Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Le jeu des symboles et des références

Les barricades d'Alger (24 janvier-1er février 1960)

Jacques Frémeaux

Texte intégral

1Ce qu'il est convenu d'appeler la semaine des barricades à Alger peut être examiné d'un triple point de vue. En premier lieu, sa place dans l'évolution de la guerre d'Algérie, et particulièrement ses origines, la « journées algéroises » du dimanche 24 janvier 1960 ; puis, la fonction même des barricades le 24 janvier et au cours de la semaine qui suit ; enfin, la portée symbolique de cette action. Nous privilégierons ici les deux derniers aspects de cette question, le premier n'étant évoqué, volontairement, pour l'essentiel que dans son rapport aux deux autres.

Les éléments d'une journée

2Comme toujours, il n'existe pas, sauf pour les naïfs et dans le discours de ceux qui les manipulent, de « mouvement spontané ». Un mouvement d'opinion ne peut se traduire en actions concrètes que dans des conditions spécifiques, sous l'action d'organisations capables de canaliser les émotions populaires. Alger en 1960 n'échappe pas à la règle.

Des sociétés à forte capacité mobilisatrice

  • 1 Selon les rapports de police, le FNF dispose de groupes de choc organisés sur la base de la dizain (...)

3Les plus importants mouvements qui canalisent les énergies sont le FNF (Front national français) de Joseph Ortiz et le MNE (Mouvement national des étudiants) de Jean-Jacques Susini, entre lesquels l'entente est étroite. Bien qu'ils aient moins d'adhérents, le MP13 (Mouvement populaire du 13 mai) de Robert Martel, Assistance et protection de Fernand Féral, le MPIOC (Mouvement pour l'instauration d'un ordre corporatif) du Dr Lefèvre jouent cependant un rôle important. Davantage que leur nombre (FNF et MNE revendiquent 13 000 membres, ce qui est excessif, les autres quelques centaines), leur formation politique et leurs réseaux de relations leur permettent à la fois de mobiliser largement dans la population européenne et d'exercer des pressions sur les autorités locales. Ils bénéficient d'une expérience insurrectionnelle certaine, celle des journées du 6 février 1956 et du 13 mai 1958. Le 19 décembre 1959, le FNF a montré sa force en organisant le service d'ordre d'une réunion au stade de Saint-Eugène, où l'un des principaux chefs métropolitains de l'Algérie française, Georges Bidault, doit prendre la parole1. Ces mouvements, dont la plupart se sont fédérés symboliquement, en novembre 1959, dans le Comité d'entente des mouvements nationaux (CEMN), ont bien plus de poids que les élus de la population algéroise. Le député Pierre Lagaillarde, dont le nom sera si souvent cité par la suite, paraît alors un homme isolé.

4Aux côtés de ces mouvements politiques, d'autres associations ont une capacité certaine de mobilisation, comme les associations d'anciens combattants, qui sont loin d'être négligeables, fédérées depuis la fin de l'année 1954 dans le Comité d'entente des anciens combattants (CAAC). La plupart des membres de ces groupements n'ont d'autre programme que celui d'Algérie française, et ne partagent pas l'idéologie d'extrême-droite des mouvement nationaux, mais ils constituent la masse de manœuvre indispensable à partir de laquelle s'organise toute manifestation européenne en Algérie, pays d'un patriotisme d'autant plus ombrageux qu'il se sent ou se croit mal assuré de sa légitimité. La participation d'anciens combattants musulmans à ces manifestations apparaît comme un gage du succès de la formule d'intégration. L'Association générale des étudiants d'Alger remplit, à l'échelon de la jeunesse européenne, une fonction analogue. Les liens entre ces associations, officiellement apolitiques, et les mouvements nationaux sont étroits, puisque Auguste Arnould, président du CAAC est également membre du CEMN, et que le président de l'AGEA n'est autre que Jean-Jacques Susini.

Une « garde nationale » ?

  • 2 Note du 1er bureau, 23 février 1960, 1 H 1926 ; - message du 15 mars 1960, EMI, 1er bureau, 1 H 20 (...)

5On ne peut s'empêcher d'évoquer le terme de « garde nationale » pour qualifier les unités territoriales (UT) créées en 1955, formées (exclusivement, jusqu'en 1959, et pour 95 % encore en 1960) de réservistes européens, officiers, sous-officiers et hommes de troupe (jusqu'à 48 ans). La plupart sont convoqués à tour de rôle tous les dix jours pour un service de patrouille, de garde ou de surveillance des lieux publics. Bien qu'il relève de l'autorité militaire, l'encadrement jouit d'une large autonomie, notamment en matière d'organisation interne et de convocations. Cette force, qu'on peut évaluer à 20000 hommes pour Alger et ses environs (la « zone Alger-Sahel ») n'est pas négligeable potentiellement, face aux 12 000 hommes dont dispose le commandement le 24 janvier. Près de la moitié sont constitués de trois régiments parachutistes, dont on verra plus tard qu'ils posent des problèmes sérieux d'emploi2. Beaucoup ont participé à la Seconde Guerre mondiale. Ils possèdent des armes de guerre, essentiellement fusils et RM. La compagnie opérationnelle (dite UT de choc), qui fait un service en campagne, dispose d'armes lourdes.

  • 3 On dit abusivement pour désigner un homme appartenant à une Unité territoriale, de même qu'on parl (...)
  • 4 Challe M., Notre révolte, Paris, Presses de la Cité, 1968, p. 149. Il essayera de reprendre lors d (...)

6Il serait excessif de dire que l'ensemble des UT3 est prêt à participer à un mouvement insurrectionnel. La plupart de ceux qui les composent sont des pères de famille qui se contentent de satisfaire à leurs obligations de service. Mais il est vrai que nombre d'entre eux appartiennent au FNF ou à d'autres mouvements politiques. Par ailleurs, le commandement lui-même encourage leur politisation, par la création de la Fédération des UT et des autodéfenses (fin novembre 1959). Dans l'esprit du général Challe, commandant en chef, cette organisation, regroupant les milices urbaines, majoritairement européennes, et les milices rurales, totalement musulmanes, doit symboliser la politique d'intégration et faciliter, psychologiquement et militairement, l'effort de guerre. Il veut y voir le futur « grand parti européen-musulman, ossature de l'Algérie française nouvelle dans l'union des communautés »4. Victor Sapin-Lignères, commandant le 20e bataillon d'UT, chargé de la surveillance de la Casbah, en est le président, et Marcel Ronda, commandant la compagnie 155, installée dans le quartier des facultés, le secrétaire général. Les UT seront omniprésentes pendant la semaine des barricades. C'est au siège de leur fédération, au n° 1 de la rue Charles-Péguy, qu'Ortiz installera son PC à partir du 24 janvier. Le bras armé des insurgés est en grande partie formé d'hommes de troupe ou d'officiers d'UT (comme Marcel Ronda, cité plus haut, un proche de Joseph Ortiz). Leurs dépôts, dont ils assurent également la garde, fournissent l'essentiel des armes.

Un gouvernement impopulaire

  • 5 Chiffres rapportés au procès des barricades par le bâtonnier Charpentier, le 10 décembre 1960.

7La politique d'autodétermination dans laquelle s'engage le général de Gaulle, inaugurée par le discours du 16 septembre 1959, inquiète les partisans de l'Algérie française. Ils s'estiment trompés par celui qu'ils avaient appelé au pouvoir avec pour mandat impératif d'appliquer une politique d'intégration, mandat qu'il n'avait pas démenti, ou par Michel Debré, qui se voit opposer régulièrement et très justement les pages enflammées et peu responsables de son Courrier de la colère. D'autres griefs sont également avancés. La fin de l'année 1959 a été marquée par une reprise des actions du FLN aux alentours d'Alger et dans la Mitidja. Les autorités sont accusées de faiblesse dans la répression. Pour 393 condamnations à la peine capitale prononcées en 1959, il n'y aurait eu que 14 exécutions5. Enfin, quelques déclarations du chef de l'Etat à des notables (les députés Marc Lauriol puis Larradji, le 19 janvier) ont un écho très défavorable, car elles confirment son peu de confiance dans la formule de l'intégration, et paraissent traduire un certain mépris pour l'armée, les pieds-noirs et les musulmans partisans de l'Algérie française.

8La décision de retirer son commandement au général Massu à Alger (où il exerçait conjointement les fonctions de commandant de corps d'armée et de préfet de région) met le feu aux poudres. Ce déplacement d'office est motivé par un entretien accordé à un journaliste allemand qui fait état de vigoureuses réserves de l'armée à l'égard de la politique d'autodétermination. L'exécution de cette sentence paraît particulièrement brutale puisque c'est à Paris, où il a été reçu par le général de Gaulle, que

  • 6 Debré M., Gouverner, Mémoires, Paris, Albin Michel, 1988, t. 3, p. 230.
  • 7 Challe, op. cit., p. 154.

9Massu apprend qu'il ne retournera pas à Alger. Le président de la République se refuse à céder sur ce point au premier ministre Debré, et aux responsables en Algérie - le délégué général Delouvrier et le général Challe - qui souhaitaient que Massu puisse retourner brièvement à Alger, afin de calmer les esprits6. Le traitement réservé à l'ancien vainqueur de la bataille d'Alger n'est pas à proprement parler une sanction pour l'intéressé, il demeure un fidèle du général. Cependant, le départ de l'homme, considéré par beaucoup comme « le symbole militaire de l'Algérie française et le dernier barrage avant la valise et le cercueil »7 fournira un bon prétexte de mobilisation à une foule algéroise pour laquelle la manifestation est devenue, depuis le 13 mai, une passion enivrante.

Des complots ?

10Le 13 mai avait démontré l'efficacité d'un complot parti d'Alger et réunissant mouvements locaux, armée d'Algérie, généraux et hommes politiques de Métropole. Ces possibilités n'ont pas disparu avec l'arrivée au pouvoir du général de Gaulle. Le mécontentement envers la politique algérienne n'est pas sans écho à Paris, où le pouvoir dispose d'une solide majorité (comme l'a prouvé le vote du 15 octobre approuvant la politique d'autodétermination), mais où un certain nombre de dirigeants de l'Algérie française, les uns au gouvernement (Soustelle, Cornut-Gentille), les autres à l'extérieur (Bidault), ont une sensibilité fort proche de celle des Algérois. Le nom de Pinay, qui vient de quitter le gouvernement, est parfois avancé comme recours possible. De même ceux de militaires hauts placés, comme le général Zeller, chef d'Etat-major de l'armée de terre jusqu'au 1er octobre, ont été prononcés. Mais tout dépend, comme pour le 13 mai, d'une initiative algéroise. Que l'atmosphère d'Alger soit alors favorable aux complots est une évidence. Selon les policiers des renseignements généraux, il a été question dès le 16 septembre de faire tomber le pouvoir, du moins au sein des mouvements nationaux. Les militants sont (ou se croient) invités à se préparer à un « coup dur » pour imposer une solution qui leur paraît compromise par de Gaulle, comme elle l'avait été auparavant par Mendès-France, Mollet, ou Pflimlin. L'analyse des faits importe moins ici que la méfiance à l'encontre de supposés « bradeurs ». Comme le 13 mai, l'idée n'est pas de faire tomber le pouvoir, - ou pas unanimement, pas directement : elle est de faire basculer l'armée et donc de transformer une journée en pronunciamento.

  • 8 Massu Gal, Le torrent et la digue, Paris, Plon, 1972, p. 287.

11Ce basculement est d'autant plus facile que l'armée entretient, dès avant le 13 mai, avec les « mouvements nationaux » d'Alger, des liens nombreux et à tous les niveaux, en particulier pour le maintien de l'ordre dans la ville. Les contacts les plus importants s'opèrent avec les colonels engagés dans l'action psychologique et le contrôle des populations : le chef du 5e bureau, le colonel Gardes, le chef d'état-major de Massu, le colonel Argoud ; le responsable de la sûreté, le colonel Godard. Ces contacts sont souhaités et encouragés par la hiérarchie : Challe reçoit fréquemment Joseph Ortiz, son subordonné, Massu, fait de même, directement ou par l'intermédiaire de certains de ses officiers (le capitaine Filippi, le lieutenant Sanne). Dans l'esprit de ces généraux, il s'agit non pas de favoriser l'action des radicaux de l'Algérie française, mais de maintenir le contact pour les convaincre d'appuyer leur stratégie, qui est l'application du programme d'intégration. Massu dira ainsi d'Ortiz : « il représente une force latente et je dois en tenir compte »8. Le général accuse d'ailleurs les responsables de l'ordre à Alger, notamment le général Coste, commandant la zone Nord-Algérois, et son subordonné direct, le colonel Fonde, commandant le secteur Alger-Sahel, de n'avoir pas su entretenir cette confiance qui, selon lui, aurait empêché les événements de janvier. Dans ces conditions, un complot regroupant les chefs du CEMN et les colonels cités plus haut s'est-il déroulé en dehors de la hiérarchie, et plus particulièrement de Delouvrier et de Challe ? Tout dépend du sens que l'on accorde à ce terme.

12Pour la plupart, il ne s'est sans doute agi, en manifestant à partir du 23 janvier, que de répondre à l'émotion de la population et des militants des différents mouvements, en s'appuyant sur la sympathie de l'armée. Certains espéraient que cette démonstration pourrait conduire Paris à se prononcer nettement en faveur de l'Algérie française ; ainsi le leader des anciens combattants Auguste Arnould. La lenteur des autorités à interdire rassemblements et manifestations, l'accueil qu'elles ont réservé à nombre de leurs animateurs, ont pu entretenir l'idée que la manifestation elle-même - dont l'interdiction n'a été prononcée que dans la matinée du 24 et paraît avoir été ignorée de beaucoup - n'avait qu'un caractère patriotique. Pour d'autres, non dépourvus d'arrière-pensées, le moment n'était pas bien choisi. Jean-Jacques Susini déclarera lors du procès des barricades (18 décembre 1961) qu'il ne pouvait être question de lancer un mouvement insurrectionnel sans justification suffisante, alors que l'hostilité du général de Gaulle à l'Algérie française n'était pas clairement établie.

13Cependant, faute de preuves, certains indices laissent à penser qu'il ne s'agissait pas d'une simple manifestation. La manière dont Pierre Lagaillarde s'installe dans les facultés dès le 23 au soir prouve sa conviction que l'affaire peut durer. La présence d'UT ou de civils en armes, équipés dès la matinée du 24 (dans le dépôt de la rue de l'abbé de l'Epée, non loin des Facultés), la manière dont le feu sera ouvert en fin d'après-midi sur les gendarmes (au point que certains témoignages concluent à l'existence d'un plan de feu préétabli), laissent supposer qu'Ortiz et les siens tiennent à s'assurer de positions solides en cas d'« événements » imprévisibles, voire à les provoquer, dans des circonstances favorables. Mais autant qu'un complot, l'incertitude quant aux comportements éventuels du chef de l'Etat, du gouvernement, des responsables sur le terrain, des cadres, voire des troupes, peut suffire à expliquer ces initiatives. La conscience de la différence du nouveau régime par rapport à l'ancien n'a pas encore pénétré les esprits. De ce point de vue, les barricades sont le premier test de la solidité de la Ve République.

La semaine des barricades

La fusillade du 24 janvier

14L'événement paraît être le résultat de la conflagration de deux volontés antagonistes : celle des manifestants d'occuper le terrain dans le centre d'Alger, celle des autorités de les empêcher de le faire durablement. Dans le souci d'éviter une confrontation, il semble que les contacts entre commandement et organisateurs aient conduit le service d'ordre à occuper solidement les points névralgiques (en particulier le gouvernement général), et à laisser la manifestation - commencée dans la matinée - se dérouler jusque dans la soirée, afin de fournir un exutoire à l'émotion populaire. La journée du 24 se passe ainsi tout entière en démonstrations pacifiques. Que les manifestants de quartiers populaires de Bab el-Oued à l'ouest, de Belcourt à l'est, aient rompu les barrages de parachutistes et soient parvenus dans le centre ville n'est pas pris au tragique, d'autant que la foule, mêlée de curieux, n'est pas celle des grands jours.

15Lorsque le dispositif destiné à évacuer le périmètre se met en branle (vers 18 heures), l'incident éclate entre manifestants armés et gendarmerie. Cette dernière, chargée de balayer la place dite « plateau des Glières », se trouve prise sous un feu nourri de fusils et d'armes automatiques parti des immeubles, des barricades déjà édifiées, auquel s'ajoutent les tirs d'un groupe d'UT arrivé en camion au cours de l'engagement. La fusillade dure jusque vers 18h45, soit une quarantaine de minutes, scandée par des arrêts et des reprises. Seule l'arrivée des parachutistes du 1er REP, débouchant de l'avenue Pasteur, puis de ceux du 1er RCP, arrivant du boulevard Baudin, permet l'arrêt du feu. Le bilan est lourd : 14 gendarmes (dont 2 officiers) et 8 civils tués (dont des soldat des UT) ; 59 gendarmes et 33 civils blessés (dont un enfant de 10 ans), d'après les chiffres fournis le 24 janvier.

16A qui revient la responsabilité de l'ouverture du feu ? Cela est bien difficile à dire, mais il est peu probable que la gendarmerie - troupe habituée au maintien de l'ordre - ait tiré la première, de plus, dans une position désavantageuse, comme l'indique ses pertes supérieures. En revanche, elle a pu recourir à des grenades lacrymogènes, dont, d'après la plupart des témoins, les explosions ont précédé les premiers coups de feu.

17Il est quasi certain que ceux-ci (sans doute des coups de pistolet) ont été tirés par des manifestants, ce qui a provoqué une fusillade générale, et l'action des F.M. Faut-il invoquer l'action de provocateurs, désireux de créer une situation irréversible ? Rien n'est moins sûr, car, à elle seule, la possession d'une arme par des éléments indisciplinés implique le risque de les voir en faire usage en cas d'affolement ou de fureur subite.

18Les organisateurs de la manifestation tenaient-ils à laisser celle-ci se disperser dans le calme, alors qu'elle ne paraît pas avoir eu le caractère massif qu'ils souhaitaient ? Ils ont cherché à retenir la foule le plus tard possible, ont tenté même de l'augmenter. Dans quel but ? Provoquer un choc ? Des propos comme celui du leader des anciens combattants, Arnould, qui avait annoncé à 15h40 au balcon de la Fédération des UT, l'« ultime combat dans deux heures », semblent l'indiquer. Lors du procès, les généraux Challe et Coste déclarent avoir été frappés par la montée de la tension, et avoir craint une marche des manifestants sur le gouvernement général. Mais cette attitude pouvait tout aussi bien correspondre à une stratégie visant à impressionner les autorités, et à leur arracher des déclarations propres à donner à la fin de la journée l'aspect d'une victoire. De semblables déclarations avaient, en effet, contribué à chauffer les esprits des plus excités. Dans une telle atmosphère, la charge de la gendarmerie, exécutée, comme l'indiquaient les ordres reçus par son chef, le colonel Debrosse, « avec la dernière énergie », c'est-à-dire au pas de course, crosse en avant, devait presque nécessairement entraîner des réactions sanglantes.

  • 9 Déposition du général Coste (16 janvier 1961)

19L'emploi des gendarmes correspond-il à une provocation des autorités ? C'est également bien peu probable. Les gendarmes ont été chargés de balayer le haut du plateau des Glières, car ils étaient seuls en position de le faire, puisqu'ils avaient stationné toute la journée sur le Forum pour protéger l'immeuble du gouvernement général d'une invasion comparable à celle du 13 mai. Ils formaient la seule troupe sur laquelle on pût vraiment compter pour arrêter la foule algéroise. La responsabilité de leurs chefs est sans doute d'avoir exécuté les ordres à la lettre et d'avoir appliqué à Alger, contre une foule infiltrée par des groupes armés, des consignes bonnes pour la métropole, contre des manifestants eux-mêmes soucieux de ne pas laisser de prétexte aux provocations. A un échelon supérieur, l'ensemble de l'opération n'a pas été véritablement coordonnée, les gendarmes ayant agi sans attendre les parachutistes, qui devaient déboucher simultanément sur la place. Ceux-ci, il faut aussi le souligner, ont avancé avec beaucoup de lenteur puisque lors des premiers coups de feu le 1er REP se trouvait encore à l'entrée du tunnel des Facultés. Le général Coste dira avoir agi en connaissance de cause, jugeant ne pouvoir compter véritablement que sur la gendarmerie9.

L'édification des barricades

20Comme on l'a vu, la notion de périmètre défensif est apparue dès avant la fusillade, par l'installation d'hommes en armes à l'intérieur du périmètre contrôlé par les organisateurs de la manifestation. Quand les barricades ont-elles commencé à être édifiées ? Les récits divergent. Selon Ortiz, celle de la rue Charles-Péguy, la plus célèbre, a été élevée vers 15h30 ; la plupart des témoignages évoquent plutôt 16 heures ou 16h30, mais il se peut que l'édification ait commencé plus tôt. Elle deviendra quelques heures plus tard la « barricade Roger Hernandez », du nom de l'UT de 34 ans tué à proximité. Lui faisant face, au début de la rue d'Isly, une autre barricade n'a qu'une existence éphémère. Ces barricades ont été édifiées, selon Ortiz, par des jeunes gens qu'il qualifiera de remuants et peu responsables, qui ont enlevé des pavés et utilisé des planches provenant d'un chantier. Il s'agit de constructions fragiles et peu élevées (1 m). N'obéissaient-elles pas cependant à un plan préconçu, qui visait à entraver la circulation dans le quartier, où des voitures et des autobus étaient alors installés en guise de barrage ? En tout cas, elles ont dissuadé le colonel Broizat, du 1er RCP, de dégager la rue Charles-Péguy, comme il en avait reçu l'ordre, puis ont contribué à mettre en difficulté les gendarmes arrivés au niveau de cette même rue. Cela ne permet naturellement pas de dire qu'elles ont été bâties à cette fin.

  • 10 Lagaillarde déclare avoir, au cours de la même soirée, fait bâtir trois barricades, situées aux de (...)
  • 11 Rapport du commandant de la ZOA, 4 février 1960, 1 H 2 0 2 0.

21L'organisation d'un véritable réduit ne commence, d'après les dépositions de Lagaillarde et d'Ortiz, qu'après la fusillade10. Ces barricades ne sont pas les seules ; à Alger même, d'autres sont élevées, mais rapidement détruites. Des manifestants en construisent à Oran, le 25 à 22 heures, place de la Victoire, elles seront maintenues jusqu'au 30 au petit matin ; elles seront alors occupées sans violence par la Légion. Il y en aura aussi à Orléansville, le 26, rapidement détruite par la troupe11. Seules celles d'Alger poseront aux autorités un grave problème militaire et politique.

22Les barricades ont-elles une valeur militaire réelle ? Il est évident que face à des soldats de métier déterminés et armés, elles n'auraient guère de chance de tenir longtemps. Mais il est aussi certain que leurs défenseurs auraient, s'ils étaient décidés à résister, la capacité d'infliger des pertes non négligeables à l'armée, comme c'est le cas dans toute guerre de rue. Le risque de voir, en cas de combat, d'autres UT se joindre aux combattants ou harceler les forces de l'ordre à l'extérieur du réduit est aussi à prendre en compte. A l'inverse, les insurgés pourraient-ils, en cas d'entrée pacifique des parachutistes dans le camp, l'arme à la bretelle, tirer sur eux ? Cela paraît totalement inconcevable, tant l'image du parachutiste est alors, pour la majorité des Français d'Algérie, celle du combattant défenseur de l'Algérie française. L'effet psychologique d'un combat entre Français, dans un pays engagé dans une guerre contre le FLN qui reste l'ennemi, serait désastreux. On se trouve ainsi, en réalité, dans une logique de dissuasion ou de non-bataille.

  • 12 Bromberger M. et S., Elgey G, Chauvel J.-F, Barricades et colonels, Paris, Fayard, 1960, p. 204.
  • 13 Ortiz J., Mes combats, carnets de route, (1954-1962), Paris, La pensée moderne, 1964, p. 177 et 18 (...)

23Pour les occupants du camp retranché, il s'agit, devant l'échec du 24, de durer le plus longtemps possible. Les faits paraissent avoir donné raison à Lagaillarde qui, dans une lettre transmise au général Gracieux, chef de la 10e DP, dans la matinée du 24, déclarait qu'il ne voulait « constituer qu'une force immobile et silencieuse, qui ne sortira pas de son périmètre. Elle saura y mourir, si elle est attaquée »12. Ortiz en effet aurait déclaré à ses partisans le même jour vers 23 heures : « j'ai été obligé d'adopter une position défensive et contre toute tactique révolutionnaire, nous nous trouvons bouclés dans un réduit ». Selon lui, cela ne peut que servir à « renforcer un climat »13, la détermination des insurgés pouvant susciter des émeutes ailleurs en Algérie. Elle doit placer l'armée devant ce dilemme : tirer sur les insurgés, donc condamner le mot d'ordre d'Algérie française, ou les approuver, et s'opposer ainsi au gouvernement. A moins que celui-ci, de lui-même, pour éviter l'épreuve de force, et mettre fin à un épisode qui compromet son autorité, ne revienne sur la politique d'autodétermination.

24Les insurgés des barricades ne manquent pas d'appuis. Celui de la population, qui les ravitaille, et les protège, en rendant encore plus problématique un assaut. La grève générale, qui s'est étendue à Alger, a par la suite gagné les autres centres européens, Oran, Sidi bel Abbès, la plaine du Chélif, Médéa, Constantine, Bône, Philippeville. Le soutien se traduit, selon les cas, par la création de comités de vigilance, des grèves plus ou moins longues, des manifestations, des pétitions des élus, ou de simples dépôts de gerbes aux monuments aux morts, voire par d'autres barricades. Résonne aussi la voix des milieux politiques hostiles aux orientations du chef de l'Etat. Le 23 janvier, des députés d'Algérie, Européens et Musulmans, ont ainsi remis à Delouvrier une motion destinée au général de Gaulle dans laquelle ils dénoncent une politique « tout à la fois illégale et illégitime ». Leurs arguments sont défendus au sein du gouvernement en particulier par Jacques Soustelle. Cependant, tout dépend de l'armée.

  • 14 Challe, op. cit., p. 156.
  • 15 Voir son projet de rapport in Tournoux J.-R., Jamais dit, Paris, Plon, 1971, p. 460-463.

25De ce point de vue, le calcul des insurgés n'est pas dépourvu de fondement. Il paraît impossible au chef militaire, le général Challe, de tenter une épreuve de force. Il écrira plus tard qu'il n'a pas voulu tenter l'expérience, pour trois raisons : « la première, c'est parce que je veux aller jusqu'à l'extrême limite du possible avant de faire verser le sang ; la deuxième, est que je ne suis pas sûr d'être obéi par tous les hommes ; la troisième, est que je suis à peu près certain que, si elle tirait, ma troupe serait balayée par les tirs des barricades »14. Tous arguments demeurés valables pendant tout le siège, et que reprend à peu de chose près le général Crépin ; le successeur de Massu a toute la confiance du Président de la République, qui en fera le successeur de Challe15. Le but pour Challe et Delouvrier paraît dès lors de parvenir à une reddition sans effusion de sang. Mais l'action menée pour arriver à ce résultat est extrêmement ambiguë, car elle procède par deux canaux : celui des officiers favorables avant tout à l'intégration, et donc pleins de compréhension pour les insurgés ; et celui des officiers soucieux avant tout du retour à l'ordre.

  • 16 Ordre du général Crépin du 26 janvier, 1 H 2020.
  • 17 Déposition d'Argoud au procès des barricades, le 21 décembre 1960.

26Les premiers sont chargés de négocier avec les insurgés. Les gestes de bonne volonté envers ceux-ci vont très loin, puisque la responsabilité de l'ordre à Alger, retirée au colonel Fonde dès la soirée du 24, est confiée au général Gracieux, commandant la 10e DP, dont on connaît les liens étroits avec Alger. Le commandant Sapin-Lignères, qui a des contacts rapprochés, voire compromettants, avec les responsables du camp retranché, est désigné le 26 comme chef de l'ensemble des UT de la zone Alger-Sahel. Il organise, avec l'accord du commandement, un système de relève des UT du camp16. Ortiz et Lagaillarde sont reçus à plusieurs reprises par les colonels sympathisants. C'est le seul moyen pour ces derniers, d'éviter la rupture de l'armée sans briser les mouvements partisans de l'Algérie française, dont la capacité de mobilisation leur semble indispensable dans une guerre anti-subversive17. De ces réunions naît un comité de sauvegarde co-présidé par Ortiz et Lagaillarde, destiné à mettre fin à la grève et à assurer que les insurgés ne poursuivent aucun but politique en métropole (27 janvier). Le 29, un projet de démantèlement des barricades à trois conditions est élaboré : éloge officiel des défenseurs pour leur action en faveur de l'Algérie française ; engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour faire triompher la cause de l'Algérie française ; limitation du référendum à l'alternative : intégration ou indépendance. Il va de soi que ces textes n'ont guère de chance d'être imposés à de Gaulle. Mais du moins ces contacts évitent-ils la rupture. Il en va de même dans nombre de localités d'Algérie, où une partie notable des cérémonies organisées au cours de la semaine se fait en accord et même fréquemment avec la participation des autorités civiles ou militaires.

  • 18 Rapport du général Crépin, op. cit.
  • 19 Ordre du 31 janvier, 3e bureau, 1 H 2020.

27Pendant ce temps une stratégie de plus grande fermeté se prépare à Alger. Bien qu'informées des négociations, les autorités gardent leurs distances. Le 28, Challe et Delouvrier quittent Alger pour la base de Reghaïa afin de bien marquer leur indépendance vis-à-vis de ce qui se passe dans la capitale. Sur place, il s'agit d'isoler le réduit de tout contact avec l'armée ou la population, et de persuader les insurgés de l'inutilité de persister. A partir du samedi 30, les cordons de troupe réussissent à en interdire totalement l'entrée, malgré des tentatives, notamment le dimanche 31, pour les disloquer, sous la poussée de la foule18. Le commandement (retiré le même jour au général Gracieux) dispose alors de près de 17 000 hommes. La plupart sont sans liens particuliers avec Alger, mais ils comprennent une majorité de parachutistes et de légionnaires, dont l'image auprès des Pieds-noirs limite les risques d'une nouvelle fusillade. Challe donne alors des ordres pour l'investissement total du réduit, par l'occupation de toutes les maisons ayant une vue plongeante sur lui, par l'obstruction des égouts et des souterrains permettant d'y accéder19. Cette patience a permis de nombreux départs ; en effet, les troupes, si elles interdisent désormais de pénétrer à l'intérieur du périmètre, laissent sortir librement les individus sans arme.

  • 20 René Brouillet d'après le témoignage du général de Beaufort, chef du cabinet militaire du présiden (...)

28Cette pression militaire s'accompagne d'une pression politique. Le 26 janvier, Debré a qualifié l'Algérie de « terre française ». Le 28 janvier, dans un long discours, au ton pathétique, Delouvrier a adjuré les insurgés de se soumettre, pour que la France « sauve, garde l'Algérie », ce qui paraît avoir ébranlé la résolution de beaucoup. Dès ce moment, la reddition paraît envisagée. Le général de Gaulle qui, selon une tactique éprouvée, a pris le temps de laisser l'adversaire se découvrir, a indiqué le 29 janvier, clairement et sévèrement, qu'il était hors de question pour lui de renoncer à l'autodétermination. Il n'en a pas moins souligné la primauté qu'il entend donner à la lutte contre l'« organisation rebelle », et la joie qu'il ressentirait si une consultation était organisée, à voir les musulmans se décider pour « la solution la plus française ». Il se range, malgré son désir d'en finir au plus vite - et, peut-être, quelques tentations de son cabinet de souhaiter l'épreuve de force20 – aux demandes d'apaisement des hommes qui sont sur place (Challe, Delouvrier, Crépin).

  • 21 Note du chef d'Etat-major pour le général Challe, 28 janvier 1960, 1 H 2020.
  • 22 1 H 2020.

29Les déclarations des chefs de l'armée sont également très importantes. Le 27 janvier, Challe affirme que l'armée « continuera à se battre pour que vive l'Algérie française, car il ne peut exister d'autre sens à son combat ». Cependant, il reste décidé à rétablir l'ordre, sensible à l'argumentation développée par le chef d'Etat-major, le général Ely : l'armée ne peut espérer gagner la guerre en Algérie si, en paraissant cautionner l'émeute, elle perd l'appui du général de Gaulle (« notre seule chance ») et de la nation21. Le 28, le général Gambiez, à Oran, demande que la population montre « son union totale avec la méthode, ses institutions et son chef, le président de la République, pour que vive l'Algérie française dans la France éternelle », déclaration reprise dans des termes semblables par son collègue Olié à Constantine. Le 31, Crépin dira de même. Les propos de ces deux derniers chefs, indéfectiblement fidèles à de Gaulle, ne sont pas différents de ceux du général Faure, pourtant mêlé à tous les complots, qui conclut depuis son PC kabyle que la confiance dans le chef de l'Etat et le gouvernement pour maintenir l'Algérie terre française sort renforcée de cette période22.

  • 23 Il est question de renforcer la garnison de Bizerte avec trois régiments de parachutistes (opérati (...)

30Comment, dans ces conditions, les opposants sur lesquels comptaient les occupants du camp retranché, et nombre de ces occupants eux-mêmes, ne seraient-ils pas ébranlés, ou convaincus ? Tout le monde comprend que la stratégie des assiégés est désormais vaine. Les officiers, dans leur majorité, respectent le général Challe, dont le bilan militaire leur paraît indiscutable. Il leur semble absurde d'appuyer une dissidence en pleine campagne victorieuse contre le FLN, alors que les relations se tendent avec la Tunisie23. En dépit des appels, ils ne mobilisent d'ailleurs pas la population musulmane d'Alger pour une manifestation de soutien aux insurgés, ce qui eût été le seul moyen de donner consistance au thème de l'intégration. Les civils continuent à faire confiance à l'armée. Le 31, une cérémonie au monument aux morts, présidée par le général Gambiez, en présence du comité de vigilance, met un point final à l'agitation dans la ville d'Oran. Le 1er février, le colonel Dufour, commandant le 1er REP, peut offrir une reddition honorable à Lagaillarde et ses derniers partisans (environ 200 hommes). Après avoir reçu les honneurs militaires, ceux-ci sont emmenés dans les camions du régiment. A l'exception de leurs chefs, tous peuvent contracter un engagement dans un commando spécial, destiné à combattre le FLN.

Symbolique de la barricade

Le camp retranché

  • 24 Les plus intéressantes sont celles conservées à l'ECPA (fort d'Ivry) ; celles de Paris-Match sont (...)

31Les photographies sont plus explicites que les témoignages des participants ou les croquis que nous avons retrouvés24. Elles montrent la rue Charles-Péguy barrée par quatre séries de doubles barricades, édifiées essentiellement à l'aide de pavés, et comportant des chicanes pour le passage ; d'autres bloquent tous les accès au périmètre. Elles sont rehaussées (celle de la rue Charles-Péguy atteint 1,80 m), consolidées, pour certaines à l'aide d'une bétonneuse. La barricade de la rue Charles-Péguy qui donne sur la place de la grande poste est renforcée de sacs de sable à partir du 28 janvier. Des drapeaux (dont l'un a été trempé dans le sang de Roger Hernandez) flottent sur les barricades ainsi que des banderoles sur les balcons. Le fait de pavoiser de tricolore constitue pour les Français d'Algérie l'affirmation de leur soutien à la cause de l'Algérie française. Le caractère patriotique de cette zone est marqué par le détournement de panneaux de signalisation, sur lesquels l'ancienne inscription « zone bleue » a été corrigée en « zone française ». A l'intérieur, on procède quotidiennement aux cérémonies de lever et de descente des couleurs. De la musique militaire est diffusée en permanence par haut-parleurs.

32La population de ce camp varie. La garnison permanente, qui bénéficie au début de relèves, est évaluée à un millier d'hommes (UT pour la plupart, renforcés par une centaine de harkis venus de l'Arba). Ils bivouaquent dans les locaux des Facultés ou dans les appartements dont certains habitants ont été expulsés. La liberté de circulation existant au début pour les sympathisants ou les simples curieux, les relations assez cordiales avec les cordons de parachutistes y créent une atmosphère apparemment bon enfant. Le ravitaillement est assuré sans difficulté (on aurait servi jusqu'à 3000 casse-croûte par jour), ni l'eau, ni l'électricité ni le téléphone n'ont été coupés, à la fois par égard pour les civils demeurant sur place, par difficulté d'intervenir sur les réseaux, et par complicité.

  • 25 Note du 3e bureau, 3 février 1960, 1 H 2020.

33Mais cet aspect débonnaire ne doit pas faire illusion. Les défenseurs sont bien armés. Lors de la reddition du camp retranché, les forces de l'ordre récupéreront 4 F.M., 185 P.M., 510 fusils, des milliers de cartouches et des grenades25. Ils ne sont pas, en dépit de ce qu'ils tenteront de faire croire lors du procès, désorganisés. Lagaillarde et Ortiz ont créé, chacun de leur côté, une hiérarchie et une répartition des tâches. Chacun garde jalousement le commandement de ses forces respectives. Lagaillarde, officier de réserve parachutiste, dont il porte la tenue camouflée dite « léopard », fait régner un ordre militaire, alors que la discipline semble plus relâchée dans le camp d'Ortiz. L'action des groupes de choc se fait sentir à l'extérieur : menaces envers des fonctionnaires de police (que leur administration préfère déplacer en métropole), enlèvement de l'un d'eux (accusé d'avoir enquêté sur le FNEF et qui sera libéré, son innocence reconnue), et surtout coup de main à l'hôpital Mustapha qui permet la libération de quatre condamnés lors de l'affaire dite « du bazooka ».

« Barricades » ou Alcazar ?

  • 26 Challe, op. cit., p. 156.

34Les acteurs ou les témoins de l'époque ne se sont pas limités au nom « barricades ». Challe a parlé de « fort Chabrol », tandis que l'avocat général Mongin a rappelé l'épisode du tribun de la plèbe, Saturninus, soulevé contre Marius en 103 avant J.-C.26. Allusion à l'Alcazar a aussi été faite. La paternité de ce terme revient peut-être à Delouvrier, qui l'emploie deux fois dans son discours du 28 janvier aux Français d'Algérie, en parlant de « tous ceux qui se sont enfermés dans la Faculté comme dans l'Alcazar de Tolède », et, plus loin, de l'« Alcazar des Facultés ». Cette référence au siège mythique des nationalistes du colonel Moscardo par les forces républicaines espagnoles, et à leur libération par Franco après 64 jours de siège (juillet-septembre 1936) s'accorderait avec les sympathies politiques des dirigeants du mouvement. Il faut observer cependant qu'elle n'est pas employée par Delouvrier dans un sens péjoratif, le thème de l'Alcazar s'inscrivant dans une suite d'épisodes de gloire militaire. Ces comparaisons ne se sont pas imposées, encore qu'elles ne soient pas l'une et l'autre dépourvues de pertinence.

  • 27 Bronberger et al., op. cit., p. 142.

35La barricade est essentiellement un héritage républicain. Il n'est pas étonnant de voir cette thématique reprise par les organisateurs - malgré la sensibilité d'extrême-droite de beaucoup - à destination de l'armée et des pieds-noirs. Il ne faut pas oublier en effet que l'Algérie française s'est largement construite sur des valeurs de la IIIe République (anti-bonapartisme, école, anticléricalisme, patriotisme, colonialisme), toutes demeurées très vivantes dans les sensibilités populaires. Pierre Lagaillarde revendique une parenté avec le député Baudin (dont il serait le petit-neveu)27. Fernand Féral déclare à son procès que son arrière-grand-père fut expulsé en Algérie pour opinions républicaines. Le 13 mai avait vu la création de comités de salut public. Cette reprise de l'imagerie républicaine est aussi destinée à répondre aux accusations de complot contre la République. Georges Bidault, lors du débat sur les pouvoirs spéciaux votés par l'Assemblée nationale le 4 février 1960, remarque que ceux qui dénoncent les barricades d'Alger commémorent les barricades élevées par la Commune pour certains et, pour d'autres, celles qui furent édifiées lors de la Libération de Paris. Il note aussi que des barricades furent construites à Alger en novembre 1942 (allusion inexacte à la tentative de prise du pouvoir par la Résistance le 8 novembre, afin de préparer le débarquement américain).

  • 28 Déposition du commandant de gendarmerie Tardy au procès, 4 janvier 1961.

36Quelle que soit la validité de la référence, il semble que la fonction de la barricade et sa mythologie soient les plus adéquates pour rendre compte des faits étudiés plus haut. Comme toujours, elles délimitent l'espace dans lequel s'enferment symboliquement les défenseurs d'une cause, ici celle de l'Algérie française. Cette séparation volontaire en appelle au reste de la collectivité nationale à qui est présentée l'image d'une unanimité brisée par l'abandon par la majorité de ses engagements sacrés. La disparition des barricades ne peut alors se faire que par l'élargissement de l'espace préservé à l'ensemble de l'espace national, et donc le retour aux principes dont les exilés volontaires se sont faits les défenseurs. Ceci imposerait à l'Etat de renoncer à la démarche amorcée par le discours du 16 septembre. La Voix du Bled, émission du 5e bureau retransmise par France-V, la radio officielle, proclame : « la barricade ne sépare plus, elle unit ; elle est un trait d'union entre les civils, les territoriaux et les militaires »28. En fait, c'est l'inverse qui se produit. L'autorité de Paris impose le pouvoir de l'Etat comme seule expression possible de la volonté nationale et marginalise les occupants du réduit, d'autant plus que la référence à l'Algérie française est encore commune aux partisans et aux adversaires du général. Il ne leur reste plus qu'à négocier honorablement leur capitulation.

  • 29 Le Monde, 4 et 12 février 1960.

37Mais certains souhaitent éviter l'élaboration d'un mythe qui risquerait de profiter à l'image des vaincus. Un premier billet anonyme du Monde souligne que (malgré certaines parentés inquiétantes) il n'y a guère de rapport entre l'acharnement des combats pour l'Alcazar de Tolède et le « siège bon enfant soutenu par Lagaillarde, Ortiz et leurs partisans, qui n'échangèrent que des cigarettes et des tasses de café ». Un second billet rappelle qu'il ne faut pas parler de « morts sur les barricades », puisque la plupart des tués l'ont été avant leur construction et non pas dans un combat entre insurgés et forces de l'ordre, mais probablement sous les mêmes balles, celles tirées depuis le PC d'Ortiz. Cette argumentation est un peu vaine. Mais elle a pour but essentiel d'éviter aux grands morts des barricades républicaines de la période 1830-1870, tués par les forces de l'ordre, voire aux morts de la guerre civile espagnole le voisinage de ceux d'Alger, auxquels se trouve interdit, jusqu'à nouvel ordre, l'accession à la légende29.

***

38Quels qu'aient pu être les buts ou les espoirs des organisateurs de la semaine des barricades et de ceux qui les soutenaient ou croyaient en eux, avec plus ou moins de naïveté, ces buts n'ont pas été atteints. Au contraire, ils ont contribué à discréditer les Pieds-noirs aux yeux d'une opinion française qui faisait massivement confiance au général de Gaulle. Alors que les chefs des barricades ont la sympathie de la majorité des Français d'Algérie, persuadés que la responsabilité de la fusillade incombe totalement aux forces de l'ordre, la plupart de leurs compatriotes de métropole approuve leur arrestation et leur mise en jugement, convaincus qu'il y a eu complot. Un mur d'incompréhension de plus s'érige entre l'opinion française de métropole et celle d'Algérie, que les années suivantes ne feront que renforcer au point de bâtir des interprétations diamétralement opposées, quelle que soit la réalité, et le degré réel d'information des uns et des autres.

  • 30 Ce système, progressivement abandonné, est totalement supprimé dès février 1962 (note du 1er burea (...)

39Les suites de la semaine des barricades peuvent apparaître à bien des égards comme un progrès du contrôle par de Gaulle de la situation en Algérie. Celui-ci passe d'abord par la dissolution des UT, prononcée dès le 1er mars. En remplacement sont créées des unités de réserve, sous forme de compagnies amalgamées à des unités d'active, constituées de réservistes mobilisés pour des périodes allant de 8 à 30 jours par an30. Dans le même esprit, les cinquièmes bureaux - auxquels leur engagement en faveur de l'intégration et leurs complaisances pour les extrémistes de l'Algérie française est reproché - sont supprimés. Le vote de la loi du 4 février permet au Président de légiférer par ordonnances. La politique suivie reste très largement dans l'équivoque. En effet, les propos des autorités conservent, comme on l'a vu, une tonalité d'ensemble favorable à l'Algérie française. De ce point de vue, les barricades n'ont rien tranché. Il faudra, deux ans plus tard, la fusillade de la rue d'Isly à quelques mètres de là, pour persuader les Français d'Algérie que l'armée française a cessé d'être celle de l'Algérie française.

Notes

1 Selon les rapports de police, le FNF dispose de groupes de choc organisés sur la base de la dizaine (PB. déposition du commissaire Gianantoni, 8 décembre 1960).

2 Note du 1er bureau, 23 février 1960, 1 H 1926 ; - message du 15 mars 1960, EMI, 1er bureau, 1 H 2020

3 On dit abusivement pour désigner un homme appartenant à une Unité territoriale, de même qu'on parle d'« un CRS » pour désigner un policier d'une Compagnie républicaine de sécurité. On se soumettra ici à cet usage.

4 Challe M., Notre révolte, Paris, Presses de la Cité, 1968, p. 149. Il essayera de reprendre lors du putsch ce programme de structuration des populations.

5 Chiffres rapportés au procès des barricades par le bâtonnier Charpentier, le 10 décembre 1960.

6 Debré M., Gouverner, Mémoires, Paris, Albin Michel, 1988, t. 3, p. 230.

7 Challe, op. cit., p. 154.

8 Massu Gal, Le torrent et la digue, Paris, Plon, 1972, p. 287.

9 Déposition du général Coste (16 janvier 1961)

10 Lagaillarde déclare avoir, au cours de la même soirée, fait bâtir trois barricades, situées aux deux extrémités de la rue Edouard-Cat et à la porte sud des Facultés. Mais il n'en dit pas plus.

11 Rapport du commandant de la ZOA, 4 février 1960, 1 H 2 0 2 0.

12 Bromberger M. et S., Elgey G, Chauvel J.-F, Barricades et colonels, Paris, Fayard, 1960, p. 204.

13 Ortiz J., Mes combats, carnets de route, (1954-1962), Paris, La pensée moderne, 1964, p. 177 et 185.

14 Challe, op. cit., p. 156.

15 Voir son projet de rapport in Tournoux J.-R., Jamais dit, Paris, Plon, 1971, p. 460-463.

16 Ordre du général Crépin du 26 janvier, 1 H 2020.

17 Déposition d'Argoud au procès des barricades, le 21 décembre 1960.

18 Rapport du général Crépin, op. cit.

19 Ordre du 31 janvier, 3e bureau, 1 H 2020.

20 René Brouillet d'après le témoignage du général de Beaufort, chef du cabinet militaire du président (Paillat C, La liquidation, Paris, R. Laffont, 1972, p. 539).

21 Note du chef d'Etat-major pour le général Challe, 28 janvier 1960, 1 H 2020.

22 1 H 2020.

23 Il est question de renforcer la garnison de Bizerte avec trois régiments de parachutistes (opération Piques) ce qui justifie retrait du 1er RCP pour se tenir prêt à Telergma à partir du 2 février. Cet argument a été notamment utilisé par le général Ely dans sa note au général Challe du 28 janvier.

24 Les plus intéressantes sont celles conservées à l'ECPA (fort d'Ivry) ; celles de Paris-Match sont assez décevantes de notre point de vue.

25 Note du 3e bureau, 3 février 1960, 1 H 2020.

26 Challe, op. cit., p. 156.

27 Bronberger et al., op. cit., p. 142.

28 Déposition du commandant de gendarmerie Tardy au procès, 4 janvier 1961.

29 Le Monde, 4 et 12 février 1960.

30 Ce système, progressivement abandonné, est totalement supprimé dès février 1962 (note du 1er bureau, 23 février 1960, citée).

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540