Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Navigation et péages sur l’Allier à Moulins à la fin du Moyen Âge

Josiane Teyssot

Texte intégral

  • 1 D. Laurent et M.-Th. Téty, Moulins. La ville et l’architecture du xve au xixe siècle, Moulins, Soci (...)

1La navigation fluviale constitue un moyen de transport très utilisé au Moyen Age, en particulier pour les marchandises. Malgré sa lenteur, elle permet de déplacer de grosses quantités pour l’époque. Elle est également plus sûre en période de guerre. Les rivières sont aussi empruntées pour transporter les personnes. En 1383, la duchesse Anne Dauphine, épousé de Louis II de Bourbon, charge Antoine de Montferrand d’aller chercher sa nef pour la ramener de Paris à Moulins. En 1407, deux consuls de Moulins se rendent à Villeneuve, à seulement 12 km de leur ville, par l’Ailier et non par la route, alors qu’une trêve militaire dans la guerre de Cent Ans éloigne pourtant tout danger à ce moment-là1.

2Le contrôle et l’entretien des cours d’eau se révèlent donc essentiels. Pour cela, il faut ôter tous les obstacles susceptibles de gêner le libre passage. Or, ces obstacles apparaissent multiples et variés, le plus souvent en raison des activités des riverains : moulins, pêcheries, pélières (ou digues), gués, ponts. Ils s’ajoutent aux phénomènes naturels que sont les crues, les étiages et les déplacements de lit. Les marchands naviguant sur la Loire et ses affluents, dont l’Ailier, prennent les choses en main : ils sont les seuls véritables spécialistes en la matière. Le roi et les seigneurs l’acceptent puisqu’ils reconnaissent cette compétence à plusieurs reprises. L’organisation ligérienne repose sur la libre utilisation du réseau par tous les membres de la corporation, contrairement à ce qui se passe sur la Seine où les marchands parisiens assurent leur monopole sur la plus grande partie du cours du fleuve. Il convient donc de connaître les principales caractéristiques de cette organisation Loire-Ailier, pour comprendre ensuite le cas particulier de Moulins.

Les « marchands fréquentants » la Loire et ses affluents2

  • 2 Tout ce paragraphe s’inspire de l’ouvrage essentiel, quoique vieilli dans sa méthode, de Ph. Mantel (...)
  • 3 P. Mondanel, L’ancienne batellerie de l’Ailier et de la Dore, de Langeac à Nevers, Clermont-Ferrand (...)

3Ils sont mentionnés pour la première fois au début du xiiie siècle, sous Jean sans Terre et son fils, dans les derniers temps de la suzeraineté anglaise sur ce coin du royaume de France. Ils sont déjà puissamment organisés et depuis longtemps. Mais c’est surtout aux xive-xve siècles que la corporation connaît un grand essor et son apogée. Elle pallie alors les carences du pouvoir central. Elle réunit tous les marchands de Loire, depuis Roanne en amont jusqu’à l’estuaire en aval, plus ceux utilisant les affluents. L’Allier est navigable de son confluent jusqu’à Joze et Pont-du-Chateau3, près de Clermont en Auvergne. Mais des bateaux peuvent parfois remonter jusqu’à Issoire, voire Langeac encore plus au sud, à condition de franchir par transbordement la pélière de Pont-du-Château. Tous les marchands des villes riveraines, qu’ils soient marchands ayant leurs propres bateaux ou simples nautoniers louant leurs embarcations, peuvent à égalité naviguer sur le réseau, à condition d’adhérer à la corporation. Aucune ville n’impose son monopole ou son exclusivité, contrairement à Paris sur la Seine. Néanmoins dans les faits, Orléans et, dans une moindre mesure, Angers et Tours, s’avèrent prédominantes.

  • 4 P. Mantellier, Histoire de la communauté…, op. cit., t. 3, p. 325-326, no 867.

4Cette organisation est « transseigneuries » : l’unité, c’est le fleuve. En cas de litige avec l’un ou l’autre seigneur, les marchands fréquentants relèvent du Parlement de Paris. Au xve siècle s’ajoutent les échelons intermédiaires des baillis de Mâcon et surtout de Saint-Pierre-le-Moûtier. Les procès se multiplient en effet aux xive-xve siècles à cause des péages de plus en plus nombreux et de plus en plus onéreux : il y a jusqu’à 140 péages sur tout le réseau. Le premier procès connu pour l’Ailier concerne le péage de Saint-Germain, près de Vichy, en 14224. Le compte exact est difficile a établir puisqu’il y a souvent plusieurs péages au même endroit. Par exemple, à Moulins, le duc, la ville et les hôpitaux Saint-Nicolas et Saint-Julien prélèvent chacun un ou plusieurs droits au niveau du grand pont sur l’Allier.

5Ces péages sont nécessaires pour l’entretien des ponts et des rivières, comme le dragage et l’enlèvement des obstacles. Ils sont donc acceptés dans leur principe. Seuls la nouveauté et le coût estimé trop élevé sont contestés. En fait, il s’agit d’un droit régalien usurpé. Au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge, il faut une autorisation royale de concession. Ces concessions se multiplient quand le roi est affaibli ou quand il recherche l’alliance de tel ou tel grand seigneur. Ensuite, régulièrement, le pouvoir souverain annule tous ces dons trop nombreux, comme en 1430, date à laquelle tous les péages créés depuis 1370 sont supprimés. Cette année 1370 sert d’année de référence à toutes les autres annulations jusqu’à la fin du xve siècle. En 1503, le roi supprime les péages créés après 1405. Il en reste cependant 100 à 120 en 1567. Ces annulations générales à répétition prouvent leur inefficacité. Les marchands fréquentants multiplient donc les appels devant le Parlement de Paris, comme dans le cas de Moulins entre 1466 et 1474. Ils les gagnent souvent, mais ils ont beaucoup de mal à faire appliquer les arrêts. Comme pour les enquêtes elles-mêmes, les officiers du roi font traîner les choses. Et des procès en annulation se produisent toujours aux xviie-xviiie siècles.

6C’est donc dans ce cadre général qu’il faut resituer l’exemple moulinois, en rappelant d’abord brièvement l’histoire de la ville, puis en retraçant ses liens avec la rivière tout au long du xve siècle.

Histoire de Moulins5

  • 5 D’après D. Laurent et M.-Th. Téty, Moulins… op. cit., et G. Fournier, Châteaux, villages et villes (...)
  • 6 D. Laurent et M.-Th. Téty, Moulins…, op. cit., p. 114 : mention d’un cimetière juif dans le terrier (...)

7Le peuplement dès le néolithique s’installe sur le plateau oriental, autour d’Yzeure, à 225 m d’altitude environ, pour éviter les crues de l’Ailier. La rive droite est plus densément occupée que la rive gauche car les pentes sont plus douces. Aux époques antique et haut médiévale, des moulins s’installent sur une plate-forme plus proche de la rivière, à 215 m d’altitude : la « villa des moulins » est ainsi citée en 990 ou 991. En 1049 est mentionné un château appartenant aux sires de Bourbon qui cherchent à arrêter l’influence de Souvigny à l’ouest. En 1206, par des échanges de terres, les Archambaud deviennent seuls maîtres de la ville, et ils octroient une charte de franchises aux habitants en 1232. Deux ans plus tard, Archambaud VIII attire juifs et lombards pour commercer « sans faire l’usure »6.

8Après 1370, le duc de Bourbonnais Louis II choisit Moulins comme capitale de sa principauté en y installant dès 1374 sa Chambre des comptes. Dans un duché devenu très vaste, Moulins occupe en effet une situation centrale, beaucoup plus que Montluçon qui est excentré vers l’ouest. Quant à Bourbon, berceau des sires du même nom, il ne se trouve pas sur l’Ailier, axe majeur de circulation dans toute la seigneurie.

9Une cour ducale brillante se développe et attire le commerce. Louis II fait construire son château et fonde un chapitre de douze chanoines dans la chapelle castrale en 1386. D’autres établissements religieux s’implantent. L’hôpital Saint-Julien, fondé fin xiiie siècle près de la porte d’Allier au sud-ouest de la ville, est inclus dans l’enceinte communale au cours du xive siècle. Cette nouvelle muraille est commencée en 1336, mais elle n’est jamais achevée. Les habitants renoncent définitivement à la terminer en 1622. Un couvent de Carmes s’installe en 1352. Louis II crée l’hôpital Saint-Nicolas, à l’ouest et hors les murs, au cœur du faubourg des mariniers. Enfin, des Clarisses apparaissent au nord-est de la ville, intra muros, en 1421. Mais la prééminence paroissiale de Saint-Pierre d’Yzeure est maintenue jusqu’au milieu du xve siècle.

  • 7 AM Moulins, no 245 et suivants, jusqu’à la Révolution (no 291, 1520-1521). Les délibérations ne son (...)
  • 8 Ibid., no 245 (fol. 1 : comptes de feu Jehan Fillet, un des quatre consuls de l’année) et no 285.

10La population est administrée par quatre consuls élus en mars de chaque année. Les premiers connus le sont en 1378, tandis que le premier registre de comptes conservé date de 1399-14007. Douze conseillers à vie s’ajoutent au cours du xve siècle. Tous ces édiles ont peu d’autonomie par rapport à l’administration ducale. Ainsi, en 1518, Anne de Beaujeu impose la création d’un maire et d’échevins. Ces consuls entretiennent les remparts et les petits cours d’eau qui se jettent dans l’Ailier. Ils veillent à l’alimentation en eau potable de la ville par des puits et des sources. Mais surtout ils réparent les ponts et lèvent des péages sur la rivière. Ce sont là les principaux postes de dépenses et de recettes de la ville. Par exemple, les péages représentent 191 livres de ressources en 1400, et 2 279 en 15038. L’Allier est donc bien au cœur de la vie des habitants.

Navigation et péages sur l’Ailier à Moulins9

  • 9 D’après P. Mondanel, L’ancienne batellerie… op. cit., et surtout d’après D. Laurent, « Les communau (...)

11Les archives conservées sont tardives et plutôt hétérogènes. Il faut recourir à différents fonds, dont ceux des archives municipales et des archives nationales.

La navigation

12Moulins appartient à la corporation des marchands fréquentants de Loire, dès la fin du xive siècle au moins. Ce n’est pas une ville très importante par rapport à Orléans ou Angers, mais c’est la première pour tout le val d’Allier. Les marchands moulinois ont ainsi la responsabilité, aux xive-xve siècles, d’entretenir la rivière depuis le port de la Chaise à Chemilly au sud, jusqu’à Cuffy au Bec d’Allier, c’est-à-dire au confluent avec la Loire. En amont, la navigation est plus faible et il n’y a pas d’autres villes suffisamment grandes. Il s’agit des petits ports de Varennes-sur-Allier, Saint-Germain-des-Fossés, Ris (au confluent de la Dore), Joze, Pont-du-Château. Au-delà de ce dernier lieu, la navigation est rendue impossible par une pélière, c’est-à-dire une digue en pieux de bois barrant toute la rivière en biais, sans pertuis, et servant à alimenter des moulins à eau qui fournissent en farine le marché clermontois tout proche.

  • 10 AM Moulins, no 260, 1423-1424 : « batre le bateiz, costé le pont Macheclo, pour sauver la maison de (...)
  • 11 BNF, manuscrits fr. 22297, fol. 369. Voir G. Fournier, Châteaux…, op. cit., p. 115-120.

13Ce genre d’obstacles au trafic fluvial existe également à Moulins : il y a des pélières pour les moulins, des pêcheries, des ponts et ponceaux ou « bâtis » ou « bateiz »10. Sur l’armorial de Guillaume Revel, au milieu du xve siècle, on observe ainsi une pêcherie au faubourg Saint-Nicolas, au premier plan : une petite plate-forme en bois, soutenue par quatre pieux, permet de tendre des filets tout autour11. De même, plusieurs ponts sont visibles au-devant des trois portes de ville dessinées, plus un autre et trois ponceaux sur le bras d’eau qui traverse le faubourg. Ces ponts, tous en bois sur pieux ou sur pilots à sabots de fer, tels qu’ils sont décrits a l’Époque moderne, sont peu élevés et empêchent les bateaux, y compris les simples barques, de passer dessous. Enfin, ces structures fragiles sont facilement emportées par les crues ou par les blocs de glace en hiver. Elles peuvent aussi être démolies par le lit fluctuant de la rivière car elles sont installées d’île en île, de banc de sable en banc de sable. Il existe en tout, vers 1425, trois ponts sur l’Ailier à proprement parler (le grand et le petit pont d’Espinchard ou d’Eschinart, le pont de Macheclou), plus un ou deux ponts sur l’Allerot son bras secondaire, plus un dernier dit de Saint-Nicolas au faubourg du même nom2. Quant aux bateaux, il s’agit de grandes barques à fond plat, comme celle représentée par Guillaume Revel à côté de l’église Saint-Nicolas, toujours au premier plan du dessin. Elle avance à la godille, et non à la rame ou à la voile, ce qui traduit la faible profondeur du cours d’eau.

  • 12 AM Moulins, no 261, folio 42, et no 262, folio 18.
  • 13 Ph. Mantellier, Histoire de la communauté…, op. cit., t. 3, p. 4-6.

14Pour défendre leurs intérêts, les marchands et nautoniers de Moulins adhèrent donc à la corporation des marchands fréquentants de Loire, à une date inconnue, peut-être à la fin du xive siècle puisque les premières mentions signalées par Mantellier datent de la première moitié du xve siècle. Ils s’appellent souvent eux-mêmes marchands d’Allier ou de la rivière. Ils n’utilisent jamais les expressions de nautoniers ou fréquentants. Ils semblent être d’ailleurs, la plupart du temps, des marchands nautoniers et non des nautoniers seuls. Tous les trois ans, ils rendent des comptes à Orléans devant les autres membres de la corporation. Chaque année, comme toutes les autres villes, ils envoient aussi des délégués : parmi eux sont choisis ceux qui représenteront l’ensemble de l’association pendant un an. Par exemple, le12 mai 1474, Chariot Mijart, Jehan Ythier, Colin Roy dit Bergier, Jehan Rigandat (ou Rigaudat), Pierre Roignon, Jehan Picault, Pierre Lyendon et Phelipon Charbonnier, tous de Moulins, assistent à l’assemblée générale tenue à Orléans : ils constituent une des plus fortes délégations de toutes les villes représentées. Chariot Mijart, Jehan Ythier, Pierre Roignon et Pierre Liendon, plus Chariot Popillon, sont ensuite désignés pour défendre toute la corporation pendant l’année à venir13. Les Moulinois sont donc des membres actifs et dynamiques.

  • 14 Ibid., t. 1, p. 119-122.

15Ces délégués « généraux » règlent les litiges internes ou externes qui peuvent survenir. Si ces problèmes concernent l’Ailier, les arbitrages sont rendus au Bec d’Allier, après enquête faite par les délégués. Mais, avec la restauration progressive du pouvoir royal au xve siècle, cette enquête interne est doublée par celle des officiers royaux, à la charge financière des marchands. C’est ainsi qu’en 1495, Pierre Nyvart, lieutenant général du bailli de Montargis, remonte pendant 35 jours le fleuve d’Orléans à Maringues en Auvergne, pour enquêter sur tous les péages : cela coûte 434 livres à la corporation14.

  • 15 D. Laurent et M.-Th. Téty, Moulins. La ville…, op. cit., p. 15, 19-20.
  • 16 J. Teyssot, Riom, capitale et bonne ville d’Auvergne, 1212-1557, Nonette, Eds Créer, 1999, p. 288-2 (...)

16Les grandes familles de marchands moulinois ne sont pas encore vraiment étudiées. Elles semblent résider en priorité au faubourg Saint-Nicolas, dit également faubourg d’Allier, sans doute près des ponts d’Espinchard. Dans un terrier de 1460, 59 marchands sont cités, dont 34 marchands d’Allier et quatre transporteurs. Les mêmes noms apparaissent au consulat, avec le simple qualificatif de marchands. Parmi eux figurent les Lamena, dont on connaît à peu près le patrimoine, et qui au début du xive siècle domine largement la ville : ils font fortune dans le commerce nautonier, pour ensuite investir leurs bénéfices dans des achats de terres aux alentours, notamment des vignes’15. À la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, les Mijard ou Minard ou Miniard les remplacent : l’un d’entre eux, Antoine, devient le receveur général ou trésorier, c’est-à-dire l’homme de confiance, de la duchesse Anne de Beaujeu16.

  • 17 Il existe cinq foires à Moulins en 1461. La sixième est créée par le duc Jean II en 1469.

17Enfin, il faut étudier les marchandises elles-mêmes. Quelles sont-elles ? Sont-elles vendues ou achetées à Moulins17, ou bien ne font-elles que transiter par la capitale bourbonnaise ? Les péages répondent en partie à toutes ces questions.

Les péages

  • 18 Voir supra note 3 : les habitants d’Issoire qui réclament contre les privilèges de Montferrand au x (...)
  • 19 AD Puy-de-Dôme, 3 E 113 Dép. fonds II, HH 5. J. Teyssot, « Le marc d’or… », op. cit., p. 71.

18Ils sont matérialisés par des « billettes » qui sont des petits panneaux en bois indiquant d’abord simplement le péage, et aussi les tarifs à l’Époque moderne. Ils portent sur le sel, les vins (de Loire, de Saône, du Rhône, de Garonne), le blé (de Beauce surtout), les tissus, les harengs, les produits méditerranéens comme l’huile et les fruits18. En 1453 par exemple, Jehan Fachu, marchand d’Orléans, est arrêté sur plainte de Montferrand car il a vendu ses harengs à Riom avant de le faire à Montferrand, ce qui va à l’encontre des privilèges montferrandais. En 1540, une autre enquête est menée pour les mêmes raisons à Maringues pour des marchandises languedociennes non détaillées19.

19D’après ces cas précis, il semble que Moulins soit plus un port de transit qu’un marché de consommation de première grandeur. Les produits qui viennent du sud par le Massif central partent au-delà de la ville, vers le nord et ses grosses agglomérations, tandis que les denrées comme les harengs ou les vins poursuivent vers les zones plus reculées des montagnes du centre du royaume, même si un prélèvement pour la consommation locale moulinoise s’avère probable. Tout ce trafic ne concerne apparemment pas des marchandises de très grande valeur, mais plutôt des produits courants, de faible coût et en grosses quantités.

20Les bénéficiaires des péages sont le duc, les hôpitaux et la ville. Louis II crée son péage en 1373, pour la défense du pays et pour aider le roi à chasser les routiers. Comme la taxe perdure au xve siècle, cette fois-ci pour payer les écorcheurs du duc Charles Ier, le roi ne peut plus la tolérer, même s’il ménage le prince : il la supprime donc par les édits généraux de 1430 et 1445, puis par ordonnance particulière en décembre 1448. En fait, le prélèvement ducal ne disparaît qu’au xvie siècle, après le rattachement de la province à la Couronne en 1527 : il est alors remplacé par un péage... royal.

  • 20 Les crues emportent les ponts le 29 janvier 1408 (AM Moulins, no 250), en octobre 1409 (ibid., no 2 (...)
  • 21 AM Moulins, no 258.

21Des péages privés existent au profit des deux hôpitaux moulinois : celui de Saint-Julien fondé par Archambaud de Bourbon au xiiie siècle, et celui de Saint-Nicolas fondé un siècle plus tard par Louis II. Mais les prélèvements les plus importants sont effectués par la ville pour l’entretien et la reconstruction permanente des ponts. Les taxes à cette fin ont tendance à se multiplier tout au long du xve siècle, à la suite des nombreuses destructions provoquées par les caprices de la rivière20 ; ces créations sont les « nouveautés » que critiquent tant les marchands. Par exemple, la nouveauté de 1420 consiste à prendre cinq sols par muid de blé, dix deniers par tonneau de vin et cinq sols par quintal de marchandises au poids. Et pour faciliter la tâche des collecteurs, les ponts sont barrés par une barre coulissante, le tout avec l’accord et l’autorisation du duc21.

  • 22 Ibid., no 245, fol. 1 et 2.
  • 23 Ibid., no 264.

22Ces taxes communales sont levées par un fermier des ponts ou pontonnier : c’est la ferme du pontonnage mise aux enchères pour des périodes très variables et généralement très courtes. En 1400, Johannet Tenemeaul accense « le pontenage des pons d’Aler » pour trois jours seulement ; Jehan Garenghot lui succède sans précision de délai, tandis que Jehan Rougnon est en charge pour quatorze jours en juin de cette année-là22. Bien souvent, ces pontonniers sont des charpentiers qui assurent aussi la réparation des ponts, comme Jehan Berger en 143023. Quant au bois acheté par la ville pour effectuer ces réparations, il provient du domaine ducal.

  • 24 Ibid., no 272.

23Ces impositions sont levées sur les ponts, comme l’indique la barre tendue en travers en 1420. Elles touchent donc le trafic terrestre, en même temps que le trafic fluvial, le nautonier devant s’arrêter pour verser sa quote-part. Les péages sont ainsi payés sur et sous les ponts. Des aléas peuvent cependant intervenir. En 1452, des basses eaux importantes durent huit mois : les gens passent à gué et refusent d’acquitter les péages24.

  • 25 Dont les principales pièces sont AN, Χ1Α 100, fol. 121-122 (1er juillet 1469) et X1A 108, fol. 18-1 (...)
  • 26 AN, X1a 9214, fol. 12v-13 et 19-19v. Ph. Mantellier, Histoire de la communauté…, op. cit., t. l, p. (...)

24Ces péages ont laissé beaucoup de traces dans les archives puisque les procédures les concernant sont très nombreuses. Il y a ainsi un gros procès en parlement de Paris touchant Moulins entre 1466 et 147425. Dans cette affaire, un prélèvement de dix deniers tournois par livre de marchandise est contesté par les marchands fréquentants et par le bailli royal de Saint-Pierre-le-Moûtiers. Ce péage est officiellement supprimé après une très longue enquête : celle-ci traîne car le duc soutient sa ville et le souverain, Louis XI, ménage le duc. Un procès similaire intervient à nouveau en septembre 1534, devant les Grands Jours de Moulins, puis un autre en 1546 en Parlement, toujours pour des taxes jugées abusives par la corporation26. Chaque fois, le péage communal se maintient car il répond à une utilité publique qui est l’entretien des ponts.

25Les litiges ne se situent donc plus entre les marchands et les autorités politiques, mais entre bourgeois eux-mêmes, puisque les marchands fréquentants veulent la suppression d’une création qui est urbaine et non pas seigneuriale ou royale. Désormais, il y a dichotomie entre les intérêts des marchands nautoniers du fleuve et ceux de la ville de Moulins. Ce cas n’est pas isolé : toutes les villes ligériennes sont confrontées à ce dilemme. C’est une des causes du déclin de la corporation des marchands fréquentants dès le début de l’Époque moderne.

26Cette corporation a donc joué un rôle essentiel dans la navigation et le commerce sur la Loire, surtout du xiiie au xvie siècle, y compris à Moulins sur l’Ailier. Le roi ne la supprime qu’en 1772, quand dorénavant il assure lui-même le service public rendu jusque-là par le métier des nautoniers. À Moulins, cette disparition coïncide avec la construction de 1753 à 1763 du grand pont de pierre, de l’architecte Régemont, qui résiste enfin aux crues. Il n’est plus nécessaire de lever des taxes au passage des marchandises. D’ailleurs la navigation sur la Loire et l’Ailier diminue sensiblement. Le bateau est moins employé car devenu plus gros, il remonte plus difficilement des fleuves aussi instables. Moulins cesse alors d’être une ville complètement tournée vers sa rivière.

Notes

1 D. Laurent et M.-Th. Téty, Moulins. La ville et l’architecture du xve au xixe siècle, Moulins, Société bourbonnaise des études locales, 2001, p. 17. Cet ouvrage, pas toujours commode à utiliser à cause de son plan trop « éclaté », constitue cependant la principale source publiée à ce jour sur la ville de Moulins au Moyen Âge et à l’Époque moderne.

2 Tout ce paragraphe s’inspire de l’ouvrage essentiel, quoique vieilli dans sa méthode, de Ph. Mantellier, Histoire de la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire et fleuves descendants en icelle, Orleans, 1867, 3 vol. Cet auteur a travaillé d’après des archives d’Orléans aujourd’hui disparues. Une édition complémentaire par D. Jeanson (même titre, Tours, 1987) ne contribue pas à moderniser, ni à clarifier les choses.

3 P. Mondanel, L’ancienne batellerie de l’Ailier et de la Dore, de Langeac à Nevers, Clermont-Ferrand, Mémoire de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Clermont, 1975, réédition De Borée, 2000, p. 89-102. Cet argument de navigabilité est avancé par les habitants d’Issoire au xvie siècle pour demander la suppression du privilège de priorité des foires de Montferrand : pourquoi imposer aux marchands extérieurs à la province qui viennent par voie d’eau d’aller commercer d’abord à Montferrand qui est loin de l’Ailier ? J. Teyssot, « Le marc d’or de Montferrand », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, 1999, no 741, p. 65-73 AD Puy-de-Dôme, 3 E 113 Dép. fonds II, HH 2.

4 P. Mantellier, Histoire de la communauté…, op. cit., t. 3, p. 325-326, no 867.

5 D’après D. Laurent et M.-Th. Téty, Moulins… op. cit., et G. Fournier, Châteaux, villages et villes d’Auvergne au xve siècle d’après l’armorial de Guillaume Revel, Genève, 1973, p. 115-117. Voir aussi A. Leguai dir., Histoire des communes de l’Ailier, Saint-Étienne, 1986, et R. Homet, « Moulins en el siglo xv », Villes et sociétés urbaines au Moyen Âge. Hommage à Jacques Heers, Paris, 1994, Presses de la Sorbonne, p. 83-90.

6 D. Laurent et M.-Th. Téty, Moulins…, op. cit., p. 114 : mention d’un cimetière juif dans le terrier Bardon (1460-1471).

7 AM Moulins, no 245 et suivants, jusqu’à la Révolution (no 291, 1520-1521). Les délibérations ne sont conservées que depuis 1513 (ibid., no 128).

8 Ibid., no 245 (fol. 1 : comptes de feu Jehan Fillet, un des quatre consuls de l’année) et no 285.

9 D’après P. Mondanel, L’ancienne batellerie… op. cit., et surtout d’après D. Laurent, « Les communautés d’habitants et la gestion de l’eau en Bourbonnais à la fin du Moyen Âge », Actes du 120’Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Aix-en-Provence (1995), La ville au Moyen Âge, t. I, Ville et espace, Paris, 1998, CTHS, p. 77-94.

10 AM Moulins, no 260, 1423-1424 : « batre le bateiz, costé le pont Macheclo, pour sauver la maison de la ville qui s’en aloit par fortune d’eaues » ; ibid., no 276, 1457 : « bateix » du petit pont Eschinart. D. Laurent, « Les communautés… », op. cit., p. 86.

11 BNF, manuscrits fr. 22297, fol. 369. Voir G. Fournier, Châteaux…, op. cit., p. 115-120.

12 AM Moulins, no 261, folio 42, et no 262, folio 18.

13 Ph. Mantellier, Histoire de la communauté…, op. cit., t. 3, p. 4-6.

14 Ibid., t. 1, p. 119-122.

15 D. Laurent et M.-Th. Téty, Moulins. La ville…, op. cit., p. 15, 19-20.

16 J. Teyssot, Riom, capitale et bonne ville d’Auvergne, 1212-1557, Nonette, Eds Créer, 1999, p. 288-289 et 328.

17 Il existe cinq foires à Moulins en 1461. La sixième est créée par le duc Jean II en 1469.

18 Voir supra note 3 : les habitants d’Issoire qui réclament contre les privilèges de Montferrand au xvie siècle, évoquent en particulier « l’huile du Languedoc » qui arrive par la haute vallée de l’Ailier.

19 AD Puy-de-Dôme, 3 E 113 Dép. fonds II, HH 5. J. Teyssot, « Le marc d’or… », op. cit., p. 71.

20 Les crues emportent les ponts le 29 janvier 1408 (AM Moulins, no 250), en octobre 1409 (ibid., no 249, fol. 119-122), en 1424 (ibid., no 261), etc. Cela entraîne autant de reconstructions ensuite.

21 AM Moulins, no 258.

22 Ibid., no 245, fol. 1 et 2.

23 Ibid., no 264.

24 Ibid., no 272.

25 Dont les principales pièces sont AN, Χ1Α 100, fol. 121-122 (1er juillet 1469) et X1A 108, fol. 18-19 (1er février 1474 n. s.).

26 AN, X1a 9214, fol. 12v-13 et 19-19v. Ph. Mantellier, Histoire de la communauté…, op. cit., t. l, p. 118 et t. 3, p. 327-328.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540