Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

La diffusion d'un modèle ?

Les inventaires ou les églises barricadées (février-mars 1906)

Jean-Marie Mayeur

Texte intégral

1Dans la série des comparaisons auxquelles invite une réflexion sur la barricade, il est légitime de faire place aux manifestations consécutives, au début de 1906, à l'inventaire des biens d'Eglise, prévu par l'article 3 de la loi de séparation, en vue de leur attribution aux associations cultuelles. Dans quelle mesure ces manifestations, d'ampleur inégale et de formes diverses, ont-elles usé de barricades, quelle signification celles-ci ont-elles pu revêtir ?

  • 1 Renvoyons à Mayeur J.-M., La séparation des Eglises et de l'Etat, Paris, Editions ouvrières, 1992.
  • 2 Sur 68 010 établissements à inventorier, 63 219 l'avaient été le 31 mai 1906.

2Il n'est pas indispensable de revenir sur des données connues1. L'inventaire, mesure conservatoire, avait été proposé par les députés de droite, c'est dire qu'au départ il ne semblait pas faire difficulté. L'instruction de la direction générale de l'enregistrement, du 2 janvier 1906, demandant aux prêtres présents l'ouverture des tabernacles, fut le détonateur qui suscita de vives protestations. Elles donnèrent lieu à des échauffourées dans quelques paroisses parisiennes, où la manifestation prit un tour politico-religieux, malgré les directives du clergé. Le mouvement gagna certaines régions de tradition cléricale, dans l'Ouest, le Sud-Est du Massif central, le Pays basque, la Flandre. Là, le peuple rural s'insurgea contre la venue des agents de l'enregistrement, accompagnés des forces de l'ordre. La détermination des manifestants rendit impossible la poursuite des inventaires dans ces régions2. C'eût été risquer des affrontements sanglants. Il y eut du reste mort d'homme dans la Haute-Loire, où lors de l'inventaire de Champels un coup de feu des gendarmes pour dégager le percepteur tue un manifestant, et à Boeschèpe dans le Nord, où le fils du percepteur tire sur un manifestant pour protéger son père. L'affaire de Boeschèpe entraîna la chute du gouvernement Rouvier et la formation du cabinet Sarrien où, Clemenceau, ministre pour la première fois, occupe le ministère de l'Intérieur, et suspend les opérations d'inventaire.

  • 3 Cf. les rapports du préfet de police Lépine des 1er et 2 février 1906 décrivant les inventaires à (...)

3La résistance à l'inventaire réside d'ordinaire dans le fait de se barricader dans l'Eglise, le terme revient sans cesse dans les rapports de police, les descriptions de la presse. La barricade n'est pas hors du périmètre de l'Eglise, elle est l'Eglise elle-même, forteresse assiégée. La situation la plus simple est celle de la fermeture des portes, dûment cadenassées, contraignant les serruriers, les « crocheteurs », à intervenir, cependant que la foule des fidèles chante et prie, et que le curé lit une protestation. Les choses prennent un tour moins pacifique quand un amoncellement de chaises, derrière la porte fracturée, s'oppose à l'entrée des agents de l'enregistrement. Les manifestants défendent l'accès à coup de cannes et de chaises, et en lançant des projectiles divers3. Ainsi en est-il des quelques églises parisiennes, où éclatent les premières manifestations.

4Celles-ci, exaltées par la presse - Le Pélerin de 11 février titre « les journées sanglantes de Paris » -, servent de modèle à l'agitation en province qui, dans quelques régions, va prendre un tour plus agressif. La défense de l'église en fait une véritable forteresse, ainsi dans la Vendée, le Haut-Doubs, la Haute-Loire. Une barricade faite de troncs d'arbre barre l'accès à la place de l'église de Vazeilles, près de Saugues, en Haute-Loire. Des hommes armés de bâtons ou de fusils de chasse guettent l'arrivée des forces de l'ordre. Dans l'Ariège, les montagnards de Montjoie renforcent la barricade de deux ours enchaînés. Cette photographie, reproduite dans le Pélerin du 15 avril et l'Illustration, appartient au légendaire des inventaires. Ces barricades se veulent dissuasives et les forces de l'ordre se gardent de les affronter. Ce serait ouvrir la voie à la « guerre civile », écrit un sous-préfet. Les incidents qui ont entraîné mort d'hommes, ainsi à Boeschèpe, ne sont pas liés à la présence de telles barricades. Dans ce dernier cas, l'inventaire est terminé, l'église étant du reste restée ouverte, quand fait irruption une troupe de manifestants.

  • 4 Cf. le rapport du commissaire de police de Bailleul du 6 mars, F 19 1974/2.
  • 5 Les adversaires des inventaires assurent que ceux ci annoncent cette autre spoliation que sera l'i (...)

5Ainsi trois types de situation peuvent être distingués : l'église barricadée de façon symbolique, l'église barricadée et accessible au prix d'une échauffourée, l'église barricadée et dont les défenseurs sont prêts à en découdre durement avec les forces de l'ordre4. La raison de l'opposition aux inventaires est sans cesse réaffirmée : les fidèles ont à la fois le sentiment de la menace d'une spoliation5, l'inventaire annonçant la vente des objets saisis, et d'une profanation d'objets sacrés. Le clergé ne joue pas le rôle essentiel, mais les laïcs, hommes et femmes. A Paris, les manifestants, avec au premier rang des personnalités d'extrême droite, s'en prennent à la volonté de non-violence des élus qui ont eu la même attitude en 1902, lors de l'expulsion des congrégations, et à la prudence de l'archevêque de Paris et des curés. Après la manifestation, le curé de Sainte-Clotilde, l'abbé Gardey, estimant son autorité pastorale « méconnue et bafouée », démissionne.

  • 6 Ephémérides, 1992, p. 61.

6En province, on n'a pas non plus le sentiment que le clergé ait joué un rôle déterminant. Dans l'attitude des manifestants laïcs, les considérations politiques ne furent pas toujours absentes, mais elles ne suffisent pas à expliquer l'ampleur des réactions populaires dans certaines régions. Un catholique libéral comme Eugène-Melchior de Vogue y insistait dans le Figaro du 26 mars 1906 : « dans les grandes villes et surtout à Paris, écrivait-il, nul doute que le sport politique n'ait eu sa bonne part dans la défense des églises ; mais cet amusement n'eût pas été plus loin que les bagarres anodines où il échoue d'habitude s'il n'avait emprunté une force sérieuse à la révolte des cœurs religieux profondément ulcérés ». Cette réaction populaire surprit cependant un sénateur catholique conservateur de la Lozère, Emmanuel de Las Cases : « Logiquement le mouvement est inexplicable. Il surgit trop tard ou trop tôt. Il déjoue toutes les prédictions des sages »6.

7Il peut être utile de rechercher les références et les précédents de ce mouvement. Jamais ne sont évoquées, fût-ce à titre d'analogie, les barricades des révolutions du xixe siècle, étrangères certes à la culture politique des manifestants, même s'ils se réclamaient des idéaux de liberté et des droits de l'homme, affirmant que la politique des républicains les dénaturaient. En fait, barricader une église n'est pas une attitude offensive, comme construire une barricade, mais une protestation défensive, sinon toujours passive, qui veut contraindre l'adversaire à la violence : enfoncer les portes, entrer dans l'Eglise par effraction.

8Les précédents auxquels songent les manifestants s'inscrivent dans l'histoire des luttes politico-religieuses de la Troisième République : un quart de siècle plus tôt, l'expulsion de certaines congrégations non autorisées d'hommes lors de l'application des décrets de mars 1880, au cours des années précédentes, l'expulsion des congréganistes, entre 1902 et 1904, sous le gouvernement d'Emile Combes.

  • 7 Cf. Lecanuet R.P., Les premières années du pontificat de Léon XIII, Alcan, 1931, p. 253 ; - Capéra (...)

9A Paris, le 5 novembre 1880, les religieux « se barricadent »7, renforcent les verrous, disposent des barres transversales. A cinq heures du matin, les forces de l'ordre procèdent à l'expulsion de douze couvents. Comme l'observe le préfet de police, « la véritable résistance provient des laïques ; ce sont eux que l'on trouve les premiers derrières les portes, tandis que la plupart du temps, les religieux gardent une attitude passive ». Les manifestants sont des hommes et des femmes du monde, journalistes, militants catholiques, parfois liés au parti légitimiste. En province, les manifestations sont plus importantes, les couvents ont pris « des airs de forteresse assiégée », note le préfet du Maine-et-Loire. A Nantes, plusieurs centaines de manifestants défendent le couvent des Capucins.

  • 8 Il n'en fut pas moins par la suite ambassadeur auprès du Saint-Siège.
  • 9 Repris dans P. Robiquet, Discours et opinions de Jules Ferry, t. 3, 1895, p. 392.

10Certains épisodes restèrent dans l'imaginaire catholique, ainsi l'expulsion des trappistes de Bellefontaine dans le Maine-et-Loire, qui mobilise cinq cents soldats, six brigades de gendarmerie, celle des Bénédictins de Solesmes qu'il faut arracher à leurs stalles, celle des Prémontrés de l'abbaye de Frigolet, où les opérations mobilisent deux mille hommes, sous les ordres du général Billot et du préfet Poubelle8. Si les religieux se barricadent, ils s'en tiennent à une protestation solennelle et à une résistance passive. L'ampleur des forces de l'ordre tient à la volonté de dissuader toute manifestation. Répondant au conservateur Buffet, le 15 novembre, au Sénat, le président du conseil, Jules Ferry, réprouve des « barricades plus politiques que religieuses, car, derrière ces barricades qu'on n'a d'ailleurs pas défendues - je m'en félicite -qu'avons nous trouvé ? Nous avons trouvé les chefs de la coalition monarchique, les hommes du 16 mai »... « toute la fleur du parti conservateur groupée derrière les barricades des couvents »9. De fait, les protestations aux décrets de 1880 demeurent limitées, même si elles débordent ce que Ferry appelle « le parti légitimiste ardent ». De la crise des décrets demeura le souvenir des expulsions de religieux « barricadés ».

  • 10 Lecanuet R.P., Les signes avant-coureurs de la Séparation, 1930, p. 437-439. Sur l'expulsion des c (...)
  • 11 Cf. le témoignage du commandant Le Roy-Ladurie après sa démission, dans Souvenirs des expulsions e (...)

11De 1902 à 1904, l'expulsion des congréganistes, religieux et religieuses, à la différence de 1880, suscite de vives protestations populaires. Qu'il suffise de mentionner l'un des épisodes les plus connus, l'expulsion des Chartreux le 29 avril 1903. Des milliers de montagnards sont là, armés de bâtons, le tocsin sonne. « Après avoir franchi des barricades d'arbres renversés, de rochers et de voitures, le parquet accède aux portes du monastère qui, naturellement, refuse de s'ouvrir »10. Les sapeurs ouvrent les portes à la hache, les pères, qui disent l'office, sont appréhendés l'un après l'autre, tandis que la foule chante le Parce Domine. Plus généralement, lors des expulsions de couvents ou d'écoles, c'est à la résistance passive, bien souvent de femmes et d'enfants, que s'opposent les forces de l'ordre qui enfoncent les portes11. Les hommes politiques conservateurs, ainsi dans le Finistère l'abbé Gayraud et le comte de Mun, préconisent cette forme de protestation sans violence.

12Lors des inventaires, le souvenir de ces manifestations est présent. Sans doute conduit-il certains à abandonner cette fois la ligne suivie jusque-là d'une résistance passive. Ce recours à une protestation violente, adopté ici et là, fait l'originalité des manifestations des inventaires par rapport aux manifestations antérieures. Cependant, il devrait être possible, par une étude systématique qui comparerait les pratiques, d'esquisser une typologie des manifestations de défense religieuse dans la France de la Troisième République qui en vit tant. La volonté de défendre un lieu jugé sacré, école libre, couvent, église, conduit à s'y barricader, pour marquer une opposition tantôt symbolique, tantôt physique. Pourtant le recours à la violence demeure exceptionnel et limité, d'un côté comme de l'autre. La « guerre civile » entre Français, la guerre des « deux France », qu'évoque aujourd'hui si volontiers tant d'essayistes, ne va pas, en réalité, aux extrêmes. Elle reste largement dans le monde des affrontements symboliques : les églises barricadées illustrent cette forme spécifique de conflit politico-religieux.

Notes

1 Renvoyons à Mayeur J.-M., La séparation des Eglises et de l'Etat, Paris, Editions ouvrières, 1992.

2 Sur 68 010 établissements à inventorier, 63 219 l'avaient été le 31 mai 1906.

3 Cf. les rapports du préfet de police Lépine des 1er et 2 février 1906 décrivant les inventaires à Sainte-Clotilde et Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, F 19 1974/2. Un informateur de la sûreté générale est présent dans la foule à Saint-Pierre-du-Gros-Caillou, il décrit les pompiers qui, à la hache, se fraient un passage, cependant qu'on lance contre eux bancs et chaises, F 7 12715.

4 Cf. le rapport du commissaire de police de Bailleul du 6 mars, F 19 1974/2.

5 Les adversaires des inventaires assurent que ceux ci annoncent cette autre spoliation que sera l'impôt sur le revenu.

6 Ephémérides, 1992, p. 61.

7 Cf. Lecanuet R.P., Les premières années du pontificat de Léon XIII, Alcan, 1931, p. 253 ; - Capéran L., Histoire contemporaine de la laïcité française, t. 1, 1957, p. 253-259, qui utilise les rapports de préfet et qu'on suit ici.

8 Il n'en fut pas moins par la suite ambassadeur auprès du Saint-Siège.

9 Repris dans P. Robiquet, Discours et opinions de Jules Ferry, t. 3, 1895, p. 392.

10 Lecanuet R.P., Les signes avant-coureurs de la Séparation, 1930, p. 437-439. Sur l'expulsion des congréganistes en Savoie, renvoyons aux pages remarquables de Chr. Sorrel, Les catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry, 1890-1940, Chambéry, 1995, p. 177-181.

11 Cf. le témoignage du commandant Le Roy-Ladurie après sa démission, dans Souvenirs des expulsions en Bretagne d'après des témoins oculaires, p. 32.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540