Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paris le peuple

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Danielle Tartakowsky

Peuples et peuple. Le peuple réel

Les peuples du XVIIIe arrondissement en 1936

Antoine Prost

Texte intégral

1La geste gréviste de mai 1936 impose l'image des usines occupées et des métallos maîtres de leur lieu de travail. On en retient l'idée d'un prolétariat dressé contre le fascisme et la crise, et l'on se représente le peuple parisien, celui des grands défilés du 14 juillet, comme un peuple d'ouvriers.

  • 1 Nos remerciements s'adressent au PIR-Villes du CNRS qui a financé cette recherche, au Procureur de (...)
  • 2 Voir sur ce point notre article : « La rue de la Goutte d'Or et la rue Polonceau entre les deux gu (...)

2La réalité est un peu différente. Nous voudrions ici, grâce à l'étude minutieuse des actes de mariage du XVIIIe arrondissement, analyser très concrètement la diversité des conditions sociales en 19361. Nous avons choisi cet arrondissement parce que c'est un des plus peuplés (280 000 habitants, soit un dixième de la population parisienne), et surtout parce qu'il est socialement très diversifié. À côté de rues bourgeoises, c'est le quartier de Pigalle et de Montmartre, celui des grands ateliers du métropolitain (Championnet) et des abords de la gare du Nord. Le quartier aussi de la Goutte d'Or2. L'analyse a porté sur l'ensemble des mariages contractés en 1936, en croisant systématiquement les informations que livrent les registres sur les professions des conjoints, de leurs parents et de leurs témoins.

  • 3 Habituelles pour nos contemporains, car les CSP ont été conçues pour le recensement de 1954. Elles (...)

3Il en émerge l'image d'un quartier qui s'inscrit mal dans l'opposition marxiste des bourgeois et des ouvriers. Ce qui frappe ici, en effet, c'est l'importance de la population qui ne se laisse classer facilement ni d'un côté ni de l'autre. Certes, on rencontre des ouvriers d'usine et des ingénieurs, des manœuvres et des avocats. Mais, à côté d'eux, combien de garçons de café et de marchands des quatre saisons, de comptables et de dessinateurs, de concierges et de tailleurs ou de menuisiers ? La diversité concrète des conditions peine quelque peu à rentrer dans le cadre des catégories socioprofessionnelles habituelles3. Comment en rendre compte ?

Des classes moyennes

4Laissons de côté la bourgeoisie des professions libérales, des dirigeants d'entreprises et des ingénieurs, des négociants, des hauts fonctionnaires, mieux représentée parmi les témoins que parmi les conjoints. Elle est peu nombreuse dans notre arrondissement, et sans doute inférieure en notoriété et en fortune à celle d'arrondissements mieux habités, comme le XVIe ou le VIIe.

5Les classes moyennes du XVIIIe sont constituées essentiellement par des commerçants, des employés et des fonctionnaires. À examiner les réseaux de relations dans lesquels ils s'insèrent, les liens qui les rattachent au peuple sont plus apparents que ceux qui les lient à la bourgeoisie.

6Les termes utilisés sont assurément équivoques : pour 2439 mariés, nous comptons par exemple 34 bouchers et 24 boulangers, contre seulement 2 garçons-bouchers et 1 ouvrier boulanger. Il est pourtant probable que les garçons-bouchers et les ouvriers boulangers sont plus nombreux que les patrons dans cette population. Mais l'ambiguïté même des désignations professionnelles n'est pas dénuée de signification : elle manifeste une proximité sociale qu'attestent les usages de ces professions où l'on commence par être employé chez un patron avant de s'installer à son compte. Ces jeunes mariés – ils sont, dans ces métiers, plus jeunes que la moyenne – n'ont pas des témoins très prestigieux : d'autres bouchers, boulangers ou charcutiers, des employés, quelques menuisiers, électriciens ou mécaniciens, ici ou là des commerçants, une commerçante, un hôtelier, un négociant. Pas d'avocat, de médecin, de dentiste ou d'assureur : la bourgeoisie brille par son absence.

  • 4 Sauf mention contraire, il s'agit ici exclusivement des témoins qu'on pense n'appartenir à aucune (...)
  • 5 31 hôteliers, 11 hôtelières, 21 restaurateurs, 19 marchands de vin, 10 limonadiers, 9 cafetiers et (...)

7Épreuve contraire, tournons-nous du côté des témoins4, où les patrons sont probablement plus nombreux, comme cette charcutière, ces deux boulangères et ces deux bouchères qui assistent un commerçant, un serrurier, un cantonnier, un employé de commerce et un boulanger. Les témoins masculins des métiers de l'alimentation sont choisis par des professions très variées, mais qui dépassent rarement le niveau des dessinateurs ou des mécaniciens. Les mêmes constats valent pour les crémiers, les pâtissiers et les tripiers. Quant aux épiciers, ils sont 2 seulement parmi les maris, contre 15 parmi les témoins (y compris une épicière), ce qui s'explique à la fois par la non-ambiguïté du terme – on ne peut confondre un épicier et son commis – et par le fait qu'il vaut mieux être marié pour tenir une épicerie, comme tout petit commerce. Mais ils servent de témoins à des mariés tout aussi modestes. Même paysage, du côté des hôteliers, restaurateurs, marchands de vins ou limonadiers. En raison sans doute de l'importance de la population logée en garni, ces professions sont fort bien représentées parmi les témoins5. Mais leur clientèle se recrute rarement dans les classes supérieures de la société : en dehors d'un dentiste ou d'un entrepreneur du bâtiment, ou encore, ce qui ne surprend pas, de représentants de commerce, les époux qui prennent un témoin dans ce milieu sont des employés, des artisans, des ouvriers, des boutiquiers... On reste très proche du peuple tandis que les liens avec la bourgeoisie sont exceptionnels.

8Le cas des marchands n'est guère différent. En fait, une frontière sépare imperceptiblement les commerçants des marchands. Ce dernier terme est généralement assorti d'un complément qui le détermine concrètement : on se dit marchand d'habits, de bois, de chaussures, de tissus, sans compter, plus bas dans l'échelle sociale, marchand forain ou marchand des quatre saisons. Le produit que l'on vend reste présent dans cette désignation de soi. Commerçant, au contraire, s'emploie absolument et fait oublier la marchandise derrière l'activité dont il souligne la généralité ; c'est une auto-désignation plus prestigieuse. De fait, on trouve des commerçants témoins de quelques bourgeois : un industriel, un ingénieur, un médecin, alors que l'horizon social des marchands est plus modeste. La même différence de niveau social se retrouve entre les représentants et les voyageurs de commerce : contraints à d'incessants déplacements, ceux-ci sont plus besogneux que ceux-là.

9Du côté des cols blancs, les classes moyennes sont aussi très proches du peuple. Si nous pouvons placer sans hésiter les instituteurs et les infirmières dans les classes moyennes, comme les inspecteurs de police, où situer les comptables, les dessinateurs, les secrétaires, les vendeurs ? Les employés de banque, de bureau ou d'assurances ?

10Assurément, des différences apparaissent. L'employé de commerce, le vendeur, l'employé sans autre indication sont difficiles à classer, car ces désignations recouvrent des positions très variées. On peut les placer dans le bas des classes moyennes, à la différence du garçon de magasin ou du magasinier. Parmi les cols blancs proprement dits, l'employé d'assurances est un peu au-dessus de l'employé de banque ou du simple employé de bureau ; son horizon social inclut des témoins plutôt flatteurs (industriel, ingénieur). Les employés de banque, plus nombreux, recrutent leurs témoins dans tous les milieux, mais la bourgeoisie est rare dans leur réseau de relations, alors que le monde ouvrier est très présent (mécanicien, ajusteur, électricien). Plus nombreux encore, les employés de bureau présentent les mêmes caractères. Aucun bon bourgeois ne prend de témoin dans ces milieux, qui fournissent en revanche aux classes populaires des garants très honorables. On est ici sans doute dans le bas des classes moyennes, mais bien dans les classes moyennes.

11On aurait imaginé les comptables proches de la bourgeoisie. De fait, leur réseau social est extrêmement ouvert. Parmi leurs témoins, on rencontre médecin, administrateur de société, commerçant aussi bien qu'ajusteur, tailleur, imprimeur ou mécanicien, sans oublier d'autres employés ou comptables. Pourtant, ils ne sont demandés comme témoins que par des gens modestes, au mieux un instituteur, un officier et un sous-officier, à côté de plus nombreux ouvriers, garçons de café, peintre, mécanicien ou serrurier, voire même manœuvres. Cela ne suggère pas une position sociale supérieure à celle des simples employés de bureau.

12Ces analyses souffrent cependant d'être conduites sur les seuls maris, car il est impossible de cerner le niveau social de professions déjà majoritairement féminines en se contentant d'examiner le réseau de relations des hommes qui en font partie. En effet, si les maris sont deux fois plus nombreux que les épouses parmi les comptables (58/29), les employés d'assurances (13/6), et les employés d'administrations diverses (PTT exclues 10/4), ils sont à peine plus nombreux chez les employés de commerce (84/65) et les employés de banque (30/27), tandis que les femmes l'emportent chez les employés de bureau (46/82) ou les secrétaires (14/34) et qu'elles sont seules à être sténo-dactylo (128) ou dactylo (56).

13L'horizon social de ces jeunes mariées est beaucoup plus large encore que celui de leurs époux. Pour toutes les professions considérées, on rencontre des témoins bourgeois : un ingénieur pour les comptables, un industriel et deux médecins pour les employées de banque, un avocat, un juge et deux commerçants, plus le gouverneur des Invalides pour les employées de bureau, deux architectes, un juge, six ingénieurs, quatre industriels, deux négociants et un député pour les sténo-dactylos, un avocat, quatre ingénieurs et un directeur pour les dactylos. On a le sentiment que les femmes franchissent plus facilement que les hommes les barrières de classe. En tout cas, certaines de nos employées le font. C'est une raison supplémentaire de classer ces professions parmi les classes moyennes.

14On est conduit aux mêmes conclusions par l'analyse des employés des services publics, postes, chemins de fer, gaz, électricité, transports en commun. Il y a là un ensemble de professions plutôt masculines, caractérisées par l'existence de statuts du personnel et souvent par le port d'un uniforme. La place manque pour analyser en détail le cloisonnement de ces milieux : il est exceptionnel, par exemple, que les PTT et les chemins de fer se croisent, ou qu'un employé du métro fasse appel comme témoin à un postier ou à un cheminot ou lui rende le même service. Les uniformes séparent ceux qui les portent plus sûrement qu'ils ne les rapprochent.

  • 6 Pour 36 époux employés de chemin de fer, 16 épouses soit 44 % sont sans profession. Chez les ajust (...)

15Tous, pourtant, n'appartiennent pas aux classes moyennes. On voit clairement que les salariés les plus modestes de ces services publics relèvent de la strate supérieure des classes inférieures. Les facteurs, par exemple, les machinistes et les receveurs des transports en commun, les gardiens de la paix et agents de police ont un horizon social plus modeste que ceux qui se disent employés du chemin de fer ou des PTT. Ils servent de témoins à des ouvriers ou des artisans, et leurs propres témoins les plus prestigieux se situent à mi-hauteur sur l'échelle sociale : sous-officier et non pas officier, clerc de notaire, instituteur. Les employés de chemin de fer développent une très forte sociabilité professionnelle et prennent souvent témoin dans la corporation, mais il leur arrive d'être assistés de commerçants, de rentiers, négociants ou ingénieurs, ce qui signale des contacts avec les classes supérieures. La relativement forte proportion des épouses de cheminots qui se déclarent sans profession6 achève de désigner dans ce milieu une composante mineure des classes moyennes.

Le peuple de la rue et du pourboire

16Si l'on se tourne maintenant vers des milieux plus modestes, plus populaires, on est frappé par leur diversité. Parmi nos mariés de 1936, voici par exemple, 82 garçons de café, 14 garçons de restaurant, 12 maîtres d'hôtel, 10 employés d'hôtel, 9 cavistes, 7 sommeliers, 5 barman et 5 chasseurs, 42 filles de salle, 55 femmes de chambre. Ils n'appartiennent manifestement pas aux classes moyennes, et la modestie de leur position sociale apparaît clairement. D'abord, ils sont beaucoup plus nombreux dans le rôle d'époux que dans celui de témoins ; ensuite, quand ils sont témoins, c'est aux côtés d'autres garçons de café, de chauffeurs, d'employés, rarement d'ouvriers, jamais de bourgeois, même petits. Les époux les plus haut placés qui fassent appel à un garçon de café comme témoin sont un hôtelier et un voyageur de commerce.

17Cette appartenance aux classes inférieures n'est pourtant pas une appartenance au prolétariat : on l'a vu, il est rare que des ouvriers fassent appel à un garçon de café ou de restaurant comme témoin. En revanche, le réseau des maîtres d'hôtel et des garçons de café ou de restaurant est très largement ouvert et leurs propres témoins proviennent de tous les milieux sociaux. Cela va de l'ajusteur au négociant, voire au médecin, du manœuvre à l'ingénieur. Dans cet ensemble, les ouvriers sont presque aussi rares que les bourgeois, et l'on trouve parmi ces témoins beaucoup de membres des mêmes milieux : restaurateurs, cafetiers, hôteliers, maîtres d'hôtel et autres garçons de café ; mais on rencontre aussi beaucoup de chauffeurs, d'employés, et de commerçants.

18On comprend sans peine pourquoi. Leur profession même met les garçons de café ou de restaurant en contact avec des gens de tous les milieux. On a beaucoup insisté sur le rôle du café dans la sociabilité populaire, à juste titre ; on n'a sans doute pas assez souligné son ouverture. A côté du café relativement intime, ouvert sur la rue avec parcimonie, où l'on hésite à pénétrer si l'on n'est pas un habitué, il y a celui qui étend ses terrasses vers les passants et sert avec œcuménisme aussi bien le bourgeron que le veston, la casquette que le chapeau, sans compter le café plus cossu où des habitués viennent faire leur partie.

19L'ouverture sociale de ces lieux d'accueil que sont les cafés et restaurants se marque particulièrement quand on regarde leurs employées féminines. Les filles de salle, qu'on imaginerait en train de faire la plonge ou de passer la serpillière, sont plus souvent des serveuses et il arrive qu'elles aient des témoins prestigieux : un avocat, un agent d'assurances, cinq commerçants et quatre commerçantes. Inversement, les femmes de chambre, qui travaillent dans un milieu plus fermé, ont un horizon social plus restreint ; bien qu'elles soient un peu plus nombreuses dans notre population, elles ne trouvent pas de témoin dans les classes supérieures. Les domestiques (56) et les bonnes (10) sont dans le même cas. Ces femmes épousent des ouvriers (mécanicien, manœuvre, ajusteur), des bouchers, boulangers ou charcutiers, des employés, alors que les filles de salle (42) épousent des garçons de café (12), des chauffeurs et des livreurs (10).

20Cela attire notre attention sur les chauffeurs et livreurs, relativement nombreux parmi les époux, respectivement 66 et 20. Le terme de chauffeur est équivoque : il désignait les préposés au chauffage des machines à vapeur. À notre époque, il renvoie aux chauffeurs d'automobiles ou de camions, parfois chauffeurs de maître, comme sans doute ce jeune marié qui prend pour témoin un député, plus souvent ce sont les employés d'une maison de gros. Le réseau social de ces professions est plutôt orienté vers le peuple des rues, des boutiques et des bureaux que vers celui des usines. Les chauffeurs sont certes choisis comme témoins par des ouvriers, mais ils le sont tout autant par des commerçants ou des artisans. Quand ils se marient, ils prennent assez rarement leurs témoins dans l'usine : pour une dizaine d'ouvriers, on dénombre dans ce rôle huit artisans, dix employés de bureau, une dizaine de commerçants et même un ingénieur, un avocat et un agent d'assurances. Les chauffeurs-livreurs et les chauffeurs de taxis ont des horizons analogues.

21À la réflexion, la proximité des garçons de café et des chauffeurs ne surprend guère. Comme le livreur ou le chauffeur de taxi, le chauffeur bénéficie d'une certaine autonomie. La plupart sont salariés, comme les garçons de café, mais comme eux, ils échangent quelques propos avec leurs clients, ils encaissent les sommes dues et empochent souvent une pièce. La différence avec les domestiques est sensible : leur activité professionnelle se déploie dans l'espace public de la rue ou du comptoir, non à l'intérieur des murs des hôtels ou des maisons de leurs maîtres, dans un espace privé.

22On le voit bien avec les concierges. Personnage caractéristique du mode d'habiter parisien, le, et plus encore la concierge est très présente dans nos registres de mariage : l'on en compte dix parmi les épouses, dont quatre de plus de quarante ans contre une seulement de moins de trente, et cinquante-six parmi les témoins. Ces concierges témoins, qui ont très peu de chances d'être de la famille des époux (cinq patronymes parents seulement), assistent des employés, des comptables, des électriciens et des dessinateurs, trois garçons de café, mais pas d'ajusteurs, un seul mécanicien, un tourneur. À l'articulation de la rue et des immeubles, ils partagent l'horizon social des chauffeurs et des garçons de café.

23L'analyse du peuple des rues et du pourboire serait incomplète si nous négligions les marchands ambulants et les musiciens. Les marchands des quatre saisons et marchands forains ne sont pas assez nombreux dans notre population pour qu'on puisse en faire une analyse rigoureuse. En revanche, les artistes en tous genres ne manquent pas dans ce haut lieu du divertissement parisien qu'est Pigalle : douze musiciens parmi les maris, huit artistes dramatiques, quatre compositeurs de musique ou chefs d'orchestre, autant d'artistes lyriques, trois acrobates, quatre artistes de cinéma, deux artistes peintres et cinq artistes sans autre précision. Mais ce ne sont pas là de bien grands personnages. À part les artistes dramatiques qui peuvent avoir comme témoins des personnages importants (industriel, directeur de banque ou banquier), nos artistes font partie du peuple : ce sont des humbles qui les prennent pour témoins (chauffeur, égoutier, menuisier, plombier, garde républicain, ferblantier, cuisinier) et eux-mêmes se font assister devant l'officier d'état-civil par des humbles : mécanicien, cafetier, typographe, magasinier, concierge, contremaître, ajusteur, etc. Ce sont des chanteurs de rue qui vont de cour en cour, pianistes ou saltimbanques qui animent les bars ; les musiciens des grands orchestres et les concertistes vivent ailleurs.

24Le peuple de ce quartier semble bien éloigné des forteresses ouvrières de Billancourt ou de Colombes. En plein Front « populaire » – et non « ouvrier » – c'est encore le peuple urbain du xixe siècle, celui des petits métiers et des menus échanges. Pourtant, on l'a vu, les ouvriers sont présents, aux franges de ce peuple d'ancien style : mécaniciens, électriciens, ajusteurs apparaissent comme maris ou comme témoins. Constituent-ils un ensemble soudé, que la clôture de l'usine refermerait sur lui-même ?

Le peuple des chantiers et des métiers

25Parmi les hommes – et les femmes – qui passent devant le maire du xviiie arrondissement en 1936, les ouvriers sont nombreux. Nous n'en tirons aucune conclusion générale sur la composition de la population parisienne, car les effets de génération qui sont bien connus ne peuvent être éliminés. Il n'empêche, à côté des métiers traditionnels du bâtiment (40 peintres, 35 menuisiers, 21 serruriers, 13 maçons, 12 plombiers, 10 ébénistes) et des indispensables manœuvres (45), à côté des métiers de la couture et du vêtement (34 tailleurs, 10 maroquiniers, 11 fourreurs, et 200 couturières, sans compter les corsetières, culottières et autres giletières, ni les 17 blanchisseuses), à côté des imprimeurs (39), les métiers plus nouveaux sont bien représentés, avec 90 mécaniciens, 56 électriciens, 28 ajusteurs, 15 tourneurs, 10 chaudronniers, 11 mécaniciens-ajusteurs.

26Des clivages subtils structurent cette population. Les manœuvres et journaliers constituent un premier ensemble, dont la position au bas de l'échelle sociale est prévisible. De fait, leur horizon social est des plus limité. On ne fait pratiquement pas appel à eux comme témoins en dehors du monde ouvrier (deux employés, un fondé de pouvoir et un marchand forain). Dans le monde ouvrier, où d'autres manœuvres les sollicitent, le monde des chantiers est mieux représenté que celui des ateliers : les charpentiers, menuisiers, couvreurs et plombiers l'emportent sur les chauffeurs ou chauffeurs-livreurs, les mécaniciens et les tourneurs. Quand ils se marient, certains d'entre eux peuvent se faire assister par des personnages relativement flatteurs ; un manœuvre qui épouse une domestique a ainsi pour témoins un éditeur et un journaliste ; d'autres sont assistés par un commerçant ou une commerçante, voire un officier. Mais ce sont des exceptions. Le plus fréquent est de retrouver comme témoins des manœuvres, des ouvriers, des concierges et des couturières.

27Les peintres en bâtiment – bien que Montmartre soit dans notre quartier, les artistes-peintres ne semblent guère enclins à se marier – sont déjà un peu plus haut dans la hiérarchie sociale et leur réseau de relations est plus ouvert. Il ne se limite pas aux ouvriers, mais s'élargit aux employés les plus divers, voire au delà. On trouve des peintres témoins de représentants ou de voyageurs de commerce, et même d'un dentiste, et il leur arrive de prendre pour témoins des entrepreneurs – leurs patrons ? – un industriel, un ingénieur ou un commerçant. Ce qui frappe, c'est leur faible lien aux autres métiers du bâtiment : un seul couvreur, pas de plombier, de maçon ou de serrurier, pas davantage de menuisier ou de charpentier. Le chantier compte moins dans la sociabilité des peintres que dans celle des manœuvres.

  • 7 Comme le suggère le fait que les ébénistes soient plus nombreux parmi les témoins que parmi les ma (...)

28Il en va de même pour les menuisiers et les ébénistes, ceux-ci étant d'ailleurs légèrement mais nettement au-dessus de ceux-là7. Leur réseau social comprend certes des ouvriers et même des manœuvres, mais ils sont moins nombreux que le peuple de la rue ou celui des bureaux. Surtout, l'univers des chantiers est assez loin : pas un maçon, carreleur, cimentier ou peintre aux côtés d'un ébéniste, un seul carre leur, charpentier et maçon, aux côtés des 35 menuisiers de notre population. Un seul charpentier et carreleur qui prennent un menuisier pour témoin. Pour l'essentiel, les gens du bois sont en rapport avec le monde de l'alimentation (cuisinier, pâtissier, boucher) et avec d'autres gens de métiers : fourreur, tapissier, gantier, sellier, ciseleur, ferreur.

29C'est que nous sommes aux frontières mouvantes de l'artisanat. Se dire menuisier est insister sur le métier, non sur le statut social. Posséder un vrai métier, c'est ce qui compte, quel que soit le statut sous lequel on l'exerce : salarié d'une entreprise, compagnon ou artisan, maître de son atelier. La désignation signale la compétence professionnelle dont on peut se réclamer, plus qu'une position sociale. Cela compte davantage que le fait d'être salarié, ou de facturer le produit de son travail. D'un statut à l'autre, les passages sont au demeurant faciles et sans doute nombreux, qu'il faudrait pouvoir suivre en détail. L'univers des métiers ne se confond pas avec le salariat, même si – les réseaux sociaux l'attestent – il s'étend rarement jusqu'aux confins de la vraie bourgeoisie.

  • 8 Y compris de probables membres de la famille.

30D'autres métiers présentent des configurations analogues. Ainsi ceux du vêtement : tailleurs, coupeurs, fourreurs, sans parler des couturières sur lesquelles nous reviendrons, ou des chapeliers et des maroquiniers. Mais ici, une différence apparaît au premier examen : l'extrême cohésion de ce groupe, voire sa fermeture sur lui-même. On prend ses témoins dans le métier : pour les 34 tailleurs qui se marient, on compte 22 témoins tailleurs8. Aucune autre profession n'atteint des proportions analogues. Pour 11 maris fourreurs, on trouve 3 témoins fourreurs et 3 témoins tailleurs. C'est qu'ici les solidarités du métier sont renforcées par une commune origine géographique et culturelle, voire religieuse. 5 de nos fourreurs et 14 de nos 35 tailleurs sont en effet originaires de Pologne, de même que respectivement 3 et 14 de leurs épouses. On devine ici une communauté particulièrement soudée.

Ouvriers et ouvrières

31Restent les ouvriers proprement dits, ceux qui travaillent en usine, ou au moins dans des ateliers.

32Le groupe central s'organise autour de deux professions de la construction mécanique : ajusteur et tourneur. Leur horizon social est plus ouvrier que celui des mécaniciens et des électriciens : un témoin sur trois chez les ajusteurs est ouvrier, un sur quatre chez les tourneurs, contre seulement un sur cinq chez les serruriers ou les électriciens, et moins encore chez les mécaniciens. On est bien au cœur du monde ouvrier, et la hiérarchie qui place les mécaniciens et les électriciens au-dessus des ajusteurs est claire. De même l'outilleur ou l'ajusteur-outilleur appartiennent-ils à la strate supérieure du monde ouvrier. Alors que les ajusteurs par exemple trouvent tous des témoins modestes, un ajusteur-outilleur a pour témoin un ingénieur, de même que le seul tourneur-outilleur de notre population. On distingue ainsi quatre niveaux : en bas de l'échelle sociale, les manœuvres et journaliers ou journalières, qui, à ce moment important de leur existence, n'ont pas de métier à déclarer. Un échelon plus haut, les ouvriers les plus nombreux : ajusteurs, monteurs, tourneurs ; ce ne sont pas des compétences rares et il faut trouver de l'embauche pour gagner sa vie. Un échelon plus haut encore, les outilleurs, les mécaniciens, les électriciens : compétences plus complexes, qui, pour les deux dernières, permettent dans certains cas de s'établir à son compte. Enfin, en haut de cette échelle – mais ils relèvent déjà de la classe moyenne – les chefs d'atelier et contremaîtres, ainsi que les dessinateurs, ou les métreurs et chefs de chantier.

  • 9 F. Cribier, Une génération de parisiens arrive à la retraite, Paris, CNRS, Laboratoire de géograph (...)

33L'univers de l'usine et de l'atelier n'est pas clos sur lui-même ; il est largement ouvert sur celui de l'échoppe et de la boutique, comme sur celui des bureaux. Parmi les témoins des 28 maris ajusteurs, par exemple, on trouve aussi bien des employés qu'un boucher, un comptable, un représentant, un courtier, un livreur, deux mécaniciens, deux ajusteurs, un maçon, une blanchisseuse, une vendeuse, un tailleur, un tapissier, un boulanger, un employé de la STCRP... Si l'on incluait les témoins probablement issus de la parenté, il faudrait ajouter à cette liste un négociant, un relieur, un cheminot, un facteur, une dactylo, etc. Nous retrouvons par d'autres voies les conclusions de Françoise Cribier9 : le monde ouvrier n'est nullement un ghetto, une condition donnée une fois pour toute.

34Restent à comprendre les mécanismes et les degrés de cette ouverture relative, ce qui suppose une analyse fine des réseaux relationnels de ces ouvriers. Or, elle est difficile, car notre méthode ne permet pas de traiter de grosses populations : au-delà de 200 paires mari/témoin, l'analyse de réseau produit des configurations si enchevêtrées qu'elles en deviennent illisibles. Pour y voir clair, il est nécessaire de subdiviser cette population en trois ou quatre sous-groupes, et de les traiter séparément. Des différentes partitions mises à l'essai, la plus féconde consiste à considérer les couples et non le seul mari, pour distinguer les ouvriers en fonction de la profession de leur épouse. Nous avons ainsi défini quatre sous-populations, dont les réseaux de relation sont figurés par les configurations qui suivent : les ouvriers mariés 1) à des ouvrières, 2) à des employées (auxquelles nous ajoutons les coiffeuses, ou d'exceptionnelles institutrices et sages-femmes), 3) à des domestiques et 4) à des couturières (au sens large, qui inclut les corsetières, giletières, brodeuses et autres).

  • 10 On prendra garde, dans l'analyse des configurations, au fait qu'elles sont bilatérales : les liens (...)

35Les résultats sont éclairants10. Les ouvriers qui épousent des ouvrières (fig. 1) ont pour témoins très majoritairement des ouvriers, même quand ils appartiennent à l'aristocratie ouvrière. Pour 20 paires mari/témoin formées à partir d'un mari mécanicien qui épouse une ouvrière, 4 témoins n'indiquent pas de profession ; tous les autres sont ouvriers ou journaliers, sauf un boulanger, un commerçant et trois employés. Quand ils épousent une employée (fig. 2), le monde ouvrier devient minoritaire parmi leurs témoins, tandis qu'apparaissent, à côté du peuple de la rue (chasseur, concierge, employé d'hôtel, chauffeur), d'assez nombreux employés et même des représentants, une infirmière et un entrepreneur. Enfin les cinq mécaniciens qui épousent une femme de chambre ont des témoins plus modestes.

36Les électriciens sont sans doute à mi-chemin entre le monde des métiers où l'on peut se mettre à son compte et celui des ateliers. À la différence des mécaniciens, il est exceptionnel qu'ils épousent une domestique, et assez rare qu'ils s'unissent à une ouvrière. Quand ils le font, ils ont pour témoins des gens modestes : concierge, ébéniste, peintre, métreur, employé de chemin de fer, électricien. Quand ils épousent une employée, on trouve parmi leurs témoins, à côté d'un mécanicien et de deux monteurs, six employés, un industriel, un représentant de commerce. Le peuple de la rue est absent, mais pas celui des bureaux.

37Voici les ajusteurs qui, à la différence des mécaniciens ou des électriciens, ne sont jamais à leur compte. Ceux qui convolent avec une ouvrière ont pour témoins d'autres ajusteurs, un mécanicien et un chaudronnier : on ne sort pas du monde ouvrier. Épousent-ils une employée ? Quatre de leurs témoins sont sans profession, les autres sont tailleur, couturière, comptable, employé des postes, livreur ; un seul mécanicien, pas d'ajusteur ni de tourneur parmi eux. Pas un des serruriers qui épousent une employée n'a de témoin qui travaille en usine. Pour les 20 ouvriers mariés à une dactylo ou sténodactylo, on trouve seulement deux témoins ouvriers, dont probablement un parent.

38Les ouvriers qui épousent des domestiques (fig. 3) sont moins nombreux, 70 environ. Parmi eux, les mécaniciens et mécaniciens-ajusteurs forment un contingent surprenant : 13 d'entre eux (sur 101) se marient à des femmes de chambre, alors que notre population d'épousées n'en compte que 55. On s'explique mal la raison de cette relation privilégiée. Les témoins de ces couples sont plutôt modestes (terrassier, magasinier, ajusteur, peintre, fondeur, veilleur de nuit...).

Fig. 1 – Réseau social des ouvriers qui épousent des ouvrières

Fig. 2 – Réseau social des ouvriers qui épousent des employées.

Fig. 3 – Réseau social des ouvriers qui épousent des domestiques, femmes de chambre, etc.

Fig. 4 – Réseau social des ouvriers qui épousent des couturières.

  • 11 Voir Y. Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, (...)
  • 12 Dans notre étude sur les mariages à Orléans « Mariage, jeunesse et société à Orléans en 1911 », An (...)

39Reste le cas des ouvriers qui épousent des couturières (fig. 4), ou, symétriquement des couturières qui épousent des ouvriers. Notre population de conjoints ne comprend pas moins de 200 couturières (au sens strict), soit 12 % des épouses qui déclarent une profession. Il ne faudrait pas tirer de ce chiffre des conclusions abusives sur la proportion de couturières dans la population féminine de l'époque, car on sait le rôle que jouent les métiers de l'aiguille dans la définition du statut social de la jeune fille et de sa féminité et qui fait l'importance de traditions comme la Sainte-Catherine ou la confection du trousseau. La couture est beaucoup plus qu'un métier utile. « C'est en cousant que l'on devient jeune fille »11. Travaillant « dans le propre », les couturières sont plus fines, plus jolies, plus raffinées. Beaucoup de jeunes filles « font la couturière » en attendant le mariage, quand la position de leurs parents ne les oblige pas à travailler à l'extérieur de la maison. Une fois mariées, beaucoup abandonnent le dé et l'aiguille pour le soin des enfants, ou pour des travaux plus durs12.

40Les couturières trouvent des époux dans tous les milieux, de l'acrobate à l'architecte, du barman à l'ingénieur, du manœuvre à l'instituteur ou à l'expert-comptable. Un tiers seulement s'unissent à un ouvrier. Dans ce cas, un tiers des témoins extérieurs aux familles relève du monde ouvrier ; le reste appartient aux mondes des employés de bureau ou de banque, aux employés de commerce, à l'artisanat, à la boutique ; on trouve même un industriel témoin d'un ajusteur-outilleur, mais c'est une exception : l'horizon social de ces couples ne va pas au-delà des classes moyennes s'il les atteint parfois ; il est beaucoup moins large que celui des couturières dans leur ensemble.

***

41Au prisme des mariages, le peuple de Paris apparaît ainsi comme un peuple pluriel, fait de multiples groupes qui s'enchevêtrent dans des proportions inégales et selon des modalités changeantes, un peuple urbain dans sa richesse et sa complexité, des tailleurs presque murés dans leur communauté d'origine et de travail, aux garçons de café et aux filles de salle qui côtoient les milieux les plus divers. Le peuple de la boutique et de l'échoppe, le peuple des rues et du pourboire, celui des chantiers, celui des métiers, celui des ateliers et des usines se mêlent sans se confondre, suivant des hiérarchies et des proximités subtiles. Plus que d'un prolétariat, il s'agit là de peuples parisiens.

42Cette diversité concrète et cette pluralité échappent à l'analyse si l'on ne prend pas un point d'observation approprié. Trop d'études sociologiques s'enferment dans la seule considération des statuts professionnels individuels, dont elles ne peuvent tirer que de grands agrégats où disparaissent bien des différences significatives. Le parti méthodologique qui fonde notre enquête consistait précisément à refuser cette perspective réductrice. Choisir les actes de mariage pour étudier la structuration sociale d'une population, c'était en effet refuser de réduire l'individu à son statut professionnel en intégrant celui-ci au sein d'un ensemble de relations. Mais c'était aussi refuser une seconde réduction, souvent implicite, qui écarte du champ l'un ou l'autre sexe. Les études qui privilégient le chef du ménage, c'est-à-dire l'homme, pour définir des structures sociales globales, comme, inversement, l'histoire des femmes quand elle n'était pas encore celle des rapports entre les sexes, mutilent irrémédiablement la compréhension des organisations sociales. Les individus concrets ne se réduisent ni à un statut professionnel ni à un sexe ; au demeurant, et sur ce point l'individualisme méthodologique trébuche, ils n'existent pas isolés dans la société, à l'exception parfois, et pour peu de temps, des immigrants qui arrivent et que leur isolement même contribue à particulariser. Les individus vivent généralement en couples, en ménages, dont le réseau de relations est tissé simultanément par l'homme et par la femme. En choisissant pour objet d'analyse les relations nouées autour des mariages, on se donnait précisément le moyen d'appréhender cette complexité concrète.

43Ce parti méthodologique conduit à deux conclusions. Il fait apparaître d'abord que l'horizon social des femmes est en général plus large que celui des hommes, comme l'illustrent les couturières ou les employées. Tout se passe comme si le réseau de relation des femmes était moins strictement dépendant des solidarités professionnelles, plus ouvert à d'autres proximités. En second lieu, la légitime et aujourd'hui évidente condamnation de la division sexuelle du marché du travail, ségrégatrice et discriminante pour les femmes, ne doit pas empêcher de constater les conséquences qu'elle entraîne pour la structuration globale de la société ; paradoxalement, elle est en effet un facteur décisif de décloisonnement social. Faute de pouvoir tous épouser des ouvrières, parce qu'elles sont moins nombreuses qu'eux, beaucoup d'ouvriers épousent des employées, des domestiques, des femmes de chambre (comme les mécaniciens), et leurs relations sociales se construisent à partir du réseau de leur femme aussi bien qu'à partir du leur. Le mariage élargit l'horizon concret des ouvriers au-delà des murs de l'usine ou de l'atelier.

  • 13 G. Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946.

44Pour importante qu'elle soit, la division sexuelle du marché du travail n'est évidemment pas le seul facteur de décloisonnement social. Dans le cas de notre arrondissement, deux autres facteurs interviennent, avec un poids difficile à apprécier. Le premier est la diversité sociale caractéristique de la grande ville. Georges Du veau l'avait montré avec force pour le milieu du xixe siècle13 ; il faut le redire après lui pour le xxe. En raison même de la multiplicité des fonctions et de la diversité des emplois qu'elle implique, la grande ville, et plus encore la capitale, est un lieu sans égal de rencontre et de brassage entre les groupes sociaux ; c'est d'ailleurs ce qui fait sa richesse et sa force d'attraction. Mais l'organisation urbaine elle-même, le cadre bâti des rues, le mode d'habitat constituent un second facteur de décloisonnement. La rue parisienne facilite les rencontres, avec ses boutiques en pied d'immeuble, ses logements en étage, ses concierges dans leurs loges, ses ateliers au fond des cours, ses multiples débits de boisson, cafés et bars. Certes, les rues ont chacune leur caractère et il en est de plus populaires que d'autres. Aucune pourtant n'a – ni peut avoir – l'homogénéité sociale d'une rue de terraced houses londonienne. La morphologie urbaine parisienne, qui imbrique les activités et l'habitat dans un tissu dense et serré, est par elle-même un facteur de brassage social. En ce sens, si le peuple fait la ville, il est aussi juste de dire que la ville fait son peuple.

Notes

1 Nos remerciements s'adressent au PIR-Villes du CNRS qui a financé cette recherche, au Procureur de la République qui a autorisé le dépouillement des registres d'état-civil, à Maurizio Gribaudi et au Laboratoire de démographie historique de l'EHESS qui nous ont autorisé à utiliser un logiciel spécifique, mis au point par André Mogoutov.

2 Voir sur ce point notre article : « La rue de la Goutte d'Or et la rue Polonceau entre les deux guerres », Le Mouvement social, n° 182, janvier-mars 1998, p. 9-27.

3 Habituelles pour nos contemporains, car les CSP ont été conçues pour le recensement de 1954. Elles n'étaient pas définies avant la guerre. De toute façon, il n'est guère surprenant qu'une nomenclature élaborée pour couvrir l'ensemble de la population et définir de grands groupes sociaux s'avère mal adaptée à l'étude détaillée d'une population particulière.

4 Sauf mention contraire, il s'agit ici exclusivement des témoins qu'on pense n'appartenir à aucune des deux familles parce qu'ils portent un patronyme différent de celui des quatre parents.

5 31 hôteliers, 11 hôtelières, 21 restaurateurs, 19 marchands de vin, 10 limonadiers, 9 cafetiers et 1 cafetière.

6 Pour 36 époux employés de chemin de fer, 16 épouses soit 44 % sont sans profession. Chez les ajusteurs, c'est seulement un quart (7 sur 28).

7 Comme le suggère le fait que les ébénistes soient plus nombreux parmi les témoins que parmi les maris, alors que c'est l'inverse pour les menuisiers. On trouve un ébéniste témoin d'un menuisier, mais jamais un menuisier témoin d'un ébéniste, sauf relation de famille probable.

8 Y compris de probables membres de la famille.

9 F. Cribier, Une génération de parisiens arrive à la retraite, Paris, CNRS, Laboratoire de géographie humaine, 1978. Un quart des assurés sociaux du régime général partaient en retraite au début des années 1970 comme ouvriers, mais les trois quarts avaient cotisé au moins un trimestre dans leur vie comme tels.

10 On prendra garde, dans l'analyse des configurations, au fait qu'elles sont bilatérales : les liens peuvent aller du mari au témoin, mais aussi du témoin au mari. Ainsi, dans la figure 1, le réseau de l'électricien correspond dans le premier sens à deux maris de blanchisseuse qui ont pour témoins un ébéniste, un autre électricien et un témoin dont la profession n'est pas indiquée (le quatrième est de la famille), un mari d'une bobineuse, qui a pour témoins une concierge et un employé de chemin de fer, un mari d'une coupeuse, qui a pour témoins un peintre et un ajusteur de la famille, un mari d'une journalière, qui a pour témoin un métreur et un journalier. Dans l'autre sens, il correspond à un représentant de commerce marié à une manutentionnaire, à un ébéniste marié à une ouvrière, à un opticien marié à une journalière, à un chauffeur marié à une fille de salle, à un téléphoniste marié à une empaqueteuse, à un plombier marié à une cuisinière et à un employé de bureau marié à une conditionneuse, qui prennent un électricien comme témoin.

11 Voir Y. Verdier, Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979, p. 215.

12 Dans notre étude sur les mariages à Orléans « Mariage, jeunesse et société à Orléans en 1911 », Annales ESC, 1981-4, juillet-août 1981, p. 672-701, nous avons trouvé près de 40 % de couturières parmi les femmes qui se marient alors, contre 14 % dans l'ensemble des femmes actives (cf. « Les ouvriers Orléanais dans leurs quartiers en 1911 », in M. Garden et Y. Lequin, Habiter la ville, xve-xxe siècles, Lyon, PUL, 1985, p. 203-222).

13 G. Duveau, La vie ouvrière en France sous le Second Empire, Paris, Gallimard, 1946.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Réseau social des ouvriers qui épousent des ouvrières
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1270/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Fig. 2 – Réseau social des ouvriers qui épousent des employées.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1270/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Fig. 3 – Réseau social des ouvriers qui épousent des domestiques, femmes de chambre, etc.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1270/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Fig. 4 – Réseau social des ouvriers qui épousent des couturières.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1270/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Éditions de la Sorbonne, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.