Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les expressions de puissance d’agir chez Spinoza

 | 
Chantal Jaquet

Avant-propos1

Texte intégral

  • 1 Je tiens tout particulièrement à remercier Ariel Suhamy pour sa lecture attentive et ses remarques (...)

1À mes yeux, toute la sagesse humaine pourrait se ramener à un double mouvement contraire : serrer les poings, et ouvrir les mains. Serrer les poings : retenir, résister, lutter et comprendre à la manière des Stoïciens ; ouvrir les mains : accueillir l’altérité, l’imprévu, l’inéluctable, et lâcher prise, laisser courir ce que l’on croyait tenir. Si le premier mouvement requiert d’âpres efforts, le second en demande bien davantage encore, car il faut apprendre à perdre. Or, qui sait ouvrir les mains sans se crisper lorsqu’il s’agit de faire le deuil d’un être, d’une idée ou d’un état qui lui sont chers ? Souvent, nos maîtres nous enseignent à serrer les poings pour gagner, rarement ils nous apprennent à perdre, ou plutôt à rendre à l’universel ce qui lui appartient, à l’image d’Épictète, le cœur joyeux dans la défaite comme dans la fête. Pourtant, apprendre à vivre, n’est-ce pas au bout du compte apprendre à réussir ses échecs ?

2C’est dans ce combat pour tenir face à ce que nous ne détenons pas que la philosophie trouve ses plus belles lettres de noblesse et nous fait croiser des compagnons de route qui vont changer le cours de notre vie, en chassant la mélancolie. Toute ma recherche est d’abord le fruit d’une rencontre avec Spinoza qui m’a fait comprendre, à l’occasion d’un deuil, que la philosophie est une méditation non de la mort, mais de la vie, et m’a appris à ouvrir les mains pour accepter la perte, en contemplant les choses sous un regard d’éternité. Ainsi, est née curieusement une véritable amitié, qui m’a invitée à découvrir la puissance dans l’impuissance, et à méditer aussi bien sur la liberté de l’esprit, qui conçoit les choses sub specie aeternitatis, que sur le pouvoir du corps qui agit de concert avec lui. En effet, selon l’Éthique V, XXXIX, « qui a un corps apte à un très grand nombre de choses, a un esprit dont la plus grande part est éternelle ».

3Cette double orientation de la recherche, qui n’est en réalité que l’exploration des deux faces de la même pièce, puisque l’esprit n’est rien d’autre que l’idée du corps, devait naturellement conduire à une réflexion sur les affects, en tant qu’ils expriment corrélativement les modifications de la puissance d’agir corporelle et mentale, et constituent l’un des pôles privilégiés pour saisir l’homme dans son unité. C’est pourquoi toutes les investigations philosophiques qui constituent cet ouvrage se ramènent en fin de compte à trois variations sur la puissance d’agir : connaître ce que peut l’esprit, connaître ce que peut le corps, et penser leur puissance de concert à travers les changements affectifs.

4Le système spinoziste, en effet, est gros d’une infinité d’expressions de la Nature, et offre aux modes finis que nous sommes la possibilité d’appréhender la réalité sous un angle physique, mental, ou encore psychophysique, selon qu’elle est conçue sous l’attribut étendue, sous l’attribut pensée, ou sous les deux à la fois. Il permet de penser la même chose selon trois modalités différentes et d’expliquer son unité à travers des approches multiples. Certes, l’éventail des discours que l’homme peut tenir sur la Nature reste limité en regard de la quantité indénombrable des conceptions différentes de la réalité que l’entendement de Dieu peut former à travers l’infinité des attributs. Il n’en demeure pas moins qu’il nous est loisible de concevoir notre puissance d’une triple manière et de changer d’angle d’approche sans être condamnés à une pure répétition mécanique, car si la perfection de l’esprit est fonction de celle du corps, force est de reconnaître qu’elles ne s’expriment pas de la même manière. Il apparaît bien vite que la première est intellectuelle et éternelle, tandis que la seconde est matérielle et périssable. L’objectif est alors d’explorer les trois expressions, mentale, physique et psychophysique de la puissance d’agir à travers une série de thèmes, « L’éternité de l’esprit », « La positivité du faux », « Spinoza dans le temps », « Corps et affects », qui font varier les points de vue sous lesquels la philosophie spinoziste peut être ressaisie dans toute son ampleur et ses implications à la fois théoriques et pratiques.

5Dans les trois premières parties de cet ouvrage, il s’agit de mettre au jour les diverses facettes de la puissance mentale, qui culmine avec la conscience de l’éternité de l’entendement, mais qui se manifeste aussi bien à travers la persistance d’un noyau de positivité au sein même des notions confuses et des idées inadéquates qu’à travers la permanence de « l’esprit » de Spinoza, lequel agit non seulement sur son temps, mais sur le nôtre en continuant à produire des effets dans la durée. À ces expressions mentales font pendant les variations physiques et psychophysiques de la quatrième partie où il s’agit d’analyser, d’une part, les capacités du corps et son aptitude à se faire reconnaître comme humain en lui-même et par lui-même, d’autre part, les modifications affectives de la puissance d’agir, de la peur de la mort, qui en constitue le plus bas de degré, à la fortitude qui en est l’acmé.

6Ces variations autour de la puissance d’agir peuvent être appréhendées aussi bien comme des parties séparées que comme des parties d’un tout qui s’accordent les unes avec les autres sans se contrarier, conformément au modèle naturel de la « partie tout » ou « du tout partie », esquissé dans la Lettre XXXII adressée à Oldenburg. Elles ont pour objectif commun de ressaisir la puissance dans l’impuissance et de passer de la peur de la mort à la jouissance de l’éternité, de la finitude du corps au développement de ses capacités, de la servitude des affects à la fortitude retrouvée. Il s’agit ainsi d’exprimer la positivité du négatif en allant chercher la puissance là où l’on ne s’attendrait pas à la trouver.

Notes

1 Je tiens tout particulièrement à remercier Ariel Suhamy pour sa lecture attentive et ses remarques éclairantes, Mathieu Horeau pour son concours à l’édition du texte, et Madame Élisabeth Mornet, directrice des Publications de la Sorbonne, qui a généreusement relu et corrigé le tapuscrit.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540