Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Le jeu des symboles et des références

L’actualité de la barricade à la fin du xxe siècle : l’exemple de la révolution roumaine de décembre 1989

Dan Berindei

Texte intégral

  • 1 Voir sur les événements de Bucarest pendant l’après-midi du 21 décembre et pendant la nuit du 21 a (...)

1Notre propos n’est pas, ici, de faire l’histoire de la révolution roumaine mais d’y estimer le rôle de la barricade avec tous les risques que présente l’écriture d’une histoire du temps présent1. Dans ce but, considérons la situation dans la capitale, le 20 décembre 1989, au lendemain des événements de Timisoara.

2Convaincu qu’il allait pouvoir mater la révolte qui avait commencé, Ceausescu, revenu d’Iran le 20 décembre (son départ à Téhéran a d’ailleurs montré son incapacité à comprendre la gravité de la situation), tient un discours à la télévision. Sans même jeter du lest, en transférant la responsabilité des morts de Timisoara sur ses subordonnés, il préfère parler d’« immixtions impérialistes » et de « voyous ». En convoquant un grand meeting pour le 21 décembre, il fournit lui-même l’occasion que l’explosion de Timisoara se propage dans la capitale. C’est ce qui se produit vers midi, ce jour là, quand il est obligé d’interrompre son discours.

3L’agitation s’amplifie au cours des heures suivantes. Les manifestations hostiles au dictateur et au régime se généralisent dans le centre de la ville. Ce sont surtout des jeunes - étudiants, élèves, mais aussi travailleurs - qui se montrent actifs. Les forces répressives sont présentes, mais pendant les premières heures leur intervention demeure réduite. Les slogans fusent : « A bas Ceausescu ! Vive la liberté ! Hier à Timisoara, demain dans tout le pays ! » Les manifestants dominent le centre, vers lequel on afflue, de toute la capitale. Ceux qui sont restés chez eux commentent fiévreusement les événements : ils écoutent les émissions de radios étrangères qui émettent en roumain - Free Europe, la Voix de l’Amérique ou la BBC. Ces radios ont largement contribué à l’amplification du processus en diffusant - surtout Free Europe, Radio Budapest, ainsi que l’agence Tanjung - des nouvelles réelles, mais aussi de faux bruits incitateurs, notamment ceux qui concernent le nombre exagéré des victimes de la répression.

4Jusqu’à la chute du jour, précoce en ce 21 décembre, les escarmouches avec les forces répressives demeurent réduites, mais à partir de 17 heures les choses évoluent. Au cours de ces premières heures, des arrestations sont effectuées massivement. Le sacrifice des premières victimes détermine l’immense réaction populaire du 22 décembre 1989 dont les conséquences furent, d’une part, le définitif refus de l’armée et même de la police politique de s’engager plus avant dans la répression et, d’autre part, la fuite du dictateur et, du même coup, la chute du régime lui-même.

  • 2 « România libera », Bucarest, n° 14035 du 23 décembre 1989.

5Revenons à la tombée de la nuit, alors que l’effervescence de Bucarest bat son plein. Le déferlement des masses vers le centre est ininterrompu2. Les boulevards du centre, la Place de l’Union, celle de l’Université et la Place Romaine contiennent plusieurs dizaines de milliers de manifestants. Les unités du Ministère de l’Intérieur, les forces répressives et anti-terroristes reçoivent progressivement le renfort des unités de l’armée, vu que les premières ne peuvent plus faire face à la situation. Nombreux sont aussi les membres de la police politique infiltrés, en civil, parmi les manifestants ; ceux-ci, avec l’aide de leurs collègues en uniforme, procèdent à des centaines d’arrestations au cours de la journée du 21 décembre et de la nuit suivante.

  • 3 Roman P., Le devoir de liberté, Paris, Payot, 1992, p. 106.
  • 4 Teodorescu F., Un risc asumat (Un risque assumé), Bucarest, 1992, p. 111.

6Cependant, les forces répressives sont peu à peu submergées. Petre Roman, le premier ministre d’après la révolution, a saisi l’atmosphère qui règne alors à Bucarest, le soir du 21 décembre 1989. « La ville - écrit-il - était dans un état de désorganisation intense. Il y avait des barrages un peu partout, mais les jeunes militaires qui les tenaient semblaient totalement désemparés, comme s’ils avaient reçu des consignes contradictoires ou très floues. Tous savaient, bien sûr, ce qui s’était passé à Timisoara et personne apparemment ne voulait prendre la responsabilité d’une répression sanglante. La situation était incohérente. Comme on l’a appris plus tard, l’armée oscillait alors encore entre sa fidélité au régime et sa volonté de préserver l’avenir au cas où les choses se précipiteraient »3 Par ailleurs, l’un des plus intelligents dirigeants de la « Securitate », le colonel Filip Teodorescu, chef-adjoint du contre-espionnage, a noté une conversation qu’il a eue après l’échec du meeting du 21 décembre, avec le général Vlad, le commandant de la police politique. « Il m’a dit — se souvient Teodorescu - que les boulevards du centre étaient pratiquement envahis par les manifestants et que les forces de l’ordre n’avaient plus aucune possibilité de contrôler la situation »4.

  • 5 Roman P., op. cit., p. 106.

7Petre Roman a signalé cette « hésitation » de l’armée ; il a établi un parallèle avec ce qui advint en août 1991 à Moscou, lors du putsch ; il la considère comme « la vraie chance des événements roumains ». « Les systèmes staliniens - commente encore l’homme politique, en forçant un peu les comparaisons - malgré leur force apparente, restent des systèmes très fragiles en cas de déroute, car leur cohésion est telle qu’avec les effets de résonance, une seule faille peut, de proche en proche, par contamination, plonger tout leur appareil dans la perplexité. C’est presque un problème de mécanique de résistance des matériaux... »5.

  • 6 « Libertatea », Bucarest, n° 25 du 22 janvier 1990.

8Tandis que la télévision et la radio émettent des hymnes, tout en cachant au pays les événements de Bucarest et leur gravité ou, dans le meilleur des cas, en suggérant la maîtrise de la situation, sur « le champ de bataille » les choses se présentent tout autrement. En dépit des mesures militaires, de la concentration des forces et des moyens de répression, les manifestants ne cèdent pas et leur nombre croît. « Près de l’Université, vers 18 heures, des dizaines de milliers de gens, en majorité des jeunes sont groupés. Des troupes fraîches sont arrivées, en renfort, avec des tanks... Une partie des manifestants ont été arrêtés et fourrés dans des voitures cellulaires qui se succèdent rapidement... »6.

9Ceausescu ordonne au ministre de la Défense et à celui de l’Intérieur de mettre fin à la révolte en profitant de la nuit. Les responsables de la répression intensifient dès lors leur riposte et abandonnent la passivité relative des heures précédentes.

  • 7 « Lumea », Bucarest, n° 1 du 28 décembre 1989, p. 4.

10Les manifestants lancent leurs slogans et chantent « Réveille-toi, Roumain ! », hymne quarante-huitard qui allait devenir l’hymne national, au lendemain de la révolution. Les forces répressives utilisent les canons à eau, les grenades lacrymogènes, tirent des balles traçantes, mais elles commencent aussi à tirer pour de bon. « La rue était remplie d’eau ; beaucoup étaient trempés, mais personne ne voulait partir »7.

11C’est alors que l’expérience révolutionnaire de leurs devanciers impose à cette masse décidée de manifestants l’édification d’une barricade, destinée à faciliter leur résistance au cours de la longue et décisive nuit qui s’annonce.

  • 8 Mazilu D., Revolutia furata. Memoriu pentru tara mea (La révolution volée. Mémoire pour mon pays), (...)
  • 9 Portocala R., Autopsie d’un coup d’état, Paris, Calmann-Lévy, 1990, p. 85.

12Dumitru Mazilu a raison de parler d’une « nuit d’épreuve du peuple roumain... nuit inoubliable »8 et Radu Portocala a tort de soutenir que « la nuit du 21 au 22 est agitée, sans toutefois qu’il s’y passe de choses spectaculaires »9. En réalité, la résistance opposée, des heures durant, derrière la barricade improvisée au centre de Bucarest, près de l’Hôtel Intercontinental et non loin de l’Université et de l’Ecole d’architecture, a permis la continuité du processus révolutionnaire.

  • 10 « Libertatea », n° 17 du 12 janvier 1990.
  • 11 « Lumea », Bucarest, n° 1 du 28 décembre 1989, p. 4.
  • 12 Roman P., op. cit, p. 107.
  • 13 « Tineretul liber », Bucarest, 22 décembre 1989 (n° spécial).

13« On avait érigé une barricade large comme le boulevard et haute de près de trois mètres, constituée de ferrailles, de microbus, de camions, de buffets, de chaises, de tables, apportés on ne sait d’où »10. Le journaliste Stefan Cârje note, le 28 décembre 1989 : « Près de l’Hôtel Intercontinental, les jeunes ont commencé à ériger des barricades en utilisant des containers et tout ce qu’ils trouvèrent de métallique aux alentours, au milieu des applaudissements de la foule. Des chauffeurs sont arrivés avec des autocamions qui ont consolidé les barricades »11 - en réalité, il s’agissait d’une barricade, reconstruite à petite distance –. « Les forces d’intervention spéciales chargèrent - écrit Petre Roman - mais à peine une barricade était-elle démantelée qu’une autre surgissait, quelques mètres plus loin »12. Le 22 décembre, un journaliste confirmait l’existence « de barricades érigées sur le boulevard »13.

  • 14 « Libertatea », Bucarest, n° 25 du 22 janvier 1990.
  • 15 « Tineretul liber », 22 décembre 1989 (n° spécial).

14L’édification d’une barricade - renouvelée dès que celle-ci est démantelée - s’impose afin de permettre une résistance efficace, surtout lorsque les forces de la répression passent à l’action, attaquant les manifestants avec des autoblindés et des tanks ; ce qui advient avec de plus en plus d’intensité. « Bien avant dans la nuit - assure un journaliste - cinq tanks font leur apparition ; l’un d’entre eux s’arrête dans la barricade formée par des voitures qui brûlent »14 « Vers 24 heures - écrit un autre reporter - le 22 décembre 1989 - la « Securitate » met le feu aux barricades. Alors on a pu voir des scènes d’un véritable héroïsme, à la lumière rouge de l’incendie, sous le tir des balles de la « Securitate » et de la Milice, sous l’effet des grenades lacrymogènes, sous le choc de ceux qui sont touchés par les balles... Accueilli par les hourras des jeunes, des chauffeurs arrivent avec leurs camions afin de consolider les barricades »15.

15La barricade ou les barricades successives ont contribué à bloquer la circulation des autoblindés des forces de la répression et donc à affaiblir leur capacité de manœuvre. Un îlot de résistance se constitue ainsi, durant des heures, au cœur de la capitale. Grâce au concours des chauffeurs, la barricade résiste puis se reconstitue. Ni les grenades lacrymogènes, ni les jets d’eau, ni les balles traçantes, ni même celles qui abattent certains défenseurs ne réussissent à venir à bout, des heures durant, de cet îlot de résistance.

  • 16 Codrescu C. et al., op. cit., p. 63-64.
  • 17 « România libera », Bucarest, n° 14035 du 23 décembre 1989.

16Vers 22h30, des tanks surgissent dans la zone, suivis de quelques centaines d’officiers-élèves de l’Académie militaire. Une heure plus tard, le général Vasile Milea, ministre de la Défense, ordonne à une compagnie de blindés de procéder à la liquidation de la barricade, laquelle, entre-temps, s’était enflammée. L’opération est exécutée par cinq tanks qui passent successivement par-dessus l’obstacle16. Les manifestants se réfugient alors dans les rues latérales. Les unités du Ministère de l’Intérieur, profitant du passage des tanks et de la déroute, procèdent à des arrestations massives ; des dizaines de résistants sont abattus par balles. « Les mitrailleuses - commente-ton le 23 décembre 1989 - fauchent les gens, comme des épis de blé. Ce fut une nuit de cruauté, d’une cruauté sans égale »17.

  • 18 Le sténogramme a été publié dans le journal « România libera », en 1990.
  • 19 « România libera », n° 14059 du 21 janvier 1990.
  • 20 Ibid., n° 14060 du 23 janvier 1990.

17Le sténogramme des entretiens que les dirigeants de la répression ont eus au cours du soir et de la nuit du 21 au 22 décembre est important18. Ce document nous permet de lire à nouveau le fil des événements ; il montre avec évidence que la Place Romaine, la Place de l’Université et celle de l’Union, donc la ligne des boulevards du centre de Bucarest, ont représenté le premier sujet de préoccupation des responsables de l’ordre. La barricade de l’Hôtel Intercontinental est signalée - « barricade de ferraille »19 - avec inquiétude, vue que, par suite de son édification, la circulation des véhicules des forces de la répression se trouvait bloquée. Le sténogramme enregistre aussi le moment où - signale-t-on - les insurgés « ont fait appel à des camionneurs ; ceux-ci ont installé, Place de l’Université, quatre véhicules venus de différentes directions et ils ont aussi édifié une barricade ! »20.

  • 21 Ibid., n° 14061 du 24 janvier 1990.
  • 22 Ibid., n° 14062 du 24 janvier 1990.

18Un peu plus tard, les dirigeants apprennent que six grands camions servent à former la barricade ; ils commandent alors de bloquer les boulevards latéraux afin de rendre impossible le renfort de nouveaux véhicules. En même temps, les forces répressives tentent de récupérer les camions de la barricade en utilisant des autoblindés21 ; l’opération s’avère malaisée, car les chauffeurs ont dégonflé les pneus22.

  • 23 « Tineretul liber », 22 décembre 1989 (n° spécial).
  • 24 « Libertatea », Bucarest n° 25 du 22 janvier 1990.

19Après le passage des tanks, les hommes de la « Securitate » tirent en pleine chair. Toutefois, la résistance continue. A en croire un reportage paru le jour suivant, la multitude crie : « Assassins ! Assassins ! Assassins d’enfants ! Nous ne partirons pas ! Nous restons sur place ! - le reporter ajoute : « de fait, on n’est pas parti et on est resté sous le tir des balles »23. « Vue des hautes maisons d’alentour, la place, plongée dans l’obscurité - assure un mois plus tard un autre journaliste -, scintillait des bouches à feu... On préparait le dernier assaut. Les manifestants sont attaqués de toutes les directions. Certains réussissent à s’échapper, mais la plupart sont arrêtés et fourrés avec brutalité dans des voitures cellulaires et dans des camions. Vers deux heures et demie, le 22 décembre, Postelnicu peut rapporter au « commandant suprême » que l’« ennemi » a été liquidé et que le silence a été rétabli24.

  • 25 « Luceafarul », Bucarest, n° 51 du 24 décembre 1989 (édition spéciale).

20« Ce jour du 22 décembre, à six heures et demie du matin - écrit un journaliste dans le dernier numéro d’une revue culturelle de l’année 1989 - j’ai vu les dernières mares de sang près de l’Université. Des voitures-citernes lavaient le boulevard. Peu avant, les cadavres avaient été transportés ; dans leur majorité, ils étaient ceux de jeunes gens... »25. En apparence, les révoltés avaient été vaincus. Ils avaient dû quitter le champ de bataille, mais pour quelques heures seulement. Entre-temps, leurs émissaires avaient opéré ; en outre, les événements étaient désormais connus et commentés dans chaque maison. Chacun se sentait obligé d’agir. Le matin, une immense vague humaine déferlait vers le centre de la Capitale, tandis que s’accélérait le processus de défection entamé dans les rangs de l’armée et même de la « Securitate ».

21On ne tirait plus. C’est que, cette fois-ci, il ne s’agissait plus de milliers ou de dizaines de milliers de manifestants, mais de centaines de mille. D’immenses colonnes avançaient, implacablement, vers le siège du comité central du Parti et personne ne les arrêtait, ni même ne voulait le faire. Ceausescu était abandonné de ses plus proches partisans. Après le suicide du ministre de la Défense, provoqué par son refus d’exécuter les ordres répressifs, les généraux décidèrent de faire revenir l’armée dans ses casernes. La fuite du dictateur, la fraternisation du peuple et de l’armée, l’extraordinaire enthousiasme collectif se succédèrent au cours de la fin de la matinée du 22 décembre 1989. La Roumanie s’était libérée par ses propres forces.

  • 26 « Adevarul », Bucarest, nos 1 et 4 du 25 et 28 décembre 1989 et « România libera », n° 3 du 25 déc (...)
  • 27 « Adevarul », Bucarest, n° 8 du 4 janvier 1990.

22Tout ce qui était advenu avait été le résultat direct de la capacité de résistance du groupe le plus décidé et le plus héroïque, pendant la soirée et la nuit « la plus longue », du 21 au 22 décembre. Le fait que les forces répressives n’aient pas réussi, des heures durant, à mettre fin au noyau de résistance de la zone de l’Université a été décisif. Autour de la barricade renouvelée s’est joué le destin d’une nation et la barricade y est devenue le symbole de la résistance et de la victoire finale. Les jours suivants, on pouvait lire dans la presse bucarestoise des articles portant des titres tels : Tinerii pe baricadele revolutiei (Les jeunes sur les barricades de la révolution), Baricadele revolutiei apara ferm si munca noastra (Les barricades de la révolution défendent fermement notre travail aussi), Pe doua baricade (Sur deux barricades)26. On évoquait « les dizaines de jeunes qui étaient restés sur les barricades de la révolution »27. Une revue hebdomadaire allait prendre le titre de « Baricada » (La barricade). La barricade était ainsi entrée dans la légende de la révolution roumaine de décembre 1989 ; elle était aussi devenue le symbole d’un moment historique de la fin du xxe siècle.

Notes

1 Voir sur les événements de Bucarest pendant l’après-midi du 21 décembre et pendant la nuit du 21 au 22 décembre 1989, entre autres : Codrescu C. et al., Armata româna în revolu-tia din decembrie 1989 (L’armée roumaine dans la révolution de décembre 1989), Bucarest, Editura Militara, 1994, p. 61-65 ; - Perva A. et Roman G, Misterele revolutiei române (Les mystères de la révolution roumaine), Bucarest, 1990, p. 22-25 ; - Rates N., România : revolu-tia încâlcita (Roumanie : la révolution tortueuse), Bucarest, 1994, p. 55-56.

2 « România libera », Bucarest, n° 14035 du 23 décembre 1989.

3 Roman P., Le devoir de liberté, Paris, Payot, 1992, p. 106.

4 Teodorescu F., Un risc asumat (Un risque assumé), Bucarest, 1992, p. 111.

5 Roman P., op. cit., p. 106.

6 « Libertatea », Bucarest, n° 25 du 22 janvier 1990.

7 « Lumea », Bucarest, n° 1 du 28 décembre 1989, p. 4.

8 Mazilu D., Revolutia furata. Memoriu pentru tara mea (La révolution volée. Mémoire pour mon pays), Bucarest, 1991, vol. i, p. 32-33.

9 Portocala R., Autopsie d’un coup d’état, Paris, Calmann-Lévy, 1990, p. 85.

10 « Libertatea », n° 17 du 12 janvier 1990.

11 « Lumea », Bucarest, n° 1 du 28 décembre 1989, p. 4.

12 Roman P., op. cit, p. 107.

13 « Tineretul liber », Bucarest, 22 décembre 1989 (n° spécial).

14 « Libertatea », Bucarest, n° 25 du 22 janvier 1990.

15 « Tineretul liber », 22 décembre 1989 (n° spécial).

16 Codrescu C. et al., op. cit., p. 63-64.

17 « România libera », Bucarest, n° 14035 du 23 décembre 1989.

18 Le sténogramme a été publié dans le journal « România libera », en 1990.

19 « România libera », n° 14059 du 21 janvier 1990.

20 Ibid., n° 14060 du 23 janvier 1990.

21 Ibid., n° 14061 du 24 janvier 1990.

22 Ibid., n° 14062 du 24 janvier 1990.

23 « Tineretul liber », 22 décembre 1989 (n° spécial).

24 « Libertatea », Bucarest n° 25 du 22 janvier 1990.

25 « Luceafarul », Bucarest, n° 51 du 24 décembre 1989 (édition spéciale).

26 « Adevarul », Bucarest, nos 1 et 4 du 25 et 28 décembre 1989 et « România libera », n° 3 du 25 décembre 1989.

27 « Adevarul », Bucarest, n° 8 du 4 janvier 1990.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540