Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Le jeu des symboles et des références

Droites et gauches face aux barricades de Février 1934

Mathias Bernard

Texte intégral

1Les barricades apparaissent comme un élément essentiel des combats de rue qui se succèdent à Paris et dans la banlieue proche entre le 6 et le 12 février 1934 : elles sont le fait aussi bien des manifestants de droite du 6 et du 7 que de leurs homologues de gauche, généralement communistes, du 9 et du 12. Pourtant, les comptes rendus donnés par les uns et les autres de ces journées sanglantes ne renvoient pas la même image de ces barricades : si témoins de gauche et de droite s'accordent pour placer la barricade et sa symbolique révolutionnaire traditionnelle au centre des manifestations communistes, ils se rejoignent également pour minorer, voire nier, les barricades de droite considérées souvent comme incongrues. La barricade, élément d'une rivalité que gauche et droite se livrent alors dans la rue, devient un enjeu de mémoire, à l'instar des manifestations qu'elle symbolise et résume.

Les barricades de droite du 6 février 1934 : des repères brouillés

Des barricades spontanées

  • 1 Sur ces manifestations d'extrême-droite de janvier et des premiers jours de février, cf. rapport A (...)
  • 2 Cf. « Le six février (après l'émeute) », p. 623.
  • 3 Cf. conclusion du rapport Amat : « nous constatons qu'une nouvelle tactique a été adoptée. Les man (...)

2C'est en janvier 1934 que les manifestants des ligues d'extrême-droite, notamment de l'Action française, des Jeunesses Patriotes et de la Solidarité Française découvrent les lois du combat de rue au cours de manifestations répétées et quasi quotidiennes visant à protester contre l'affaire Stavisky et la corruption des parlementaires1. D'une violence inégale, ces manifestations donnent lieu à de nombreuses déprédations et à des ébauches de barricades, jamais désignées comme telles mais qui en remplissent la fonction : protéger les manifestants des charges des forces de l'ordre dont on retarde ainsi la progression. L'hebdomadaire de gauche La lumière ne s'y trompe pas, qui publie le 27 janvier 1934 un dessin satirique intitulé : « Des barricades au Faubourg Saint-Germain ». Le 11 et le 27 janvier notamment, les manifestants arrachent des bancs, renversent des kiosques et des arbres pour les placer en travers de la chaussée ; mais dans ce combat très mobile, ils ne s'attachent pas à construire des barricades solides et efficaces (le rapport Paz, au nom de la Ligue des droits de l'homme, les qualifie plutôt de « commencements de barricades »2) et s'enfuient à chaque charge du service d'ordre, surpris par cette tactique nouvelle3. Ces premiers combats apparaissent bien comme une répétition de la soirée du 6 février : les ligues d'extrême-droite intègrent progressivement une symbolique révolutionnaire dont la barricade (ou plutôt son image) constitue l'élément principal.

  • 4 Cf. Bonnevay L., p. 89.
  • 5 Selon un témoin, un manifestant aurait crié, derrière une barricade des Tuileries : « Nous serons (...)
  • 6 Cf. Bonnevay L., p. 91 et témoignage de M. Thuau, cité par P. Appell, JODP, p. 633.

3Très tôt dans la soirée du 6, les manifestants qui ont investi la place de la Concorde et ses environs engagent une véritable lutte avec un service d'ordre qui barre l'accès au pont débouchant sur la Chambre des députés. Vers dix-huit heures, des barricades sont spontanément édifiées à l'extrémité ouest des Tuileries avec des matériaux de fortune, très légers, qui seront utilisés tout au long de la soirée : kiosques, chaises et bancs, grilles d'arbres4... Comme lors des journées précédentes, elles ne constituent pas une forteresse ; elles servent de points d'appui pour lancer des projectiles ou tirer des coups de feu5 et elles visent surtout à impressionner forces de l'ordre et témoins : systématiquement incendiées, à l'approche de la police, par des plots lumineux, elles confèrent aux combats un aspect insolite et dramatique. Elles permettent également aux émeutiers d'atteindre par des projectiles divers les forces de l'ordre : lors de l'enlèvement de la première barricade, vingt-deux gardes sont blessés et évacués. Cet incident précoce n'est pas isolé : vers 18 heures 40, un autobus renversé et incendié joue le même rôle de barricade lumineuse en plein centre de la place de la Concorde ; à la même heure, les Camelots du Roy élèvent une barricade à l'ouest de la place, entre les chevaux de Marly6 ; elle n'est dégagée qu'une heure plus tard... par la colonne des manifestants de l'Union Nationale des Combattants venue du Grand Palais.

  • 7 Cf. rapport du colonel Simon, cité par P. Appell dans son rapport sur la soirée du 6 février, cf. (...)
  • 8 Henriot Ph. (p. 166-167), Brasillach R. (p. 195)... soulignent l'absence de stratégie et de direct (...)

4A partir de vingt heures, les jardins des Tuileries ayant été fermés, les barricades ne font plus partie de la stratégie des émeutiers qui deviennent plus offensifs : désormais, la foule renforcée depuis 19 heures par les deux mille adhérents de la Solidarité Française (les plus violents) et solidement agrégée, ensuite, autour de la colonne des combattants tente surtout de forcer les barrages de police, qui se situent devant le pont de la Concorde et à l'entrée de la rue du Faubourg Saint-Honoré. C'est après l'échec des défilés officiels des ligues ou des groupements politiques que les manifestants, livrés à eux-mêmes, retrouvent des réflexes insurrectionnels7 : vers 23 heures 30, la Concorde apparaît hérissée de barricades (situées entre les balustrades de la place, sur le quai de la Conférence, sur les Champs-Elysées), d'où les manifestants tirent des coups de feu ; le réseau assez serré de ces ouvrages spontanés, mais plus solides que dans les heures précédentes, empêche les mouvements de cavalerie et semble menacer le barrage du pont. Ce n'est qu'à deux heures du matin que ces barricades sont enlevées et que les abords de la place de la Concorde retrouvent leur aspect habituel. Les manifestants ont donc utilisé la barricade au cours de leurs combats contre les forces de l'ordre, mais de façon spontanée, improvisée et anarchique, ce qui en a limité l'efficacité. Comme l'ensemble de l'émeute d'ailleurs, les barricades ne répondent pas à une stratégie définie et concertée8 ; elles apparaissent plutôt comme un moyen d'appropriation par des manifestants de droite d'une tradition révolutionnaire qui leur est étrangère.

5Omniprésentes dans l'émeute du 6 février, ces barricades inefficaces sont très vite occultées. Même la Commission d'enquête, qui a par ses travaux révélé leur nombre et leur importance stratégique, ne les évoque pas dans ses conclusions sur les événements de cette soirée : son attention se porte plutôt sur les actes de violence contre les chevaux, sur les tirs armés contre les forces de l'ordre ou sur l'incendie du ministère de la Marine. Cet oubli, qui ne caractérise pas les conclusions sur la journée du 9, révèle peut-être le malaise des hommes de tous les partis face à ces barricades d'un nouveau genre.

Les barricades du 6 vues par la droite, minimisées et refoulées

  • 9 La légende de la première n'évoque pas le mot « barricade » (« bancs et grilles d'arbre obstruent (...)

6L'attitude de la grande presse parisienne, dont la sensibilité politique est très proche de celle des manifestants du 6, illustre l'embarras qui gagne progressivement la droite face aux violences révélées des manifestants dont les barricades sont l'un des éléments. Le lendemain du drame, les récits de ces journaux accordent une place significative aux barricades, qui n'apparaissent cependant pas dans les deux premières pages, généralement consacrées au sang versé par les manifestants et à l'atmosphère générale de guerre civile. Le matin du 7 février énumère avec précision, en sixième page, les différentes barricades édifiées dès 18 heures 20 ; deux photographies complètent cette description, tout en minimisant le rôle des ouvrages édifiés par les ligues9. L'attitude du journal reste donc floue : il ne cherche pas à édulcorer la violence de la manifestation, mais il tend à en rendre responsables les « éléments troubles » et les « manifestants communistes » mêlés aux Jeunesses patriotes ; il insiste, parallèlement, sur la dignité et la grandeur du défilé de l'Union nationale des Combattants. A partir du 8, le journal ne fait plus d'allusions aux barricades et aux assauts des ligueurs, préférant accentuer la responsabilité du gouvernement Daladier dans la répression (qualifiée de « tuerie ») de l'émeute. Le discours de droite sur les événements du 6 est désormais fixé : exaltation du pacifisme des manifestants opposé à l'agressivité des forces de l'ordre ; négation des barricades et des violences, qui seraient le fait d'agitateurs.

  • 10 Cf. Henriot Ph., p. 165.
  • 11 Cf. ibid., p. 184.
  • 12 Cf. Blaisot C, « Vérité sur la soirée sanglante », dans La Nation, 24 février 1934.
  • 13 Trois poèmes, d'inspiration très proche, ont été publiés en 1934-1935 par Jean Bayern, Max Frantel (...)
  • 14 Cf. Frantel M., p. 44.
  • 15 Cf. Bayern J. : « Dix-neuf heures. Il fait nuit. Paris tout entier/Est maintenant là, dressé contr (...)

7Les hommes de droite adoptent assez rapidement une lecture des événements assez différente de la réalité : le 6 février apparaît comme la révolte des honnêtes gens, adeptes de l'ordre, qui ont simplement voulu exprimé par la parole et le défilé l'indignation éprouvée devant les divers scandales. Ce ne sont donc pas les ligueurs d'extrême-droite, avec leurs violences et leurs barricades, qui incarnent cet esprit, mais plutôt les anciens combattants. Les récits de l'émeute privilégient ainsi le défilé pacifique de l'Union Nationale des Combattants, présenté comme un « grandiose rassemblement »10 dont « l'admirable allure avait arraché aux spectateurs des larmes d'émotion et des acclamations sans fin »11. Le défilé de l'UNC résume à lui seul, à des fins de propagande, le 6 février tout entier. Le député du Calvados Camille Blaisot, qui relate les événements au nom de la Fédération Républicaine de France, principal parti de droite parlementaire dont il est l'un des vice-présidents, adopte cette lecture12, sans cacher toutefois que « les manifestants sortirent comme spontanément des pavés » et constituèrent des barricades : mais l'accent mis sur cette spontanéité vise à minimiser la charge révolutionnaire des actes des émeutiers. Surtout, le député fait la part belle aux Anciens combattants, dont le défilé discipliné et fraternel « se déploya dans un ordre impressionnant ». Insistant alors sur le caractère scandaleux d'une fusillade portée contre une foule si pacifique, Blaisot révèle le but politique de son témoignage : reporter la responsabilité du sang versé sur le Gouvernement radical de Daladier. Cet accent mis sur un défilé ordonné s'inscrit dans la stratégie politique de la droite modérée ; mais il caractérise également les poèmes épiques rédigés par les sympathisants de l'Action française13 qui se concentrent sur ce cortège, à l'exclusion de tout autre élément de la manifestation (ces poètes n'utilisent jamais le mot « barricade ») : l'épopée du 6 février, sans barricades ni offensive, crée un nouvel héroïsme pacifique qui tend à ôter toute justification à une répression jugée aveugle. Les vers de Max Frantel sont, à ce titre, représentatifs : « Sans nulle arme dans vos mains/vous marchiez, âmes avides/De justice. Eux assassins/Se terraient, les yeux livides »14. Les combattants deviennent ainsi des héros dont la fermeté seule fait céder les barrages de police, sans violence15 ; la répression n'en apparaît que plus immorale. Une plaquette illustrée, éditée par la Nouvelle société d'éditions sous le titre Six février 1934, donne la même impression : afin d'ériger les blessés en victimes innocentes au service de l'ordre, toute allusion à leur violence est gommée. Le choix des vingt-cinq photographies révèle cette priorité : dix concernent les manifestants blessés, célèbres (Lebecq, président de l'UNC) ou anonymes, le plus souvent à terre ; six présentent les barrages des forces de l'ordre, alors qu'aucune ne décrit les barricades des ligueurs ; deux saisissent les troupes en train de charger, répondant à deux autres photographies (dont l'une occupe la double page centrale) représentant le défilé, presque figé, de l'UNC, gardant jusqu'au bout, selon le texte d'accompagnement, « son caractère indispensable de discipline et d'ordre ».

  • 16 Cf. rapport P. Appell, JODP, p. 630.
  • 17 Cf. Henriot Ph., p. 160.
  • 18 Cf. ibid, p. 166.
  • 19 Cf. ibid, p. 172.
  • 20 Cf. Six février 1934, p. 12 : le commentaire évoque les « éléments troubles qui ont profité de la (...)
  • 21 Cf. Chérau G., p. 133-134.
  • 22 Cf. Gringoire, 9 février 1934 : la description, relativement neutre, de Kessel donne l'impression (...)
  • 23 Cf. Six février 1934, p. 16.

8S'ils renient les barricades, les témoins de droite ne peuvent cependant les passer totalement sous silence : ils utilisent deux stratégies pour les intégrer à leur vision manichéenne des faits. D'un côté, les émeutiers anonymes, entendus par la Commission d'enquête parlementaire, estiment que les barricades ne constituaient qu'une défense légitime des manifestants et ne menaçaient pas les forces de l'ordre : le docteur Tournay, membre de l'Action française, parle ainsi de « barricade sommaire » dressée sur les Champs-Elysées avant minuit qui, tout en étant placée à hauteur du pont, servait simplement à protéger les émeutiers qui avaient laissé une distance de 60 mètres entre eux et les forces de l'ordre16 ; l'emplacement de ces barricades et les projectiles qui en sont lancés démentent cette version naïve des faits. D'un autre côté, les journalistes et hommes politiques de droite tendent à attribuer ces barricades offensives aux communistes : dans son Six février paru dès avril 1934, Philippe Henriot, étoile montante de la droite parlementaire, rappelle que « la foule était diverse et mélangée »17, composée notamment d'« éléments troubles » aux « visages patibulaires et inquiétants »18 : ce sont ces hommes, selon lui, qui ont arraché arbres et bancs pour constituer des barricades. En contradiction avec la vérité alors établie, il attribue même l'incendie de l'autobus place de la Concorde à des « énergumènes » faisant partie de la « pègre révolutionnaire »19. La brochure de la Nouvelle société d'édition20 et le récit de Georges Chérau21 adoptent la même explication. Mais, pour pouvoir revendiquer les morts du 6, les hommes de droite doivent admettre, à l'instar de Joseph Kessel dans Gringoire22, que les barricades de minuit sont le fait des « manifestants patriotes », et non de communistes, sur lesquels la police a tiré23.

  • 24 Cf. Henriot Ph., Introduction, p. xvii.
  • 25 Après avoir identifié le 6 février à une Révolution (p. xvii), Henriot refuse précisément de consi (...)

9Tous les hommes de droite n'adoptent cependant pas une lecture uniforme du 6 février : certains acceptent sa dimension révolutionnaire et, partant, les barricades. Même un témoin comme Philippe Henriot, refusant le terme « émeute » et attaché à démontrer le pacifisme des manifestants, admet que le 6 marque le début d'une « Révolution ». Certes, celle-ci apparaît comme « unique en son genre » et elle « ne rêve aucune conquête » ; certes, ses porte-drapeaux « haïssent les violences » et « n'ont même pas voulu s'armer »24. Mais le « peuple de droite », celui des honnêtes gens, doit désormais savoir utiliser la rue pour rappeler son devoir à l'Etat. Contradictoire et embarrassée25, la position d'Henriot face à une Révolution nationale procédant de la rue révèle les ambiguïtés de la droite face aux barricades des ligueurs.

  • 26 Cf. la fin de cet article (cité par le rapport Catalan, JODP, p. 592) : « De barricades en barrica (...)
  • 27 Cf. L'Action française, 7 février 1934 : « les patriotes se défendaient avec énergie, renversaient (...)
  • 28 Cf. Chérau G., p. 18.

10L'extrême-droite ne semble pas s'embarrasser de ces nuances et assume clairement l'héritage révolutionnaire, notamment les barricades. Dès juillet 1933, Par l'effort, le journal de l'Association nationale des officiers combattants présidée par le colonel Ferrandi, conseiller municipal de Paris et acteur de l'émeute de 1934, publie un article exhortant les nationaux à reprendre la tradition révolutionnaire pour renverser le régime : dans cette récupération par l'extrême-droite, la barricade idéalisée n'apparaît plus comme un moyen défensif, mais comme un levier permettant au peuple de s'élever graduellement au-dessus de ses dirigeants corrompus vers une civilisation parfaite26. Dans sa narration des événements du 6, l'Action française glorifie la résistance héroïque de la foule aux « ruées sauvages » de la police27 et magnifie la « quantité d'énormes barricades » édifiée « en peu d'instants » : cette exaltation, démesurée par rapport à la réalité, révèle la charge symbolique véhiculée par la barricade auprès des militants d'extrême-droite qui reprennent, par la même occasion, l'image révolutionnaire d'un Paris « flambeau » de la liberté et de la justice, qui a retrouvé « sa force rayonnante »28. Cette droite révolutionnaire se veut héritière de la Commune. Après l'émeute, le polémiste André Germain reprend d'ailleurs ce symbole dans son pamphlet Guerre civile : après avoir, en deux parties, stigmatisé les responsables de la nuit du 6, il énumère les hommes qui, « sur diverses barricades » (c'est le titre de sa troisième partie), ont vocation à régénérer la France : défilent alors les parcours exemplaires d'Ybarnégaray, Henriot, La Rocque et Déat. Le fossé entre le peuple parisien et ses dirigeants, révélé dans son ampleur par la répression de l'émeute, justifie désormais la violence et l'avènement d'une Révolution nationale, avec ses propres barricades.

  • 29 Un seul exemple : Brasillach R., p. 195.

11Cette intégration de l'héritage révolutionnaire reste très minoritaire à droite ; les souvenirs de témoins, même lorsqu'ils exaltent la violence du 6, préfèrent évoquer la magie moderne des autobus en feu plutôt que l'archaïsme des barricades29. Elle gêne également les témoins de gauche, dont les récits gomment également, pour d'autres raisons, le caractère insurrectionnel de la manifestation du 6.

Les barricades du 6 vues par la gauche, illégitimes et hypocrites

  • 30 Cf. Maurel P., p. 22-24.
  • 31 Le Populaire du 4 mars 1934 publie sept photographies sous le titre : « Le vandalisme des émeutier (...)
  • 32 Cf. « le six février, après l'émeute », Cahiers des droits de l'homme, 1934, p. 619sq.

12La gauche manifeste les mêmes réticences que la droite à évoquer les barricades des ligueurs. Comme Le Matin, Le Populaire du 7 ne les évoque qu'au détour d'un récit ; il décrit d'ailleurs avec plus de détails les barricades édifiées sur le boulevard Sébastopol par les communistes pour empêcher la progression du rassemblement des Jeunesses Patriotes à l'Hôtel de Ville. Journalistes et écrivains de gauche préfèrent souligner le caractère « fasciste » de la manifestation : ils insistent sur le « plan militaire établi au préalable » par les chefs ligueurs, accréditant la thèse du complot. Leur récit rejoint celui des hommes de droite en s'attardant sur le défilé discipliné du cortège de l'UNC, que l'on rapproche des défilés fascistes et nazis ; ils dénoncent surtout la violence gratuite des jeunes émeutiers qui visent seulement à détruire, à piller et pas à se protéger30. Les barricades du 6 ne sont pas révolutionnaires ; elles s'intègrent au « vandalisme » généralisé des émeutiers31. Dans cette stratégie générale d'occultation, le rapport rédigé par Maurice Paz au nom de la Commission d'enquête de la Ligue des droits de l'homme fait exception32 : il démontre l'importance des barricades qui ont permis aux manifestants de tirer de nombreux coups de feu et d'atteindre les forces de l'ordre ; il condamne l'inertie de celles-ci qui ont hésité à dégager les barricades de la Concorde et à réagir après l'incendie de l'autobus ; il suggère que les manifestants du 6 ont concilié méthodes fascistes, réflexes de banditisme (déprédations, pillages) et héritage révolutionnaire (barricades et incendies). Cette description objective (qui s'inscrit cependant dans une démonstration partisane) fait donc sa place à la barricade, alors que les autres témoins la nient. En effet, dans la mesure où ceux-ci veulent démontrer une collusion entre manifestants et policiers, les barricades n'ont pas de sens : elles ne peuvent qu'apparaître comme un élément de folklore déplacé.

  • 33 Cf. Le Populaire, 10 février 1934, montrant des manifestants « s'acharnant à créer par un saccage (...)
  • 34 Cf. Le populaire, 4 mars 1934.
  • 35 Cf. « tribune des femmes socialistes », Le Populaire, 11 février 1934.
  • 36 Cf. Le Matin, 11 février 1934.

13C'est la deuxième attitude des journaux de gauche : dès le 7, le Populaire décrit les ouvrages défensifs légers de la Concorde et des Champs-Elysées comme une « caricature de barricade » ou comme une « barricade de fortune », révélant ainsi leur caractère improvisé et inefficace. La gauche s'attache surtout à démontrer le caractère superficiel et décoratif des aspects révolutionnaires de l'émeute de droite33 et ridiculise des barricades construites par des « fils à papa »34. Elle dénonce ainsi la récupération illégitime par la droite d'une tradition qui appartient au prolétariat depuis un siècle. Cette hostilité apparaît dans la description ironique, par Marthe Louis-Lévy, des jeunes femmes manifestant le 6, qui tourne en dérision ces nouvelles « pétroleuses » : « les pétroleuses de février 1934 portent bijoux et fourrures. C'est pourquoi on ne les appellera jamais des pétroleuses, bien qu'elles aient, comme les hommes « d'ordre », frappé, jeté des projectiles, versé du pétrole, allumé des incendies... »35. La gauche doit avoir ainsi le monopole d'une symbolique révolutionnaire qui exerce une séduction sur une partie de la droite : un éditorialiste du Matin36 n'a-t-il pas suggéré que février 1934 marquait le centenaire des émeutes parisiennes de février 1834 ?

14Droite et gauche s'accordent donc, à quelques exceptions près, pour occulter la place de la symbolique révolutionnaire en général, et des barricades en particulier, dans les événements du 6 février. Leurs raisons diffèrent mais cette occultation progressive (les journaux du 7 font tous, dans un premier temps, allusion aux barricades) révèle un malaise général devant la récupération par la droite de comportements qui ne sont pas habituellement les siens. Les repères semblent brouillés : les événements des journées suivantes, où la rue est dominée par les communistes, les remettent en place.

Les barricades de gauche des 9 et 12 février : le retour des anciennes oppositions

Les barricades, au cœur des manifestations

  • 37 La description la plus précise de ces combats du 9, quoique très favorable aux manifestants, est d (...)

15Les barricades du 6 février étaient seulement un des éléments nombreux d'une manifestation au déroulement complexe et aux formes d'action variées. En revanche, la journée communiste du 9, qui tourne très vite à l'affrontement avec les forces de l'ordre en raison de l'interdiction initiale du rassemblement place de la République, fait des barricades un élément majeur. La tradition révolutionnaire est réintégrée par les communistes37 : ceux-ci n'utilisent pas la forme disciplinée du défilé, mais ils portent la lutte contre les forces de l'ordre en de multiples points. La journée du 9 apparaît donc comme une multitude de combats isolés sur une vaste étendue. La géographie de la manifestation elle-même, qui contraste avec celle du 6 située dans les quartiers d'affaires, vise à s'inscrire dans la tradition du Paris ouvrier et communard : la zone délimitée par la place de la Bastille, les Buttes-Chaumont et la gare de l'Est se hérisse de barricades, dressées en réseau très dense dans le nord du onzième arrondissement notamment.

  • 38 Cf. rapport du brigadier-chef Descombes, sur la barricade située au carrefour Voltaire/Richard-Len (...)
  • 39 Ainsi, l'enlèvement de la barricade du faubourg du Temple exige des renforts de police qui la pren (...)
  • 40 Cf. Bonnevay L., p. 213-214.
  • 41 Cf. Le Populaire, 10 février 1934.

16Les barricades reprennent donc leur fonction traditionnelle dans le contrôle de la rue par les émeutiers. Elles sont élevées avec plus de soin et résistent davantage aux assauts de la police que celles dressées le 6 par les ligueurs. Si elles restent assez fragiles38 dans des combats marqués par la mobilité, elles tirent leur efficacité d'un réseau assez dense d'ouvrages gênant la progression de la police : les rues Rampol, général Lassalle, de l'Orillon, du Faubourg du Temple, Saint-Maur, de Belleville et les avenues Voltaire et Richard-Lenoir sont barrées en de multiples endroits, et parfois tous les cinquante mètres, par une trentaine de barricades, souvent solidement constituées de débris des chantiers de métro : certaines doivent être prises à revers39, après cinq heures d'affrontements sérieux où le traditionnel pavé complète le moderne révolver40. Les manifestants retrouvent des réflexes révolutionnaires : ils édifient les barricades au chant de l'Internationale41 et en dressent notamment une, de façon symbolique, en face de l'Eglise Saint-Ambroise dont ils utilisent les matériaux de réparation.

  • 42 En revanche, le 18 février à Toulouse, une manifestation socialo-communiste protestant contre les (...)
  • 43 Cf. rapport du commissaire de police d'Asnières (3 mars 1934), cité par le rapport de la Commissio (...)
  • 44 Cf. Bonnevay L., p. 225.
  • 45 Cf. L'Humanité, 14 février 1934.

17La journée du 12 février présente des caractéristiques différentes : à Paris, la manifestation des socialistes et communistes évite toute violence et se limite à un défilé pacifique ; en province, les heurts avec la police sont plus fréquents mais débouchent exceptionnellement sur des combats de rues, ce jour-là du moins42 ; en banlieue ouvrière, le face-à-face entre manifestants et policiers prend un tour plus violent et se traduit parfois par l'érection de barricades : à Gennevilliers, des bennes à ordures renversées constituent la matière principale de la dizaine de barricades dressées au cours de l'aprés-midi et de la soirée43 ; à Boulogne-Billancourt, les manifestants bâtissent les seules barricades solides et classiques de ces journées : une barricade de plus de 1 m de hauteur, avenue Edouard-Vaillant, appuyée par deux barricades secondaires rue de Saint-Cloud et de Silly, protège durablement les manifestants, même si, lors de son enlèvement, un ouvrier tourneur y meurt44. Longuement décrits par les divers témoignages, ces graves événements restent exceptionnels : la plupart des maires de gauche de banlieue tirent une réelle fierté d'avoir su endiguer la violence dans la rue, à l'instar du maire de Malakoff qui déclare à la Commission d'enquête : « Il n'y a jamais eu de barricades dans ma commune ». Le maire socialiste de Boulogne, Morizet, fait même « le tour des barricades » de sa ville45 pour tenter de convaincre les manifestants d'abandonner leur poste de combat, ce qui lui vaut les sarcasmes de L'Humanité.

  • 46 Le titre principal complet du Matin du 10 est : « LA MANIFESTATION ORGANISEE HIER SOIR PLACE DE LA (...)
  • 47 Cf. JODP, p. 706.

18Dans les différents récits, les barricades apparaissent comme le principal aspect de ces manifestations et sont évoquées de façon nettement plus insistante que celles du 6. Le Matin du 10 février utilise ce mot dans son sous-titre en première page46 et rassemble une partie de son récit sous le titre : « Des barricades ». Dans son récit impartial et a posteriori des événements, Laurent Bonnevay réduit la journée du 9 à ces barricades. La Commission d'enquête parlementaire retient, parmi ses dix-huit conclusions sur cette journée, la phrase suivante : « De nombreuses barricades ont été édifiées »47. Glorifiées ou dénoncées, ces barricades sont utilisées par les journalistes et les hommes politiques pour frapper l'opinion publique et exploiter politiquement les événements de la rue.

Les barricades des 9 et 12 vues par la gauche : la permanence des traditions révolutionnaires

  • 48 Cf. Maurel P., p. 25.
  • 49 Cf. la harangue prononcée par un manifestant communiste juché sur une barricade (et rapportée par (...)
  • 50 Et publié dans Le Populaire du 16 février 1934.
  • 51 Cette version est vraie pour trois des victimes, notamment le chef de la section communiste de Cha (...)

19La gauche paraît nettement plus à l'aise pour évoquer les barricades communistes que celles des ligueurs : édifiées par des « prolétaires » pour lutter contre la « flicaille » aux ordres de la bourgeoisie, les barricades remplissent ici leur fonction symbolique séculaire. Leur multiplication, dès le 7 février au soir, signifie le réveil et la riposte du Paris ouvrier, du « Paris de la Commune »48. Glorifiées et embellies (L'Humanité du 14 février parle de « formidable redoute » à propos des barricades de Boulogne), elles révèlent le renforcement de la lutte des classes49, permettent le reinvestissement par l'ensemble de la gauche d'une symbolique révolutionnaire qui paraissait oubliée. Les manifestations du 9 au 12 s'intègrent ainsi dans l'Histoire des luttes ouvrières. Dans le discours qu'il avait prévu de prononcer à la Chambre le 15 février50, Blum démontre ce que les barricades de 1934 doivent aux précédentes : s'adressant à la majorité réunie autour de Doumergue, il affirme : « vous êtes les partis ou les hommes qui ont acclamé Thiers après la rue Transnonain et le mur des Fédérés, Constans après Fourmies, Clemenceau après Draveil ». Incarnations de ce sacrifice renouvelé des ouvriers, les manifestants tués prennent une dimension héroïque propre à la gauche : alors que, selon leurs hagiographes de droite, les manifestants du 6 avaient été « fusillés » alors qu'ils défilaient sans armes, dans l'ordre et dans le calme, ceux du 9 et du 12 sont tués sur les barricades51. Leurs obsèques ont symboliquement lieu au pied du mur des Fédérés.

  • 52 Cf. Maurel P., p. 25 et L'Humanité du 8 février 1934 qui oppose la « dignité prolétarienne » des o (...)
  • 53 Cf. Le populaire, 14 février 1934, p. 3.

20Les publicistes de gauche présentent ces héritiers de la Commune comme des hommes dignes et intègres : ce Paris ouvrier est bien le « Paris ardent, combatif et scrupuleusement honnête » qui refuse de mettre à sac les cafés, d'incendier les autobus et de piller les boutiques52. Aux actes gratuits de vandalisme des ligueurs du 6, on oppose les barricades propres des communistes (construites, selon ces témoins partiaux, de « pavés » et non d'objets publics arrachés ou détruits) qui n'ont qu'un but défensif. La narration du Populaire représente cette version des faits : les grévistes barricadés de Boulogne « se défendirent héroïquement (...) contre leurs assaillants »53 Instrument privilégié de combattants héros et martyrs, la barricade prend une place dominante dans le récit de la riposte ouvrière au complot de la droite.

Les barricades des 9 et 12 vues par la droite, une menace pour l'ordre

  • 54 Cf. Henriot Ph., p. 230.
  • 55 Cf. Lauzanne S., « Histoire d'une émeute », Le Matin, 18 février 1934.
  • 56 Cf. Chérau G., p. 158. L'Action française du 10 février ridiculise également les « petites barrica (...)
  • 57 Cf. article de Hauteclocque X. de, dans Gringoire, 16 février 1934.
  • 58 Cf. Imann G., p. 95.

21Après avoir minimisé le rôle des barricades dans la journée du 6, les journaux et écrivains de droite insistent sur les violences commises par des manifestants présentés comme des fauteurs de troubles armés exploitant le désordre dans un but moins élevé que les émeutiers du 6. Philippe Henriot expose le point de vue de ces publicistes qui opposent les deux manifestations : « Le 7 au soir, il y eut encore des morts dans Paris ; mais qui pourrait comparer ceux qui, désarmés, chantant la Patrie et son honneur, furent abattus dans le dos et ceux qui tombèrent vingt-quatre heures plus tard, ayant encore à la main les armes de la guerre civile ? »54 ; ce sont les « apaches et les repris de justice »55 qui pillent les magasins et édifient des barricades. Celles-ci sont présentées par certains, qui glorifiaient les violences du 6, comme des ramassis ridicules de détritus ou d'objets archaïques sans rapport avec la réalité (charrettes, voitures à bras...)56 ; les autres, plus nombreux, les présentent comme des « barricades géantes » favorisant la « boucherie » mutuelle du 9, opposée à la « corrida » du 6 (les taureaux mis à mort étant alors les anciens combattants)57. Le grossissement de ces barricades vise là à faire peur, à justifier la répression menée par le Gouvernement Doumergue, alors sympathique à la droite, et à démontrer la réalité du péril communiste. Le rapprochement de la situation du 9 présentée comme apocalyptique avec « l'agonie de la commune »58 renforce cette menace. L'opposition manichéenne entre un 6 février « beau jusque dans son horreur » et les jours suivants où la rue « fut effrayante et ignoble » caractérise la vision de droite des événements.

22Tout comme la gauche, la droite adopte ainsi un manichéisme sans nuances assimilant les barricades du 6 à une réaction de défense et celles du 9 à un acte de vandalisme. Dans son projet de discours à la Chambre, Léon Blum ne cèle pas son agacement devant des récits si tranchés : « D'un côté de la frontière sociale, les hommes qui résistent sont des assassins ; de l'autre, ils deviennent des héros, ils sont les sauveurs de l'ordre et de la patrie » ; l'« individualiste » Lacaze-Duthiers s'indigne également de l'opposition, chère à la droite, des « héros » du 6 et des « voyous » du 9 et du 12, alors que tous ont commis les mêmes violences. L'opposition des discours, des visions d'un même événement, soulignée par la crise qui entraîne la démission de la minorité de droite de la Commission d'enquête parlementaire en juillet 1934, révèle l'importance de la fracture politique que connaît la France en cet avant-guerre.

23Uniques par leur nombre et leur ampleur dans la France de l'entre-deux-guerres, les barricades de février 1934 sont originales, dans la mesure où elles ont été édifiées successivement par deux camps opposés. Ceux-ci en ont fait un usage fort différent dans des récits qui apparaissent comme la transposition de la réalité de la rue, souvent spontanée et anarchique, en un discours cohérent, argumenté, tendant à la démonstration politique. Socialistes et communistes refusent de glorifier les barricades des ligueurs d'extrême-droite dont ils veulent souligner le caractère fasciste et contre-révolutionnaire ; en revanche, ils font appel au souvenir de toutes les barricades passées pour renforcer leur contre-offensive des 9 et 12 février. Les hommes de droite et d'extrême-droite semblent coincés entre leur désir d'apparaître comme des hommes d'ordre et leur aspiration au « nettoyage » politique : ils ne revendiquent pas leurs barricades, dont la responsabilité est rejetée sur leurs adversaires ou sur des éléments isolés ; ils retrouvent leurs réflexes d'homme d'ordre devant les manifestations communistes de Paris et de banlieue qui tournent autour de barricades. Ainsi, au choc de deux stratégies de la rue répond l'opposition de deux stratégies du discours politique : la place de la barricade en est l'un des enjeux.

24Notes

25Les références bibliographiques complètes figurent à la fin de l'article : nous n'indiquons en notes que le nom de l'auteur et la page de la référence. Les rapports établis par la « Commission d'enquête chargée de rechercher les causes et les origines des événements du 6 février 1934 et jours suivants, ainsi que toutes les responsabilités encourues » constituent la source essentielle de l'Histoire des journées de février. Ces rapports sont publiés dans le Journal officiel. Documents parlementaires. Annexes, 1934, p. 576-728 et 1345sq (pour le rapport général de Marc Rucart) ; les références à ces textes sont indiquées sous l'abréviation JODP.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

La bibliographie sur le 6 février 1934 est très déséquilibrée : le nombre important de témoignages contemporains publiés (dont la liste ci-dessous n'est d'ailleurs pas exhaustive) contraste avec la rareté des études historiques concernant les événements proprement dits (leur interprétation ayant suscité, en revanche, de nombreuses réflexions autour de la problématique du « fascisme français ») ; ainsi, aucune étude n'évoque les barricades ici décrites.

Presse

L'ensemble de la presse nationale et régionale est à dépouiller. Pour cette étude, nous nous sommes contentés d'analyser les quotidiens qui accordent la place la plus importante aux événements (L'Humanité, Le Populaire, Le Matin, L'Echo de Paris, Le Temps, L'Action française) et quelques hebdomadaires de sensibilités politiques différentes (Gringoire, Marianne, la Lumière, la Nation).

Témoignages Contemporains

Bayern J., De la boue au sang. Le six février, Paris, 1934, 54 p. < extrême-droite >

Bernard M., Les journées ouvrières des 9 et 12 février, Paris, 1934, 124 p. < socialiste >

Bonnevay L., Les journées sanglantes de février 1934, Paris, 1935. < modéré >

Chalouveine M., Historique du 6 février 34, Paris, 1935, 126 p. < droite >

Cherau G., Concorde ! le 6février 34, Paris, 1934, 277 p. < droite >

Fédération Républicaine et Sociale du Massif central, La sanglante journée du mardi 6 février 1934. Récits de témoins, Clermont-Ferrand, s.d., 16 p. < droite >

Frantel M., Place de la Concorde. 1934, Paris, 1935, 31 p. < extrême-droite >

Germain A., Guerre civile, Paris, 1934, 202 p. < extrême-droite >

Henriot Ph., Le six février, Paris, 1934, 247 p. < droite >

Imann G., La journée du 6 février, Paris, 1934, 120 p. < droite >

Lacaze-Duthiers G. de, Un individualiste devant la mêlée .jours d'émeute, Paris, 1934, 14 p. < modéré de gauche >

« Le six février 1934, après l'émeute », Cahiers des droits de l'homme, 10-20 octobre 1934, Paris. < gauche >

Maurel P., Les bandes armées du fascisme et leurs véritables chefs, Paris, s.d. (1935), 32 p. < communiste >

Ripert E., Place de la Concorde. 1934, Paris, 1935, 31 p. < extrême-droite >

Santo J., La judéomaçonnerie et les massacres du 6 février 1934, Paris, 1934, 62 p. < extrême-droite >

Six février 1934, Nouvelle société d'édition, Paris, s.d. (1934), 20 p. (non paginées). < droite >

Suarez G., La grande peur du 6 février au Palais-Bourbon, Paris, 1934, 128 p. < droite >

On peut ajouter à cette liste les souvenirs et témoignages plus généraux, mais qui relatent en passant les événements de février 1934, de :

Brasillach R. (Notre avant-guerre, rééd. 1992)

Chopine P. (Six ans chez les croix de feu, Paris, 1935)

Fabry J. (De la place de la Concorde au Cours de l'Intendance, Paris, 1942)

Herriot E. (Jadis, t. 2, Paris, 1952), - Vallat X., Le nez de Cléopâtre. Souvenirs d'un homme de droite, Paris, 1957), etc.

Etudes Historiques

On se reportera pour l'essentiel à la courte bibliographie donnée par S. Berstein, Le six février 1934, Paris, 1975, 258 p., qui reste l'ouvrage le plus complet sur les événements. Quelques articles ont mis en valeur certains aspects particuliers : Beloff M., « The 6th februa-ry », dans The Decline of the Third Republic, in Loll J. (dir.), St Antony's Papers, n° 5, 1958, p. 9-35 ; – Dobry M., « Février 1934 et la découverte de l'allergie française à la révolution fasciste », Revue française de sociologie, juillet-décembre 1989 ; – Prost A., « Les manifestations du 12 février 1934 en province », Le mouvement social, janvier-mars 1966 ; –Tartakowsky D., « Stratégies de la rue. 1934/1936 », Le mouvement social, avril-juin 1986.

Notes

1 Sur ces manifestations d'extrême-droite de janvier et des premiers jours de février, cf. rapport Amat, JODP, p. 576-584.

2 Cf. « Le six février (après l'émeute) », p. 623.

3 Cf. conclusion du rapport Amat : « nous constatons qu'une nouvelle tactique a été adoptée. Les manifestants ne résistent pas devant le service d'ordre. Ils se replient à l'arrivée de la police, mais se reforment au plus tôt et reviennent aussi violents » (p. 579).

4 Cf. Bonnevay L., p. 89.

5 Selon un témoin, un manifestant aurait crié, derrière une barricade des Tuileries : « Nous serons bien ici, pour tirer ». Cf. « Le six février (après l'émeute) », p. 636.

6 Cf. Bonnevay L., p. 91 et témoignage de M. Thuau, cité par P. Appell, JODP, p. 633.

7 Cf. rapport du colonel Simon, cité par P. Appell dans son rapport sur la soirée du 6 février, cf. JODP, p. 629 : « Les émeutiers devenaient des assaillants ; leur audace était devenue telle qu'ils construisaient une barricade à 50 mètres du pont ».

8 Henriot Ph. (p. 166-167), Brasillach R. (p. 195)... soulignent l'absence de stratégie et de direction conférée à la manifestation qui a conduit à « l'incohérence » et donc à l'échec.

9 La légende de la première n'évoque pas le mot « barricade » (« bancs et grilles d'arbre obstruent la chaussée » au boulevard des Capucines) ; celle de la seconde parle de « tentative de barricade » au carrefour Sébastopol-Rivoli.

10 Cf. Henriot Ph., p. 165.

11 Cf. ibid., p. 184.

12 Cf. Blaisot C, « Vérité sur la soirée sanglante », dans La Nation, 24 février 1934.

13 Trois poèmes, d'inspiration très proche, ont été publiés en 1934-1935 par Jean Bayern, Max Frantel et Emile Ripert.

14 Cf. Frantel M., p. 44.

15 Cf. Bayern J. : « Dix-neuf heures. Il fait nuit. Paris tout entier/Est maintenant là, dressé contre ces crapules/Et sa force est d'être un vrai peuple justicier/Ses barrages rompus, la police recule ».

16 Cf. rapport P. Appell, JODP, p. 630.

17 Cf. Henriot Ph., p. 160.

18 Cf. ibid, p. 166.

19 Cf. ibid, p. 172.

20 Cf. Six février 1934, p. 12 : le commentaire évoque les « éléments troubles qui ont profité de la nuit pour arracher les bancs, briser des grilles d'arbres, saccager des bosquets, incendier un autobus < et qui > ont réussi, avec ces débris, une mince barricade en travers de l'avenue des Champs-Elysées ».

21 Cf. Chérau G., p. 133-134.

22 Cf. Gringoire, 9 février 1934 : la description, relativement neutre, de Kessel donne l'impression d'une extrême confusion (« Des ébauches de barricades se succédaient, lampadaires arrachés, kiosques renversés, pavés dressés ») ; elle ne distingue d'ailleurs pas communistes et ligueurs.

23 Cf. Six février 1934, p. 16.

24 Cf. Henriot Ph., Introduction, p. xvii.

25 Après avoir identifié le 6 février à une Révolution (p. xvii), Henriot refuse précisément de considérer les manifestations de droite comme une Révolution (p. 230) : la rue, lorsqu'elle est investie par les anciens combattants, est « une collaboratrice » de l'Etat auquel elle offre un « appui salutaire » ; ne visant pas à se substituer à l'Etat, elle n'est donc pas révolutionnaire.

26 Cf. la fin de cet article (cité par le rapport Catalan, JODP, p. 592) : « De barricades en barricades, nous sommes arrivés au sommet de la civilisation. On prétend que l'Histoire est un éternel recommencement. Alors, bon peuple de France (...), qu'est-ce que tu attends pour remettre cela ? ».

27 Cf. L'Action française, 7 février 1934 : « les patriotes se défendaient avec énergie, renversaient des autobus, les incendiaient », etc.

28 Cf. Chérau G., p. 18.

29 Un seul exemple : Brasillach R., p. 195.

30 Cf. Maurel P., p. 22-24.

31 Le Populaire du 4 mars 1934 publie sept photographies sous le titre : « Le vandalisme des émeutiers fascistes des soirées tragiques du 6 et 7 février ». Trois d'entre elles représentent des barricades, toujours dévalorisées et vidées de leur contenu révolutionnaire, et voisinent avec des clichés représentant des chevaux blessés et des kiosques incendiés.

32 Cf. « le six février, après l'émeute », Cahiers des droits de l'homme, 1934, p. 619sq.

33 Cf. Le Populaire, 10 février 1934, montrant des manifestants « s'acharnant à créer par un saccage aussi systématique que stupide un décor d'émeute et de dévastation ».

34 Cf. Le populaire, 4 mars 1934.

35 Cf. « tribune des femmes socialistes », Le Populaire, 11 février 1934.

36 Cf. Le Matin, 11 février 1934.

37 La description la plus précise de ces combats du 9, quoique très favorable aux manifestants, est donnée par Marc Bernard, p. 64-69 notamment.

38 Cf. rapport du brigadier-chef Descombes, sur la barricade située au carrefour Voltaire/Richard-Lenoir, cité dans le Rapport sur la journée du 9, JODP, p. 705 : la barricade est constituée d'une palissade et de divers matériaux d'un chantier proche. Le brigadier raconte : « J'ai donné ordre au conducteur de foncer sur la barricade qui ne me paraissait pas très résistante : la palissade qui était au centre céda au choc ».

39 Ainsi, l'enlèvement de la barricade du faubourg du Temple exige des renforts de police qui la prennent à revers par deux rues adjacentes. Cf. Le Matin, 10 février 1934.

40 Cf. Bonnevay L., p. 213-214.

41 Cf. Le Populaire, 10 février 1934.

42 En revanche, le 18 février à Toulouse, une manifestation socialo-communiste protestant contre les violences des Jeunesses Patriotes s'achève par des barricades et des affrontements dans le quartier Saint-Georges : un manifestant est tué.

43 Cf. rapport du commissaire de police d'Asnières (3 mars 1934), cité par le rapport de la Commission d'enquête, JODP, p. 707.

44 Cf. Bonnevay L., p. 225.

45 Cf. L'Humanité, 14 février 1934.

46 Le titre principal complet du Matin du 10 est : « LA MANIFESTATION ORGANISEE HIER SOIR PLACE DE LA REPUBLIQUE PAR LES COMMUNISTES A DONNE LIEU A DE VIOLENTES BAGARRES. Les manifestants tentèrent de construire des barricades et tirèrent de nombreux coups de feu sur les hommes du service d'ordre ».

47 Cf. JODP, p. 706.

48 Cf. Maurel P., p. 25.

49 Cf. la harangue prononcée par un manifestant communiste juché sur une barricade (et rapportée par l'inspecteur principal Desforges, cité par le rapport de la Commission d'enquête, JODP, p. 704) : « Allons faire des barricades avenue Parmentier. Marchons contre la bourgeoisie, contre le capitalisme, mettons tout à feu et à sang ».

50 Et publié dans Le Populaire du 16 février 1934.

51 Cette version est vraie pour trois des victimes, notamment le chef de la section communiste de Chaville, tué sur une barricade dans sa ville le 12 février. Témoin de cet héroïsme, le récit de M. Bernard (p. 65) : de part et d'autre des barricades, « c'est une suite d'escarmouches, de corps à corps où souvent des agents durement touchés s'écroulent à côté de manifestants (...). On trouve l'un d'eux tué au bas d'une barricade la nuque trouée. Un autre, piétiné par une charge à cheval, ne parvient plus à se relever ».

52 Cf. Maurel P., p. 25 et L'Humanité du 8 février 1934 qui oppose la « dignité prolétarienne » des ouvriers aux « pratiques de pillards des JP et de leurs petites amies ».

53 Cf. Le populaire, 14 février 1934, p. 3.

54 Cf. Henriot Ph., p. 230.

55 Cf. Lauzanne S., « Histoire d'une émeute », Le Matin, 18 février 1934.

56 Cf. Chérau G., p. 158. L'Action française du 10 février ridiculise également les « petites barricades » édifiées par de « petits groupes de rôdeurs ». La même attitude est adoptée, pour des motifs différents, par le Ministre de l'Intérieur Albert Sarraut qui déclare à la presse que « les manifestants communistes (...) ont tenté de dresser des semblants de barricades » (cf. Le Matin, 10 février 1934).

57 Cf. article de Hauteclocque X. de, dans Gringoire, 16 février 1934.

58 Cf. Imann G., p. 95.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540