Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Y a ung grant desordre »

 | 
Véronique Julerot

Avant-propos

Claude Gauvard

Texte intégral

1Les évêques français attendent encore leur historien et les jeunes chercheurs redoutent de s’attaquer à l’ampleur du sujet, même limité aux derniers siècles du Moyen Âge. Le temps imparti à la thèse interdit d’ailleurs d’envisager un travail d’une telle ambition. Il faut donc procéder par petites touches pour comprendre comment s’est développée l’institution épiscopale. La première pierre de l’édifice consiste à se demander comment sont choisis les prélats, et c’est celle qu’a choisi d’aborder Véronique Julerot en étudiant les conflits qui opposent les tenants de l’élection à ceux qui prônent la provision, le roi de France agissant dans l’ombre.

2Le sujet peut paraître aride car il met en jeu des automatismes définis par le droit, droit romain qui fait référence au fameux quod omnes tangit ab omnibus approbetur, repris et amplifié par le droit canonique, et aux décisions prises par la Pragmatique sanction de Bourges en I438 puis par le concordat d’Amboise en 1472. Il est en fait renouvelé ici par le contact avec des sources juridiques de la pratique, sous forme de procès civils parfois fort longs, menés devant plusieurs instances judiciaires du royaume, en particulier le parlement de Paris. La grande cour de justice du royaume est en effet devenue un recours essentiel dans la résolution des conflits ecclésiastiques pendant le Grand Schisme, surtout au moment des différentes soustractions d’obédience. Son rôle s’est alors développé pour régler les élections aux bénéfices majeurs et ses interventions se sont nourries d’un gallicanisme naissant. Cette intervention a été d’autant plus facile que les carrières épiscopales se situaient entre l’Église et l’État, l’évêque étant aussi bien un conseiller du roi qu’un réformateur en visite pastorale dans son diocèse.

3L’histoire de quelques carrières et diocèses a cependant montré que cette osmose est moins le signe d’une décadence de l’Église, comme on l’a longtemps écrit, qu’une construction et un renforcement de ses institutions. Il est désormais abusif de parler de « crise » de l’Église à la fin du Moyen Âge et l’étude des élections épiscopales vient le confirmer. Le jeu à trois qui oppose le pape, le roi et les chanoines ne génère pas un haut clergé déficient. Le choix se fait entre d’excellents candidats dont les profils, traités en nuances, font apparaître des différences sociales plus qu’intellectuelles. Les puissances politiques n’ont que l’embarras du choix. Véronique Julerot compte 83 hommes pour 35 évêchés à pourvoir. Ce rapport chiffré en dit plus long sur le poids des faveurs pour désigner l’évêque que sur la qualité des candidats. Le siège épiscopal est souvent obtenu de haute lutte, éventuellement en employant la force, ce qui accroît encore l’intervention royale car le procureur du roi peut dénoncer les « excès et attentas » qui vont contre les ordonnances royales et menacent la paix du royaume.

4Le choix du règne de Charles VIII (1483-1498) ajoute un intérêt supplémentaire. Il permet en effet de dresser un bilan avant que n’éclate la Réforme protestante. Au travers de la petite quarantaine de conflits recensés, il est possible de mieux comprendre comment s’est opéré le basculement vers des thèses radicales. Le diocèse et son chef, l’évêque, sont au cœur des controverses. L’idée d’une réforme générale de l’Église à l’échelon de la Chrétienté, telle qu’elle a pu être rêvée par un certain nombre de clercs lors des conciles de Constance ou de Bâle, a fait long feu. Il faut se résoudre à des réformes partielles dans un cadre géographique restreint. Dans ce repli, le diocèse apparaît comme un territoire privilégié et son chef comme un pasteur détenteur de l’étincelle divine qui doit conduire ses ouailles au salut. C’est la raison pour laquelle les critiques contre les prélats ne se limitent pas à la dénonciation des abus traditionnels, simonie, absentéisme, vie dissolue, etc., tels qu’ils sont formulés de façon plus ou moins stéréotypée depuis le xie siècle et la Réforme grégorienne. Elles s’ancrent à la racine du pouvoir, en ses fondations, au moment même où se construit le choix du prélat. L’élection est alors au centre du débat, pour asseoir la légitimité de l’évêque. On pouvait la penser désuète à la fin du Moyen Âge : elle revient en force. Il s’agit moins d’un retour à un passé mythique porteur de pureté originelle que d’une forme d’acculturation, car les différents exemples étudiés par Véronique Julerot montrent que les esprits ont assimilé le contenu des idées démocratiques qui ont marqué les deux siècles précédents. Il en est ainsi des chanoines qui s’appuient très naturellement sur le droit auquel ils ont été formés et, on le sait depuis les travaux d’Hélène Millet et les recherches des Fasti Ecclesiae Gallicanae, bien formés, et trouvent des arguments ayant des relents conciliaires. Quant au peuple des villes, il participe aux rituels fondateurs de l’épiscopat et donne corps à l’idée d’unanimité, au moins de façon fictive, quand il ne participe pas aux émeutes et aux violences que peuvent soulever les élections, ce qui donne à la rue un poids important dans le déroulement des conflits.

5Cette thèse raconte les liens étroits que l’élection entretient avec la justice, sans que le déroulement de cette dernière semble perturbé. Peu de cas sont finalement tranchés et les tribunaux jouent surtout un rôle de négociateurs, sans que l’argent soit absent de leurs décisions. Mais la justice dit aussi la norme, c’est-à-dire qu’elle oppose le bon évêque au mauvais et l’élection devient un moment de définition de ce que doit être le pasteur exemplaire, celui que la rue veut se donner pour chef. La passion des plaidoiries et les excès de leur rhétorique, la plus ou moins grande spontanéité des émeutes ne cachent pas l’un des principaux acquis de cette étude : le gallicanisme naissant n’est pas seulement le fait du prince ; il est aussi l’expression de sujets certes bien enfermés dans leur esprit de clocher, mais qui, préoccupés de leur salut, le lient ouvertement à la qualité de leur évêque.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540