Version classiqueVersion mobile

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Lieux de pouvoir et voies navigables dans le sud de la Scandinavie avant 1300

Anne Nissen Jaubert

Texte intégral

  • 1 O. Olsen, « Royal Power in Viking Age Denmark », dans H. Galinié dir., Les mondes normands (viiie- (...)

1Aujourd’hui comme hier, le Danemark et le sud de la Scandinavie sont des régions maritimes et la mer constitue la voie de communication par excellence. Le bateau y occupe une place centrale et les changements techniques dans la construction navale ont rapidement entraîné des conséquences économiques, sociales et politiques. L’utilisation de la voile à partir de la fin du viie siècle est souvent mise en relation avec la mise en place des grandes entités territoriales, notamment la formation du royaume danois. Les expéditions maritimes sont toutefois nettement antérieures à l’adaptation de la voile comme l’attestent les grands sacrifices d’armes dès la fin du iie siècle. Celui de Nydam a même livré plusieurs bateaux en chêne ou en pin. Ailleurs, l’origine des objets personnels montre que les guerriers vaincus ont traversé la mer comme ceux d’Illerup Ådal qui étaient probablement originaires du sud de la Norvège1.

2Pour les iie-ve siècles, de grands ouvrages défensifs, des lieux centraux, des sépultures privilégiées ainsi que de grands sacrifices indiquent une plus forte hiérarchisation sociale dominée par des élites guerrières. La nouvelle organisation sociale accompagne la mise en place d’entités territoriales étendues. La construction de barrages maritimes à partir de 200 environ révèle le rôle des expéditions maritimes dans ce processus. Quelques siècles plus tard, peu après 700, le canal de Kanhave, creusé à travers l’île de Samsø, réduit considérablement le temps de navigation et facilite le contrôle de la mer de Kattegat.

  • 2 A. Nissen Jaubert, « L’organisation rurale Scandinave au service des colonisations vikings ? Réfle (...)
  • 3 Primo uidelicet de expeditione ordinatum est, quod omnium et singulorum omnibus et singulis reddit (...)

3L’importance du pouvoir naval apparaît alors que la première fiscalité royale (relatée par les sources écrites du xiie siècle) sert à financer la flotte royale. Son existence est certainement antérieure aux premières mentions écrites. Les prélèvements reposent sur la taille des parcelles des fermes – le toft – et ne nécessitent pas une administration écrite. Coïncidence troublante : le toft désigne aussi un banc de nage2. En ce qui concerne les découpages territoriaux, le skiben (bateau) regroupait les terroirs qui devaient financer un navire et son équipement et les cantons (herred) pourvus d’un accès maritime. L’ordonnance d’Erik Menved du 13 mars 1304 marque un tournant dans l’histoire maritime danoise et la fin de la présente étude. Le traditionnel leding, expédition militaire maritime basée sur une mobilisation populaire, sera désormais transformé en prélèvements fiscaux afin de financer une flotte basée sur la cogue3. Ce changement touchera à la fois la construction navale et les installations portuaires qui doivent répondre aux besoins des cogues, à savoir une eau profonde, des quais et des pontons.

4L’expression « lieux de pouvoir » est ici préférée au terme « lieu central » ou « place centrale » afin d’élargir l’étude à l’ensemble de sites qui dépendent d’une autorité sans que celle-ci soit forcément présente physiquement. En premier lieu, le terme s’applique à des lieux centraux, et dans ce contexte précis désigne des sites d’habitat occupant une place centrale dans l’organisation sociale et économique. Les lieux de pouvoir réfèrent toutefois aussi aux lieux de traite, aux comptoirs, et plus tard aux villes dont les activités étaient sans doute contrôlées par une élite plus ou moins lointaine. L’expression s’étend aussi à d’autres sites (ouvrages défensifs, sépultures privilégiées, voies de communication) qui par leur caractère impliquent la présence d’une autorité territoriale, qu’il s’agisse d’une chefferie ou d’un royaume.

  • 4 Adam de Brême, L. IV, § 16, Multae sunt insulae in hoc sinu […] Earum prima est in capite illius f (...)
  • 5 L.B. Jensen « Vikingetidens Aggersborg set i lyset af Limfjordsegnenes kulturgeografi », dans Komm (...)

5Le contexte topographique de ces lieux de pouvoir apporte de précieuses informations sur la stratégie territoriale. La proximité de la mer est une constante, mais des différences intéressantes apparaissent en fonction de l’hydrographie, de la technologie navale et du contrôle territorial. Leur étude doit considérer deux facteurs majeurs – l’action humaine, sous forme de drainages et assèchements, et la géologie postglaciaire. Aujourd’hui encore, le socle terrestre cherche son équilibre, libéré du poids des derniers glaciers, il remonte au nord et à l’est et descend au sud et à l’ouest. L’ampleur des mouvements terrestres varie d’une région à l’autre. Les évolutions des paysages maritimes sont particulièrement marquées au nord du Limfjorden. Ici, d’anciens fonds marins relient des plateaux morainiques, comme ceux de Vendsyssel et Thy qualifiés d’îles par Adam de Brême vers 10804. La découverte à Kollerup d’une cogue échouée en mer au xiiie siècle à 500 m de la côte actuelle est révélatrice des changements des paysages côtiers dans ces régions. De même, Limfjorden ouvrait sur la mer du Nord jusqu’au xiie siècle où l’ensablement avait clos sa partie occidentale. Ces observations sont fondamentales pour estimer la position stratégique des fortifications et des grands centres du haut Moyen Âge. L’identification d’un ancien cours d’eau – Sløjen – reliant le Limfjorden et la mer de Nord nous éclaire ainsi sur l’implantation du monumental camp d’Aggersborg (fin xe siècle)5.

Caractéristiques techniques des bateaux nordiques

  • 6 O. Crumlin-Pedersen, « Ship Types and Sizes AD 800-1400 », dans O. Crumlin-Pedersen dir., Aspects (...)

6Léger et symétrique, le bateau des Germains du Nord avait interpellé Tacite, qui soulignait leur capacité d’avancer dans les deux sens. Les bateaux de Nydam illustrent bien ces caractéristiques qu’on retrouve sur les vaisseaux des viiie-xe siècles et plus tard encore. Le mieux conservé et le mieux connu des navires, construit en 310 et 320, mesurait 23,7 m de long et pouvait transporter une trentaine de guerriers. Un deuxième vaisseau en chêne, daté vers 190 de notre ère, constitue le plus ancien exemple d’une construction à clin6.

7Des changements techniques dans la construction navale accompagnent des évolutions économiques, sociales et politiques.

  • 7 O. Olsen, « Royal Power in the Viking Age Denmark », dans H. Galinié dir., Les Mondes Normands…, o (...)
  • 8 C. Westerdahl, « Society and Sail », dans O. Crumlin-Pedersen et B. Munch Thye dir., The ship as s (...)

8L’introduction de la voile au cours des viie-viiie siècles a considérablement réduit le temps de traversée et plusieurs chercheurs ont lié cette innovation à la formation du royaume danois7. Depuis, Christer Westerdahl a attiré l’attention sur les avantages du bateau à rames : son temps de parcours est stable et il permet de s’approcher des côtes discrètement. Pour lui, le bateau à voile, visible de loin, se conjugue avec la volonté de paraître, mais il implique aussi de contrôler et de dominer les voies maritimes8. La suggestion a le mérite d’expliquer pourquoi les Scandinaves ont tant tardé à adapter la voile sur leurs navires, déjà d’une grande qualité technique. La possibilité de pouvoir coucher le mât du navire, et ainsi le convertir en bateau à rames, conforte cette hypothèse.

  • 9 J. Bill, « Ships and Seamanship », dans P. Sawyer dir., The Oxford Illustrated History of the Viki (...)

9Dans l’ensemble, les bateaux de guerre se distinguent par la qualité de leur construction et des matières premières. Le bois est de premier choix alors que celui équipant les bâtiments de commerce était de moindre qualité et souvent en remploi9. Le prestige du bateau lui confère également un rôle symbolique, extrêmement populaire dans l’iconographie où on le trouve sur des supports et sous des formes multiples et variées. Il accompagne des défunts du plus haut rang social : des alignements naviformes sont celles de sépultures, qu’elles soient communes comme à Lindholm Høje ou royales comme à Jelling.

  • 10 B. Draiby, « Arkitektur og bygningskunst i aeldre vikingetid », dans M. Rasmussen dir., Hal og høj (...)
  • 11 C. Westerdahl, op. cit., p. 44.

10Au cours du viie siècle, la maison principale de l’exploitation ainsi que les grandes halles de chefs adoptent un plan en forme de bateau avec les parois incurvées. Dans une étude originale, Bente Draiby a relevé des coïncidences troublantes entre les plans et la conception d’une grande halle de Lejre (ixe siècle) et d’une sépulture entourée d’un alignement naviforme éloignée de quelques centaines de mètres10. Peut-on parler de hasard si les maisons à parois incurvées en forme de bateau se développent autour de 700, période à laquelle l’organisation sociale et économique connaît de profondes modifications11 ?

Voies navigables et aménagements liés à la navigation

  • 12 J. S. Madsen, « Fribrødre : a Shipyard site from the late 11th Century », dans O. Crumlin-Pedersen(...)

11Les rivières danoises sont étroites, peu profondes et rarement navigables. Cependant, les changements hydrographiques combinés avec la légèreté et le faible tirant d’eau (entre 80 et 130 cm) des bateaux nordiques offraient des conditions fondamentalement différentes au trafic fluvial qui souvent a permis de relier des points stratégiques aux voies maritimes (fig. 1). À l’intérieur des terres, des toponymes comme snekkeager ou skiben indiquent que des bateaux de guerre ont pu remonter des rivières qui aujourd’hui ne sont plus navigables. Occasionnellement, les découvertes d’épaves le confirment. C’est notamment le cas du chantier naval à Fribrødreå, où des éléments de plusieurs épaves du xiie siècle ont été trouvés à proximité des lieux dits Snekke tofter, Sonder et None Snekkeberg12.

12Ailleurs, ce sont les découvertes d’objets exceptionnels le long de la rivière qui indiquent la proximité d’un lieu de pouvoir qu’il est souvent tentant de rapprocher d’une ancienne voie navigable. Ainsi, les rives de Tryggevaelde À dans l’est de Sjaelland présentent une remarquable concentration de vestiges liés à une puissante élite (cf. infra). Dans l’est du Jutland, le long de la rivière d’Århus, deux torques d’or trouvés à Tåstrup près de Harlev, le nom du village voisin Skibby ainsi qu’un autre lieu dit Skivholme évoquent le navire (en danois skib).

  • 13 H. Jankuhn, Ein Handelsplatz der Wikingerzeit, Wachholtz Verlag, 1982.

13Durant le premier millénaire et même plus tard, la navigation s’appuie essentiellement sur des ports naturels. Même Isøre, le lieu de rassemblement de la flotte de guerre, le leding à l’embouchure du fjord de Roskilde ne semble pas avoir disposé d’aménagements particuliers. En réalité, le port de Haithabu, daté des ixe-xe siècles, offre l’un des rares exemples d’installations portuaires importantes du haut Moyen Âge Scandinave. Deux pontons, pourvus de deux tours d’entrée, suivaient un tracé hémicirculaire qui enfermait la zone portuaire13. Au sud de la Baltique, des lieux d’échouages individuels pour des snekkes ont été creusés dans le port du xe siècle slavo-scandinave de Ralswiek.

  • 14 T. Grønnegaard, « Skipaen », Skalk, 4 (2003), p. 5-8.

14Les hangars pour les bateaux – nauster – sont encore un exemple d’aménagement en relation avec la navigation. En Norvège, des conditions de conservations favorables ont laissé de nombreux nauster, qui d’ailleurs servent régulièrement dans des analyses territoriales et sociales. Plusieurs semblent pouvoir être datés des ve-vie siècles même si la majorité datent des viiie-xe siècles. Dans le sud de la Scandinave, les rares exemples connus à Harrevig, peut-être à Hjarnø et plus récemment à Hollenaes, prouvent leur existence dans cette aire géographique, bien qu’il soit impossible d’estimer leur fréquence. Le naust de Hollenaes occupait une ancienne crique, actuellement transformée en champs de betteraves, bien abritée au fond du fjord de Nakskov. Un habitat situé 50 m plus au sud évoque un site rural ordinaire, mais son implantation topographique au bord de l’eau et le mobilier recueilli montrent que nous sommes en présence d’un lieu de traite14.

15À l’époque viking, le contrôle de la navigation fait occasionnellement appel à des dispositifs plus lourds. Les barrages maritimes deviennent plus fréquents et certains sites eurent des aménagements portuaires. L’exemple le plus élaboré provient de Haithabu avec des pontons et jetées des ixe-xe siècles. Dans son état final, des pontons hémicirculaires protègent le secteur portuaire. Le canal de Kanhave, daté de 726, traversait l'île à partir de Stavns Vig, excellent port naturel, raccourcissant le temps de navigation de plusieurs heures. Son aménagement se situait à l’évidence dans un contexte territorial large et favorisait le contrôle du Kattegat. Il est révélateur que sa construction coïncide avec l’une des anciennes phases du Dannevirke (737), avec la fondation de Ribe (vers 700) ainsi que des transformations décisives dans l’organisation de l’habitat rural. Seul un pouvoir central pouvait entreprendre des chantiers d’une telle envergure qui de plus reflètent une volonté de contrôle territorial et maritime étendu. La datation de ces sites est un des arguments importants pour situer la formation du royaume danois au plus tard dans les décennies autour de 700. Il est plus délicat d’affirmer l’extension du royaume du fait que tous ces grands chantiers sont localisés dans le Danemark occidental et peuvent en principe émaner d’une autorité jutlandaise.

16La construction de barrages maritimes est de loin la plus fréquente des aménagements liés au contrôle des voies maritimes. À l’exception de Gudsø Vig IV, qui remonte aux derniers siècles avant notre ère, les plus anciens datent des ive siècle. De nombreux barrages ont été construits ou restaurés au cours des xie-xiie siècles, correspondant aux attaques des tribus Vendes. Plusieurs ont été entretenus durant des périodes assez longues. Ces constructions protègent typiquement les criques et le fonds des fjords. Anne Nørgard Jorgensen a attiré l’attention sur leur emplacement par rapport à leur fonction. Des barrages à l’entrée des fjords comme Æ Læi dans le fjord Haderslev (vers 370-418 environ) laissent penser qu’ils devaient protéger un territoire étendu, tandis que les aménagements au fond des fjords, souvent à l’entrée d’une baie naturellement protégée, indiqueraient que le barrage contrôlait l’accès d’un port précis. C’est notamment le cas à Vordingborg et à Jungshoved, où des châteaux forts royaux surveillaient l’accès pendant le Moyen Âge central.

Lieux d’accostage, lieux de traite et lieux de pouvoir

17L’importance d’un port ou plutôt d’un lieu d’accostage se mesure ainsi essentiellement par les sites et les aménagements proches. Le croisement des observations topographiques et archéologiques permet d’étudier le lien entre les cadres naturels favorables et l’implantation des divers lieux de pouvoir. Les sites qui ont choisi des ports naturels comme points d’ancrage peuvent être divisés en trois grandes catégories : les lieux centraux qui sont aussi des habitats privilégiés, les lieux de traites, et enfin les grands comptoirs comme Ribe et Haithabu. Les premiers sont attestés autour de 200, les deux derniers se mettent en place vers 700 dans le cadre d’une densification des réseaux commerciaux.

  • 15 J. Ulriksen, Anløbspladser. Besejling og bebyggelse i Danmark mellem 200 og 1100 e. Kr., Roskilde, (...)

18Le long du fjord de Roskilde, Jens Ulriksen a identifié plusieurs sites saisonniers avec des traces d’artisanat et de commerce des viie et xiie siècles à côté des lieux d’accostage15. Des prospections thématiques, parfois suivies de fouilles ont sensiblement augmenté le nombre de ces lieux de traite depuis dix ans. Moins spectaculaires que les grands lieux centraux, ils se distinguent toutefois nettement des habitats ruraux ordinaires par la quantité et la variété des artefacts métalliques. Les traces de constructions se limitent parfois à des abris temporaires, indiquant une activité saisonnière. Dans d’autres cas, le nombre élevé de cabanes excavées ainsi que des bâtiments sur poteaux, souvent plus petits que sur les sites ruraux, indiquent une occupation permanente.

  • 16 J. Callmer, « Handelsplater och kustplatser och deres förhållande till lokala politiska system. Et (...)
  • 17 C. Feveile et S. Jensen, « Ribe in the 8th and 9th Century. A Contribution to the Archaeological C (...)

19Des observations comparables ont été faites dans le cadre de prospections et de fouilles dans la région d’Åhus en Scanie16. Le caractère saisonnier ou permanent ne reflète pas nécessairement l’importance économique du site. À Ribe, le plus important centre économique du viiie siècle des pays nordiques, les premières phases relèvent d’une occupation saisonnière rigoureusement organisée en parcelles allongées qui pourraient indiquer une division spatiale du port fluvial. La disposition et le maintien des parcelles indiquent une organisation et des infrastructures qui doivent relever d’une autorité territoriale, sans doute royale. À titre d’exemple, des niveaux d’occupation noirs alternent avec des épaisses couches de sable apportées pour assainir les parcelles avant chaque nouvelle saison du marché17.

Les lieux de pouvoir

20Les lieux centraux se distinguent des autres habitats à la fois par leur taille, par la quantité et la qualité du mobilier qu’ils recèlent ainsi que par leur longévité. Ces sites disposent systématiquement d’un accès facile aux voies maritimes tout en restant retirés des côtes. Souvent un port naturel se trouve à proximité du lieu central (fig. 1).

  • 18 L. Hedeager, « Asgard reconstructed ? Gudme – A central place in the North », dans M. de Jong et F (...)

21Les sites de Gudme et de Lundeborg offrent l’exemple le plus éloquent. Le premier est le plus grand et le plus riche habitat du premier millénaire nordique. Depuis le xixe siècle au moins, le secteur a livré plusieurs découvertes en orfèvrerie des ve-vie siècles, notamment le trésor de Broholm, quelques centaines de bractéates en or, presque 2 000 plaquettes figurées en or (guldgubber) des importations des régions danubiennes, du royaume franc, etc. Dans les parties centrales de l’habitat, les fouilles ont révélé les plus grands halles des iiie-ive siècles du nord de l’Europe. La plus grande nécropole danoise de la période, Mølleparken, est située quelques centaines de mètres au sud. Enfin, plusieurs toponymes, notamment Gudme (la demeure du dieu ou des dieux) se réfèrent au culte païen18.

  • 19 P. O. Thomsen, « Lundeborg – an Early Port of Trade in South-East Funen », dans P. O. Nielsen, K. (...)

22Situé à environ 3 km de Gudme, les fouilles ont révélé une importante occupation portuaire des iiie-ive siècles à Lundeborg. Sur 900 m, de nombreuses cabanes abritaient des installations artisanales temporaires sur la plage des deux côtés de l’embouchure de la rivière Tange. Les cabanes avaient des sols en terre battue et abritaient souvent un foyer ouvert. De nombreux artisans, dont des orfèvres, y ont laissé les traces de leurs activités. Les découvertes de fers de lance et de pointes de flèches indiquent la présence de guerriers. Environ 8 000 rivets ou leurs ébauches ainsi que des outils de charpentiers attestent la réfection sinon la construction de bateaux. Cependant le port semble avoir été naturel et ne contient pas de traces probantes d’aménagements spécifiques pour les bateaux19.

  • 20 H. Thrane, Guld, guder oggodtfolk, Copenhague, 1993, p. 16.

23Les analyses palynologiques révèlent une étonnante évolution du paysage agraire durant les iiie-ve siècles alors que l’habitat est à son apogée : la forêt s’étend et les pâtures régressent. Seules les cultures de l’orge et du chanvre progressent ; cette dernière servant peut-être à fabriquer des cordages pour les bateaux20. Malgré les nombreuses recherches sur des lieux centraux au Danemark et dans les autres pays nordiques, Gudme se distingue des autres sites par sa durée, sa taille et les nombreuses découvertes en métal précieux. De même, les installations portuaires de Lundeborg n’ont aucun parallèle nordique. Il n’est pas impossible que ces deux sites soient effectivement l’exception dans l’archéologie Scandinave et qu’ils n’aient jamais eu d’équivalent.

24La région de Gudme garde une position particulière durant les siècles suivants comme l’attestent des découvertes métalliques, dont un petit trésor en argent du xe siècle. Par ailleurs, au ixe siècle, Ottar raconte qu’il faut longer les côtes de Fionie (et de Lundeborg) pour naviguer vers Haithabu depuis la Norvège. Le village de Gudme est chef-lieu de canton et son église romane se distingue par ses dimensions et son architecture.

  • 21 Je remercie Tom Christensen des informations orales sur ses fouilles en 2004.
  • 22 T. Christensen, « Lejre’s possible maritime connection », dans O. Crumlin-Pedersen dir., Aspects o (...)

25Dans l’historiographie traditionnelle, le site de Lejre occupe une place particulière. Les chroniqueurs médiévaux, dont Saxo Grammaticus, désignent Lejre comme le berceau de la dynastie de Skjoldungar et selon le poème de Beowulf, le roi Hrotgar reçoit le héros dans sa grande halle construite à cette occasion. Le caractère mythique des récits a jeté un doute sur le caractère de Lejre, qui pourtant se distinguait par des sépultures de haut statut social. La découverte en 1987 de grandes maisons-halles des viiie-xe siècles, puis celle en 200421 d’autres halles monumentales du vie siècle associées à du mobilier prestigieux, à proximité du hameau, prouvent le statut exceptionnel, voire royal du site. Lejre est situé, au cœur de Sjaelland, à 5 km du fjord de Roskilde et à moins d’une dizaine de celui d’Isefjord ; les rivières de Lejre et de Kornerup traversent la localité et se jettent dans les criques de Lejre et de Katting ; la ville de Roskilde occupe la troisième crique. Les drainages ont définitivement changé l’hydrographie du secteur mais les cartes anciennes laissent penser que les deux cours d’eau étaient partiellement navigables à une période plus ancienne22. Il est toutefois aussi possible que le lieu d’accostage se trouve à Gevninge dans la crique de Lejre qui desservait le grand habitat. Malgré son prestige, Lejre n’est jamais devenu un centre paroissial. Les vestiges d’un manoir du xiie siècle et bien plus tard le château Ledreborg montrent des liens du site avec la haute aristocratie sans être royale, après l’an Mil.

  • 23 L. Jorgensen, « Manor and Market at Lake Tissø in the Sixth to Eleventh Centuries : The Danish “Pr (...)

26Lejre a récemment eu un parallèle, le lieu de pouvoir de Tissø, situé entre le lac du même nom dont l’étymologie vient du dieu de la guerre Tyr et la côte occidentale du Sjaelland. Au sud de l’habitat une rivière relie le lac à la mer. Le nom du lac ainsi que la découverte d’un torque en or du xe siècle qui pèse presque 2 kg, présagent de l’importance du secteur. Le site comprend deux pôles : l’un résidentiel avec des grandes maisons-halles de presque 50 m de long et un lieu de traite – Kalmergården – qui a livré de nombreux objets métalliques23.

Les aires des élites

27À l’échelle territoriale, ces sites et leur environnement se distinguent souvent des sites voisins durant un millénaire voire plus (fig. 2). Ainsi, plusieurs lieux centraux avoisinent un grand village paroissial voire cantonal dont l’église se distingue par ses dimensions et son imposante architecture. À plusieurs reprises, des concentrations de découvertes spectaculaires ont indiqué la présence d’une élite, avant même les fouilles. Quand les sources écrites sont disponibles, elles révèlent souvent des possessions foncières aristocratiques dans le secteur.

  • 24 S. Tornbjerg, « Toftegård – en fundrig gård fra sen jernalder og vikingetid », dans L. Larsson et (...)
  • 25 A. Nissen Jaubert, Peuplement et structures d’habitat durant les iiie-xiie siècles dans leur conte (...)

28C’est notamment le cas des rives de Tryggevælde Å, sans doute navigable durant le premier millénaire. La famille Hvide, qui n’était pas loin d’égaler la dynastie royale, possédait entre autres un manoir à Varpelev, dont des fouilles ont pu faire remonter les premières phases aux xe-xie siècles. L’église paroissiale se distingue par une monumentale tour occidentale romane et l’une des plus riches sépultures nordiques de la fin du iie siècle a été fouillée à proximité. Sur l’autre rive, à Hårlev, un imposant tumulus et une pierre runique attestent la présence d’une élite à l’époque viking. Plus en amont, un torque en or du vie siècle a été déposé près de la rivière. Quatre kilomètres au nord de Varpelev, d’autres fouilles ont révélé les restes d’un habitat privilégié, riche en mobilier métallique, notamment des armes et quatre plaquettes figurées en or, guldgubber, qu’on trouve uniquement associés à des habitats d’un très haut rang social. La datation des objets recueillis, qui également comprend des verres importés du royaume franc, s’échelonne du iiie au xe siècle24. Enfin, ce site est à proximité de l’un des plus grands villages danois, Strøby, qui aussi a livré un grand trésor d’argent du xe siècle et dont une place de mouillage était aménagée côté mer25. L’habitat du premier millénaire se trouve à mi-distance entre Tryggevaelde Å et la côte tandis que le village médiéval est plus proche de la rivière.

29Isolément, les lacunes chronologiques poussent à interpréter ces concentrations de découvertes spectaculaires comme le fruit du hasard. Cependant, ces coïncidences territoriales peuvent être constatées en de nombreux lieux, au Danemark et dans les autres pays nordiques. Ils n’ont pas de lien direct avec l’activité archéologique actuelle. Il est d’autant plus difficile d’imputer ces concentrations de sites privilégiés à l’activité de recherches ou au simple hasard. Quelques grandes fouilles confortent l’impression d’une continuité territoriale du pouvoir qui par son implantation topographique se révèle toujours intimement liée aux voies maritimes. Par ailleurs, les recherches dans le fjord de Roskilde ont révélé que quatre des cinq églises romanes exceptionnellement proches de la côte étaient voisines d’une place de mouillage du haut Moyen Âge.

Différences régionales et chronologiques

30Le prestige des lieux centraux de Lejre et Tissø ne laisse aucun doute. Cependant, on peut observer que les objets métalliques se distinguent davantage par leur variété que par une matière précieuse (si on excepte le torque d’or de Tisso bien sûr). Cela ne permet pas de conclure que le chef ou le roi de Gudme soit plus important que celui de Lejre. Il s’agit davantage d’une évolution dans les pratiques sociales voire religieuses. Il semble qu’on puisse partager les lieux centraux en deux générations : la première s’échelonne du iiie au vie siècle, la seconde du viiie au Xe inclus. Le viie siècle est plus difficile à cerner mais des fibules rectangulaires ou en forme d’écrevisses ou d’oiseaux attestent leur occupation durant ces siècles. Ces lieux centraux sont aussi des résidences des chefs ou des rois. En cela, ils se distinguent des lieux de traite et des emporia comme Ribe et Haithabu qui ne semblent pas comporter un secteur privilégié. Pour le dernier site, il faut toutefois noter la présence d’une sépulture à bateau du ixe siècle ainsi qu’une enceinte au nord de l’agglomération commerçante.

31A Gudme, le secteur artisanal est installé au bord de la mer tandis que quelques kilomètres séparent la côte des grandes fermes et de la maison-halle monumentale, probablement la résidence du chef ou du roi ( ?). Cependant, pour d’autres lieux centraux contemporains comme Dankirke et Dejbjerg, les échanges semblent étroitement liés à la maison d’habitation. Les sites deviennent nettement plus variés vers 700. Ceux de Kalmergården et de Tissø suivent l’ancien schéma avec son association étroite entre lieu de traite et lieu de pouvoir. En même temps, on trouve aussi un nombre croissant de lieux de traite isolés et bien sûr les grands comptoirs comme Ribe et Haithabu.

32La multiplication des lieux de traite, à l’écart des habitats réservés à un haut statut social, témoigne d’un changement fondamental dans l’organisation économique. Il paraît invraisemblable que ces sites aient fonctionné de manière autonome. Comme Ribe et Haithabu, ils émanent forcément d’une autorité territoriale capable de protéger et de contrôler le commerce. La multiplication des lieux de traite et la fondation des comptoirs accompagnent une nouvelle organisation économique, portée sur le commerce de gros. Durant les siècles précédents, les échanges s’inscrivaient dans un système de dons et contre-dons, où les valeurs échangées renforçaient les liens sociaux entre les partenaires, issues des élites guerrières. L’association étroite entre les résidences du pouvoir et les lieux d’échanges paraît alors tout aussi logique que leur séparation quand les importations concernent également les objets domestiques comme les meules à bras rhénan, des pierres de schiste, des récipients en stéatite et des matières premières de faible valeur.

33Les changements vers 700 portent sur la quantité et la variété des lieux de traite mais les préférences topographiques restent identiques. L’habitat permanent évite les côtes, alors que les lieux de traite sont côtiers par nature. Le souci d’éviter les côtes ouvertes se manifeste aussi bien dans des lieux de traite permanents comme Sebbersund dans le Limfjorden (fondé vers 700 et abandonné au début du xiie siècle), Åhus en Scanie, que dans les comptoirs fondés vers 700. Haithabu occupe une crique qui forme une petite excroissance de la Schlei au sud de Schleswig ; on accède à Ribe par la rivière du même nom, les autres comptoirs Scandinaves témoignent du même souci, aussi bien Kaupang et Birka sont retirés de la mer ouverte. L’ensemble de ces lieux de pouvoir témoigne de l’importance de l’accès à la mer tout en se préservant des dangers qu’elle peut amener. En plusieurs lieux, des barrières maritimes renforcent les protections naturelles. Les ouvrages défensifs terrestres restent par contre exceptionnels. Les enceintes de Haithabu, Ribe, et Århus datent toutes du xe siècle et évoquent à maints égards des fortifications urbaines médiévales.

  • 26 B. Ambrosiani, « Birka, its Waterways and the Hinterland », dans O. Crumlin-Pedersen dir., Aspects (...)

34Les pontons et le port fortifié de Haithabu n’ont pas d’équivalent en Scandinavie. Globalement, les ports reposent sur une topographie naturelle favorable, tandis que les installations portuaires lourdes sont plus tardives. La régulation des zones portuaires se situait au niveau de leur accès comme le montrent les barrières et les canaux. Celui de Kanhave est l’exemple le plus éloquent. Des aménagements plus ou moins lourds ont su tirer profit d’un contexte naturel favorable comme le canal de Sløjen dans le nord du Jutland qui relie le Limfjorden et la mer du Nord. Ailleurs, le Draget en Suède centrale permettait de joindre Birka à Uppsal26.

35L’identification des ports s’appuie ainsi essentiellement sur la localisation d’habitats temporaires ou permanents dont l’implantation topographique, l’organisation interne et le mobilier les distinguent des sites ruraux ordinaires. On distingue trois groupes principaux de sites côtiers : d’abord les lieux centraux qui ont également dû avoir une fonction résidentielle : Dankirke, Dejbjerg, Sorte Muld, Gudme, Lejre, Tissø, Ravlunde, Va, Slöinge et Uppåkra ; ensuite les lieux de traite temporaires ou permanents comme Gevninge, Hollenaes, Sebbersund, Åhus, Löddeköpinge et enfin les comptoirs de Ribe et Haithabu, qui avec Kaupang en Norvège et Birka en Suède constituent un groupe à part et que les textes étrangers mentionnent à plusieurs reprises.

  • 27 A. Crépin, Beowulf, Göppingen, 1991, 1, vers 1921 b-1924 ; 2, p. 547.

36Les lieux centraux témoignent clairement des enjeux politiques et économiques des voies maritimes. Sans exception, ces sites disposaient d’accès contrôlés vers la mer ; la zone résidentielle est retirée de la mer parfois de plusieurs kilomètres comme à Gudme, Boeslunde, Uppåkra et Lejre, mais pour certains sites il a été possible de prouver l’existence d’un lieu d’accostage dont Lundeborg est la version la plus élaborée. Il est d’ailleurs évocateur que le poème de Beowulf laisse entendre qu’aussi bien la halle Heorot du roi Hrotgar que celle de Hygelac sont proches de la mer, mais suffisamment éloignés pour qu’on ne les distingue pas à partir de la côte27.

Répartition géographique et implantation topographique

37À l’échelle du sud de la Scandinavie, la répartition géographique des ports et des sites associés révèle des disparités géographiques intéressantes : les lieux centraux les plus importants des iiie-vie siècles sont concentrés dans l’ouest du Danemark alors que les sites les plus significatifs des viiie-xe siècles se trouvent tous à l’est du Storebaelt, comme Lejre et Tissø en Sjaelland ainsi que Uppåkra, Järrestad et Va dans le Sud de la Suède.

38Les lieux de traite reflètent une opposition comparable, les premiers comptoirs de Ribe et Haithabu puis les villes comme Århus (l’un des premiers sièges épiscopaux) sont localisés dans la péninsule jutlandaise. Les lieux de traite temporaires ou permanents semblent se concentrer dans l’est du Danemark et au nord de Limfjorden. Faut-il expliquer cette différence par la présence des comptoirs de Ribe et Haithabu ? Ces comptoirs pourraient éventuellement indiquer des infrastructures économiques plus développées dans le Jutland au sud de Limfjorden, le berceau de la dynastie de Jelling.

39Durant les siècles suivants, les nouvelles fondations urbaines indiquent des préférences topographiques identiques à celles des lieux centraux et des lieux de traite. Le premier Copenhague, fondé par l’évêque Absolon, est localisé derrière l’île d’Amager. Kalundborg, Odense, Vordingborg, Haderslev et bien d’autres encore sont retirés au fond d’un fjord. Århus est l’une des rares villes anciennes qui donnent directement sur une mer dégagée, mais des baies proches permettent d’installer des flottes pour garantir la sécurité maritime. À Vordingborg, un barrage maritime protège l’accès de la ville et dans le fjord de Roskilde les célèbres bateaux de Skuldelev ont été coulés vers 1050 afin de couper l’accès maritime à la ville. Les fortifications reflètent les mêmes soucis, les plus importants châteaux forts sont proches de la mer, mais au fond d’une crique comme à Tårnborg ou derrière une île comme à Copenhague et Gamborg.

  • 28 J. Bill, « Port topography in medieval Denmark », dans J. Bill et B. Clausen dir., Maritime Topogr (...)
  • 29 A. Nlssen Jaubert, « The royal Castles during the reign of Erik Menved (1286-1319) », Journal of D (...)

40Au cours des xie-xive siècles, les implantations topographiques reflètent des transformations intéressantes qui s’expliquent en grande partie par les relations avec la navigation. À la fin du xie siècle, Schleswig est aménagée dans un endroit moins retiré du fjord de la Schlei que Haithabu. Au xive siècle, la ville de Tårnborg est remplacée par Korsør, qui occupe l’extrémité d’un isthme. Le mouvement fut d’abord amorcé par la construction d’une nouvelle forteresse royale à Korsor puis en 1415, le roi Erik de Poméranie ordonna la destruction de la ville de Tårnborg pour favoriser le développement de la nouvelle agglomération à Korsør28. Ailleurs, de nouvelles fortifications sont construites de manière plus exposée que précédemment. Ainsi, le château de Kalundborg était situé derrière la ville, bien éloigné du fjord mais quand Valdemar IV construisit une nouvelle forteresse au milieu du xive siècle, il la plaça en avant. À la fin du xiiie siècle, Erik Menved fait construire le château de Hindsgavl à l’entrée du fjord de Middelfart qui succède à une ancienne forteresse à Gamborg, installée dans une baie protégée au fond du fjord29. Les châteaux, puis plus tard plusieurs villes, cherchent maintenant des emplacements au bord de la mer.

41Cette évolution doit sans doute être liée à de nouvelles préoccupations stratégiques et techniques. Il ne suffit plus de disposer d’un accès à la mer, l’ambition est maintenant de contrôler et dominer le trafic maritime. Il serait abusif de qualifier les mers de sûres, mais depuis la conquête danoise des terres slaves au sud de la Baltique, les expéditions maritimes guerrières caractéristiques du premier millénaire ainsi que des xie-xiie siècles avaient fortement diminué.

  • 30 J. Bill, « Castles at Sea – The Warship of the High Middle Ages », dans J. Plnd, L. Jørgensen, et (...)

42Le dernier changement relève de la construction navale, le bateau nordique traditionnel laisse progressivement la place au cogue. Dans un contexte militaire, on pouvait transformer la cogue en forteresse flottante mais son tirant d’eau était nettement plus important30. Les cogues exigeaient des installations portuaires plus profondes et élaborées que pour les navires traditionnels. À terme, il fallait que les villes portuaires s’adaptent de même que les forteresses les protégeant. Notons que l’ordonnance de 1304 d’Erik Menved commence par décider de la transformation de la flotte royale afin qu'elle repose sur des cogues et non plus des snekkes. En même temps l’émergence des villes médiévales marque, avec la christianisation, puis avec les chantiers religieux et l’introduction de l’écriture latine, l’intégration du Danemark dans l’Occident médiéval. Leurs privilèges insistent à plusieurs reprises sur le monopole des activités commerciales et ont sans doute condamné l’existence des nombreux lieux de traites développés à proximité des ports naturels. Les paysages maritimes et les réseaux d’échanges avaient définitivement changé.

Figure 1. — Principaux lieux de pouvoir dans le sud de la Scandinavie. Jelling est indiqué comme lieu central en raison des monuments funéraires royaux et la grande église en bois du xe siècle qui lui ont valu d’être qualifié du berceau de la dynastie royale. Les lieux de traite beaucoup plus nombreux n’ont pas été reportés sur la carte. Ces sites sont surtout fréquents en Sjaelland et dans les îles proches, en Scanie et dans le fjord de Limfjorden. Ils semblent rares voire absents du reste du Jutland où se trouvent les comptoirs de Ribe et de Haithabu, ainsi que les premières fondations urbaines.

Figure 1. — Principaux lieux de pouvoir dans le sud de la Scandinavie. Jelling est indiqué comme lieu central en raison des monuments funéraires royaux et la grande église en bois du xe siècle qui lui ont valu d’être qualifié du berceau de la dynastie royale. Les lieux de traite beaucoup plus nombreux n’ont pas été reportés sur la carte. Ces sites sont surtout fréquents en Sjaelland et dans les îles proches, en Scanie et dans le fjord de Limfjorden. Ils semblent rares voire absents du reste du Jutland où se trouvent les comptoirs de Ribe et de Haithabu, ainsi que les premières fondations urbaines.

Figure 2. — Sites évoquant la présence d’une élite durant les iiie-xiiie siècles dans l’est de Sjaelland. Les sépultures privilégiées (cercles avec des étoiles) de la fin du iie siècle, des églises romanes prestigieuses (en noir) ainsi que des découvertes de trésors (étoiles) montrent une concentration remarquable le long de la rivière de Tryggevaelde, sans doute partiellement navigable. Les possessions foncières aristocratiques ainsi que des noms de lieu en -lev (qui signifieraient héritage) sont particulièrement nombreux dans le secteur. Des gués (triangles inversés) ont relié les deux rives. Les villages du secteur comptent parmi les plus grands du Danemark médiéval. Malgré les lacunes chronologiques, on peut penser qu’il y a eu une longue continuité des élites dans cette partie de Sjaelland. Des observations semblables ont été faites dans plusieurs régions Scandinaves, notamment à proximité des lieux de pouvoir et des voies navigables.

Figure 2. — Sites évoquant la présence d’une élite durant les iiie-xiiie siècles dans l’est de Sjaelland. Les sépultures privilégiées (cercles avec des étoiles) de la fin du iie siècle, des églises romanes prestigieuses (en noir) ainsi que des découvertes de trésors (étoiles) montrent une concentration remarquable le long de la rivière de Tryggevaelde, sans doute partiellement navigable. Les possessions foncières aristocratiques ainsi que des noms de lieu en -lev (qui signifieraient héritage) sont particulièrement nombreux dans le secteur. Des gués (triangles inversés) ont relié les deux rives. Les villages du secteur comptent parmi les plus grands du Danemark médiéval. Malgré les lacunes chronologiques, on peut penser qu’il y a eu une longue continuité des élites dans cette partie de Sjaelland. Des observations semblables ont été faites dans plusieurs régions Scandinaves, notamment à proximité des lieux de pouvoir et des voies navigables.

Notes

1 O. Olsen, « Royal Power in Viking Age Denmark », dans H. Galinié dir., Les mondes normands (viiie-xiie siècles), Caen, 1989, p. 27-32. J. Ilkjær, « llerup Ådal (Danemark). Un lieu de sacrifices du IIIe siècle de notre ère en Scandinavie méridionale », dans F. Vallet et M. Kazanski dir., La noblesse romaine et les chefs barbares du iiie au ve siècle, Condé-sur-Noireau, 1995, p. 101-112.

2 A. Nissen Jaubert, « L’organisation rurale Scandinave au service des colonisations vikings ? Réflexions autour des tofts et de solskifte », dans A.-M. Flambard-Héricher dir., La progression des Vikings, des raids à la colonisation : Organisation, logistique, réseaux et administration, la constitution d'un territoire, Rouen, 2003, p. 171-188.

3 Primo uidelicet de expeditione ordinatum est, quod omnium et singulorum omnibus et singulis redditibus computatis de singulis redditibus decem milium marcharum ematur unus coggo : quinquanginta lastas portare ualens, et expediatur cum hominibus et expensis sedecim septimanarum ; marcha annone pro decem marchis denariorum et lagena butiri pro octo marchis computetur. E. Kroman éd., Den danske rigslovgivning indtil 1400, no 19 (1971), p. 178.

4 Adam de Brême, L. IV, § 16, Multae sunt insulae in hoc sinu […] Earum prima est in capite illius freti Wendila, secunda Morse, tercia Thud, modico ab invicem intervallo divisae.

5 L.B. Jensen « Vikingetidens Aggersborg set i lyset af Limfjordsegnenes kulturgeografi », dans Kommunikation ved Limfjorden fra fortid til nutid. Rapport fra seminar afholdt 2.-3. maj 1991 i Egense (Limfjordsprojektet), p. 55-68.

6 O. Crumlin-Pedersen, « Ship Types and Sizes AD 800-1400 », dans O. Crumlin-Pedersen dir., Aspects of Maritime Scandinavia AD 200-1200. Proceedings of the Nordic Seminar on Maritime Aspects of Archaeology, Roskilde, 13th-15th March, 1989, Roskilde, 1991, p. 69-82. F. Rieck, « The Iron-Age Ships from Nydam – Age, Equipment and Capacity », dans A. Nørgård Jørgensen, J. Pind, L. Jorgensen et B. Clausen dir., Maritime Warfare in Northern Europe. Technology, Organisation, Logistics and Administration 500 BC-1500 AD., 2002 (Studies in Archaeology & History 6), p. 73-82.

7 O. Olsen, « Royal Power in the Viking Age Denmark », dans H. Galinié dir., Les Mondes Normands…, op. cit., p. 27-32.

8 C. Westerdahl, « Society and Sail », dans O. Crumlin-Pedersen et B. Munch Thye dir., The ship as symbol in prehistoric and medieval Scandinavia : papers from an international research seminar at the Danish National Museum, Copenhage, 1995 (Studies in Archaeology & History, 1), p. 41-50.

9 J. Bill, « Ships and Seamanship », dans P. Sawyer dir., The Oxford Illustrated History of the Vikings, Oxford, p. 182-201. O. Crumlin-Pedersen, « Splendour versus Duty – 11th Century in the light of History and Archaeology », Maritime Warfare, p. 257-270.

10 B. Draiby, « Arkitektur og bygningskunst i aeldre vikingetid », dans M. Rasmussen dir., Hal og højsaede i vikingetid. Et forslag til rekonstruktion af kongehallens arkitektur og indretning, Lejre, Historisk-Arksæologisk Forsøgscenter, 1999 (Technical Reports, 5), p. 31-50. A. Nissen Jaubert, « La maison-étable dans le nord-ouest de l’Europe. Contextes culturels et sociaux », Les Nouvelles de l’archéologie, 92 (2003), p. 28-33.

11 C. Westerdahl, op. cit., p. 44.

12 J. S. Madsen, « Fribrødre : a Shipyard site from the late 11th Century », dans O. Crumlin-Pedersen dir., Aspects of Maritime Scandinavia AD 200-1200, op. cit., Roskilde, 1991, p. 183-191.

13 H. Jankuhn, Ein Handelsplatz der Wikingerzeit, Wachholtz Verlag, 1982.

14 T. Grønnegaard, « Skipaen », Skalk, 4 (2003), p. 5-8.

15 J. Ulriksen, Anløbspladser. Besejling og bebyggelse i Danmark mellem 200 og 1100 e. Kr., Roskilde, Vikingeskibshallen i Roskilde, 1997.

16 J. Callmer, « Handelsplater och kustplatser och deres förhållande till lokala politiska system. Ett bidrag till strukturen i den yngre järnålderns samhälle », dans L. Larsson et B. Hårdh dir., Centrala platser, centrala frågor. Samhällsstrukturen under Jämåldem. En Vänbok till Berta Stjemquist. Stockholm, 1998 (Acta Arcaeologica Lundensia. Series in 8°), p. 27-37. Id., « Machtzentren des 10. Jahrhunderts und der Zeit um 1000 in Südskandinavien », dans J. Henning dir., Europa im 10. Jahrhundert. Archäologische einer Aufbruchzeit. Internationale Tagung in Vorbereitung der Ausstellung “Otto der Grosse, Magdeburg und Europa”, Mayence, 2002, p. 65-80.

17 C. Feveile et S. Jensen, « Ribe in the 8th and 9th Century. A Contribution to the Archaeological Chronology of North Western Europe », dans S. S. Hansen et K. Randsborg dir., Vikings in the West, Acta Archaeologica, 71, Copenhague, 2000, p. 9-24. S. Jensen, Les Vikings de Ribe, Ribe, 1992.

18 L. Hedeager, « Asgard reconstructed ? Gudme – A central place in the North », dans M. de Jong et F. Theuws dir., Topographies of Power in the Early Middle Ages, Leyde-Boston-Cologne, 2001 (The Transformation of the Roman World), p. 467-508.

19 P. O. Thomsen, « Lundeborg – an Early Port of Trade in South-East Funen », dans P. O. Nielsen, K. Randsborg et H. Thrane dir., The Archaeology of Gudme and Lundeborg. Papers presented at a Conference at Svendborg, October 1991, Copenhague, 1994, p. 23-29.

20 H. Thrane, Guld, guder oggodtfolk, Copenhague, 1993, p. 16.

21 Je remercie Tom Christensen des informations orales sur ses fouilles en 2004.

22 T. Christensen, « Lejre’s possible maritime connection », dans O. Crumlin-Pedersen dir., Aspects of Martime Scandinavia 200-1200. op. cit., p. 173-182.

23 L. Jorgensen, « Manor and Market at Lake Tissø in the Sixth to Eleventh Centuries : The Danish “Productive” sites », dans T. Pestell et K. Ulmschneider dir., Markets in Early Medieval europe. Trading and “Productive”Sites, Bollington, 2003, p. 175-207.

24 S. Tornbjerg, « Toftegård – en fundrig gård fra sen jernalder og vikingetid », dans L. Larsson et B. Hårdh, Centralaplatser, centrala frågar, op. cit.

25 A. Nissen Jaubert, Peuplement et structures d’habitat durant les iiie-xiie siècles dans leur contexte Nord-Ouest européen, 3 vol., Lille, 1996.

26 B. Ambrosiani, « Birka, its Waterways and the Hinterland », dans O. Crumlin-Pedersen dir., Aspects of Maritime Scandinavia AD 200-1200, op. cit., p. 99-104.

27 A. Crépin, Beowulf, Göppingen, 1991, 1, vers 1921 b-1924 ; 2, p. 547.

28 J. Bill, « Port topography in medieval Denmark », dans J. Bill et B. Clausen dir., Maritime Topography and the Medieval Town. Papers from the 5th International conference on Waterfront Archaeology in Copenhagen, 14-16/5/1998, Copenhague, 1999 (Studies in Archaeology and History, 4), p. 251-262.

29 A. Nlssen Jaubert, « The royal Castles during the reign of Erik Menved (1286-1319) », Journal of Danish Archaeology, 7 (1988), p. 216-224.

30 J. Bill, « Castles at Sea – The Warship of the High Middle Ages », dans J. Plnd, L. Jørgensen, et B. Clausen dir., Maritime Warfare in Northern Europe, op. cit., p. 47-56.

Table des illustrations

Titre Figure 1. — Principaux lieux de pouvoir dans le sud de la Scandinavie. Jelling est indiqué comme lieu central en raison des monuments funéraires royaux et la grande église en bois du xe siècle qui lui ont valu d’être qualifié du berceau de la dynastie royale. Les lieux de traite beaucoup plus nombreux n’ont pas été reportés sur la carte. Ces sites sont surtout fréquents en Sjaelland et dans les îles proches, en Scanie et dans le fjord de Limfjorden. Ils semblent rares voire absents du reste du Jutland où se trouvent les comptoirs de Ribe et de Haithabu, ainsi que les premières fondations urbaines.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Figure 2. — Sites évoquant la présence d’une élite durant les iiie-xiiie siècles dans l’est de Sjaelland. Les sépultures privilégiées (cercles avec des étoiles) de la fin du iie siècle, des églises romanes prestigieuses (en noir) ainsi que des découvertes de trésors (étoiles) montrent une concentration remarquable le long de la rivière de Tryggevaelde, sans doute partiellement navigable. Les possessions foncières aristocratiques ainsi que des noms de lieu en -lev (qui signifieraient héritage) sont particulièrement nombreux dans le secteur. Des gués (triangles inversés) ont relié les deux rives. Les villages du secteur comptent parmi les plus grands du Danemark médiéval. Malgré les lacunes chronologiques, on peut penser qu’il y a eu une longue continuité des élites dans cette partie de Sjaelland. Des observations semblables ont été faites dans plusieurs régions Scandinaves, notamment à proximité des lieux de pouvoir et des voies navigables.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12939/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search