Version classiqueVersion mobile

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Caractères généraux des villes portuaires du nord de la péninsule Ibérique au Moyen Âge

Beatriz Arízaga Bolumburu et Michel Bochaca

Texte intégral

  • 1 Les termes villa ou puebla (polas en Asturies,) désignent des agglomérations dotées de franchises ( (...)

1De l’embouchure de la Bidassoa à celle du Mino, la frange littorale du nord de la péninsule Ibérique s’étire sur près de 800 kilomètres. Partagée entre le Guipuzcoa, la Biscaye, la Cantabrie, les Asturies et la Galice, elle présente une relative unité physique : une côte rocheuse surplombée par un arrière-pays montagneux et prolongée par un plateau continental étroit ; des ressources agricoles limitées ; des fleuves côtiers courts, dont les vallées constituent des voies de pénétration médiocres vers l’intérieur, tout en offrant à leur embouchure des sites portuaires favorables. En dépit des contraintes naturelles, le littoral castillan nord-péninsulaire a connu au Moyen Âge une intense activité maritime qui s’est exercé principalement à travers 49 villas oupueblas portuaires (fig. 1)1.

La mise en place des villes portuaires : étapes et modalités

  • 2 Synthèses régionales récentes dans J. A. Solórzano Telechea et B. Arízaga Bolumburu dir., El fenόme (...)
  • 3 B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas de las villas marítimas del norte peninsular », (...)

2La formation du semis urbain entre le littoral cantabrique et le Duero est bien connue2. Mais, peu d’historiens ont fait des villes portuaires un objet d’étude spécifique et, plus rarement encore, ils ont pris en compte l’ensemble du littoral nord-péninsulaire3.

L’urbanisation du littoral nord-péninsulaire (xiie-xive siècles)

3Au milieu du xiie siècle, seules Tuy, relevée par le roi Garcia en 1071, et Avilés, dotée d’un fuero par Alfonse VI (1065-1109), avaient rang de villa. La fondation des autres villas portuaires s’est opérée en trois phases.

4La première s’étend de la mort d’Alfonse VIII (1157) à celle d’Alfonse IX (1230). Avec des franchises accordées à une date incertaine, mais confirmées en 1163 par Ferdinand II, Padrón se convertit en port naturel de Compostelle. Ce même souverain fonda Noya (1168), Pontevedra (1169) et Ribadeo (1182). Sept autres fondations portuaires virent le jour au début du xiiie siècle à l’initiative d’Alfonse IX, cinq en Galice : Viveiro (1200), La Guardia (1200), Bayona de Minor (1201), La Corogne (1209) et Betanzos (1213) ; deux en Asturies : Lianes (avant 1225) et Pravia (1230). Tandis qu’en Galice et en Asturies, les souverains léonais tentaient de contrôler les flux de pèlerins et de marchandises en provenance de l’étranger, à l’autre extrémité de la côte cantabrique, les rois de Navarre cherchaient une sortie directe vers la mer. Sanche le Grand accorda un fuero à Saint-Sébastien avant 1180 et à Fontarabie en 1190. Alfonse VIII de Castille (1158-1214) ne paraît pas avoir été conscient dans un premier temps des potentialités du littoral sous sa domination. Il octroya le fuero de Logroño à Castro Urdiales en 1178, mais céda la ville au monastère de las Huelgas de Burgos. Santander reçut le fuero de Sahagún en 1187, alors qu’il était déjà un port. Devant la politique de repeuplement côtier de ses voisins léonais et navarrais, Alfonse VIII réagit. En 1192, il récupéra Castro Urdiales puis, en 1199, il enleva les provinces d’Alava et du Guipuzcoa à la Navarre et mit la main sur les ports de Saint-Sébastien et de Fontarabie. La repoblación de la frange côtière s’accéléra alors. Ayant confirmé le fuero de Saint-Sébastien (1200), Alfonse VIII l’étendit à Fontarabie (1203), Motrico (1209) et Guetaria (1209). Enfin, après une période de répit, Fernando III fonda Zarauz (1237). En Cantabrie, Laredo fut peuplé avec le fuero de Castro Urdiales en 1200. San Vicente de la Barquera, mentionné comme un port en 1189, reçut en 1210 un fuero combinant ceux de Saint-Sébastien et de Santander.

5La deuxième phase coïncide avec le règne d’Alfonse X (1252-1284). Le littoral asturien bénéficia à lui seul de six fondations en 1270 : Ribadesella, Colunga, Villaviciosa, Gijón, Luarca et Navia, auxquelles s’ajoutèrent probablement Carreño et Gozón à la fin du règne. En Galice, Alfonse X fonda Ortigueira (1255), Ferrol, Neda, Cedeira, Redondela et Pontedeume (1270). Entreprise sous son règne, la puebla de Muros reçut le fuero de Benavente en 1286 et fut incorporée à la seigneurie compostellane. Enfin, deux fondations seigneuriales de l’église Saint-Sauveur d’Oviedo complétèrent l’oeuvre royale en Asturies : Rovoredo (1282) et Castropol (1299). Elles annoncent celles de la troisième période (première moitié du xive siècle). Sur le littoral bicayen, seul Bermeo avait été repeuplé avec le fuero de Logroño, sans doute en 1236. Cinq nouveaux ports furent fondés : Plencia (1299), Bilbao (1300), Portugalete (1323), Lequeitio (1325) et Ondarroa (1327). En Guipuzcoa, quatre fondations royales complétèrent le semis des villes portuaires en place depuis le début du xiiie siècle : Renteria (1320), Deva (1343), Zumaya (1347) et Orio (1379).

Un semis dense de petites villes neuves

  • 4 B. Arízaga Bolumburu, Urbanistica medieval (Guipúzcoa), Saint-Sébastien, 1990. Id., « Permanencias (...)
  • 5 B. Arízaga Bolumburu, Urbanistica medieval…, op. cit., p. 64-98.

6Au total, 49 villes portuaires (9 en Guipuzcoa, 6 en Biscaye, 4 en Cantabrie, 13 en Asturies et 17 en Galice) reçurent une charte de franchises entre le xiie et le xive siècle, formant un semis dense (une fondation tous les 16 km en moyenne). L’urbanisation du littoral, comme celle de l’intérieur des provinces côtières du Nord, résulte de la mise en place de villes de petite taille, tant par leur superficie intra muros que par la population qu’elles abritaient. En Guipuzcoa et en Biscaye les noyaux d’habitat primitifs oscillaient entre 1,5 et 7 ha, mais 11 des 15 villes portuaires (73 %) occupaient moins de 3,5 ha4. Sur le modèle des villes neuves du reste de l’Occident médiéval, de nombreuses villas apparaissent comme des fondations planifiées. Des plans de voirie plus ou moins réguliers ont été tracés préalablement au lotissement du sol en parcelles homogènes : Saint-Sébastien, Guetaria, Zumaya et Orio en Guipúzcoa, Bilbao en Biscaye, Villaviciosa en Asturies5. Toutefois, Lianes, Avilés, Pontedeume, Betanzos ou Neda présentent une structure urbaine ramassée sur elle-même dans laquelle il est difficile de voir un projet d’urbanisme préétabli. La croissance démographique et le développement économique que connurent la plupart des villes portuaires entre le xiie et le xive siècle ont amené les hommes et les activités à déborder du noyau primitif pour s’établir dans des faubourgs. Ces excroissances sont souvent restées ouvertes (Bilbao, San Vicente de la Barquera, La Corogne, Muros, Pontevedra), mais il est arrivé qu’elles aient été à leur tour protégées par une nouvelle muraille (Castro Urdiales, Laredo, Santander).

  • 6 J. I. Ruiz de La Peña, « La expansión del fuero de Benavente », Archives leoneses, 47-48 (1970), p. (...)
  • 7 B. Arízaga Bolumburu, « Permanencias urbanísticas… », op. cit., p. 50.
  • 8 J. L. Banus y Aguirre, El fuero de San Sebastidn, Zarauz, 1963. A. J. Martín Duque, « El fuero de S (...)

7Une autre caractéristique des villas de la côte nord-péninsulaire est le rattachement de leurs chartes de franchises à l’une des grandes familles de fueros propagées entre le littoral cantabrique et le Duero. Le fuero de Benavente s’est largement répandu en Galice sous Alfonse IX (premier quart du xiiie siècle), puis dans cette province et en Asturies sous Alfonse X (troisième quart de ce siècle)6. Les villes du Guipúzcoa furent dotées du fuero de Saint-Sébastien7, tandis qu’en Cantabrie Santander reçut celui de Sahagún en 1187 et San Vicente de la Barquera un fuero combinant ceux de Saint-Sébastien et de Santander (1210). Comme leurs proches voisines cantabres, Castro Urdiales en 1178 et Laredo en 1200, toutes les villes portuaires de Biscaye reçurent le fuero de Logro­ño. Les fueros précisaient le droit en matière civile et criminelle de sorte à garantir la sécurité des biens et des personnes. Contenant des dispositions économiques et fiscales, ils abordaient rarement les aspects maritimes. Le fuero de Saint-Sébastien énumérait les exemptions de droits dont bénéficiaient les voisins, en particulier leurs navires qui étaient francs du paiement du portazgo et des leudes, contrairement aux navires forains (chap. I, art. 3). Le droit de naufrage n’existant pas dans la juridiction de la ville, tout marchand pouvait librement récupérer ses marchandises, sauf à payer au roi 10 sous et les leudes accoutumés (chap. I, art. 10). Mais c’était peu de chose au regard des 40 articles du fuero8.

  • 9 I. Gonzalez García et J. I. Ruiz de la Peña, « La economia salinera en la Asturias medieval », Astu (...)
  • 10 Sur l’organisation des confréries de pêcheurs de la côte cantabrique voir : B. Arízaga Bolumburu, « (...)
  • 11 B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas… », op. cit., p. 203-207. J. A. Solórzano Telech (...)
  • 12 V. Ma. Cuñat Ciscar, Documentación medieval de la villa de Laredo 1200-1500, Santander, 1998. B. Br (...)
  • 13 Ma. Flores Díaz, « Villas atlánticas, el mar y las leye s », Litoral atlántico, 3 (2001), p. 49-54. (...)

8Plutôt que les chartes de fondation et les fueros, ce sont les privilèges royaux accordés par la suite qui ont défini le cadre légal dans lequel s’exerçait l’activité portuaire et maritime. La concession du droit de carga y descarga conférait à la ville bénéficiaire un véritable monopole sur le trafic portuaire à l’intérieur de sa juridiction (alfoz), voire dans un rayon plus large. Parfois s’y est ajouté l’octroi d’un grenier à sel, faisant des villes portuaires dotées d’un alfolí des points de passage obligés pour l’importation et la redistribution de ce produit essentiel à la conservation du poisson9. À côté des sources officielles, ce sont les ordonnances municipales et celles édictées par les confréries de pêcheurs10, au même titre que les procès soutenus pour les faire respecter, qui permettent le mieux d’apprécier les activités maritimes et leur poids dans la vie quotidienne des villes11. Laredo, où ont été récemment rassemblés la documentation municipale et les actes relatifs à la confrérie des pêcheurs, fournit un exemple concret des possibilités offertes par ces sources12. Enfin, autre point commun, sur tout le littoral étudié le même droit commercial et maritime régissait les activités des gens de mer, celui contenu dans les Rôles d’Oléron13.

Topographie et société des villes portuaires

L’articulation entre la ville et le port

  • 14 B. Arízaga Bolumburu, « Castro Urdiales en la Edad Media : El espacio urbano », dans J. Fortea Pére (...)
  • 15 M. Vaqueiro Gil, « La obra de los muelles de Laredo en los siglos xvi-xvii », Anuario del Instituto (...)

9Le ou les ports, car les installations pouvaient être multiples, constituaient un ou plusieurs éléments distincts dans la topographie urbaine. Les petites villes côtières disposaient en général d’une unique zone portuaire, employée par les pêcheurs et les marins pour décharger poissons et marchandises. En guise d’installations, ceux de San Vicente de la Barquera utilisaient une simple plage d’échouage en bordure de l'arrabal de la Ribera. À Castro Urdiales, chaloupes et pinasses étaient tirées au sec sur une place située au nord de la Puebla de Abajo, au pied de la Puebla de Arriba. Il faut attendre le début du xvie siècle pour trouver mention, dans les délibérations du conseil municipal, d’un quai de pierre en avant de cette place14. Signe de l’importance de son port, Laredo disposait d’un petit quai et d’une digue de protection dès la fin du xive siècle. Un premier agrandissement sous le règne d’Henri IV de Trastamare resta inachevé. Repris en 1495, il fallut trente ans pour mener le projet à son terme en 152615.

  • 16 La physionomie du port de Santander au milieu du xvie siècle est connue grâce à une gravure de Fran (...)
  • 17 J. Armas Castro, Pontevedra en los siglos xii a xv. Configuración y desarrollo de una villa mariner (...)

10Des villes plus importantes comme Saint-Sébastien, Bilbao, Santander ou Pontevedra présentaient une structure portuaire plus complexe, avec des installations multiples et plus ou moins spécialisées. À Santander deux digues délimitaient un plan d’eau intérieur relativement abrité16. Seules les petites embarcations pouvaient remonter l’embouchure du Becedo, car le pont reliant la Puebla Vieja à la Puebla Nueva limitait l’accès à ce port intérieur inclus dans l’enceinte du xiiie siècle. Au nord, la plage au pied de l'arrabal de la Mar, faubourg peuplé essentiellement de pêcheurs, servait de zone d’échouage pour les barques et de lieu de séchage des fdets. Au centre, un quai permettait à des barques d’accoster et de s’amarrer, tandis qu’une esplanade en avant de la muraille et de la porte de la Ribera permettait le stockage et la manutention des marchandises. Enfin, la digue orientale, connue sous le nom de muelle de las Naos, accueillait des navires de plus gros tonnage. Les marchandises déchargées entraient dans la ville par la porte de Somorrostro avant d’être entreposées dans la halle. À Pontevedra, le « port de pêche » et le « port de commerce » étaient nettement dissociés17. Le premier s’étendait en bordure du faubourg de la Moureira. Au xve siècle, une rue de la Prancha donnait accès à la Prancha, structure de bois où les bateaux apportant le sel et le poisson s’amarraient. Toute activité non directement liée à la pêche était interdite dans le faubourg. Les navires de commerce accostaient quant à eux contre le pont reliant la ville close au Burgo Pequeño ou bien le long du Peirao da Ponte (Perré du Pont), avant d’aller mouiller dans le fleuve pour céder la place aux nouveaux venus.

Tensions sociales et conflits politiques

11Rares sont les indications chiffrées permettant dévaluer l’importance de la pêche, tant côtière que hauturière, dans l’économie et la société des villes portuaires nord-péninsulaires. À la fin du xve siècle, un peu plus de la moitié des droits (alcabalas) perçus dans les ports des Quatre villes de la Côte de la mer de Castille provenaient de la taxation du poisson : 54 % à San Vicente de la Barquera, 53 % à Laredo et à Castro Urdiales, et 44 % à Santander, principal port commercial de Cantabrie, qui bénéficiait à ce titre d’un trafic plus diversifié. Un recensement des pêcheurs de la côte du Guipúzcoa et de la Biscaye en 1575 fait état de 2 650 hommes, dont 400 à Saint-Sébastien, 500 à Leiqueitio, 200 respectivement à Motrico, à Deva (avec Alzola et Mendaro) et à Guetaria, entre 100 et 200 à Fontarrabie, enfin 100 dans chacun des ports de Renteria, Orio, Zarauz, Zumaya, Ondarróa, Portugalete et Bilbao.

  • 18 J. García Oro, Galicia en los siglos xiv y xv, t. II, Galicia urbana, Pontevedra, 1987, p. 147-148. (...)
  • 19 J. García Oro, Galicia…, op. cit., t. II, p. 209-210 et 224-225.

12La tendance au regroupement des gens de mer dans un quartier proche du port, parfois situé hors de la ville close (Pontevedra, Muros, La Corogne), n’était pas sans effets sur les relations entre les deux principaux groupes socio-économiques des villes portuaires : marchands d’une part, marins et pêcheurs d’autre part. L’organisation de ces derniers en confréries leur procurait selon les cas un moyen de défense ou de pression. La confrérie des gens de mer de la Moureira, dédiée au Corps-Saint et établie dans l’église Sainte-Marie, prétendait maintenir une activité autonome face au conseil municipal de Pontevedra qui siégeait dans la ville close18. Régie par un vicaire élu chaque année, elle réglementait l’activités des pêcheurs par des ordonnances et statuait sur les litiges professionnels qui les opposaient. Les techniques collectives de pêche à la sardine créaient des solidarités fortes au sein d’équipes (cercos). Un contrat de travail, souvent triennal, pouvait rassembler autour d’un chef (ataleiro) jusqu’à 80 pêcheurs avec des fonctions précises (maestros, proeles, compañeros) et une quinzaine d’embarcations nécessaires au maniement d’un immense filet. La confrérie constituait une organisation puissante capable de défier l’autorité municipale. Les marchands de La Corogne, qui contrôlaient le conseil municipal, résidaient dans la ville close, alors que la Pescadería abritait plutôt les pêcheurs, les charpentiers et les tonneliers19. Les gens de mer dénoncèrent les fraudes commises par les officiers dans le port, la pression fiscale exercée sur eux par la municipalité et l’interdiction faite par celle-ci d’avoir un marché, ce qui les obligeait à utiliser celui de la ville. En 1504, deux ans après l’incendie qui ravagea La Corogne, les habitants du faubourg obtinrent la reconnaissance d’un statut propre après avoir fait valoir dans une supplique adressée au conseil royal que X arrabal était plus vaste, mieux urbanisé et plus peuplé que la ville (900 voisins contre 200), et qu’ils ne pourraient trouver la place dans celle-ci pour préparer le poisson.

Villes portuaires et structuration des espaces littoraux

13Investies dès leur fondation de fonctions administratives et économiques, les villes portuaires jouaient le rôle de lieux centraux. Elles organisaient l’espace autour d’elles selon deux directions : parallèlement à la côte avec une portion plus ou moins vaste du littoral et des eaux côtières soumise à leur juridiction, mais aussi en assurant une articulation économique entre le littoral et l’arrière-pays.

Le contrôle des « eaux municipales »

  • 20 J. I. Ruiz de la Pena Solar, Las « polos » asturianas…, op. cit., p. 143-149.
  • 21 B. Arízaga Bolumburu, « La villa de Laredo y sus términos jurisdiccionales », dans J. Torres éd., H (...)
  • 22 B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas… », op. cit., p. 203-209. Présentation de confli (...)
  • 23 Ma. S. Tena García, La sociedad urbana en la Guipuzcoa medieval. San Sebastián, Rentería y Fuenterr (...)
  • 24 J. I. Ruiz de la Peña, « Conflictos interlocales por el control de espacios económicos privilegiado (...)
  • 25 E. Ma. Ferreira Priegue, Galicia en el comercio maritime medieva, La Corogne, 1988, p. 85-86.

14Les chartes de fondation, lorsqu’elles ont été conservées, mentionnent en général l’existence d’un ressort territorial soumis à la juridiction de la ville nouvellement créée (alfoz ou término municipal). En Asturies, si l’on excepte Robodero et Castropol, fondations de San Salvador d’Oviedo, les alfoces des 12 autres pueblas portuaires de création royale occupaient la quasi-totalité du littoral de la province20. En Cantabrie, le término municipal concédé par Alfonse VIII à Laredo en 1200 couvrait environ 100 km2. Au sud, ses limites prenaient appui sur un certain nombre de monts21. Il était bordé au nord par la mer Cantabrique, à l’ouest par la ria de l’Ason et à l’est par celle d’Oriñon, sur lesquelles la municipalité prétendait exercer une juridiction. En 1381, elle intenta un procès à des voisins de Guriezo pour avoir construit sans autorisation une pêcherie dans la ria d’Oriñón. En 1398, elle obtint d’Henri III la confirmation des limites de sa juridiction et une condamnation des habitants de localités situées à la périphérie de son alfoz (Puerto Santa Maria, Argoños, Escalante, Gama, Rada, Limpias), accusés de se livrer au commerce maritime en violation de son privilège de cargay descarga. Les villes fondées les premières considéraient que leurs droits s’étendaient jusqu’à la rive opposée des rias et des bras de mer servant de confronts. Après la création de Zumaya en 1347 sur les bords de l’Urola, les voisins de Guetaria tentèrent de priver ceux de Zumaya du droit de pêche et de navigation dans la ria. Le conflit ne se dénoua qu’en 1416, avec la signature d’un accord établissant que les deux communautés disposaient des mêmes droits d’usage sur les eaux de l’Urola22. Les sources judiciaires portent témoignage de conflits similaires, tels ceux de Saint-Sébastien avec Fontarabie et Renteria pour le contrôle de la ria d’Oyarzun23, de Ribadeo (Galice) face à Robodero (Asturies) dans la ria de Ribadeo24, ou bien de La Corogne et de Betanzos dans la ria de La Corogne25.

  • 26 L. Fernández González, Santander. Una ciudad medieval, Santander, 2002, p. 407-411. L’alignement fo (...)
  • 27 J. L. Casado Soto, « Notas sobre la defensa de la jurisdicción marítima exclusiva por las Cuatro Vi (...)
  • 28 B. Arízaga Bolumburu, « La villa de Laredo… », op. cit., p. 195. L. Fernández González, Santander…, (...)
  • 29 B. Arízaga Bolumburu, « La perception de la frontière en Guipuzcoa au Moyen Âge », dans D. Menjot d (...)
  • 30 B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas… », op. cit., p. 220-229.

15De plus, les villes portuaires ont revendiqué une juridiction sur la côte et les eaux situées en avant de la barre naturelle ou de la ligne imaginaire matérialisant l’entrée de leur port26. L’exemple des Quatre Villes de la Côte résume la nature et les enjeux de cette juridiction maritime. San Vicente de la Barquera, Santander, Laredo et Castro Urdiales se partageaient le contrôle des 200 km du littoral cantabre. Les privilèges royaux font simplement état de quatre lieues pour San Vicente de la Barquera (deux de chaque côté de la ville) et de dix lieues pour Santander (cinq de part et d’autre)27. L’étendue de ces « eaux municipales » s’est précisée au fil des litiges et des procès. Encadrée par les juridictions maritimes de San Vicente de La Barquera et de Laredo, celle de Santander allait de la pointe de Ballota jusqu’à la ria de Galizando, sur une profondeur de dix lieues vers le large, environ 55 km (fig. 2)28. Ces eaux représentaient un espace économique que les villes côtières cherchaient à contrôler. En 1376, les Guipuzcoans s’entendirent entre eux pour interdire à leurs voisins biscayens et cantabres d’aller à la rencontre des bateaux chargés de vivres, notamment de céréales, qui leur faisaient cruellement défaut, et de les détourner des ports de la province29. C’est à l’intérieur de ces « eaux municipales » que les confréries de pêcheurs réglementaient l’activité de ceux de leurs membres qui s’adonnaient à la pêche côtière30.

L’insertion des villes portuaires dans les circuits d’échange du nord de la péninsule Ibérique et de l’Europe atlantique

16La côte nord-péninsulaire tendit à s’organiser à partir des ports. Perceptible dès le milieu du xive siècle alors que le semis des villes portuaires achevait de se mettre en place, le processus s’est accusé au xve siècle, suscitant d’âpres rivalités. Le littoral se partageait du point de vue des activités maritimes en zones bien définies. Au sein de chaque zone, au gré de promotions et de reclassements, des ports principaux s’imposèrent au reste des ports secondaires. En tentant de contourner les monopoles de droit ou de fait des premiers, ces derniers provoquèrent des conflits.

  • 31 E. Ma. Ferreira Priegue, « Las rutas marítimas y comerciales del flanco iberico desde Galicia hasta (...)
  • 32 B. Arízaga Bolumburu et M. Bochaca, « El comercio marítimo de los puertos del Pais Vasco en el Golf (...)
  • 33 H. Casado Alonso, « El comercio internacional burgalés en los ss. xv y xvi », dans El Consulado de (...)

17Aux deux extrémités du littoral nord-péninsulaire, s’affirmèrent deux pôles en prise avec le grand commerce international : la Galice, à l’ouest, Biscaye et Guipuzcoa, à l’est (fig. 3). Depuis le début du xive siècle, la Galice servait de relais pour les Italiens sur la route maritime Méditerranée-Europe du Nord31. Les produits de luxe (soie, épices, draps) parvenaient à bord de navires génois, florentins et vénitiens. Des nefs anglaises avec des pèlerins à destination de Saint-Jacques de Compostelle assuraient un approvisionnement complémentaire en draps et une sortie pour la modeste production des vins du Ribeiro. Ces trafics convergeaient principalement vers La Corogne et le rôle passif des Galiciens avait pour conséquence la faiblesse de l’armement local. Les ports biscayens et guipuzcoans constituaient un second pôle importateur sur le littoral nord-péninsulaire mais avec des caractéristiques différentes32. Ils jouaient un rôle actif dans le golfe de Gascogne et en Manche en associant au trafic d’import-export un puissant armement naval. Leurs navires étaient présents dans la plupart des ports français, anglais et flamands de quelque importance, où ils chargeaient pour le compte de Castillans ou d’étrangers, avant de revenir dans leur région d’origine avec des marchandises (draps anglais et flamands, blé). En relation avec les places commerciales de l’intérieur (Burgos, Medina del Campo), marchands et marins de Bilbao, Deva, Motrico et Saint-Sébastien se spécialisèrent dans l’exportation de la laine castillane et du fer biscayen et guipuzcoan33.

  • 34 I. González García et J. I. Ruiz de la Peña, « La economia salinera… », op. cit., p. 11-155.
  • 35 E. Benito Ruano, « Gómez Arias, mercader de Avilés », Asturiensia Medievalia, 2 (1975), p. 219-315. (...)

18Les ports asturiens et cantabres disposaient d’une flotte active qui s’adonnait plus à la pêche et au cabotage qu’au grand commerce, même si certains navires s’aventuraient en Flandre, en Angleterre ou en Méditerranée. Ils développaient leurs activités de façon complémentaire avec la Galice, la Biscaye et le Guipuzcoa et assuraient la redistribution des produits vers l’intérieur, à l’exemple du sel diffusé à partir des greniers à sel établis dans les ports asturiens. Importé du Portugal, de Bretagne et de Saintonge, il était distribué vers l’intérieur (Léon, Astorga) à partir des villes portuaires qui, à l’exception de Castropol (fondation seigneuriale), bénéficiaient toutes d’un grenier à sel34. Les marchands asturiens, en particulier ceux d’Avilés, diffusaient de la même façon par voie terrestre vers la Meseta le poisson séché ainsi que les draps anglais et flamands achetés en Galice ou dans les ports biscayens et guipuzcoans où ils se rendaient régulièrement35.

  • 36 Ma. S. Tena García, La sociedad urbana…, op. cit., p. 542-566.

19Au long de la côte nord-péninsulaire, les ports principaux étaient peu nombreux au xve siècle, une douzaine au plus : Bayona, Pontevedra, Noya, La Corogne et Vivero en Galice, Ribadeo, Avilés et Gijón en Asturies, Santander en Cantabrie, Bilbao et Bermeo en Biscaye, Saint-Sébastien en Guipuzcoa. Localement, ils ont dû s’imposer à leurs voisins immédiats susceptibles de les concurrencer. Port unique à proximité de la frontière avec la France à la fin du xiie siècle, Saint-Sébastien vit surgir autour de lui trois autres villes portuaires : Fontarabie (1200), Renteria (1320) et Orio (1379). À partir des années 1330, la municipalité de Saint-Sébastien chercha à contrôler la ria d’Oyarzun sur laquelle les habitants de Fontarabie et de Renteria avaient aussi des droits en tant que riverains. Elle entendait s’imposer à ses deux voisines, non seulement en percevant seule les taxes sur les navires qui mouillaient dans le port de Pasajes et sur les marchandises qui s’y chargeaient et s’y déchargeaient, mais aussi en étendant leur perception aux navires et aux marchandises des voisins de Fontarabie et de Renteria, provoquant de vives protestations de la part de ces derniers36.

  • 37 J. García Oro, Galicia…, op. cit., t. II, p. 149-150.

20Qu’elles se soient hissées aux tous premiers rangs par l’importance de leur trafic et une percée à l’échelle internationale, ou bien qu’elles soient restées cantonnées à des échanges régionaux plus limités, de nombreuses villes portuaires se virent au xve siècle dans l’obligation de défendre le monopole que leur conférait le privilège de carga y descaga contre les empiétements de petits ports, fondés ou promus par des seigneurs laïques ou ecclésiastiques et n’ayant pas rang de villa. Le phénomène prit une ampleur toute particulière en Galice où ces ports seigneuriaux fleurirent dans les rias de Vigo (Vigo, Cangas), de Pontevedra (Porto Novo, Puerto Marin, Beu, Aldán), d’Arosa (Rianjo, Cambados, Santo Tomé...), ainsi que sur la côte septentrionale (Muxía, Finisterre, Cee, Laxe, O Barqueiro, Foz...). En raison de l’importance du poisson, principal produit local d’échange, les conflits se cristallisèrent autour du contrôle des zones de pêche, de la conservation du poisson (approvisionnement en sel et salaison) et des points d’embarquement du poisson salé. Après de nombreuses disputes, une charte d'hermandad fut signée le 23 septembre 1491, par laquelle les pêcheurs de Combarro s’engageaient à vendre leurs sardines salées seulement à Pontevedra et à accepter la juridiction de la confrérie des pêcheurs de la Moureira en matière de pêche37. Cette dernière prétendait aussi avoir un droit de regard sur tous les ports des rias depuis Pontevedra jusqu’à Bayona. En 1488, les habitants de Porto Novo voulurent se réserver la pêche dans leurs eaux. La chancellerie royale leur donna raison en 1508, mais une sentence arbitrale restitua aux pêcheurs de Pontevedra leurs anciens droits en 1515. En revanche, ces derniers ne purent empêcher le port d’Aldán de conserver ses installations de salaison des sardines. En 1499, la confrérie de la Moureira se plaignait que les voisins de Cangas empêchaient ses membres de pêcher dans la ria. Ces conflits sont révélateurs des enjeux économiques autour de la pêche, tant pour les pêcheurs, dont la subsistance quotidienne dépendait de cette activité, que pour les marchands impliqués dans la commercialisation du poisson salé. Il faut aussi y voir la conséquence des efforts de Pontevedra pour se maintenir au premier rang des ports de pêche de la Galice et comme un port de commerce important après La Corogne.

21Généralement abordées avec l’ensemble des villes nord-péninsulaires, les villes portuaires constituent un objet historique qui mérite une étude à part entière tenant compte de leur spécificité maritime. Une analyse comparative menée sur une large échelle géographique prend toute sa valeur comme complément d’approches habituellement monographiques ou régionales. Grandes animatrices du littoral castillan nord-péninsulaire à la fin du Moyen Âge, elles représentaient par leur topographie, leur population et leurs activités largement tournées vers la mer un type de petites villes côtières original mais certainement pas unique, dont il conviendrait de chercher ailleurs d’autres exemples.

Figure 1.— Les villes portuaires castillanes nord-péninsulaires vers 1400

Figure 1.— Les villes portuaires castillanes nord-péninsulaires vers 1400

Figure 2. — La juridiction maritime de Santander

Figure 2. — La juridiction maritime de Santander

Figure 3.— Hiérarchie et spécialisation des ports castillans nord-péninsulaires au xve siècle

Figure 3.— Hiérarchie et spécialisation des ports castillans nord-péninsulaires au xve siècle

Notes

1 Les termes villa ou puebla (polas en Asturies,) désignent des agglomérations dotées de franchises (fuero), exerçant des fonctions administratives et économiques de type urbain.

2 Synthèses régionales récentes dans J. A. Solórzano Telechea et B. Arízaga Bolumburu dir., El fenόmeno urbane medieval entre el Cantábrico y el Duero, Santander, 2002.

3 B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas de las villas marítimas del norte peninsular », dans Las sociedades urbanas medievales en la España medieval, Pampelune, 2003, p. 195-242.

4 B. Arízaga Bolumburu, Urbanistica medieval (Guipúzcoa), Saint-Sébastien, 1990. Id., « Permanencias urbanísticas en las villas medievales », dans Revisión del arte en Euskal Herria, Saint-Sébastien, 1996, p. 29-50.

5 B. Arízaga Bolumburu, Urbanistica medieval…, op. cit., p. 64-98.

6 J. I. Ruiz de La Peña, « La expansión del fuero de Benavente », Archives leoneses, 47-48 (1970), p. 299-317.

7 B. Arízaga Bolumburu, « Permanencias urbanísticas… », op. cit., p. 50.

8 J. L. Banus y Aguirre, El fuero de San Sebastidn, Zarauz, 1963. A. J. Martín Duque, « El fuero de San Sebastian. Tradición manuscrita y edición critica », dans Elfuero de San Sebastidn y su época, Saint-Sébastien, 1981, p. 3-25. De même, parmi les 31 articles du fuero de Santander, seules l’exemption de portazgo pour les voisins (art. 24) et la protection des biens en cas de naufrage (art. 31) avaient trait à la mer (R. Pérez-Bustamante et G. de la Vega, « El fuero de Santander : estructura juridica e institucional », dans Elfuero de Santandery su época, Santander, 1989, p. 155-172).

9 I. Gonzalez García et J. I. Ruiz de la Peña, « La economia salinera en la Asturias medieval », Asturiensa Medievalia, 1 (1972), p. 11-155.

10 Sur l’organisation des confréries de pêcheurs de la côte cantabrique voir : B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas… », op. cit., p. 209-229. À titre d’exemple voir : Ma. J. Suárez Alvarez, « El “nobilisimo gremio” de mareantes de Luarca », Asturiensia Medievalia, 2 (1975), p. 239-257, avec édition des ordonnances de 1468.

11 B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas… », op. cit., p. 203-207. J. A. Solórzano Telechea, R. Vazquez Álvarez et B. Arizaga Bolumburu éd„ San Vicente de la Barquera en la Edad Media : una villa en conflicto, Santander, 2003.

12 V. Ma. Cuñat Ciscar, Documentación medieval de la villa de Laredo 1200-1500, Santander, 1998. B. Brígido Gabiola et J. Ortiz Real, La cofradía de Pescadores San Martin de Laredo. Historia de una institución milenaria, Laredo, 2001.

13 Ma. Flores Díaz, « Villas atlánticas, el mar y las leye s », Litoral atlántico, 3 (2001), p. 49-54. M. Serna Vallejo, Los Rôles d’Oléron. El coutumier marîtimo del Atlântico y del Bâltico de época medievaly moderna, Santander, 2004.

14 B. Arízaga Bolumburu, « Castro Urdiales en la Edad Media : El espacio urbano », dans J. Fortea Pérez éd., Castro Urdiales y las Cuatro villas de la costa de la mar en la historia, Santander, 2002, p. 64-66.

15 M. Vaqueiro Gil, « La obra de los muelles de Laredo en los siglos xvi-xvii », Anuario del Instituto de Estudios marítimos Juan de la Cosa, V (1986), p. 90-95.

16 La physionomie du port de Santander au milieu du xvie siècle est connue grâce à une gravure de Franz Hogenberg, publiée dans l’atlas Civitates Orbis Terrarum de Georg Braun.

17 J. Armas Castro, Pontevedra en los siglos xii a xv. Configuración y desarrollo de una villa marinera en la Galicia medieval, Pontevedra, 1992, p. 115-118.

18 J. García Oro, Galicia en los siglos xiv y xv, t. II, Galicia urbana, Pontevedra, 1987, p. 147-148. Voir aussi : F. González Camino, « Relaciones entre el ayuntamiento de Santander y la cofradía de mareantes de San Martin del Mar durante los siglos xv y xvi », Revista de Santander, 3 (1931), p. 49-57 et 259-268.

19 J. García Oro, Galicia…, op. cit., t. II, p. 209-210 et 224-225.

20 J. I. Ruiz de la Pena Solar, Las « polos » asturianas…, op. cit., p. 143-149.

21 B. Arízaga Bolumburu, « La villa de Laredo y sus términos jurisdiccionales », dans J. Torres éd., Historieny philologica. In honorem José María Robles, Santander, 2002, p. 183-185.

22 B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas… », op. cit., p. 203-209. Présentation de conflits entre villes côtières depuis le Guipúzcoa jusqu’à la Galice.

23 Ma. S. Tena García, La sociedad urbana en la Guipuzcoa medieval. San Sebastián, Rentería y Fuenterrabía (1200-1500), Saint-Sébastien, 1997, p. 523-566.

24 J. I. Ruiz de la Peña, « Conflictos interlocales por el control de espacios económicos privilegiados : el ejemplo asturgalaico de las pueblas de Ribadeo y Roboredo (1282) », Boletín del Instituto de Estudios Asturianos, 1991, p. 559-588.

25 E. Ma. Ferreira Priegue, Galicia en el comercio maritime medieva, La Corogne, 1988, p. 85-86.

26 L. Fernández González, Santander. Una ciudad medieval, Santander, 2002, p. 407-411. L’alignement formé par la péninsule de la Madeleine, l’île de Mouro et l’île de Santa Marina marquait l’entrée de la ria de Santander. Les navires qui le franchissaient étaient considérés comme ayant pénétré dans les eaux portuaires et leur cargaison était soumise au paiement des taxes municipales et royales.

27 J. L. Casado Soto, « Notas sobre la defensa de la jurisdicción marítima exclusiva por las Cuatro Villas de la Costa. Un episodio del siglo xv », Anuario del Instituto de Estudios Marítimos Juan de la Cota, IV (1981-1982), p. 249-259.

28 B. Arízaga Bolumburu, « La villa de Laredo… », op. cit., p. 195. L. Fernández González, Santander…, op. cit., p. 157.

29 B. Arízaga Bolumburu, « La perception de la frontière en Guipuzcoa au Moyen Âge », dans D. Menjot dir., Les villes frontière Moyen Âge-Époque moderne, Paris, 1996, p. 139.

30 B. Arízaga Bolumburu, « Las actividades económicas… », op. cit., p. 220-229.

31 E. Ma. Ferreira Priegue, « Las rutas marítimas y comerciales del flanco iberico desde Galicia hasta Flandes », dans Elfuero de Santandery su época, Santander, 1989, p. 217-234.

32 B. Arízaga Bolumburu et M. Bochaca, « El comercio marítimo de los puertos del Pais Vasco en el Golfo de Vizcaya a finales de la Edad Media », Itsas Memoria, 4 (2003), p. 41-53. W. R. Childs, « Comercial relations between the Basque Provinces and the England in the Later Middle Ages, c. 1200-c. 1500 », ibid., p. 55-64. J. L. Orella Unzué, « Comerciantes vascos en Normandía, Flandes y La Hansa : 1452-1526 », ibid., p. 65-114.

33 H. Casado Alonso, « El comercio internacional burgalés en los ss. xv y xvi », dans El Consulado de Burgos, Burgos, 1994, p. 179-247.

34 I. González García et J. I. Ruiz de la Peña, « La economia salinera… », op. cit., p. 11-155.

35 E. Benito Ruano, « Gómez Arias, mercader de Avilés », Asturiensia Medievalia, 2 (1975), p. 219-315. J. I. Ruiz de la Pena, « Notas sobre la actividad comercial en las poblaciones de la costa asturiana (siglos xiii y xiv) », Boletin del Instituto de Estudios Asturianos, LX (1967), p. 101-112. Id., Historia de Asturias, t. V, La baja Edad Media, Vitoria, 1977, p. 187-197. J. Uría Rfu, « Oviedo y Avilés en el comercio atlantico de la Edad Media (siglos xiii al xvi) », Boletín del Instituto de Estudios Asturianos, LX (1967), p. 199-250.

36 Ma. S. Tena García, La sociedad urbana…, op. cit., p. 542-566.

37 J. García Oro, Galicia…, op. cit., t. II, p. 149-150.

Table des illustrations

Titre Figure 1.— Les villes portuaires castillanes nord-péninsulaires vers 1400
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2. — La juridiction maritime de Santander
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 3.— Hiérarchie et spécialisation des ports castillans nord-péninsulaires au xve siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search