Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« De part et d’autre des Alpes »

 | 
Guido Castelnuovo
, 
Olivier Mattéoni

Les châtelains en terre savoyarde

Les châtelains des comtes, puis ducs de Savoie en Vallée d’Aoste (xiiie-xvie siècle)

I castellani dei conti e duchi di Savoia in Valle d’Aosta (xiii-xvi secolo)

Alessandro Barbero

Résumé

Le rôle du châtelain dans l’administration de l’État savoyard est connu depuis longtemps. Pourtant, les études récentes montrent que les fonctions officiellement confiées aux châtelains dans leurs lettres patentes ne représentent qu’une face d’une réalité bien plus complexe. Attachements familiaux, intérêts économiques, liens clientélaires influencent l’action des châtelains autant et peut-être davantage que le service du prince. La communication propose d’analyser l’ensemble du personnel châtelain dans une aire géographique limitée, la vallée d’Aoste, en suivant l’évolution de ce groupe social tout au long de son existence, depuis l’introduction des châtelains au xiiie siècle jusqu’à leur abolition par les réformes d’Emmanuel-Philibert, au xvie. Ce groupe, qui n’excède pas quelques centaines de noms, connut au cours de ces trois siècles des changements importants, qui offrent un miroir de la conjoncture politique, de l’évolution institutionnelle et des changements socio-économiques. Si, jusqu’à la seconde moitié du xive siècle, le comte de Savoie n’emploie que des étrangers en vallée d’Aoste, c’est-à-dire des Savoyards ou des Piémontais, après ce tournant l’intégration de la région dans l’État savoyard est telle qu’il devient de plus en plus impossible de séparer le personnel local des étrangers, d’ailleurs très prêts à s’intégrer dans les élites valdôtaines. C’est aussi vers la fin du xive siècle qu’une sorte de partage se dessine entre les grandes familles de l’aristocratie locale, les Challant d’abord, qui monopolisent les offices en se chargeant de leur responsabilité politique, et le milieu d’hommes d’affaires qui, en tant que lieutenants ou vice-châtelains, assurent au quotidien le fonctionnement concret de l’institution, tout en empochant une partie importante des bénéfices qui en découlent. Ce partage ne sera pas sans préoccuper les ducs entre le xve et le xvie siècle, lorsque l’État savoyard, politiquement affaibli, se découvrira moins fort que par le passé face aux élites régionales ; l’évolution même de la charpente institutionnelle de l’État se chargera pourtant de dissoudre ce danger au cours du xvie siècle, à mesure que les offices châtelains, de plus en plus réduits à la simple perception de revenus fiscaux, n’intéresseront que les manieurs d’argent, perdant tout leur intérêt aux yeux de la noblesse.

Il ruolo del castellano nell’amministrazione dello stato sabaudo è da tempo conosciuto. Tuttavia, gli studi recenti mostrano che le funzioni ufficialmente affidate ai castellani nelle loro lettere patenti rappresentano soltanto un lato di una realtà ben più complessa. Legami familiari, interessi economici, nessi clientelari influenzano l’azione dei castellani altrettanto se non di più del semplice servizio del principe. Mi sono dunque proposto di analizzare l’iniseme del personale castellano in un’area geografica limitata, la Valle d’Aosta, seguendo, così, l’evoluzione dei castellani dal Duecento fino alla loro abolizione seguita alle riforme cinquecentesche di Emanuele-Filiberto. Tale gruppo, che non supera le poche centinaia di unità, conobbe, nel corso di questi tre secoli, importanti cambiamenti che offrono uno specchio della congiuntura politica, dell’evoluzione istituzionale e delle trasformazioni socio-economiche. Se fino alla seconda metà del Trecento il conte di Savoia impiega in Valle d’Aosta unicamente degli stranieri, ovvero dei Savoiardi o dei Piemontesi, dopo questa svolta l’integrazione della regione nello stato sabaudo appare tale che diventa sempre più difficile separare il personale locale dagli stranieri, degli stranieri per altro ben pronti a integrarsi in seno alle élites valdostane. Sempre verso la fine del Trecento una sorte di spartizione prende forma tra, da un lato, le grandi famiglie dell’aristocrazia locale, come gli Challant in primo luogo, che monopolizzano la titolatura degli uffici incaricandosi della loro responsabilità politica, e il milieu degli uomini daffari, d’altro canto, che, in qualità di vicecastellani o di luogotenenti, assicurano quotidianamente il funzionamento concreto dell’istituzione, intascando, al contempo, una parte importante dei benefici che ne derivano. Tale spartizione non mancherà di preoccupare i duchi fra il Quattro e il Cinquecento, quando lo stato sabaudo, indebolito politicamente, si scoprirà meno forte che nel passato rispetto alle élites regionali: l’evoluzione stessa dell’ossatura istituzionale dello stato s’incaricherà, tuttavia, di dissolvere tale pericolo nel corso del Cinquecento nella misura in cui gli uffici castellani, sempre più spesso ridotti alla semplice riscossione dei redditi fiscali, continueranno ad interessare soltanto gli uomini daffari, perdendo al contempo ogni attrattiva agli occhi della nobiltà.

Texte intégral

Les châtelains dans l’État savoyard

  • 1 Sur l’origine de l’office, cf. G. Castelnuovo, C. Guilleré, « Les finances et l’administration de l (...)

1Dans l’histoire institutionnelle de l’État savoyard médiéval, la fonction de châtelain a toujours été reconnue comme fondamentale1. Chargé de l’administration du domaine, de la perception des revenus fiscaux, de la police, et bien sûr de l’entretien de la forteresse, dans une circonscription territoriale cohérente excédant rarement quelques paroisses et ne comportant jamais qu’un seul château, le châtelain exerce vis-à-vis de la société locale les mêmes pouvoirs, très rapprochés et directs, qu’exercent chez eux les seigneurs banaux ; à cette différence près qu’il est en charge pour un temps limité et pour le compte du prince, qui le nomme et qui renouvelle sa nomination, le cas échéant, chaque année. Salarié, prélevant son salaire sur les revenus qu’il perçoit et dont il doit rendre un compte détaillé à la Chambre des comptes de Chambéry, le châtelain est l’instrument qui permet aux comtes de Savoie, depuis le milieu du xiiie siècle, d’exercer leur autorité sur le pays de façon de plus en plus efficace, en relevant les fonctionnaires héréditaires (vicomtes, vidomnes et mistraux) sur lesquels avaient été obligés de s’appuyer leurs devanciers.

  • 2 A. Barbero, « La venalità degli uffici nello stato sabaudo. L’esempio del vicariato di Torino (1360 (...)

2Cette image traditionnelle du châtelain a pourtant été considérablement nuancée par la recherche récente. Ce salarié prêtait normalement de l’argent au maître avant d’être nommé à son office, ces mutua super officiis devenant bientôt une rubrique fixe dans les comptes des trésoriers. Parfois, l’office châtelain n’était considéré que comme un gage, donné au prêteur dans l’attente du remboursement, et l’on vit des comtes de Savoie regretter publiquement le fait qu’ils n’étaient pas libres de « casser » leurs officiers, n’ayant pas les moyens d’en rembourser les crédits. L’argent entrait donc dans les relations entre le comte et les châtelains de façon assez peu compatible avec le cliché de l’officier moderne, salarié et amovible2.

  • 3 A. Barbero, « Mediatori fra il principe e il paese : i governatori provinciali », dans Id., Il duca (...)

3Non moins gênante, par rapport à ce cliché, s’avère la découverte que ces serviteurs du comte gardaient normalement des intérêts familiaux, des liens clientélaires, des rapports d’affaires qui ne s’accommodaient pas toujours avec l’intérêt du prince ; et que leurs rapports avec la société locale, qu’ils étaient censés contrôler et exploiter pour le compte du maître, pouvaient facilement primer sur leur fidélité à celui-ci. L’office de châtelain devenait alors l’enjeu d’une compétition plus ou moins sourde entre les notables du lieu, souvent bien plus soucieux de bâtir leur fortune familiale que de soutenir les intérêts du souverain. Les liens, ouverts ou inavouables, que le châtelain entretenait avec ses administrés l’amenaient bien souvent à imaginer son rôle comme celui d’un médiateur entre le prince et le pays, et même, parfois, d’un représentant des élites locales et de leurs intérêts vis-à-vis du gouvernement3.

  • 4 Parmi les nombreuses études de G. Castelnuovo à ce sujet, je me bornerai à citer « Quels offices, q (...)

4Tout cela ressort assez clairement des recherches de ces dernières années4. Il ne s’agit pas, pourtant, de renverser simplement un cliché suranné, en substituant au modèle weberien de l’État moderne et impersonnel l’image, aujourd’hui à la mode, d’un réseau impénétrable de clientèles et d’affaires, de clans familiaux et de privilèges locaux, d’où il deviendrait impossible de dégager les lignes d’une évolution politique. L’État savoyard a bien connu, aux derniers siècles du Moyen Âge, une évolution importante, qui d’ailleurs ne va pas, tant s’en faut, dans le sens d’un essor triomphal de la modernité. On a même l’impression que ce serait plutôt l'inverse : qu’un réseau d’institutions assez simples et même frustes, mais pourtant efficaces, mis sur pied au cours des xiie et xiiie siècles s’est ensuite progressivement disloqué, au moment même où il devenait plus complexe et plus lourd, et qu’au début du xvie siècle ce système était devenu autant coûteux et inefficace que l’Ancien Régime en 1789. Mais bien entendu, ce qui apparaissait coûteux et inefficace aux yeux du prince, et sans doute aussi des contribuables, pouvait représenter en même temps un formidable volant pour la circulation de l’argent et l’enrichissement des notables : d’où le paradoxe apparent d’une société dynamique et prospère gérée par une administration « pourrie ».

Le cadre de la recherche

5Je me propose d’étudier ces thèmes dans un espace géographique limité, mais sur un axe temporel étendu, dans l’espoir que cela me permette de saisir l’évolution réelle du rôle du châtelain. Cette évolution n’a que marginalement à voir avec les prérogatives officielles dont il est investi, qui sont les mêmes en vallée d’Aoste qu’ailleurs dans l’État savoyard, et qui restent sensiblement les mêmes au cours des siècles. C’est plutôt le profil social et politique de ces fonctionnaires qui change, constituant un thermomètre précieux des relations entre pouvoir central et société locale au cours des derniers siècles du Moyen Âge.

  • 5 Les comptes valdôtains sont conservés dans Archivio di Stato di Torino (dorénavant AST), Sezioni Ri (...)

6J’ai donc examiné l’ensemble des châtelains comtaux, puis ducaux en vallée d’Aoste pendant la totalité de la période où cette charge a existé. Les archives de la Chambre des Comptes à Turin renferment les rouleaux rendus par quelques 220 officiers actifs dans la région, châtelains et lieutenants, entre 1250 et 1550 ; c’est donc un personnel peu nombreux et dont on peut établir assez aisément la provenance géographique et sociale5. Au début, d’ailleurs, le personnel châtelain en vallée d’Aoste ne comprenait normalement que deux personnages, le châtelain de Châtelargent, qui était en même temps bailli d’Aoste, et celui de Bard, qui gardait le passage et l’important péage entre la Vallée et le Piémont. En 1376, l’extinction ou la ruine de deux familles de tout premier plan, les seigneurs de Quart et ceux de Cly, amène dans le domaine comtal trois nouvelles châtellenies : Quart, Brissogne et Cly. À cette même époque on observe que le lieutenant du châtelain, pour des raisons sur lesquelles on reviendra, se substitue de plus en plus au titulaire, jusqu’à partager avec lui la responsabilité des comptes rendus. Depuis le dernier quart du xive siècle, on compte donc en vallée d’Aoste cinq châtelains et autant de vice-châtelains ; au moins théoriquement, car il n’est pas rare qu’un même personnage cumule deux ou trois de ces offices.

7La châtellenie de Brissogne est inféodée au début du xve siècle et disparaît ainsi des archives de la Chambre, mais en 1444 le duc s’empare de la châtellenie de Montjovet, tenue jusque-là par les seigneurs de Challant ; le nombre des fonctionnaires oscille toujours entre huit et dix. Le dernier changement aura lieu pendant le premier quart du xvie siècle, lorsque l’office, qui a perdu entretemps presque toute son importance politique et militaire, réduit désormais à la ferme des redevances fiscales, est affermé aux enchères à des hommes d’affaires du lieu qui l’exercent souvent sans nommer de lieutenant ; le nombre des officiers se rétrécit donc à cinq, voire moins lorsqu’un même personnage parvient à s’assurer la ferme de plusieurs châtellenies ; mais on est désormais proche des réformes d’Emmanuel-Philibert qui entraîneront la disparition de l’office.

L’époque des étrangers : les châtelains comtaux jusqu’au dernier quart du xive siècle

  • 6 Je laisse l’exception du chevalier Guillaume Sarriod, qui fut châtelain de Châtelargent en 1267-126 (...)

8Essayons d’établir le profil du châtelain et de suivre son évolution. Ce qui frappe d’abord quand on considère le début de l’office châtelain en vallée d’Aoste, c’est qu’il ne fut exercé pendant longtemps que par des étrangers. Ce n’est qu’en 1371, au temps du comte Verd, qu’un noble valdôtain, Aymon de Challant, seigneur de Fénis, reçut l’office de châtelain de Bard ; la châtellenie de Cly n’eut un titulaire valdôtain, François de Challant, qu’en 1399 ; un officier local, Jehan de Tora, se vit confier la châtellenie de Quart pour la première fois en 14116 ; plus délicate, la châtellenie de Châtelargent, qui comportait aussi l’office de bailli d’Aoste, ne fut confiée à un valdôtain, Pierre Sarriod, seigneur d’Introd, qu’en 14416. Dans tous ces cas, la nomination d’un officier valdôtain n’implique nullement que l’office fût par la suite réservé aux locaux ; au contraire les étrangers continueront d’être nommés assez souvent à ces postes. On peut du moins avancer que, dès ce moment, le gouvernement n’avait plus de réserves contre la nomination de gens du lieu, ce qui était évidemment le cas à l’époque précédente. La première conclusion qu’on peut tirer est donc que pendant plus d’un siècle et même davantage, à une époque où les châtelains résidaient normalement sur place et exerçaient personnellement la police et la justice, les comtes ne jugèrent pas sûr de confier les offices valdôtains à des autochtones, leur préférant des Savoyards ou des Piémontais.

  • 7 Voir la liste des cas les plus anciens dans Castelnuovo, Guilleré, op. cit., p. 90 et n.
  • 8 Cf. le magnifique procès-verbal du 2 juillet 1313, dans AST, Sezione di Corte, Cité et Duché d’Aost (...)

9Cela est d’autant plus frappant qu’entre la fin du xiiie siècle et le début du xive, la noblesse valdôtaine, qui avait affiché auparavant quelque hostilité envers l’hégémonie comtale, s’était ralliée en majorité aux Savoie, et que des nobles valdôtains servaient couramment le comte en tant que châtelains et même baillis ; mais il n’étaient nommés qu’au Piémont, ou plus rarement en Chablais, Genevois ou Bugey, jamais dans leur pays7. C’est bien là le signe qu’en vallée d’Aoste, peut-être davantage qu’ailleurs, la nature du lien politique entre pouvoir comtal et élites locales était complexe, voire contradictoire. On pouvait employer avec succès loin de leur pays des hommes qui, chez eux, tenaient à leurs intérêts familiaux et aux privilèges locaux au point de s’opposer activement au pouvoir comtal. Le chevalier Pierre Sarriod, longtemps châtelain de Rivoli, puis choisi comme vicaire d’Ivrée lorsque cette ville se livra au comte en 1313, était le même homme qui, en cette même année, à la tête de quelques dizaines de compagnons armés, envahit la ville d’Aoste et la villeneuve comtale de Châtelargent, en commettant toutes sortes de violences contre les bourgeois, et en faisant de son mieux pour tuer le châtelain de Châtelargent, qui échappa de justesse à la poursuite8. Ce début du xive siècle fut d’ailleurs un moment particulièrement troublé en vallée d’Aoste, où la noblesse ressentait les privilèges des bourgeois comtaux, que les châtelains avaient ordre de défendre ; quelques années auparavant, un châtelain de Bard avait été assassiné dans l’exercice de ses fonctions. On n’est guère surpris, dès lors, que les châtelains comtaux en vallée d’Aoste aient été choisis pendant si longtemps parmi les étrangers.

10Quant au statut social de ces officiers, jusque vers le dernier quart du xive siècle se dégage un profil qu’on pourrait qualifier de standard, et quelques profils alternatifs. Typiquement, le châtelain comtal en vallée d’Aoste est un chevalier ou du moins un écuyer savoyard, de moyenne ou petite noblesse, quelques familles revenant souvent dans la liste, comme les seigneurs de Duing, de Châtillon, de Cuynes ; au xive siècle s’y ajoutent des Piémontais, issus surtout du nombreux clan familial des Provana ; rarement chevaliers, leur niveau social est sensiblement le même. Par la suite il est évident que même si le comte gardait une liberté pour la nomination, certaines familles avaient un intéret spécifique et reconnu pour ces offices : ainsi, au xive siècle, on trouve huit Provana parmi les 32 châtelains de Châtelargent, occupant l’office pour un total de 33 ans, soit un tiers du siècle.

  • 9 Sur la famille Cadot, du Bugey, qui fournit plusieurs officiers aux comtes, cf. Castelnuovo, Guille (...)
  • 10 Ibid., p. 85 n., 99 et n.

11Les profils que j’ai appelés « alternatifs » comprennent d’abord des hommes de confiance, de condition sociale visiblement plus modeste, que le comte a pu préférer aux nobles dans des moments délicats, tel ce bailli d’Aoste qu’on ne connaît que par son nom de famille Cadotus, et qui tint l’office pour le comte Philippe pendant deux années turbulentes, 1271-12729 ; Guillaume Dieulefils, de Chambéry, qui fut châtelain de Bard de 1294 à 129710, ou ce Jacques Tartarin, de Tournon, qui fut son successeur dans la châtellenie de Bard avant de devenir bailli d’Aoste. Mais ces personnage issus de la bourgeoisie savoyarde laissent bientôt leur place aux représentants d’élites bourgeoises plus riches et plus entreprenantes : celles des villes piémontaises, d’Ivrée d’abord, plus proche de la Vallée, mais aussi de Suse, Pignerol ou Turin. Élites que, bien entendu, on a quelque mal à qualifier simplement de bourgeoises, car comme partout en Italie des liens de toute sorte les relient à la noblesse urbaine ; il reste que ces personnages évoquent un profil assez différent de celui des châtelains issus de la noblesse chevaleresque.

L’office aux mains des grands : de la fin du xive à la fin du xve siècle

12Ce profil, qui avait maintenu une stabilité remarquable pendant plus d’un siècle, change brusquement pendant le dernier quart du xive siècle, qui correspond à la fin du long règne d’Amédée VI, au court règne d’Amédée VII, et au début de celui d’Amédée VIII. D’un côté, le pouvoir du comte est devenu plus stable : l’État savoyard prend désormais sa place parmi les États européens, ce qui sera bientôt reconnu par l’empereur avec l’élévation du comté au rang de duché en 1416. Du coup, l’opposition que le prince peut craindre de la part des noblesses provinciales est moins dangereuse qu’elle ne l’était auparavant, ce qui fait que, même en vallée d’Aoste, la méfiance vis-à-vis des gens du lieu n’a plus de raison d’être : il n’y a désormais aucun préjugé contre l’emploi de châtelains valdôtains dans la région. D’ailleurs, le fonctionnement bureaucratique du petit État entraîne un certain brassage de ses élites : assez souvent des fonctionnaires venus d’ailleurs font souche dans la Vallée, ce qui fait que l’opposition entre Valdôtains et étrangers, sur la longue période, perd un peu de sa pertinence.

13En même temps, cette époque voit s’accroître l’importance de la cour, ce qui aura une influence considérable sur le recrutement des châtelains. Un petit groupe de grandes familles, qui change d’ailleurs d’un règne à l’autre, jouit de la confiance du prince ; elles se taillent la plus belle part des offices et des pensions distribués par le maître. Il devient de plus en plus normal que les châtellenies valdôtaines soient confiées à des personnages de très haute naissance, dont on connaît par ailleurs le rôle important dans la politique de l’État savoyard. Ainsi, les frères Jehan et Georges de Montbel, seigneurs de Frossasco, tiennent à eux deux les offices de bailli d’Aoste et de châtelain de Châtelargent de 1392 à 1406, celui de châtelain de Brissogne de 1398 à 1401, celui de châtelain de Quart de 1394 à 1404 ; la majorité d’Amédée VIII mettra fin à cette mainmise spectaculaire, mais il n’en reste pas moins que pendant une bonne dizaine d’années ces hommes, ou leurs agents, contrôlèrent la plus belle part des offices et des revenus fiscaux de la Vallée.

14Souvent, la même réussite sourit à des grands valdôtains, et d’abord aux seigneurs de Challant, qui sont de loin la famille la plus noble et la plus puissante de la vallée d’Aoste. On imagine aisément que dans ce cas, les offices châtelains ne manquent pas de contribuer à la consolidation d’une véritable hégémonie régionale, tolérée et même encouragée par le prince. Le temps où le comte considérait ces seigneurs comme de dangereux concurrents est oublié : désormais ralliés à la dynastie, les Challant tiennent une des premières places parmi les quelques grandes familles qui gouvernent le duché. On n’est donc pas surpris de constater que le premier Valdôtain à qui le comte jugea bon de confier l’office de châtelain de Bard fut Aymon de Challant, seigneur de Fénis et d’Aymaville, un des plus sûrs hommes de confiance d’Amédée VI. Moins évident est le fait qu’après la mort d’Aymon, qui avait gardé cet office pendant 17 ans, de 1371 à 1388, celui-ci soit confié à son fils Boniface de Challant, seigneur de Fénis, qui le garde 37 ans, jusqu’en 1425, tout en y ajoutant plusieurs autres offices, dont ceux de maréchal de Savoie et de châtelain de Chambéry. À sa mort, on s’était tellement accoutumé à considérer cet office comme partie des bénéfices dont la famille jouissait par privilège presque héréditaire, que ses fils Boniface et Amé le gardèrent conjointement pendant 11 ans encore, jusqu’en 1436.

  • 11 Aux comptes conservés dans AST, Sezioni Riunite, Inv. 68, f. 2, on ajoutera les lettres patentes co (...)

15Tout à fait analogue est l’emprise que la branche aînée de la famille, les comtes de Challant, réussit à établir pendant le dernier quart du xve siècle sur les trois offices les plus importants de la région, ceux de bailli d’Aoste, châtelain de Châtelargent et châtelain de Bard. Louis, comte de Challant, eut les deux premiers en 1477 et le troisième en 1480 ; il les garda tous les trois jusqu’à sa mort, en 1487. Son fils, le comte Philibert, fut immédiatement investi de ces offices ; comme il n’était qu’un enfant, l’office de bailli, qui entraînait une responsabilité politique et militaire, fut exercé par son proche parent, Giacomo Provana, seigneur de Leynì, mais déjà en 1499 tous ces offices étaient officiellement exercés par le comte Philibert. Son hégémonie fut encore renforcée en 1509, lorsque le duc créa pour lui l’office nouveau de gouverneur de la vallée d’Aoste ; à la mort de Philibert, en 1518, ce dernier office, politiquement très contraignant pour le souverain, ne fut pas conservé à son fils René, ce qui d’ailleurs ne fut pas sans provoquer quelques désagréments entre celui-ci et le duc ; mais René hérita tout de même de la châtellenie de Bard, pour laquelle on peut bien parler, à cette époque, de patrimonialisation11.

  • 12 On trouvera les comptes du trésorier général Jehan Maréchal et de ses héritiers dans AST, Sezioni R (...)

16J’ai évoqué plusieurs fois les cas de frères qui se partageaient un office, et ce n’est pas un hasard. L’habitude de confier les offices à des hommes du milieu de la cour, qui les accumulaient comme ils amassaient des terres ou des rentes, en y investissant d’ailleurs des sommes considérables car il ne faut pas oublier la pratique toujours vivante des prêts sur l’office, entraîna aussi une « dépersonnalisation » de la charge, réduite souvent au gage d’un jeu politique et financier qui dépassait largement les intérêts de l’administration locale. Pour mieux comprendre, un exemple suffira. Le financier Jehan Maréchal, d’une famille de noblesse urbaine à la fortune très ancienne et qu’on peut bien considérer comme appartenant à l’élite nobiliaire du duché, eut en 1428 la châtellenie de Cly, qu'il garda jusqu’à sa mort en 1449. Comme il était devenu entretemps trésorier général de Savoie, l’argent qu’il maniait et les comptes qu'il rendait à la Chambre dépassaient énormément le petit montant des revenus de cet office ; aussi ses comptes n’étaient pas en ordre au moment de sa disparition. Ses fils Jacques et Jehan, qui héritèrent de son immense fortune, de ses crédits mais aussi de ses dettes, étaient de jeunes enfants, dont les tuteurs s’employèrent durant plusieurs années à débrouiller les problèmes financiers ; rien de plus normal à ce qu’ils gardent dans leur héritage la châtellenie de Cly, que personne ne songea à leur enlever. Le résultat est que, après 1449, si quelqu’un avait essayé d’apprendre le nom du châtelain de Cly, la Chambre des Comptes se serait bornée à répondre que cet office était tenu par les fils et héritiers du défunt trésorier ; en 1457, les deux jeunes hommes approchant de la majorité légale, leurs noms commencèrent à figurer en tête des comptes ; ensuite les deux frères font figure de châtelains de Cly, ensemble jusqu’en 1493, quand Jacques, l’aîné, meurt ; Jehan, plus jeune, qui venait à peine de naître à la mort de son père, vécut jusqu’en 1526, et fut toujours châtelain de Cly, l’office restant ainsi pendant un siècle dans la même famille12.

Le rôle des lieutenants

  • 13 Dullin, op. cit., p. 235-245 ; Castelnuovo, Ufficiali e gentiluomini, op. cit., p. 262-264.

17On a vu que depuis le dernier quart du xive siècle l’office de châtelain était confié le plus souvent à de très grands nobles, qu’on a du mal à imaginer se rendant personnellement au château de Bard ou de Cly pour juger les paysans et toucher les amendes. S’ils gardent la responsabilité politique de l’office, s’ils en tirent parfois des bénéfices importants, ces châtelains en abandonnent la gestion quotidienne à leurs lieutenants. Aux yeux des administrés, ceux-ci sont dès lors les vrais dépositaires de l’office, ainsi que les auteurs matériels des comptes qu’ils présentent à la Chambre au nom du titulaire ; au cours du xve siècle, l’habitude apparaît de les appeller châtelains tout court, tandis que dans les usages de la chancellerie les titulaires sont distingués par le nouveau titre de « grands châtelains »13.

18Les lieutenants sont en quelque sorte les descendants de ces bourgeois savoyards ou piémontais qui au xive siècle avaient parfois exercé l’office de châtelain. Ils sont souvent notaires et presque toujours manieurs d’argent ; même si parfois les actes les décorent du titre de « noble », on ne saurait les confondre avec la noblesse féodale, d’où sortent leurs patrons. Si, au niveau local, la politique et les affaires sont toujours étroitement entrelacés, à leurs yeux l’économique prime le politique lorsqu’il s’agit de prendre à ferme la lieutenance d’une châtellenie. Ils sont Valdôtains, mais aussi Piémontais, Savoyards, parfois même Lombards, ce qui n’a plus guère d’importance à une époque où les élites du duché connaissent désormais un certain brassage ; ce qui a été démontré pour le milieu des nobles et des juristes qui dirigent l’État, n’apparaît pas moins vrai pour ce milieu moyen de petits officiers et brasseurs d’affaires qui assurent le fonctionnement des appareils territoriaux.

19Ces hommes s’enracinent souvent dans leur poste, ce qui permet une continuité de fonds dans la gestion de l’office, au-delà des hasards de la haute politique et de la vie de cour qui accélèrent le changement des titulaires : témoin ce Jehan Meynier qui fut vice-châtelain de Quart pendant vingt ans, de 1447 à 1467, servant successivement six châtelains, tous issus du milieu des favoris de la cour. L’on retrouve même chez ces lieutenants des petites dynasties, exploitant les offices de père en fils : Pierre Carrel fut vice-châtelain de Châtelargent de 1425 à 1430, puis châtelain titulaire de Quart pendant quelques mois d’interrègne en 1436, puis lieutenant du même office de 1437 à 1440 ; son fils Raymond lui succède comme vice-châtelain de Quart de 1441 à 1444, puis comme vice-châtelain de Châtelargent de 1447 à 1455.

20Ce milieu d’hommes d’affaires qui joue un rôle intermédiaire entre les titulaires et les sujets de la châtellenie va s’identifier encore plus étroitement avec l’office lorsque celui-ci se réduit définitivement à la ferme des redevances fiscales. Ce qui se produit pendant les premières décennies du xvie siècle, quand l’importance politique de l’office décline à jamais, soit parce que les châteaux ont perdu presque toute fonction militaire, soit du fait du duc qui, désespérément à court d’argent, essaye d’en tirer le maximum en libéralisant les conditions de mise à ferme. Aussi cette époque voit-elle les grands de la cour se désintéresser d’offices qui n’apportent évidemment plus assez de prestige. Après la mort de son père en 1518, le comte René de Challant ne garde pas l’office de grand bailli d’Aoste et de grand châtelain de Châtelargent ; après 1526 il abandonne aussi celui de grand châtelain de Bard ; à peu près à la même époque, à la mort des grands seigneurs qui les tenaient jusque-là, les autres offices ne sont plus attribués à leurs fils où à d’autres favoris, mais à des manieurs d’argent d’origine bien plus modeste. Disparaissent alors le titre et la figure du grand châtelain, tandis que le titulaire de l’office est appelé parfois vice-châtelain comme par le passé, parfois châtelain tout court, mais le plus souvent « châtelain et fermier ». Le concept de la ferme de l’office est poussé alors jusqu’à sa limite, le fermier n'étant même plus tenu de rendre des comptes détaillés de son administration à la Chambre des comptes.

21Lorsque le duc Emmanuel-Philibert, revenant dans ses États en 1560, décida l’abolition de l’office de châtelain, ces offices étaient affermés aux enchères depuis trente ou quarante ans à des hommes qui les géraient essentiellement en tant qu’entrepreneurs, au point qu’il devenait difficile de se souvenir qu’ils demeuraient des rouages de l’administration princière, et qu’ils avaient pu jouir autrefois d’un rôle politique et militaire important. Avec le déclin du château en tant qu’élément principal de l’organisation du territoire, l’échafaudage administratif de l’État savoyard médiéval, fondé pendant trois siècles sur les châtelains, se révélait tellement dépassé que le nouveau duc n’eut pas de mal à s’en défaire radicalement.

Notes

1 Sur l’origine de l’office, cf. G. Castelnuovo, C. Guilleré, « Les finances et l’administration de la Maison de Savoie au xiiie siècle », dans Pierre II de Savoie. « Le Petit Charlemagne » (†1268), B. Andenmatten, A. Paravicini Bagliani, E. Pibiri éd., Lausanne, 2000, p. 33-126. Sur le rôle des châtelains, cf. E. Dullin, Les châtelains dans les domaines de la maison de Savoie en deça des Alpes, Chambéry, 1911 ; B. Demotz, « La géographie administrative médiévale : l’exemple du comté de Savoie, début xiiie-début xve siècle », Le Moyen Âge, 78 (1972), p. 262-282 ; P. Dubuis, Une économie alpine à la fin du Moyen Âge. Orsières, l’Entremont et les régions voisines. 1250-1500, Sion, 1990, p. 157-179 ; G. Castelnuovo, Ufficiali e gentiluomini. La società politica sabauda nel tardo medioevo, Milan, 1994, p. 122-127.

2 A. Barbero, « La venalità degli uffici nello stato sabaudo. L’esempio del vicariato di Torino (1360-1536) », dans A. Barbero, G. Tocci, Amministrazione e giustizia nell’Italia del Nord fra Trecento e Settecento : casi di studio, L. Marini éd., Bologne, 1994, p. 11-40 ; aussi Studi Veneziani, 28 (1994), p. 17-44.

3 A. Barbero, « Mediatori fra il principe e il paese : i governatori provinciali », dans Id., Il ducato di Savoia. Amministrazione e corte di uno stato franco-italiano (1416-1536), Rome, 2002.

4 Parmi les nombreuses études de G. Castelnuovo à ce sujet, je me bornerai à citer « Quels offices, quels officiers ? », Études Savoisiennes, 2 (1993), p. 5-41 ; « Physionomie administrative et statut social des officiers savoyards au bas Moyen Âge : entre le prince, la ville et la seigneurie », dans Les serviteurs de l’État au Moyen Âge. Formation, idéologie, carrière, Paris, 1999, p. 181-192 ; « Société, politique et administration dans une principauté du bas Moyen Âge. Les officiers savoyards et le Cheshire Cat », dans Les Noms que l’on se donne. Processus identitaire, expérience commune, inscription publique, Paris, 2001, p. 121-136.

5 Les comptes valdôtains sont conservés dans Archivio di Stato di Torino (dorénavant AST), Sezioni Riunite, Inv. 68.

6 Je laisse l’exception du chevalier Guillaume Sarriod, qui fut châtelain de Châtelargent en 1267-1268, fait isolé qui n’aura aucune suite.

7 Voir la liste des cas les plus anciens dans Castelnuovo, Guilleré, op. cit., p. 90 et n.

8 Cf. le magnifique procès-verbal du 2 juillet 1313, dans AST, Sezione di Corte, Cité et Duché d’Aoste, II, 13.

9 Sur la famille Cadot, du Bugey, qui fournit plusieurs officiers aux comtes, cf. Castelnuovo, Guilleré, op. cit., p. 95-6.

10 Ibid., p. 85 n., 99 et n.

11 Aux comptes conservés dans AST, Sezioni Riunite, Inv. 68, f. 2, on ajoutera les lettres patentes conservées à Aoste, Archives historiques régionales, Fonds Challant, vol. 24 et 25, ainsi que G. Fornaseri, Le lettere di Renato di Challant governatore della Valle d’Aosta a Carlo II e ad Emanuele Filiberto, Turin, 1957, p. 97.

12 On trouvera les comptes du trésorier général Jehan Maréchal et de ses héritiers dans AST, Sezioni Riunite, Inv. 16, vol. 91-96.

13 Dullin, op. cit., p. 235-245 ; Castelnuovo, Ufficiali e gentiluomini, op. cit., p. 262-264.

Auteur

Université du Piémont oriental-Verceil

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540