Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Le jeu des symboles et des références

Les barricades dans l'usine

Noëlle Gérôme

Texte intégral

  • 1 Leroi-Gourhan A., « L'Ethnologie », Revue de l'Enseignement Supérieur, n° 3, 1965.

1La question posée par l'historien à l'ethnographe est à la fois meurtrière et rédemptrice. Ce qui appartient à un « terrain », événement de la construction ou de l'effritement d'une dynamique sociale, « ce qui fait qu'un groupe se considère à un moment et dans un espace donné comme un tout »1, dont on possède des observations directes, des témoignages par des discours, des images ou des objets, ne va pas sans la question des origines de cet événement, et de celle des possibilités de sa reproduction, à la même époque et dans des conditions analogues d'apparition. Ainsi l'interrogation de l'historien renvoie l'ethnographe aux dimensions anthropologiques de son entreprise, et par conséquent à la relativité historique et sociologique de son étude. Par quels enchaînements de sens et de représentations, les fonctions matérielles et symboliques de l'événement constaté et décrit sont elles rangées sous le même vocable, dans la même catégorie de désignation ? Où sont les héritages, les syncrétismes, les novations ?

2Si la question est : « Qu'en est-il des barricades dans l'espace des usines, passées leurs clôtures ? », elle renvoie aux domaines de la gestion et de la police des lieux de la production industrielle, tels qu'on peut les caractériser grossièrement par la mécanisation de leur production, l'importance de leur emprise spatiale, ainsi que par le nombre de leurs ouvriers, la réunion de ces traits suffit généralement à distinguer l'usine de l'atelier.

3Notre propos n'est pas d'étudier la gestion juridique du territoire des usines dans une perspective fonctionnelle. Nous constaterons de façon générale le statut « privé » de ce territoire (même pour les entreprises nationalisées). Les propriétaires ou leurs mandataires ont donc à leur disposition toutes possibilités légales de clôture, de contrôle des entrées et des sorties, de réglementation des comportements, et la liberté d'en gérer les espaces, limitée, cependant, par une législation progressivement établie garantissant « l'hygiène et la sécurité » tant de la main d'œuvre que de l'environnement.

  • 2 Bonnet S., Humbert R., La ligne rouge des hauts fourneaux, Paris, Denoël-Editions Serpenoise, 1981 (...)
  • 3 Ibid., p. 555.
  • 4 Durand R., La lutte des travailleurs de chez Renault racontée par eux-mêmes, Paris, Editions socia (...)
  • 5 Gérôme N., SNECMA, les moteurs de la banlieue, Paris, Scandéditions, 1993, p. 169-170.

4Récits, témoignages, rapports de police, recueillis et comparés dans de nombreuses études2, établissent que, quelle que soit l'époque, le refus du travail par les grèves « des bras croisés », « sur le tas », les « débrayages », s'accompagne dans l'enceinte de l'usine, de l'abandon du lieu de l'accomplissement de la tâche et de défilés visant à gagner à la protestation les ouvriers des différents ateliers. Il s'agit là d'une protestation contre une situation-limite, précédant le plus souvent une grève. Elle constitue la première expression de la subversion de l'espace et de l'ordre de la société de l'usine. Michelle Perrot, dans son ouvrage fondamental sur « les ouvriers en grève », cite à plusieurs reprises l'activité des « bandes », « qui vont d'un tissage à l'autre, et surtout d'un puits à l'autre, porter la nouvelle de la grève, s'efforcer d'obtenir sa généralisation »3 Un des informateurs de Robert Durand, dans de son recueil des souvenirs des militants communistes et cégétistes de Renault rapporte cette phrase éloquente à propos de l'occupation de l'usine en 1936 : « Chez nous ce sont les gars de l'artillerie qui ont démarré. Ils ont tourné dans l'usine »4. En 1991, nous avons recueilli le récit des prémices d'une grève des ouvrières de la S.N.E.C.M.A. (à l'usine de Gennevilliers) ayant duré huit semaines, en 1973. Apprécions ce que la concision de l'expression révèle : « ... du jour au lendemain ils ont décidé de mettre un horodateur (pour contrôler le travail au boni)... Moi avec mon sale caractère j'ai dit « Je m'en fous je le ferai pas »... alors je me suis mise à travailler à mon rythme et je n'ai pas daté. Ce que je ne savais pas c'est que les filles avaient fait la même chose après... Et puis d'un seul coup les filles se sont levées, on était une vingtaine : « Claudine on fait comme toi ». On ne travaillait pas du tout mais on était dans l'entreprise. Ça s'est quand même étendu. Le premier jour les syndicats se sont retrouvés... et en plus à l'époque le secteur était très fermé, il n'y avait pas de délégués, rien. Il n'y avait pas de contacts, les gens n'étaient pas syndiqués. Moi non plus, c'est ça qui était rigolo. Donc ils nous ont soutenus. Après d'autres secteurs, celui qui était à côté,... se sont mis en grève. Et il y avait les forgerons qui n'étaient pas du tout concernés qui nous ont soutenues, parce que les forgerons quand même c'est des bêtes. Pour soutenir les femmes ils se sont mis en grève aussi. Donc on est sur le site, mais c'était défiler, négocier... »5.

  • 6 Berce Y.-M., Croquants et nu-pieds. Les soulèvements paysans en France du xvie au xixe siècles, Pa (...)
  • 7 Vovelle M., La mentalité révolutionnaire, Paris, Messidor-Editions Sociales, 1985, p. 78-79.

5On trouvera bien d'autres récits de ces premiers défilés. En période « d'agitation sociale » les journaux syndicaux et la presse du PCF. publient volontiers les photographies de cortèges revendicatifs à l'intérieur des entreprises. La comparaison entre ces modes de propagation de l'information et de la rébellion et les anciennes pratiques des révoltes paysannes s'impose. Yves-Marie Bercé a étudié les cortèges « formés en communes » des révoltes des Pitauds de Saintonge en 15486 et Michel Vovelle a décrit des cortèges insurrectionnels semblables, lors des émeutes de la taxation des grains en 17927.

  • 8 Bonnet S., Humbert R., op. cit., p. 175 ; Varagnac A., Civilisation traditionnelle et genre de vie (...)

6Qu'en est-il de la fermeture des voies prévues pour la circulation du matériel, des approvisionnements et du personnel à l'intérieur des usines, lorsque l'organisation et la discipline de la production sont provisoirement abolies ? La double subversion de l'espace organisé pour la production, et de celui de la propriété privée de l'entrepreneur ou de la société des actionnaires, tient alors de l'appareil défensif et se réfère à l'histoire politique des insurrections urbaines. Sans doute aussi présentes dans ces moments-là, se déploient les licences de fête du Carnaval ou du rituel de Mai, lorsque les jeunes gens amoncellent dans le désordre les objets de la vie domestique et agricole à leur portée, restitués à leurs propriétaires adultes moyennant une rétribution à usage festif, provocation virile et rite d'intégration, dans le langage du charivari8.

  • 9 Comité d'établissement de l'Aérospatiale Châtillon-sous-Bagneux, Mémoire d'usine, 1924-1985. 60 an (...)

7Les témoignages, les récits autobiographiques, certaines histoires d'entreprises attestées par des archives photographiques, mentionnent épisodiquement la présence de barricades à l'intérieur des usines9. Celle-ci n'est pas la manifestation la plus fréquente des revendications ouvrières et, sous cet angle, on n'en trouve guère de traces dans l'histoire du mouvement ouvrier. Le statut privé de l'espace des établissements industriels, les échecs - fréquents semble-t-il - de ces initiatives, les formes d'appropriation et d'intégration de l'espace de la production à la stratégie revendicative du mouvement ouvrier et aux formes spontanées de la protestation, expliquent peut-être la rareté et la dispersion des sources. Il convient de les recomposer, établissement après établissement, à travers le croisement des témoignages et des récits autobiographiques, les histoires d'établissements industriels, les fonds d'archives d'entreprise, de syndicats et bien entendu celles de la police. Grâce aux travaux que nous avons pu mener dans différents établissements industriels : aux usines Renault de Billancourt, à la R.A.T.P., à la S.N.E.C.M.A. de Gennevilliers, complétés par des autobiographies ouvrières et des travaux d'histoire d'entreprises, nous avons amorcé cette réflexion.

Histoire de la levée d'un interdit : l'occupation de l'usine et le renfermement revendicatif

  • 10 Coornaert E., Les Compagnonnages, Paris, les Editions Ouvrières, 1966, p. 274-277.

8Pendant près d'un siècle, durant lequel la suprématie de l'économie industrielle s'est établie en France, il semble que les représentations de l'espace de l'usine aient conjugué le respect de la propriété de l'entrepreneur, la répulsion à l'égard des contraintes du temps et de la souffrance, des efforts à consentir, et la terreur du chômage et de la misère. Le refus des conditions de travail s'accompagne de l'abandon de l'atelier, de la désertion du territoire de l'usine - un procédé analogue aux « interdits » d'ateliers ou de chantiers et aux « damnations » de villes10. L'activité subversive réside alors dans l'imposition et le contrôle de l'abandon général des lieux, dans la surveillance ouvrière des portes de l'entreprise, dans l'interdiction effective et quelquefois violente de l'entrée des non-grévistes et la proclamation publique de leur manquement à la solidarité du groupe. En retour, les entrepreneurs font appel à toutes les ressources offertes par la loi : intervention des forces de police, de la gendarmerie et de l'armée pour assurer la liberté du travail, la sécurité des non-grévistes et la sauvegarde des installations. Les forces de l'ordre investissent les usines désertées par leur personnel et contrôlent leur environnement ainsi que les quartiers où résident les ouvriers, déférant à la justice les « meneurs ». Dans ces conditions, le territoire à défendre par des barricades se situe à l'extérieur de l'enceinte de l'usine.

  • 11 Perrot M., op. cit., p. 513.

9Les grèves des vingt premières années de la IIIe République étudiées par Michelle Perrot se sont rarement déroulées dans les lieux mêmes de la production ; l'auteur ne relève que six occupations d'usine sur près de 3 000 cas, « encore ne s'agit-il que de velléités, abandonnées le plus souvent, sans que l'intervention de la police soit nécessaire »11.

  • 12 Gaudy R., op. cit., p. 63.

10On peut supposer une relation entre la subversion de l'abandon du poste de travail, suffisante à imposer une négociation avec l'employeur, et la qualification de ces postes de travail, la complémentarité entre les savoirs de métier et la complexité technique de l'outillage utilisé. L'effet de rupture provoqué par le refus du travail et d'un nombre suffisamment grand d'ouvriers perd de son efficacité dès que la chaîne opératoire utilise de moins en moins de main-d'œuvre qualifiée ; celle-ci est remplacée par des machines de plus en plus simples à conduire par un moins grand nombre de personnes facilement remplaçables. Au mois de mai 1920, les élèves des grandes écoles ont remplacé les grévistes dans les usines de production de gaz et d'électricité de la région parisienne12. Désormais, pour être efficace la contestation des conditions de travail doit non seulement s'assurer de l'accord du plus grand nombre, mais aussi contrôler l'arrêt durable des machines et par là maîtriser l'espace de l'usine. On peut interpréter ainsi les occupations d'usines en 1936, qui s'accompagnèrent de la diffusion généralisée de représentations d'une sorte de droit d'usage des lieux de la production, d'un rôle social de l'industrie. En plus de la force de travail et des compétences professionnelles, le matériel et le territoire de l'usine deviennent des enjeux à défendre. Selon la conjoncture, la répartition des forces antagonistes et les modes d'instauration de la négociation et de la répression, la construction de barricades à l'intérieur des usines devient possible. En 1936, l'élection d'un gouvernement de Front Populaire explique sans aucun doute l'absence de recours aux forces de l'ordre et l'absence de barricades à l'intérieur des usines. On remarquera cependant l'enfermement des grévistes dans les usines, la fermeture des portails, le contrôle des entrées. La démonstration ouvrière de sa compétence à gérer l'espace de production vise autant à prévenir les sabotages et les provocations qu'à « entretenir l'outil de travail ». 1936 marque un tournant dans l'usage contestataire de l'espace industriel.

  • 13 La nuit du 24 au 25 novembre selon un rapport de la direction, le 28 selon le recueil de souvenirs (...)
  • 14 Archives Renault 91 AQ 116.

11Dans une situation politique moins favorable au mouvement ouvrier, lors de l'appel à la grève de la C.G.T. le 30 novembre 1938, un combat entre les ouvriers grévistes et la police se déroule à l'intérieur de l'usine Renault de Billancourt ; il se solde par 500 arrestations et des poursuites ou des peines de prison pour 60 des personnes arrêtées13. L'étude des éléments du dossier de la grève conservé aux Archives Renault permet cependant de repérer les caractéristiques, en quelque sorte « structurelles », des événements et des pratiques qui conduisent à la construction de barricades au sein de l'usine. Celles-ci accompagnent l'enfermement dans l'enceinte ; à l'appel des militants, le personnel (ou du moins une partie de celui-ci) débraye dans les ateliers, « les piquets de grève se sont installés aux portes, mais strictement cette fois-ci à l'intérieur de l'usine. Les portes ont été immédiatement barricadées en plaçant derrière elles de lourds camions ». La clôture et le siège prévu exigent deux mesures contradictoires : la sortie « des femmes, des vieillards et des apprentis », éventuellement celui de l'encadrement expulsé sans ménagement, enfin le maintien des non-grévistes à l'intérieur. On utilise d'abord la persuasion : « des groupes d'ouvriers circulaient à travers l'usine pour s'efforcer de faire débrayer les ouvriers qui avaient refusé de se plier à l'ordre de grève », puis la force : « à l'atelier 26 "réparation des V.I. " où la majorité des ouvriers ayant voulu continuer de travailler, les grévistes, à trois reprises, vinrent essayer de les débrayer par la force, puis essayèrent de les enfermer en soudant les portes au chalumeau ». Bien avant l'intervention des gardes mobiles, à 20 h (l'occupation avait commencé à 14 h), « les ouvriers grévistes organisent dans tous les ateliers la résistance contre une intervention possible (barrages, barricades, stock de projectiles) ». Ces derniers sont décrits plus loin, dans la relation d'un des plus violents affrontements à l'angle des rues intérieures Gabrielle et Gustave Sandoz, avant le dégagement du secteur par l'usage de « barres de fer, bielles, roulements à billes ». On signale aussi que les défenseurs des douze barricades repérées par un huissier à la demande de la direction mettent en batterie les tuyaux des postes d'incendie. Le reportage photographique permet de détailler davantage encore l'accumulation de camions, de véhicules de service, de voitures de direction, de containers de pièces et de mobilier de bureau qui constitue les barricades, qu'elles renforcent les portes d'accès ou qu'elles obstruent les voies de l'usine. Les inscriptions à la craie sur les portes affichent les objectifs politiques de la grève : « A bas Daladier », « Chamberlain et son parapluie, à la porte ». Un constat d'huissier décrit minutieusement les déprédations, les graffitis et chacune des douze barricades, dont celle édifiée derrière « la porte entre la rue de Meudon et le parc de l'artillerie... barricadée d'une façon particulièrement soignée. Un premier barrage a été construit en travers des portillons à l'aide de barres de fer et de poutrelles liées les unes aux autres ainsi qu'aux portillons par de gros fils de fer... Un second barrage un peu en arrière est constitué par un tracteur T 68 avec sa remorque chargée de riblons accolé au tracteur T 56 et à sa remorque ainsi qu'à deux autres remorques plus petites »14.

Les barricades dans l'usine, l'ostentation d'un pouvoir de révolte et la défense du territoire

12La rareté du phénomène de barricades dans les usines, renforcée par le peu d'archives en faisant état, nous empêchent de présenter un ensemble de descriptions qui s'intègrent dans une série chronologique ou dans un cadre typologique. De plus, il est difficile d'étudier les barricades, les circonstances de leur construction et leurs caractéristiques physiques et fonctionnelles, sans faire référence à l'histoire de l'événement revendicatif et plus largement à l'histoire sociale de l'entreprise et du paysage urbain dans lequel se déroulent les événements.

13Comment caractériser les circonstances dans lesquelles apparaissent les barricades et qu'en est-il de leur technique de construction ?

14Les barricades n'existent qu'en liaison avec une fonction défensive du territoire de l'usine occupée. Elles manifestent l'expression d'une sorte de droit d'usage à la présence du personnel qui y est employé indépendamment de l'activité productive de l'entreprise, justifiant ainsi la résistance à l'expulsion par les forces de l'ordre. La présence de barricades dans l'enceinte de l'usine semble impliquer une représentation du rapport des ouvriers à leur lieu de travail radicalement opposée à celle qui pouvait être la leur avant le Front Populaire. Face au même recours du patronat à l'armée et à la police, en vertu de la même interprétation du droit à la liberté du travail et du respect de la propriété, il s'agit de légitimer, fût-ce par la force, une position dans une négociation, une coutume de droit à la reconnaissance d'une situation dans un espace social, enfin, de manifester l'inscription des principes qui gouvernent l'action dans une dynamique historique spécifique.

  • 15 Poperen C, op. cit., p. 83-84.

15Jusqu'au milieu des années 1950, il nous semble que les revendications à l'origine de l'érection de barricades sont d'une grande diversité. Commémoration de l'action politique du mouvement ouvrier, revendications professionnelles, refus de licenciement et de fermeture du site industriel sont l'occasion de barricades aux portes et à l'intérieur des entreprises et particulièrement des grandes usines parisiennes de l'automobile et de l'aéronautique. Claude Poperen dans son recueil de souvenirs15 mentionne un seul mouvement de grève comportant des barricades à l'intérieur des usines Renault de Billancourt : « En février 1952, le gouvernement interdit la manifestation traditionnelle commémorant les journées antifascistes de Février 1934. En riposte, un appel à la grève fut lancé aux Forges (département 62), repris par des syndiqués appartenant aux différentes centrales... Le matin du 12 : police en force autour de l'usine... Piquets de grève aux portes... Mais le mouvement fut faible à Billancourt et suivi par moins de 50 % des travailleurs au Mans. J. Desmaison rappelle « qu'il y avait après 1947 et 1950 des doutes sur la grève ». Jusqu'à l'heure du déjeuner tout se passe sans heurts. Ce n'est qu'à cette heure là que la police intervint au carrefour de l'avenue Emile Zola et de la rue Yves Kermen, et cette intervention réussit à souder grévistes et non grévistes... « Les tuiles volaient de partout ». « Je faisais partie de la masse, j'avais travaillé le matin, lorsqu'il y a eu les incidents à midi, l'atelier, la 4 CV, était juste à côté, on est sortis pour se frotter avec les flics, puis on est montés sur le toit balancer des tuiles, ça volait ». Des barricades avec des camions et des pavés sont montées place Nationale, dans l'usine, pour empêcher la police d'y pénétrer. On accueillait la police place Nationale avec les lances à incendie et les boulons du département 55 qui était juste à côté, c'était pratique. Le département 55 fabriquait des boulons. La police ne put pénétrer dans l'usine et dut même se replier. L'après-midi la majorité du personnel est sortie. Sans aucun doute certains salariés avaient peur des violences mais le plus grand nombre condamnait la provocation de la police et refusait de travailler dans de telles conditions ».

  • 16 Durand R., op. cit., p. 171-175.
  • 17 Gérôme N., entretien avec M.H. le 23 juillet 1984.

16Trente ans plus tard, si le souvenir clair de la journée d'émeutes du 24 novembre 1938 est effacé dans la mémoire des témoins et peut-être des acteurs - alors que l'utilisation du terrain et des procédures de défense sont les mêmes - il demeure cependant le souvenir des barricades et des affrontements de 1952 l'interrogation sur les formes de la défense d'une souveraineté à peine atteinte et obtenue, la fierté de la force et de la résistance physique héritée des « sublimes ». Il s'y ajoute, omniprésente dans les consciences comme dans les comportements, la fierté de la reconnaissance sociale obtenue et imposée après le Second Conflit mondial. En effet, bien qu'à la Libération de Paris l'usine n'aie pas été le théâtre de combats importants, ses ouvriers se sont illustrés sur les barricades de la ville16. En 1984, M.H. outilleur, militant syndical, s'exprimait ainsi : « Je suis dans cette boutique depuis 48, j'ai pu voir... j'ai appris mon métier dans la taule, je suis apprenti Renault... j'ai pris du service au niveau syndical en 52... Ma prise de service était le résultat d'un licenciement fantastique. On croyait avoir une impunité permanente d'action syndicale à la limite du hors-jeu... Il n'est pas pensable qu'on ait fait certaines grèves, il n'est pas pensable que dans cette usine qui était nationalisée... mais il y avait l'esprit de Résistance qui restait. Il n'est pas pensable que quand on est arrivés aux événements de 52 on fasse des barricades dans l'usine. On faisait des barricades dans l'usine, ça relevait du folklore, de tout ce que tu voudras, mais ça relevait d'une démarche syndicale fondamentale. Moi, la première grève que j'ai montée en piquet de grève dans les événements qui ont précédé 52... ça devait être en 49, en 50, c'était sur la plate-forme où je travaille maintenant sur « l'Espace », tiens-toi bien y avait un F.M. qui était pointé vers la grille, on gardait l'usine dans un esprit Résistance. C'est pour bien situer pourquoi on est arrivés à des trucs très violents. Il y a eu des bagarres dans cette usine qui relevaient de l'insurrection, de la révolution - la révolte étant plus juste -, des batailles qui étaient sans motifs profonds. C'était devenu un jeu imbécile où les gardes mobiles et les flics venaient pour occuper l'usine et nous on se battait pour occuper l'usine, et régulièrement on se faisait jeter, même en 52. Après il faut mettre ça dans son contexte, c'était le départ des ministres communistes, c'était les mesures qui commençaient à n'être plus du tout dans l'esprit des textes qui avaient été signés à la Libération. Il y avait une dualité politique, mais contre laquelle il fallait se battre autrement. On transformait ça en affrontements physiques, pourquoi ? »17.

17En février 1995, un ancien garde républicain témoigne de la détermination d'un piquet de grève qui, au seuil de l'usine se constitua en obstacle humain et anticipa sa fonction défensive au point de provoquer l'ambassade « d'un vieux chef, un capitaine qui était sorti du rang, qui avait certainement fait la guerre » :

18« J'étais à la 1ère Compagnie de la Garde Républicaine à la caserne Tournon. A ce moment là j'étais à l'infanterie, y avait aussi la cavalerie, y avait pas de régiment d'honneur... J'étais jeune gendarme, j'ai dû arriver en Février 53 à Tournon. Et là ces grèves... je venais juste d'arriver.

19Alors on nous a rassemblés, on nous a montés dans les cars et on a débarqué devant les portes de chez Renault sur les quais. La porte, une grande porte, c'était l'entrée principale qu'il y a sur les quais, en descendant rive droite la Seine. Alors nous on est arrivés sur les berges et puis on est descendus des cars, on s'est mis en position d'attente. Là c'est le lever du jour. Il fait gris, il fait triste, il fait pas beau. Il y a quelques ouvriers devant la porte mais très peu. A ce moment là, il n'y a personne, et puis nous on est calmes, on est tranquilles. Et puis au fur et à mesure, les ouvriers arrivent très vite, c'est la rentrée de l'usine, et puis tout le monde nous regarde. Ils doivent se demander ce qu'on vient faire... Et puis à un moment donné on a avancé, et à ce moment là, il y a peut-être une centaine d'ouvriers, et puis là on a avancé un petit peu. Les ouvriers n'entraient pas, ceux qui arrivaient n'entraient pas, ils restaient devant la porte et puis ils nous regardaient. Nous on était plus nombreux qu'eux au départ, mais une demi heure après ils étaient nombreux devant la porte.

20Alors on nous fait avancer, une dizaine de mètres, vers eux, mais sans, comment dirais-je, sans menace. Et puis nous, comme je l'ai déjà dit, à chaque fois qu'on va à une manifestation, comme on nous a jamais rien dit, on n'est jamais agressifs. Alors que, avec le recul, quand on réfléchit un peu, les gens qui manifestent, qui ont décidé de manifester, de faire la grève, parce qu'ils étaient en grève chez Renault, eh bien c'étaient des pères de famille, et puis ils rigolent pas... Au bout d'un moment ils ont commencé à nous jeter des boulons, des billes... Et moi tout de suite j'ai senti qu'on allait prendre la raclée. Ça c'était très net, on n'était pas là pour... Mais à ce moment là on n'était pas loin, on était peut-être à une cinquantaine de mètres, à la portée de nous jeter des boulons les premiers... Mais comme les gens nous lançaient des boulons, et les ouvriers ils arrivaient toujours, donc eux il leur fallait de la place. C'est une grande place devant, c'est à dire que plus ils arrivaient, plus ils approchaient de nous. Et nous, plus ça allait, plus on prenait des boulons, on prenait vraiment des boulons. Et nous on a commencé à reculer, à reculer, mais je me souviens, nous on avait le parapet de la Seine et j'ai même des copains qui ont commencé à enjamber le parapet parce qu'on était bousculés, acculés...

  • 18 Gérôme N., entretien avec M.R., février 1995.

21Alors à un moment donné j'ai vu le capitaine, il a dit : « Bon je vais aller les voir ». Et le capitaine, c'était le capitaine Dupont il s'appelait, c'était un vieux capitaine, alors tout seul il s'est mis en marche vers les gens qui lançaient des boulons. Quand les gens ont vu, ils n'ont pas vu que c'était un capitaine, quand ils ont vu ce militaire, ce gendarme, s'approcher d'eux, alors ils ont commencé par s'arrêter de jeter des boulons, et il a été parlementer. Et moi je ne sais pas ce qui s'est passé, mais ça a été terminé. Alors il a dû rendre compte par radio des incidents qu'il y avait et nous on a remonté dans les cars et on est repartis »18.

22En 1950 encore, des barricades sont construites selon la logique traditionnelle d'accumulation d'objets hétéroclites encombrants, à l'intérieur de l'usine de la S.N.E.C.M.A. lors de son occupation provoquée par l'annonce d'un vaste plan de licenciements. La violence de l'intervention des forces de l'ordre s'étend à l'ensemble du quartier et l'échauffourée dure toute la nuit : « Dans l'après-midi d'hier, le Comité d'Entreprise était informé par le directeur que le licenciement de 3 200 membres du personnel de la S.N.E.C.M.A. était décidé. » (1 500 licenciés à l'usine de Kellerman). « La nouvelle fut connue trop tard dans l'usine pour toucher l'ensemble des 5 000 ouvriers. Cependant, un comité d'action est constitué, qui décide d'occuper les bâtiments. Trois cents ouvriers environ sont encore là. A 7 heures du soir la défense s'organise. Rapidement les nombreuses portes et la vaste enceinte bordée par le boulevard Kellerman, la rue des Longues Haies et la rue Cacheux sont bloquées par les matériaux les plus divers : caisses de matériel et d'outils, billes de bois, poutres de fer, etc. Le personnel se retranche également dans les ateliers et dans les étages. Les couloirs et les allées sont barrés. A minuit trente des forces de police commencent à arriver... Les habitants des immeubles ouvriers situés face à l'usine réagissent aussitôt lançant sur les groupes de policiers, différents objets qu'ils ont sous la main...

  • 19 Ce Soir, 16-17 avril 1950.
  • 20 Tollet A.

23A une heure les ouvriers cernés dans l'usine actionnent les sirènes qui vont hurler pendant plus d'une demi-heure. Au même moment, les forces de police commencent l'assaut. En vain elles tentent d'ouvrir les portes de fer solidement barricadées. Contre la porte du n° 70, un lourd camion est lancé à plusieurs reprises. Mais sur le derrière du bâtiment les portes de bois volent en éclats. En outre la police pénètre par le côté de l'usine qui borde la voie ferrée, et qui est simplement protégée par un grillage. Vaillamment, les ouvriers se défendent. Les lances à incendie inondent les assaillants. Les boulons, les morceaux de métal, les briques pleuvent. Mais devant la supériorité du nombre, les occupants doivent se replier dans les ateliers et dans les étages... »19. Dans la promptitude de l'occupation et de l'organisation de la défense de l'usine, on peut sans doute déceler une mise en œuvre de la « culture de Résistance » signalée par le militant de Billancourt - l'usine de Kellerman avait joué un rôle important lors de l'insurrection du mois d'août 194420.

  • 21 Oury L., op. cit.
  • 22 Op. cit., p. 203.
  • 23 Op. cit., p. 206.
  • 24 Op. cit., p. 207.
  • 25 Op. cit., p. 215.
  • 26 Op. cit., p. 206.
  • 27 Archives Renault, 91 A Q 116, Grèves du 24 novembre 1938.

24D'autres barricades sont élevées pendant les journées d'insurrection qui ont conclu le grand mouvement revendicatif, le 1er août 1955, dans les Chantiers de construction navale de Penhoët à Saint-Nazaire. Louis Oury dans son autobiographie Les Prolos21 donne une description d'une précision ethnographique, de la construction, de la défense de ces barricades dans la variété de leur conception : « ... en quelques minutes une barricade isole la direction de l'atelier des chaudières. En effet, deux remorques qui se trouvaient là sont renversées bout à bout avec leurs plateaux orientés côté C.R.S. C'est un obstacle de deux mètres de hauteur sur une vingtaine en longueur et qui interdit l'accès de l'atelier... »22, « ... une nouvelle barricade est constituée avec une grue sur un chariot et un wagon chargé de tôles mis tous deux en travers de la route devant l'atelier des chaudières »23. Ici la spécificité des matériaux disponibles est évaluée dans toute sa puissance, « l'usine ce n'est pas le Quartier Latin, un wagon chargé de quarante tonnes de tôles, ce n'est pas une barricade composée de voitures renversées qu'il suffit d'incendier en balançant quelques grenades O.F. pour obtenir le passage. Une barricade de wagons, il faut la prendre à l'abordage, et si sur cette barricade des gars décidés, aptes à fournir des efforts soutenus, vous attendent une barre de fer à la main, on a beau être équipés, disciplinés et entraînés, à partir du moment où il vous est interdit d'ouvrir le feu, les responsables de l'ordre se trouvent mis à rude épreuve »24. L'organisation défensive de l'usine, l'emplacement et la structure même des barricades, constituent, par les sélections tactiques qu'elles supposent, une célébration des « excellences » ouvrières d'alors : puissance et résistance physique, connaissance et maîtrise des matériaux et des outils. Louis Oury développe clairement ce à quoi il n'est fait qu'allusion dans les entretiens. « Et c'est probablement la raison pour laquelle la victoire a penché du côté des ouvriers : ceux-ci accoutumés à des efforts soutenus régulièrement pendant huit heures par jour, ont bénéficié d'une meilleure condition physique qui leur a permis d'assurer un rythme plus élevé pendant la durée du combat. La connaissance des lieux ne fit qu'aggraver la différence »25. L'engagement le plus complet est celui des plus jeunes qui, au delà de la revendication salariale ou professionnelle, accomplissent en toute agressivité les licences de comportement des fêtes de leur classe d'âge, fêtes du Mai, charivari et fêtes de bachelleries : « ... douze mille au moins savent ce qu'ils veulent. Deux genres de motivations les animent : pour la majorité, il s'agit avant tout et à tout prix d'améliorer nos conditions de vie ; pour une minorité, l'action consiste à se farcir quelques flics, histoire de s'affirmer à leurs propres yeux. Ce sont bien sûr les jeunes. Et ce sont ceux-là qui forceront la décision »26. Les listes d'emprisonnés après l'émeute de Billancourt en 1938 montrent que l'écrasante majorité d'entre eux n'a pas trente ans27.

  • 28 Oury L., op. cit., p. 205 ; Gérôme N., op. cit., p. 165-169 ; Ce Soir, 16-17 avril 1950.
  • 29 Oury L., op. cit., p. 209-210.
  • 30 Op. cit., p. 218.
  • 31 Op. cit., p. 218.
  • 32 Gérôme N., op. cit., p. 169.
  • 33 Chapman H., State Capitalism and working-class radicalism in the French aircraft industry, Berkele (...)

25Dans ces conditions de répartition des forces, de motivation psychologique et de maîtrise du territoire, il semble que la conception de la barricade évolue. De l'obstacle inerte que les hommes doivent défendre, on passe au barrage offensif qui utilise en les détournant toutes les potentialités techniques de l'usine, aux barricades high-tech. Elles combinent, parfois dans des circonstances extrêmes de provocation et de danger, les effets destructeurs ou terrorisants des matériaux ou des aménagements disponibles dans les différentes branches d'industrie, ainsi de l'usage des sirènes28. Louis Oury décrit au moins deux de ces inventions. La première est celle de la menace d'une apocalypse : « C'est alors qu'un ouvrier surgit du local de stockage des bouteilles de gaz en portant à brassée une bouteille d'acétylène. Rapidement il la couche sur le sol poussiéreux et ouvre le robinet en orientant le jet de gaz vers une bouteille d'oxygène couchée tout près et privée de son chapeau protecteur du robinet. Le gars avait dû préméditer son coup, car saisissant une masse qui se trouve à proximité il la brandit à bout de manche au-dessus de sa tête. Puis, immobile et bien campé sur ses jambes, il nargue la flicaille figée à moins de dix mètres : « Et maintenant avancez si vous avez des couilles au cul ! »[...] tous les ouvriers qui se trouvent dans les environs ont pigé du premier coup, si le gars abat sa masse sur la tête de la bouteille d'oxygène, flics et grévistes vont se retrouver sur un pied d'égalité et pour toujours [...]. Mais le petit prolétaire qui tient tout le monde en respect prend soudain conscience de ses responsabilités [...]. Il réalise la portée du geste qu'il s'est juré d'accomplir et brusquement avec rage, il projette sa masse en direction des C.R.S. L'outil s'abat en tournoyant parmi la forêt de casques et provoque quelques secondes de diversion que le gars met à profit pour se réfugier à toutes jambes dans l'atelier »29. L'autre barricade est formée d'un tir de barrage combinant les effets de l'air comprimé et des projectiles : « ... des gars branchent les boyaux à air comprimé... On distingue les tireurs, les pourvoyeurs et l'intendance. Pendant qu'un gars tient le boyau plié afin d'interdire le passage de l'air, le pourvoyeur introduit gravillons et riblons à son extrémité, il ne reste plus alors au tireur qu'à ajuster la cible mouvante des uniformes, à assurer le maintien du boyau pour amortir la terrible secousse qui va l'ébranler lorsque l'air comprimé va affluer, alors il gueule l'ordre du lâchez-tout au gars qui tient le boyau plié. Les projectiles sont alors puisés sous haute pression et portent à plus de cinquante mètres »30. De même, lorsque des lances d'incendie sont mises en batterie, au choc de l'eau sous pression s'ajoute le mérite d'atténuer par dilution les gaz lacrymogènes31, l'effet est quelque fois maximalisé par le branchement des lances sur les bacs à acide, un projet qui tient du fantasme puisque les acides rongent les conduites32. Plus efficaces sont leur transformation en lance-flammes33.

  • 34 Archives R.A.T.P. P 9/71.

26D'autres barricades manifestent à la fois la volonté de subversion de l'espace intérieur de l'entreprise et le sens du fonctionnement de celle-ci. Depuis 1978, selon les historiographes du syndicalisme à la R.A.T.P. l'occupation des centres-bus du réseau routier s'accompagne de la disposition des autobus en désordre dans la cour devant le portail d'entrée. Un extrait de procès-verbal d'un comité professionnel en détaille la fonction : « Le 13 mai 1980, à l'occasion d'une grève nationale lancée par un syndicat, un certain nombre d'agents du dépôt d'Ivry ont pris l'initiative de faire obstacle à la sortie des voitures. A cette fin, ils ont interdit l'ouverture des portes en plaçant des autobus en travers de l'accès de 4h à 9h. Ils ont également bloqué la porte d'entrée du personnel, interdisant notamment l'entrée du dépôt au chef d'établissement et au personnel non-gréviste »34. Alors tout autant que le refus du travail, la barricade paralyse l'activité d'un établissement en constituant en obstacles immobiles des moyens de transport.

  • 35 Le Madec F., op. cit., p. 53-54.
  • 36 Comité d'établissement de l'Aérospatiale Châtillon, op. cit., p. 258.
  • 37 Le Madec F, op. cit., p. 59-62.
  • 38 Leprince G., op. cit., p. 111.
  • 39 Poperen C., op. cit., p. 167.

27La forme des barricades adoptées pour obstruer l'espace de l'usine paraît varier avec l'expérience, l'anticipation de l'aboutissement de son occupation et la prévision des actions de rétorsion possibles. La décision de procéder à la transgression fondamentale de l'occupation de l'usine par la partie la plus militante de son personnel, s'accompagne toujours de l'enfermement de celui-ci dans l'établissement industriel, de l'exclusion des non-grévistes et de l'encadrement. Afin de prévenir une expulsion par les forces de l'ordre ou l'intervention de provocateurs, on renforce toujours la fermeture des accès en soudant les portails, - selon une pratique désormais courante (Sud-Aviation, Bouguenais 1968)35 -, en consolidant les portes par des barricades internes, - en 1968 à l'annexe des Gâtines de l'Aérospatiale de Châtillon -, par l'alignement contre le portail de chariots élévateurs36. Les murs de clôture, faute d'être rendus infranchissables sont quelquefois gardés par des postes permanents37. L'emblèmatisation, la décoration des portes, affichent pour le public l'événement de l'occupation de l'usine et les raisons celle-ci. Citons le cliché de la porte E de Berliet-R.V.I. à Vénissieux, en 196838, bloquée d'une part de la guérite d'entrée, par le rideau de fer qui porte l'inscription « Démocratie dans l'entreprise. Unité », de l'autre, par trois camions supportant un mannequin brandissant un drapeau rouge, au fronton du porche le nom de Berliet a été transformé en son anagramme « Liberté ». La valeur affective et symbolique de la barricade attribuée à l'entrée ainsi barrée est telle qu'au mois de mai 1968, lors des affrontements entre le mouvement étudiant et les grévistes de Renault-Billancourt, une tentative de dépavement de la place Nationale par des jeunes gens, référence poétique à d'autres révolutions, a été contestée dans les termes suivants : « Eh les gars, c'est à nous les pavés, depuis le temps qu'on les foule, pas à vous, faut pas y toucher ! »39.

  • 40 Archives R.A.T.P., P 9/71.

28Ostentation de l'enfermement, proclamation de la maîtrise du territoire, la barricade est aussi liée à l'éventualité de l'intervention des forces de l'ordre et à ses modalités. Les affrontements de ces dernières années n'ont plus la brutalité de ceux des années 1950, mais elle n'est jamais exclue. Une lettre d'une intersyndicale C.G.T.- C.F.D.T. d'un service de la R.A.T.P. le 31 janvier 1980, en même temps qu'elle dépose un préavis de grève « s'oppose à toute intervention des forces de l'ordre à l'intérieur de l'entreprise »40. Pourtant il semble que le temps des camps retranchés, des combats, jets de boulons contre matraques et gaz lacrymogènes, se soit arrêté en France à la fin des années 1980.

29La transformation des territoires de l'industrie, celle de l'économie industrielle, des procédures de production ont donné naissance à d'autres modes d'affrontements sociaux. Elles ont déterminé le choix d'autres lieux pour les épreuves de force -jamais tout à fait indépendants des pratiques anciennes, mais toujours plus éloignés en Europe occidentale - de l'exercice de la violence directe. Existe-t-il aujourd'hui dans les usines, des barricades symboliques contre « la violence symbolique » ?

Notes

1 Leroi-Gourhan A., « L'Ethnologie », Revue de l'Enseignement Supérieur, n° 3, 1965.

2 Bonnet S., Humbert R., La ligne rouge des hauts fourneaux, Paris, Denoël-Editions Serpenoise, 1981 ; Perrot M., Les ouvriers en grève, Paris, Mouton, 1974.

3 Ibid., p. 555.

4 Durand R., La lutte des travailleurs de chez Renault racontée par eux-mêmes, Paris, Editions sociales, 1971, p. 64.

5 Gérôme N., SNECMA, les moteurs de la banlieue, Paris, Scandéditions, 1993, p. 169-170.

6 Berce Y.-M., Croquants et nu-pieds. Les soulèvements paysans en France du xvie au xixe siècles, Paris, Gallimard, « coll. Folio », 1991, p. 17-43.

7 Vovelle M., La mentalité révolutionnaire, Paris, Messidor-Editions Sociales, 1985, p. 78-79.

8 Bonnet S., Humbert R., op. cit., p. 175 ; Varagnac A., Civilisation traditionnelle et genre de vie, Paris, Albin Michel, 1947.

9 Comité d'établissement de l'Aérospatiale Châtillon-sous-Bagneux, Mémoire d'usine, 1924-1985. 60 ans à la production d'avions et d'engins tactiques, Châtillon, Comité d'Etablissement de l'Aérospatiale, 1985. - Comité d'établissement Alsthom savoisienne usine de Saint-Ouen, Mémoires d'usine, mémoires d'avenir, Saint-Ouen, Comité d'établissement Alsthom Savoisienne, 1985. - Département des Archives de la S.N.E.C.M.A. -Département des Archives de la R.A.T.P. - Département des Archives Renault. - Domenechino J., Au delà du miroir. Alsthom-D.T.R.F., Paris, Messidor, 1991. - Durand R., La lutte des travailleurs de chez Renault racontée par eux-mêmes, Paris, Editions Sociales, 1971. - Gaudy R., Les porteurs d'énergie, Paris, Mesidor-Temps Actuels, 1982. - Gérôme N., S.N.E.C.M.A. Les moteurs de la banlieue, Paris, Scandéditions, 1992. - Groupe de recherches historiques de la centrale de Cheviré, Une centrale et ses hommes. Histoire de Cheviré 1953-1986,. Saint Sébastien, Editions A.C.L., 1987.
Leprince G, Le Monde du Poids Lourd. Les travailleurs de Berliet-R.V.I. Vénissieux 1915-1991, Paris, Messidor Ed., 1991. - Le Madec F, L'aubépine de Mai. Chronique d'une usine occupée. Sud-Aviation Nantes 1968, Nantes, CMOT Nantes Ed., 1988. - Oury L., Les prolos, Paris, Denoël, 1973. - Parisot D., R.A.T.R Ticket « chic » et luttes de « choc » !, Paris, Messidor, 1989. - Poperen G, Renault, regards de l'intérieur, Paris, Editions Sociales, « coll. Notre Temps/Société », 1983.

10 Coornaert E., Les Compagnonnages, Paris, les Editions Ouvrières, 1966, p. 274-277.

11 Perrot M., op. cit., p. 513.

12 Gaudy R., op. cit., p. 63.

13 La nuit du 24 au 25 novembre selon un rapport de la direction, le 28 selon le recueil de souvenirs militants de Robert Durand (op. cit., p. 78-81). Archives Renault, 91 A Q 116, Grèves du 24 novembre 1938.

14 Archives Renault 91 AQ 116.

15 Poperen C, op. cit., p. 83-84.

16 Durand R., op. cit., p. 171-175.

17 Gérôme N., entretien avec M.H. le 23 juillet 1984.

18 Gérôme N., entretien avec M.R., février 1995.

19 Ce Soir, 16-17 avril 1950.

20 Tollet A.

21 Oury L., op. cit.

22 Op. cit., p. 203.

23 Op. cit., p. 206.

24 Op. cit., p. 207.

25 Op. cit., p. 215.

26 Op. cit., p. 206.

27 Archives Renault, 91 A Q 116, Grèves du 24 novembre 1938.

28 Oury L., op. cit., p. 205 ; Gérôme N., op. cit., p. 165-169 ; Ce Soir, 16-17 avril 1950.

29 Oury L., op. cit., p. 209-210.

30 Op. cit., p. 218.

31 Op. cit., p. 218.

32 Gérôme N., op. cit., p. 169.

33 Chapman H., State Capitalism and working-class radicalism in the French aircraft industry, Berkeley, University of California Press, 1991.

34 Archives R.A.T.P. P 9/71.

35 Le Madec F., op. cit., p. 53-54.

36 Comité d'établissement de l'Aérospatiale Châtillon, op. cit., p. 258.

37 Le Madec F, op. cit., p. 59-62.

38 Leprince G., op. cit., p. 111.

39 Poperen C., op. cit., p. 167.

40 Archives R.A.T.P., P 9/71.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540