Version classiqueVersion mobile

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

L’activité du port de Dieppe à travers la comptabilité de l’archevêque de Rouen

Philippe Lardin

Texte intégral

  • 1 Le texte de cet échange est conservé en plusieurs endroits. AM Dieppe, Fonds Langlois, 1re classe, (...)

1C’est en 1197 que la seigneurie de Dieppe entra dans le temporel de l’archevêché de Rouen. Cette année-là, Richard Cœur de Lion échangea le port et les salines voisines de Bouteilles, ainsi que plusieurs autres lieux dispersés à travers la Normandie, contre les terres archiépiscopales des Andelys sur lesquelles il avait déjà commencé à édifier la forteresse de Château-Gaillard qui devait fermer la Normandie au roi de France Philippe Auguste1. Pour remercier le chapitre cathédral de Rouen de l’efficacité de son action pendant les négociations, l’archevêque de Rouen, Gautier le Magnifique, lui accorda le dixième des revenus de la seigneurie dieppoise.

2À cette date, le port de Dieppe avait sans doute déjà une activité importante, notamment dans la pêche aux harengs et dans le transport des passagers vers l’Angleterre mais l’action des archevêques et de leurs officiers, en particulier au temps d’Eudes Rigaud, permit à la ville d’accroître sa puissance maritime et commerciale. Les chanoines reçurent donc sans difficulté les sommes qui leur étaient dues sur les revenus le plus souvent affermés de la seigneurie.

  • 2 AD Seine-Maritime, G 881.
  • 3 Ibid., G 851. Le Coustumier de la vicomté de Dieppe par Guillaume Tieullier, E. Coppinger éd., Die (...)
  • 4 AD Seine-Maritime, G 3705.

3Les choses changèrent au lendemain de la Peste noire. La ville perdit sans doute le tiers de sa population et les revenus quelle procurait à l’archevêque de Rouen diminuèrent sensiblement. Celui-ci tenta donc de reporter une partie de cette baisse sur la part versée aux chanoines mais ceux-ci contestèrent les méthodes de comptes employées par les receveurs de la seigneurie et se lancèrent dans un conflit judiciaire qui dura près d’un demi-siècle2. Ce n’est que vers 1396 qu’un accord fut trouvé entre l’archevêque et son chapitre. Pour éviter toute contestation, le receveur Guillaume Tieullier rédigea un Coutumier de la ville de Dieppe3 rassemblant l’ensemble des droits à percevoir par l’archevêque, les méthodes de paiement à employer et les franchises éventuelles. Ainsi, des comptabilités précises pourraient être rédigées et la part du chapitre ne souffrirait plus de contestation ; en particulier, il ne serait plus possible à l’archevêque de prendre pour son usage personnel de l’argent dans les recettes de la seigneurie avant que la part du chapitre n’ait été calculée. L’importance du Coutumier de Guillaume Tieullier est donc considérable et c’est en s’appuyant sur ce document exceptionnel que les receveurs rédigèrent au xve siècle les comptabilités qui nous sont parvenues4.

  • 5 « L’historien et les sources financières de la fin du Moyen Âge », dans C. Carozzi et H. Taviani-C (...)
  • 6 Voir par exemple M. Mollat, La comptabilité du port de Dieppe au xve siècle, Paris, 1951.

4On le sait, les documents comptables sont des sources de première importance pour les médiévistes et Jean Kerhervé l’a rappelé récemment5. Les comptabilités de la seigneurie dieppoise – généralement la plus rentable de toutes celles que possédait l’archevêque de Rouen – ont donc été utilisées par de nombreux historiens, mais ceux-ci n’ont pas toujours mesuré à quel point ces documents étaient trompeurs car ils n’avaient pas pour but de décrire l’activité portuaire ou artisanale de la ville mais, uniquement, de fournir des données incontestables sur les parts respectives des chanoines et de l’archevêque de Rouen6.

5C’est pourquoi j’essaierai de montrer ici que ces documents ne nous donnent qu’une idée très partielle et très largement biaisée du trafic portuaire dans sa composition ou ses directions, de même qu’ils nous informent très incomplètement sur les hommes qui y intervenaient.

La mesure du trafic portuaire

  • 7 Id., Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge. Étude d’histoire économique et sociale, Pa (...)
  • 8 Ibid.., annexe no 12, p. 609. On ne tiendra pas compte du tableau récapitulatif intitulé « Le comm (...)

6Dans l’ouvrage qu’il a consacré il y a plus d’un demi-siècle au commerce maritime normand, Michel Mollat a très largement puisé dans les comptabilités dieppoises7. Il a ainsi compté les bateaux qui entrèrent et sortirent au cours des années pour lesquelles nous avons les registres afin de mesurer l’évolution du trafic. Il l’a fait avec une très grande précision même si la disposition particulière des données l’a parfois amené à compter deux ou trois fois les mêmes bateaux puisque le receveur séparaient les marchandises d’un même navire selon qu’il s’agissait de vin, de sel, de blé, de fer ou de denrées mêlées. Quelles que soient ces erreurs de détail, elles ne modifient que légèrement les ordres de grandeur fournis par cet historien (tableau 18).

7Ainsi, tout au long du xve siècle, le nombre de navires passant par le port de Dieppe aurait été le plus souvent de l’ordre d’une centaine, voire moins, soit moins d’un bateau tous les trois jours ce qui, de prime abord, semble assez peu pour un port de cette importance.

  • 9 E. Coppinger, Coustumier…, op. cit., p. 44.

8Il est également possible d’approcher la réalité du trafic du port en utilisant le revenu de la ferme dite de la Vase9. Ce droit seigneurial d’un montant de deux deniers parisis par navire mouillant dans le port permet en effet de calculer le nombre minimum de navires qui y passaient. Comme on sait que les fermiers avaient pour habitude de fixer les sommes qu’ils estimaient pouvoir payer entre 40 et 50 % des revenus qu’ils espéraient en tirer, on peut calculer le nombre théorique de bateaux qui rendaient la ferme rentable et on constate alors que la différence par rapport aux données utilisées par Michel Mollat est généralement assez sensible.

  • 10 AD Seine-Maritime, G 525, analysé par M. Mollat, « La pêche à Dieppe au xve siècle », Bulletin de (...)

9Aux chiffres donnés par cet historien et qui ne concernent que le trafic commercial, il faudrait ajouter les entrées et les sorties des bateaux de pêche pour connaître le nombre réel de bateaux qui mouillèrent le port et durent payer le droit de la Vase. Les sources ne nous permettent de les connaître avec précision que pour l’année 1475. Cette année-là, qui fut une grande année pour la pêche pendant une phase de reprise de l’activité, 183 bateaux différents participèrent à la harengaison ce qui donna lieu à autant de paiements au fermier de la Vase (tableau 2)10.

  • 11 Pendant la harengaison, chaque bateau de pêche ne payait qu’une seule fois le droit de la Vase.
  • 12 Le graphique 3 ne comporte que les années pour lesquelles on dispose à la fois du nombre de bateau (...)

10On constate donc que les données enregistrées par le receveur de la seigneurie de Dieppe sont très inférieures à la réalité du trafic même si on y ajoute les mouvements de bateaux dus à la pêche. En effet, la distorsion entre les données des registres de comptabilité et celles que sous-entendent les montants des fermes de la vase tient au fait que si, comme le confirme le Coutumier, tous les navires sans aucune exception payaient le droit de la Vase dès lors qu’ils mouillaient dans le port11, il existait en revanche de nombreuses franchises pour les droits d’entrée ou de sortie pesant sur les marchandises et le poisson (fig. 3)12.

  • 13 E. Coppinger, Coustumier…, op. cit., p. 19
  • 14 Ibid., p. 20. En janvier 1409, le mercier Jean Bury, bien que bourgeois de Dieppe, dut payer sa pa (...)
  • 15 Ibid., G 502, fol. 34. Z. W. Sneller, « Le développement du commerce entre les Pays-Bas septentrio (...)
  • 16 En 1429, deux pêcheurs furent menacés de prison par un soldat anglais qui accepta de surseoir mome (...)

11La plus importante de ces franchises bénéficiait aux bourgeois de la ville de Dieppe. Or, l’accès à la bourgeoisie était un acte volontaire et, depuis la Peste noire et la dépopulation qui s’en était suivie, il n’y avait plus de durée minimum de résidence dans la ville. Ceux qui souhaitaient obtenir ce titre devaient être présentés par deux autres bourgeois et payer sept sous six deniers partagés entre l’archevêque et le receveur de la seigneurie13. La liste des nouveaux bourgeois, enregistrée pour des raisons financières évidentes dans les comptabilités par le receveur, ne permet donc pas de connaître précisément l’évolution de la population de la ville mais seulement les noms de ceux qui pensaient pouvoir tirer profit de leur nouvelle situation juridique. En effet, au bout d’un an, après avoir acquitté un droit d’accensement de sept sous six deniers, le nouveau bourgeois ne payait plus aucun droit sur les marchandises qu’il faisait entrer ou sortir du port sauf quand il était associé avec des marchands forains, c’est-à-dire non bourgeois14. Ce fut le cas, entre autres pour le Hollandais Jacques Paoul (c’est-à-dire Pauwel) qui vint à Dieppe en 1426 pour mettre en place la production de bière houblonnée qui allait remplacer la cervoise15. Installé à Dieppe sans en être encore bourgeois, il dut payer des droits d’entrée pour son matériel de fabrication de la nouvelle boisson, puis pour les exportations de bière qu’il effectua. En 1428, il disparut des comptes et les exportations de bière semblèrent cesser comme si la nouvelle boisson n’avait pas plu aux Dieppois. Ce n’était pourtant pas le cas ; en fait, Jacques Paoul, sans doute conseillé par certains bourgeois puissants de la ville avec lesquels il était en relation, s’était contenté de devenir, lui aussi, bourgeois de Dieppe dès 1427. De ce fait, l'année suivante, il put échapper au paiement des « acquits » qui pesaient sur le trafic portuaire. Evidemment, il vivait toujours à Dieppe où il habitait une maison chargée une rente constituée payable à l’archevêque et dans laquelle il resta au moins jusqu’en 1433. Une lecture rapide des comptabilités aurait donc pu donner l’impression que la production de bière avait été un échec alors que ce n’était absolument pas le cas comme le montrent d’autres documents, en particulier des lettres de rémission16.

Géographie du commerce maritime dieppois

12Les articles qui rapportent le montant des acquits indiquent assez régulièrement l’origine géographique des navires ou des commerçants, ce qui nous donne l’impression que le port de Dieppe était presque exclusivement un lieu de transbordement pour des marchandises qui repartaient par bateau ou par la route vers d’autres régions. Des marchands picards, flamands et parfois parisiens venaient y chercher des céréales ou de la laine dont ils réexpédiaient parfois une partie vers les régions du Nord. Les Anglais, quant à eux, furent surtout assez présents après la conquête de la Normandie par Henri V, tandis que les Allemands et les Hollandais étaient beaucoup moins nombreux.

  • 17 AD Seine-Maritime, G 499, fol. 34. En 1408, par exemple, le marchand dieppois Bérenger Vasselin lo (...)
  • 18 Ordonnances des rois de France, t. II, p. 135 et 157 ; t. IV, p. 421 ; t. VII, p. 71. AN, PP 117, (...)
  • 19 AD Seine-Maritime, G 897.
  • 20 AN, JJ 174, no 281, fol. 124v.
  • 21 BnF, ms.fr. 25998 [591].

13À première vue, les Espagnols, pour leur part, venaient très rarement à Dieppe et on n’en compte jamais plus de trois ou quatre par an. Or, on sait que la laine et le fer espagnols, tout comme certains fruits provenant de la péninsule Ibérique, entraient dans le port comme le montrent certaines notations des comptabilités17. Il y a donc là une nouvelle distorsion entre ce que disent les comptabilités et ce que nous savons par d’autres sources, ce qui s’explique cette fois encore par les franchises dont bénéficiaient les marchands espagnols et portugais dans le port d’Harfleur18. Or, alors que jusqu’à présent, les Espagnols évitaient de venir à Dieppe, le nombre de leurs bateaux y augmenta sensiblement en 1409 tout comme les quantités de fer qui furent déchargées. On passa ainsi de quelques kilos l’année précédente à plusieurs tonnes de métal. Cette situation nouvelle était due à une situation juridique confuse. En effet, les bateaux espagnols étaient venus à Dieppe parce que les bourgeois de la ville, profitant de la perte momentanée du Coutumier que le vicomte d’Arques n’avait pas rendu après une régale, avaient laissé entendre aux marchands ibériques qu’ils ne paieraient presque pas de droits d’acquits car ceux-ci seraient calculés sur le nombre de pièces de fer débarquées et non pas sur leur poids19. Cette interprétation restrictive du contenu du Coutumier était évidemment avantageuse pour les marchands et pour les bourgeois dieppois mais elle fut contestée par les officiers de l’archevêque qui récupérèrent finalement le texte et firent valoir le droit de l'archevêque. Toutefois, pendant près de trois ans, les arrivées de fer s’étaient accrues et c’est presque uniquement grâce à ce conflit que nous avons une idée des quantités importantes de fer qui arrivaient à Dieppe. Quand les marchands espagnols furent déboutés de leur revendication, ils cessèrent de venir à Dieppe et les Dieppois reprirent leurs pratiques antérieures consistant à aller chercher ces marchandises à Harfleur où, eux non plus, ne payaient pas de droits d’acquits. Ils y apportaient des marchandises locales comme les poissons ou d’autres plus lointaines comme du bois de la Baltique et ils se heurtaient parfois aux autres marins, ce qui donnait lieu à des conflits réglés ensuite par des lettres de rémission20. Ainsi, les marchandises espagnoles passaient bien par Dieppe mais n’étaient amenées par des bateaux ibériques que lorsque les quantités étaient petites et que les nécessités du ravitaillement avant de repartir vers le nord obligeaient les marins ibériques à entrer dans le port. Les bourgeois dieppois utilisaient d’ailleurs les mêmes méthodes pour le sel qu’ils allaient également chercher à Harfleur21.

  • 22 AD Seine-Maritime, G 508.

14On a confirmation de ce fait pour l’année 1438. À cette date, la ville de Dieppe était redevenue royale dans une Normandie majoritairement reconquise par les Anglais après la révolte de 1435. Le seul compte dont nous disposons pour cette période est donc très important et il montre, comme en 1409, la présence de nombreux Espagnols, car les représentants de Charles VII leur appliquaient les mêmes franchises que celles dont ils disposaient alors à Harfleur qui resta royale elle aussi jusqu’en 144022.

Les acteurs du commerce

  • 23 Registre de visites d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen (1248-1269), Th. Bonnin éd., Rouen, 1852, (...)

15Les registres de comptabilités enregistraient aussi pour chaque navire entrant ou sortant du port les noms du capitaine et du propriétaire de la nef, celui du ou des propriétaires des marchandises quand ce n’étaient pas les mêmes et, au début de chaque article, le nom de celui « faisait charger [ou] décharger des marchandises » et qui était venu payer les droits d’acquits dans l’hôtel de la vicomté. Celui qui se chargeait de cette formalité était qualifié d’« hôte » agissant au nom des marchands propriétaires des marchandises mais comme le même mot s’appliquait aussi à ces derniers, les historiens ont pris l’habitude de les appeler « hôtes-vendeurs » ce qui est un peu trompeur puisqu’ils ne vendaient rien. Ces hommes n’avaient rien à voir avec les courtiers qui existaient aussi dans la ville et qui se chargeaient de l’écoulement et de la vente des marchandises comme le vin ou la laine débarquées dans le port23. Les hôtes-vendeurs, eux, étaient chargés des formalités d’entrée et de sortie des marchandises, c’est-à-dire qu’ils devaient obtenir les « congés » qui leur étaient accordés en échange du paiement des « acquits » pesant sur les marchandises. Ils étaient très importants au moment de la harengaison car ils évitaient aux pêcheurs les longues formalités qui auraient retardé leur départ après une livraison à un moment où la pêche battait son plein. Ils payaient donc les droits à la place des pêcheurs et se remboursaient ensuite sur les produits de la pêche. Leur rôle était en fait beaucoup plus important puisqu’ils se chargeaient souvent du financement des opérations de pêche pour leurs hôtes et se payaient ensuite proportionnellement à leur participation. Ils étaient d’ailleurs parfois aussi propriétaires des bateaux et accroissaient ainsi leurs profits mais on ne le sait généralement que grâce à d’autres sources, essentiellement judiciaires.

  • 24 AD Seine-Maritime, G 499, fol. 28v. Lambert de Callemont habitait Bouteilles. Il n’était donc sans (...)

16Par conséquent, on connaît plus souvent les noms des hôtes, c’est-à-dire de ceux qui représentaient les marchands ou les capitaines qui passaient par le port que ceux des propriétaires des marchandises en transit. Les noms des propriétaires des bateaux n’étaient pas nécessaires et c’est la raison pour laquelle il est bien difficile de connaître ceux qu’on appellerait aujourd’hui des armateurs. C’est pourquoi la présence incessante des Loutrel, Vasselin, Miffant ou Eude ne traduit en aucune façon les importations ou les exportations qu’ils auraient faites pour leur propre compte mais seulement leur domination dans le milieu des hôtes-vendeurs. En effet, en tant que bourgeois de Dieppe, habitant parfois dans des maisons appartenant à des francs fiefs, ils ne devaient rien payer à l’archevêque. Ils ne venaient donc à la Vicomté que pour payer des acquits, c’est-à-dire des autorisations d’utilisation du port, au nom du propriétaire du bateau ou de l’acheteur des marchandises. En janvier 1409, par exemple, Naudin Eude paya les droits de déchargement d’une certaine quantité de laine dans le vaisseau de Lambert de Callemont et ce dernier paya les droits de chargement de cette même laine « dans un autre vaissel pour des marchands étrangers »24. Par conséquent, il faut admettre que pour ce commerce les hôtes-vendeurs servaient essentiellement d’intermédiaires à titre onéreux pour les marchands ou les capitaines de navires.

17Par ailleurs, si de nombreux maîtres de nefs préféraient laisser les opérations administratives de paiement des acquits à des hôtes qui s’en chargeaient à leur place et se faisaient ensuite rembourser, éventuellement en marchandises, d’autres préféraient se passer d’eux et on voit clairement au cours de la période anglaise que de nombreux capitaines généralement anglais se chargèrent eux-mêmes des formalités d’entrée et de sortie des marchandises sans avoir recours à un hôte-vendeur et ainsi sans avoir à payer autre chose que les « acquits ».

18Il est donc erroné, comme le fait Michel Mollat, de considérer que les noms des marchands qui apparaissent le plus souvent dans les articles de ces chapitres des comptabilités sont ceux des plus puissants d’entre eux. Ce sont seulement les plus actifs en tant qu’intermédiaires mais on ignore tout de leurs activités et de leurs part réelle dans le commerce maritime. Ainsi, Robert Eude semble s’être spécialisé dans les rapports avec les marchands espagnols à la fin de la guerre de Cent Ans, peut-être parce qu’il parlait leur langue mais il ne semble pas, autant qu’on puisse le savoir, qu’il ait particulièrement investi dans le fer ou la laine. De même, si Baudouin Eude, le cousin du précédent, était effectivement très puissant dans le commerce du poisson, on le voit surtout apparaître comme intermédiaire des Flamands alors que ses activités étaient apparemment très importantes avec l’Angleterre. Une fois de plus, les données contenues dans ces articles n’avaient pour les officiers de l’archevêque et, avant tout, pour le receveur de la seigneurie qu’un but fiscal. Il s’agissait de savoir qui payait les droits d’acquits et sur quelles marchandises, mais pas de nommer les plus puissants des marchands. Il est donc pratiquement impossible de connaître la réalité du trafic aussi bien dans ses aspects sociaux que dans ses aspects économiques.

  • 25 E. Coppinger, Coustumier…, op. cit., p. 47-52.
  • 26 Ibid., p. 23 et 79.
  • 27 AN, JJ 123, no 262, fol. 130v. et JJ 174, no 126, fol. 40.

19Ainsi, les comptabilités du port de Dieppe posent plus de questions qu’elles ne fournissent de réponses. Elles fournissent de nombreuses informations sur le trafic portuaire dieppois mais elles sont souvent trompeuses. Elles donnent l’impression que les activités de transbordement étaient prédominantes parce qu’elles ignorent l’activité commerciale et industrielle des bourgeois. Ainsi, on sait par le Coutumier qu’il existait une activité textile en ville alors qu’on ne voit à aucun moment les commerçants dieppois acheter la laine nécessaire à cette industrie25. De même, le cuir était certainement travaillé dans la ville alors que les registres mettent en évidence la part importante de la ville voisine d’Auffay dans la tannerie26. Le vin n’est presque pas présent dans les registres et la faiblesse des acquits de vin pourrait laisser penser que sa consommation était réduite. Or, s’il est vrai que la cervoise, puis la bière étaient très consommées dans cette ville, le vin était également présent, comme le montrent quelques conflits à propos des aides portant sur le vin qui sont rapportés par des lettres de rémission27. Quant au blé et surtout à la farine, ils devaient être importés en grande quantité car il est peu probable que les deux moulins de la ville, souvent au chômage pour cause de réparations, aient été suffisants pour nourrir l’ensemble de la population.

  • 28 E. Picarda, Les marchands de l’eau : hanse parisienne et compagnie française, Paris, 1901, p. 40 e (...)
  • 29 AD Seine-Maritime, G 511, fol. 36v.
  • 30 En 1483, les chapitres consacrés aux « acquits » payés pour obtenir les « congés » de charger ou d (...)

20Enfin, les produits de la pêche, transformés ou non, semblent avoir été exportés surtout par des marchands forains alors que, par exemple, les comptes des Compagnies françaises ou ceux de la ville de Paris, montrent que les principaux bourgeois de Dieppe y étaient impliqués bien que ce ne soient pas ceux qui apparaissent le plus dans les comptabilités28. Enfin, pour donner une touche locale à l’occasion de ce congrès, alors que l’activité maritime était réglée par la Coutume d’Oléron, recopiée intégralement au début du Coutumier, on ne voit presque jamais les marchands bordelais ou rochelais dans les comptes et ce n’est qu’à l’occasion d’un naufrage et de la perte de certains tonneaux retrouvés flottants au large que l’on apprend qu’ils appartenaient à des Rochelais29. Il semble donc que ce que l’on sait du trafic portuaire dieppois soit bien moins important que ce qu’on ignore et les informations que l’on tire de ces données comptables déforment incontestablement la réalité30.

  • 1 Il s’agit du nombre de navires ayant assuré le trafic et non pas du nombre de paiements enregistré (...)

Tableau 1. – Nombre de navires entrant ou sortant du port de Dieppe1

Tableau 1. – Nombre de navires entrant ou sortant du port de Dieppe1

2. Ce chiffre n’est pas pris en compte par M. Mollat.

Tableau 2. – Les revenus de la ferme de la Vase

Années

Ferme de la Vase (en livres tournois)

Nombre de paiements nécessaires

Paiements potentiels

1406

2

213

426 à 533

1409

3,5

373

746 à 933

1425

6,5

693

1386 à 1732

1426

6

637

1274 à 1593

1427

7

747

1494 à 1867

1429

10

1066

2132 à 2665

1433

10

1066

2132 à 2665

1438

10

1066

2132 à 2665

1447

3,5

373

746 à 933

1448

2

213

426 à 533

1450

2,5

267

534 à 667

1451

2,5

267

534 à 667

1452

4,25

454

908 à 1135

1459

5,25

560

1120 à 1400

1462

3

320

640 à 800

1463

4

427

854 à 1068

1464

2

213

426 à 533

1467

3

320

640 à 800

1471

4

427

854 à 1068

1472

1

107

214 à 267

1473

1,75

187

374 à 468

1474

1,5

160

320 à 400

1475

1,75

187

374 à 468

1476

1,75

187

374 à 468

1477

1,75

187

374 à 468

1478

1

107

214 à 267

1479

4

427

374 à 468

1480

4,5

480

960 à 1200

1481

3,75

400

800 à 1000

1483

3

320

640 à 800

Tableau 3. – L’activité du port de Dieppe

Tableau 3. – L’activité du port de Dieppe

Notes

1 Le texte de cet échange est conservé en plusieurs endroits. AM Dieppe, Fonds Langlois, 1re classe, layette 1, no 2. Il a été plusieurs fois publié.

2 AD Seine-Maritime, G 881.

3 Ibid., G 851. Le Coustumier de la vicomté de Dieppe par Guillaume Tieullier, E. Coppinger éd., Dieppe, 1884, rééd. Dieppe, 1981.

4 AD Seine-Maritime, G 3705.

5 « L’historien et les sources financières de la fin du Moyen Âge », dans C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi dir., Le Médiéviste devant ses sources. Questions et méthodes, Aix-en-Provence, 2004, p. 185-206.

6 Voir par exemple M. Mollat, La comptabilité du port de Dieppe au xve siècle, Paris, 1951.

7 Id., Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge. Étude d’histoire économique et sociale, Paris, 1952.

8 Ibid.., annexe no 12, p. 609. On ne tiendra pas compte du tableau récapitulatif intitulé « Le commerce maritime normand au xve siècle », p. 604, dont les données, peu lisibles, semblent parfois prendre en compte les mouvements des bateaux de pêche apportant du poisson.

9 E. Coppinger, Coustumier…, op. cit., p. 44.

10 AD Seine-Maritime, G 525, analysé par M. Mollat, « La pêche à Dieppe au xve siècle », Bulletin de la Société libre d’émulation de Rouen, 1938.

11 Pendant la harengaison, chaque bateau de pêche ne payait qu’une seule fois le droit de la Vase.

12 Le graphique 3 ne comporte que les années pour lesquelles on dispose à la fois du nombre de bateaux ayant mouillé dans le port et du montant de la ferme de la Vase.

13 E. Coppinger, Coustumier…, op. cit., p. 19

14 Ibid., p. 20. En janvier 1409, le mercier Jean Bury, bien que bourgeois de Dieppe, dut payer sa part des acquits d’une importante quantité de chanvre qu’il avait fait décharger pour lui et des marchands étrangers, alors qu’en septembre suivant il ne paya rien pour le déchargement de onze barils de savon (AD Seine-Maritime, G 499, fol. 29 et 30v).

15 Ibid., G 502, fol. 34. Z. W. Sneller, « Le développement du commerce entre les Pays-Bas septentrionaux et la France jusqu’au milieu du xve siècle », Revue du Nord, VIII (1922), p. 25.

16 En 1429, deux pêcheurs furent menacés de prison par un soldat anglais qui accepta de surseoir momentanément à sa décision en échange d’une chope de bière alors qu’il avait refusé de la cervoise (AN, JJ 174, no 281, fol. 124v). Dès 1427, la bière avait été chargée d’une aide identique à celle qui pesait sur la cervoise (AM Dieppe, Fonds Langlois, première classe, première layette 1, 4e liasse, no 5, (repris dans la 27e liasse, no 2).

17 AD Seine-Maritime, G 499, fol. 34. En 1408, par exemple, le marchand dieppois Bérenger Vasselin loua au receveur de l’archevêque une « seulle ou cellier » sur les quais pour y entreposer le fer amené par une nef d’Espagne.

18 Ordonnances des rois de France, t. II, p. 135 et 157 ; t. IV, p. 421 ; t. VII, p. 71. AN, PP 117, p. 1021.

19 AD Seine-Maritime, G 897.

20 AN, JJ 174, no 281, fol. 124v.

21 BnF, ms.fr. 25998 [591].

22 AD Seine-Maritime, G 508.

23 Registre de visites d’Eudes Rigaud, archevêque de Rouen (1248-1269), Th. Bonnin éd., Rouen, 1852, p. 167 et 787.

24 AD Seine-Maritime, G 499, fol. 28v. Lambert de Callemont habitait Bouteilles. Il n’était donc sans doute pas bourgeois de Dieppe et ne disposait pas de franchises. 2E 1/155, fol. 44, 23 octobre 1403.

25 E. Coppinger, Coustumier…, op. cit., p. 47-52.

26 Ibid., p. 23 et 79.

27 AN, JJ 123, no 262, fol. 130v. et JJ 174, no 126, fol. 40.

28 E. Picarda, Les marchands de l’eau : hanse parisienne et compagnie française, Paris, 1901, p. 40 et suiv. ; A. Vidier, L. Le Grand et P. Dupieux, Comptes du domaine de la ville de Paris, t. 1, p. XXVI, 844 et 899.

29 AD Seine-Maritime, G 511, fol. 36v.

30 En 1483, les chapitres consacrés aux « acquits » payés pour obtenir les « congés » de charger ou décharger des marchandises dans le port disparaissent des comptabilités. Les sommes que fournissaient ces taxes étaient généralement peu élevées et il semble qu’elles aient été affermées. Cette décision était le prélude à l’affermage de toute la seigneurie qui fut confié à Jehan Ango en 1506 (AD Seine-Maritime, G 958).

Notes de fin

1 Il s’agit du nombre de navires ayant assuré le trafic et non pas du nombre de paiements enregistrés à la Vicomté. On n’a donc pas additionné ici les entrées et les sorties.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. – Nombre de navires entrant ou sortant du port de Dieppe1
Légende 2. Ce chiffre n’est pas pris en compte par M. Mollat.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tableau 3. – L’activité du port de Dieppe
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search