Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parcourir Paris du Second Empire à nos jours

 | 
Jean El Gammal

Introduction

Texte intégral

  • 1 Auquel a été consacrée une récente exposition dont le catalogue, dû à Élisabeth Bourguinat, est in (...)
  • 2 Notons d’ailleurs qu’un siècle après la publication du livre de Louis-Sébastien Mercier et un peu (...)
  • 3 La Poésie de Paris de Rousseau à Baudelaire, Paris, Minuit, 1961, 2 volumes.
  • 4 Souvent en association avec l’image et le regard : voir Christopher Prendergast, Paris and the Nin (...)
  • 5 Voir Daniel Oster et Jean-Marie Goulemot, La Vie parisienne – Anthologie des mœurs du xixe siècle, (...)
  • 6 Voir Priscilla Parkhurst Ferguson, Paris as Revolution – Writing the 19th Century City, Berkekey, (...)
  • 7 Rendue familière par Léon-Paul Fargue, Le Piéton de Paris, Paris, Gallimard, 1932.

1Sous des formes et pour des périodes diverses, il a souvent été question de trajets parisiens, notamment depuis la fin du dix-huitième siècle, avec Restif de La Bretonne ou Louis-Sébastien Mercier1. Ce dernier, en particulier, est l’un des principaux initiateurs d’un genre qui a fait florès, celui du tableau de Paris2. Parallèlement, se développait une poésie de Paris, que Pierre Citron a attentivement étudiée dans sa thèse3. À l’échelle de l’ensemble du dix-neuvième siècle, le parcours4 est l’une des modalités importantes de l’écriture parisienne5, qu’illustrent les figures du flâneur6 et du piéton7.

  • 8 Voir Julia Csergo, « Extension et mutation du loisir citadin – Paris xixe – début xxe », in Alain (...)
  • 9 Voir Antoine Picon, Jean-Paul Robert (dir), Un Atlas parisien – Le dessus des cartes, Paris, Picar (...)
  • 10 Voir Christophe Charle, Paris fin de siècle – Culture et politique, Paris, Seuil, 1998 et Christop (...)
  • 11 Entre autres ouvrages, voir Sylviane de Decker (dir), Paris, capitale de la photographie, Paris, H (...)
  • 12 Voir Jean Plumyène, Trajets parisiens, Paris, Julliard, 1984 (bref ouvrage qui, avant de traiter d (...)
  • 13 Jusqu’à l’époque présente et à ce qu’il est convenu d’appeler multimédia : voir par exemple Jean-M (...)

2On se propose d’aborder ici environ un siècle et demi, à compter de la fin des années 1850, avec le début des percées haussmanniennes et l’extension de la capitale, réalisée en 1860. Alors se modifie largement l’espace parisien, se renouvellent et se diversifient les trajets et les loisirs8, tandis que tableaux et récits, cartes et atlas9 se juxtaposent ou se succèdent, à l’usage des visiteurs, des Parisiens eux-mêmes ou des autorités. A partir de l’extrême fin du dix-neuvième siècle – période dont les caractères culturels, du reste, sont étudiés par des travaux récents10 – l’image animée s’ajoute aux images fixes de la peinture ou de la photographie11 et à celles, nombreuses, fournies par la littérature, au sens usuel – mais non nécessairement traditionnel12 – ou de manière plus extensive. Directement présents ou enregistrés, les sons peuvent apporter une dimension supplémentaire, non aux parcours, auxquels ils ont toujours été associés, mais à leur représentation13.

  • 14 Voir Gilles Chabaud, Evelyne Cohen, Natacha Coquery, Jérôme Penez ( textes réunis par), Les guides (...)
  • 15 Dans cette optique, le flot d’ouvrages va croissant depuis une quinzaine d’années, mais le genre d (...)

3C’est dire que les sources et les trames abondent, et ce d’autant plus que les guides14 plus ou moins spécialisés s’inscrivent dans une longue tradition. Les trajets souvent nostalgiques, par thème ou par arrondissement15, font l’objet de nombreuses publications. De multiples écrits d’auteurs parisiens d’origine ou d’affinités, entre poésie et prose, récit et histoire, ont été réédités. De ce point de vue, la vogue patrimoniale de ce tournant de siècle est particulièrement sensible.

  • 16 Cette notion est au premier plan de la thèse d’Évelyne Cohen, Paris dans l’imaginaire national de (...)

4Il ne s’agit pas ici de faire la chronique ni même l’analyse de cette masse considérable de textes et d’œuvres de toute nature, mais de tenter d’étudier les conditions, les constantes et les variations des parcours parisiens. À cette fin, on partira des cadres et des perspectives qu’offre la capitale. Dans un deuxième temps, seront abordés les divers types de circulation, liés au travail, aux cortèges ou aux flâneries. En dernier lieu, seront examinés les techniques de descriptions, les significations prêtées aux parcours et les imaginaires16 qui leur sont associés.

  • 17 Etudiés dans une optique comparative lors d’un récent colloque, Capitales culturelles-capitales sy (...)
  • 18 Voir les réflexions d’Alain Corbin au sujet des villes dans Jean Pierre-Rioux et Jean-François Sir (...)
  • 19 Julien Green écrit, au début de Paris, Seyssel, Champvallon, 1983 : « J’ai bien des fois rêvé d’éc (...)
  • 20 Voir Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Klincksieck, 1971, notamment la deuxième partie, (...)

5De cette manière, notre étude se veut à la fois historique et anthropologique. Si le titre peut paraître impersonnel, la démarche adoptée a trait à l’histoire des représentations, aux rapports entre cultures et symboles17, ainsi qu’aux « cultures sensibles »18, dont les formes sont extrêmement diverses, en fonction des individus, des âges, des genres et des situations. Aux trajets peuvent s’attacher contraintes et régularités, mais aussi aléas, hasards19, étrangetés. Entre admiration, indifférence ou rejet, arrivées et départs, types multiples d’attachement, les variables ne manquent pas, entrant ou non en résonance avec les stéréotypes usuels concernant les itinéraires métropolitains, mais aussi avec la « poétique de la ville » brillamment étudiée par Pierre Sansot20.

  • 21 Voir François Caron et alii (dir.), Paris et ses réseaux : naissance d’un mode de vie urbain xixe-(...)
  • 22 Terme utilisé en fonction d’un thème particulier dans Pierre Pinon (dir.), Les traversées de Paris (...)
  • 23 Le livre de Julien Gracq se rapporte surtout à Nantes, mais, outre la réminiscence baudelairienne (...)
  • 24 Titre d’un recueil de Jacques Réda, Paris, Gallimard, 1997 : « Elles ont leur organisation, qui es (...)

6Ainsi conçue, l’étude prend quelque distance avec le déroulement de l’histoire parisienne – même si la chronologie a sa part, notamment en termes de densités urbaines, de réseaux21 et de moyens de transport, et s’il convient à l’évidence de ne pas sous-estimer les changements intervenus dans la capitale en près d’un siècle et demi. Elle se veut surtout une réflexion sur les multiples facettes et les rythmes des traversées22 de la capitale. Elle propose en quelque sorte, en sept chapitres, son propre itinéraire, des contours de la capitale aux métamorphoses qui s’y déroulent, au fil des marches simultanées ou successives des passantes et des passants. C’est que Paris encadre et organise les mouvements, mais est aussi organisé par eux, d’autant que, dans l’espace, se dessine aussi, outre la « forme d’une ville »23, la « liberté des rues »24, quelque peu métaphorique. Entre les promeneurs et les lieux qu’ils parcourent, les relations sont assurément plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord.

Notes

1 Auquel a été consacrée une récente exposition dont le catalogue, dû à Élisabeth Bourguinat, est intitulé Les Rues de Paris au xviiie siècle – Le regard de Louis- Sébastien Mercier, Paris Musées, 1999. Son Tableau de Paris a été réédité en 1994 par le Mercure de France, sous la direction de Jean-Claude Bonnet.

2 Notons d’ailleurs qu’un siècle après la publication du livre de Louis-Sébastien Mercier et un peu moins de trente ans après celui d’Edmond Texier, semblablement titré, Jules Vallès commença son propre Tableau de Paris, qui parut sous la forme d’articles dans Le Gil Blas et La France en 1882-1883 : voir l’édition établie par Marie-Claire Bancquart, Paris, Messidor, 1989, notamment l’article initial, p. 28-34.

3 La Poésie de Paris de Rousseau à Baudelaire, Paris, Minuit, 1961, 2 volumes.

4 Souvent en association avec l’image et le regard : voir Christopher Prendergast, Paris and the Nineteenth Century, Oxford, Blackwell, 1992.

5 Voir Daniel Oster et Jean-Marie Goulemot, La Vie parisienne – Anthologie des mœurs du xixe siècle, Paris, Sand-Conti, 1989, notamment l’intéressante introduction, « Ecrire Paris ». Des mêmes (dir.), voir Ecrire Paris, Seesam – Fondation Singer-Polignac, 1990.

6 Voir Priscilla Parkhurst Ferguson, Paris as Revolution – Writing the 19th Century City, Berkekey, UCLA, 1994, chapitre 3, « The Flâneur : the City and its Discontents ». L’auteur fournit des références antérieures à la période étudiée, ainsi qu’à Walter Benjamin (voir la section M de Paris, capitale du xixe siècle – Le livre des passages, dans l’édition française, Paris, Cerf, 1989). Le thème a été également mis en avant par Guillaume Apollinaire dans une série de chroniques, Le Flâneur des deux rives, réunies en volume et publiées sous ce titre – trouvé par Jean Cocteau – en 1919 : voir Œuvres en prose complètes, tome III, édition de Pierre Caizergues et Michel Décaudin, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1992, p. 1137-1138.

7 Rendue familière par Léon-Paul Fargue, Le Piéton de Paris, Paris, Gallimard, 1932.

8 Voir Julia Csergo, « Extension et mutation du loisir citadin – Paris xixe – début xxe », in Alain Corbin (dir.), L’Avènement des loisirs 1850-1960, Aubier-Laterza, 1995, p. 132 sq. (« Rythmes et itinéraires d’une ville « à jouir »). Alain Corbin, par ailleurs, écrit à propos des voyages des provinciaux à Paris : « À l’évidence, les années 1860 constituent le tournant majeur de cette histoire du désir inspiré par la capitale » : voir « Paris-Province », in Pierre Nora (dir), Les Lieux de mémoire, tome 2 de la réédition de 1997, Paris, Gallimard, Quarto, p. 2872.

9 Voir Antoine Picon, Jean-Paul Robert (dir), Un Atlas parisien – Le dessus des cartes, Paris, Picard-Pavillon de l’Arsenal, 1999 (catalogue d’exposition).

10 Voir Christophe Charle, Paris fin de siècle – Culture et politique, Paris, Seuil, 1998 et Christophe Prochasson, Paris 1900 – Essai d’histoire culturelle, Paris, Calmann-Lévy, 1999 (ce dernier livre contient p. 43-75 un développement intitulé « Parcourir Paris »).

11 Entre autres ouvrages, voir Sylviane de Decker (dir), Paris, capitale de la photographie, Paris, Hazan, 1998.

12 Voir Jean Plumyène, Trajets parisiens, Paris, Julliard, 1984 (bref ouvrage qui, avant de traiter de plusieurs écrivains, esquisse une intéressante réflexion sur les rapports entre promenade et littérature (« La promenade littéraire est (...) un genre littéraire, mineur mais précieux, allant son chemin de rue en rue et d’œuvre en œuvre » – p. 9). Par ailleurs, il faut souligner l’intérêt des volumes publiés par Marie-Claire Bancquart, ici mentionnés par ordre chronologique de parution : Paris des surréalistes, Paris, Seghers, 1972, Images littéraires du Paris « fin de siècle », Paris, La Différence, 1979, et Paris « Belle Époque » par ses écrivains, Adam Biro-Paris Musées, 1997. Ces ouvrages correspondent grosso modo à la partie centrale de la période, entre les années 1880 et 1930. Ils n’ont à l’heure actuelle guère d’équivalent, notamment pour la deuxième moitié du dix-neuvième siècle, alors que des auteurs fort différents comme Patrick Modiano et Jacques Réda, par exemple, retiennent particulièrement l’attention, eu égard au thème abordé.

13 Jusqu’à l’époque présente et à ce qu’il est convenu d’appeler multimédia : voir par exemple Jean-Marc Léri, Michèle Ulrich (dir), Promenades et histoire – découverte de la ville à travers les siècles, Montparnasse Multimédia – Arts et éducation – Paris musées, 1997.

14 Voir Gilles Chabaud, Evelyne Cohen, Natacha Coquery, Jérôme Penez ( textes réunis par), Les guides imprimés du xvie au xxe siècle – Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 2000.

15 Dans cette optique, le flot d’ouvrages va croissant depuis une quinzaine d’années, mais le genre des « promenades par arrondissement » était déjà présent à la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècle, avec les séries d’Alexis Martin et du marquis de Rochegude. À l’heure actuelle, les auteurs traitent rarement plus d’un arrondissement.

16 Cette notion est au premier plan de la thèse d’Évelyne Cohen, Paris dans l’imaginaire national de l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

17 Etudiés dans une optique comparative lors d’un récent colloque, Capitales culturelles-capitales symboliques (xviiie -xxe siècles) – Paris et les expériences européennes, Paris, octobre 1999.

18 Voir les réflexions d’Alain Corbin au sujet des villes dans Jean Pierre-Rioux et Jean-François Sirinelli ( dir.). Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1997, p. 112-113.

19 Julien Green écrit, au début de Paris, Seyssel, Champvallon, 1983 : « J’ai bien des fois rêvé d’écrire sur Paris un livre qui fût comme une grande promenade sans but où l’on ne trouve rien de ce qu’on cherche, mais bien des choses qu’on ne cherchait pas » ( p. 11).

20 Voir Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Klincksieck, 1971, notamment la deuxième partie, « Du côté des trajets », p. 79-250 (l’ouvrage, placé sous le signe d’une approche objectale, concerne essentiellement Paris, même si la capitale n’est guère nommée). Du même auteur, dans une optique bien différente, voir également Les pierres songent à nous, Fata Morgana, 1995.

21 Voir François Caron et alii (dir.), Paris et ses réseaux : naissance d’un mode de vie urbain xixe-xxe siècles, Paris, B.H.V.P., 1990 (l’ouvrage concerne de multiples dimensions techniques de la vie urbaine ; il contient également une intéressante étude de Luc Passion, « Marcher dans Paris au xixe siècle », p. 27-43).

22 Terme utilisé en fonction d’un thème particulier dans Pierre Pinon (dir.), Les traversées de Paris – Deux siècles de révolutions dans la ville, Editions du Moniteur – La Grande Halle de la Villette, 1989 et retenu par Maurice Agulhon dans sa contribution à la troisième série des Lieux de mémoire : voir Pierre Nora (dir.), op.cit., réédition citée, « Paris-La traversée d’Est en Ouest », tome 3, p. 4589-4622.

23 Le livre de Julien Gracq se rapporte surtout à Nantes, mais, outre la réminiscence baudelairienne du titre, s’ouvre par une belle et dense évocation de la capitale, où il est question du « magnétisme » exercé par « les chambres centrales du labyrinthe » : voir Œuvres complètes, tome II, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1995, p. 771-772.

24 Titre d’un recueil de Jacques Réda, Paris, Gallimard, 1997 : « Elles ont leur organisation, qui est mouvante, parce qu’elle doit s’adapter aux récentes contradictions de leur sort et de leur désir. Ce sort est de démembrer l’espace ; tenter de le rassembler pour l’étreindre ou s’y fondre est ce désir. L’espace nourrit une nostalgie des rues. Elles le sentent au-dessus d’elles et tout autour. » (p. 60).

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540