Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Le jeu des symboles et des références

1919-1968 - Des barricades ?

Danielle Tartakowsky

Texte intégral

  • 1 Si nous avions prétendu à l'exhaustivité, la lecture des textes rassemblés dans ce volume suffirai (...)

1Le tableau, p. 436, dresse la liste des barricades que nous avons répertoriées, dans la France entière, de 1919 à 1968. Nous avons compté comme barricade : toute construction précaire de fil de fer tendu au milieu de la chaussée, de pavés, de grilles ou de troncs d'arbres, plus exceptionnellement de véhicules, explicitement désignée comme telle par les contemporains1.

  • 2 Cf. Tartakowsky D., « la politique et la rue », Ethnologie française, 1991-3, p. 317-322 et « Mani (...)

2La plupart des barricades sont érigées lors de manifestations interdites pour contrer les forces de l'ordre à l'occasion lors ou immédiatement après des phases de violence politique nationale effective (les deux guerres mondiales, la guerre d'Algérie, la crise de 1934), ou de violence revendiquée par l'un des acteurs (1929-1931 : tactique communiste dite de « classe contre classe »). Nous avons étudié ailleurs les causes et le sens des manifestations violentes organisées en ces circonstances2. Nous nous consacrerons donc uniquement ici à la péripétie qu'est l'érection d'une barricade.

  • 3 Ainsi en 1919, de 1930 à 1933, en 1935. Cf. pour plus de détails, Tartakowsky D., Les manifestatio (...)
  • 4 AN F7 13934, rapport du 31 août 1922 : « Si le commissaire central du Havre avait faibli samedi so (...)

3Quatre ensembles peuvent être distingués : les barricades de l'entre-deux-guerres, celles de la guerre et de la Libération, celles de 1945 à 1962 et enfin celles de 1968. Les premières sont le fait presque exclusif des organisations ouvrières ; on trouve en tête la minorité syndicaliste en 1919, la CGTU et le parti communiste. Quinze barricades coïncident avec l'immédiat après-guerre ou la crise de 1934-35, trois résultent d'une émotion causée par un fait ressenti comme un déni de justice et les trois dernières rythment des grèves de longue durée. La droite et les forces de l'ordre les imputent périodiquement aux bolcheviques3 et les constituent ainsi en image archétype de l'insurrection - quel que soit le rôle des barricades dans les modèles invoqués. Elles agitent, plus exceptionnellement le spectre de la Commune4.

* Les crochets signifient que le terme de « barricade » n'a pas été utilisé par les contemporains. Le signe + est utilisé quand la manifestation concernée s'est soldée par mort d'hommes (1944 et 1968 excepté). Les villes notées en italiques sont celles où il existe des précédents historiques.

  • 5 Le Militant rouge, n° 2, décembre 1925. la revue qualifie la reproduction du Mur des fédérés ornan (...)
  • 6 Le Militant rouge n° 3 : « avis au peuple », n° 11 : « proclamation à l'armée », n° 12 de 1926 et (...)

4Certaines prises de position des insurgés ou des grévistes sont susceptibles de fonder leur propos. En effet, la minorité syndicaliste, qui a valorisé la violence à la veille du 1er mai 1919, peut être tenue pour responsable des barricades dressées ce jour-là à Paris. Le parti communiste davantage encore pendant les années suivantes, puisqu'il lui arrive de diffuser conseils et réflexions explicitement consacrés à cette modalité d'action. Ainsi, il publie, de novembre 1925 à 1927, une revue se voulant « l'organe historique et théorique des insurrections ». Le Militant rouge, tel est son nom, met en garde contre « la tradition romantique » dont la Commune est désignée comme le plus beau fleuron5 et, tenant « l'insurrection [pour] un art que la classe ouvrière ne doit pas ignorer », prétend l'y préparer. La revue multiplie les articles traitant d'exemples français ou étrangers, accorde à Blanqui une place de première importance et réédite, graphiques à l'appui, ses écrits sur l'érection bien menée d'une barricade6. Le parti communiste réitère cette expérience en 1931 ; il publie l'Insurrection armée de Neuberg dont un chapitre consacré aux « combats de rue » explique, schémas à l'appui, comment construire une barricade. Enfin, il utilise, cette même année, les barricades de Roubaix.

  • 7 Cf. Pessin A., Le Mythe du peuple et la société française du xixe siècle, Paris, PUF, 1992.

5Le préfet vient d'interdire aux grévistes du textile, en lutte depuis des semaines, de défiler à l'appel des syndicats unitaires. Ces derniers invitent les ouvriers à gagner la rue des Longues-Haies, un îlot tenu pour inexpugnable et déjà marqué par une « bataille de rue » lors d'une précédente grève, en avril 1930. Des barricades sont bientôt dressées, conçues de telle sorte qu'on ne soit « surpris ni à droite, ni à gauche, ni devant, ni derrière » et qu'on puisse disposer d'une retraite. Le gros des grévistes, approvisionné en briques et en pavés par la population, s'est massé derrière des fils de fer tendus 10 à 20 mètres en avant de la foule, afin d'empêcher le passage des chevaux. Entre les deux, une liaison : dans la rue des patrouilles et sur l'édicule, une pancarte fichée par les manifestants proclamant « Ici c'est la frontière du peuple. Les assassins ne passent pas ». Cette mise en scène et le terme « peuple », qui est toujours mis en avant lorsque s'exprime le désir d'incarner l'espérance collective7 s'inscrivent en porte à faux vis à vis du langage et de la symbolique alors induits par la tactique « classe contre classe ».

  • 8 Les Barricades de Roubaix, 1931, préface de Maurice Thorez.
  • 9 L'Humanité, 21 juin 1931. L'Humanité, 12 avril 1932.

6Le parti communiste pourchasse, durant ces années, les scories d'une histoire entachée par un héritage dont il entend se défaire : il n'use que du terme « prolétariat ». Pour la circonstance, une entorse est faite à la règle, on érige en drapeau la barricade ainsi comprise et mise en scène, en l'encadrant d'un système de références propre à le rendre compatible avec les nouvelles orientations du parti. « La barricade est l'indication la plus sûre de l'essor révolutionnaire » écrit Maurice Thorez dans la préface d'une brochure consacrée à ces barricades. « [...] c'est l'arme de la glorieuse Commune de Paris, de l'insurrection de Moscou en 1905, de la Révolution bolchevique de 1917 et des luttes révolutionnaires d'Allemagne après guerre. [Celles] de Roubaix sont le prolongement des barricades de Berlin de 1929. Elles portent la lutte de classe à son niveau le plus élevé ». Et d'invoquer Jules Guesde déclarant en 1882 : « après avoir fait révolution sur révolution, après s'être affranchie politiquement à coups de fusil, la bourgeoisie refuse au prolétariat en travail d'affranchissement le droit aux barricades dont elle a usé et abusé. Ce qui était honneur et devoir pour elle est devenu crime pour nous »8. Il conclut : « Les barricades de Roubaix ouvrent la voie à des actions de masse qui conduiront jusqu'à l'insurrection et au renversement de la dictature du capital ». L'Humanité reproduit, quant à elle, le plan des barricades de Roubaix, puis de Vienne9, en invitant (sans succès) à les multiplier.

  • 10 Ainsi Limoges (1905), Armentières (1903), Vienne (1882) et bien sûr l'Est parisien.
  • 11 Ainsi, l'Est parisien, la rue des Longues-Haies « où s'entassent 10 000 personnes parmi lesquelles (...)
  • 12 Il est significatif que les barricades de 1934, dressées contre les « fascistes », ne fassent l'ob (...)
  • 13 Le Peuple, 29 mai 1934 : les confédérés condamnent « avec vigueur » leur « romantisme ». « Nous ne (...)
  • 14 La Vie Ouvrière, 1er septembre 1922, « les grévistes prennent des mesures nécessaires pour se défe (...)

7Inquiétudes ou fol espoir sont également révélateurs du pouvoir fantasmatique conservé par les barricades. Ils n'ont, toutefois, qu'un faible rapport avec leurs fonctions et leurs causes réelles. En effet, un certain nombre ne répondent à aucune incitation préalable. Ainsi, celles érigées après l'exécution de Sacco et de Vanzetti ne sauraient être tenues pour la conséquence des articles — à tout le moins confidentiels - du Militant rouge. Quant à celles dressées après le « tournant » communiste d'août 1931, elles contreviennent à la ligne nouvelle et celles de 1935 — postérieures aux premières victoires du rassemblement populaire — davantage encore. De plus, les barricades, qui peuvent être érigées en exemple après coup, ne résultent jamais d'un mot d'ordre préalable et généralisé. Elles sont construites d'aventure, par des manifestants qui se protègent des forces de l'ordre (en premier lieu des charges de cavalerie) et fixent à leur avantage les forces rassemblées quelques heures durant, pour ainsi « tenir la rue ». Elles ne constituent donc jamais qu'une réponse circonstancielle et localisée à une attaque qui l'est tout autant et nous paraissent relever davantage de déterminants socio-culturels que stratégiques. En témoignent la réactivation de techniques héritées du siècle précédent, leur localisation dans des villes, des régions ou parfois même des rues déjà fortes d'une tradition10 et, dans ce cadre, le fréquent investissement d'îlots sociologiquement maîtrisés que les manifestants transforment en fortins éphémères11. La barricade ainsi comprise peut se faire le symbole d'un peuple en marche et se donner, par là, pour une image de l'avenir radieux. Elle renoue avec un populisme qui l'avait constituée au xixe siècle - à l'égal de la rue ou de la révolution, ses synonymes -, en figure du Peuple. Elle peut à ce titre insuffler l'énergie, une énergie nécessaire et compensatoire dans les phases de défaite ou de repli, mais superfétatoire quand la nature de l'adversaire suffit à mobiliser12. Cette pièce rapportée ne remplit, en outre, aucune fonction dans les stratégies respectivement fondées, en 1919, sur la grève générale ou, de 1929 à 1931, sur le défaitisme révolutionnaire. Elle n'est donc susceptible d'aucun prolongement, d'aucun avenir et peut même hypothéquer les stratégies mises en œuvre, pour peu que celles-ci ne confèrent aucune fonction à la mise à nu de la violence de l'adversaire de classe. Cela vaut à la barricade d'être condamnée sans appel et en toutes circonstances par les organisations ouvrières majoritaires13 ; elle n'est pas nécessairement transfigurée par les minoritaires qui, en certaines circonstances, n'y voient qu'un simple instrument d'autodéfense14.

8Les organisations du Front populaire s'inscrivent dans cette perspective. Elles tiennent les barricades dressées en août 1935 dans les rues de Toulon et de Brest, lors de manifestations contre les décrets-lois Laval, pour une simple conséquence de la violence policière et se gardent d'exalter ce qui leur paraît susceptible d'hypothéquer leur stratégie qui commence à porter des fruits. Elles construisent, en outre, après leur victoire de 1936, une nouvelle image du peuple en majesté qui rivalise victorieusement avec celle véhiculée par la barricade. Il faut, en conséquence, la présence de l'occupant pour restituer aux barricades, un temps mais un temps seulement, fonction et légitimité.

  • 15 Kriegel-Valrimont M., La Libération. Les archives du COMAC (mai-août 1944), Paris, Editions de Min (...)
  • 16 AN F1a 3760, CFLN, commissariat à l'Intérieur, tactique de préparation insurrectionnelle, 15 mai 1 (...)
  • 17 Kriegel-Valrimont M., La Libération. Les archives du COMAC (mai-août 1944), op. cit., p. 210-211 « (...)
  • 18 Reproduite dans Guérin A., La Résistance, Livre club Diderot, 1976, t. 5 p. 329.
  • 19 Les Lettres françaises, n° 19.
  • 20 André Tollet, témoignage, in Journal de la Libération, Révolution, 1984, p. 173.
  • 21 Le témoignage de Jacques Debû-Bridel dans Journal de la Libération, Révolution, 1984, p. 172.

9Celles érigées à Paris, en août 1944, à l'appel du CPL et du COMAC15 se distinguent en plusieurs points de leurs devancières. Elles résultent, pour la première fois depuis la Commune, d'une directive donnée au plus haut niveau, se voient reconnaître une finalité concrète jusqu'alors inexistante ; elles deviennent un des attributs de la souveraineté nationale alors qu'elles avaient signifié jusqu'ici l'exclusion du groupe qui y trouvait son expression symbolique. Nous ne jugerons pas ici de leur portée face aux chars. Le système de représentations qu'elles véhiculent retiendra, seul, notre attention. Le CFLN précisait en mai 1944 sa conception de l'insurrection nationale : « à la différence des émeutes du passé dirigées par des Français contre des Français, uniquement urbaines et affectant successivement plusieurs villes en traînée de poudre, l'insurrection nationale s'opérera par embrasement simultané universel, en tous lieux et au même instant, dans les villes et dans les campagnes par des Français et contre les étrangers. La radio doit porter ces faits à la connaissance des Français ». On mettait aussi en garde contre les conceptions romantiques héritées de 1789, 1830, 1848, en insistant sur la nécessaire maîtrise des voies de communication et sur le rôle de la simultanéité16. On retrouve ici, en fonction de visées différentes, par des motivations différentes, le rejet du romantisme exprimé en d'autres circonstances. Les appels à l'insurrection parisienne mobilisent, a contrario, l'histoire dont le CFLN tient à se démarquer. Le COMAC appelle à « dresser des barricades »17, l'ordre de défense de la population parisienne rédigé quelques heures plus tard et signé Rol Tanguy met spectaculairement en valeur le mot d'ordre « tous aux barricades ». Une affiche de la fédération des cheminots proclame : « partout dans Paris les barricades s'élèvent, comme en 1848, comme en 1871, le peuple de Paris passe à l'action insurrectionnelle qui libérera la capitale »18. Les Lettres françaises reproduisent l'appel aux armes lancé par Victor Hugo lors de l'invasion de 187019, tandis que Léo Hamon souhaite occuper l'Hôtel de Ville20 et que Joseph Laniel chuchote à Jacques Debû-Bridel, lors du débat sur la trêve, que « ça sent vraiment la Commune »21. Cette mobilisation d'une histoire qui sut donner à la rue sa dimension populaire est également celle de l'inconscient collectif. Elle amplifie la mobilisation, lui donne un sens qui ne saurait être exclusivement militaire et contribue dès lors à peser sur le rapport de forces que chacun s'essaie à construire et à mesurer ; à des fins politiques connues.

  • 22 Le souvenir de la Commune avait déjà été évoqué positivement le 9 février 1934 : AN F7 13308, 10 f (...)

10Une série de brochures intitulées « Les barricades de Paris » et consacrées aux « grands jours révolutionnaires de la rue de Paris vus par les grands écrivains », publiée en 1944, retient la Ligue, la Fronde, les Trois Glorieuses, février-juin 1848, décembre 1851, la Commune et la Libération (à l'exclusion de tout événement de l'entre-deux-guerres). Les barricades et la Commune doivent ainsi à la nature de leur adversaire22 d'être pleinement réévaluées (en témoigne la brève apparition de jeux consistant à construire sa barricade en papiers prédécoupés). Les barricades de 1944 ne constituent pas cependant une figure emblématique, susceptible de relayer les précédentes et/ou de s'y substituer, car les images de Paris libéré et de la « mer » en marche, plus englobantes, prennent bientôt le dessus. Mais leur suprématie tient peut-être à ce que leur légitimité reconnue les prive de la charge subversive, précisément recherchée par ceux qui ont recours à ce type d'action. Ainsi, leur mémoire ne sera pas évoquée en 1968, alors que le mot d'ordre CRS-SS pouvait pourtant l'induire.

11De 1945 à 1962, cette pratique occasionnelle mais non exceptionnelle demeure le fait majeur des syndicats, et dans une moindre mesure du PCF. Elle coïncide alors avec des périodes de violence assumée par ceux-ci. Elle s'étend toutefois à de nouveaux acteurs sociaux (agriculteurs) ou politiques (ultras d'Alger).

  • 23 Comité central du PCF, décembre 1947. Intervention de Lucien Molino : « les grévistes ont utilisé (...)
  • 24 Ce que nous nommons les « manifestations de souveraineté ».
  • 25 Ainsi telle photographie de la grève touchant la métallurgie à Clermont-Ferrand en 1948 évoque-t-e (...)
  • 26 Le Monde, 20 juillet 1953 ; L'Année Politique, 1953, p. 170.
  • 27 Cf. l'encart à la une de La Terre, 15-21 octobre 1953 : « la journée des barrages ».
  • 28 Le Monde, 4 octobre 1962, les ouvriers de la SOLLAC placent des chicanes sur la route de Metz pour (...)
  • 29 Le Monde, 9 juin 1961, manifestation d'agriculteurs. Cette barricade est à contre emploi puisque l (...)

12La plupart des barricades recensées ont une dimension fonctionnelle plus affirmée que les précédentes (1944 excepté) : certaines sont destinées à empêcher le départ de produits alimentaires diversement convoités, d'autres l'évacuation par les forces de l'ordre d'usines occupées, d'autres encore constituent une diversion permettant de protéger des objectifs tenus pour stratégiques23, enfin, celles d'Alger ont vocation insurrectionnelle. Cette utilisation a pour corollaire une déterritorialisation de la barricade, qui s'émancipe de son rapport constitutif et symbolique à la ville pour subordonner sa localisation aux fins — supérieures —, qui la requièrent. Ainsi, on assiste à l'investissement d'espaces péri-urbains, d'entreprises, de villes échappant à toute tradition et à son extension hors de la métropole. Il s'en suit un dépérissement symbolique qu'accentuent l'existence des nouvelles images symboliques du Peuple forgées entre 1935 et 194524 et l'énoncé, par le mouvement ouvrier, de stratégies excluant, à partir de 1953, pareille pratique. Le terme de « barricade », toujours utilisé ici ou là fonctionne, de ce fait, de manière plus anodine et parfois s'efface25. Il conserve cependant une charge suffisante pour être récusé par des acteurs sociaux qui recourent à des modalités d'action similaires mais souhaitent ne pas s'encombrer de la symbolique dont il est porteur. Ainsi, en août 1953, lorsque les premiers barrages de viticulteurs, promis à bel avenir, se dressent sur les routes de l'Hérault, Le Monde et L'Année politique qualifient cette modalité d'action de « barricades », ou de « journée des barricades »26 ; ils signifient, ainsi, qu'il s'agirait d'un réemploi de formes déjà mobilisées par d'autres. Les acteurs ne parlent, en revanche, que de « barrages ». Ce terme va désormais prévaloir27. Il gagne certaines démonstrations ouvrières investissant à leur tour, selon les mêmes modalités, les espaces péri-urbains28. Le terme de « barricade » resurgit, plus occasionnellement, en 1960 à Alger, puis un an plus tard à Morlaix29 ; il désigne dans les deux cas le réinvestissement du centre urbain.

  • 30 Duclos N., « Y a-t-il une exception paysanne ? Réalité et limites de la violence contestataire des (...)

13Les barricades ont disparu de l'arsenal symbolique des organisations ouvrières au cours des années cinquante. Celles d'Alger ne peuvent que délégitimer davantage encore cette pratique, au regard des forces sociales et politiques qui en avaient jusqu'alors transmis et mobilisé la mémoire. Elles relaient en revanche les mythes forgés au xixe siècle pour certains de leurs partisans30, dont les agriculteurs de l'ouest en premier lieu. Cette pratique chargée d'histoire circule ainsi de manière souterraine via les agriculteurs, l'Algérie, puis, de nouveau, les agriculteurs. Elle gagne l'ouest de la France par l'intermédiaire de ces derniers, les OS de Caen par immersion géographique et se trouve alors relayée et transfigurée par certaines organisations d'extrême-gauche, inspirées par ces luttes et par certains modèles étrangers (ne faisant aucune place spécifique à la barricade). Ce qui leur permet de regagner Paris en 1968. La circulation souterraine des modèles répond à la fois de la résurgence des barricades et du refoulement de tout événement-relais au profit des seules images forgées au xixe siècle.

  • 31 Cf. la « la nuit des barricades » et Barricades, journal des comités d'action lycéens.

14Ces barricades se distinguent, il est vrai, de toutes les précédentes : elles surgissent dans une phase de calme politique (qui leur vaudra d'être analysées comme une réponse à l'ennui ressenti), émanent d'acteurs-archétypes de la barricade du xixe siècle, mais devenus par la suite extérieurs au phénomène. Elles réintègrent la capitale désertée depuis 1944 (ou à la rigueur 1952) et, loin d'être circonstancielles et locales, se répètent à trois reprises en gagnant simultanément la province, grâce au relais sans précédent des médias. Elles cessent, enfin, d'être l'appendice d'autres formes d'action pour donner sens à un événement dont elles deviennent 1'image emblématique31. Pour le meilleur ou pour le pire.

  • 32 Maurice Grimaud écrit, s'agissant des premières barricades parisiennes : « une impression étrange (...)
  • 33 Les agriculteurs qui ont « pris Morlaix » improvisent une « barricade » surmontée d'une pancarte p (...)
  • 34 Roger Peyrefitte, cité par Le Monde, 10 mai 1968.
  • 35 Le Figaro, 13 mai 1968 : « Qui a fourni aux étudiants les techniciens et l'argent ?... Berlin ?... (...)
  • 36 JO. débats parlementaires. Assemblée nationale. Première séance du 11 mai 1968, déclaration du Pre (...)
  • 37 CRHMSS, 1968, XIII-2, Aux écoutes du monde, n° 2287, 13-19 mai 1968. « Les étudiants possèdent une (...)

15Les barricades de la rue Gay-Lussac se présentent, ainsi qu'en d'autres temps, pour une modalité de 1'autodéfense. Elles doivent cependant à leurs acteurs, aux médias et aux interprétations développées à chaud de ressusciter un imaginaire romantique32, véhiculant 1'image d'une mort heroïque33 ou d'autres vieux fantasmes. Les adversaires les plus virulents renouent avec des arguments hérités de 1'entre-deux-guerres. Ils invoquent la technicité grandissante des barricades parisiennes pour alimenter la thèse du « complot » fomenté par « les professionnels du combat de rue »34, « Berlin »35 des forces hostiles au retour de la paix au Vietnam36, ou « les spécialistes de la guérilla »37 et, se refusant à les tenir pour l'expression d'un romantisme dépassé, les assimilent à l'insurrection ou à des tentatives de déstabilisation.

  • 38 Cf. également Schnapp A. et Vidal-Naquet P., Journal de la Commune étudiante, Paris, Le Seuil, 196 (...)
  • 39 CRHMSS, 1968, ILVIII-8, tract du PCI : « les étudiants montrent la voie [...] Gavroche reste un pa (...)
  • 40 Le Monde, 17 et 18 mai 1968.
  • 41 CRHMSS, 1968, II 3001. Franck P., Mai 68, Première phase de la révolution socialiste française (n° (...)

16Certains, qui les voient avec faveur, procèdent, en regard, à un brouillage des symboles. La barricade devient pour eux un résumé des espaces et des temps de toutes les révolutions, passées ou en cours. Edgar Morin évoque ainsi dans Le Monde, « la Commune étudiante38, la guérilla-Gavroche »39 les « six glorieuses », un « jeu-kermesse culminant dans le grand défilé, jeu-guérilla, jeu planétaire dans le sens où, enfin, les événements permettaient de mimer sérieusement les barricades de 1'histoi-re de France et les guérillas du Che » ; sans omettre « la Sorbonne Potemkine ou Aurora »40. Syncrétisme du même ordre chez Pierre Franck, les barricades du 10 mai ont, selon lui, « ouvert la voie à une marche victorieuse de la révolution socialiste d'Europe. Dans toutes les grandes villes, comme ce fut le cas 120 ans auparavant, l'appel des barricades a été entendu. Des étudiants de Francfort, Berlin, Copenhague et Londres ont organisé des manifestations de solidarité. A Rome a retenti : créons 2, 3 Paris »41.

  • 42 CRHMSS, 1968, VII-12. Comité, n° 1. (Bulletin du comité d'action étudiants-écrivains au service du (...)
  • 43 Le Monde, 18 mai 1968. Edgar Morin tient « le passage du jeu au sérieux dans la tragédie de vendre (...)
  • 44 Chronologie des événements de mai-juin 1968, op. cit., 8 mai (p. 8) : J.-R Sartre et H. Lefebvre s (...)
  • 45 CRHMSS, 1968, VII-12. Comité, n° 1. Ibid., XIX-1, tract situationniste, 24 mai : « tu peux agir li (...)
  • 46 CRHMSS, 1968, VII-11, Barricades, n° 1.

17Des commentateurs qui appartiennent à des avant-gardes culturelles pensent quant à eux, à l'égal d'André Breton confronté, en 1927, aux manifestations contre l'exécution de Sacco et de Vanzetti, que « lorsqu'il se passe des choses extraordinaires dans la rue c'est la révolution »42. Elles tiennent la barricade pour 1'expression d'une rupture initiatique d'ordre existentiel43, la forme même du refus social, la définition d'un espace de liberté, au sens donné au terme par 1'existentialisme44. Les « comités d'action étudiants-écrivains au service du mouvement » évoquent la transgression et « l'efficacité symbolique » des « actions exemplaires », ainsi qualifiées par Lévi-Strauss parce qu'elles « vont au-delà d'elles-mêmes, [...] se dépassant et faisant en un instant, par une soudaineté éclatante sauter les limites ». Il poursuit : « les barricades étaient exemplaires parce qu'elles signifiaient : nous restons là, nous avons libéré un espace qui est celui de la non-loi. C'est dorénavant la guerre : nous sommes des combattants et non plus des manifestants. Nous sommes passés de l'autre côté de la peur. Nous élevons des barricades par un travail commun où s'affirme la communauté nouvelle, la Commune II »45. Ces conceptions vont de pair avec une appréhension ludique de la violence. Elles permettent d'affirmer : « les barricades ont ébranlé le système tout entier »46.

  • 47 Combat, 12 juin 1968 : « Les barricades étaient nécessaires pour exprimer une ferveur et une volon (...)

18Ces fantasmes en décuplent la puissance. Ils confèrent à LA barricade une épaisseur dont aucune de celles de l'après-guerre n'avait pu se prévaloir et lui valent une efficacité sans commune mesure avec son éventuelle portée tactique, résumée en une formule : « la barricade ferme la rue mais ouvre la voie ». Pour la première fois depuis la Commune, 1944 excepté, elle fait preuve de sa capacité à peser sur le cours des événements, en jouant le rôle d'un détonateur au début du mois, puis d'élément répulsif47.

  • 48 CRHMSS, 1968, XIV-16, L'Ecole émancipée, n° spécial mai-juin 1968 : « Les barricades ont permis de (...)
  • 49 CRHMSS, 1968, VII 23, non signé, Ibid., XXVII-7, comités d'action, 8 mai : « il est difficile de f (...)
  • 50 CRHMSS XXXII-4, BP de l'UJCML, 7 mai 1968. Ibid., 11-14, MSLP, « non aux manifestations et à la vi (...)
  • 51 CRHMSS, 1968,1-12, L'Etudiant révolutionnaire (FER), n° 1, juin 1968, à propos du 8 mai.

19Les acteurs politiques qui avaient d'abord admis ou salué les barricades, s'inquiètent bientôt de cette autonomie relative et de ses effets pervers. Le parti communiste dénonce l'action de la « pègre » en retrouvant des accents venus d'ailleurs et l'extrême gauche, — qui s'était félicitée des premières barricades48 —, émet, en d'autres termes il est vrai, de vives réserves. « La barricade, passé les premiers chocs d'action psychologique des premières manifestations, c'est le Moyen Age, affirme-t-elle. Un prétexte de provocation invoqué par les forces de l'ordre. Cela indisposera rapidement la population »49. On condamne « les gesticulations irresponsables du BN de l'UNEF, les trotskistes et les anarchistes, coupables de violences inutiles et irresponsables »50, Geismar, ce « Che Guevara de banlieue » et les « petit bourgeois [du 22 mars] » qui ont incité les étudiants à dépaver les rues « sans provocation » en se réclamant de « barricades pacifiques ». « Les marxistes de la FER pour qui la violence et l'art militaire ne sont pas des notions en soi mais [...] subordonnées à une stratégie politique »51 invitent, en conséquence, à quitter les barricades pour privilégier d'autres voies et d'autres lieux. Ceci vaut pour toute l'extrême gauche.

  • 52 Cf. Akoun M., L'Image des manifestations dans Paris-Match, 1949-1968. Mémoire de maîtrise, Univers (...)

20Une pratique que l'on croyait remisée au magasin des accessoires a été capable de précipiter le pays dans une crise politique majeure, dont elle a contribué à infléchir le cours. Elle doit sa puissance retrouvée à ses inhabituels acteurs, à l'effet de surprise d'autant plus grand qu'on l'avait crue disparue, à la force des réminiscence qu'elle charrie et à la théâtralisation sans précédent dont elle est l'objet. Les barricades dressées depuis la Commune avaient jusqu'alors été, au mieux, perçues comme des citations d'une geste antérieure et n'avaient donc pas donné naissance à des images autonomes de substitution. De ce fait, aucune de leurs occasionnelles photographies ne se sont chargées d'une épaisseur leur permettant de rivaliser avec le système de référence à forte valeur émotionnelle, construit et transmis par la gravure, la peinture et la littérature du siècle précédent. Il en va différemment en 1968. Photographies et films contribuent à produire de nouveaux archétypes et influent sur le regard porté52. Une image se prétendant miroir se superpose aux précédentes, de leur fait, et s'y substitue. Il est trop tôt pour savoir si la substitution sera durable. Elle s'effectuerait alors au prix d'une mutation de la charge symbolique, désormais déconnectée du rapport originel au « Peuple ».

***

  • 53 Lors du procès Barrataud (affaire de mœurs mettant en cause un notable).
  • 54 Entretien d'octobre 1993.

21Georges Guingouin, qui fut le libérateur de Limoges, et que nous avons interrogé sur une éventuelle tradition limougeaude contribuant à répondre de l'insurrection de 1944, met en garde contre « l'enflure des mots » et récuse toute banalisation du terme de barricade, à Limoges comme ailleurs. « Il y a des barricades sérieuses et des barricades enfantines » déclare-t-il, en ne tenant pour « vraies » que celles de la Commune de Paris. Celles de Limoges n'étaient destinées, en 1905, qu'à se protéger de la cavalerie, celles de 1929 n'eurent pas même un semblant d'existence53. Il récuse de même le qualificatif « insurrectionnel » accolé à certaines grèves. L'insurrection ? « Les communards, oui mais après la Commune, personne ». La grève insurrectionnelle ? 1917, à Moscou. Ce sont les soldats qui avaient quitté l'armée tsariste qui, formant le fer de lance, conduisirent au succès de la grève insurrectionnelle. C'est l'armée davantage que le prolétariat qui permet les grèves insurrectionnelles. Et les barricades de Paris ? « Des détonateurs dont il faut relativiser la portée militaire »54.

22Force est de convenir avec lui que ce que l'on nomme « barricade » après la Première Guerre mondiale (et plus largement après la Commune) n'a plus guère à voir avec les précédents du xixe siècle, - écrivions-nous avons le déroulement de ce colloque. Il s'agit, 1944 excepté, de constructions précaires et défensives érigées hors de toute situation insurrectionnelle et qui mériteraient aussi bien, selon les cas, le nom de barrière, de barrage ou de chicane. La manière de nommer vaut souvent plus que ce que l'on nomme, comme en attestent quelques-unes des mises en scène et nombre de commentaires évoqués chemin faisant. Le colloque nous conduit à nuancer ce propos. La plupart des barricades du xixe siècle furent pareillement des constructions précaires et des réduits défensifs, mais nombre d'entre elles se sont inscrites dans une conjoncture insurrectionnelle susceptible de leur donner du sens. La barricade n'a jamais fait l'insurrection, mais un siècle d'insurrections a transfiguré la barricade, jusqu'à la constituer en archétype de l'offensive, contre toute évidence.

  • 55 Tilly Ch., La France conteste, de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.
  • 56 George Guingoin fut élevé dans le souvenir des grèves de 1905, puis connu en 1935, un berger qui, (...)
  • 57 Cf. le rôle des terrassiers en août 1944.
  • 58 L'exemple bordelais s'ajoute en 1968 à ceux déjà évoqués : « Théâtre des premières émeutes sociale (...)

23La différence majeure entre les barricades de l'un et l'autre siècle ne réside donc pas principalement dans une question technique. Les barricades du xxe siècle ne s'intègrent à aucune des stratégies successives qu'elles accompagnent pourtant, hormis face à l'Occupant. Elles n'appartiennent à l'arsenal tactique et stratégique, - consciemment et délibérément mobilisable —, d'aucune organisation, mais demeurent incontestablement inscrites au « répertoire » de la protestation populaire55. La barricade est, en effet, porteuse de tout un imaginaire social, relayé et transfiguré par la peinture et la littérature du xixe siècle, qui l'ont constituée en image du Peuple en marche. Cet imaginaire social transmis et entretenu de façon orale et non livresque56, en certaines villes plus qu'en d'autres, circule à ciel ouvert ou de manière plus souterraine, en étant susceptible de résurgences périodiques. Celles-ci ne sont bien sûr jamais des phénomènes totalement spontanés. Elles se produisent dans des phases de violence, revendiquée par tel ou tel, et redevables des organisations contribuant à entretenir la mémoire des barricades, à constituer le sens et à transmettre des savoir-faire57. Du moins demeurent-elles fortement dépendantes du substrat culturel ayant vu naître les barricades, comme en témoignent la sociologie de leurs acteurs et l'étonnante permanence de certaines implantations58.

24Que ces barricades surgissent à contre-emploi des conditions politiques qui leur ont donné corps et sens au siècle précédent et sur de telles bases n'autorise pas à les tenir pour folklorisées.

  • 59 Celles-ci sont une quarantaine durant les cinquante années concernées.

25Cette pratique, qui n'est jamais réactivable à loisir, est susceptible, lorsqu'elle advient, d'une effective instrumentalisation politique. Elle doit à l'imaginaire social dont elle est porteuse de conférer un caractère dynamique à ce qui, tactiquement, traduit presque toujours la défensive, le repli et l'exclusion. Elle peut ainsi permettre à un groupe (voire à une génération) de construire une image offensive de lui-même, afin de mieux souder, de capitaliser, à usage interne, l'effort accompli, et de pouvoir la réactiver dans des situations qui le permettent ou l'exigent. Cette pratique peut assurer au groupe des sympathies, mais être aussi le véhicule de puissantes peurs sociales, d'autant plus importantes qu'elles sont relayées par le discours ou l'image. La charge du terme qui permet aux barricades de fonctionner comme citations d'une histoire qu'elle dispense de rejouer dans son intégralité n'autorise pas, en outre, à les tenir pour de simples expressions symboliques de la violence. Dix d'entre elles se dressent, en effet, lors de manifestations s'étant soldées par des morts59. Elles sont donc toujours un symptôme de déchirures profondes, exprimées en des codes forgés par et dans une histoire commune, et demeurés dès lors signifiants pour tous.

Notes

1 Si nous avions prétendu à l'exhaustivité, la lecture des textes rassemblés dans ce volume suffirait à nous détromper. Ne serait-ce que parce que la limite entre ce qui est barricade et ce qui ne l'est pas est loin d'être évidente. Nous persistons toutefois à ne pas intégrer le 6 février à cette liste, en dépit d'un article qui plaide en sens inverse.

2 Cf. Tartakowsky D., « la politique et la rue », Ethnologie française, 1991-3, p. 317-322 et « Manifestations ouvrières et théories de la violence », in Braud Ph. (dir.), La violence politique dans les démocraties occidentales, Paris, L'Harmattan, 1993, p. 251-266.

3 Ainsi en 1919, de 1930 à 1933, en 1935. Cf. pour plus de détails, Tartakowsky D., Les manifestations de rue en France 1918-1968, Thèse, Université Paris I, 1994.

4 AN F7 13934, rapport du 31 août 1922 : « Si le commissaire central du Havre avait faibli samedi soir, la « Commune » s'installait au Havre d'où il aurait fallu la déloger. A quel prix ? ».

5 Le Militant rouge, n° 2, décembre 1925. la revue qualifie la reproduction du Mur des fédérés ornant sa jaquette de « signe avertisseur qui doit nous prévenir des fautes à ne pas commettre ».

6 Le Militant rouge n° 3 : « avis au peuple », n° 11 : « proclamation à l'armée », n° 12 de 1926 et nos 1 et 2 de 1927 : « matériaux pour l'étude du blanquisme », « introduction à une prise d'arme », n° 11, novembre 1926, « le blanquisme ».

7 Cf. Pessin A., Le Mythe du peuple et la société française du xixe siècle, Paris, PUF, 1992.

8 Les Barricades de Roubaix, 1931, préface de Maurice Thorez.

9 L'Humanité, 21 juin 1931. L'Humanité, 12 avril 1932.

10 Ainsi Limoges (1905), Armentières (1903), Vienne (1882) et bien sûr l'Est parisien.

11 Ainsi, l'Est parisien, la rue des Longues-Haies « où s'entassent 10 000 personnes parmi lesquelles de nombreux étrangers » et qui est « le seul quartier de Roubaix que les Allemands ne se soient pas souciés d'occuper durant la guerre » (AN F7 13920, rapport du 15 juin 1931), Strasbourg où « le quartier de l'émeute était celui de la pègre » (AN F7 13935, rapport du 4 août 1933), les HBM d'Alfortville et la cité Jeanne-d'Arc dans le 13e arrondissement de Paris.

12 Il est significatif que les barricades de 1934, dressées contre les « fascistes », ne fassent l'objet d'aucune exaltation particulière alors qu'elles sont pourtant tenues pour légitimes par les communistes.

13 Le Peuple, 29 mai 1934 : les confédérés condamnent « avec vigueur » leur « romantisme ». « Nous ne croyons pas aux vertus des barricades. Elles font des martyrs et des deuils. Socialement, elles ne donnent rien ».

14 La Vie Ouvrière, 1er septembre 1922, « les grévistes prennent des mesures nécessaires pour se défendre (souligné dans le texte ») et font en sorte que de nouvelles charges ne se produisent pas.

15 Kriegel-Valrimont M., La Libération. Les archives du COMAC (mai-août 1944), Paris, Editions de Minuit, 1994 : « les FFI et la population ont engagé la bataille pour Paris. Un danger subsiste : les mouvements rapides des chars ennemis. Ce danger est facile à conjurer. Il suffit d'empêcher les boches de rouler. Pour cela il faut que toute la population parisienne, hommes, femmes, enfants, construisent des barricades, que tous abattent des arbres sur les avenues, boulevards et grandes rues, que toutes les petites rues soient pareillement obstruées par des barricades en chicanes ».

16 AN F1a 3760, CFLN, commissariat à l'Intérieur, tactique de préparation insurrectionnelle, 15 mai 1944.

17 Kriegel-Valrimont M., La Libération. Les archives du COMAC (mai-août 1944), op. cit., p. 210-211 « la population tout entière doit se soulever, dresser des barricades, et passant hardiment à l'action en finir avec l'envahisseur ».

18 Reproduite dans Guérin A., La Résistance, Livre club Diderot, 1976, t. 5 p. 329.

19 Les Lettres françaises, n° 19.

20 André Tollet, témoignage, in Journal de la Libération, Révolution, 1984, p. 173.

21 Le témoignage de Jacques Debû-Bridel dans Journal de la Libération, Révolution, 1984, p. 172.

22 Le souvenir de la Commune avait déjà été évoqué positivement le 9 février 1934 : AN F7 13308, 10 février 1934 dépêche de presse adressée par Sadoul aux Izvetsia : « [les manifestants] tiennent héroïquement cinq heures presque le quart de Paris particulièrement les vieux quartiers révolutionnaires de Ménilmontant, Belleville [...]. Jamais depuis la Commune le prolétariat parisien n'avait fait une telle démonstration de force combative et légendaire ». Même tonalité dans 9 février 1934, Journée rouge, publications révolutionnaires, 1934, 32 p. La commission d'enquête parlementaire mentionne aussi bien les combats « dans les quartiers de la Commune » (Rapport Rucart, tome 3, annexe n° 3392, p. 16).

23 Comité central du PCF, décembre 1947. Intervention de Lucien Molino : « les grévistes ont utilisé une « tactique de dispersion » dans tout le département, ce qui obligeait la police et la troupe à marcher jour et nuit et a être fatigués quand il fallait attaquer les usines. Nous faisions partout des barrages avec des arbres au travers des routes et il y a même des camarades qui ne comprenaient pas pourquoi dans certains quartiers on faisait des barricades. La police était prévenue (nous lui téléphonions nous-mêmes) en disant qu'il y avait des individus qui avaient fait des barricades ».

24 Ce que nous nommons les « manifestations de souveraineté ».

25 Ainsi telle photographie de la grève touchant la métallurgie à Clermont-Ferrand en 1948 évoque-t-elle irrésistiblement des images du siècle précédent alors que le terme n'est utilisé ni par la presse nationale ni par les rapports de préfets.

26 Le Monde, 20 juillet 1953 ; L'Année Politique, 1953, p. 170.

27 Cf. l'encart à la une de La Terre, 15-21 octobre 1953 : « la journée des barrages ».

28 Le Monde, 4 octobre 1962, les ouvriers de la SOLLAC placent des chicanes sur la route de Metz pour bloquer la circulation. Le Monde, 16-17 octobre 1966, les employés des bases alliées de Nancy et Toul bloquent la RN4 pour la défense de leur emploi, etc.

29 Le Monde, 9 juin 1961, manifestation d'agriculteurs. Cette barricade est à contre emploi puisque les agriculteurs, maîtres de la ville se préparent à « prendre » la préfecture désertée.

30 Duclos N., « Y a-t-il une exception paysanne ? Réalité et limites de la violence contestataire des paysans bretons », in Braud Ph. (dir.), La violence politique dans les démocraties occidentales, op. cit., p. 293-314.

31 Cf. la « la nuit des barricades » et Barricades, journal des comités d'action lycéens.

32 Maurice Grimaud écrit, s'agissant des premières barricades parisiennes : « une impression étrange me gagne [...]. C'est celle d'un Paris qui retrouve d'instinct les réflexes qu'il dut avoir [...] en juillet 1830 comme en février 1848 » (En Mai fais ce qu'il te plaît, Paris, Stock, 1977, p. 115).

33 Les agriculteurs qui ont « pris Morlaix » improvisent une « barricade » surmontée d'une pancarte préventivement dédiée « au premier d'entre nous qui tombera ». Maurice Grimaud, En Mai fais ce qu'il te plaît, op. cit., p. 148 : « Ce ne sont plus des étudiants exaltés qui voulaient mourir sur les barricades mais de petites troupes de guérilleros très mobiles, très décidées, rompues au harcèlement des forces de l'ordre, employant des cocktails Molotov ».

34 Roger Peyrefitte, cité par Le Monde, 10 mai 1968.

35 Le Figaro, 13 mai 1968 : « Qui a fourni aux étudiants les techniciens et l'argent ?... Berlin ?... au-delà ? ».

36 JO. débats parlementaires. Assemblée nationale. Première séance du 11 mai 1968, déclaration du Premier ministre, p. 1771.

37 CRHMSS, 1968, XIII-2, Aux écoutes du monde, n° 2287, 13-19 mai 1968. « Les étudiants possèdent une technique d'encadrement et de combat remarquablement éprouvée. Les trotskistes et maoïstes ont subi un entraînement ». Cf. également L'Express, 13-19 mai 1968. Etc.

38 Cf. également Schnapp A. et Vidal-Naquet P., Journal de la Commune étudiante, Paris, Le Seuil, 1969. La lecture faite par Henri Lefebvre, en 1965, de la Commune de Paris peut éclairer certains des parallèles établis trois ans plus tard (Lefebvre H., La Proclamation de la Commune, Paris, Gallimard, 1965).

39 CRHMSS, 1968, ILVIII-8, tract du PCI : « les étudiants montrent la voie [...] Gavroche reste un participant indispensable des combats révolutionnaires ».

40 Le Monde, 17 et 18 mai 1968.

41 CRHMSS, 1968, II 3001. Franck P., Mai 68, Première phase de la révolution socialiste française (n° spécial de la IVe Internationale).

42 CRHMSS, 1968, VII-12. Comité, n° 1. (Bulletin du comité d'action étudiants-écrivains au service du mouvement).

43 Le Monde, 18 mai 1968. Edgar Morin tient « le passage du jeu au sérieux dans la tragédie de vendredi [pour] une véritable initiation à la vie adulte, examen de passage dans la société ».

44 Chronologie des événements de mai-juin 1968, op. cit., 8 mai (p. 8) : J.-R Sartre et H. Lefebvre souhaitent que « le mouvement continue à opposer et à maintenir sa puissance de refus ».

45 CRHMSS, 1968, VII-12. Comité, n° 1. Ibid., XIX-1, tract situationniste, 24 mai : « tu peux agir librement, aujourd'hui c'est dans la rue que tu le prouveras, comme les hommes libres ».

46 CRHMSS, 1968, VII-11, Barricades, n° 1.

47 Combat, 12 juin 1968 : « Les barricades étaient nécessaires pour exprimer une ferveur et une volonté de libération. Elles sont néfastes dans la mesure où le mouvement a trouvé sa dynamique et posé ses premiers jalons ».

48 CRHMSS, 1968, XIV-16, L'Ecole émancipée, n° spécial mai-juin 1968 : « Les barricades ont permis de rompre avec le cercle vicieux qui maintenait le mouvement étudiant dans le rôle de mauvaise conscience des centrales syndicales et de mouche du coche ». CRHMSS, 1968, 11-14, tract du PCMLF : salue les barricades en tant qu'elles révèlent la « violence de classe ». CRHMSS, 1968, XXXII-3, PSU, tract de la section de Courbevoie : elles ont su provoquer un « choc psychologique fondamental ».

49 CRHMSS, 1968, VII 23, non signé, Ibid., XXVII-7, comités d'action, 8 mai : « il est difficile de faire une barricade, il est plus difficile encore d'organiser l'ensemble du combat avec ses multiples formes d'action indissolublement liées ».

50 CRHMSS XXXII-4, BP de l'UJCML, 7 mai 1968. Ibid., 11-14, MSLP, « non aux manifestations et à la violence sans contenu politique » (à propos du 24 mai).

51 CRHMSS, 1968,1-12, L'Etudiant révolutionnaire (FER), n° 1, juin 1968, à propos du 8 mai.

52 Cf. Akoun M., L'Image des manifestations dans Paris-Match, 1949-1968. Mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1989.

53 Lors du procès Barrataud (affaire de mœurs mettant en cause un notable).

54 Entretien d'octobre 1993.

55 Tilly Ch., La France conteste, de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.

56 George Guingoin fut élevé dans le souvenir des grèves de 1905, puis connu en 1935, un berger qui, étant enfant, avait ravitaillé des communards qui se cachèrent pendant quelques temps dans les bois de Domps, dans la commune voisine, Sussac, avait connu Sénisse qui fut membre de la commission d'érection des barricades, lors de la Commune de Paris, « de vraies barricades avec parfois des embrasures pour les canons » (Entretien d'octobre 1993).

57 Cf. le rôle des terrassiers en août 1944.

58 L'exemple bordelais s'ajoute en 1968 à ceux déjà évoqués : « Théâtre des premières émeutes sociales bordelaises en 1894, la place de la victoire est en passe de devenir le forum populaire de la ville ». C'est autour d'elle que se dressent le 24 des barricades (Sud Ouest, 25 mai 1968).

59 Celles-ci sont une quarantaine durant les cinquante années concernées.

Table des illustrations

Légende * Les crochets signifient que le terme de « barricade » n'a pas été utilisé par les contemporains. Le signe + est utilisé quand la manifestation concernée s'est soldée par mort d'hommes (1944 et 1968 excepté). Les villes notées en italiques sont celles où il existe des précédents historiques.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1006k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540