Version classiqueVersion mobile

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Le port de Thessalonique (ive-xvie siècles)

Élisabeth Malamut et Jean-Pierre Grélois

Texte intégral

  • 1 Principales sources historiques : Tite-Live XLIV, 10, 6 (guerre de Persée contre les Romains, 169 (...)
  • 2 Gravier d’Ortières (1685-1687) ; Cousinéry I, p. 23, d’après L.-S. Fauvel (1781-1793) ; Salacca (m (...)
  • 3 On a longtemps daté la destruction de la muraille maritime de 1866 (cf. entre autres Bakirtzès, p. (...)
  • 4 Plan Vitali ; plan militaire 1882 ; Dèmètriadès, pl. h. t. 4 (plan de Thessalonique au commencemen (...)
  • 5 Yerolympos, p. 102-103.
  • 6 Chatzè-Iôannou ; A. Struck, « Die Eroberung Thessalonikes durch die Sarazenen im Jahre 904 », Byza (...)
  • 7 Vickers ; Bakirtzès ; Théocharidès ; Spieser ; Markè ; Tsaras. Se fondant sur les travaux cités, d (...)

1Fondée par Cassandre vers 315 av. J.-C., Thessalonique a toujours dû tenir compte des deux contraintes propres à toute ville littorale : assurer sa liaison avec la mer par des installations appropriées (port), se protéger contre une attaque venue de la mer (muraille maritime). Nous disposons sur ce sujet d’une relative abondance de témoignages textuels, littéraires pour la plupart, depuis l’Antiquité classique jusqu’au xixe siècle1. La cartographie et l’iconographie n’apparaissent guère qu’au xviie siècle, avec, il est vrai, assez peu de documents2. Pourtant, en dépit des destructions liées aux travaux d’urbanisme exécutés à partir de 18703, le parcellaire, lisible sur des plans antérieurs à l’incendie de 19174, permettait déjà de repérer la configuration de l’ancien port, de même que le tracé de la muraille maritime, avant que la publication récente du plan dressé en 1871 par l’ingénieur P. Vitali5 ne nous en donne une image fidèle. Dès la fin du xixe siècle, des recherches menées par des Thessaloniciens ou de bons connaisseurs de la ville, se sont donné pour but de retrouver dans les vestiges conservés ou récemment disparus l’écho de la tradition textuelle6. Le dernier tiers du xxe siècle a vu se multiplier les études7, sans que leurs conclusions aboutissent à un consensus. Après bien d’autres, nous proposons ici une synthèse fondée sur une utilisation raisonnable de l’ensemble de la documentation.

Les conditions géographiques

  • 8 On a tenté de mettre en doute l'authenticité du récit de Caméniate, une œuvre littéraire, unique e (...)
  • 9 Caméniate 4-6, 8-11.
  • 10 Spieser, Thessalonique..., op. cit., p. 9-24.
  • 11 Pour une description des conditions de navigation, voir : Instructions nautiques, p. 250-254.

2Dans ce qui est considéré comme la plus ancienne ekphrasis de Thessalonique, Jean Caméniate8 décrit minutieusement les environs de la ville, afin d’en mettre en valeur la remarquable situation9. Sans revenir trop longuement sur les détails géographiques10, on rappellera que Thessalonique offrait aux navires un havre sûr grâce à une succession de golfes disposés en chicane. C’est ainsi que l’on entre d’abord dans le golfe Thermaïque, qui s’enfonce selon une orientation générale sud-nord jusqu’à une ligne joignant l’embouchure du Vardar (Axios) à la pointe du Grand Karaburnu (Mégalo Embolo). On oblique ensuite vers l’est pour pénétrer dans le golfe de Thessalonique, orienté est-ouest, jusqu’à une ligne joignant l’embouchure du Gallikos au Petit Karaburnu (Mikro Embolo). Au nord de cette ligne, la baie de Thessalonique donne sur la ville11.

  • 12 D’après la carte au 1 : 50000e du Service géographique de l’armée hellénique, feuille Thessaloniqu (...)
  • 13 Avant de tenter l’assaut contre le front de mer de la ville (vers 615), la flottille des Sklavènes (...)
  • 14 Instructions nautiques, p. 252-253. Étant donné l’abri qu’offre le fond de la baie, celle-ci a pu (...)
  • 15 L’embouchure actuelle du Dendropotamos est artificielle. Le torrent a été détourné vers l’ouest lo (...)
  • 16 Caméniate 6, 8.

3Deux éléments contribuent à faire de la moitié orientale de cette baie une rade particulièrement protégée : la disposition des deux Karaburnu qui l’abritent des vents du sud, le relief montagneux au nord et à l’est. Les fonds, qui dépassent 10 m à faible distance du rivage12, offrent des facilités de navigation et de mouillage qui servirent à travers l’histoire, notamment à des fins militaires13. Du côté occidental en revanche, la côte est inhospitalière : constituée par les deltas de plusieurs cours d’eau qui sont la cause de l’envasement de cette partie de la baie, elle est bordée par des hauts-fonds. Tandis que le courant du Vardar, qui se dirige vers le Petit Karaburnu14, ne concerne pas le port de Thessalonique, il n’en va pas de même pour le Gallikos et surtout pour le Dendropotamos, torrent dont l’embouchure se trouve immédiatement à l’ouest de la ville'15. Nous aurons à revenir sur ce fait lorsqu’il sera question de l’aménagement du port. En revanche, Caméniate relève l’importance économique des fleuves venant de chez les Scythes, entendons les Bulgares : la ville tirait des fleuves un abondant ravitaillement en poissons, tout en profitant des avantages que constituait la navigation fluviale pour le commerce16.

  • 17 Preuve en est qu’après la destruction de cette muraille, le quai qui la remplaça devint le port de (...)
  • 18 L’endroit où une eau profonde battait une partie particulièrement basse du mur maritime (Caméniate(...)
  • 19 Miracula II, 1, 180.
  • 20 Le stratège Pétrônas savait que les Barbares pouvaient l’emporter du fait que rien ne les empêcher (...)
  • 21 Eustathe 59, p. 74, 1. 10-14.
  • 22 Instructions nautiques, p. 7 et 253.
  • 23 Miracula II, 1, 191.
  • 24 Caméniate, 23, 4-6.

4D’autres particularités sont à prendre en compte pour comprendre certains épisodes historiques. Le long de la muraille maritime, les possibilités de mouillage sont réelles17. Mais, sauf exception18, les fonds y sont tels que seules pourraient prétendre s’en approcher des embarcations à faible tirant d’eau, comme les monoxyles des Sklavènes vers 61519. En 904, même si les défenses au même endroit sont en piteux état, il suffit au stratège Petrônas de faire jeter des sarcophages dans la mer pour interdire aux Sarrasins d’attaquer de ce côté20. Lors du siège mis par les Normands en 1185, les navires assaillants ne peuvent approcher de la muraille maritime parce que c’est l’été et que les eaux sont basses21. Les particularités de la météorologie locale donnent l’explication : lorsque le vent souffle du nord durant une longue période – c’est le cas des vents étésiens qui s’établissent en mer Égée de la mi-juin à la fin d’août–, le niveau de la mer peut baisser de 0,60 m22. Par ailleurs la brise de mer peut tantôt provoquer la dispersion des bateaux ennemis23, tantôt favoriser leur approche24.

La muraille maritime

  • 25 La tour actuelle, avec l’enceinte polygonale qui disparut à l’occasion de l’élargissement du quai (...)
  • 26 Cf. supra n. 1 et 2.
  • 27 Bakirtzès, p. 296-297, 329-330 ; fig. 10.
  • 28 Théocharidès, p. 372-373.
  • 29 La rue Proxénou-Koromèla court parallèlement au sud de la rue de la Métropole. Son établissement e (...)
  • 30 Bakirtzès, p. 292-295 ; fig. 1/19 et 2.
  • 31 Miracula II, 3, 217-222.
  • 32 Cameniate ch. 19, p. 18-19.
  • 33 Eustathe 59, p. 74, 1.17-19.

5L’existence d’une muraille maritime ne fait aucun doute, non plus que son extrémité orientale, là où se trouve aujourd’hui la Tour Blanche25. Des Miracula à l’aquarelle de Salacca et au plan Vitali, les témoignages ne manquent pas26. Bakirtzès a cru pouvoir établir l’existence de deux, voire trois états de cette muraille. Selon cet auteur, il y aurait eu un mur romain, suivant l’actuelle rue de la Métropole (anciennement Jean-Tzimiskès). Ce mur, relativement mince, aurait été doublé, quelques mètres plus au sud, par une muraille paléochrétienne plus épaisse27. La critique serrée de Théocharidès permet de mettre en doute, voire de rejeter purement et simplement, l’hypothèse de l’existence en ce lieu d’une fortification maritime28. Plus substantielle est la découverte de la base d’une tour rectangulaire et d’une section de muraille le long de l’alignement sud de la rue Proxénou-Koromèla (anciennement Basile-le-Bulgaroctone)29. La tour était fondée sur des remplois de marbre portant des traces d’érosion marine, ce qui assure que son pied plongeait dans la mer30. Son procédé de construction peut évoquer une réfection consécutive aux attaques slaves et aux séismes du premier tiers du VIIe siècle31. La ville n’ayant pas connu de nouvelle alarme importante avant 904, nous devons attendre le témoignage de Caméniate pour avoir une image de l’état de la muraille. Selon l’auteur, elle était en si mauvais état qu’il parut nécessaire à un stratège, devant l’attaque imminente des pirates sarrasins, de construire des tours en bois « sur la partie effondrée du rempart32 ». Après les événements de 904, la défense du côté de la muraille maritime fut efficace, même si Eustathe de Thessalonique considère que cette dernière était en mauvais état33. Par ailleurs les vues de Gravier d’Ortières et de Salacca, de même que le plan Vitali, montrent qu’il n’y avait aucune porte ou poterne dans ce mur.

Le port

Le port antique

  • 34 Cf. supra, η. 1.
  • 35 Bakirtzès, p. 320-321 ; Théocharidès, p. 373, 387-388.
  • 36 Spieser, Note, p. 481 ; Id., Thessalonique, p. 33-34.
  • 37 Tsaras, p. 51-57 ; Phôtladès, p. 118.
  • 38 Bakirtzès, p. 319-320 ; fig. 1/14 ; Théocharidès, p. 386-387.
  • 39 Tsaras, p. 48.

6Que Thessalonique ait eu besoin d’un port, rien de plus évident. La discussion depuis un tiers de siècle porte sur la localisation du port antique. Les références littéraires se réduisent à peu de chose. Selon Tite-Live, le roi de Macédoine Persée fit incendier en 169 av. J.-C. les naualia – les chantiers navals – de Thessalonique34. Sachant que de telles installations peuvent être établies sur n’importe quelle grève, l’information manque de précision topographique. On a proposé, sur la foi de minces trouvailles archéologiques, de placer ce port au sud-est de la ville, immédiatement à l’ouest de l’actuelle Tour Blanche35. Cette proposition a rencontré le doute36, et même le refus, l’interprétation des indices ne permettant pas d’aboutir à une conclusion ferme. Les auteurs qui ne sont pas convaincus de l’existence d’un port au sud-est de Thessalonique préfèrent retenir une localisation au sud-ouest37. Le mur de quai muni d’anneaux d’amarrage découvert rue de la Métropole quelques mètres à l’ouest de l’actuelle place Aristote38 a pu appartenir au port antique, ce qui donnerait une idée de son extension vers l’est39.

Le port de Constantin

  • 40 Zosime II, 22, 1 (cf. Spieser, Thessalonique, p. 10, n. 17).
  • 41 Il vaut la peine de citer les premières occurrences de cette conjecture. « Ce creusement a été com (...)
  • 42 Vitruve V, 12 ; Procope, Édifices I, 11, 19.
  • 43 Cf. infra.

7Zosime affirme que Constantin fit construire à Thessalonique, en vue de son futur conflit avec Licinius, le port qui n’y existait pas auparavant40. Certains ont compris que l’on aurait creusé un bassin, ce qui, compte tenu des contraintes techniques, nous semble n’être qu’une conjecture41. On retiendra plutôt l’aménagement d’un bassin à l’aide du procédé décrit pour les quais et les digues par Vitruve et par Procope42 En partant d’un point d’enracinement sur la côte, on mouille des caissons sur le fond marin de façon à constituer une jetée à laquelle on donne le tracé désiré. Pour l’exécution de tels travaux, il suffit de disposer de matériaux, de moyens de manutention et de main-d’œuvre. Un point situé aux environs de l’angle que formait le bord de mer avec l’extrémité sud de la muraille terrestre occidentale marque le départ de la jetée. L’existence de cet ouvrage, qui constitue la limite ouest du port, est attestée jusqu’au xve siècle43.

Le port byzantin

  • 44 Caméniate 4, 8.

8Les textes historiques, des Miracula (fin vie-début viie siècle) à Jean Anagnôstès (1430), fournissent des informations d’ordre topographique et toponymique sur le port et ses environs. On sait que sa forme générale était celle d’un quadrilatère44, dont les côtés est et nord sont connus par les représentations de l’Époque moderne. Depuis le xixe siècle, on a cherché à mettre ces informations en rapport avec des trouvailles archéologiques et épigraphiques.

Le côté oriental

  • 45 Son emplacement était occupé, avant l’incendie de 1917, par l’Hôtel des Postes, situé à l’ouest de (...)
  • 46 Dans un document ottoman de 1733 (Bakirtzès, p. 305, n. 64). Le nom de Tophane (« fonderie de cano (...)
  • 47 Chatzè-Iôannou, p. 28.
  • 48 Gravier d’Ortières ; Souciet, p. 72 ; Salacca.
  • 49 Cameniate 25, 1. Voir à ce sujet Théocharidès, p. 377.
  • 50 On a proposé, avec précaution, de l’identifier à la tour proche des Bourgésioi (Théocharidès, p. 3 (...)
  • 51 Bakirtzès, p. 296, fig. 1/9.

9Nous commencerons notre description à l’angle sud-est que marquait une tour située au point d’articulation de la muraille maritime et du mur oriental du port45. On la connaît à l’époque ottomane sous différents noms : Tophane46, tour de l’Échelle ou du Rivage (Apobathra)47. C’était alors un édifice de plan hexagonal48, dont la maçonnerie évoquait celle de la Tour Blanche. Le plan Vitali donne de bonnes raisons pour affirmer que cet ouvrage ottoman a pris la relève d’un autre plus ancien, dont la présence était indispensable, à la fois pour renforcer un angle principal de la ville et pour servir de point d’amarrage à la chaîne qui barrait l’entrée du port, comme en témoigne Cameniate en 90449. Si nous n’avons, il est vrai, pas de mention sûre50 de cette tour à l’époque byzantine, le plan Vitali montre que la tour de l’Échelle a été appuyée sur deux tours rectangulaires disposées en angle droit. De la tour de l’Échelle, le mur oriental du port se dirigeait vers le nord. Son tracé suit l’ancienne rue de Chios (Eski Karantina). Une section en a été trouvée à l’angle des actuelles rues Katounè et Jean-Tzimiskès51. En avant du mur, la vue et le plan de Gravier d’Ortières montrent un terre-plein qui pourrait correspondre à un quai plus ancien.

Le côté nord

  • 52 Haci Halifa, p. 4.
  • 53 Gravier d’Ortières, Plan.
  • 54 Tafrali, p. 18.
  • 55 Cette rue, courant selon une direction nord-sud, s’inscrit dans la trame hippodamienne de la ville (...)
  • 56 J.-M. Spieser, « Inventaires en vue d’un recueil des inscriptions historiques de Byzance 1. Les in (...)
  • 57 Caméniate 18,1-4.
  • 58 Chatzè-Iôannou, p. 35 et 67-68. Le plan Vitali montre, un peu à l’est de l’emplacement de la porte (...)

10Le mur oriental du port aboutissait à une porte percée dans le mur nord. Orientée selon un axe nord/sud, son emplacement correspond à l’actuelle place du Commerce (Emporiou). C’était à l’époque ottomane la seule communication entre le port et la ville. Elle est alors connue sous le nom de porte du Port52, de la Marine53, ou de la Plage54 ou plutôt du Rivage (Tou Gialou). À l’ouest de la porte de la Marine, le mur nord du port formait une saillant à angle droit, nettement visible sur les plans de Gravier d’Ortières et de Vitali. La face sud du saillant correspond à la rue d’Édesse, la face ouest à la rue Victor-Hugo. Puis le mur continuait en biais en suivant la rue de Verrhoia jusqu’à la rue Léon-le-Sage55. Une inscription signalant une reconstruction a été trouvée à proximité de la Porte dite de Léon sur les deux fragments d’un bloc remployé en linteau. Datée de 904, elle mentionne les empereurs Léon [VI] et Alexandre, l’archevêque Jean et le stratège Léon Chitzilakès56. Ce dernier personnage est par ailleurs connu par le récit de Caméniate, qui mentionne également la réfection de la muraille57. Il est donc légitime de penser à l’existence médiévale d’une deuxième porte maritime, même si elle n’apparaît pas dans la documentation d’époque ottomane. On a signalé à proximité le débouché d’un égout voûté en briques58. Au-delà de la porte de Léon, le tracé du mur s’infléchit, en suivant le côté sud du Bosnak Han, jusqu’à rejoindre la forteresse du Vardar à la tour dite du Relief (voir plus loin).

  • 59 Pour l’activité des Vénitiens à Thessalonique à la fin du xiiie et au début du xive siècle, l’orga (...)
  • 60 G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Ve (...)
  • 61 F. Miklosich et J. Müller, Acta et diplomata graeca medii aevi, III, Vienne, 1865, p. 88-89.
  • 62 Jacoby, Foreigners, p. 91.
  • 63 G. M. Thomas, Diplomatarium Veneto-Levantinum sive Acta et Diplomata res Venetas Graecas atque Lev (...)

11Sur le plan et la vue de Gravier d’Ortières, on voit s’étendre, de la porte de la Marine à la tour du Relief, un terre-plein assez large, occupé par des jardins et qualifié de faubourg. On est tenté d’y voir l’emplacement qui fut concédé aux Vénitiens59 à l’occasion du traité de Michel VIII avec le doge Ranieri Zeno, le 8 juin 1265. L’empereur donnait à ses partenaires, hors des murailles de Thessalonique, un lieu de leur choix pour qu’ils s’y établissent60. Les chrysobulles du 19 mars 1277 et du 15 juin 1285 font état de donations supplémentaires dans la ville de Thessalonique : les Vénitiens obtiennent l’église des Arméniens et à son voisinage un certain nombre d’habitations, l’une pour le consul, l’autre pour ses assesseurs, et vingt-cinq maisons pour les commerçants vénitiens venus de l’extérieur, sans obligation de loyer, avec la possibilité d’obtenir d’autres habitations aux mêmes conditions si la communauté s’agrandit61. De la confrontation de ces documents on peut déduire que la concession vénitienne, située primitivement à l’extérieur des remparts avait été assez vite transférée intra muros. On a voulu identifier l’emplacement de l’église des Arméniens à celui de l’actuelle église catholique, rue des Francs, mais cette conjecture a été récemment mise en doute62. Quoi qu’il en soit, les Vénitiens à Thessalonique sont en butte à l’hostilité de l’administration, comme nous en informe la plainte de leur consul Marco Celsi en 1316-1318 : en dépit du traité, ses compatriotes n’ont pu s’établir dans le lieu donné et ils ont dû louer de petites masures à des marchands de poissons63.

La tour du Relief et ses abords

  • 64 Bakirtzès, p. 307-308.
  • 65 Markè, p. 144-149 ; G. Kiourtzian, « Note prosopographique sur une inscription du rempart de Thess (...)

12Le point de jonction est ici marqué par une tour rectangulaire, dite du Relief64. Sa face orientale porte une inscription datée de 861-862, commémorant une rénovation dont furent responsables le protospathaire Marinos et le stratôr Kakikès. La date se place sous le règne de Michel III, à un moment où le danger arabe menaçait la mer Égée65. La tour du Relief occupe un point remarquable, celui où s’articulent les défenses maritimes et la muraille terrestre occidentale, dans une position symétrique à celle de la Tour Blanche.

  • 66 Miracula II, 1, 184.
  • 67 Cf. infra.
  • 68 Miracula II, 1, 186. Le texte grec met en rapport la poterne avec la tour plutôt qu’avec l’échelle (...)
  • 69 Eustathe 72, p. 92, 1.
  • 70 Cf Jacoby, Foreigners, p. 89-91.
  • 71 Iviron I, 29,1. 31 ; II, 52,1. 262.
  • 72 Iviron II, 52, 1. 264-272. Les éditeurs d'Iviron III, p. 41, retiennent l’identification du Kalamo (...)
  • 73 Cf supra.
  • 74 Jean Anagnostès 13, p. 508.
  • 75 Mertzios, p. 93.

13Les sources historiques mentionnent sous diverses appellations une tour à l’ouest du port. Au moment de l’attaque des Sklavènes vers 615, les défenseurs creusent, en un endroit jusqu’alors non défendu, un fossé avec des chausse-trapes du côté d’une église de la Mère de Dieu qui est proche du port66. L’endroit en question peut être localisé un peu à l’ouest de l’enracinement de la jetée, dont le même texte précise qu’elle n’était pas encore fortifiée67. Quelques jours plus tard, des assaillants cherchent à lancer leurs embarcations contre la tour qui est à l’ouest de l’Échelle ecclésiastique, endroit où il y a aussi une poterne, tandis que d’autres sont arrêtés dans leur élan par le fossé68. Eustathe nomme dans son récit la tour « auprès des Bourgésioi » (κατά τοὺς· Βουργεσίους), d’où des traîtres peuvent communiquer avec l’ennemi69. Bourgésioi est le terme qui désigne chez Kinnamos un peu avant 1171 des commerçants latins établis à demeure à Constantinople, jouissant d’un statut particulier. S’il est vrai que des Occidentaux sont signalés dans le seconde moitié du xiie siècle à Thessalonique et que leur résidence pouvait être proche du port, rien ne vient prouver que celle-ci se trouvait dans ce qui devait devenir le quartier franc à l’époque ottomane70. Nous proposons ici une autre interprétation. On connaît en 1047, puis en 1104, la région (périoche) du Bourgos à l’extérieur de la ville71. Ce dernier acte décrit immédiatement après une église de la Vierge avec ses dépendances, au lieu-dit (topothésia) Kalamokopion (là où l’on coupe les roseaux), qui comprennent, entre autres un champ appelé Kèpôreia (« jardins maraîchers ») et une roselière72. Comme la suite de l’acte juge utile de préciser que l’on va passer à l’inventaire des biens d’Iviron situés du côté oriental de la ville, il faut penser que le Bourgos et le Kalamokopion étaient à l’ouest. La seule mention des roseaux suffit à localiser ce dernier endroit au sud-ouest de Thessalonique, entre la muraille occidentale et l’embouchure du Dendropotamos73. Quant aux Bourgésioi, ce sont, selon nous, les habitants du Bourgos. Enfin, lors du siège de 1430 par les Ottomans, les autorités vénitiennes, avec quelques hommes de troupe, se réfugièrent dans une tour proche du rivage que Jean Anagnôstès nomme Samaria74. Ensuite ils se précipitèrent vers le port pour prendre place à bord des galères75.

  • 76 Tsaras, p. 65-67.

14Nous nous rallions donc à l’opinion de G. Tsaras pour qui la tour qui est à l’ouest de l’Échelle ecclésiastique avec sa poterne, la tour proche des Bourgésioi et la tour dite Samaria ont les trois dénominations successives d’un même ouvrage défensif, celui qui se trouve à l’angle du mur nord du port et de la muraille terrestre occidentale. C’est ce que l’on appelle de nos jours la tour du Relief76.

La jetée

  • 77 Tafrali, p. 16-17.
  • 78 Bakirtzès, p. 308 ; Théocharidès, p. 379.
  • 79 Miracula II, 1, 184 ; Caméniate 4, 3 ; Jean Anagnostès 13, p. 508.
  • 80 Miracula II, 1, 183 (la chaîne, dont est donnée une description, est doublée en arrière par une li (...)
  • 81 Miracula II, 1, 184.
  • 82 On daterait volontiers ces travaux du IXe siècle, en relation avec la rénovation de la tour du Rel (...)
  • 83 La description de la plaine qui s’étend à l’ouest de Thessalonique part du mur de la jetée (Caméni (...)
  • 84 Le mot a suscité discussions et commentaires depuis Tafel (p. 207-208), parce qu’il désigne en tan (...)
  • 85 Jean Anagnôstès 13, p. 508.

15De la tour du Relief partait vers le sud une section de mur77 aboutissant à un bastion appelé Turgut à l’époque ottomane78. Ces vestiges donnent l’orientation générale de la jetée que l’on avait construite79 pour défendre le port contre les alluvions du Dendropotamos. Il s’agit sans doute là de l’œuvre de Constantin. On est plus embarrassé pour déterminer jusqu’où la jetée s’étendait vers le sud, c’est-à-dire l’endroit où elle formait un coude avant de tourner à l’est. En tous cas, son extrémité orientale, l’autre point d’ancrage de la chaîne80, était en rapport avec la tour de l’Échelle. Comme il a été dit plus haut, la jetée doit correspondre aux travaux d’aménagement de Constantin. Vers 615, elle n’avait pas encore été fortifiée et les défenseurs durent y dresser une palissade de fortune face à l’assaut donné depuis la mer par les Sklavènes81. Par la suite, on est assuré que la jetée fut munie d’un parapet relié à la tour du Relief82 : c’est l’image qu’en donne Caméniate en 90483. C’est par la jetée, appelée alors Tzérempoulon84, que les autorités vénitiennes se précipitent dans les galères au moment de la prise de Thessalonique par les Ottomans (1430)85.

Le port ottoman

  • 86 Evliya çelebi, p. 334 (cf. Bakirtzès, p. 303 ; Théocharidès, p. 375).
  • 87 Cavazza, p. 135 ; Evliya çelebi, p. 333 (cf. Bakirtzès, p. 309 ; Théocharidès, p. 379). Pour une é (...)
  • 88 Cavazza, p. 135.
  • 89 Cf. supra.
  • 90 Cousinéry I, p. 30.

16Nous n’avons pas d’informations sur le port et ses environs avant 1535-1536, date d’un passage de Soliman le Magnifique à Salonique. Des inscriptions confiment les informations fournies par des voyageurs, à propos d’aménagements à la Tour Blanche86, et de la construction de la forteresse du Vardar87. Celle-ci, conçue en fonction de l’emploi de bouches à feu, est implantée à l’angle sud-ouest de la ville, en intégrant la tour du Relief. Elle commandait d’une part l’accès terrestre par la Porte Dorée, d’autre part celui du port. Il se peut que la jetée eût déjà disparu au moment de sa construction. Le fait est de toutes façons assuré en 1591, puisqu’à cette date « il n’y a pas de port, mais une rive avec bon mouillage88 ». Les aménagements, visibles chez Gravier d’Ortières et chez Salacca, consistaient avec les deux terre-pleins déjà signalés89 en quelques appontements lancés perpendiculairement à la rive nord. Sans qu’il soit posssible de déterminer la part qu’y prirent respectivement le Dendro-potamos et l’égout, le port se combla peu à peu, jusqu’à faire place à un nouveau quartier, celui des tanneries (Tabakhane), aujourd’hui les Ladadika. Pourtant subsistaient au tournant des xiiie et xixe siècles des traces de la fonction originelle des lieux « des anneaux de fer, attachés encore aux murs de la ville »90.

Abréviations

17Bakirtzès : Ch. Barkitzès, Ἡ θαλάσσια ὀχύρωση τῆς Θεσσαλονίκης »,

18Byzantina, 7 (1975), p. 291-341.

19Byzance retrouvée  : Byzance retrouvée. Érudits et voyageurs français [xvie-xviiie siècles], Chapelle de la Sorbonne, Paris, 13 août-2 septembre 2001.

20Caméniate Ioannis : Caminiatae De expugnatione Thessalonicae, G. Böhlig, éd. Berlin - New York, 1973 ; John Kaminiates, The capture of Thessaloniki, G. Böhlig (De Gruyter 1973), éd., D. Frendo - A. Fotiou, trad., intr. et notes, Perth, 2000.

21Cavazza : G. Cavazza, « Ταξείδιονἑνòς πρεσβεύτου Ἑνετοῦ ἀπὸ Βενετίας εἰς Κωνσταντινούπολιν κατὰ τὸ 1591 », dans Mertzios, p. 124-141.

22Chatzè-iôannou : Μ. Chatzè-iôannou, Ἀστυγραφία Θεσσαλονίκης, Thessalonique, 1880.

23Chékimoglou-Danacioglu : Ε. Chékimoglou, Ε. Danacioglu, Θεσσαλονίκη πριν από 100χρόνια, Thessalonique, 1998.

24Cousinéry : Ε.-Μ. Cousinéry, Voyage dans la Macédoine, Paris, 1831.

25Dèmètriadès : B. Dèmètriadès, Τοπογραφία τῆς Θεσσαλονίκης κατ τὴν ἐποχὴν τῆς Τουρκοκρατίας 1430-1912, Thessalonique, 1983.

26Eustathe : Eustazio di Tessalonica, La espugnazione di Tessalonica, S. Kyriakidès éd., Palerme, 1961 ; Eustathios of Thessaloniki, The capture of Thessaloniki, J. R. Melville Jones éd., Canberra, 1988.

27Evliya Çelebi : « Ἡ Ἑλλὰς κατὰ τὸν Ἐβλιᾶ Τσελεµπῆ », (traduction grecque du turc par N. Moschopoulos), Épètèris Hetairias Byzantinôn Spoudôn, 16 (1940), p. 321-363.

28Gravier D’Ortières, Plan  : É. Gravier d’Ortières, « Plan D’une partie des Murailles de la Ville de Salonique et des trois fortins marqués A.A.A. qui deffendent le front qui regarde la mer, 1685-1687 », Byzance retrouvée, p. 60-61 (autre exemplaire du même plan dans Vickers, pl. Ia).

29Gravier d’Ortières, Vue : É Gravier d’Ortières, « Veüe de la Ville de Salonique Capitale de la Macédoine, 1685-1687 », dans Vickers, pl. Ib, IIa ; Dèmètriadès, p. 53 ; Byzance retrouvée, p. 60 ; F. Bilici, Louis XIV et son projet de conquête d’Istanbul, Ankara, 2004, pl. h.-t. EK-III.

30Haci Halifa : voir Tafel, p. 4-6.

31Instructions nautiques  : Instructions nautiques, série D, volume 5, Grèce Turquie (côtes des mers Égée et de Marmara), Service hydrographique et géographique de la marine, Brest, 1981.

32Iviron  : Actes d'Iviron, J. Lefort et al. éd., Paris, I, 1985 ; II, 1990 ; III, 1994.

33Jacoby, Foreigners  : D. Jacoby, “Foreigners and the Urban Economy in Thessalonike, ca. 1150-ca. 1450”, Dumbarton Oaks Papers, 57 (2003), p. 85-132.

34Jean Anagnôstès : Ioannis Anagnostæ De extremoThessalonicensi excidio narratio, I. Bekker éd., Bonn, 1838 ;ιωαννου Αναγνωστοψ. Διήγησις περὶ τῆς τελευταίας ἁλώσεως τῆς Θεσσαλονίκης, Μονῳδία ἐπὶ τῇ ἁλώσει τῆς Θεσσαλονίκης (G. Tsaras, éd., trad., intr. et comm, introduction), Thessalonique 1958 ; G. Tsaras, Η τελευταία άλωση της Θεσσαλονίκης, Thessalonique, 1985.

35Markè : E. Markè, « Συμπληρωματικὰ ἀρχαιολογικὰ στοιχεῖα γιὰ τὸ Φρούριο Βαρδαρίου Θεσσαλονίκηϛ », Makédonika, 22 (1982), ρ. 133-153.

36Mertzios : K. D. Mertzios, Μνημεῖα μακεδονικῆς ίστορίας, Thessalonique, 1947.

37Miracula : P. Lemerle, Les plus anciens recueils des actes de saint Démétrius, éditions du CNRS, Paris, I, le texte, 1979 ; II, commentaire, 1981.
Plan Vitali : Plan d’urbanisme, montrant la muraille maritime avant sa destruction et les travaux d’aménagement à prévoir pour le quai, dressé par l’ingénieur P. Vitali, le 29 avril 1871 (Yerolympos, p. 102-103).

38Plan militaire 188 : Chékimoglou - Danacioglu, p. 120-121.

39Plan militaire 1916 : Plan de Salonique, mars 1916 (BnF, Cartes et plans, Ge AA 767), Έκθεση ιστορικών ντοκουμέντων, Centre d’histoire de la municipalité de Thessalonique, 1985, non paginé ; Θεσσαλονίκη 1913-1918 Thessalonique. Les autochromes du musée Albert-Kahn, Athènes, 1999, p. 10-11.

40Salacca : Salacca, peintre, auteur, avant la destruction du mur maritine, d’une vue de Thessalonique depuis la mer (aquarelle, 8x21 cm, coll. M. G. Charalampos ; voir E. Petropoulos, « Θεσσαλονίκη 1865 », Zygos, 46-47 (1959), p. 24 ; Bakirtzès, p. 488, pl. 15 ; Θεσσαλονίκη. Το θαλασσινό πρόσωπο της πόλης, Thessalonique, octobre 1995).

41Souciet : Père J.-B. Souciet, « Description de la ville de Salonique », Lettres édifiantes et curieuses, concernant l’Asie, l’Afrique et l’Amérique I, M.-L. Aimé-Martin, éd., Paris, 1875, p. 70-80.

42Spieser, Note :J.-M. Spieser, « Note sur le rempart maritime de Thessalonique », Travaux et mémoires, 8 (1981), p. 477-485.

43Spieser, Thessalonique : J.-M. Spieser, Thessalonique et ses monuments du ive au vie siècle, Athènes-Paris, 1984.

44Tafel : T. L. E Tafel, De Thessalonica eiusque agro dissertatio geographica, Berlin, 1839 (Londres, 1972).

45Tafrali : O. Tafrali, Topographie de Thessalonique, Paris, 1913. Théocharidès : G. I. Théocharidès, compte rendu de Bakirtzès, Makédonika 15, 1995, p. 371-395.

46Tsaras : G. Tsaras, « Τοπογραφικά τηϛ Θεσσαλονίκη ? II », Makédonika, 22 (1982), p. 42-95.

47Vickers : M. Vickers, « The Byzantine Sea Walls of Thessaloniki », Balkan Studies 11, 1970, p. 261-280.

48Yerolympos : A. Karadèmou-Gérolympou, Μεταξύ Ανατόλης και Δύσης. Θεσσαλονικη & Βορειοελλαδικέϛ ? πόλειϛ στο τέλοϛ του 19ου αιώνα, Thessalonique, 2004.

49Zosime : Zosime, Histoire nouvelle I-II, éd. E Paschoud, CUF, Paris, 2000.

La région de Thessalonique

La région de Thessalonique

Plan de Thessalonique byzantine

Plan de Thessalonique byzantine

La miraille maritime

La miraille maritime

Notes

1 Principales sources historiques : Tite-Live XLIV, 10, 6 (guerre de Persée contre les Romains, 169 av. J.-C.) ; Zosime II, 22, 1 (séjour de Constantin, 317-322 ap. J.-C.) ; Miracula II, 1 (attaque des Sklavènes vers 615) ; Caméniate (prise de Thessalonique par les Sarrasins en 904) ; Eustathe (prise par les Normands, 1185) ; Jean Anagnôstès (prise par les Ottomans de Murat II, 1430.) L’Époque moderne est documentée par divers voyageurs : Cavazza (1591) ; Haci Halifa (av. 1657) ; Evliya çelebi (1668) ; Souciet (1726-1733) ; Cousinéry (av. 1818). Pour une première synthèse des sources textuelles, voir Tafel, p. 208-211.

2 Gravier d’Ortières (1685-1687) ; Cousinéry I, p. 23, d’après L.-S. Fauvel (1781-1793) ; Salacca (milieu du XIXe siècle).

3 On a longtemps daté la destruction de la muraille maritime de 1866 (cf. entre autres Bakirtzès, p. 291). Des documents récemment publiés placent en septembre 1869 la décision officielle, et le commencement des travaux au début de l’année suivante (Yerolympos, p. 104-104-105 ; 215-216).

4 Plan Vitali ; plan militaire 1882 ; Dèmètriadès, pl. h. t. 4 (plan de Thessalonique au commencement du XX'siècle) ; plan militaire 1916.

5 Yerolympos, p. 102-103.

6 Chatzè-Iôannou ; A. Struck, « Die Eroberung Thessalonikes durch die Sarazenen im Jahre 904 », Byzantinische Zeitschrift, 14 1905), (p. 543-546 ; Tafrali.

7 Vickers ; Bakirtzès ; Théocharidès ; Spieser ; Markè ; Tsaras. Se fondant sur les travaux cités, des publications plus récentes (N. K. Moutsopoulos, « Οι εβραϊκές συνοικίες των Βρόχθων, Rοğοs και Ομϕαλού », Makédonika, 30 (1995-1996) [1996], p. 1-41 ; G. M. Vélénès, Τα τείχη της Θεσσαλονίκης, Thessalonique, 1998, p. 54-55 ; P. G. Photladès, « Παρατήρησειϛ στο θαλάσσιο τειχοϛ τηϛ Θεσσαλονίκηϛ », Makédonika, 22 (1999-2000) [2001], p. 113-123, aboutissent à des conclusions proches des nôtres.

8 On a tenté de mettre en doute l'authenticité du récit de Caméniate, une œuvre littéraire, unique en son genre aux IXe-Xe siècles (A. P. Kazhdan, « Some Questions Adressed to the Scholars who Believe in the Authenticity of Kaminiates’ Capture of Thessalonica », Byzantinische Zeitschrift, 71 (1978), p. 301-314). Pourtant cette conjecture n’a finalement guère convaincu (voir les arguments de Frendo : Caméniate, p. XXXVII-XXXIX).

9 Caméniate 4-6, 8-11.

10 Spieser, Thessalonique..., op. cit., p. 9-24.

11 Pour une description des conditions de navigation, voir : Instructions nautiques, p. 250-254.

12 D’après la carte au 1 : 50000e du Service géographique de l’armée hellénique, feuille Thessalonique, 1970.

13 Avant de tenter l’assaut contre le front de mer de la ville (vers 615), la flottille des Sklavènes alla se mettre à l’abri au lieu-dit Kellarion (Miracula II, 1, 182), que l’on situe 2 milles environ au sud-est, à hauteur de l’actuel club nautique (Bakirtzès, p. 321-322). Lorsqu’en 904 fut signalée la flotte des Sarrasins de Léon de Tripoli, elle longea le « cou » de l’Ekbolos, c’est-à-dire l’isthme qui relie l’extrémité du Grand Karaburnu au continent, avant de doubler le promontoire (Caméniate 23, 1-3). Après avoir échoué contre la muraille maritime, les pirates vont jeter l’ancre à l’est de la ville, du côté de la porte de Rome (ibid., 28, 1). Les captifs raflés par les Sarrasins sont conduits à ce même endroit pour y être embarqués (ibid., 65, 1-2). Plus récemment, après le débarquement des troupes de l’Entente en octobre 1915, le commandement allié établit sur la rive nord du Petit Karaburnu des appontements pour desservir une base aéronavale (plan militaire 1916).

14 Instructions nautiques, p. 252-253. Étant donné l’abri qu’offre le fond de la baie, celle-ci a pu être qualifiée de port (HACI Halifa, p. 4 ; Evliya çelebi, p. 337), ou de « rade très bonne et très sûre » (Souciet, p. 70), c’est-à-dire de port extérieur (Bakirtzès, p. 315).

15 L’embouchure actuelle du Dendropotamos est artificielle. Le torrent a été détourné vers l’ouest lors de l’aménagement du chemin de fer à partir de 1871. Le plan militaire de 1916 montre clairement que le cours d’eau passait à l’origine devant la forteresse du Vardar, avant de se jeter dans la baie. Sur une gravure publiée en 1876, à compléter avec une photographie ancienne (Chékimoglou-Danacioglu, p. 34-35), on voit parfaitement le secteur marécageux qui devait ultérieurement faire place aux installations ferroviaires.

16 Caméniate 6, 8.

17 Preuve en est qu’après la destruction de cette muraille, le quai qui la remplaça devint le port des barques et des voiliers (Chékimoglou-Danacioglu, pl. 63, p. 105).

18 L’endroit où une eau profonde battait une partie particulièrement basse du mur maritime (Caméniate 25, 2).

19 Miracula II, 1, 180.

20 Le stratège Pétrônas savait que les Barbares pouvaient l’emporter du fait que rien ne les empêcherait d’aborder en passant par-dessus les fondations du rempart car il touchait terre et était très bas (Caméniate, 17, 5-7). Aussi lui-même et son successeur Léon Chitzilakis tentèrent de construire un mur sous-marin avec des pierres de sarcophages, mais il ne purent y parvenir qu’à moitié avant l’arrivée de la flotte ennemie (ibid., ch. 17 et 18, p. 17-18).

21 Eustathe 59, p. 74, 1. 10-14.

22 Instructions nautiques, p. 7 et 253.

23 Miracula II, 1, 191.

24 Caméniate, 23, 4-6.

25 La tour actuelle, avec l’enceinte polygonale qui disparut à l’occasion de l’élargissement du quai en 1911, est de construction ottomane (J.-P. Braun, N. Faucherre et J.-M. Spieser, « La Tour Blanche et la tour du Trigônion de Thessalonique », Byzantinische Forschungen, 11(1987), p. 269-270). On sait maintenant que le complexe de la tour Blanche s’appuyait sur le dernier bastion en dièdre de la muraille terrestre orientale et sur une tour rectangulaire à l’amorce de la muraille maritime (plan Vitali).

26 Cf. supra n. 1 et 2.

27 Bakirtzès, p. 296-297, 329-330 ; fig. 10.

28 Théocharidès, p. 372-373.

29 La rue Proxénou-Koromèla court parallèlement au sud de la rue de la Métropole. Son établissement est la conséquence du démantèlement de la muraille maritime (cf. plan Vitali).

30 Bakirtzès, p. 292-295 ; fig. 1/19 et 2.

31 Miracula II, 3, 217-222.

32 Cameniate ch. 19, p. 18-19.

33 Eustathe 59, p. 74, 1.17-19.

34 Cf. supra, η. 1.

35 Bakirtzès, p. 320-321 ; Théocharidès, p. 373, 387-388.

36 Spieser, Note, p. 481 ; Id., Thessalonique, p. 33-34.

37 Tsaras, p. 51-57 ; Phôtladès, p. 118.

38 Bakirtzès, p. 319-320 ; fig. 1/14 ; Théocharidès, p. 386-387.

39 Tsaras, p. 48.

40 Zosime II, 22, 1 (cf. Spieser, Thessalonique, p. 10, n. 17).

41 Il vaut la peine de citer les premières occurrences de cette conjecture. « Ce creusement a été comblé, et les tanneurs, corporation d’ouvriers très considérable à Salonique, y ont établi leurs manufactures » (Cousinéry I, p. 30). Le « creusement » de Cousinéry a pu lui être inspiré par le renfoncement que marquent les fortifications à l’emplacement du port. C’est d’ailleurs le sens que retient G. Böhlig pour le verbe hypokoilainétai (Caméniate, 4, 2 et p. 94). F. C. H. L. Pouqueville ajoute en 1833 une précision de son cru : « Cependant on retrouve à Salonique dans le quartier des tanneurs le port creusé par l’Empereur Philippe » (voir T. L. F. Tafel, Via militaris Romanorum Egnatia... pars occidentalis, Tübingen, 1841, rééd. Londres, 1972, p. 10). La conjecture fut reprise par la suite (Tafrali, p. 15-16 ; Bakirtzès, p. 315 ; Théocharidès, p. 384 ; Spieser, Note, p. 481), sans qu’il fût guère tenu compte de l’aspect matériel. De tels travaux exigent en effet d’importants moyens : construction de batardeaux, exhaure des eaux d’infiltration, etc. (pour la mise en œuvre de ces techniques, voir J. Mesqui, Le pont en France avant l’âge des ingénieurs, Paris, 1986, p. 240-255).

42 Vitruve V, 12 ; Procope, Édifices I, 11, 19.

43 Cf. infra.

44 Caméniate 4, 8.

45 Son emplacement était occupé, avant l’incendie de 1917, par l’Hôtel des Postes, situé à l’ouest de l’actuelle place de la Liberté (Éleuthèrias).

46 Dans un document ottoman de 1733 (Bakirtzès, p. 305, n. 64). Le nom de Tophane (« fonderie de canons ») reste celui du quartier qui se trouvait au nord-est de l’emplacement de la tour ; la section ouest de la rue anciennement appelée Basile-le-Bulgaroctone s’appelait en turc Atîk Tophane, « ancienne fonderie » (Dèmètriadès, p. 172-173 et pl. h.-t. 4).

47 Chatzè-Iôannou, p. 28.

48 Gravier d’Ortières ; Souciet, p. 72 ; Salacca.

49 Cameniate 25, 1. Voir à ce sujet Théocharidès, p. 377.

50 On a proposé, avec précaution, de l’identifier à la tour proche des Bourgésioi (Théocharidès, p. 384), mais la localisation de cette dernière est sans doute différente (cf. infra).

51 Bakirtzès, p. 296, fig. 1/9.

52 Haci Halifa, p. 4.

53 Gravier d’Ortières, Plan.

54 Tafrali, p. 18.

55 Cette rue, courant selon une direction nord-sud, s’inscrit dans la trame hippodamienne de la ville antique.

56 J.-M. Spieser, « Inventaires en vue d’un recueil des inscriptions historiques de Byzance 1. Les inscriptions de Thessalonique », Travaux et mémoires, 5 (1973), p. 162-163 ; pl. III, fig. 5-6.

57 Caméniate 18,1-4.

58 Chatzè-Iôannou, p. 35 et 67-68. Le plan Vitali montre, un peu à l’est de l’emplacement de la porte de Léon, un cours d’eau sortant de la muraille et se dirigeant vers le rivage. C’est peut-être l’égout signalé près du port, où les captifs sont contraints de s’abreuver (Caméniate 57, 7-8).

59 Pour l’activité des Vénitiens à Thessalonique à la fin du xiiie et au début du xive siècle, l’organisation de leur comptoir et leur commerce, voir F. Thiriet, « Les Vénitiens à Thessalonique dans la première moitié du xive siècle », Byzantion, 22 (1952), p. 328-329.

60 G. L. F. Tafel et G. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig, III, Vienne, 1857 (Amsterdam 1964), p. 70 et 81.

61 F. Miklosich et J. Müller, Acta et diplomata graeca medii aevi, III, Vienne, 1865, p. 88-89.

62 Jacoby, Foreigners, p. 91.

63 G. M. Thomas, Diplomatarium Veneto-Levantinum sive Acta et Diplomata res Venetas Graecas atque Levantis illustrantia a 1300-1350, Venise, 1880, no 75. La mention de ces marchands est à rapprocher du nom turc d’une rue qui passait au sud de l’église Saint-Mènas jusqu’à la porte de la Marine, Eski Balik pazan (« Ancien marché aux Poissons »).

64 Bakirtzès, p. 307-308.

65 Markè, p. 144-149 ; G. Kiourtzian, « Note prosopographique sur une inscription du rempart de Thessalonique (861/862) », Revue des études byzantines, 49 (1991), p. 247-253.

66 Miracula II, 1, 184.

67 Cf. infra.

68 Miracula II, 1, 186. Le texte grec met en rapport la poterne avec la tour plutôt qu’avec l’échelle. On a voulu identifier cette dernière au port romain que l’on supposait au sud-est de la ville (Bakirtzès, p. 312 ; supra). Les indices en ce sens étant trop minces, il est plus simple de voir en l’Échelle ecclésiastique un appontement dans le port de Constantin (cf. Tsaras, p. 59-60). Pour des raisons de flanquement, la poterne devait se situer au nord de la tour du Relief au point de départ de la muraille occidentale (cf Markè, p. 149, fig. 4). L’endroit a été profondément modifié avec l’aménagement ottoman de la forteresse du Vardar.

69 Eustathe 72, p. 92, 1.

70 Cf Jacoby, Foreigners, p. 89-91.

71 Iviron I, 29,1. 31 ; II, 52,1. 262.

72 Iviron II, 52, 1. 264-272. Les éditeurs d'Iviron III, p. 41, retiennent l’identification du Kalamokopion avec le Xèropotamon (« torrent sec ») connu en 1047 et vers 1290. Nous proposons de voir dans ce toponyme une référence à un ancien cours du Dendropotamos.

73 Cf supra.

74 Jean Anagnostès 13, p. 508.

75 Mertzios, p. 93.

76 Tsaras, p. 65-67.

77 Tafrali, p. 16-17.

78 Bakirtzès, p. 308 ; Théocharidès, p. 379.

79 Miracula II, 1, 184 ; Caméniate 4, 3 ; Jean Anagnostès 13, p. 508.

80 Miracula II, 1, 183 (la chaîne, dont est donnée une description, est doublée en arrière par une ligne de bateaux amarrés sur lesquels on a aménagé des plates-formes pour les défenseurs) ; Caméniate 25, 1 (les Sarrasins s’aperçoivent que l’accès au port est barré par une chaîne de fer et par des navires que l’on y a coulés).

81 Miracula II, 1, 184.

82 On daterait volontiers ces travaux du IXe siècle, en relation avec la rénovation de la tour du Relief (cf. supra).

83 La description de la plaine qui s’étend à l’ouest de Thessalonique part du mur de la jetée (Caméniate 6, 2). Il est possible que celle-ci soit le « lieu entouré par la mer » où Caméniate et les siens furent un temps retenus prisonniers (ibid. 56, 1).

84 Le mot a suscité discussions et commentaires depuis Tafel (p. 207-208), parce qu’il désigne en tant que substantif un tunnel ; c’est ainsi que Chatzè-Iôannou (p. 67) voulait y voir l’égout débouchant près de la porte de Léon (supra n. 58). Or Jean Anagnôstès définit expressément le Tzérempoulon comme un mur de retranchement (diateichisma) qui s’avance dans la mer.

85 Jean Anagnôstès 13, p. 508.

86 Evliya çelebi, p. 334 (cf. Bakirtzès, p. 303 ; Théocharidès, p. 375).

87 Cavazza, p. 135 ; Evliya çelebi, p. 333 (cf. Bakirtzès, p. 309 ; Théocharidès, p. 379). Pour une étude archéologique, voir Markè, p. 139-151.

88 Cavazza, p. 135.

89 Cf. supra.

90 Cousinéry I, p. 30.

Table des illustrations

Titre La région de Thessalonique
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Plan de Thessalonique byzantine
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12906/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre La miraille maritime
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12906/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search