Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

La diffusion d'un modèle ?

Les barricades du printemps 1905 à Limoges : la mémoire de la grève

Philippe Grandcoing

Texte intégral

  • 1 Cf. Perrot M., Jeunesse de la grève, Paris, Le Seuil, 1984, p. 194.

1A la fin du xixe siècle, la barricade n'est que rarement compagne de la grève. Celle-ci, lorsqu'elle revêt des formes violentes, emprunte d'autres voies : bris de vitres à l'usine, demeures patronales visitées, affrontements avec les gendarmes ou la troupe, etc. De 1870 à 1890, on ne compte que six grèves où apparurent des barricades1 ; de 1890 à 1914, la violence s'exerce principalement contre les « jaunes » et les locaux industriels. Les événements de Limoges au printemps 1905 peuvent donc sembler une exception. Durant deux journées d'émeute, de nombreuses barricades sont dressées, certaines passant à la postérité sous forme de cartes postales, contribuant ainsi à l'identification entre ces troubles et la barricade dans les mémoires. Aussi doit-on s'interroger sur ce qui fonde l'exceptionalité de cette grève. Après avoir succinctement décrit les différentes étapes du conflit, il conviendra d'expliquer le sens du geste des grévistes, avant d'étudier les enjeux que représente la barricade dans la narration de l'émeute, la place qu'elle occupe et la forme qu'elle revêt dans les peurs sociales de la Belle Epoque.

  • 2 Cf. Désiré-Vuillemin G., « Une grève révolutionnaire : les Porcelainiers de Limoges en avril 1905  (...)

2Les grèves de 1905 s'inscrivent dans un climat social tendu2 ; depuis un an, une vague de conflits affecte l'industrie locale. Ces grèves sont, en général, liées au passage de la production artisanale, en petits ateliers, à la grande industrie, entraînant une déqualification des tâches et une réglementation beaucoup plus stricte à l'intérieur de l'usine. Le contremaître, chargé d'appliquer ces nouvelles méthodes, cristallise l'exaspération des ouvriers et, plus encore, des ouvrières. C'est un conflit de ce type, la demande de renvoi d'un contremaître accusé d'exercer certaines pressions sur le personnel féminin sous ses ordres, qui suscite le 28 mars, une grève à la fabrique de porcelaine de Théodore Haviland. Au climat social tendu s'ajoute un problème politique local : la nomination dans une ville socialiste d'un général catholique et considéré comme réactionnaire. Le 13 mars, la municipalité avait marqué sa désapprobation en refusant de l'accueillir à la gare.

3Depuis, les incidents entre soldats et ouvriers se sont multipliés. La tension augmente au fur et à mesure que les grévistes se heurtent à la volonté de leur employeur de ne rien céder de ce qui constitue, à ses yeux, son autorité au sein de l'entreprise, encouragé en cela par les autres patrons du secteur, las des conflits paralysant périodiquement la production. Le 13 avril, la plupart des fabricants porcelainiers appliquent par solidarité la mesure du « lock-out » : 7 600 ouvriers sont au chômage. Le 14, une manifestation d'ouvriers parcourt la ville, visitant différentes usines. Quelques incidents ont lieu dans celle de Charles Haviland. En signe de protestation contre le manque de fermeté des pouvoirs publics, ce dernier fait hisser le drapeau américain dans sa cour. Le lendemain après-midi, les heurts qui se produisent dans l'usine de son frère, Théodore, revêtent un caractère beaucoup plus grave : l'automobile de l'industriel est incendiée, des stocks de marchandises sont détruits, des fenêtres cassées. Un peu plus tard, se rendant à une autre usine, les grévistes se heurtent à un bataillon de chasseurs à cheval, des barricades sont érigées, devant lesquelles les soldats reculent. Vers 18 heures 30, une armurerie est pillée. En pleine nuit, une seconde connaît le même sort. Peu après, une bombe explose devant le domicile du directeur de l'usine Charles Haviland.

4Suite à ces événements, le maire est démis de ses pouvoirs de police au profit du préfet. La journée du 16, un dimanche, se passe dans le calme. Le 17 au petit matin, quatre auteurs de pillages d'armureries sont arrêtés. Dans l'après-midi, une importante manifestation se rend à la préfecture pour réclamer leur libération, puis à la mairie. Vers 19 heures, apprenant le refus du préfet, les manifestants marchent sur la prison, face au champ de foire. Les portes de la maison d'arrêt sont enfoncées mais les grévistes ne peuvent y pénétrer : un peloton d'infanterie attend l'arme au pied dans la cour. Trois escadrons de cavalerie interviennent pour dégager la prison. Les heurts sont violents, de nouvelles barricades sont érigées, les chevaux ne peuvent évoluer sur la place où les manifestants ont tendu des rouleaux de fil de fer. Ordre est alors donné à l'infanterie d'intervenir. Les ouvriers abandonnent le champ de foire pour se réfugier derrière les grilles du jardin d'Orsay, vaste promenade qui domine la place. Deux bataillons leur font face sous une pluie de pierres. Un coup de feu part du jardin, les soldats répliquent puis montent à l'assaut et tirent de nouveau. On relève un mort parmi les ouvriers, un jeune porcelainier, Camille Vardelle. Il est 21h30. La fusillade clôt le cycle des violences.

5Deux jours plus tard, les obsèques de la victime rassemblent un imposant cortège. Le 21, les négociations entre syndicat et patrons reprennent. Le 22, un accord est trouvé pour la reprise du travail.

  • 3 Cf. Merriman J.-M., op. cit., p. 323.
  • 4 Ibid., p. 343.
  • 5 Ibid., p. 329.

6Les barricades du printemps 1905 surgissent dans une ville où la rue appartient aux ouvriers. Par la conquête de la municipalité dix ans plus tôt, les socialistes ont pu symboliquement s'approprier l'espace urbain, notamment en rebaptisant les principales voies publiques et en tentant d'établir le monopole, au profit du monde ouvrier, de l'usage collectif de la rue, prolongeant ainsi, dans ce domaine, l'action des radicaux anticléricaux3. La police municipale ne réprimait guère les manifestations ouvrières. En 1900, 1904 et 1905, lors de conflits dans les secteurs de l'imprimerie et de la chaussure, de « tumultueuses processions », puisant dans le registre du carnaval, sillonnent la ville sans rencontrer d'obstacle, elles démontrent ainsi leur volonté de « contrôler symboliquement toute la ville »4. Outre les grèves, les visites de chefs socialistes sont aussi un moment-clef de cette prise de possession de l'espace urbain, lorsque des foules nombreuses accueillent à la gare et accompagnent l'invité prestigieux dans un tour de ville destiné à célébrer l'action municipale et syndicale5.

  • 6 Archives départementales de la Haute-Vienne (abrégée par la suite en A.D.H.V.), 10 M 132, rapport (...)

7La grève d'avril 1905 respecte initialement ce schéma. Le « lock-out » est l'occasion pour les ouvriers porcelainiers d'affirmer leur contrôle de l'espace public dans leur bras de fer avec les patrons. Le 14, à 3 heures de l'après-midi, un cortège de 500 ouvriers, drapeau rouge en tête, part de la Bourse du travail pour « visiter » différentes usines. Après un long défilé dans les faubourgs nord et ouest de la ville, ponctué par des incidents après la découverte d'ouvriers dans des fabriques théoriquement fermées, la manifestation grosse désormais de 2 000 participants regagnait 4 heures plus tard son point de départ6. Vers 17 h 45, un second cortège de 3 000 personnes part également de la Bourse, arpente les deux principaux faubourgs industriels, avenue Garibaldi et rue de Paris, se rend jusqu'au Palais de justice pour ensuite pénétrer au cœur du vieux Limoges commerçant, empruntant notamment la rue de la Boucherie – fief de la corporation des très catholiques et très conservateurs bouchers. En fin d'après-midi, les manifestants sont plus de 4 000 devant le quartier général à conspuer l'armée et surtout le général Tournier.

8Le lendemain, de nouveaux rassemblements d'ouvriers occupent l'espace urbain : à 13 h 45, un groupe d'environ 200 personnes massées apparemment sans but au rond-point Sadi-Carnot insulte Théodore Haviland passant au volant de son automobile et le suit jusqu'à son usine. Deux heures plus tard, les manifestants sont 1 200 aux portes de l'entreprise qui est finalement envahie. Après une demi-heure de violences, 500 ouvriers, brandissant un drapeau rouge et les mannequins de deux contremaîtres, entreprennent un nouveau tour des usines : les fabriques Plainemaison et William Guérin sont de nouveau visitées. Puis ils se rendent à l'usine Touze, sur l'ancienne route d'Aixe.

  • 7 Ibid., rapport du commissaire de police, 16 avril 1905.
  • 8 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905.

9L'érection des premières barricades, le 15 en fin d'après-midi, coïncide avec le moment où, pour la première fois depuis deux jours, le contrôle de la rue par les grévistes est remis en cause par la présence d'un escadron de chasseurs à cheval. Un premier peloton charge, puis un second. Les cavaliers reçoivent des pierres, lancées par quelques jeunes. Un autre groupe, ayant bloqué en travers de la rue une voiture de tramway, entreprend alors de construire une barricade : « d'autres individus (30 à 40) amoncelaient des caisses, roues, tréteaux, barres de fer de chaque côté de la voiture du tram, faisant ainsi une barricade »7. Mais celle-ci n'est alors qu'un obstacle et non un rempart : elle permet aux ouvriers de reconquérir la rue face à l'armée. Les chasseurs doivent se replier, empruntant un par un l'étroit passage laissé libre sur les trottoirs de part et d'autre de la barricade, sous les insultes et les coups de bâton. Les cavaliers partis, les grévistes poursuivent l'édification de quatre autres barricades. Une est particulièrement symbolique de cette reconquête de la rue par le peuple au prix d'une lutte violente : le cadavre d'une jument de l'escadron, victime des coups des grévistes, sert à barrer la voie. La presse locale rendit compte de l'événement en insistant sur le contrôle populaire de l'espace public : « des poutres, des tonneaux (...) et des fils de fer forment en un clin d'œil des barrières infranchissables (...). Pendant la lutte, le porteur du drapeau rouge s'était crânement assis dans un fauteuil sur la chaussée et le drapeau lançant ses reflets de feu était vainqueur »8. L'épisode, absent des rapports de police, est sans doute une construction imaginaire. Il n'en a pas moins valeur de symbole, renvoyant l'image d'un peuple fort de son droit et fier de sa force.

  • 9 A.D.H.V, 10 M 132, rapport au commissaire central, 17 avril 1905.
  • 10 Journal des débats, 26 avril 1905.

10Le meilleur moyen d'affirmer le pouvoir des grévistes sur la ville n'est pas de rester derrière une barricade, mais de circuler en nombre. Aussi, peu après la fin de ces premiers incidents, les manifestants reprirent leur marche, cette fois vers le centre ville, négligeant la garde des obstacles qu'ils laissaient derrière eux : dans la nuit du 16 au 17, lorsque des fantassins vinrent les démolir, ils ne trouvèrent, affecté à leur surveillance, qu'un jeune ouvrier de vingt-six ans qu'un rapport qualifie de « très pauvre d'esprit »9. Même sans défenseurs, les barricades restent un symbole de l'occupation de la rue par le monde ouvrier, un symbole également de la victoire sur l'armée par la présence du cadavre de la jument. Selon le Journal des débats, c'est parce qu'on « redoutait une manifestation bruyante qu'on n'a osé enlever d'une barricade un cheval mort pendant une bagarre. La pauvre bête est même restée sur la chaussée pendant plusieurs jours »10.

11L'érection des barricades peut être également perçue comme une expression des sentiments antimilitaristes des ouvriers porcelainiers. Dans les journaux socialistes locaux, l'épisode devant la fabrique Touze est toujours relaté en termes d'affrontement, de face à face entre l'armée et les grévistes. La barricade n'est pas, comme dans les émeutes urbaines des deux premiers tiers du xixe siècle, un instrument tactique dans un contexte de lutte politique, un moyen défensif (face aux militaires) dans un but offensif (la conquête du pouvoir), pour reprendre la formule de Maurice Agulhon.

  • 11 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905. Cet aspect de la barricade comme lieu de la cristallisatio (...)
  • 12 A.D.H.V, 10 M 132, rapport du préfet au ministre de l'intérieur, 18 avril 1905.
  • 13 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905.
  • 14 A.D.H.V, 10 M 132, rapport du préfet au ministre de l'intérieur, 18 avril 1905. Il est intéressant (...)

12A Limoges, la finalité de la barricade semble se confondre avec les formes de l'affrontement qu'elle permet : assouvir la haine ouvrière contre l'armée. Les figures de ce conflit s'enrichissent aussi d'oppositions sociales. Ainsi, l'emploi de la cavalerie, arme qui apparaît encore à l'époque comme aristocratique, exaspère les tensions ; Le Socialiste du Centre relate la scène en termes pleins de mépris pour les militaires : « dès la deuxième charge, une pauvre jument, meilleure sans doute que la brute qui la montait, tombe sur la chaussée (...). Les chevaux des chasseurs de Brettes et de Fontaine n'ont pas été habitués aux courses d'obstacles. Ils reculent. Les chasseurs battent en retraite piteusement »11. Le 17, lors des affrontements sur le champ de foire, l'opposition entre cavaliers et ouvriers se déploie à plus grande échelle. Là aussi, des barricades sont construites après l'arrivée des cavaliers venus défendre la prison : « au moment où pour dégager la prison (...) la cavalerie fit sa première charge et refoula les manifestants, ceux-ci se reformèrent dans les rues adjacentes et élevèrent immédiatement des barricades »12. Vers 20 heures, le champ de foire présente l'aspect d'une arène, close sur trois côtés par des barricades, dans laquelle s'affrontent ouvriers et cavaliers. Contrairement à l'avant-veille, ce n'est plus la figure du face à face plus ou moins statique qui s'impose, mais celle du corps à corps confus, accentuée par la nuit venant de tomber : « puis soudain se fut une mêlée indescriptible ; les charges de cavalerie se produisirent (...) des barricades surgirent du sol (...). La foule était encore une fois maîtresse de la rue, maîtresse des 3 000 cavaliers massés sur le champ de foire »13. Dans cet affrontement sur une vaste place, la barricade joue un rôle secondaire. Elle sert à enclore l'espace de la lutte qui se déroule en deçà du barrage et non de part et d'autre de celui-ci. Plus dangereux pour les cavaliers est le fil de fer tendu entre les arbres. Dans son rapport au ministre de l'intérieur, le préfet justifie l'emploi de l'infanterie par l'inefficacité des troupes montées : « la cavalerie déjà gênée par des réseaux de cordes et de fils de fer que tendaient les grévistes devenant impuissante, M. le général Plazanet donna l'ordre à l'infanterie de sortir et de dégager la cavalerie qui allait se trouver prise entre plusieurs barricades et complètement immobilisée »14.

  • 15 A.D.H.V, 10 M 132, rapport du commissaire de police au commissaire central, 17 avril 1905.
  • 16 Ibid, rapport du commissaire de police du 2e arrondissement au commissaire central, 17 avril 1905.

13A l'arrivée de l'infanterie, le face à face traditionnel entre la troupe et les émeutiers se redessine, même s'il semble éphémère : les soldats ont dû « enlever diverses barricades dans la rue Bernard-Palissy (...). Dès leur arrivée ils se sont mis en devoir de démolir toutes les barricades de cette voie. Les autres compagnies étant arrivées, elles se sont avancées en suivant la rue qui va des barricades à celle de la Mauvendière. Nous avons pu faire évacuer cette rue. La barricade aussi a été démolie »15. Il semble qu'il n'y ait eu aucune résistance à l'infanterie ; ceci s'explique par la fragilité des obstacles dressés et rapidement détruits faute de grévistes armés. En une demi heure, tout au plus, la plupart des dix-sept barricades sont prises et les rues sommairement déblayées. Les seuls affrontements ont consisté en jets de pierres et provocations verbales : « deux compagnies d'infanterie arrivèrent pour démolir les barricades, elles purent le faire tout en recevant des pierres et les grévistes s'avançaient sur les baïonnettes des fantassins et traitaient ces derniers de lâches »16.

  • 17 Ibid.

14Les différents rapports parlent d'« évacuation » des barricades et non de prise de celles-ci. De même, la presse ne relate pas d'incidents violents. Elles restent cependant par excellence le lieu d'une mise en scène postérieure de l'affrontement. Plusieurs journaux reprennent un récit émanant probablement du Réveil du Centre : faubourg Montmailler, « une compagnie d'infanterie s'avance, ayant à sa tête un lieutenant, le revolver au poing et le doigt sur la gâchette. Un moment les soldats du premier rang hésitent : le lieutenant rugit alors : - douze hommes sur l'obstacle ! Les malheureux soldats obéissent. Mais les manifestants ont fui »17. Ici aussi, la barricade est le lieu d'expression de l'antimilitarisme ouvrier, dirigé principalement contre les officiers. Seule une barricade, prenant appui sur les murs du jardin d'Orsay et où s'étaient réfugiés nombre de manifestants, résista plus longtemps. Elle fit office de retranchement à l'abri duquel les ouvriers harcelaient la troupe à coups de pierres. Mais la fusillade sanglante dirigée contre ceux se trouvant sur l'esplanade éclipsa dans les rapports officiels et dans les comptes rendus de presse ce moment de l'affrontement.

15L'issue tragique de la journée du 17 avril permit de ranger les émeutes de Limoges parmi les manifestations ouvrières violentes, du type de celles de Fourmies, où la troupe tire sur la foule afin de rétablir l'ordre, sans que le face à face entre grévistes et soldats soit médiatisé par la barricade. Pourtant, à Limoges, ces barricades ont existé, nombreuses, - on en compte en tout vingt-et-une, certaines restant visibles plusieurs jours. Aussi, peut-on s'interroger sur la place qu'elles ont tenu dans la construction immédiate de l'événement insurrectionnel ; sur le rang qu'elles occupèrent dans la hiérarchie des incidents, de la manifestation à l'émeute ; enfin, sur le rôle qu'elles tinrent symboliquement dans le récit des affrontements et la place qui leur fut assignée dans la mémoire des grèves de 1905.

16Dans le récit des émeutes de Limoges, l'apparition de barricades et les incidents ayant pu survenir à leurs abords doivent toujours être analysés à la lumière de la relation qu'ils entretiennent avec les autres éléments constitutifs de l'émeute, aux yeux des représentants du pouvoir et des journalistes. Si l'on considère l'ensemble des documents produits par l'événement, la barricade tient une place mineure. Ceci est dû en grande partie, tant le 15 que le 17, au fait qu'un incident jugé plus grave est survenu immédiatement après l'érection des barricades : le 15 une armurerie est pillée, le 17 la troupe tire, provoquant mort d'homme. De plus, ce dernier jour, les barricades ne réussissent pas à s'inscrire dans une durée parce que leur existence propre est fort brève et parce qu'elles sont encadrées et écrasées par deux événements à forte tension dramatique : l'assaut de la prison et la mort de Vardelle.

  • 18 Le Petit Journal, 30 avril 1905.
  • 19 Le Monde illustré, 22 avril 1905.

17Les documents iconographiques créés pour illustrer les scènes de violence témoignent de cette impossibilité de se constituer en représentation de l'événement. Sur la couverture du Petit journal est figurée la scène où les émeutiers enfoncent les portes de la prison18. Elle concentre en un seul instant deux des principaux incidents : des individus brisent les vantaux de la porte tandis que les dragons chargent les manifestants, la plupart armés de bâtons, un drapeau rouge flottant au dessus du groupe ; scène confuse, construite pour suggérer la violence des heurts, sans aucune trace de barricade. Les pierres jonchant le sol sont des projectiles (un homme au premier plan se baisse pour en ramasser une) et non les matériaux d'un obstacle futur. Le Monde illustré a choisi de représenter le drame qui clôt la journée : les soldats, sous une pluie de pierres et de chaises, montent à l'assaut du jardin d'Orsay19. Le point de vue adopté, l'esplanade du jardin public, permet de mettre en scène la violence populaire : parmi les personnages au premier plan, l'un lance une pierre, un autre tient une chaise, prêt à en faire usage contre la troupe, un troisième tient un pistolet entre ses mains. Ici non plus la barricade n'est pas érigée en symbole de l'affrontement. Elle apparaît cependant, de manière secondaire. Peut-on toutefois parler ici de barricade ? Dans un angle de l'illustration, elle prend la forme d'un très large amoncellement de bancs, de chaises, de barres, auquel font face des fantassins ; mais les protagonistes, qui pourraient être de l'autre côté de la barricade, sont absents. De même, les journaux consacrant un bref résumé aux événements de Limoges passent sous silence les barricades. En revanche, ils informent leurs lecteurs du pillage des armureries, de l'explosion de la bombe dans la nuit du 15 au 16, de l'attaque contre la prison et des coups de feu échangés entre la troupe et les manifestants.

  • 20 Michelle Perrot (op. cit., p. 186) mentionne un tel phénomène, mais du côté ouvrier : « nul doute (...)
  • 21 C'est la conclusion de Suzanna Barrows quant à l'évolution du regard à prétention scientifique por (...)
  • 22 A.D.H.V., 10 M 132, lettre du 21 avril 1905 au préfet.
  • 23 Ibid., lettre du 16 avril 1905 au préfet.
  • 24 Ibid., lettre du 18 avril 1905 au préfet.
  • 25 Ibid., lettre du 18 avril 1905 au préfet.
  • 26 Ibid., rapport du commissaire central du 26 avril 1905.

18Ces récits, destinés à aller à l'essentiel, nous permettront peut-être de reconstituer la hiérarchie interne des éléments constitutifs de l'émeute et de l'agitation sociale dans les représentations mentales de l'époque. La barricade y est éclipsée par les différentes formes de violence physique, les atteintes à la propriété privée et aux symboles de l'Etat (la prison) et de la Nation (l'armée). De plus, au sein des éléments troublant l'ordre, l'usage de l'arme à feu et davantage encore celui de l'explosif range la barricade parmi les accessoires désuets. L'agitation anarchiste des années 1890 a partiellement entraîné ce réaménagement des formes de la peur sociale20, tandis que la hantise de la foule, monstre incontrôlable, aurait eu tendance à décroître, notamment en raison de la diffusion des travaux de Gustave Le Bon à partir de 189521. De cette peur de l'action violente et organisée faisant usage de la poudre, rendent compte les lettres demandant au préfet une protection armée. Les administrateurs de la société la Céramique indiquent que « des bruits d'attentats par le feu et la dynamite circulent »22. Le directeur de l'école normale s'alarme car il « a été question parmi les grévistes d'aller prendre les fusils qui seraient à l'école normale »23. L'archiviste départemental signale « que des émeutiers auraient dessein de pénétrer (...) dans les Archives départementales pour tirer sur la préfecture »24. Le directeur des contributions indirectes demande qu'on protège le dépôt de poudres de la Régie25. Une semaine après la fusillade, circule la rumeur du stockage par les ouvriers de 6000 fusils dans des égouts près de la Bourse du travail26.

  • 27 Familia, 30 avril 1905.
  • 28 The Black and White, 29 avril 1905.

19La barricade, parmi ces représentations de l'émeute, apparaît même pour certains comme un archaïsme. Le journal Familia présente à ses lecteurs la photographie d'une barricade, il commente : « voici, enfin, la photographie d'une barricade, élevée à l'entrée de la rue de la Reynie. Est-ce que vous ne trouvez pas que ce mot de barricade semble un véritable anachronisme aujourd'hui ? »27. Pour des observateurs étrangers, la barricade est le symbole du caractère désuet des formes prises par la lutte sociale en France. Elle est pour un journal anglais « une autre résurgence du siècle dernier dans les émeutes ouvrières françaises. Les barricades sont de vieilles compagnes de la France. Limoges a montré que le secret de leur construction n'est pas perdu pour la Nation »28.

  • 29 Arbeiter Zeitung, 19 avril 1905.
  • 30 Le Petit Calaisien, 19 avril 1905.
  • 31 Le Matin, 19 avril 1905.
  • 32 L'Avenir du Pas-de-Calais, 19 avril 1905.
  • 33 Journal des débats, 19 avril 1905.
  • 34 Le Courrier du Centre, 16 avril 1905.

20Lorsqu'elle n'est pas passée sous silence, la représentation de la barricade est nourrie de descriptions tenant généralement du cliché, à moins qu'elle ne devienne simple élément dans un schéma justificatif de l'émeute ou de la répression. Dans la narration de l'événement, la barricade est rarement neutre. Elle est le lieu par excellence de l'affrontement, suivant le modèle des révoltes urbaines antérieures. C'est ainsi que certains journaux présentent la fusillade mortelle comme le résultat d'un face à face classique, de part et d'autre d'une barricade : « des barricades ont été élevées autour du champ de foire. La troupe chassa les personnes qui les occupaient sans difficulté à l'exception d'une barricade où la troupe se vit arrêtée par les ouvriers qui refusaient de l'abandonner. Alors les soldats ouvrirent le feu »29. Le Petit Calaisien, dans son compte rendu de la prise de la barricade du faubourg Montmailler, met également en scène des heurts violents entre la troupe et les manifestants : « bientôt la plupart des soldats excités par leurs officiers frappent à tour de bras du tranchant de leurs armes. Les officiers donnent l'exemple et sur la place on a relevé de nombreux blessés »30. Ce récit se poursuit à propos de la barricade barrant la rue de la Mauvendière. C'est l'occasion pour le journaliste d'utiliser une série de stéréotypes propres à l'émeute urbaine du xixe siècle : « délogés de leur position, les grévistes se réfugient dans une voie adjacente, la rue de la Mauvendière que l'on commence à dépaver ; une barricade s'y dresse bientôt. Les dragons n'osent pas se hasarder dans ce boyau étroit (...). Ils sont accueillis par quelques coups de revolver ». Voilà donc une voie récemment urbanisée, large de 12 m, transformée en rue du Paris pré-haussmanien, une voie barrée par des grilles et des matériaux arrachés à des chantiers voisins, décrite comme dépavée. On assiste à une reconstruction de l'événement en fonction de catégories mentales préexistantes : la barricade ne saurait être construite sans pavé. De nombreux récits mentionnent les « gros pavés arrachés à la chaussée »31. Les journaux insistent sur la qualité défensive de ces ouvrages. La barricade fait peur par sa consistance, sa solidité. Une véritable édification mentale de l'obstacle s'opère, afin de le rendre signifiant dans les récits de l'événement. Un seul journal réduit les barricades à ce qu'elles furent effectivement dans la journée du 17 : des obstacles éphémères dressés à la hâte pour arrêter les chevaux, des « embryons de barricade »32, des barricades « ébauchées ». A l'inverse, on eut largement recours au vocabulaire militaire pour décrire ces obstacles, tel ce journaliste qui se « heurte à un amas élevé de pierres, de planches et de divers débris. Des grévistes en posture de combat gardent le retranchement, ils sont compacts »33. Le 15, « les barricades achevées, les manifestants prirent position : les uns derrière, les autres sur les terrasses bordant la rue et se mirent à arracher le plus grand nombre de projectiles. Deux manifestants placés en vedette sur les toits des premières maisons surveillaient le mouvement des troupes »34.

  • 35 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905.
  • 36 Le Réveil du Centre, 17 avril 1905.
  • 37 Ibid., 19 avril 1905.
  • 38 Ibid., 17 avril 1905.
  • 39 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905.
  • 40 Le Nouvelliste de Nantes, 22 avril 1905.

21La description de l'édification des barricades est aussi un moyen de montrer la puissance destructrice d'une foule. Cette force est connotée différemment selon l'orientation politique du journal. La presse socialiste insiste sur la rapidité et la spontanéité de l'apparition des barricades, réponse du peuple à l'agression injustifiée de la troupe. Les ouvriers en grève se muent en une entité anonyme agissant au nom de la justice : « des barres de fer, des bornes énormes, arrachées par on ne sait quels titans, encombrent la route et des barricades surgissent du sol on ne sait comment »35, lit-on dans Le Socialiste du Centre. Relatant les incidents du 15, Le Réveil du Centre écrit : « avant que (les chasseurs) aient pu revenir de leur étonnement, la rue était coupée de trois autres barricades plus hautes et plus épaisses »36. De même, on insiste, dans les colonnes de la presse favorable aux ouvriers, sur le caractère éminemment défensif de ces obstacles. Le même journal fait du besoin de se protéger la cause première de leur apparition, dans la soirée du 17 : « pendant que les charges s'effectuent, des barricades s'organisent à la hâte. La foule ne veut pas périr sous les pieds des chevaux (...). (Les barricades) s'élèvent avec une rapidité d'autant plus grande que les charges deviennent plus répétées, plus furieuses »37. Participant à cette justification de la barricade, la solidarité entre manifestants et habitants ou spectateurs de la scène est mise en avant. Le 15, selon Le Réveil du Centre, « dans tout le quartier régnait une surexcitation indicible. Hommes, femmes, enfants, tous s'étaient joints à ceux qui avaient subi la charge. On renforçait les barricades, on recherchait des armes, on accumulait sur les terrasses d'énormes tas de pavés (...). Vers 7 heures, laissant les barricades à la garde des habitants du quartier, un groupe d'une centaine d'ouvriers descendit en ville »38. Le même thème réapparaît dans la narration des troubles du 17, mais sur un mode différent : la première journée eut pour cadre un faubourg populaire, la solidarité y fut active, l'alliance combative entre les grévistes et la population. La seconde se déroule dans un quartier bourgeois. Les habitants protègent les ouvriers mais ne se joignent pas à l'émeute : « les bourgeois apeurés ouvraient leurs portes, montraient leurs couloirs, leurs caves et les issues propices aux fuites »39. A l'inverse, une partie de la presse conservatrice présente la construction de la barricade comme le résultat de l'action isolée de révolutionnaires professionnels : « les anarchistes ont transformé tous les mouvements grévistes en émeutes (...). Ils ont fait des barricades ! ! ! »40.

  • 41 Le Réveil du Centre, 19 avril 1905.
  • 42 Le Courrier du Centre, 16 avril 1905.
  • 43 Morning post, 19 avril 1905.
  • 44 Gazette de Lauzanne, 19 avril 1905.

22Dans cette logique de la narration de la barricade, s'inscrit la description des matériaux la composant : ils sont prélevés, selon la presse socialiste, sur la voie publique ou dans des espaces encore non définitivement appropriés. Le Réveil du Centre mentionne comme éléments constitutifs des barricades du 17 : « les bancs et les grilles du jardin d'Orsay », « des palissades de toute sorte, une voiture de tramway », les matériaux de « maisons en construction » et de « plusieurs chantiers »41. Dans d'autres titres, on relève l'emploi de madriers, d'arbres et, bien entendu, de pavés. A l'inverse, les journaux hostiles aux grévistes insistent sur le non-respect de la propriété privée : « les grévistes (...) envahissaient de nouveau l'usine Touze et les jardins avoisinants où ils eurent bientôt fait de rassembler les matériaux nécessaires à la construction de quatre barricades (...). Inutile d'ajouter que les terrasses et les jardins servant de points stratégiques aux grévistes avaient été occupés par les manifestants sans l'assentiment des propriétaires mis dans l'obligation d'ouvrir leurs portes »42. Le Morning post, dans son bref compte rendu des événements du 17, met également en avant ce point : « (les grévistes) pénétrèrent dans les maisons voisines et arrachèrent quantité de meubles et d'autres biens. Avec ces matériaux, ils construisirent plusieurs barricades »43 La Gazette de Lausanne, en une phrase, associe pillage et barricade : « les manifestants arrachèrent les barrières du champ de foire, pillèrent les maisons voisines et élevèrent des barricades »44.

  • 45 L'Illustration, 22 avril 1905.
  • 46 The Black and White, 29 avril 1905.

23Mais la barricade, en dépit des figures qu'elle permet, est un élément mineur au sein des discours tenus sur l'événement. En revanche, parce que les vestiges de l'obstacle dressé constituent une des seules traces matérielles de l'émeute, et que la barricade est à la fois destruction et construction, - donc doublement créatrice d'éléments tangibles -, elle représente une part importante de la mémoire photographique. Ceci fut facilité par la lenteur des autorités à entreprendre la destruction des barricades du 15. Le lendemain, la rue reste barrée, un photographe professionnel réalise plusieurs clichés. Ceux-ci contribuent immédiatement à cristalliser le souvenir visuel de l'événement ; ils sont exposés dans les bureaux ouverts au public de la Gazette du Centre et du Courrier du Centre. Complétés par d'autres photographies prises le 18 au matin, ces clichés vont connaître une assez large diffusion grâce à la presse illustrée et à l'édition de cartes postales. L'Illustration en publie une série dont le point commun est de montrer la violence de l'émeute par la trace qu'elle a laissée, qu'il s'agisse de destructions ou de constructions. Ils portent pour titre : « rue de la Mauvendière dépavée par les grévistes », « la porte de la prison enfoncée par les émeutiers », « armurerie pillée », « l'automobile de M. Haviland brûlée par les grévistes », « une barricade de la vieille route d'Aixe », « la prison de Limoges : à gauche la porte que les grévistes ont enfoncée »45 D'autres journaux publient également des vues des barricades. The Black and White exprime le lien entre barricade et troubles sanglants à travers la légende accompagnant le cliché : « les troubles de Limoges. La barricade prise d'assaut par les soldats la semaine dernière. Plusieurs personnes ont été tuées ou blessées »46.

24Davantage que dans les récits, la barricade s'impose dans les représentations photographiques des grèves de 1905. Ces clichés, devenus les seuls témoignages visuels de l'événement, sont réinvestis par les représentations anciennes de la barricade. Les obstacles subsistant à Limoges ne sont pas assez imposants pour que le mot et l'image correspondent ; aussi y a-t-il eu processus de construction ou de reconstruction, au sens propre du terme. Les barrages sont rendus plus hauts et plus épais. Il existe ainsi deux photographies différentes d'une barricade de l'ancienne route d'Aixe. L'une montre quelques tonneaux épars sur lesquels viennent s'appuyer des échelles couchées en travers de la rue. L'ensemble est peu élevé et l'obstacle disjoint semble très fragile. Une seconde photographie, manifestement prise plus tard, présente la même barricade, partiellement reconstruite : entre les tonneaux et les barreaux des échelles ont été dressées des planches, des fagots, des échalas, des perches qui rehaussent l'obstacle et en font une barrière continue sur toute la largeur de la rue. Par l'effet de réel qu'elle provoque, la photographie contribua à faire des barricades une des figures les plus fréquentes des émeutes de Limoges. Elle transforma ce qui n'était que vestige en élément constitutif de l'affrontement violent. Par sa matérialité, la barricade retrouvait sa place dans les représentations de l'émeute au début du xxe siècle.

  • 47 Témoignage recueilli et cité par Eric Mension-Rigau à propos de la conscience existant chez les ar (...)

25« Le premier signe d'un changement a été la grève révolutionnaire de Limoges vers 1905. La cuisinière m'a fait voir d'une fenêtre le cortège des grévistes chantant L'Internationale et brandissant des drapeaux rouges et noirs. Cela m'a impressionnée ainsi que la bombe jetée dans l'usine Haviland où mon père était de garde. Ma mère, comme femme d'officier, avait reçu des trognons de choux et sortait avec un revolver dans son manchon »47. Ces souvenirs d'une femme, née en 1901, appartenant à l'aristocratie française, montrent, au moins pour la population locale, l'importance des grèves violentes du printemps 1905 à Limoges, événement qui contribua à renforcer l'image identitaire d'une ville qualifiée depuis longtemps de rouge. Mais, dans ce récit, il n'est pas fait mention de barricades. Celles-ci n'ont pas été retenues comme signes de la fin d'un certain type de société. Cet ultime témoignage apporte, semble-t-il, aux barricades de Limoges leur dimension profonde : des obstacles éphémères se confondant avec les autres formes de violences antimilitaristes et antipatronales qui n'ont survécu à l'oubli qu'en raison de leur matérialité, des vestiges de la lutte devenus événement fossilisé.

Notes

1 Cf. Perrot M., Jeunesse de la grève, Paris, Le Seuil, 1984, p. 194.

2 Cf. Désiré-Vuillemin G., « Une grève révolutionnaire : les Porcelainiers de Limoges en avril 1905 », Annales du Midi, janvier-mars 1971, p. 25-86, « Les grèves dans la région de Limoges de 1905 à 1914 », Annales du Midi, janvier-mars 1973, p. 25-86 ; - Merriman J.-M., Limoges la ville rouge, Paris, Belin, 1990, p. 253sq.

3 Cf. Merriman J.-M., op. cit., p. 323.

4 Ibid., p. 343.

5 Ibid., p. 329.

6 Archives départementales de la Haute-Vienne (abrégée par la suite en A.D.H.V.), 10 M 132, rapport du commissaire central, 14 avril 1905

7 Ibid., rapport du commissaire de police, 16 avril 1905.

8 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905.

9 A.D.H.V, 10 M 132, rapport au commissaire central, 17 avril 1905.

10 Journal des débats, 26 avril 1905.

11 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905. Cet aspect de la barricade comme lieu de la cristallisation de l'antimilitarisme ouvrier se retrouve dans le roman de Maurice Huet (Sabres de bois. Fusils de paille ! ! !, Paris, 1905, cf. p. 146) publié peu de temps après les événements de Limoges. M. du Saucier, fringant officier de cavalerie, fait un affreux cauchemar : « tout à coup Damiette (sa jument) s'arrête net. Une barricade est là, qui barre la route, hideuse avec ses matelas défoncés, ses chaises et ses tables brisées, ses voitures renversées... Une loque rouge pend à une hampe et domine le tout (...) Damiette, qui pourtant la veille a franchi la barre à 1 m 85, s'immobilise net ». De l'autre côté de la barricade se trouve Lagrou un ancien soldat injustement puni par du Saucier.

12 A.D.H.V, 10 M 132, rapport du préfet au ministre de l'intérieur, 18 avril 1905.

13 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905.

14 A.D.H.V, 10 M 132, rapport du préfet au ministre de l'intérieur, 18 avril 1905. Il est intéressant de souligner que cette scène devant la prison va donner naissance à une mémoire du geste émeutier que l'on retrouvera près de 25 ans plus tard. Lors de « l'affaire Barataud », le 7 juin 1929, la foule limougeaude, mécontente du verdict reconnaissant des circonstances atténuantes à un fils de bonne famille accusé de l'assassinat d'un chauffeur de taxi, se rend devant la prison, les barres servant à attacher le bétail sont arrachées, les gardes mobiles à cheval chargent au moment où la porte de la prison est de nouveau exposée aux coups de boutoir des manifestants, lesquels, pour désarçonner les cavaliers tendent des fils de fer entre les arbres avant de se réfugier dans le jardin d'Orsay (cf. Deschamps A. et J., L'affaire Barataud, Limoges, Souny, 1985, p. 214-215). Cette idée d'un répertoire de formes d'actions collectives a été mise en avant à un niveau d'analyse plus général par Charles Tilly dans son ouvrage : La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986, p. 541-542.

15 A.D.H.V, 10 M 132, rapport du commissaire de police au commissaire central, 17 avril 1905.

16 Ibid, rapport du commissaire de police du 2e arrondissement au commissaire central, 17 avril 1905.

17 Ibid.

18 Le Petit Journal, 30 avril 1905.

19 Le Monde illustré, 22 avril 1905.

20 Michelle Perrot (op. cit., p. 186) mentionne un tel phénomène, mais du côté ouvrier : « nul doute que (la dynamite) n'ait modifié les représentations subversives : faire la révolution c'est “faire sauter le vieux monde” ».

21 C'est la conclusion de Suzanna Barrows quant à l'évolution du regard à prétention scientifique porté sur la foule en France à la fin du xixe siècle (cf. Barrows S., Miroirs déformants, Paris, Aubier, 1990).

22 A.D.H.V., 10 M 132, lettre du 21 avril 1905 au préfet.

23 Ibid., lettre du 16 avril 1905 au préfet.

24 Ibid., lettre du 18 avril 1905 au préfet.

25 Ibid., lettre du 18 avril 1905 au préfet.

26 Ibid., rapport du commissaire central du 26 avril 1905.

27 Familia, 30 avril 1905.

28 The Black and White, 29 avril 1905.

29 Arbeiter Zeitung, 19 avril 1905.

30 Le Petit Calaisien, 19 avril 1905.

31 Le Matin, 19 avril 1905.

32 L'Avenir du Pas-de-Calais, 19 avril 1905.

33 Journal des débats, 19 avril 1905.

34 Le Courrier du Centre, 16 avril 1905.

35 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905.

36 Le Réveil du Centre, 17 avril 1905.

37 Ibid., 19 avril 1905.

38 Ibid., 17 avril 1905.

39 Le Socialiste du Centre, 23 avril 1905.

40 Le Nouvelliste de Nantes, 22 avril 1905.

41 Le Réveil du Centre, 19 avril 1905.

42 Le Courrier du Centre, 16 avril 1905.

43 Morning post, 19 avril 1905.

44 Gazette de Lauzanne, 19 avril 1905.

45 L'Illustration, 22 avril 1905.

46 The Black and White, 29 avril 1905.

47 Témoignage recueilli et cité par Eric Mension-Rigau à propos de la conscience existant chez les aristocrates français d'une rupture importante dans l'histoire de leurs familles au moment de la guerre de 1914-1918 (Mension-Rigau E., Aristocrates et grands bourgeois. Education, traditions, valeurs, Paris, Plon, 1994, p. 413).

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540