Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« De part et d’autre des Alpes »

 | 
Guido Castelnuovo
, 
Olivier Mattéoni

La fonction châtelaine : profil institutionnel, vocation militaire et organisation territoriale

Châtelains, capitaines, vicaires. Organisation territoriale et « vocation » militaire à Mantoue aux xive et xve siècles

Castellani, capitani e vicari. Organizzazione territoriale e «vocazione» militare a Mantova (xiv-xv secolo)

Isabella Lazzarini

Résumé

Le contrôle politique d’un territoire plus vaste par rapport au districtus communal d’origine devient, entre le xive et le xve siècle, une exigence vitale pour les États italiens. La mise en œuvre d’un réseau d’officiers locaux se révèle comme une étape fondamentale de l’affirmation politique des princes et des républiques nées des grandes communes urbaines.
La communication examine le cas mantouan, un exemple caractérisé par une structure territoriale simple sujette d’une dynastie seigneuriale, les Gonzague. Il s’agit d’une cité, Mantoue, de son contado originel et d’une série – pas particulièrement ample - d’annexions territoriales situées à ses marges. Au cours de la période considérée, nous assistons, dans le Mantouan, à la mise en œuvre graduelle d’une géographie territoriale relativement homogène et fondée sur le modèle de la petite circonscription rurale (vicariat et/ou podesteria) régie par des officiers aux compétences administratives, judiciaires, fiscales et militaires. Les vicaires et les podestats, ancrés aussi bien dans la société locale qu’au sein de l’élite seigneuriale, tout en modifiant partiellement leur physionomie du xive au xve siècle, apparaissent quasiment comme le seul groupe d’officiers princiers dont nous pouvons reconstruire une véritable prosopographie.

Il controllo politico di un territorio più vasto dell’originario districtus comunale diviene tra il xiv e il xv secolo un’esigenza vitale per gli stati italiani. La messa in opera di una rete di officiali locali si rivela una tappa fondamentale nel processo di affermazione del potere di principi e repubbliche nati dai grandi comuni urbani.
L’intervento prende in esame il caso mantovano, caratterizzato da una struttura territoriale semplice (una città, il suo contado originario e una non ampia fascia di annessioni territoriali ai confini di quest’ultimo) soggetta ad una dinastia signorile locale, i Gonzaga. Nel periodo considerato si assiste alla progressiva messa in opera nel Mantovano di una geografia territoriale relativamente omogenea e fondata sul modello della piccola circoscrizione rurale (vicariato e/o podesteria) retta da officiali dalle competenze amministrative, giudiziarie, fiscali e militari. I vicari e i podestà, radicati sia nella società locale, sia nell’élite signorile, pur mutando in parte la propria fisionomia fra Tre e Quattrocento, si rivelano pressocché l’unico gruppo di officiali del principe di cui si possa tracciare una vera e propria prosopografia.

Texte intégral

Je remercie Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni d’avoir relu et corrigé mon texte.

Introduction

La construction des États du bas Moyen Âge : les officiers, le contrôle politique du territoire et la maîtrise administrative de l’espace

  • 2 L’évolution institutionnelle et territoriale des principautés de l’Italie du Centre-nord a fait l’o (...)

1Les recherches récentes sur l’histoire des institutions et de la société des États italiens au bas Moyen Âge ont toutes insisté sur le rôle central joué par la croissance territoriale dans la transformation des structures étatiques entre le xiiie et le xve siècle. Le contrôle politique d’un territoire toujours plus vaste, par rapport au districtus d’origine communale, apparaît comme une exigence vitale : dans le même temps, cette exigence change la nature politique des entités territoriales. La maîtrise administrative de l’espace rend nécessaire aussi bien la création d’instruments nouveaux que la transformation des vieux outils politiques communaux. La mise en place d’un réseau d’officiers locaux s’avère fondamentale dans le processus d’affirmation du pouvoir des princes et des républiques issus des communes urbaines. La définition de l’identité et des compétences des officiers, la mise en place d’une géographie administrative plus ou moins homogène, la création d’instruments documentaires qui témoignent de l’activité des agents territoriaux des princes et des républiques représentent des étapes importantes dans la construction des principautés de la fin du Moyen Âge2.

Mantoue sous les Gonzague : organisation territoriale et vocation militaire

  • 3 Pour l’histoire de Mantoue au Moyen Âge, voir G. Coniglio, Mantova. La storia, I, Dalle origini al (...)

2Mantoue n’échappe pas au modèle. Voici une ville d’origine communale qui est régie par une dynastie autochtone, les Gonzague. En 1328, ces derniers succèdent aux Bonacolsi, signori depuis la deuxième moitié du xiiie siècle. Le pouvoir des Gonzague obtient sa « vidimation » de l’Empire en 1433. À cette date, les domini capitanei, de vicarii impériaux, deviennent marquis. Du point de vue territorial, la seigneurie des Gonzague s’exerce sur la ville de Mantoue et sur le territoire compris dans la circonscription épiscopale médiévale qui avait son centre dans la ville, de même que sur un ensemble de villages et de centres ruraux aux frontières de l’ancien contado. Les Gonzague, malgré leurs efforts, n’arrivent pas – exception faite pour l’annexion du duché de Montferrat en 1530 – à contrôler définitivement d’autres villes épiscopales. Mantoue ne sera jamais, tout au long de son histoire, la capitale d’une principauté capable de dominer une région entière3.

  • 4 Pour une reconstruction des événements de cette période, voir F. Cognasso, « L’unificazione della L (...)

3État autonome constitué par une ville d’origine communale et son contado, dominé dès 1264 par des seigneurs issus de cette même réalité urbaine, Mantoue se trouve au cours de la seconde moitié du xive siècle et des premières décennies du siècle suivant au cœur des luttes féroces qui opposent les différents pouvoirs de la plaine du Pô, à savoir, au xive siècle, les seigneurs des villes voisines de Milan (Visconti), Vérone (Della Scala), Padoue (da Carrara), Ferrare (Este) et de la république de Venise, et au xve siècle, les deux États hégémoniques de l’Italie septentrionale, Milan et Venise4. Dans ce contexte de conflictualité semi-permanente, les seigneurs de Mantoue essaient à la fois d'élargir leur État en profitant des échecs des dynasties voisines, et de survivre aux pressions de leurs voisins les plus puissants. L’organisation du contado de Mantoue répond donc à la fois à des exigences administratives, fiscales et judiciaires, et à la nécessité de se défendre. La position stratégique de la ville et de son territoire conduit bientôt les Gonzague à cultiver une vocation militaire qui donnera à leur seigneurie-marquisat et à son organisation institutionnelle un caractère particulier. Pendant les deux siècles considérés, les compétences civiles et militaires des officiers locaux se superposent non sans difficulté à l’organisation de la compagnie des stipendiati : cette situation se simplifie au xve siècle, lorsque la vocation militaire des marquis devient surtout stratégique et défensive.

Formes du service, sources, chronologie

  • 5 À ce propos, voir les considérations générales de G. Castelnuovo, « Uffici e ufficiali nell’Italia (...)
  • 6 Cette définition vient d’une lettre du juge Nicolò de Antis adressée au marquis Jean François de Go (...)
  • 7 Voir I. Lazzarini, « Relations de pouvoir et formes de service à Mantoue à l’époque de Louis de Gon (...)

4Commençons par quelques considérations préliminaires. Dans la société politique seigneuriale et princière de l’Italie du bas Moyen Âge, la définition du mot officier s’avère problématique, et l’utilité générale du concept même d’office révèle bien des limites. Les hommes au service des princes ne rentrent pas tous – ou pas toujours – dans des groupes clairement désignés et le concept d’office ne résume pas toutes les formes du service rendu aux princes5. Dans le cas des officiers locaux cependant, il est possible de retracer les caractères communs de leur service et d’esquisser les traits de leur identité socio-institutionnelle à partir du milieu du xive siècle. Ceux qui occupent une charge locale ont dès le début un statut défini par les lois de la ville et leur office a des caractères déterminés pour ce qui est de sa durée, de sa rétribution, des conditions de nomination et de remplacement. Si l’on donne ainsi au terme d’officium le sens d’une charge temporaire, définie par les statuts communaux ou princiers, caractérisée par un salaire fixe et un terme (sicut sunt potestaria, capitaneatus, vicariatus, registrimi et alia officia recipientia mutationem6), on peut conclure que, contrairement aux chanceliers, conseillers, gens des comptes ou curialistes – soit la meilleure part des protagonistes de la société politique princière du bas Moyen Âge –, les officiers du territoire sont, dès le départ, des officiers au plein sens du terme : leur service princier se définit clairement par l’accomplissement d’un office7. Dans l’étude de ce groupe d’officiers, deux variables fondamentales sont à prendre impérativement en compte : la chronologie de son évolution d’une part, la nature et l’état des sources disponibles de l’autre.

  • 8 Voir I. Lazzarini, « Marchesi e condottieri : i lineamenti di una specializzazione militare nel qua (...)

5Au sujet de la compagnie des capitaines puis des marquis de Mantoue, le discours est différent : la bandera domini du xive siècle évolue au siècle suivant dans l’entourage du prince. Sa destinée et ses caractères s’éloignent d’une façon toujours plus évidente de la géographie administrative du territoire : le monde des soldats du marquis devient alors un microcosme à part, plus proche de la cour que du territoire8.

Châtelains, capitaines, vicaires, podestats : remarques lexicales

6Quelques considérations lexicales sont nécessaires : à Mantoue le mot « châtelain » est très peu répandu. On trouve à sa place, à partir du xive siècle, les termes de vicaire et de podestat. À côté du vicaire/podestat, la responsabilité de la garde des forteresses chargées d’assurer la défense des villages ruraux est confiée aux capitaines (capitaines des châteaux, capitaines des rocche à côté des châteaux dans les complexes défensifs plus articulés). Les compétences du vicaire sont judiciaires, fiscales, militaires : le choix du terme vicaire révèle la prééminence du modèle communal et urbain dans l’organisation institutionnelle par rapport au modèle seigneurial et rural qui, à Mantoue, s’est peu développé.

Les sources

Une géographie documentaire en transformation

  • 9 La problématique documentaire a été récemment l’objet d’une attention nouvelle : P. Cammarosano, It (...)
  • 10 À ce propos, voir I. Lazzarini, « Transformations documentaires et analyses narratives au xve siècl (...)

7La transformation des systèmes politiques et administratifs est parallèle à la « mutation des paysages documentaires ». Un rapport structurel lie les mutations documentaires et l’évolution des techniques de la conservation à l’essor des fonctions et des offices publics, ainsi qu’au développement des formes de la vie associative9. Entre le xive et le xve siècle, à mesure que les offices prennent de l’importance, les livres qui témoignent de leur existence et de leur activité augmentent : la « source » et ce qui la suscite contribuent mutuellement à l'élaboration de leur propre définition10. Dans ce contexte, la reconstruction d’une fraction de la structure politique de l’État des Gonzague doit avant tout tenir compte des sources disponibles : le paysage documentaire oriente et justifie dans le même temps la recherche.

Un témoignage direct : la correspondance des officiers

  • 11 Voir Statuti bonacolsiani, E. Dezza, A. M. Lorenzoni, M. Vaini éd., Mantoue, 2002 (dorénavant Bon), (...)
  • 12 Pour le xive siècle, les archives des Gonzague conservent 16 boîtes de lettres des pays : Archivio (...)
  • 13 Au xve siècle, à côté d’une seule boîte qui recueille le matériel conservé pour les années 1400-145 (...)
  • 14 Dans les volumes des Copialettere est enregistrée la correspondance des marquis avec tous leurs int (...)

8Selon les statuts donnés à la ville de Mantoue par Rinaldo Bonacolsi en 1313, les villages du territoire (142 ville) sont administrés par des consuls et des sapientes locaux qui sont chargés de la répartition des tailles et des prestationes et qui, dans tous les autres cas, doivent en référer au podestat et aux officiers de la ville11. À partir des années 1340, de nouvelles sources apparaissent qui témoignent d’une situation différente. Il s’agit de lettres, en latin, que les officiers princiers – les vicaires – envoient aux Gonzague à partir de leurs vicariats, villages devenus désormais autant de centres des nouvelles circonscriptions administratives et territoriales12. Le nombre des lettres des officiers augmente progressivement au cours du xive siècle : au siècle suivant, exception faite des premières décennies, la correspondance entre les officiers des circonscriptions rurales et le prince est presque quotidienne13. Pour le xve siècle, l’historien dispose aussi des réponses du prince à ses officiers, enregistrées par les chanceliers dans les volumes des Copialettere14.

9Cette correspondance s’avère une source d’un très grand intêret, aussi bien par sa précocité que parce qu'elle comble pour la totalité du xive siècle et une bonne partie du xve un grand vide documentaire, celui des sources administratives proprement dites. La correspondance nous donne, en effet, une image très riche de la vie quotidienne dans les vicariats ; de plus, elle nous aide à restituer les compétences et les pouvoirs réels des officiers princiers que l’absence presque totale des actes de la pratique administrative nous empêche de cerner.

La naissance d’une structure institutionnelle : les livres de nomination

  • 15 Pour une première classification de ces typologies documentaires, v. P. Cammarosano, op. cit. p. 11 (...)
  • 16 En 1341 la lettre de nomination du vicaire de Governolo, Alberto Vaccino (qui est nommé vicaire des (...)
  • 17 ASMn, AG, Patenti 1 (1407-1444). Dans ce volume sont enregistrées quasi seulement les lettres de no (...)
  • 18 ASMn, AG, Patenti, 2 (1444-1484). Dans le deuxième registre le cadre des offices se complique avec (...)
  • 19 ASMn, AG, Patenti, 3 1484-1506. Dans le troisième volume les lettres de nomination aux offices du t (...)
  • 20 À propos de ces sources, v. I. Lazzarini, Fra un principe, op. cit., p. 25-31 et Ead., La nominatio (...)

10À la croissance territoriale des États, et donc des appareils de contrôle du territoire, correspond l’élaboration progressive, à partir de la fin du xive siècle et des premières années du xve siècle, de registres où sont enregistrées les listes de ceux qui détiennent les offices centraux et territoriaux15. À Mantoue, le premier volume de lettres patentes commence en 1407, même si quelques lettres de nomination apparaissent dès le milieu du xive siècle16. Tout au long du xve siècle sont dressés trois livres de lettres de nomination : ils concernent les marquisats de Jean François (1407-1444)17, de Louis et Frédéric (1444-1484)18, et de François de Gonzague (1484-1506)19. Dans ces volumes, selon un schéma que l’on pourrait qualifier de classique, la première lettre de nomination s’accompagne de listes abrégées des officiers nommés dans le même office pour toute la période couverte par le registre20. La date de l’entrée en service, la familia qui éventuellement accompagne l’officier, la date de remplacement, parfois le salaire sont spécifiés pour chaque fonction.

  • 21 ASMn, AG, Liber Statutorum Communis Mantue, b. 2003 (dorénavant Gon) II, 2 : De officio potestatum (...)
  • 22 À ce propos, cf. I. Lazzarini, Fra un principe, op. cit., p. 95-124 ; Ead., « Palatium juris, palat (...)

11L’évolution des registres de lettres patentes témoigne et confirme le caractère d’office des charges territoriales. Les premières lettres de nomination concernent seulement les offices territoriaux, dont la nature a été entre-temps formellement définie par les nouveaux statuts de la ville21. Les détenteurs des charges centrales les plus importantes, en bonne partie issues de l’originelle domus seigneuriale – fonctions à la Chambre des comptes, à la factoria où l’on administre le patrimoine dynastique, à la chancellerie ou aux conseils-, obtiennent au contraire lentement et avec beaucoup de retard le caractère d’office (officium) et, avec lui, l’institutionnalisation que garantit une lettre officielle de nomination. Certains secteurs comme la cour, pourtant d’une importance politique essentielle, n’y parviennent jamais et restent en dehors du monde des offices22.

12La géographie administrative tracée dans le premier de ces registres nous restitue l’image d’un territoire maîtrisé et hiérarchisé selon le schéma d’une évidente sujétion par rapport à la ville capitale de la seigneurie. Les années suivantes voient l’augmentation ou la diminution du nombre des circonscriptions en fonction des acquisitions et des pertes de territoires, mais le cadre administratif de l’État reste le même jusqu’à la fin du xve siècle.

Les actes de la pratique

  • 23 Il s’agit de 14 listes : les vicariats sont ceux de Castellucchio (ASMn, AG, b. 2375), Castiglione (...)
  • 24 ASMn, AG, b. 3668 : dans un quinternello sont enregistrés les hommes aptes à porter les armes sous (...)

13Les prérogatives des vicaires et des podestats du territoire sont fiscales, judiciaires, militaires : l’importance de la correspondance – qui demeure une source qualitative, mais aussi épisodique et subjective – vient de la perte de la quasi-totalité des actes produits par les officiers dans leur activité administrative quotidienne. Les livres d’estimo et tous les documents relatifs à la fiscalité, ainsi que les actes et les registres judiciaires, ont été perdus ; ne sont parvenus jusqu’à nous que des débris. Quelques listes de sparati (exempts) du paiement de l’impôt, envoyées par les vicaires au capitaine Louis, sont conservées parmi la correspondance de l’année 137423, tout comme quelques listes d’hommes capables de porter les armes, listes non datées mais remontant sûrement à la même période24, bref rien d’autre que quelques gouttes d’eau dans une mer de pertes documentaires.

14Malgré cette pauvreté, il n’en demeure pas moins possible, en utilisant les indications éloquentes des lettres des officiers et le plan dessiné par la géographie des nominations, d’esquisser une chronologie des transformations de la structure politique et administrative du territoire de Mantoue entre le xive et le xve siècle.

Naissance et développement du modèle vicarial : la chronologie

15Tout au long des deux siècles considérés se développe et se structure un modèle d’organisation politique du territoire et de maîtrise administrative de l’espace rural. Après une phase préliminaire qui couvre les premières décennies du xive siècle, une étape constitutive se met en place entre les années 1370 et les années 1410. Au milieu du xve siècle, l’époque du marquis Louis II correspond à une période de consolidation de la géographie administrative locale. Les dernières décennies du siècle voient le modèle vicarial évoluer vers une nouvelle hiérarchie des offices territoriaux. Du point de vue strictement militaire, à la relative mixité des fonctions défensives et offensives qui caractérise le xive siècle, se substitue au cours du xve siècle une spécialisation des princes vers le métier de la guerre ; celle-ci éloigne chaque jour davantage l’administration du territoire, y compris pour la défense à l’échelle locale, de l’activité militaire désormais assurée par les troupes mercenaires aux ordres des capitaines du marquis.

Le xive siècle : la naissance du modèle

  • 25 ASMn, AG, b. 236, 1304.XII.14, voir M. Vaini, Ricerche, op. cit., p. 117.
  • 26 ASMn, Ospedale, b. 10,1312.IV.26 : Ottolino fait partie de l’élite bonacolsienne la plus éminente ( (...)

161300-1328. Pour l’époque des Bonacolsi, peu de traces de l’existence d’officiers locaux appellés vicaires existent dans la documentation. Selon les statuts de 1313, les villages ruraux sont régis par des sapientes ou consules choisis parmi les rustici : les lois de la ville de Mantoue n’attestent pas l’existence d’officiers élus par les seigneurs. Au contraire, dans un acte de donation en 1304, à côté des consuls de Castiglione Mantovano apparaît le vicaire d’un village voisin, Goito25. En 1312 Ottolino della Savia, vicaire de Saviola, Borgoforte, Roncorlando et Torricella, agit comme témoin dans un acte privé26.

  • 27 ASMn, AG, b. 15, Pacta et capitula.
  • 28 ASMn, AG, b. 3393, 1337.III.28.
  • 29 ASMn, AG, b. 3136/2, fol. 3 et 3v.
  • 30 Voir n. 10.
  • 31 ASMn, AG, b. 2881.1, Asola (fol. 3v), Casalmaggiore (9v), Isola Dovarese et Montichiari, Piadena (4 (...)
  • 32 Governolo, Serravalle, Sermide, San Benedetto, Revere, Quistello, Borgoforte, Marcaria, Goito, Volt (...)

171328-1370. Pendant les premières décennies de la domination des Gonzague les attestations de l’existence des vicaires se multiplient : l’emploi de ces officiers locaux devient régulier. En 1335, les Gonzague envoyent à Asola un rector pour tenere, regere et gubernare, defendere et conservare in statu pacifico et tranquillo cette importante commune rurale jusqu’alors sous la domination de Brescia27. En 1337, Bressanino da Ceresara est vicaire à Volta Mantovana28. Le bilan général de la Masseria de la commune de Mantoue pour la première décennie de la domination des Gonzague (1328-1338) cite les vicaires de Marcaria et de Montichiari29. La première lettre de nomination d’un vicaire remonte à 1341 : le vicaire de Governolo, Alberto Vaccino, a la responsabilité de 18 villages (y compris le chef-lieu, Governolo) et reçoit un salaire de 12 sous de Mantoue pro die, salaire payé par les communautés rurales per lares30. Le terme employé est déjà celui de vicarium. Pour la même année 1341 les témoignages de l’existence de vicariats se multiplient : le premier registre de Copialettere conservé atteste que dans le district de Mantoue existent quatre podestats et 17 vicaires ; en 1350, le vicaire d’Ostiglia apparaît à son tour dans la documentation31. Un décret qui interdit l’exportation de blé est envoyé en 1360 à 17 vicaires, qui ne sont pas exactement les mêmes qu’en 134132. Il est donc possible de conclure qu’à partir de l’époque gonzaguesque, surtout entre les années 1340-1370, les communautés rurales du territoire de Mantoue font l’objet d’une réorganisation progressive en des circonscriptions administratives – vicariats et podesterie – qui deviennent les structures majeures du contrôle que les seigneurs et la ville exercent sur le district.

  • 33 Voir I. Lazzarini, « Gonzaga, Ludovico » dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 57, Rome, (...)

181370-1382. Aussi bien par l’abondance de la documentation – en rien, selon moi, due au hasard – que par un réel élan novateur, l’époque du capitaine Louis III (1370-1382) s’avère une période fondamentale pour ce qui est de l’organisation du territoire. Au cours de ces années, le territoire soumis à la ville de Mantoue correspond ancore le plus souvent à l’ancien district épiscopal et communal : il s’agit de la partie de la province traditionnellement définie comme le Mantovano Vecchio. Cette région comprend le cœur du territoire autour de la ville, sans les acquisitions territoriales plus tardives en direction de l’ouest et de l’est. La domination de la ville sur cette portion du territoire est ancienne et indiscutée : les princes sont ici les héritiers de la suprématie urbaine bâtie pendant l’âge communal. De plus, en 1370, Louis de Gonzague et Mantoue sortent d’une longue période troublée. Louis est le premier de sa dynastie à régner seul : après plusieurs décennies de gestion collégiale – et donc contrastée – du pouvoir, désormais un seul seigneur à la fois gouverne l’État. Dans le même temps, la dernière attaque des Visconti contre Mantoue (1368) – attaque particulièrement dangereuse et violente – a définitivement convaincu Louis d’adopter une prudente neutralité33.

19Les douze années de la domination du troisième capitaine sont ainsi caractérisées par une prudente et individuelle hégémonie exercée sur un territoire placé depuis longtemps sous le contrôle de la dynastie : nous avons là les prémisses – et les causes profondes – d’une réorganisation capillaire du territoire. Cette réorganisation s’appuie sur trois éléments : la systématisation du réseau des vicaires et des podestats ; l’incastellamento des centres des nouvelles circonscriptions ; la régularisation des relations quotidiennes entre les officiers ruraux et le centre seigneurial (du capitaine à ses officiers plus importants, tels le vicaire de la cour).

  • 34 Voir Ead., « L’itinérance des Gonzague : contrôle du territoire et résidentialité princière (Mantou (...)

20Les interventions et les travaux dans les châteaux et les forteresses du territoire sont imposants : entre 1372 et 1382, la correspondance atteste l’existence de chantiers dans 16 des 19 vicariats ; les fortifications préexistantes sont transformées et les forteresses s’approchent du modèle du « château-enceinte » capable d’assurer la défense du territoire, d’accueillir les paysans en cas de guerre et de conserver les récoltes34. Enfin, à partir de ces années, la correspondance des vicaires devient continue et acquiert ses caractères diplomatiques définitifs (datation topique et chronique) (fig. 1).

  • 35 Voir n. 20.

211382-1407. À la mort de Louis III, son fils François est encore mineur : lorsqu’il arrive à sa majorité, en 1388, une nouvelle période de guerre entraîne une fois de plus Mantoue dans les grands conflits avec Milan, les États princiers de la plaine du Pô et Venise. Au cours de cette période, les Gonzague engrangent plusieurs acquisitions territoriales durables et significatives. Entre la fin du xive siècle et les premières années du siècle suivant, au Mantovano Vecchio s’ajoute le Mantovano Nuovo, un territoire qui correspond à un tiers à peu près de l’originel district communal, parsemé de centres ruraux bien peuplés et d’ancienne fondation, parfois pourvus de statuts autonomes. La nécessité – ou mieux la difficulté – de leur contrôle conduit François IV à établir une distinction, qui s’avérera par la suite définitive, entre vicariats et podestariats : les centres plus importants du Mantovano Nuovo, sur les frontières de l’État, deviennent des podestariats, sous l’autorité de podestats qui occupent rapidement un rang supérieur, que sanctionne un salaire plus élevé et que confirment d’amples prérogatives en matière de juridiction. Les villages du Mantovano Vecchio, chefs-lieux des anciennes circonscriptions, restent des vicariats. À la vingtaine de vicariats des années 1370 s’ajoutent d’autres vicariats et surtout cinq à sept podesterie. Les nouveaux statuts de 1404 confirment, avec une rubrique consacrée aux vicaires et aux podestats, la légitimation normative du nouveau système qui a mûri tout au long du xive siècle35.

Fig. 1 – Les vicariats du Mantouan (1340-1370)

Fig. 1 – Les vicariats du Mantouan (1340-1370)
  • 36 Pour tout cela, voir I. Lazzarini, Marchesi e condottieri, op. cit., p. 44-49.

22Pour ce qui est de l’organisation militaire de l’État, on constate qu’à la fin du xive siècle, l’organisation militaire d’origine communale, fondée sur les communautés rurales et sanctionnée par les statuts de 1313, est intégrée au sein du réseau plus récent des vicariats. L’organisation administrative du territoire et la structure militaire, tant défensive qu’offensive, sont à ce moment-là encore strictement liées. Pendant les dernières années de la décennie 1370 et surtout durant le capitanat de François IV, apparaissent les traces de l’existence d’un niveau supérieur relevant de la compagnie du prince, celui des stipendiarii et de la bandera domini. Selon les statuts de 1404, qui dédient un livre entier aux stipendiarii, ceux-ci sont soit les soldats qui ont la garde des forteresses du territoire, soit les membres de la bandera domini. Ces hommes sont sous les ordres de capitaines militaires qui ne dépendent pas des vicaires. La séparation entre l’armée occasionnelle des paysans et les groupes permanents de professionnels de la guerre commence à s’affirmer seulement entre la fin du xive siècle et le début du xve siècle36.

Les premières décennies du xve siècle : l’effort militaire et les pertes territoriales

  • 37 ASMn, AG, b. 2185, lettre à Matteo Corradi, orateur à Milan, 1443.I.7.

23Les premières décennies du xve siècle – l'époque de Jean François V capitaine et premier marquis de la maison de Gonzague – correspondent à la période du dernier grand effort des Gonzague en vue d’élargir de façon significative leur État. Jean François, capitaine de Venise et, à partir de 1438, après un célèbre changement de camp, au service du duc Philippe Marie Visconti, passe sa vie en guerre. Sa grande ambition est de mettre la main sur une des grandes villes voisines de Mantoue, Vérone, Vicence, Brescia ou Parme, en profitant du conflit entre Milan et Venise. Les résultats sont mitigés : lors d’une première phase, le Gonzague arrive à annexer à son territoire quelques centres ruraux importants, tels Asola, Lonato ou Peschiera, mais à la fin des guerres entre Venise et les Visconti, en 1441, le marquis de Mantoue perd tout ce qu’il avait auparavant gagné. En 1443, à la possibilité d’une nouvelle ligue contre Venise, Jean François répond tristement : « Occore ben considerare, perché seguendo la guera ce trovemo esser sotto la possanza dell’inimici [...] e le confine nostre se pò dire essere una spana de campagna [...] e non ne resta altro che la persona inferma et una povera citade la qual perdendo poressemo dire de andare al hospedale »37. C’est le glas des ambitions territoriales des Gonzague au xve siècle. C’est aussi la fin de l’engagement direct et actif de la compagnie des marquis de Mantoue dans une guerre qui durera au moins jusqu’à la fin du siècle et à la bataille de Fornovo.

24Du point de vue de l’administration du territoire, on peut dire que celle-ci est durant ces années dans une condition d’alerte semi-permanente : les quelques changements sont imposés par la nécessité et la pratique, ils ne dérivent pas d’une vision générale. L’aspect le plus novateur est représenté par la rédaction de registres de lettres de nomination des officiers. Les vicariats et les podesterie cités dans le premier de ces livres (1407-1444) sont au total 48. Nous avons là une série régulière de nominations pour 29 vicariats et podesterie, qui correspondent à peu près au réseau de la fin du siècle précédent : les 19 autres apparaissent sans ordre, d’une façon parfois discontinue. La géographie administrative qui en découle nous restitue l’image d’une région compacte, plus vaste qu’au siècle précédent, où le réseau des circonscriptions rurales s’est resserré alors que les centres s’accroissent et se rapprochent les uns des autres. Autour de cette région, aux frontières de l’État, se trouve un ensemble de villages plus ou moins importants, dont l’appartenance aux Gonzague s’explique par la guerre, et dont les officiers, par voie de conséquence, sont désignés de manière intermittente par le prince. Il est évident que l’organisation territoriale fondée sur les vicariats et les podestariats, véritables cellules d’encadrement, est devenue la règle. Le statut des officiers, reconnu par les lois de la ville et authentifié par la formulation de l’acte de nomination selon un schéma diplomatique précis, celui de la lettre patente, est désormais formellement arrêté, même si le nombre et les dimensions des circonscriptions ne sont pas encore définitifs.

La deuxième moitié du xve siècle : l’accomplissement et l’évolution d’un modèle désormais classique

  • 38 En 1444, Charles de Gonzague obtient Bozzolo, Sabbioneta, Viadana, Reggiolo, Gonzaga, Luzzara et Su (...)
  • 39 Voir G. Rodella, Giovanni da Padova. Un ingegneregonzaghesco nell’età dell’Umanesimo, Milan, 1988.

25Dans la deuxième moitié du xve siècle, deux phénomènes se produisent. Le réseau des vicariats se décline désormais dans une géographie administrative durable, qui correspond à l’établissement de la structure territoriale du marquisat dans ses frontières définitives. Les seuls changements territoriaux concernent la création (de 1444 à 1456 et à nouveau, et définitivement, à partir de 1478) de petites enclaves territoriales pour les cadets de la maison de Gonzague. Jusqu’au xvie siècle, ces enclaves restent soumises – même dans leur autonomie administrative – à l’autorité de la branche aînée de la dynastie38. Le deuxième registre des lettres de nomination (1444-1484) nous donne le cadre, désormais définitif, d’un réseau de 45 vicariats et de 5 podestariats : ce cadre demeure le tissu fondamental du territoire dans les siècles suivants. Un témoignage de cette stabilisation du modèle vicarial est donné par la reprise des travaux dans les forteresses rurales : le marquis Louis II impulse une nouvelle vague de restructurations architecturales des châteaux gonzaguesques. Cavriana, Goito, Gonzaga, Rodigo se transforment en des résidences fortifiées et de nombreuses forteresses des siècles précédents sont aménagées selon des exigences agricoles, comme la conservation des récoltes. Le territoire est ordonné et maîtrisé et la stabilité générale du marquisat permet une reconversion à la fois rurale et résidentielle des châteaux et des centres fortifiés39 (fig. 2).

  • 40 Pour une analogie frappante, voir le cas de Ferrare : M. Folin, Rinascimento estense. Politica, cul (...)

26Au cours de ces années, les prémices d’un changement partiel concernant le contrôle du territoire par les vicariats sont perceptibles. En 1450, et pour la première fois, Orlando Suardi, un commissaire, est nommé dans la région d’Ostiglia, Revere et Suzzara ; en 1452, Scaramuccia da Luzzara devient commissaire dans la région de Governolo, tout comme Baldassarre Castiglione dans le Serraglio, qui constitue la première ligne de défense autour de la ville de Mantoue vers l’ouest tam ultra quam citra Padum. En 1447, Orlando Suardi est locumtenens generalis ultra Padum ; en 1452 Sandro da Lisca est locumtenens de Borgoforte et longum Padum. Il faut attendre les années 1480 pour que ce type de charges devienne moins épisodique, mais l’impression qui demeure est que, sur le plan administratif (le commissaire) ainsi que sur le plan militaire (le lieutenant), de nouvelles figures d’officiers, pourvues de plus vastes pouvoirs terrioriaux, sont en train de se superposer aux vicaires et aux podestats. Néanmoins, cette évolution ne s’institutionnalise pas encore au xve siècle, quand bien même les nominations de commissaires et de lieutenants vont en se multipliant40.

  • 41 Voir I. Lazzarini, Marchesi e condottieri, op. cit., p. 54-61.

27Pendant presque toute sa vie, Louis II est au service des ducs de Milan comme lieutenant du duché et capitaine général. En réalité, son rôle est désormais politique et stratégique bien plus que militaire : il est un bon allié des ducs Sforza. Il leur garantit avec Mantoue l’existence d’un bastion fidèle entre Milan et Venise. L’organisation de la compagnie du prince est donc complètement « désancrée » par rapport au territoire : elle s’éloigne de sa fonction militaire originelle. L’activité de condottiere a une importance fondamentale pour le marquis grâce aux ressources financières qu'elle garantit : elle lui confère aussi une dimension politique en le situant dans la hiérarchie des États italiens. En revanche, son lien avec l’organisation du territoire est désormais ténu41.

Fig. 2 – Vicariats et podestariats dans le Mantouan (1440-1480)

Fig. 2 – Vicariats et podestariats dans le Mantouan (1440-1480)

Les formes du service : fonctions institutionnelles et profils sociaux

  • 42 Les podestats jouissent parfois de pouvoirs judiciaires plus vastes : voir Gon. (cod. 775, Biblioth (...)

28Selon les statuts de 1404, les vicaires et les podestats ont avant tout des compétences judiciaires en matière de droit civil pour les causes qui ne vont pas au-delà de 100 petits sous de Mantoue, ainsi qu’en matière fiscale. Pour le reste, ils ont le devoir d’en référer au podestat de la ville pour chaque délit commis sous leur juridiction : ils sont aidés en cela par un notaire, nommé par le prince, qui enregistre tous les actes judiciaires42. Ils sont aussi tenus de garantir les rentrées fiscales à l’échelle locale ; ils ont la responsabilité de la rédaction des estimi, ainsi que de la gestion des adjudications des droits de leur territoire ; ils organisent les travaux publics, tels l’entretien des digues ou des forteresses et le rassemblement des récoltes dans les châteaux ; enfin, ils sont personnellement responsables de la levée des armées paysannes en cas d’incursions hostiles ou de guerre dans leur circonscription. Au total, il s’agit là de devoirs ancrés dans la réalité locale mais liés, dans le même temps, aux exigences et aux besoins du pouvoir central. Dans l’exercice de ces prérogatives, ils doivent collaborer avec d’autres officiers princiers – les notaires, mais aussi les capitaines des châteaux et les factori des domaines des Gonzague-, avec les représentants de la communauté locale, ainsi qu’avec les cives ayant des possessions dans leur territoire.

29Ces fonctions institutionnelles évoluent tout au long de la période considérée. Le profil social et la nature des prérogatives liées à la charge d’officier territorial se différencient du xive au xve siècle.

Les officiers au xive siècle : la suprématie locale et les fidélités seigneuriales

  • 43 Une lettre peut suffire comme exemple : Florimonte Brognoli, vicaire de Castiglione Mantovano, écri (...)

30Les prérogatives des vicaires et des podestats dans les dernières décennies du xive siècle correspondent à peu près à la situation décrite dans les statuts de 1404 : la correspondance nous les montre dans toute une série d’activités allant du contrôle des travaux dans les châteaux à l’organisation de l’entretien des cours d’eau, en passant par la défense du territoire et la levée des tailles et des services destinés aux seigneurs. Parfois, la tâche n’est pas aisée : ici les hommes du pays refusent d’observer les obligations, là les autres officiers contestent les prérogatives du vicaire, ailleurs le salaire n’est pas suffisant43.

  • 44 Voir M. Vaini, Ricerche, op. cit., p. 120-122.
  • 45 À ce propos il est intéressant de suivre l’histoire de deux familles de ces officiers, seigneurs ru (...)

31La correspondance nous permet de connaître le nom et la carrière de la plupart des vicaires des années 1370-1380. Les officiers territoriaux sont peu nombreux : il s’agit d’une élite qui change souvent de poste, même à l’intérieur d’une seule région. Leur profil social est intéressant : le plus souvent issus des lignages seigneuriaux et ruraux les plus importants de la région, ils disposent d’une position éminente au sein de la société locale44. La charge vicariale souligne et exalte leur enracinement rural : au niveau local, l’ancienne prééminence de ces domini, qui prend parfois racine au xie siècle, est confirmée par l’exercice des plus hautes fonctions administratives, fiscales et militaires. Au niveau central, le prince reconnaît et légitime cette prééminence mais, dans le même temps, il exerce sur elle son contrôle. L’ancien dominatus loci s’exerce dans une fonction administrative qui le transforme. Le rapport entre ces officiers et le prince est le résultat d’une fidélité à la tonalité encore féodale et seigneuriale ; de même nature semble être parfois le rapport entre les vicaires et les hommes des vicariats. Ces rapports changent toutefois de signe et de valeur au xve siècle : la fidélité se transforme alors en service45.

Les officiers au xve siècle : suprématie centrale et service du prince

  • 46 Ibid., p. 313-354.
  • 47 À propos du rôle de médiation des officiers territoriaux, voir aussi M. Folin, Rinascimento estense (...)

32L’absence de toute correspondance pour la première moitié du xve siècle nous amène directement à l’époque du marquis Louis II. Là, le cadre a partiellement changé. Du côté des prérogatives, les vicaires et les podestats jouissent plus ou moins des mêmes pouvoirs, mais l’équilibre des fonctions s’est partiellement modifié : les compétences fiscales sont devenues prioritaires, au détriment des devoirs militaires et, pour une bonne part, des prérogatives judiciaires. L’articulation entre elles des magistratures judiciaires centrales (cour du podestat, cour du massaro pour les causes de danni dati, juge d’appel, conseil de justice) et la possibilité du recours au prince dans les procédures de grâce compliquent la gestion de la justice locale46. Les officiers deviennent alors surtout des médiateurs et des arbitres entre tous les protagonistes : au pire, ils refusent de prendre parti47. En 1461 le marquis exhorte les vicaires et les podestats à collaborer activement avec les magistratures centrales, en envoyant les informations que les conseillers du prince leur demandent, sans se cacher derrière des reponses trop vagues :

  • 48 ASMn, AG, Cop. 2888.48, 1461.III.4, fol. 14v, lettre du marquis Louis à tous les vicaires et les po (...)

Perché l’accade qui ogni volta che quando nui vogliamo informatione de qualche questione o condemnatione o danni dati, se ben quelli del nostro consiglio scriveno fora mandando le suppliche per poterne poi refferire, gli fie risposto sempre sotto uno medesimo tenore e che comunamente se conferma cum la domanda, vogliamo che da qui inanti tu gli mette ben mente e sel te fosse richiesto simele informatione, devi guardar a scrivere come se passò proriamente e non volere excusare alcuno cum bone parole, ma solamente scriver el vero48.

  • 49 Louis II ordonne aux vicaires de Dosolo, Viadana, Sabbioneta, Gazzuolo, Rivarolo, Bozzolo, Isola Do (...)

33Les prérogatives militaires ont presque disparu. À ce jour, un seul exemple d'un recrutement de milices locales a été retrouvé par nos soins : en 1462, à cause d’une insurrection des rustici de Plaisance contre les officiers des ducs de Milan, le marquis reçoit de Francesco Sforza l’ordre de rendre disponibles ses milices paysannes sur les frontières du duché en direction de Plaisance49.

  • 50 Fabiano Ippoliti, vicaire de Goito, écrit au prince le 20 novembre 1461 : Ho cum diligentia curato (...)

34Les affaires fiscales représentent au contraire le plus gros du travail : avant tout, il faut mettre à jour l’estimo ; il faut ensuite s’assurer d’un recouvrement fiscal aussi prompt que correct, et surtout juger les innombrables contentieux en matière fiscale50.

35La durée de la charge est très variable (de six mois à dix ans). Le salaire dépend pour une bonne part de la charge – les podestats reçoivent en général un salaire correct – et de l’impétrant – les personnages les plus illustres, les chevaliers, les courtisans, les docteurs en droit ont plus de chance que les simples officiers.

  • 51 Voir Mantova 1430, op. cit., p. 102. On peut traduire : « C’est à vous de donner à vos citoyens qui (...)
  • 52 Voir I. Lazzarini, Gli offici, op. cit., p. 83-84.

36Le profil social des officiers a également changé par rapport au siècle précédent. Le groupe des vicaires et des podestats comprend encore des membres de l’élite que constituent les serviteurs des princes, mais les hommes neufs sont plus nombreux, comme dans tous les rangs de l’administration princière. Le sens même de l’office a changé. L’office territorial ne confirme plus une éminence locale ; il est le résultat – ou parfois le point de départ – d’une réussite, personnelle ou familiale, à l’échelon central de la société de cour. Il est aussi, dans un bon nombre de cas, une ressource à disposition des sujets des princes. En 1430 Giovanni Aliprandi rappelle à Jean François de Gonzague que ses prérogatives de seigneur comprennent le devoir de garantir des offices à ses sujets : Serave da proveder [...] che vostri citadini chi ànno bisogno de fare officio, zoè quelli chi non sanno né ponno fare arte fusse sovegnudo de officio azò che lor podesseno sostenire li lorfameye51. Les hommes qui exercent avec continuité un office dans le territoire se révèlent comme les cadets des grandes familles de l’élite gonzaguesque, les héritiers des parentés qui jouissaient d’une meilleure fortune à l’époque communale, les fonctionnaires débutants, les professionnels mineurs du droit et de l’administration. La charge locale est devenue pleinement un office52.

Conclusion

37À Mantoue, entre le milieu du xive et la fin du xve siècle, on assiste à la mise en place d’une géographie territoriale fondée sur le modèle de la petite circonscription rurale régie par un officier aux compétences administratives, fiscales, judiciaires et parfois militaires. Il s’agit d’un processus qui se développe avec la délimitation territoriale du petit État des Gonzague ; il s’affirme aussi en même temps qu’évolue la structure institutionnelle centrale de la seigneurie/marquisat. Au niveau local, les vicaires se conduisent comme des représentants des princes, mais agissent aussi en médiateurs entre les pouvoirs locaux – dont eux-mêmes font parfois partie – et l’autorité centrale. Ces officiers sont dans la plupart des cas bien insérés dans la société politique princière, comme membres des élites communales et seigneuriales au xive siècle, et en tant que membres de la société de cour et d'office au xve siècle. Ce modèle mûrit tout au long de la période considérée. Il n’est pas le seul modèle possible d’organisation territoriale : quelques petites enclaves féodales survivent jusqu’au milieu du xve siècle ; à la mort du marquis Louis II, en 1478, les cadets de la maison de Gonzague héritent de principautés mineures qui, au siècle suivant, deviennent des fiefs impériaux complètement indépendants de la branche principale de la dynastie. Enfin, dans chaque réalité locale, le vicaire ou le podestat sont souvent loin d’être toujours efficaces. Le modèle lui-même semble évoluer vers une géographie simplifiée dans laquelle le réseau territorial tend à se recomposer en de plus vastes régions gérées par des officiers plus puissants, tels les commissaires.

38Cela dit, du xive au xve siècle, les vicariats et les podesterie, probablement grâce aux dimensions réduites du marquisat, organisent et administrent d’une façon assez homogène l’espace politique du territoire. Ils constituent un réseau local au maillage serré et régulier : ces officiers représentent à Mantoue, jusqu’à la fin du xve siècle, presque le seul corps d’officiers dont il est possible d’esquisser une véritable prosopographie.

Notes

2 L’évolution institutionnelle et territoriale des principautés de l’Italie du Centre-nord a fait l’objet récemment de nombreuses recherches, parmi lesquelles : G. M. Varanini, « L’organizzazione del distretto cittadino nell’Italia padana nei secoli xiii-xiv (Marca Trevigiana, Lombardia, Emilia) », dans G. Chittolini, D. Willoweit dir., L’organizzazione del territorio in Italia e Germania : secoli xiii-xiv, Bologne, 1994, p. 133-233 ; Id., « Governi principeschi e modello cittadino di organizzazione del territorio nell’Italia del Quattrocento », dans S. Gensini dir.,Principi e città alla fine del medioevo, Pise, 1996, p. 95-127. Pour ne rappeler que les études les plus récentes consacrées aux États italiens au bas Moyen Âge, voir G. Chittolini, A. Molho, P. Schiera dir., Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994 ; G. Chittolini, D. Willoweit dir., Statuti, città, territori in Italia e Germania tra Medioevo ed Età Moderna, Bologne, 1991 et L’organizzazione del territorio in Italia e Germania, op. cit. ; Italia 1350-1450 : tra crisi, trasformazione, sviluppo, publié par le Centro Italiano di Studi e d’Arte, Pistoia, 1993 ; S. Gensini dir., Le Italie del tardo medioevo, Pise, 1990 et Principi e città alla fine del medioevo, op. cit. ; F. Leverotti dir., « Cancelleria e amministrazione negli stati italiani del Rinascimento », Ricerche Storiche, 24 (1994), p. 277-424 et Ead. dir., « Gli officiali negli Stati italiani del Quattrocento », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Quaderni, 1, 1997.

3 Pour l’histoire de Mantoue au Moyen Âge, voir G. Coniglio, Mantova. La storia, I, Dalle origini al 1440, Mantoue, 1958 ; L. Mazzoldi, Mantova. La storia, II, 1440-1550, Mantoue, 1958 ; C. Mozzarelle « Lo stato gonzaghesco. Mantova dal 1382 al 1707 », dans G. Galasso dir., Storia d’Italia, vol. XVII, I ducati padani, Trento e Trieste, Turin, 1979, p. 357-495. Pour la domination des Bonacolsi, cf. M. Vaini, Dal Comune alla Signoria. Mantova dal 1200 al 1328, Milan, 1988 ; pour les Gonzague au xive siècle, voir Id., Ricerche gonzaghesche (1189-inizi sec. xv), Florence, 1994 ; pour le xve siècle, voir I. Lazzarini, Fra un principe e altri stati. Relazioni di potere e forma di servizio a Mantova nell’età di Ludovico Gonzaga, Rome, 1996.

4 Pour une reconstruction des événements de cette période, voir F. Cognasso, « L’unificazione della Lombardia sotto Milano », dans Storia di Milano, V, La signoria dei Visconti (1310-1392), Milan, 1955, p. 3-570 ; Id., « Il ducato visconteo da Gian Galeazzo a Filippo Maria Visconti », dans Storia di Milano, VI, Il Ducato visconteo e la repubblica ambrosiana (1392-1450), Milan, 1955, p. 3-546 ; F. Catalano, « La nuova signoria : Francesco Sforza », dans Storia di Milano, VII, L’età sforzesca, Milan, 1956, p. 3-223 ; Μ. Knapton, « Dalla guerra di Chioggia al 1517 », dans G. Galasso dir., La Repubblica di Venezia nell’età moderna, XII/1, Storia d’Italia, Turin, 1986, p. 3-271 ; M. Malett, « Venezia e la politica italiana : 1454-1530 », dans A. Tenenti et U. Tucci dir., Storia di Venezia, V, Il Rinascimento. Politica e cultura, Rome, 1996, p. 245-310.

5 À ce propos, voir les considérations générales de G. Castelnuovo, « Uffici e ufficiali nell’Italia del basso medioevo (metà Trecento-fine Quattrocento) », à paraître et, pour Mantoue, I. Lazzarini, « Gli officiali del marchesato di Mantova », dans Gli officiali, op. cit., p. 79-97.

6 Cette définition vient d’une lettre du juge Nicolò de Antis adressée au marquis Jean François de Gonzague à l’occasion d’une sorte de referendum sur l’état de la ville de Mantoue en 1430, éditée dans M. A. Grignani, A. M. Lorenzoni, A. Mortari, C. Mozzarelli dir., Mantova 1430. Pareri a Gian Francesco Gonzaga per il governo, Mantoue, 1990, lettre no 16, p. 135.

7 Voir I. Lazzarini, « Relations de pouvoir et formes de service à Mantoue à l’époque de Louis de Gonzague (xv e siècle) », dans Le prince, la ville et le bourgeois (xive-xviiie siècles), éd. préparée par L. Croq, Paris, 2004, p. 65-78.

8 Voir I. Lazzarini, « Marchesi e condottieri : i lineamenti di una specializzazione militare nel quadro della costruzione del principato a Mantova fra Tre e Quattrocento », dans M. Del Treppo, G. Chittolini dir., Condottieri e uomini d’arme nell’Italia del Rinascimento (1350-1450), Naples, 2002, p. 41-61.

9 La problématique documentaire a été récemment l’objet d’une attention nouvelle : P. Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fonti scritte, Rome, 1991 : voir aussi les considérations de J.-C. Maire Vigueur, « Révolution documentaire et révolution scripturaire : le cas de l’Italie médiévale », Bibliothèque de l’École des chartes, 153 (1995), p. 177-185.

10 À ce propos, voir I. Lazzarini, « Transformations documentaires et analyses narratives au xve siècle. Les principautés de la plaine du Pô sub specie scripturarum », Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen Âge, 113 (2001) p. 699-721 et Ead., « La nomination des officiers dans l'Italie du bas Moyen Âge. Pour une histoire documentaire des institutions », Bibliothèque de l’École des Chartes, 159 (2001), p. 389-412.

11 Voir Statuti bonacolsiani, E. Dezza, A. M. Lorenzoni, M. Vaini éd., Mantoue, 2002 (dorénavant Bon), VII, 50 : De miliariis villarum, p. 365 ; V, 23 : De reformatione villarum, p. 312 ; I, 9 : De quibus teneantur consules villarum, p. 129. À propos de ces statuts, cf. M. Vaini, Dal Comune alla Signoria, op. cit., p. 295-322.

12 Pour le xive siècle, les archives des Gonzague conservent 16 boîtes de lettres des pays : Archivio di Stato di Mantova, Archivio Gonzaga (dorénavant, ASMn, AG), bb. 2371-2378, 2379-2387 ; une boîte, la 2388, contient les lettres du xive siècle dont la provenance n’est pas indiquée : l’habitude d’écrire la date topique et chronique à la fin des lettres commence au début des années 1370. L’intérêt pour ces sources a donné lieu à quelques éditions locales, cf. A. Bellei, Lettere dal Castello di Castiglione Mantovano, Mantoue, 2001.

13 Au xve siècle, à côté d’une seule boîte qui recueille le matériel conservé pour les années 1400-1457 (b. 2391), nous avons pour chaque année de une à deux boîtes de correspondance des pays. Il s’agit de 42 boîtes pour la période 1458-1499 (ASMn, AG, bb. 2392-2454 : la correspondance de Mantoue est conservée au milieu de la correspondance des pays).

14 Dans les volumes des Copialettere est enregistrée la correspondance des marquis avec tous leurs interlocuteurs : les officiers du territoire représentent une bonne partie des destinataires des lettres princières. ASMn, AG, bb. 2882-2909, vol. 6-164 (ann. 1443-1499). Nous possédons trois registres de Copialettere pour le xive siècle : ASMn, AG, b. 2881 (vol. 1, 1340-1353 ; vol. 2, 1348-1358 ; vol. 3, 1359-1361), mais ils ne conservent que peu de lettres destinées aux vicaires : il s’agit surtout de lettres envoyées aux autres princes (en particulier aux Visconti). Pour ces volumes, v. Archivio di Stato di Mantova, Copialettere e corrispondenza dei Gonzaga da Mantova e paesi (28 novembre 1340-24 dicembre 1401), Rome, 1969.

15 Pour une première classification de ces typologies documentaires, v. P. Cammarosano, op. cit. p. 113 et suiv. ; pour une comparaison de ce genre de sources dans les États italiens du bas Moyen Âge, v. I. Lazzarini, « La nomination des officiers », op. cit.

16 En 1341 la lettre de nomination du vicaire de Governolo, Alberto Vaccino (qui est nommé vicaire des villages de Governolo, Casale, Casaletto, San Cassiano, Poletto, Sustinente, Libiola, Sacca dei Cavriani, Formigosa, Barbasso, Barbassolo, Carzedole, Villanova Aderbasii, Ronchi, Quadra, Camposomario, Canton Germano, Tridoli), est enregistrée dans le premier des livres des Copialettere, ASMn, AG, Cop b. 2881.I, fol. 17, 1341.IV. 1. Voir M. Vaini, Ricerche, op. cit., p. 117.

17 ASMn, AG, Patenti 1 (1407-1444). Dans ce volume sont enregistrées quasi seulement les lettres de nomination aux offices territoriaux ; la liste des circonscriptions territoriales est ordonnée selon un critère géographique. Les offices dont les nominations sont enregistrées dans un ordre ininterrompu sont les podestariats de Ostiglia, Sermide, Luzzara, Viadana, Asola ; les vicariats de Revere, Quistello, San Benedetto, Borgoforte, Suzzara, Gonzaga, Reggiolo, Dosolo, Rivarolo, Bozzolo, San Martino dell’Argine, Beiforte Cremonese, San Giorgio, Sabbioneta, Buscoldo ; Mellara, Visconteria ; après Mellara, les nominations se succèdent sans ordre jusqu’au folio 66v, puis recommencent les littere vicariatorum (fol. 66v-68) et les littere podestariarum (fol. 76v-79v). Les communes rurales citées sont au nombre de 31.

18 ASMn, AG, Patenti, 2 (1444-1484). Dans le deuxième registre le cadre des offices se complique avec les nominations aux offices centraux : les séries des vicaires et des podestats du territoire deviennent plus régulières. Les lettres de nomination aux offices territoriaux commencent au fol. 81, et concernent 41 vicariats et six podestariats.

19 ASMn, AG, Patenti, 3 1484-1506. Dans le troisième volume les lettres de nomination aux offices du territoire sont enregistrés aux folios 117-140v : il s’agit de 40 vicariats et 6 podestariats.

20 À propos de ces sources, v. I. Lazzarini, Fra un principe, op. cit., p. 25-31 et Ead., La nomination, op. cit.

21 ASMn, AG, Liber Statutorum Communis Mantue, b. 2003 (dorénavant Gon) II, 2 : De officio potestatum vicariorum et consulum comitatus et districtus Mantue, fol. 55. À propos des statuts de François de Gonzague, voir M. Vaini, « Gli statuti di Francesco Gonzaga IV Capitano. Prime ricerche », Atti e memorie dell’Accademia Virgiliana di Mantova, n. s. 56 (1988), p. 187-214 et I. Lazzarini, « Il diritto urbano in una signoria cittadina : gli statuti mantovani dai Bonacolsi ai Gonzaga (1313-1404) », dans Statuti, op. cit., p. 381-417.

22 À ce propos, cf. I. Lazzarini, Fra un principe, op. cit., p. 95-124 ; Ead., « Palatium juris, palatium residentie. Gli offici e il servizio del principe a Mantova nel Quattrocento », dans C. Mozzarelli, R. Oresko, L. Ventura dir., La corte di Mantova nell’età di Andrea Mantegna : 1450-1550, Rome, 1997, p. 145-164.

23 Il s’agit de 14 listes : les vicariats sont ceux de Castellucchio (ASMn, AG, b. 2375), Castiglione Mantovano et Ceresara (b. 2374), Goito (b. 2376), Governolo (b. 2377), Luzzara (b. 2378), Marmirolo e Marcaria (b. 2379), Quistello (b. 2380), Reggiolo (b. 2381), Rodigo (b. 2382), Sermide (b. 2384), Suzzara (b. 2386), Volta Mantovana (b. 2387), voir M. Vaini, Ricerche, op. cit., p. 113-114.

24 ASMn, AG, b. 3668 : dans un quinternello sont enregistrés les hommes aptes à porter les armes sous les ordres de 19 vicaires, soit, au total, 2 990 hommes. Voir M. Vaini, « La spada e l'argento. I Gonzaga nel secolo xiv », dans C. M. Belfanti, F. Fantini D’onofrio, D. Ferrari dir., Guerre, stati e città. Mantova e l’Italia padana dal secolo xiii al xix, Mantoue, 1988, p. 91-102.

25 ASMn, AG, b. 236, 1304.XII.14, voir M. Vaini, Ricerche, op. cit., p. 117.

26 ASMn, Ospedale, b. 10,1312.IV.26 : Ottolino fait partie de l’élite bonacolsienne la plus éminente (voir M. Vaini, Dal comune, op. cit., p. 235, 241).

27 ASMn, AG, b. 15, Pacta et capitula.

28 ASMn, AG, b. 3393, 1337.III.28.

29 ASMn, AG, b. 3136/2, fol. 3 et 3v.

30 Voir n. 10.

31 ASMn, AG, b. 2881.1, Asola (fol. 3v), Casalmaggiore (9v), Isola Dovarese et Montichiari, Piadena (43v) ; Luzzara (12v), Goito (16), Marcaria, Governolo, Borgoforte, Dosolo, Revere (18), Suzzara (18v), San Benedetto (19), Cavriana (20v), Serravalle, Sermide, Quistello (31v), Castellaro (36) Volta Mantovana, Castiglione Mantovano, Canedolo e Rivalta (49v), Ostiglia (56).

32 Governolo, Serravalle, Sermide, San Benedetto, Revere, Quistello, Borgoforte, Marcaria, Goito, Volta Mantovana, Cavriana, Rivalta, Castiglione Mantovano sont les mêmes ; on cite en plus Campiello, Ceresara, Bigarello ; Luzzara, Dosolo, Suzzara, Castellare, Canedolo et Ostiglia manquent : voir ASMn, AG, b. 2881.2, fol. 96v, 1360.V1.19.

33 Voir I. Lazzarini, « Gonzaga, Ludovico » dans Dizionario Biografico degli Italiani, vol. 57, Rome, 2001, p. 797-780.

34 Voir Ead., « L’itinérance des Gonzague : contrôle du territoire et résidentialité princière (Mantoue, xive - xve siècles) », dans A. Paravicini-bagliani, E. Pibiri, O. Reynard dir., L’itinérance des seigneurs (xive-xvie siècles), Lausanne, 2003 (Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 34), p. 249-274.

35 Voir n. 20.

36 Pour tout cela, voir I. Lazzarini, Marchesi e condottieri, op. cit., p. 44-49.

37 ASMn, AG, b. 2185, lettre à Matteo Corradi, orateur à Milan, 1443.I.7.

38 En 1444, Charles de Gonzague obtient Bozzolo, Sabbioneta, Viadana, Reggiolo, Gonzaga, Luzzara et Suzzara ; Alexandre obtient Castel Goffredo, Castiglione delle Stiviere, Piubega, Medole et Solferino ; Gianlucido obtient Cavriana, Volta Mantovana, Castellare et Ceresara. Charles perd ses terres au profit de son frère aîné Louis II en 1451 ; Gianlucido meurt sans héritiers en 1448 ; Alexandre à son tour meurt sans fils en 1466. En 1478, à la mort du père, Louis II, le cardinal François et Jean François de Gonzague reçoivent Bozzolo, Isola Dovarese, Sabbioneta, S. Martino dell’Argine, Rivarolo, Viadana, Gazzuolo (ils échangent quelques jours plus tard avec le frère ainé, le marquis Frédéric, Viadana pour Rodigo) ; Rodolfo et Louis, protonotaire, obtiennent Canneto, Castelgoffredo, Castiglione delle Stiviere, Ostiano, Redondesco et Solferino. Eux aussi échangent Canneto sull’Oglio avec Luzzara et Marmirolo. Voir ASMn, AG, b. 330 pour le testament de Jean François et b. 20 pour les partages et toutes les questions entre les fils du premier marquis (1444-1468) ; ibid., b. 3 pour l’investiture impériale et b. 20 pour les accords entre le marquis Fréderic et ses frères. À propos des problèmes que pose la succession des principautés italiennes, voir I. Lazzarini, « I domini estensi e gli stati signorili padani : tipologie a confronto », dans G. Fragnito et m. Miegge dir., Girolamo Savonarola da Ferrara all’Europa, Florence, 2001, p. 19-49, en particulier p. 28-29.

39 Voir G. Rodella, Giovanni da Padova. Un ingegneregonzaghesco nell’età dell’Umanesimo, Milan, 1988.

40 Pour une analogie frappante, voir le cas de Ferrare : M. Folin, Rinascimento estense. Politica, cultura, istituzioni di un antico Stato italiano, Rome-Bari, 2001, p. 173-183.

41 Voir I. Lazzarini, Marchesi e condottieri, op. cit., p. 54-61.

42 Les podestats jouissent parfois de pouvoirs judiciaires plus vastes : voir Gon. (cod. 775, Bibliothèque Communale de Mantoue, fol. 127), « de jurisdictione potestatis Canneti », 1411. VIII.22.

43 Une lettre peut suffire comme exemple : Florimonte Brognoli, vicaire de Castiglione Mantovano, écrit au capitaine Louis III, le 1374 novembre 1404 : Magnifice et potens domine mi. Cum mala custodia fit in castro vestro Castioni Mantuani de nocte, ideo omnes invenientes erare facio reverti eos ad diciatti custodiam in nocte sequenti, quam omnes homines dicti castri non cessant exclamare que eos nolo expelere de castro vestro, dicentes que nichil habeo agere de dicta custodia impuntendo vel reverti faciendo ad custodiam predictam omnes erantes, nec que non reverterent ad meum libitum, nec esset de voluntate capitanei vestri [...] Iterato dominationi vestre notifico que a paucis diebus citra, quadam nocte in bora matutina accedi super terralium castri vestri et nullam custodiaam super dictum teralium nec super muros nec turricinos inveni, de quo eos condemnavi quinque solides pro quolibet. Capitaneus autem vester dixit eis horetenus que dictas condemnationes solvere non debeant et pro tanto isti rustici faciunt inepta sub dicta causa. In super recepì literas vestras a paucis diebus citra continentes que de salario meo exponeritis talem ordinem de quo vivere possem, et ideo dominationem vestram exoro ut meritoriam esse debeat et scribere mi de dicto salario velitis et placeat, dans A. Bellei, op. cit., p. 81.

44 Voir M. Vaini, Ricerche, op. cit., p. 120-122.

45 À ce propos il est intéressant de suivre l’histoire de deux familles de ces officiers, seigneurs ruraux au xve siècle : les Abati restent en dehors de la société de cour, les Cavriani au contraire arrivent à s’y intégrer définitivement à la fin du siècle, voir I. Lazzarini, Fra un principe, op. cit., p. 378-399.

46 Ibid., p. 313-354.

47 À propos du rôle de médiation des officiers territoriaux, voir aussi M. Folin, Rinascimento estense, op. cit., p. 208-213.

48 ASMn, AG, Cop. 2888.48, 1461.III.4, fol. 14v, lettre du marquis Louis à tous les vicaires et les podestats du territoire.

49 Louis II ordonne aux vicaires de Dosolo, Viadana, Sabbioneta, Gazzuolo, Rivarolo, Bozzolo, Isola Dovarese, San Martino, Quistello, Sermide, Revere, San Benedetto, Luzzara, Suzzare, Reggiolo et Gonzaga de se tenir prêts avec leurs milices, qui constituent un total de 1 490 hommes, ASMn, AG, b. 2888.49, fol. 67v, 1462.II.8. À propos de l’insurrection de Plaisance, voir A. C. Biaggi, « La rivolta piacentina del 1462 », Bollettino Storico Piacentino, 50 (1955), p. 62-79 et, plus récemment, Μ. N. Covini, L’esercito del duca. Organizzazione militare e istituzioni al tempo degli Sforza, Rome, 1998, p. 34-35.

50 Fabiano Ippoliti, vicaire de Goito, écrit au prince le 20 novembre 1461 : Ho cum diligentia curato che lo extimo de questo comune dove se guberna sia reformato et de novo facto, el qual extimo essendo deducto quasi a compimento, è sortita una certa differentia tra questi homeni e comune cum quelli de Ceresare per li confini i qualli mai non son sta dichiarati tra l’uno vicariato e l’altro [...] el qual extimo supersedendo como fa a questo vicariato de Goito per le occurrentie e le brige inferisse grandissimo detrimento e danno. ASMn, AG, Corr. Paesi, b. 2396,1. 64.

51 Voir Mantova 1430, op. cit., p. 102. On peut traduire : « C’est à vous de donner à vos citoyens qui ont besoin d’un office parce qu'ils n’ont pas de métier ou ils ne sont pas capables d’exercer un art la possibilité d’avoir un office pour maintenir leurs familles ».

52 Voir I. Lazzarini, Gli offici, op. cit., p. 83-84.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Les vicariats du Mantouan (1340-1370)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2 – Vicariats et podestariats dans le Mantouan (1440-1480)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/12249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

Auteur

Université du Molise

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540