Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

La diffusion d'un modèle ?

Les barricades à Berlin en 1918-1919 : les témoignages photographiques

Diethart Kerbs

Texte intégral

1Planches XIV et XV

2La révolution allemande de 1918-1919 commence en octobre 1918, sur les cuirassés de la marine impériale : c'est une mutinerie des chauffeurs et des matelots, qui ne veulent pas continuer sur mer une guerre déjà perdue sur terre. La Révolution s'achève avec la suppression de la République des conseils de Munich les 1er et 2 mai 1919. Nous limiterons cette présentation aux événements centraux survenus à Berlin, capitale de l'Empire entre le 9 novembre et le 16 mars 1919.

3La Révolution à Berlin se déroule en quatre étapes principales qui correspondent aux quatre phases lors desquelles le destin militaire de la Révolution se scelle, aussi bien à Berlin que dans toute l'Allemagne : deux victoires et deux défaites.

  • Les journées de la Révolution proprement dites, entre le 9 et le 11 novembre 1918. Pendant ces jours, l'immense édifice de l'Empire allemand et de la dictature militaire, qui avait régné à la fin du conflit, s'effondre comme un château de cartes. Dans l'ensemble, il s'agit d'une affaire relativement non-violente car, lors de fusillades éparses, il n'y a guère plus de vingt morts et seulement quelques blessés.
  • Les combats de Noël 1918. La division de la marine populaire — force de protection de la Révolution à Berlin — occupe le château impérial situé au centre de la ville. Sur ordre du chancelier social-démocrate, Friedrich Ebert, des unités de l'ancienne armée impériale attaquent le château, le mitraillent et l'assiègent. Réduites à la défensive, voire partiellement désarmées par la population qui afflue, elles sont finalement obligées de se retirer pour ne pas être submergées par la foule. C'est la deuxième victoire de la Révolution.
  • Les combats du mois de janvier, la « révolte de Spartacus ». Le 5 janvier 1919, des ouvriers armés occupent le quartier berlinois de la presse et conquièrent les maisons d'édition les plus importantes ; le jour suivant, la grève générale est proclamée. Le gouvernement dirigé par le SPD sous Friedrich Ebert et le chargé des affaires militaires, Gustav Noske, demande à nouveau du secours aux régiments de l'ancienne armée impériale, réorganisés entre-temps par des officiers contre-révolutionnaires. Entre le 11 et le 15 janvier, ces troupes prennent le centre-ville de Berlin et leurs officiers assassinent Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, le 15 janvier 1919. Dès lors, le mouvement ouvrier allemand se scinde en deux camps : l'aile gauche et l'aile droite.
  • Le 3 mars 1919, une grève générale est proclamée. Le gouvernement et l'administration militaire proclament à leur tour l'état de siège à Berlin. Les combats durent cinq jours avant que la grève générale n'échoue. C'est entre le 8 et 16 mars que les unités contre-révolutionnaires nettoient les quartiers ouvriers de Berlin, en se livrant à de nombreuses exécutions arbitraires. Plus de 1 500 personnes trouvent la mort pendant ces deux semaines, dont seulement 200 lors des combats, les autres (1 300), en revanche, deviennent les victimes de la terreur blanche. C'est ainsi que la révolution se termine à Berlin.

4Les barricades n'existent à Berlin que lors des trois premiers mois de l'année 1919. Les combats de novembre et de décembre éclatent d'une façon si surprenante que l'on n'a pas même le temps de construire de barricades. Ce n'est qu'au mois de janvier, quand tous les moyens d'une véritable bataille sont utilisés contre la Révolution, et surtout au mois de mars, quand les militaires emploient les lance-mines, des pièces d'artillerie et des avions de bombardement contre les quartiers ouvriers de l'est de Berlin, que des barricades sont construites.

5La Révolution de 1918-1919 est la première et la seule révolution allemande du xxe siècle ; elle est en même temps la première et la seule révolution allemande à être documentée par des moyens photographiques. Les photographes étaient en principe des reporters photographes qui travaillaient, soit en tant qu'indépendants, soit en tant qu'employés des agences, pour la presse illustrée bourgeoise.

6Il n'existe pas encore de presse photographique prolétarienne ou socialiste à l'époque de la Révolution ; le premier magazine de gauche « Die freie Welt, Illustrierte Wochenschrift der USPD » ne paraîtra qu'après l'écrasement de la Révolution, à partir de mai 1919. Les quinze à vingt photographes de presse qui se trouvent dans les rues de Berlin, prennent leurs photos avec des appareils à plaques en usage à cette époque, sur des négatifs en verre de format 13 x 18. Chaque plaque de verre pèse assez lourd et représente un investissement économique qui correspondrait aujourd'hui à ce que coûte une pellicule de 36 poses de format réduit. Un photographe n'emporte généralement pas plus de vingt-quatre plaques de verre pour se rendre à la ville. Il faut faire des économies de matériel et assurer chaque prise.

7Les photographes sont, à l'instar de tous les habitants de Berlin, dépendants de nouvelles orales ou des rumeurs, s'ils veulent connaître les lieux où se déroulent les événements. Ni les révolutionnaires ni les militaires n'ont l'habitude d'annoncer leurs actions ; la radio et la télévision n'existent pas encore, les journaux ne rapportent les événements que le lendemain. Malgré les bonnes intentions des photographes qui souhaitent des reportages « pris sur le vif », le risque de perdre soit la vie, soit un équipement précieux, dans des endroits où « sifflent les balles », limite leur bonne volonté. Il n'est donc pas étonnant que de nombreuses prises soient exécutées pendant les interruptions des combats, ou immédiatement après ceux-ci.

8Vu le nombre de photos conservées, on peut déduire qu'environ 2000 prises ont été réalisées lors des événements révolutionnaires de Berlin ; la moitié a été sauvegardée. Ce sont surtout les bombardements du quartier de la presse, en février 1945, qui ont détruit beaucoup d'archives photographiques. Les photos conservées montrent cependant le degré élevé de concentration, de circonspection et de minutie, que les photographes ont appliqué à leur tâche. Il existe des clichés d'une grande force d'expression, qui se trouvent tout à fait à la hauteur de l'importance historique de la situation représentée.

9Les premières photos de barricades, prises pendant la Révolution à Berlin, datent des combats du mois de janvier, et montrent la défense de la maison d'édition « Mosse », entre le 5 et le 11 janvier 1919. Cette entreprise, une des plus grandes maisons d'éditions berlinoises, est occupée le 5 janvier 1919 par une troupe de révolutionnaires hétérogène et mal armée, qui construit devant une des entrées dans la Schützenstrasse, une « barricade à deux fronts » à l'aide de rouleaux de papier journal. Les défenseurs se protègent par des paquets de journaux et de tracts, qui attendaient leur transport dans la maison d'édition. Le photographe, profitant d'une interruption de combats, peut visiblement approcher de très près la barricade ; il peut même pénétrer sous le porche et prendre trois photos de l'intérieur. Ces prises sont réalisées par le photographe Willy Römer, âgé de 32 ans ; elles ont été souvent publiées, parfois même comme autant de photos symbolisant la Révolution allemande de 1918-1919.

10Toutes les photos qui suivent, datent des combats de mars 1919 dont le caractère est celui d'une guerre civile. Comme en janvier 1919, le gouvernement Ebert-Noske, arrivé au pouvoir grâce à la Révolution, appelle au secours l'ancienne armée impériale, quand les extrémistes du mouvement ouvrier ne veulent plus se contenter d'une politique social-démocrate de réformes, et revendiquent des changements plus profonds des conditions politiques et sociales. Les troupes sortent de leurs casernes situées en dehors de Berlin pour avancer vers le centre-ville. Elles sont - au contraire des ouvriers et soldats révolutionnaires — bien organisées, bien nourries et équipées de matériel lourd. Elles touchent une solde régulière et elles sont bien intégrées dans le système militaire d'ordre et d'obéissance.

11Il est difficile de savoir qui étaient, à l'époque, les constructeurs des barricades. Très souvent, notamment dans la partie orientale de Berlin, ce sont des ouvriers révolutionnaires, désireux de défendre leurs quartiers face aux attaques des troupes gouvernementales. Toutefois, les photos ne sont prises, pour la plupart, qu'après la victoire des troupes contre-révolutionnaires, lesquelles, après avoir conquis la barricade, posent à l'intention de la presse. A quelques endroits cependant, les forces gouvernementales construisent elles-mêmes des barricades ou des barrages de rue. Comme les révolutionnaires, elles utilisent à cette fin les grands rouleaux de papier qu'elles trouvent dans le quartier de la presse, puis des charrettes à bras, des voitures de livraison et de déménagement, occasionnellement aussi du bois de lit, des planches, des tonneaux et des caisses, ainsi que des colonnes pour affichage renversées et des pavés arrachés.

12Etant donné que les combats et les actions de nettoyage qui les suivent, sont menés avec beaucoup de brutalité, tout comme les exécutions militaires et les assassinats arbitraires, et que les quartiers ouvriers sont hermétiquement verrouillés pendant ces manœuvres, il n'existe pas de photos de ces atrocités. C'est seulement par la suite que les représentants de la presse ont obtenu le droit de « visiter » et de photographier aussi bien les destructions que les cadavres qui gisent encore.

13Tout compte fait, les barricades ne jouent pas un rôle décisif lors de cette révolution allemande, même si on en a fait des symboles iconographiques. Les combats qu'on y mène, ne durent pas non plus très longtemps, tout au plus deux fois quatre à cinq jours. Dans la plupart des cas, on peut précisément localiser les endroits où les barricades ont été situées, et les retrouver dans la topographie urbaine, en dépit de toutes les destructions ultérieures. La mémoire des événements révolutionnaires des années 1918-1919 a toutefois presque entièrement disparu. Elle est, tout au plus, encore vivante dans de petits cercles d'intellectuels de gauche et parmi les historiens.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

On peut recommander deux représentations globales de l'histoire de la Révolution de 1918-1919 : la première a été écrite immédiatement après la Révolution par un de ses acteurs, Richard Müller, président du conseil exécutif des conseils des ouvriers et soldats de Berlin, la seconde a été publiée en 1968 par le journaliste et écrivain Sebastian Haffner.

Müller R., Geschichte der deutschen Revolution in 3 Bänden, t. i, Vom Kaiserreich zür Republik; t. ii, Die Novemberrevolution; t. iii, Der Bürgerkrieg in Deutschland, Berlin, 1924-1925 (1ère éd.), 1979 (3e éd.).

Haffner S., Die verratene Révolution. Deutschland 1918-1919, Berlin-Bern-München-Wien, 1969. Plusieurs rééditions, par exemple dans la série rororo-Sachbuch n° 7455, sous le titre 1918-1919 - Eine deutsche Revolution, Reinbek bei Hamburg, 1981. Plus récemment sous le titre Der Verrat. 1918-1919 - als Deutschland wurde, wie es ist, Berlin, 1993.

En ce qui concerne l'histoire photographique de la Révolution allemande de 1918-1919, deux grandes expositions ont été organisées et deux livres publiés, soixante-dix ans après :

Neue Gesellschaft fur Bildende Kunst Berlin (redaction : Hallen A. et Kerbs D.), Revolution und Fotografie, Berlin 1918-1919, Berlin, 1989.

Herz R., Halfbrodt D., Fotografie und Revolution, München 1918-1919, Berlin-München, 1988.

Précédemment, quatre livres-albums, de taille plus moyenne, étaient parus :

Kerbs D. (ed.), Die Novemberrevolution Berlin 1918-1919 in zeitgenössischen Foto-Postkarten, Berlin, 1983 (1ère éd.) et 1989 (2e éd.) = édition Photothek, éd. D. Kerbs, t. iv.

Römer W., Januarkämpfe Berlin 1919, Berlin, 1984 = édition Photothek, éd. D. Kerbs, t. v.

Römer W., Bürgerkrieg in Berlin, März 1919, Berlin, 1984 = édition Photothek, éd. D. Kerbs, t. ix.

Gebrüder Haeckel, Die Revolution in Berlin, November-Dezember 1918, Berlin, 1989 = édition Photothek, éd. D. Kerbs, t. xxiv.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540