Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le malheur d’être exclu ?

 | 
Véronique Beaulande

Avant-propos

Claude Gauvard

Texte intégral

1Sur l’usage et la portée de l’excommunication aux derniers siècles du Moyen Âge, les historiens vivent encore sur des idées reçues. Cette peine ecclésiale serait soit inefficace à force d’être répétée, soit terrible, car elle frapperait les auteurs de péchés capitaux, à commencer par les usuriers. Pour en finir avec ces jugements sommaires, il fallait aller aux sources, celles des officialités dont l’étude n’avait guère été développée depuis le bilan qu’Anne Lefebvre-Teillard avait dressé en 1973. Il fallait aussi ne pas hésiter à inscrire l’histoire de l’excommunication dans un temps long, celui qui sépare le concile de Latran IV du concile de Trente, de façon à percevoir d’éventuelles évolutions et de saisir, en particulier, les effets qu’induit le développement de la pénitence individuelle sur l’excommunication, la première relevant d’un comportement privé, la seconde d’un acte public comme le montrent sa proclamation lors de la prière du prône et à plus forte raison le rite de l’anathème. Ces trois siècles sont effectivement lourds de transformations de la pratique religieuse puisque celle-ci oscille désormais entre un sentiment intériorisé et des manifestations collectives. Comment l’Église a-t-elle pu gérer l’existence de deux formes de peines aux allures antithétiques, l’une conduisant au pardon, l’autre à l’exclusion ?

2Tel est l’enjeu qui sert de trame à l’ouvrage que présente Véronique Beaulande. Elle a choisi comme cadre de son étude la province ecclésiastique de Reims, parce qu’elle correspondait le mieux à ses attaches personnelles et à ses possibilités de recherche, mais surtout parce que les fonds des diverses officialités à Cambrai, Tournai, Reims ou Châlons sont riches. Pourtant, une fois levé le handicap paléographique qui est loin d’être négligeable étant donné l’écriture des registres et leur état de conservation, ces séries ne sont pas sans présenter de réelles difficultés d’interprétation. Le même type de sources, registre aux causes, sentences, amendes, ne se présente pas de façon continue au cours de la période et les archives deviennent surtout abondantes à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle, alors que les officialités se mettent en place dès le début du xiiie siècle, et même dès la fin du xiie siècle dans la province ecclésiastique de Reims. Ce déséquilibre pose problème : est-il le fruit d’un décalage entre une théorie qu’expriment par exemple les statuts synodaux, abondants dès le xiiie siècle, et l’exercice de la pratique, qui aurait attendu plus longtemps pour conserver ses décisions sous forme de registres ? Cette mise en archives à la fin du xve siècle pourrait-elle aussi traduire la crainte que les juridictions ecclésiastiques auraient éprouvée face aux juridictions laïques ? On ne peut qu’être frappé par ce retard archivistique, alors que les institutions ecclésiales ont la réputation d’être pionnières en termes de gestion.

3Tous les cas relevant des officialités sont loin d’avoir donné lieu à une excommunication. Par exemple, si les affaires matrimoniales constituent au xve siècle l’essentiel de l’activité des officialités, elles ne donnent que rarement lieu à une sanction d’exclusion. La clandestinité semble traitée comme l’exige le canon 51 de Latran IV, selon lequel la publicité vise davantage à dénoncer les degrés de parenté entre parents qu’à imposer un rite public. L’application des normes dépend donc prioritairement de la nature du délit, mais il existe des exceptions et surtout des différences de traitement d’une officialité à l’autre. Pour les expliquer, Véronique Beaulande s’est inspirée des études sur la justice laïque qui ont été renouvelées depuis une vingtaine d’années. À l’officialité, l’issue du règlement dépend aussi de l’arbitraire des juges. L’absence de motivation rend les sentences opaques, mais elles peuvent effectivement varier d’un cas à l’autre et d’un juge à l’autre, même quand il y a récidive. La comparaison avec les justices laïques permet aussi de mieux comprendre la rareté des décisions définitives, l’arrêt des procédures, l’utilisation de l’absolution qui retarde ou annule la décision, etc. Ces mesures ajoutent encore à l’impression de laxisme qui prévaut et qui est d’ailleurs dénoncé par les juges laïcs.

4Pourtant, la sentence d’excommunication ne peut être considérée comme une peine négligeable et surtout elle agit dans le même sens que la justice laïque dont elle devient du même coup complémentaire. Le cas des dettes est tout à fait significatif. Au moment où le roi de France développe la coercition en ce domaine sous la forme de la prison pour dettes, l’excommunication pour dettes apparaît en nombre dans l’officialité de Reims. Le créancier, même usurier, y est donc moins poursuivi que le débiteur. Cette arrivée en masse des excommuniés pour dettes pose certainement le problème de l’endettement réel et par conséquent celui de la pauvreté des individus, celle des débiteurs mais aussi des créanciers qui, sous l’effet d’une conjoncture de crise, ont besoin d’être remboursés. Mais d’autres éléments doivent être pris en compte. Il peut s’agir d’une criminalisation de l’endettement et, de façon générale, du souci qu’a la société de faire respecter l’engagement des contrats. La juridisation des comportements serait alors à l’origine du développement de la sanction d’excommunication pour dettes. Cette évolution loin d’être le signe d’un archaïsme de la justice, est celui de son emprise accrue sur la société civile. Elle témoigne aussi de la souplesse de l’excommunication qui, parce qu’elle est rarement définitive, peut être instrumentalisée sans pour autant être dévoyée.

5Les réformateurs trouvent cependant l’excommunication trop fréquente. N’est-il pas effectivement facile d’obtenir son absolution au moment du Carême, moyennant finances, pour se conformer aux exigences de la communion pascale ? En fait, par son usage répété, l’excommunication est bel et bien entrée en conflit avec la pénitence et l’amendement personnel qui l’accompagne, et à plus forte raison avec la communion fréquente telle qu’elle se développe à la fin du Moyen Âge. Pour être efficace, elle doit redevenir rare, donc retrouver en partie sa signification originelle. Mais ne restons pas sur cette condamnation qui ouvre sur nos propres conceptions du sacré : l’exemple de la province de Reims montre que la période comprise entre Latran IV et le concile de Trente constitue un temps fort où l’excommunication a été un élément important de la discipline sociale.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540