Version classiqueVersion mobile

Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge

 | 
Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public

Avant-propos

Régine Le Jan

Texte intégral

1En 1986, la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public tenait son XVIIe Congrès à Nantes sur le thème L’Europe et l’Océan au Moyen Âge. Contribution à l’histoire de la navigation. Michel Balard, alors président de la Société, commençait son avant-propos par une citation de Jean Scot Erigène : « Il faut dresser la voile, il faut naviguer. » Elle ne serait pas hors de propos dans ce volume. Vingt ans après en effet, les médiévistes ont choisi de répondre à l’invitation d’une jeune université, celle de La Rochelle, pour y tenir leur XXXVe congrès. Comme il se devait dans un port atlantique et un lieu hautement symbolique, le thème retenu Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge touchait aux déplacements par voie d’eau. La mer et le fleuve génèrent en effet des déplacements, des passages, des échanges en des sites soigneusement choisis et construits par l’homme. Ce sont ces sites maritimes et fluviaux, désignés par des termes issus du vieux nordique hofn ou du latin portus, qui ont fait l’objet de l’étude.

2Le volume traite donc de la navigation, mais aussi de toutes les activités qui lui étaient liées et des hommes qui s’y consacraient ou qui en dépendaient. Il illustre l’élargissement de la recherche sur un thème proche de l’histoire maritime, magistralement traitée naguère par Michel Mollat et ses élèves. Si les marchands et les affaires liées au commerce trouvent naturellement leur place dans un volume consacré aux ports, qu’ils soient maritimes ou/et fluviaux, l’étude s’inscrit désormais dans une réflexion et une analyse plus larges de l’espace portuaire, de son mode de fonctionnement, de son intégration dans des réseaux plus vastes.

3Le renouvellement est largement lié au développement de l’archéologie qui a parfois bouleversé nos connaissances (pour le haut Moyen Âge en particulier) en matière de développement économique, d’organisation de l’espace et de dynamique de l’évolution. Parallèlement, les historiens des ports n’ont pas fait l’économie d’une nouvelle lecture critique des sources écrites, au croisement de l’histoire, de la géographie, de l’anthropologie et de l’économie. Lecture indispensable, qui complète et qui contredit parfois les données de l’archéologie, tout en donnant accès au système de représentation.

4On trouvera donc dans les Actes des communications sur la topographie des sites portuaires, sur les activités et les métiers liés aux fonctions des ports, sur les réseaux d’échange, construits ou non, sur les mécanismes de prélèvement fiscaux et de contrôle des activités de ces lieux singuliers. Comme il se doit, les articles couvrent un vaste champ géographique, des rives de l’Atlantique à celle de la mer Noire et de la Baltique, en passant par la Méditerranée, sans oublier les grands fleuves. Elles mettent ainsi en lumière les systèmes portuaires reliant les fleuves aux bassins maritimes, ainsi que les changements intervenus au cours des dix siècles médiévaux, en particulier la césure du xiiie siècle, laissant toutefois quelque peu dans l’ombre l’activité des ports du haut Moyen Âge.

5Le volume offre une analyse renouvelée de l’histoire portuaire. Il est à l’image du XXXVe Congrès qui s’est déroulé sous les plus heureux auspices, le soleil brillant, grâce à une organisation parfaite, alliant efficacité et cordialité, à une participation active des sociétaires et à une présence soutenue des étudiants. L’excursion fut particulièrement réussie. Elle nous a conduit à Rochefort, au château de Taillebourg, où Philippe Contamine a retracé la bataille de 1242 entre les armées du roi de Prance Louis IX et celles du roi d’Angleterre Henri III, enfin à Brouage. Au terme de cette entreprise, il m’est agréable de remercier tout particulièrement nos trois collègues médiévistes rochelais, Michel Bochaca, Nicolas Fauchère et Mathias Tranchant, qui n’ont pas ménagé leur temps et leur énergie pour que ce congrès soit une réussite, Jean Chapelot qui a contribué à la préparation de l’excursion et tous les étudiants qui ont aidé à sa réalisation. Mes remerciements vont enfin aux autorités universitaires qui nous ont accueillis dans leurs locaux, aux responsables des collectivités locales qui nous ont reçus.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search