Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

Activités portuaires et espace urbain à Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge

Philippe Cailleux

Texte intégral

  • 1 C. de Beaurepaire, De la Vicomté de l’eau de Rouen et de ses coutumes au xiiie et au xive siècles,(...)

1Depuis deux siècles, les travaux des érudits et historiens portant sur la capitale normande n’ont bien sûr pas négligé son port. Mais ils se sont surtout consacrés au commerce maritime et fluvial, aux juridictions portuaires ou encore à la construction navale en raison de la présence à Rouen du « Clos des Galées »1. Les connaissances accumulées pour les derniers siècles du Moyen Âge ont toutefois laissé dans l’ombre, pour une bonne part, la dimension topographique, principalement pour des raisons documentaires.

  • 2 Ph. Cailleux, Trois paroisses de Rouen, xiiie- xve siècle (Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint- (...)
  • 3 Cette paroisse se trouvait la plus en aval de la ville, en bordure de la rive droite de la Seine.

2Après une thèse de topographie urbaine consacrée à trois paroisses du centre de la ville de Rouen s’étendant aux pieds de la cathédrale2, les exigences d’une recherche sur les enceintes de la ville et un chantier archéologique ouvert sur le site de l’ancienne gare routière ont orienté les travaux vers la paroisse Saint-Éloi3. Les premiers résultats menaient à une extension du champ d’investigation à l’ensemble de la façade fluviale de la ville lorsque est intervenu l’appel à contribution de ce colloque. La réponse positive à cet appel reposait, il est vrai, sur une estimation de la richesse documentaire hélas surévaluée. Parmi les axes alors envisagés, il en est tout de même deux qui se sont révélés porteurs de résultats. Le premier tente de faire progresser la connaissance de la topographie portuaire alors que le second s’intéresse aux aspects spécifiques du paysage urbain à l’approche du port.

Le port de Rouen : topographie et organisation

  • 4 Le manuscrit du Livre des Fontaines n’est plus consultable à la bibliothèque municipale de Rouen. (...)
  • 5 AD Seine-Maritime, 2E1/156, fol. 123v.
  • 6 P. Cochon, Chronique normande, C. de Beaurepaire éd., Rouen, 1870, p. 318 et 332. La première indi (...)
  • 7 M. Mollat, Le commerce maritime normand.op. cit., p. 365.

3Le pont de pierre, construit au milieu du xiie siècle par l’impératrice Mathilde et utilisé jusqu’au début du xvie siècle, marquait le point de rupture de charge entre le trafic maritime et le trafic fluvial. Cet aspect est très lisible sur la grande vue du Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur4. À son débouché au sud, le pont se prolongeait par la « chaussée Saint-Sever » alors que vers l’ouest, se dirigeait « la cauchie par ou l’en va de la porte dudit pont au clos des galees »5. La chaussée Saint-Sever, qui n’avait jamais été pavée auparavant, le fut, à partir de 1407, à l’initiative de Jean Davy, bailli de Rouen6. C’est à proximité de cette chaussée, nous dit Michel Mollat, que « stationnaient les navires en attente »7.

  • 8 Dans un dénombrement des biens tenus du roi par la ville de Rouen, approuvé par le bailli le 24 dé (...)
  • 9 M. Mollat, Le commerce maritime normand..., op. cit., p. 364, citation empruntée aux « Voyages ave (...)
  • 10 P. Cochon, Chronique normande..., op. cit., p. 332. Les travaux cités mentionnent deux quais mais (...)

4Au nord du pont se développaient sur près d’un kilomètre les véritables installations portuaires, coupées de la ville par le mur d’enceinte, depuis la porte Guillaume Lyon en amont jusqu’à la « tour Maussifrote » à l’ouest, tour ensuite incorporée au château qu’avait fait édifier Henri V d’Angleterre, peu après la prise de la ville. C’est approximativement à son emplacement que devait se trouver la « place ou l’on faisait les galleres », avant le transfert de ce chantier naval sur l’autre rive8. La partie amont des quais, vouée à la batellerie était légèrement plus importante que celle placée en aval, que pouvaient fréquenter des navires de 100 à 120 tonneaux9. Que recouvre le mot « quai » généralement utilisé par les sources ? On sait grâce à la Chronique rouennaise de Pierre Cochon que, dans les années 1406-1409, le bailli déjà mentionné avait fait paver le « quai aux tuiles »10 à proximité du pont de pierre, mais les indications font défaut pour les autres quais.

  • 11 La grande vue de Rouen provenant du Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur témoigne de l’existenc (...)
  • 12 On trouve mention du « ruel jouxte le pont des poissons qui descent du pavement a Saine » (BM Roue (...)
  • 13 A. Héron, Deux chroniques de Rouen, Rouen, 1900, p. 56. La première chaussée citée est très probab (...)

5Pour assurer les communications entre le fleuve et la ville, le mur était percé de treize portes11, nombre élevé qui montre l’intensité des échanges et laisse deviner la tension qui existait entre les impératifs de défense et la nécessité de circulation des marchandises. Cette circulation au long des quais n’était pas sans connaître quelques entraves dont la plus importante était le débouché du Robec. Quelques toponymes ont conservé le souvenir d’équipements encore mal localisables : le pont de la pêcherie encore appelé « pont des poissons », l’abreuvoir aux chevaux et la « Vieille Haranguerie12 ». Utilisons enfin une autre chronique rouennaise pour établir, à l’occasion d’une forte montée des eaux survenue en l’année 1280, l’existence de trois pieds de dénivelé entre la « chaussée des Amurées », rive gauche et, plus basse, la « chaussée Martainville », sur la rive droite13.

Organisation des quais et droits de « quéage »

  • 14 Seule une étude détaillée des parcelles des îlots en bordure du fleuve permettra cette cartographi (...)
  • 15 AD Seine-Maritime, 2E1/168, 18 juillet 1420 ; P. Cochon, Chronique normande..., op. cit., p. 329 ; (...)
  • 16 BM Rouen, t. 3, fol. 62v ; AD Seine-Maritime, 18 HP5 ; A4, 30 août 1396.
  • 17 BM Rouen, t. 1, fol. 49 ; 13 novembre 1407 ; t. 3, fol. 96-97v.

6Il n’est pas encore possible de cartographier avec précision les différents quais en raison du faible nombre de renseignements mais aussi de l’instabilité des toponymes aggravée par l’usage de noms de personnes14. Michel Mollat, dans son ouvrage sur le Commerce maritime normand, avait souligné l’importance d’une des premières ordonnances de police du port, en date du 26 janvier 1526, précisant la spécialisation des quais. Les données collectées pour la fin du xive et le xve siècle, notamment les toponymes, montrent qu’une telle organisation existait probablement plus tôt. Les indications toponymiques se rangent en effet en trois groupes. Le premier est marqué par le nom des portes qui percent le rempart : quai Saint-Éloi, quai du Crucifix, quai Lyon par exemple15. Le deuxième groupe utilise les noms de ceux qui détiennent des droits sur les quais : quai de la Madeleine, quai Marescot ou encore quai Vincent du Valrichier16. Le dernier groupe privilégie déjà une activité ou un produit : quai aux vins, aux moules, aux chevaux, etc.17 Cela nous incite à voir dans l’ordonnance de 1526 une réorganisation davantage qu’une première spécialisation.

  • 18 Ibid., t. 3, fol. 96-97v.
  • 19 Le 1er compte de la ville (1447-1449) fait état des recettes que tirait la ville des quais. D’amon (...)
  • 20 AD Seine-Maritime, 18 HP5, ce toponyme ne semble pas avoir perduré aux deux derniers siècles du Mo (...)
  • 21 Ibid., 14 H 147.
  • 22 Ce point avait été justement repéré par Nicetas Périaux dans son Dictionnaire indicateur des rues (...)

7Comment s’articulaient cette spécialisation et l’extrême morcellement des droits exercés sur les quais est l’une des questions que nous posons, sans apporter pour l’instant d’éléments de réponse. Ce que nous pouvons en revanche montrer aujourd’hui, c’est l’existence d’un nombre non négligeable de détenteurs de « droits de kéage ». La Ville possédait une partie de l’espace comme le montre un dénombrement des biens qu’elle tenait du roi, approuvé par le bailli de Rouen le 24 décembre 138918. Y figurent les quais et appartenances de la place appelée la Vieille-Tour cédée par Saint Louis pour créer un marché, une pièce de terre appelée les quais dessus le port aux Bateliers de Saint-Ouen sur les paroisses Saint-Candre-le-Viel et Saint-Martin du Bout-du-Pont et sur cette dernière paroisse le quai aux moules, enfin la place « en laquelle furent faictes les gallaires19 ». Plusieurs communautés religieuses y bénéficiaient aussi d’installations. L’abbaye cistercienne du Valasse avait obtenu en 1239, d’un certain Renaud Marescot, habitant de Saint-Éloi, le droit d’accoster ses navires au lieu nommé le quai Marescot20. En 1262, une controverse opposant les religieux de Saint-Ouen et ceux de l’Hôtel-Dieu-de-la-Madeleine concerne les droits perçus par ces derniers pour autoriser les premiers à décharger leurs bateaux sur le quai de La Madeleine21. Mais ce que mettent surtout en évidence les registres du tabellionage rouennais, c’est la part non négligeable qui revient aux particuliers22. Ainsi, au moins quatre tènements disposent de quais et droits de « kéage » paroisse Saint-Éloi et ils sont également plusieurs à en disposer à Saint-Vincent, Saint-Étienne-de-la-rue-aux-Tonneliers ou encore Saint-Candre-le-Vieux. La configuration est toujours la même : les droits de « kéage », lorsqu’ils sont précisés, portent sur la largeur de la maison.

  • 23 BM Rouen, t. 3, fol. 62, 4 juillet 1380. Il s’agit d’un arrangement faisant intervenir la Ville, l (...)
  • 24 AD Seine-Maritime, 2E1/156, fol. 18.
  • 25 Ibid., 2E1/206, 7 janvier 1482.
  • 26 Ibid., G 7409, 3 janvier 1517.
  • 27 Ibid., G 3233, fol. 15, 2e moitié du xve siècle.

8Deux contrats précisent la nature des droits. On peut lire, dans le premier, daté de 1380 : « Et aurait ledit Lequeu ses hoirs ou aians cause la revenue et prouffit du kay qui siet entre les murs de ladite ville et l’eaue de Sayne en tant comme ladite fieffe contient et peut comprendre de leeur en largeur »23. En 1396, lors de la cession d’une portion de tènement disposant d’un quai, les preneurs obtiennent l’autorisation de passage pour « carchier et decarchier audit cay quelconquez denrees et biens qui leur plaira sans en paier aucune chose24 ». Les descriptions laissent entrevoir de belles dimensions pour certaines de ces parcelles, tel ce tènement de Saint-Éloi comprenant « plusieurs estages, maisons, seulles, meuleries, et kays » ou cet autre « hostel, courtz, kay heritage et tenement contenant plusieurs louaiges, seulles, chambres, greniers, estables et porte derriere »25. Comme ces deux exemples, ils s’étendaient parfois sur plus de 60 mètres avant le quai. Il fallait donc supposer que l’enceinte passait à l’intérieur comme il est formulé pour ce terrain de la paroisse Saint-Vincent : « [...] la muraille de la fortiffication de ladite ville estant entre deux [bouts] »26 ou ce que traduit encore la formule « d’un bout les murs et canel de Saine d’autre bout le pavement »27.

  • 28 Cette opération était traditionnellement placé après 1224, date à laquelle les Rouennais obtinrent (...)
  • 29 AD Seine-Maritime, 2E1/156, fol. 18, 3 mai 1396.
  • 30 Voire de grandes échelles. Je remercie Jacques Rossiaud pour m’avoir signalé l'utilisation de tell (...)

9Cet ensemble d’indications permet d’envisager un lotissement des terrains au contact du port antérieur à la création de l’enceinte la plus proche de la rive. De récentes données archéologiques placeraient cette opération de lotissement à la fin du xiie siècle, c’est-à-dire plus tôt que ce qui est généralement admis28. Mais que penser de ce droit de passage depuis le quai, obtenu en 139629 par le preneur d’une portion en retrait ? Il semble bien suggérer que les tenants des quais pouvaient faire franchir le mur à leurs marchandises et disposaient probablement d’engins de levage à cette fin30.

  • 31 Sur ce point, voir M. Mollat, Le commerce maritime normand..., op. cit., p. 440-448.

10L’image qui se dégage de ces données est celle d’un port que se partagent de nombreux détenteurs de droits, à la structure découpée en tranches de dimensions variables et dont le nombre reste à déterminer ; éléments qui n’étaient pas de nature à faciliter son organisation et s’ajoutaient à l’enchevêtrement des juridictions : bailliage, vicomté et vicomté de l’Eau31.

La ville aux abords du port

  • 32 Tènements et habitants de cette dernière paroisse, en raison de son étendue, pouvaient se trouver (...)

11On comptait sur la rive droite sept paroisses longeant le port et simplement séparées de ses installations par le mur de la Ville. D’aval en amont, il s’agissait des paroisses Saint-Éloi, Saint-Vincent, Saint-Étienne-des-Tonneliers, Saint-Martin-du-Bout-du-Pont, Saint-Candre-le-Vieux, Saint-Denis et enfin Saint-Maclou32. Après des années consacrées à l’étude d’une partie du centre de la ville de Rouen, il est vite apparu que le paysage offert par les paroisses qui viennent d’être énumérées présentait quelques traits sensiblement différents, tant en ce qui concerne l’organisation des parcelles que la topographie sociale.

Parcelles et maisons

  • 33 Voir Ph. Cailleux, Trois paroisses de Rouen.op. cit., p. 796-798.
  • 34 AD Seine-Maritime, 2E1/212, 11 juin 1488 et 2E1/217, 5 août 1493 faisant mention d’une « chambre o (...)
  • 35 J. Félix, Inventaire de Pierre Surreau, receveur général de Normandie, Rouen, 1892, p. 87.

12Comparer les principaux constituants des parcelles du cœur de la ville avec ceux des terrains qui se développent plus au sud permet de mettre en évidence, dans le dernier cas, l’importance de la place tenue par les « seulles », à mesure que l’on approche du port. Ainsi les mentions de cet équipement de la parcelle se limitent-elles à trois habitations pour l’ensemble des trois paroisses Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland33. Encore ne s’agissait-il que d’une « chambre ou seulle basse » dans le premier cas34 et d’une « pettitte seulle bas ondit hostel » dans le deuxième. L’inventaire alors dressé – il s’agit de la demeure de Pierre Surreau, receveur général de Normandie de 1424 à 1434-montre qu’elle renfermait du bois de chauffage et deux barils, l’un de verjus et l’autre de sel35. À titre de comparaison, il est possible d’attester l’existence d’au moins 120 celliers pour les mêmes paroisses, entre 1350 et 1500.

  • 36 Il s’agit d’une maison de la rue Herbière, des « seulles » de l’hôtel des Templiers de Sainte-Waub (...)
  • 37 AD Seine-Maritime, 2E1/175, 22 mars 1432.
  • 38 Mme Bourienne Savoye, « Saint-Vincent de Rouen une paroisse de marchands au xve siècle », Bulletin (...)
  • 39 AD Seine-Maritime, G 2089, fol. 324-325.

13Si l’on en juge par le cas de la paroisse Saint-Éloi, la présence significative de « seulles » atteindrait les îlots en bordure de muraille ou de Seine. La transition serait donc assez brutale. C’est du moins ce qui ressort du dépouillement de plus de 400 actes notariés se rapportant à des biens situés sur cette paroisse. Trois tènements clairement localisés comportaient des « seulles » au nord de ces îlots36, alors qu’on en compte une quinzaine dans les parcelles en bordure de quai. Il était même fréquent de trouver plusieurs « seulles » sur une même parcelle. Ainsi on en dénombrait trois dans cet hôtel baillé en 1431 par Godefroy Dureaume, paroisse Saint-Vincent, toutes louées37, alors que l’hôtel d’Harcourt, sur la même paroisse, en comportait cinq38. On trouvait même un tènement dit « des Seulles » paroisse Saint-Étienne-des-Tonneliers, dont on peut relever la valeur exceptionnelle. Il fut en effet acquis, avec son droit de « kéage », par le chapitre de la cathédrale, de Guieffroy du Val Richier, en 1342, pour la coquette somme de 3000 1.t.39.

  • 40 R. Quenedey, L’habitation rouennaise, étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, R (...)
  • 41 BM Rouen, A6, 10 mars 1411.
  • 42 AD Seine-Maritime, 2E1/176, 24 décembre 1432.
  • 43 BnF, ms., P.O., 2924, Valricher, no 5.
  • 44 BM Rouen, A4, 30 août 1396.
  • 45 AD Seine-Maritime, 2E1/207, 1er août 1482.
  • 46 Ibid., 2E1/177, 7 mars 1434.

14Le rôle de magasin ou d’entrepôt de ces « seulles », déjà relevé par Raymond Quenedey40, ressort clairement de plusieurs indications comme ce congé donné en 1411 à Jehan Mustel, habitant près de Mantes et à son fils, écolier à Paris, de mettre à couvert dans la « seulle » de Robert Alorge, située paroisse Saint-Éloi, 17 queues de vin41. C’est du sel que stocke, en 1432, Jehan Marcel, célèbre changeur rouennais, dans l’une des « seulles » de l’hôtel des Templiers de Sainte-Waubourg à Rouen42. On y entrepose également des biscuits comme ceux fabriqués pour la circonstance par le maître des garnisons de « l’armée de la mer » en 138543. Plus étonnante est l’utilisation, en 1396, de celle appartenant à dame Thomasse Mustel, dans laquelle fut cuit le plâtre « dont l’en fist les murs d’entre le cay Vincent du Valrichier et la tour de Mausifrote »44. Cette pièce se trouvait au rez-de-chaussée de l’habitation. Elle l’occupait parfois en totalité comme le suggère cette indication d’un « hostel dont le bas est de present applicqué en seulles »45. Deux façons de couvrir cette pièce semblaient en usage à Rouen. Au rez-de-chaussée du grand hôtel de Simon du Vaurichier, l’on trouvait, en effet, « une seulle basse et une autre seulle voustee en maniere de celier, joingnant a icelle de haulteur jusques au premier solier ou siet la chapelle »46.

  • 47 Que je remercie pour avoir accepté de communiquer contenu et illustration d’un article à paraître.

15Des fouilles récemment menées sur le site de la gare routière à Rouen ont mis au jour des vestiges d’un édifice de la fin du xiie siècle, à moins d’une centaine de mètres de la rive actuelle. Bénédicte Guillot47, chargée de la fouille par l’Institut national de recherches archéologiques préventives, le décrit ainsi :

« La partie sud de cette grande maison n’a pas été retrouvée, mais on peut reconstituer un bâtiment rectangulaire, avec au nord un escalier extérieur, dont les quatre premières marches ont été conservées... La maison a une surface au sol de plus de 230 m2 et se compose au rez-de-chaussée d’au moins deux pièces de plain-pied. Les murs sont construits en pierre de taille calcaire... À chaque angle, deux portes (1,10 m de large) permettent d’entrer dans la pièce nord, de plus de 60 m2 de surface. Le sol de la pièce, composé de calcaire damé, s’est affaissé et se trouve sous la nappe phréatique. Une cheminée de style roman est incorporée au centre du mur nord (ouverture 1,10 m, hauteur 1,60 m et profondeur 0,89 m). Elle est encadrée par deux colonnes adossées, placées dans deux renfoncements du parement. À l’ouest, le chapiteau à godrons est associé à une base moulurée polygonale. Le chapiteau ouest montre un décor végétal stylisé ; la base moulurée de la colonne est ornée d’une griffe. Seuls les blocs d’impostes supportant un arc surbaissé, sont saillants du nu du mur. Les deux colonnes reposent sur le ressaut de fondation, qui sert aussi de fondation à cette structure. Le contrecœur, concave, a été maçonné au moyen de fragments de tuiles romaines (tegulae et imbrices) disposés en « arêtes de poissons ». Cette première salle communique avec la suivante par au moins une ouverture... » (fig· 1).

  • 48 En collaboration avec Dominique Pitte. Voir notamment : D. Pitte et Ph. Cailleux, « L’habitation r (...)

16Les travaux menés depuis plusieurs années sur l’habitat civil en pierre rouennais des xiie et xiiie siècles48 montrent que cette construction présente plusieurs singularités : superficie exceptionnelle, niveau de plain-pied et non semi-encavé, présence d’une cheminée au premier niveau. Ces différents éléments et les premiers travaux de localisation nous amènent à nous demander si nous ne sommes pas là en présence d’une de ces « seulles » mentionnées par la documentation.

  • 49 AD Seine-Maritime, 2E1/197, 16 novembre 1468 et BM Rouen, registre XX1, fol. 1v.

17N’oublions pas, enfin, les enseignes et noms des maisons qui rappelaient aussi la proximité du port, telle l’enseigne de la barge ou celle de l’ancre ou encore cette maison nommée vent d’aval49.

Habitants et activités

  • 50 Soit un peu plus de 10 %. Ce sont trois « marinels », deux « cordiers », un « bastier », un « berm (...)
  • 51 AD Seine-Maritime, G 7662.
  • 52 On y dénombre deux « marinels », deux tonneliers, un « bermen », un courtier, un mesureur, un lieu (...)

18Les sources utilisables pour tenter de cerner les activités exercées par les habitants des paroisses jouxtant le port sont hélas limitées. Premier utilisé, le tabellionage rouennais l’a été en privilégiant une décennie du xve siècle présentant un excellent taux de conservation de ses registres, en l’occurrence les années 1460-1470, pour lesquelles ce taux atteint 90 %. En l’état actuel, nous disposons d’informations pour 81 des 333 personnes enregistrées. Alors que l’on retrouve, pour l’essentiel, les secteurs traditionnels de l’économie rouennaise, tels les métiers de l’alimentation, du textile, des cuirs et peaux ou du bâtiment, seuls neuf individus exercent des activités en rapport avec le milieu portuaire50. L’exploitation d’un registre de la fabrique de l’église paroissiale Saint-Vincent s’est montrée à cet égard plus intéressante. On y trouve inscrits les noms de celles et de ceux qui ont effectué, de 1478 à 1482, la « cueuillette du bachin de ladite eglise »51. Les indications de métiers des quêteurs y sont proportionnellement plus nombreuses que pour le tabellionage et le taux de métiers ou d’offices en rapport avec l’activité portuaire s’élève cette fois-ci à plus de 30 %, soit 9 des 29 mentions livrées pour cette seule paroisse52.

  • 53 BM Rouen, U2, fol. 184.

19Quelles étaient ces activités citées par nos deux sources ? En premier lieu, des « marinels », puis des tonneliers et « fustaillers », un « bastier », un « bermen » contribuant tous au transport des marchandises tandis qu’un mesureur (de sel, de grains ou d’autre chose ?) évoque leur contrôle tout comme le lieutenant de la Vicomté de l’Eau et le bouteiller de cette administration, dont les bâtiments se trouvaient sur leur paroisse de résidence : la paroisse Saint-Vincent. Ajoutons encore un fabricant de hameçons et les indispensables cordiers mentionnés assez tôt puisque existait encore, en 1347, sur la paroisse Saint-Éloi, non loin de la place déjà mentionnée où se fabriquaient les galères, un lieu dit la Corderie53.

20On aimerait en savoir plus mais la documentation à notre disposition laisse inévitablement dans l’ombre la partie la plus pauvre de la population vivant dans les petits louages que cite parfois le tabellion, limitant ainsi la diversité des activités rencontrées. Elle nous a permis toutefois de souligner quelques-uns de leurs traits spécifiques au contact du port. À l’inverse, notons que ceux que les actes qualifient simplement de « marchands », sans davantage de précision, ne paraissent pas avoir été plus nombreux ici que dans d’autres secteurs de la ville.

  • 54 Une étude entamée depuis peu sur les îles situées à proximité de Rouen aboutit à un semblable cons (...)

21Pour conclure ce premier bilan d’une recherche tout juste entamée sur le port de Rouen, qui laisse ouvertes de nombreuses questions, retenons deux points. Le premier met en avant la place occupée en ce lieu par les grandes familles rouennaises qui ne manquent pas d’ajouter à leurs formes diversifiées de placements et revenus ceux qui émanent des « seulles » et droits de « kéage »54. Le second montre que la proximité du port se traduit par des changements tangibles du paysage urbain. Ils affectent d’une part la topographie sociale, principalement par l’apparition, dans des proportions sensibles, de métiers en relation directe avec l’activité portuaire, d’autre part l’organisation des parcelles et des maisons : taille des parcelles, valeur des tènements, importance des « seulles », droits de « quéage » déjà cités donnaient aux pâtés de maisons voisinant les quais un aspect tout à fait remarquable.

Maison rouennaise : évolution du bâti (xiie-xive siècles)

Maison rouennaise : évolution du bâti (xiie-xive siècles)

Notes

1 C. de Beaurepaire, De la Vicomté de l’eau de Rouen et de ses coutumes au xiiie et au xive siècles, Évreux, 1856 ; E. de Fréville, Mémoire sur le commerce maritime de Rouen depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du xvie siècle, Rouen, 1857 ; C. Bréard, Le compte du clos des Galées de Rouen au xive siècle, Rouen, 1893 ; M. Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Age. Étude d’histoire économique et sociale, Paris, 1952 ; A. Merlin-Chazelas, Documents relatifs au Clos des Galées de Rouen et aux armées de mer du roi de France de 1293 à 1418, 2 vol., Paris, 1977-1978 ; A. Sadourny, « Les transports sur la Seine aux xiiie et xive siècles », Les Transports au Moyen Âge, Rennes (1976), Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 85 (1978), p. 231-244.

2 Ph. Cailleux, Trois paroisses de Rouen, xiiie- xve siècle (Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland). Étude de topographie et d’urbanisme, thèse dactyl., Université Paris IV-Sorbonne, 1998 (à paraître).

3 Cette paroisse se trouvait la plus en aval de la ville, en bordure de la rive droite de la Seine.

4 Le manuscrit du Livre des Fontaines n’est plus consultable à la bibliothèque municipale de Rouen. Il faut se reporter à l’édition intégrale de V. Sanson, Le Livre enchaîné ou Livre des Fontaines de Rouen, par Jacques Le Lieur, Rouen, 1911. On peut également consulter B. Eliot et S. Rioland, Une vue de Rouen en 1525 par Jacques Le Lieur, extrait du « Livre des Fontaines », Rouen, 2001.

5 AD Seine-Maritime, 2E1/156, fol. 123v.

6 P. Cochon, Chronique normande, C. de Beaurepaire éd., Rouen, 1870, p. 318 et 332. La première indication est placée à l’année 1373 : « Les granz eauez [...] abatirent les murs de Grantmont, vers la cauchie de Saint-Sever ; et la cauchie fu toute depechié, et fu en cel estat jusques en l’an CCCC et VII qu’elle fu refaite ». La seconde est donnée pour l’année 1409 où « regnoit a Rouen messire Jehan Davy », à l’actif duquel le chroniqueur inscrit plusieurs travaux et notamment qu’il « fist commenchier la cauchie de Saint-Sever ». Sur Jehan Davy, bailli de Rouen de 1406 à 1409, voir : M. Veyrat, Essai chronologique et biographique sur les baillis de Rouen (1171-1790), Rouen, 1953, p. 102-104.

7 M. Mollat, Le commerce maritime normand.op. cit., p. 365.

8 Dans un dénombrement des biens tenus du roi par la ville de Rouen, approuvé par le bailli le 24 décembre 1389, figure « une vuyde place en laquelle furent faictes les gallaires avec les petites maisons tenantes au chemyn assises en la parroisse Sainct Eloy de Rouen », Bibliothèque municipale de Rouen, Archives communales anciennes, registre T. 3, fol. 96-97 (les mentions BM Rouen qui suivent renvoient toutes aux archives communales anciennes). Un acte de janvier 1289 en fait également état, à l’occasion de l’assignation d’une rente due par le Rouennais Guillaume des Essars envers la Ville (BM Rouen, registre T. 2, fol. 145). Elle est alors désignée comme « vuide place qui estoit appellee la piece ou place des gallees ». Ce texte laisse supposer qu’à cette date elle avait déjà perdu cette fonction.

9 M. Mollat, Le commerce maritime normand..., op. cit., p. 364, citation empruntée aux « Voyages aventureux » de Jean Alfonse.

10 P. Cochon, Chronique normande..., op. cit., p. 332. Les travaux cités mentionnent deux quais mais si le « cay a tieullez » fut pavé, en revanche le « cay de la ville au Viel pont » fait partie d’une liste des « ordrez placez » de la ville que Jean Davy a fait vider. Sur le toponyme de « Vieil-Pont » ou « Vieux-Pont » et l’emplacement éventuel d’un pont antérieur à celui construit au milieu du xiie siècle, voir G. Dubosc, « La maison des Templiers à Rouen », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1911, p. 73-78.

11 La grande vue de Rouen provenant du Livre des Fontaines de Jacques Le Lieur témoigne de l’existence, au début du xvie siècle, de 14 ouvertures dont une de modestes dimensions à propos de laquelle les informations manquent. Pour les autres, d’aval en amont se succédaient jusqu’au pont de pierre les portes Saint-Éloi, de la Vicomté, de la Haranguerie, des Cordeliers, du Crucifix, de la Boucherie et du Bout du Pont puis, plus en amont, les portes de la Tuile, de Saint-Candre, de la Vieille Tour, de la Halle, Jehan Le Cœur et Guillaume Lion. Reste à établir combien fonctionnaient simultanément – on imagine ce nombre fluctuant – et, pour plusieurs d’entre elles, l’époque de leur construction.

12 On trouve mention du « ruel jouxte le pont des poissons qui descent du pavement a Saine » (BM Rouen, t. 3, fol. 96-97). Un tènement de la paroisse Saint-Étienne-des-Tonneliers se trouvait, le 21 septembre 1371, délimité d’un bout par « par l’abevreure as chevaux » (AD Seine-Maritime, 2E1/152, fol. 181). Ce dernier se trouvait très certainement à proximité du « quai aux chevaux », non loin du pont de pierre. La Vieille Haranguerie fut, elle aussi, pavée à l’initiative du bailli Jehan Davy. Voir P. Cochon, Chronique normande..., op. cit., p. 332.

13 A. Héron, Deux chroniques de Rouen, Rouen, 1900, p. 56. La première chaussée citée est très probablement la chaussée Saint-Sever qui prend ici ce nom en raison de la proximité du couvent des dominicaines, souvent appelées les « Emmurées de Rouen ».

14 Seule une étude détaillée des parcelles des îlots en bordure du fleuve permettra cette cartographie. Elle est en cours.

15 AD Seine-Maritime, 2E1/168, 18 juillet 1420 ; P. Cochon, Chronique normande..., op. cit., p. 329 ; BM Rouen, A6, 29 avril 1409.

16 BM Rouen, t. 3, fol. 62v ; AD Seine-Maritime, 18 HP5 ; A4, 30 août 1396.

17 BM Rouen, t. 1, fol. 49 ; 13 novembre 1407 ; t. 3, fol. 96-97v.

18 Ibid., t. 3, fol. 96-97v.

19 Le 1er compte de la ville (1447-1449) fait état des recettes que tirait la ville des quais. D’amont en aval, s’affermaient les revenus du « quaiage » de Malpalu, de la « Vieux-Tour », du Vieux-Pont et de la Vieille Haranguerie, de la porte de la Vicomté et de la porte Saint-Éloi. BM Rouen, t. XXI, fol. 16v. Sur ce même feuillet, une autre main a ajouté, à l’aide d’une autre encre, « et le quai du crucifilz ».

20 AD Seine-Maritime, 18 HP5, ce toponyme ne semble pas avoir perduré aux deux derniers siècles du Moyen Âge.

21 Ibid., 14 H 147.

22 Ce point avait été justement repéré par Nicetas Périaux dans son Dictionnaire indicateur des rues et places de Rouen, Rouen, 1870, p. 481. L’un des points prioritaires de la recherche est de déterminer la part de l’espace portuaire aux mains des bourgeois rouennais.

23 BM Rouen, t. 3, fol. 62, 4 juillet 1380. Il s’agit d’un arrangement faisant intervenir la Ville, les religieux de la Madeleine et le Rouennais Jean Lequeu. L’expression « droit de kéage » n’est pas employée dans ce texte.

24 AD Seine-Maritime, 2E1/156, fol. 18.

25 Ibid., 2E1/206, 7 janvier 1482.

26 Ibid., G 7409, 3 janvier 1517.

27 Ibid., G 3233, fol. 15, 2e moitié du xve siècle.

28 Cette opération était traditionnellement placé après 1224, date à laquelle les Rouennais obtinrent l’autorisation du roi Louis VIII d’étendre leurs quais vers le fleuve, si nécessaire. À propos des quais on peut en effet y lire [...] et, si necesse fuerit burgensibus Rothomagi, licebit eis ea facere cresci et ampliari versus aquam Secane... Voir L. Delisle, Cartulaire normand de Philippe Auguste, Louis VIII, Saint Louis et Philippe le Hardi, Caen, 1852, no 330.

29 AD Seine-Maritime, 2E1/156, fol. 18, 3 mai 1396.

30 Voire de grandes échelles. Je remercie Jacques Rossiaud pour m’avoir signalé l'utilisation de telles échelles pour franchir l’enceinte à Valence (Drôme).

31 Sur ce point, voir M. Mollat, Le commerce maritime normand..., op. cit., p. 440-448.

32 Tènements et habitants de cette dernière paroisse, en raison de son étendue, pouvaient se trouver fort éloignés du port : elle n’a donc pas été retenue pour les dépouillements. Le territoire de la paroisse Saint-Martin-du-Bout-du-Pont s’étendait également sur la rive gauche.

33 Voir Ph. Cailleux, Trois paroisses de Rouen.op. cit., p. 796-798.

34 AD Seine-Maritime, 2E1/212, 11 juin 1488 et 2E1/217, 5 août 1493 faisant mention d’une « chambre ou seulle basse en laquelle siet ung siege de latrines ».

35 J. Félix, Inventaire de Pierre Surreau, receveur général de Normandie, Rouen, 1892, p. 87.

36 Il s’agit d’une maison de la rue Herbière, des « seulles » de l’hôtel des Templiers de Sainte-Waubourg, rue de la Monnaie ou Saint-Éloi et d’une maison voisine. Voir AD Seine-Maritime, 2E1/202, 8 septembre 1477 ; 2E1/176, 24 décembre 1432 et 2E1/180, 5 avril 1437.

37 AD Seine-Maritime, 2E1/175, 22 mars 1432.

38 Mme Bourienne Savoye, « Saint-Vincent de Rouen une paroisse de marchands au xve siècle », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1958-1970, p. 132.

39 AD Seine-Maritime, G 2089, fol. 324-325.

40 R. Quenedey, L’habitation rouennaise, étude d’histoire, de géographie et d’archéologie urbaines, Rouen, 1926, p. 312-313.

41 BM Rouen, A6, 10 mars 1411.

42 AD Seine-Maritime, 2E1/176, 24 décembre 1432.

43 BnF, ms., P.O., 2924, Valricher, no 5.

44 BM Rouen, A4, 30 août 1396.

45 AD Seine-Maritime, 2E1/207, 1er août 1482.

46 Ibid., 2E1/177, 7 mars 1434.

47 Que je remercie pour avoir accepté de communiquer contenu et illustration d’un article à paraître.

48 En collaboration avec Dominique Pitte. Voir notamment : D. Pitte et Ph. Cailleux, « L’habitation rouennaise aux xiie et xiiie siècles », dans La maison médiévale en Normandie et en Angleterre, Actes des tables rondes de Rouen et de Norwich (1998-1999), Société libre d’émulation de la Seine-Maritime, Rouen, 2002, p. 79-89.

49 AD Seine-Maritime, 2E1/197, 16 novembre 1468 et BM Rouen, registre XX1, fol. 1v.

50 Soit un peu plus de 10 %. Ce sont trois « marinels », deux « cordiers », un « bastier », un « bermen », un « fustailler » et un « emmechonnier ».

51 AD Seine-Maritime, G 7662.

52 On y dénombre deux « marinels », deux tonneliers, un « bermen », un courtier, un mesureur, un lieutenant et un bouteiller de la vicomté de l’Eau.

53 BM Rouen, U2, fol. 184.

54 Une étude entamée depuis peu sur les îles situées à proximité de Rouen aboutit à un semblable constat.

Table des illustrations

Titre Maison rouennaise : évolution du bâti (xiie-xive siècles)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540