec l’extension de 1860, puisqu’elles se trouvent presque toutes – en dehors de la Montagne Sainte-Geneviève – dans l’ancienne « petite banlieue ». C’est le cas des deux plus hautes, Montmartre, et, un peu moins connu, l’ensemble Haut-Belleville – Buttes-Chaumont, dont le point culminant est légèrement plus élevé"111. Figurent aussi parmi les buttes parisiennes les plus importantes, la colline de Chaillot et la Butte-aux-Cailles112. Sur la rive gauche, outre cette dernière mais moins marquée, on peut mentionner la butte de Montsouris.

  • 113 Voir l’évocation de la dénivellation, à partir du boulevard Voltaire, par Jean Genet, dans L’Atelie (...)
  • 114 À leur sujet, nous nous permettons de renvoyer à notre livre cité, qui fait également écho à des re (...)

71D’une certaine façon, ces buttes, par leur position dans l’espace et les vues qu’elles ménagent, encadrent la capitale. Les guides signalent évidemment les panoramas les plus étendus, associés à des images de la capitale. Les buttes peuvent contribuer à guider certains parcours, non seulement en raison de leur notoriété, mais en tant que points de repère. Elles permettent de définir, pour une part, des angles et des tracés, un peu différemment considérés si l’on se place sur des hauteurs. En revanche, les principaux axes parisiens les contournent, pour des raisons topographiques – mais aussi politiques quand il s’agit de lieux de contestation. Certaines rues connues se caractérisent pourtant par des dénivellations importantes : dans l’Est, notamment celles de Belleville, de Ménilmontant – qui prolonge la rue Oberkampf113 – et des Pyrénées114. Des voies moins longues mais pentues contribuent au charme touristique de Montmartre ou de la Montagne Sainte-Geneviève, par exemple.

  • 115 Dans le même roman, p. 80, l’auteur évoque, vu du pont Alexandre III, « le Trocadéro et les immeubl (...)

72Peut-être, de manière plus générale, retiendra-t-on la contribution de ces pentes le plus souvent périphériques à l’aspect et aux représentations de la capitale telle qu’elle se présente après 1860, par des effets de contraste avec les zones planes ou peu inclinées, mais aussi en fonction d’images qui ne sont pas toutes panoramiques. Elles renvoient parfois à l’histoire et aux traits économiques et sociaux, culturels et politiques, soit de « montagnes ouvrières », comme au Nord et à l’Est, soit de riches collines (Chaillot"115), soit encore de lieux estudiantins, dans le Quartier latin. Ainsi, les points de vue et les perspectives peuvent-ils être perçus sur divers modes.

  • 116 Voir ibid., p. 36-37 une sobre évocation, relative à l’angle de la rue de Courcelles et de la rue d (...)
  • 117 François Loyer, op. cit., p.276.

73Dans son livre, François Loyer attache une certaine importance aux immeubles d’angle. De fait, bien des édifices haussmanniens ou post-haussmanniens attirent l’attention, dans les quartiers ouest, en particulier, par des formes de tourelles ou de rotonde parfois ostentatoires116. Ce n’est pas principalement, ici, le « traitement d’angle, élément majeur du dispositif de hiérarchisation de l’espace »117 que l’on retiendra. Ce sont surtout les rapports entre les trajets et la géométrie des voies publiques qu’il faut considérer. Parcourir Paris suppose l’utilisation d’axes rectilignes, mais aussi des angles de rues, qui ménagent des ouvertures plus ou moins familières sur les paysages urbains.

  • 118 Voir par exemple, dans le catalogue cité, Hameaux, villas et cités de Paris, les commentaires d’Ami (...)

74À partir des réalités et des images liées à la figure de l’angle, on peut esquisser une typologie. L’îlot, dont il a été question plus haut, se définit en partie par ses angles, mais il est à bien des égards fermé, le parcours pouvant certes suivre son contour. Les perspectives, de cette manière, sont en général courtes, encore qu’une ou plusieurs des rues entourant l’îlot connaissent des prolongements parfois importants. En outre, il est des îlots, si exigus soient-ils, qui réservent des points de vue pittoresques : ainsi, ceux du quartier Mouzaïa ou du Danube, dans le dix-neuvième arrondissement, ou la « Campagne à Paris », dans le vingtième118. À une échelle un peu plus large, mais inférieure à celle du quartier au sens administratif, les angles, en quelque sorte combinés, permettent de saisir un ensemble plus ample que celui de l’îlot, avec des perspectives plus ou moins resserrées selon la densité du bâti et la largeur des voies publiques. Celles, étroites, du vieux Paris, où peuvent subsister des tracés sinueux, suscitent des effets de contrastes avec les angles des quartiers récents : mais ce n’est évidemment pas seulement une question de géométrie.

  • 119 Qui correspondent aussi, selon Maurice Agulhon, à l’une des pointes de deux figures symboliques, le (...)
  • 120 Voir François Loyer (dir.), Autour de l’Opéra – Naissance de la ville moderne, Délégation à l’Actio (...)

75La plupart du temps, les angles se signalent surtout à l’attention lorsqu’ils correspondent à des points névralgiques ou à des carrefours connus de la capitale. Il existe des angles de découverte de monuments ou de sites monumentaux, enserrés ou entourés par un réseau géométrique : ainsi, des Invalides119, du côté de l’esplanade ou de la place Vauban, ou bien, de l’Opéra, au milieu de rues disposées en losange et à l’extrémité d’une avenue120. Celle-ci touche d’ailleurs à ce qu’Henry James, peu après l’inauguration de l’Opéra, nommait

  • 121 Esquisses parisiennes [articles écrits pour le journal américain Tribune en 1875-1876], E.L.A. – La (...)

« cette région classique, d’environ un kilomètre carré, limitée au sud par la rue de Rivoli, au nord par la rue Scribe, et dont le point le plus sacré est l’angle du boulevard des Capucines qui se prélasse au sourire du Grand Hôtel. »121

  • 122 Souvent évoqué à propos du Montparnasse des Années folles, et au-delà : voir Yvan Combeau, Histoire (...)
  • 123 Celui-ci, entrepris en 1857, a été terminé en 1927 : voir Yvan Combeau, Histoire de Paris, op. cit. (...)

76En dehors de cette « région », les carrefours et les angles offrent des caractères assez divers, y compris artistiques, avec l’intersection du boulevard Montparnasse et du boulevard Raspail122, qui est aussi commerçante ou commerciale. C’est du reste la note dominante, aux croisements les plus fréquentés, qui se caractérisent aussi par des amorces de points de vue et de perspectives, notamment à Sèvres-Babylone ou boulevard Haussmann123, dans ce dernier cas, à proximité d’une gare importante. Notables sont du reste les angles liés aux pôles ferroviaires (parfois transformés, avec l’ensemble Maine-Montparnasse-rue de Rennes), à des portes ou des seuils (à des « fourches », aussi, comme celle du dix-septième arrondissement, avenue de Saint-Ouen et avenue de Clichy) ou à des croisées, l’exemple le plus connu étant celui du Châtelet, à angle droit.

  • 124 Géographie du Grand Paris, op. cit., p. 168 : parmi elles, les avenues d’Italie du Général Leclerc, (...)
  • 125 Evoqué par exemple dans La Curée (voir Emile Zola, Les Rougon-Macquart, Bibliothèque de la Pléiade, (...)

77Autour de places rayonnent également des voies de communications, selon des angles répartis plus ou moins régulièrement à partir d’un lieu circulaire (Étoile, Nation, Italie) ou grosso modo rectangulaire (Denfert-Rochereau), parfois en relation partielle avec des boulevards pré-haussmanniens (République). Certaines « grandes radiales, anciennes grandes routes quittant Paris », selon l’expression de Jean Bastié124, ainsi que les percées haussmanniennes, réservent souvent des perspectives, plus ou moins diagonales. On peut d’ailleurs noter que les origines et le projet du tracé de certaines percées sont parfois antérieurs au second Empire : c’est le cas pour le boulevard Malesherbes125. Dans l’optique ici retenue, il faut surtout noter certains éléments géométriques. Ainsi, dans le XIe arrondissement, dont Jacques Réda décrit – avant de la déplorer – la dominante viaire :

  • 126 Le Citadin, Paris, Gallimard, 1998, p. 73. Cette géométrie, comme le souligne l’auteur (voir p. 70) (...)

« Ce bloc d’apparence compacte a été sévèrement sabré dans toute son étendue. De la République à la Nation, le boulevard Voltaire le tranche en deux selon une rigoureuse diagonale. Chaque moitié ainsi détachée se trouve morcelée à son tour : par le boulevard Richard-Lenoir et l’avenue Ledru-Rollin en-dessous de cette diagonale, au-dessus par les avenues Philippe-Auguste, de la République et Parmentier126 ».

  • 127 Ainsi, vers l’extrémité du boulevard Murat, là où il suit le tracé d’une portion des anciennes fort (...)
  • 128 II s’agit d’ailleurs d’une partie du trajet en taxi décrit par Aragon, en relation avec une expédit (...)

78À plus ou moins grande échelle, les angles accentuent ou favorisent parfois un sentiment de profondeur de champ, que donnent certains « boulevards de ceinture », soit par des vues latérales, soit selon leur axe propre – non sans irrégularités ou particularités127. D’autres axes, dans la capitale, sont caractérisés par de légères déclivités amplifiant les effets de profondeur : ainsi, l’ensemble rue Guy Môquet – rue Championnet (XVIIe-XVIIIe arrondissements) ou la diagonale rue La Fayette – avenue Jean Jaurès (ex- rue d’Allemagne) (IXe-Xe-XIXe)128, prolongée par la nationale 3, tandis qu’une autre branche, à partir de la place Stalingrad et par la rue de Flandre, débouche sur la nationale 2. Certes, la perspective peut rarement être saisie dans son entier. De ce point de vue, l’axe le plus connu, incomparablement plus touristique, est celui qui va du Louvre à la porte Maillot, et jusqu’à la Défense – mais précisément, le regard ne suivant pas de ligne brisée, l’angle est en quelque sorte surtout initial, même si la rue de Rivoli est légèrement décentrée.

  • 129 À ce propos, on peut d’ailleurs, selon un sens figuré du terme « angle », mentionner les perspectiv (...)

79Plus complexe est le cas des perspectives procurées par la Seine : en effet, son cours n’est pas rectiligne, en dehors même des irrégularités correspondant aux îles de la Cité et Saint-Louis ; il offre néanmoins des portions presque droites, depuis le pont d’Iéna à l’ouest ou au-delà de la pointe de l’île Saint-Louis à l’est. En outre, les segments « centraux » procurent des vues admirées, les points et les niveaux d’observation étant d’ailleurs variables129.

  • 130 Jacques Réda, Le Promeneur, op. cit., p. 51.
  • 131 Le même auteur écrit : « Ce qui me plaît dans la rue des Pyrénées, c’est d’abord qu’elle monte et q (...)

80On peut d’ailleurs noter que les plus longues voies parisiennes ne correspondent pas nécessairement aux perspectives les plus étendues. La me de Vaugirard, en raison de sa longueur et de plusieurs courbures, la rue de la Convention, en tant que « segment de la longue courbe déjà par trois fois rebaptisée (Tolbiac, Alésia, Vouillé) qu’elle ramène au bord de la Seine devant le pont Mirabeau »130et, plus encore la rue des Pyrénées, pour laquelle joue de plus le relief131, fournissent des points de vue plus segmentés que des axes de longueur plus réduite.

  • 132 Voir par exemple la manière dont Jean-Paul Sartre décrit la capitale sous l’occupation : « Un peu d (...)

81Encore tout cela est-il en partie affaire de perception, de regard, voire d’époque132. Au titre des cadres des parcours, en tout cas, il apparaît clair que l’ajustement des axes et leur insertion dans l’espace parisien, pour le promeneur, tiennent à des angles multiples et aux tournants des parcours. Il n’en demeure pas moins que les angles sont inséparables de lignes, qu’il convient à présent d’aborder en relation avec certains réseaux.

82Au fur et à mesure que se développent et se renouvellent les moyens de transport dans Paris, alors même que demeure, en tant que figure principale des parcours – tout au moins littérairement – le déplacement pédestre, les passants et la capitale se voient proposer, voire imposer, une sorte de maillage diversifié qui n’est pas sans en relation avec les cadres urbains et certaines des perspectives qui s’y rencontrent. Certes, les lignes tracées au fil des décennies n’ont pas le même emprise que les voies publiques, marquées par leur enracinement historique – d’ailleurs inégal – et leurs caractères architecturaux, résidentiels, commerciaux, artisanaux ou industriels. Les nouvelles lignes de transport semblent répondre essentiellement à des nécessités de déplacement liées à la vie contemporaine. Toutefois, elles ne sont pas uniquement plaquées sur les paysages traditionnels de la capitale. Ceux-ci ne se sont jamais caractérisés par leur immutabilité. L’histoire des transports est intégrée à celle de la capitale. Du reste, une certaine progression s’est opérée avant l’extension des transports mécanisés – déjà représentés au début de la période par les chemins de fer – avec les omnibus, notamment, dont les lignes préfigurent des trajets collectifs ultérieurs. Les tramways hippomobiles, puis électriques, ont également marqué le paysage parisien.

  • 133 Voir Clive Lamming, Paris ferroviaire, Paris, Parigramme, 1999.

83En outre, ne doivent être sous-estimés ni l’expansion industrielle – en partie en banlieue – ni les fonctions commerciales liées aux lignes nouvelles et aux déplacements automobiles. Elles s’inscrivent en partie dans le cadre de vie et les décors de la capitale, au travers de lieux caractéristiques et par le biais de la publicité. De surcroît, une certaine monumentalité, fût-elle en partie fonctionnelle, peut être observée, qu’il s’agisse des gares133 – parfois antérieures à 1860 – ou des installations du réseau métropolitain, non seulement les célèbres entrées dues à Hector Guimard, mais les lignes aériennes. On peut ajouter aussi, sans développer dès maintenant ce thème, que les lieux publics correspondant aux lignes de transport offrent parfois un abri précaire ou des espaces à l’errance ou du moins à la déambulation. Enfin, les lignes en question recoupent le réseau des voies publiques, s’y entremêlent ou s’y associent.

  • 134 Voir notamment Pierre Merlin, Les Transports parisiens (étude de géographie économique et sociale), (...)
  • 135 Voir la carte établie par Bernard Rouleau in Jean-Robert Pitte (dir.), Paris, histoire d’une ville, (...)
  • 136 Le dernier voyage a lieu le 15 mai 1937 : voir Marc Gaillard, op. cit., p. 76.

84Une fois présentées ces remarques générales, on peut rappeler quelques repères historiques134. Sans entrer dans le détail de la chronologie, on observe que les années 1870 à 1900 apparaissent décisives dans la capitale, la date la plus connue étant celle de l’inauguration de la première ligne de métropolitain en 1900. Le premier tiers du xxe siècle voit la mise en place de la plus grande partie des autres lignes parisiennes135. Peu après, se produit la fin, déjà signalée, de l’exploitation du chemin de fer de ceinture, puis celle des tramways intra-muros136. L’après-1945 voit, outre la création de la RATP en 1948, la réalisation progressive du plan d’aménagement de la région parisienne de 1956 (boulevard périphérique, voies express) et le développement croissant de la circulation automobile, ainsi qu’une extension du réseau des transports collectifs (RER, puis Éole et Meteor).

85Ainsi donc, la période est-elle marquée par une évolution presque continue. Les adjonctions l’emportent d’ailleurs sur les suppressions. L’offre et la demande ont fortement augmenté, la part du transport individuel croissant du reste plus fortement dans la dernière période. Il importe surtout, selon l’optique retenue, de voir en quoi ces transformations de grande ampleur modifient les perspectives évoquées jusqu’à présent en relation avec les sites et les voies parisiennes.

  • 137 Voir Guillaume Dauterpac, Paris vu du bus, Paris, Bonneton, 1996.
  • 138 Voir Géographie humoristique de Paris, Paris, La Passerelle, 1951, « Géographie morale du métro », (...)
  • 139 Voir Un ethnologue dans le métro, Paris, Hachette, 1996.

86À première vue, ces modifications sont plus limitées qu’en termes de circulation et de commodité des déplacements. En effet, s’il existe, nous l’avons vu, des édifices et des infrastructures visibles dans la capitale, les voies du métropolitain sont le plus souvent souterraines et le trafic des autobus se fond en quelque sorte dans les courants de circulation en surface. Toutefois, les réseaux de transport, outre qu’ils desservent plus commodément certaines curiosités parfois éloignées des quartiers centraux et procurent parfois des vues latérales complémentaires137, contribuent au renforcement de différents pôles, autour de stations de correspondance importantes et de portes – il est vrai lieux de passage déjà notoires, pour une partie d’entre elles. Cela dit, la plupart des trajets, incontestablement, sont plus utilitaires que panoramiques. Le fait de relier une station à une autre, à une distance limitée, n’a souvent rien à voir avec la découverte de nouvelles perspectives, d’autant qu’il s’agit en général – nous aurons l’occasion d’y revenir – de trajets récurrents. On peut à la rigueur évoquer les vues souterraines que des couloirs ou des lignes de métropolitain réservent, mais ce sont davantage des spectacles « obligés » que l’objet de préoccupations touristiques, de même que les coups d’œil jetés sur la capitale au beau milieu d’encombrements, en surface. Néanmoins, André Siegfried, avec esprit, s’est efforcé de montrer, au sujet du métropolitain, d’une part que « la carte des stations donn[ait], dans l’ensemble, une très bonne idée de Paris », au point d’émettre le vœu « qu’on l’enseignât dans les écoles » et, d’autre part, que les trajets souterrains permettaient, par le franchissement de « frontières », correspondant à telle station, d’observer la géographie sociale de Paris138. Dans un livre récent, de plus, Marc Augé a montré que le métro constituait un terrain d’observation très divers139. Plus généralement, on peut estimer que les plans et guides relatifs aux lignes de transport en commun illustrent et rendent plus présent encore l’un des cadres dans lesquels évoluent les Parisiens.

  • 140 On peut ajouter qu’un peu au nord de la branche est de cet itinéraire, se trouve une « coulée verte (...)
  • 141 Voir Ali Habib, « La traversée de Paris », Le Monde, 7 août 1999, p.8 (article illustré d’une carte (...)
  • 142 Néanmoins, Jean Bastié écrit : « (...) les quartiers populaires sont aussi en majorité ceux qui pré (...)
  • 143 Dans Paris la Grande, Paris, Flammarion, 1997, Philippe Meyer se montre néanmoins ironique à l’égar (...)
  • 144 Il existe même un guide à ce sujet : voir Serge Rodriguez, Marion Thuriot, Le roller à Paris, Paris (...)

87Il est vrai qu’une assez récente évolution a fait apparaître des lignes liées à des modes de transport non mécanisés. Il existe, par exemple, deux itinéraires de traversée pédestre depuis 1996. Le premier (ouest-est) traverse de nombreux parcs et jardins140 et le second (nord-sud) des sites « villageois », du parc de la Villette à Montsouris141. Le succès relatif des pistes cyclables – même si le vélo n’est pas un nouveau moyen de transport, bien entendu142 – est également à noter143, ainsi que de nouveaux modes de déplacement, objet de modes récentes (roller-skates144). Mais tout cela ne modifie pas les points de repère principaux, et guère le sens et l’usage des perspectives, même si la saturation de l’espace urbain contribue à la multiplication d’approches apparemment alternatives.

88De bien des manières, du centre vers la périphérie, selon des lignes droites, brisées ou courbes, en relation avec les constantes et les changements de l’histoire de la capitale depuis la fin des années 1850, plusieurs types de cadres ou de limites ont été présentés ou esquissés. Ils ne sont pas rigoureusement articulés ou emboîtés les uns par rapport aux autres, d’autant que réalités plus ou moins tangibles et discours inégalement prégnants contribuent de manière complexe à les façonner. Les visiteurs, voire la plupart des Parisiens, n’y sont qu’inégalement sensibles et n’en reconnaîtraient peut-être pas volontiers l’influence, d’ailleurs difficile à apprécier précisément, sur leurs déplacements personnels. Il ne s’agit pas là, pour l’essentiel, de manques ou d’une connaissance « insuffisante » de la capitale, aucune norme ne pouvant être retenue dans ce domaine, même si les informations recueillies et l’acuité des regards varient considérablement, selon des paramètres qui tiennent à la diversité des expériences et des centres d’intérêt. En outre, nous avons surtout mis l’accent sur les cadres liés à un espace public. Il en est aussi, entre public et privé, tels les cafés, sur lesquels nous reviendrons, ou les lieux de travail, le plus souvent privés ; d’autres encore, tout à fait tels, qui n’entrent pas directement dans le propos de cette étude (logements, voire à certains égards véhicules) mais entretiennent des relations avec les parcours qui ne sont parfois qu’une simple étape entre des espaces clos, en quelque sorte. Ainsi, les déplacements sont-ils à géométrie variable, mais ils sont fréquemment situés par rapport à des limites et des repères que fournit – ou peut fournir – en abondance une capitale en constante évolution. Ils tiennent aussi à un certain ordre, en association avec différents pouvoirs ou types de représentations, et que, si libres qu’ils soient, la plupart des déplacements ne remettent guère en cause. Ils le renforcent parfois, d’autant que cet ordre multiforme – qu’il faut se garder de mythifier – a en partie pour but ou pour fonction de favoriser la fluidité ou d’assurer le déroulement de toutes sortes de trajets.

Notes

1 À ce sujet, la bibliographie est considérable : voir notamment Bernard Rouleau, Villages et faubourgs de l’ancien Paris Histoire d’un espace urbain, Paris, Seuil, 1985, p. 215-226 et Jean des Cars et Pierre Pinon, Paris-Haussmann, Paris, Pavillon de l’Arsenal-Picard, 4ème édition, 1998, p. 120-124 (Pierre Pinon, « L’annexion des communes périphériques »).

2 Sous ce dernier angle, voir Christophe Prochasson, Paris 1900, op. cit., « Paris et le reste », p. 78-121.

3 Regards sur Paris, ouvrage collectif rassemblant des contributions des membres de l’académie Goncourt, Paris, Grasset, 1968, « Entrée du sud », p. 9-10. Le texte porte surtout sur l’axe sud-nord, » le religieux, l’intellectuel, sur lequel se sont bâtis les églises, les écoles, les instituts savants, qu’ont pratiqué les poètes, les savants et les philosophes » (p. 10).

4 Voir la récente mise au point de Florence Bourillon, située dans une perspective plus large, « Changer la ville – La question urbaine au milieu du 19ème siècle », xxe siècle, octobre-décembre 1999, Villes en crise ?, notamment p. 18-22.

5 Pierre Pinon, Paris, biographie d’une capitale, Paris, Hazan, 1999, p. 184.

6 Voir la contribution de Daniel Milo, « Le nom des rues », in Pierre Nora(dir.), Les Lieux de Mémoire, op. cit., réédition de 1997, tome 2, p. 1887-1918 (l’auteur écrit p. 1912, notamment à propos des rues situées dans la partie centrale de la capitale, en forçant quelque peu le trait : « (...) Paris n’est pas une ville « Ille République », c’est toujours une ville « impériale ». Des avenues de l’Etoile, à l’avenue des Invalides, aux boulevards extérieurs, tout en témoigne (l’Ancien Régime est d’ailleurs, lui aussi, bien mieux représenté dans le centre que la Troisième République »). Sur ce thème, signalons la publication récente de l’étude plus détaillée d’Alfred Fierro, Histoire et mémoire du nom des rues de Paris, Paris, Parigramme, 1999 (voir notamment les p. 66-100 ; l’auteur met l’accent sur les années 1867-1869, au titre des « derniers changements massifs », pp. 70-72).

7 Dans Les Lieux de mémoire, voir l’étude citée de Maurice Agulhon, réédition de 1997, p. 4610 et 4622, au sujet de René Coty et Vincent Auriol, dont les noms ont été donnés respectivement à l’avenue du Parc-Montsouris (XIVe) et au Boulevard de la Gare (XIIIe) en 1964 et 1976.

8 Voir le catalogue de l’exposition de 1986, « Le triomphe des mairies » (Paris, Réunion des musées nationaux), qui porte surtout sur les décors. Dans Paris xixe siècle – L’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987, p. 325-326, François Loyer présente les mairies des dix nouveaux arrondissements de 1860 en tant que « nouveaux centres de quartier », dont l’emplacement a été soigneusement choisi.

9 Pour le début des années 80, voir François Chaslin, Les Paris de François Mitterrand Histoire des grands projets architecturaux, Paris, Gallimard, Folio Actuel, 1985.

10 Voir par exemple June Hargrove, Les Statues de Paris, Anvers-Paris, Fonds Mercator-Albin Michel, 1989 et Geneviève Bresc-Bautier et Xavier Dectot (dir.), Art ou politique ? Arcs, statues et colonnes de Paris, Action artistique de la ville de Paris, 1999.

11 Voir Maurice Agulhon, étude citée.

12 Charles Péguy, Œuvres en prose 1898-1908, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1959, p. 1175 (voir les pp. 1166-1178 du premier cahier de la neuvième série des Cahiers de la Quinzaine, 6 octobre 1907, intitulé De la situation faite au parti intellectuel dans le monde moderne devant les accidents de la gloire temporelle). Le texte est en partie cité par Alain Meyer et Christine Moissinac dans leur intéressant ouvrage, Représentations sociales et littéraires – Centre et périphérie Paris 1908-1939, Paris, Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France, 1979, p. 228-230.

13 Voir par exemple Paul Chombart de Lauwe (dir.), Paris et l’agglomération parisienne, tome 1, Paris, Presses universitaires de France, 1952, carte de la p. 37.

14 Voir Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Minuit, 1963, tome I, p. 24-31 et l’article « Enceintes » in Alfred Fierro, Histoire et dictionnaire de Paris, Paris, Robert Laffont, 1996, p. 844-849 (avec une carte).

15 Voir ibid., pp. 726-727, article « Boulevard ».

16 Voir Jean-Louis Cohen et André Lortie, Des Fortifs au périf – Paris, les seuils de la ville, Paris, Picard -Pavillon de l’Arsenal, 1991, p. 38.

17 Voir ibid., p. 45-58.

18 Voir le catalogue de la récente exposition du Pavillon de l’Arsenal, Un atlas parisien – Le dessus des cartes, op. cit., p. 217 et suiv.

19 Voir Jean-Louis Cohen et André Lortie, op. cit., p. 62-66.

20 Voir Rive gauche (1930) – et non, comme il eût été logique, le volume précédent- in Souvenirs et polémiques, édition de Bernard Oudin, Paris, Laffont, 1992, p. 1171-1172 (avec un éloge du peintre Raffaëlli, dont il sera question dans le chapitre sur les images).

21 Reprise dans Le Badaud de Paris et d’ailleurs, Paris, Fayard, 1959, p. 111-204.

22 Voir Evelyne Cohen, Paris dans l’imaginaire national..., op. cit., p. 130 ( » La ligne des fortifications n’est pas considérée comme un axe de circulation intéressant ») ; voir aussi p. 127 la reproduction de la carte des enceintes du Guide bleu de 1921 et, par ailleurs, les considérations sur les « ceintures, noire, verte et rouge », p. 332 et suiv. (p. 338, l’auteur qualifie « l’ancien périmètre des fortifications » de « véritable lieu de mémoire »).

23 Il ne transportait plus alors qu’environ 1 % des voyageurs circulant dans Paris intra-muros : voir Alfred Fierro, op. cit., p. 766.

24 Le roman de Patrick Modiano qui porte ce titre ne s’y réfère que très partiellement, mais le chapitre du catalogue Des Fortifs au périf traitant de la période 1940-1960 lui emprunte son épigraphe, p. 233 : « Du centre de Paris, un courant mystérieux nous faisait dériver jusqu’aux boulevards de ceinture. La ville y rejette ses déchets et ses alluvions. Soult, Masséna, Davout, Kellermann. Pourquoi a-t-on donné des noms de vainqueurs à ces lieux incertains ? » (Les Boulevards de ceinture, Paris, Gallimard, 1972 ; réédition Folio, 1978, p. 155). Sur Patrick Modiano, dont il sera souvent question par la suite, voir la brève étude d’Olivier Barrot, Pages pour Modiano, Paris, Editions du Rocher, 1999 et surtout in Jules Bedner (éd.), Patrick Modiano, Amsterdam, Rodopi, 1993, la contribution de Manet van Montfrains, « Rêveries d’un riverain – La topographie parisienne de Patrick Modiano », pp. 85-101.

25 Voir Des Fortifs au Périf, op. cit., p. 240 sq. (le projet date de 1943).

26 Ibid., p. 278.

27 Voir un article de Michel Holtz, « La longue boucle de la Petite Ceinture », dans Libération du 20 juillet 1998.

28 Paris insolite, Paris, Denoël, 1952, réédition Folio, 1972, p.44. Dans un tout autre milieu, on peut noter que Robert Brasillach évoque le tour de Paris fait, sans doute en 1927, par plusieurs de ses amis et condisciples de khâgne, dont Thierry Maulnier, précisant que ce parcours comptait 38,5 km et qu’il ne souhaitait pas « participer à cette performance » : voir Notre avant-guerre, Paris, Grasset, 1941, réédition. Le Livre de Poche, 1992, p. 34 note 1.

29 « Espace de médiation entre la ville de Paris, les communes limitrophes et l’État « jusqu’en 1965 : Des Fortifs au périf, op. cit., p. 265.

30 L’existence de la « région parisienne » a d’ailleurs été reconnue bien avant la régionalisation par une loi du 14 mai 1932 : voir Evelyne Cohen, op. cit., p. 347-353.

31 Jacques Réda parle même de « triple rempart » (il tient compte du chemin de fer de ceinture), qui, selon lui, « incarcère » Paris « sur son propre tournoiement figé » : La Liberté des rues, op. cit., « Paris spiral », p. 69.

32 Voir Bernard Rouleau, Villages et Faubourgs de l’ancien Paris, op. cit., pp. 124-129, Paris, histoire d’un espace, Paris, Seuil, 1997, p. 358 et la carte, due au même auteur, in Jacques Lucan (dir.), Paris des faubourgs – Formation-transformation, Paris, Pavillon de l’Arsenal-Picard, 1996, p. 19.

33 Associés à des parcs, ils remontent à la monarchie de Juillet : voir Philippe Gresset, « Naissance des lotissements-parcs », in Isabelle Montserrat Farguell et Virginie Grandval (dir.), Hameaux, villas et cités de Paris, Action artistique de la Ville de Paris, p. 33-40. Ils se sont multipliés après 1860.

34 En particulier entre 1860 et 1890, comme le montre la très précise carte du tissu parisien des xixe et xxe siècles insérée face à la p. 288 du livre de François Loyer, Paris xixe siècle, l’immeuble et la rue, Paris, Hazan, 1987.

35 Complètement incorporés à la capitale, selon Jacques Hillairet, en 1954 – avec le champ de manœuvres d’Issy-les-Moulineaux : voir Dictionnaire historique des rues de Paris, op. cit., tome I, p. 32.

36 Un Atlas parisien – Le dessus des cartes, catalogue cité, p. 151.

37 Jeanne Gaillard. Paris, la ville (1875-1870), réédition l’Harmattan, 1997, p. 40.

38 Cité par Alain Meyer et Christine Moissinac, op. cit., p. 233 et voir le tome I de l’édition Bouquins (Paris, Robert Laffont, 1988) : Le 6 octobre [Paris, Flammarion, 1932], p. 111 (passage inséré dans une ample « Présentation de Paris à cinq heures du soir », p. 110-116) : Jules Romains considère d’ailleurs p. 113 que Paris était la seule capitale du monde à être ainsi enserrée par son enceinte).

39 Achevée en 1929 et donnant lieu, cette année-là et la suivante, à des « annexions », selon la formule, un peu hâtive, de Jacques Hillairet : op. cit., p. 32.

40 Voir Jean Bastié et René Pillorget, Paris de 1914 à 1940, Paris, diffusion Hachette, 1997, p. 236 sq.

41 Voir ibid., p 148 (résultats des recensements ; c’est celui de 1921 qui donne le chiffre le plus élevé : quelque 2 906 000 habitants) ; voir aussi le commentaire p. 149 : entre 1911 et 1936, la baisse (environ 233 000) de la population des arrondissements centraux n’est pas compensée par la hausse (quelque 175 000) de celle des arrondissements périphériques.

42 Voir les cartes présentées par Maurice Garden in Jean-Luc Pinol (dir.), Atlas historique des villes de France, Paris, Hachette, 1996, p. 50.

43 Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie, tome VI, Paris, Hachette, 1875, p. 351.

44 Le Tout sur le Tout, Paris, Gallimard, 1948, réédition L’Imaginaire, 1980, p. 133.

45 Retenons ici la division qu’il discerne, de part et d’autre de l’avenue d’Orléans (à l’heure actuelle, du général Leclerc), entre une partie « triste, administrative » et une autre « populeuse » : voir ibid., p. 133-138.

46 On se réfèrera dans le chapitre VII à Roger Caillois à propos du quinzième arrondissement.

47 Voir Paris insolite, op. cit., p. 37-44 (l’auteur aurait exploré le quatrième arrondissement pendant un « bon mois »).

48 Voir par exemple Alexandre Arnoux, Paris-sur-Seine – Féérie des vingt arrondissements, Paris, Grasset, 1939 (l’auteur traite aussi d’un... vingt-et-unième arrondissement).

49 Cela n’a pas toujours été le cas : évoquant les lettres du temps de sa jeunesse, au tournant du siècle, l’un des héros de Jules Romains, Pierre Jallez, indique que « les adresses ne comportaient jamais le numéro d’arrondissement » : voir Les amours enfantines in Les hommes de bonne volonté, réédition Bouquins, Paris, Robert Laffont, 1988, tome 1, p. 491.

50 La Liberté des rues, op. cit., « Paris spiral », p. 65 et 66.

51 La forme d’une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains, Paris, Gallimard, 1999, p. 25. L’auteur évoque lui aussi les frontières : « Les points les plus remarquables de Paris sont ceux où se rencontrent plusieurs arrondissements » tels que l’Etoile ou Belleville (ibid.).

52 Les Boulevards de ceinture, op. cit., p. 96. Notons d’ailleurs qu’en dehors des guides spécialisés ou de certaines séries (par exemple les Nouveaux mystères de Paris de Léo Malet), ces arrondissements centraux sont rarement présentés en tant que tels, notamment les deuxième et troisième).

53 Villages et faubourgs de l’ancien Paris, op. cit., p. 224. L’auteur, qui indique également que « les limites des anciennes communes ont souvent été conservées, comme limites de quartiers », précise que pour des raisons démographiques, les treizième et vingtième arrondissements représentent des cas particuliers.

54 Voir leur liste, par exemple, p. xvii-xviii du guide d’Alexis Martin, Les Etapes d’un touriste en France – Paris – Promenades dans les vingt arrondissements, Paris, Hennuyer, 1890.

55 Robert Desnos, par exemple, a consacré un long poème au « Quartier Saint-Merri » : voir Les Portes battantes (1936), dans Fortunes (1942), réédition Gallimard, 1969, p. 127-122.

56 Le Grand Robert de la langue française, Paris, 2e édition, 1985, tome VII, p. 939.

57 Qualifié de « quartier par excellence » par Anatole France, dans Le Chat maigre cité ibid.

58 Voir Louis Chevalier, Montmartre du plaisir et du crime et Les Ruines de Subure, Paris, Robert Laffont, 1980 et 1985.

59 Voir Gérard Jacquemet, Belleville au xixe siècle – du Faubourg à la ville, Paris, EHESS-Jean Touzot, 1984. L’auteur – qui évoque les limites de « Belleville » et la perception qu’en ont ses habitants p. 19-20 – étudie sous ce titre les quartiers du Combat, de Belleville, de Saint-Fargeau et une partie de ceux d’Amérique et du Père-Lachaise (voir notre ouvrage, Les Hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, Paris, Publisud, 1998, p. 7) mais il évoque aussi certains secteurs des dixième et onzième arrondissements. Voir également les nombreux témoignages recueillis dans Françoise Morier (dir.), Belleville, Belleville – Visages d’une planète, Paris, Créaphis, 1994.

60 Solange Montagné-Villette, Le Sentier – un espace ambigu, Paris, Masson, 1990, p. 9 ; voir aussi les p. 22-23. On se reportera également à Werner Szambien et Simona Talenti (dir.), Le Sentier – Bonne nouvelle de l’architecture à la mode, Paris, Délégation à l’Action artistique de la ville de Paris, 1999.

61 Dans Portraits-souvenir, Paris, Grasset, 1935, Jean Cocteau consacre une page au quartier de la Concorde, perçu et décrit d’une façon très littéraire : il évoque « la terrasse fantôme du Club où s’accoudaient Swann et le duc de Guermantes, la Seine dont Apollinaire disait qu’elle coule entre des livres » : réédition Les Cahiers rouges, 1984, p. 72.

62 Châteaux des courants d’air, Paris, Gallimard, 1986,p. 61 (cité par Max Alhau dans « Le regard du promeneur sur Paris », in Hervé Micolet (dir.), Lire Réda, Presses universitaires de Lyon, 1994, p.49.

63 Voir Le triangle du XIVe arrondissement – Des nouveaux habitants dans un vieux quartier, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 1984 : voir notamment les p. 5-12 et 61-68 (l’auteur montre, au travers d’entretiens avec les habitants du quartier, que le marché de la rue Daguerre suscite la sympathie, mais aussi des déceptions liées à son succès même).

64 À ce propos on trouve d’intéressantes notations au début de la biographie écrite par Jean-Yves Tadié, Marcel Proust, Paris, réédition Folio, 1999, tome I, p. 27-28.

65 Qui, après 1860, n’est pas un quartier au sens administratif, mais le nom attribué au quinzième arrondissement.

66 Plutôt des quartiers, à notre sens.

67 Villages et faubourgs de l’ancien Paris, op. cit., p.223.

68 Voir notamment Le Piéton de Paris, op. cit., réédition L’Imaginaire, Gallimard, 1993, p. 17-30 (une partie du dixième arrondissement, « de la gare du Nord et de la gare de l’Est à la Chapelle », p. 17).

69 Refuges, Paris, Gallimard, 1966 (posthume), réédition, même collection, 1998, p. 163-164.

70 Le Monde d’hier – Souvenirs d’un Européen, Stockholm, Bermann-Fischer Verlag, 1944 -Belfond 1982, pour la traduction ; réédition du Livre de Poche, p. 160.

71 Mémoires d’un Parisien, Paris, La Table Ronde, 1960, réédition Quai Voltaire, 1994, p. 45.

72 Voir Pays parisiens, Paris, Grasset, 1932, p.33, 147-148 (ce riche quartier du dix-septième arrondissement est qualifié d’« insipide Australie ») et 181 (La Chapelle serait seulement « un passage, une sorte de col très spacieux », du reste peu peuplé ; voir p. 184).

73 Voir Les Parisiens, Paris, Hachette, 1967, réédition Pluriel, 1985, p. 146-235 (citation p. 185). L’auteur évoque aussi une prétendue « race des Halles », p. 195-201.

74 D’ailleurs citées par Evelyne Cohen, op. cit., pp. 276-277.

75 Louis Aragon, Les Beaux quartiers, Paris, Denoël, 1936, réédition Folio, 1972, citations p. 263 et 265 ; voir le commentaire détaillé de Raphaël Lafhail-Molino dans son ouvrage, Les Paysages urbains dans les Beaux quartiers d’Aragon – Pour une théorie de la description dans le roman, Berne, Peter Lang, 1997, p. 178-199 (plus particulièrement 188-198).

76 Dans sa Géographie du Grand Paris, Paris, Masson, 1984, Jean Bastié évoque pour sa part le « Paris bourgeois », dans le cadre d’une typologie où figurent aussi les « vieux quartiers du centre » et le « Paris populaire » : voir p. 165-168. Sur un autre plan, signalons aussi les contributions antérieures d’Hervé Bazin et Philippe Hériat à l’ouvrage collectif cité, Regards sur Paris, « Paris populaire », p. 51-74 et « Paris bourgeois », p. 137-166 (le second auteur évoque en particulier p. 154-158 le quartier de la Plaine-Monceau).

77 Voir par exemple Michel Pinçon et Monique Pinçon-Chariot, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 1989. Les auteurs, qui citent, un peu différemment, Aragon en épigraphe, présentent p. 12 une carte englobant l’ouest du 1er arrondissement, le VIIe, la quasi-totalité du VIIIe, plus de la moitié du XVIe (nord et centre), le sud-ouest du XVIIe (Ternes), ainsi que Neuilly ; ils évoquent dans leur introduction, p. 13, « deux années de parcours à travers les beaux quartiers ».

78 Voir le développement d’Évelyne Cohen, « Le peuple parisien », op. cit., p. 280-286 (qui évoque différents auteurs et écrivains – Léon Daudet, Jacques Valdour, Robert Brasillach, Robert Garric, Eugène Dabit, Aragon, Jules Romains et Céline en fonction de leurs tendances) ; sur le thème du peuple, voir aussi Jean-Louis Robert et Danielle Tartakowsky (dir.), Paris le Peuple xviiiexxe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

79 Il arrive néanmoins que des observateurs s’expriment sans ambages : voir par exemple le récent volume de souvenirs de Stanley Karnow, retraçant sa découverte du Paris de l’après-guerre avec Claude Sarraute : il distingue plusieurs types de « beaux quartiers » (riches, aristocratiques, fréquentés par le « gratin des professions libérales » – Saint-Germain-des-Prés -voire, dans le Quartier latin et l’île Saint-Louis, par des fractions du Tout-Paris), avant d’évoquer le XVe arrondissement, selon lui « un quartier sinistre peuplé de modestes boutiquiers, d’employés de bureau, de petits fonctionnaires et de rentiers » et les « quartiers populaires comme Belleville et Ménilmontant, à la périphérie de la ville, [où] les ouvriers d’usine vivaient dans des immeubles sordides dotés de toilettes à la turque » : Paris années 50, Paris, Exils, 1999, p. 37.

80 Au début du premier chapitre (« Esquisse d’une histoire de la géographie bourgeoise de Paris ») d’une autre de leurs enquêtes, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Chariot ci tent l’exemple du Marais : voir Quartiers bourgeois, quartiers d’affaires, Paris, Payot, 1992, p. 17.

81 En dehors du récent colloque mentionné dans l’introduction, on peut se reporter aux analyses de Frédéric Moret dans son article « Images de Paris dans les guides touristiques en 1900 », Le Mouvement social, juillet-septembre 1992, p. 79-98, à celles de Christophe Prochasson dans Paris 1900, op. cit., p. 50-75 et d’Évelyne Cohen dans Paris dans l’imaginaire national de l’entre-deux-guerres, op. cit., p. 112-162 (étude fouillée).

82 On peut consulter de très nombreux guides à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

83 Sur cette collection, voir l’étude de Daniel Nordman, « Les Guides-Joanne – Ancêtres des Guides Bleus » in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, La Nation, tome I, Paris, Gallimard, 1993, p. 529-563 (la première édition est datée de 1863 : voir pp. 542 et 563).

84 Paris Guide par les principaux écrivains et artistes de la France, Paris, Librairie internationale – Bruxelles, A. Lacroix, Verbœckhoven et Cie, 1867, 2 volumes (La science – L’art et La vie). Un choix de textes a été réédité par Corinne Verdet, sous le titre originel, Paris, La Découverte illustrée, 1983. La version intégrale comportait quelque deux mille pages : pour Daniel Oster, il ne s’agit pas « d’un guide familier, pratique, du promeneur dans Paris », selon l’expression de ses éditeurs » : voir sa contribution, « Paris-Guide : d’Edmond Texier à Charles Virmaître », in Ecrire Paris, op. cit., p. 113.

85 Xavier Aubryet commence ainsi son article : « Quelque transformation qu’ait subie le Paris moderne, et quoique bien des dénominations ne correspondent plus à la physionomie d’un quartier (le Marais par exemple), cette coquette indication : la Chaussée d’Antin, ne réveille-t-elle pas à l’esprit l’idée d’un centre d’élégance, de loisir, de sybaritisme ? » (réédition citée, p. 91).

86 Qui évoque à bon droit une « désignation que tout le monde entend, bien qu’elle soit purement idéale et qu’elle ne se rapporte à aucune des divisions municipales de Paris » (ibid., p. 103).

87 Au sujet de cet auteur, Christophe Prochasson souligne que « chaque arrondissement présenté l’est doté d’une identité culturelle », les « plus typés » étant les Ve et VIe, en raison du rôle du livre et de l’étude : voir Paris 1900, op. cit., p. 52-54 (citation p. 52).

88 Voir Evelyne Cohen, « les hiérarchies monumentales de Paris au xxe siècle – les étoiles dans les guides de tourisme cansacrés à Paris », in Les guides imprimés du xvie au xxe siècle, op. cit., p. 439-457.

89 À ne pas confondre, faut-il le préciser, avec celles qui désignent certains restaurants à l’attention des gourmets.

90 Guide vert Michelin, Paris, édition de 1981, cartes pp. 4-7.

91 À ce propos, on peut noter que le thème des deux rives est présent dans des livres qui ne sont pas des guides, comme Le Flâneur des deux rives, déjà mentionné, de Guillaume Apollinaire, mais aussi Paris vieux et neuf d’André Billy, Paris, Rey, 1909, 2 volumes et Paris vécu de Léon Daudet, op. cit.

92 Voir notamment les séries publiées par les éditions Hervas de 1985 à 1988 et par Parigramme, à partir de 1993.

93 Encore que quelques années avant le début de la période étudiée, Charles Lefeuve ait commencé à publier par fascicules (voir Jacques Hillairet, op. cit., tome I, p. 6) une série intitulée Les anciennes maisons de Paris sous Napoléon III par l’historiographe Lefeuve, Paris-Bruxelles, 1873, 5 volumes puis Les Anciennes maisons, par Lefeuve – Histoire de Paris, rue par rue maison par maison, Paris-Reinwald- Leipzig-Twietmayer, 1875, 3 volumes.

94 Définition de l’Insee, citée par Bernard Rouleau dans Villages et Faubourgs de l’ancien Paris, op. cit., p. 147, note 1. Voir aussi in Paris et l’agglomération parisienne, op. cit., tome 2, le chapitre VI, « La ville et l’arrondissement, l’îlot et l’immeuble », notamment p. 56 (Paul Chombart de Lauwe et Louis Couvreur ; voir aussi le chapitre VII, « La rue et les boutiques », dû à ce dernier auteur).

95 Même si les îlots insalubres font l’objet de considérations et de projets spécifiques : voir Pierre Pinon, Paris, biographie d’une capitale, op. cit., p. 245-253 et 272-276 et Yankel Fijalkow, La construction des îlots insalubres 1850-1945, Paris, L’Harmattan, 1998. Une carte des îlots insalubres en 1914 se trouve dans Paris de 1914 à 1940 de Jean Bastié et René Pillorget, op. cit., p.26.

96 Voir Bernard Rouleau, op. cit., p. 147 (« en parallèle, en éventail, en damier, en imbrication orthogonale, en épi, en arête de poisson, en pelure d’oignon ») et les schémas des p. 148 et 152.

97 Ces derniers importants dans l’ordre littéraire et en termes de mythologies parisiennes : voir notamment Walter Benjamin, op. cit. et Le Paysan de Paris d’Aragon.

98 Voir aussi supra, note 8.

99 Paris xixe siècle – L’immeuble et la rue, op. cit., p. 263-264.

100 Refuges, op. cit., « Sauver Paris », p. 180

101 Paris xixe siècle, op. cit., p. 237 et 283.

102 Voir les considérations du même auteur sur les ornements et les façades post-haussmanniennes, op. cit., p. 376-437 (incluant une analyse du règlement de 1902, facteur de diversification ornementale) et, pour les promenades, Françoise Gay-Truffaut, Paris façade, Paris, Hazan, 1989.

103 Ce nombre paraît élevé, si l’on se réfère à une feuille, d’ailleurs étonnante, publiée en 1870 (BNF, 4° Lk7 15318). Sous le titre Le Nouveau Paris limité par l’enceinte des fortifications, un architecte, Henry Santoux, compte 1978 rues, 357 passages et ruelles, 252 impasses, 69 chemins, 101 avenues, 81 boulevards et 46 quais. Même en tenant compte des 80 cités, 27 ponts, 167 places, 8 carrefours, 18 squares et... 8 gares que dénombre l’ « auteur », on est loin d’un total de 3750. Ajoutons qu’ Henry Santoux a calculé la longueur des voies parisienne et la durée du temps nécessaire pour les parcourir. Cette dernière préoccupation est présente dans un guide datant de 1890, dû à J. Pinchard, Le compteur kilométrique parisien ou dictionnaire des rues de Paris : voir l’étude citée de Luc Passion dans Paris et ses réseaux, op. cit., p. 29.

104 Dictionnaire et histoire de Paris, op. cit., p. 1020.

105 Nomenclature officielle des voies publiques et privées, Mairie de Paris, mars 1997, avant-propos, p. ix.

106 Le Guide Joanne de 1870, qui donne d’ailleurs p. 169 un chiffre sous-évalué (1898) concernant les rues, écrit p. 160, non sans quelque exagération, que la plupart des rues du vieux Paris sont « tombées sous la pioche des démolisseurs » (p. 169).

107 Paris capitale du xixe siècle, op. cit., p. 533.

108 Poétique de la ville, op. cit., p. 51.

109 Qui ne constituent évidemment pas la totalité du relief : les zones plates ou peu élevées y ont leur part, laquelle ne s’observe pas uniquement par défaut. La Seine elle-même s’y insère.

110 Notamment les tours de Notre-Dame, la Tour Eiffel, puis la Tour Maine-Montparnasse, situées dans des zones planes, et l’Arc-de-Triomphe, qui se trouve au sommet de la pente des Champs-Elysées.

111 Voir notre ouvrage cité, Les Hauts quartiers de l’Est parisien d’un siècle à l’autre, p. 29-30. Non loin de là, plus exiguë, se trouve la butte Bergeyre : voir ibid.. p. 85 et 99.

112 Souvent évoquée à propos du treizième arrondissement, en général sur un mode social, culturel ou politique ; ce n’est pas le cas sous la plume de Jacques Réda, dans Les Ruines de Paris. Paris. Gallimard. 1977. réédition Poésie. 1993, p. 78.

113 Voir l’évocation de la dénivellation, à partir du boulevard Voltaire, par Jean Genet, dans L’Atelier d’Alberto Giacometti, cité dans Claude Eveno, Paris perdu, Paris, Carré, 1995, p. 296.

114 À leur sujet, nous nous permettons de renvoyer à notre livre cité, qui fait également écho à des représentations littéraires, par exemple celle (mentionnée p. 60) de l’avenue Simon Bolivar dans Françoise, de Jules Romains. Mentionnons aussi le boulevard Sérurier, dont la pente est évoquée par Patrick Modiano dans Quartier perdu, Paris, Gallimard, 1984, réédition, 1994, p. 183.

115 Dans le même roman, p. 80, l’auteur évoque, vu du pont Alexandre III, « le Trocadéro et les immeubles étagés de Passy derrière lesquels j’imaginais les parcs en pente et les chalets d’autrefois ».

116 Voir ibid., p. 36-37 une sobre évocation, relative à l’angle de la rue de Courcelles et de la rue de Monceau. Dans sa biographie de Proust, Jean-Yves Tadié mentionne les rotondes « dont se moque Zola dans La Curée » : voir Marcel Proust, op. cit., tome I, p. 635.

117 François Loyer, op. cit., p.276.

118 Voir par exemple, dans le catalogue cité, Hameaux, villas et cités de Paris, les commentaires d’Amina Sellali et Alain Tillier, pp. 186-195.

119 Qui correspondent aussi, selon Maurice Agulhon, à l’une des pointes de deux figures symboliques, le « triangle napoléonien de l’Ouest parisien » (avec la place Vendôme et celle de l’Étoile) et celui, militaire (également avec l’Étoile, ainsi qu’avec la statue de Clemenceau) : voir « Paris – La traversée d’est en ouest », art. cit., p. 4607.

120 Voir François Loyer (dir.), Autour de l’Opéra – Naissance de la ville moderne, Délégation à l’Action artistique de la Ville de Paris, 1995.

121 Esquisses parisiennes [articles écrits pour le journal américain Tribune en 1875-1876], E.L.A. – La Différence, réédition 10/18, 1994, p. 16.

122 Souvent évoqué à propos du Montparnasse des Années folles, et au-delà : voir Yvan Combeau, Histoire de Paris, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 89, Bernard Marchand, Paris, histoire d’une ville xixe-xxe siècle, Paris, Seuil, 1993, p. 233-225 (« En 1911, l’inauguration du boulevard Raspail, projeté par Haussmann mais terminé cinquante ans plus tard, entre le boulevard Montparnasse et la rue de Vaugirard, fit basculer le quartier en donnant une nouvelle importance au carrefour Vavin » – p. 223) et Jean-Paul Crespelle, La vie quotidienne à Montparnasse à la grande époque 1905-1930, Paris, Hachette, 1976.

123 Celui-ci, entrepris en 1857, a été terminé en 1927 : voir Yvan Combeau, Histoire de Paris, op. cit., p. 94 et Pierre Pinon, Paris, biographie d’une capitale, op. cit., p. 225.

124 Géographie du Grand Paris, op. cit., p. 168 : parmi elles, les avenues d’Italie du Général Leclerc, de Clichy et de Vincennes ; il mentionne aussi d’anciennes « grand’rues des anciens villages », dont celles de Vaugirard et de Flandre. Par ailleurs, l’auteur qualifie l’avenue Foch de « plus belle avenue de Paris, et peut-être du monde » (p. 166).

125 Evoqué par exemple dans La Curée (voir Emile Zola, Les Rougon-Macquart, Bibliothèque de la Pléiade, tome I, Paris, Gallimard, 1960, édition d’Henri Mitterand, p. 391) et, dans une tout autre optique, étudié par Annie Térade dans « Le boulevard Malesherbes, ou la longue durée du tracé « haussmannien », Cahiers de l’IPRAUS – Paris, formes urbaines et architecturales, Recherches-Ipraus, 1998, p. 29-44.

126 Le Citadin, Paris, Gallimard, 1998, p. 73. Cette géométrie, comme le souligne l’auteur (voir p. 70) n’est évidemment pas aussi uniforme : l’arrondissement comprend quelques courbures (rue de la Fontaine-au-Roi, par exemple) qui introduisent des éléments de diversité. Bien plus, « toute la superficie du XIe offre l’apparence d’un grand damier labyrinthique, en raison d’une quantité (de loin la plus élevée de Paris) de passages, d’impasses et de « cités » en impasse qui compliquent ou déjouent le recoupement normal des perpendiculaires ».

127 Ainsi, vers l’extrémité du boulevard Murat, là où il suit le tracé d’une portion des anciennes fortifications, près de la porte par où les Versaillais sont entrés dans Paris en mai 1871 : voir Marie-Claude Crosnier-Leconte, Le Guide du promeneur- XVIe arrondissement, Paris, Parigramme, 1995, p. 234-236.

128 II s’agit d’ailleurs d’une partie du trajet en taxi décrit par Aragon, en relation avec une expédition vers les Buttes-Chaumont, dans Le Paysan de Paris, Paris, Gallimard, 1926, réédition Folio, 1972, p. 167-168.

129 À ce propos, on peut d’ailleurs, selon un sens figuré du terme « angle », mentionner les perspectives tout à fait étrangères aux vues touristiques que montre Jean-Paul Clébert dans Paris insolite, op. cit., p. 62-67.

130 Jacques Réda, Le Promeneur, op. cit., p. 51.

131 Le même auteur écrit : « Ce qui me plaît dans la rue des Pyrénées, c’est d’abord qu’elle monte et qu’elle tourne, de tronçons en tronçons qui paraissent rectilignes d’après les plans, mais qui finissent par dessiner un immense arc de cercle, de la porte de Vincennes à Belleville par Ménilmontant. » (Les Ruines de Paris, op. cit., p. 91). Sur cette rue, dans une perspective d’histoire urbaine, voir l’article de Florence Bourillon dans le catalogue de l’exposition, Le XXe arrondissement – La montagne à Paris, Action artistique de la ville de Paris, 1999.

132 Voir par exemple la manière dont Jean-Paul Sartre décrit la capitale sous l’occupation : « Un peu de vie provinciale était accroché aux angles de la capitale ; il restait un squelette de ville, pompeux et immobile, trop long et trop large pour nous : trop larges les rues qu’on découvrait à perte de vue, trop grandes les distances, trop vastes les perspectives : on s’y perdait, les Parisiens restaient chez eux ou menaient une vie de quartier, par peur de circuler entre ces grands palais sévères que chaque soir plongeait dans les ténèbres absolues. » : « Paris sous l’occupation » (texte publié dans La France libre à Londres en 1945) in Situations III – lendemains de guerre, Paris, Gallimard, 1946, réédition de 1976, p. 25 (la suite de cette page associe métaphores et notations réalistes). Pour la même époque, voir les souvenirs de Mouloudji dans La Fleur de l’âge, Paris, Grasset, 1991, p. 7-8, qui traduit une sorte de fascination plastique (« Rues, places, avenues reprenaient leurs perspectives premières. Le génie de certaines artères éclatait »), non sans rendre compte de la tristesse des quartiers de son enfance, dans l’Est parisien.

133 Voir Clive Lamming, Paris ferroviaire, Paris, Parigramme, 1999.

134 Voir notamment Pierre Merlin, Les Transports parisiens (étude de géographie économique et sociale), Paris, Masson, 1967, chapitre II, « Les transports en commun » – compléter par les p. 24-39 des Transports en région parisienne du même auteur, Paris, La Documentation française, 1997, François Caron et alii (dir.), Paris et ses réseaux, op. cit., notamment p. 331-341, Marc Gaillard, Du Madeleine-Bastille à Meteor – Histoire des transports parisiens, Amiens, Martelle, 1991, Armand Bindi, Daniel Lefeuvre, Le métro de Paris – Histoire d’hier à demain, Rennes, Ouest-France, 1990, François Gasnault-Henri Zuber (dir.), Métro-Cité – Le chemin de fer métropolitain à la conquête de Paris 1871-1945, Paris-Musées, 1997, Roger-Henri Guerrand, L’aventure du métropolitain, nouvelle édition, Paris, La Découverte, 1999 (références culturelles et bibliographie intéressantes) et Jean Tricoire, Un siècle de métro en 14 lignes – de Bienvenue à Meteor, Paris, La Vie du Rail, 1999.

135 Voir la carte établie par Bernard Rouleau in Jean-Robert Pitte (dir.), Paris, histoire d’une ville, op. cit., p. 135 et cf. p. 133 la carte des omnibus et tramways.

136 Le dernier voyage a lieu le 15 mai 1937 : voir Marc Gaillard, op. cit., p. 76.

137 Voir Guillaume Dauterpac, Paris vu du bus, Paris, Bonneton, 1996.

138 Voir Géographie humoristique de Paris, Paris, La Passerelle, 1951, « Géographie morale du métro », notamment p. 41 et 45-47 (l’auteur s’intéresse notamment à la ligne 6). Quelques années auparavant, dans Le Tout sur le Tout, op. cit., Henri Calet donne une vision plus grinçante du spectacle du métropolitain, notamment à propos de la ligne Nation-Etoile (par Denfert), symétrique de celle évoquée par André Siegfried : voir les p. 220-223 de la réédition citée.

139 Voir Un ethnologue dans le métro, Paris, Hachette, 1996.

140 On peut ajouter qu’un peu au nord de la branche est de cet itinéraire, se trouve une « coulée verte » qui connaît un succès certain : il s’agit de la « promenade plantée » aménagée à partir de 1990 sur l’ancienne ligne du chemin de fer de la Bastille désaffectée en 1969 : voir Danielle Chadych, Le Guide du promeneur- XIIe arrondissement, Paris, Parigramme, 1995, p. 181-188.

141 Voir Ali Habib, « La traversée de Paris », Le Monde, 7 août 1999, p.8 (article illustré d’une carte). Des guides spécialisés sont d’ailleurs apparus, comme Paris à pied, édité par la Fédération française de la randonnée pédestre, 1995 et 1996.

142 Néanmoins, Jean Bastié écrit : « (...) les quartiers populaires sont aussi en majorité ceux qui présentent les plus fortes pentes : Belleville, les Buttes-Chaumont, Montmartre, la Butte aux Cailles, ce qui a pu limiter son usage quotidien, contrairement à de nombreuses villes étrangères de plats pays. » : Paris de 1914 à 1940, op. cit., p. 45.

143 Dans Paris la Grande, Paris, Flammarion, 1997, Philippe Meyer se montre néanmoins ironique à l’égard de « l’Asphalt Jungle » (voir les p. 73-107 de la réédition Folio de 1999).

144 Il existe même un guide à ce sujet : voir Serge Rodriguez, Marion Thuriot, Le roller à Paris, Paris, Parigramme, 1999.

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540