Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Annexe. Présentation des poèmes

Texte intégral

1Cette annexe présente les différents poèmes de notre corpus : auteur, date, manuscrits, dialecte, longueur, analyse et éditions. Seules les éditions qui ont été utilisées sont citées. Celles qui ont fait l’objet de la saisie informatique sont précédées d’un astérisque.

Abréviations

2Wright, Political Songs : Political Songs of England, éd. T. Wright, Camden Society, 1839, rééd. P. Coss, Cambridge, 1996.

3Robbins, Historical Poems : Historical Poems ef the Fourteenth and Fifteenth Centuries, éd. R. H. Robbins, New York, 1945.

4Turville-Petre, Alliterative Poetry : Alliterative Poetry of the Later Middle Ages : an Anthology, éd. T. Turville-Petre, Londres, 1989.

5Barr, Tradition : The Piers Plowman tradition, éd. H. Barr, Londres, 1993.

I. Song of the Husbandman

6Auteur : Anonyme.

  • 1 Robbins, Historical Poems, p. 249 ; Coleman, Medieval readers and writers, op. cit., p. 63.
  • 2 Wright, Political Songs, p. liii ; Maddicott, « Poems of Social Protest in Early Fourteenth Century (...)

7Date : selon Rossell Robbins et Janet Coleman, le poème date du tout début du xive siècle1. Selon Peter Coss et John Maddicott, il daterait des environs de 13402 Nous penchons pour cette dernière hypothèse.

8Manuscrit : Londres, British Library, Harley 2253, fol. 64.

9Dialecte : sud-ouest du pays.

10Longueur : 72 vers.

11Analyse :

121-14. L’auteur entame une complainte sur la dureté des temps (y compris au sens propre) et le poids des taxes royales.

1315-60. Il s’ensuit une attaque plus directe contre les petits officiers locaux ; les percepteurs et les hommes de loi ; le seigneur. Tous s’acharnent à voler les plus pauvres.

1461-72. Conclusion : le narrateur n’a plus rien et doit aller jusqu’à vendre ses réserves de grain à semer (vers 63).

  • 3 Wright, Political Songs, p. 1. Sur le poème latin, voir R. H. Hilton, « A Thirteenth Century Poem o (...)

15Influences : Selon Peter Coss, ce poème peut être comparé à un poème latin du xiiie siècle, satire des plaintes des vilains de l’abbé à Stoughton, composé par un chanoine de Leicester3.

16Éditions :

17– Wright, Political Songs, p. 149-152 (avec traduction).

18– *Robbins, Historical Poems, p. 7-9.

19– Turville-Petre, Alliterative Poetry, p. 17-20 (sous le titre The evils of taxation).

  • 4 Les éditions publiées dans cette série sont disponibles sur Internet (www.lib.rochester.edu/camelot (...)

20Medieval English Political Writings, éd. J. Dean, Kalamazoo, 1996 (Consortium for the Teaching of the Middle Ages, TEAMS), p. 251-2534.

2. Satire on the consistory court

21Auteur : Anonyme.

  • 5 Scattergood, « The ‘Lewed’ and the ‘Lered’ : A Reading of Satire on the Consistory Courts », art. c (...)

22Date : selon John Scattergood, début des années 1340 ou un peu plus tôt5.

23Manuscrit : Londres, British Library, Harley 2253, fol. 70b-71a.

24Dialecte : sud-ouest des Midlands retravaillé sur un texte original en dialecte northumbrien et de l’est des Midlands.

25Longueur : 91 vers.

26Analyse :

271-18. Le narrateur évoque la mainmise du clergé sur tous les aspects de la vie. Il a pris une compagne, mais s’est retrouvé au consistoire.

2819-36. Il décrit le juge et les clercs qui l’accompagnent et évoque la nécessité de leur faire des cadeaux.

2937-54. Viennent ensuite les assignateurs qui méjugent de tout le monde et se targuent d’avoir un privilège du pape.

3055-72. Puis vient l’assistant du juge qui convoque les témoins (la compagne et sa mère).

3173-91. Le jugement : le narrateur doit épouser la dame. Il termine par des considérations générales sur le consistoire.

32Éditions :

33Wright, Political Songs, p. 155-159.

34*Robbins, Historical Poems, p. 24-27.

35Turville-Petre, Alliterative Poetry, p. 28-31 (sous le titre In the ecclesiastical court).

3. Satire on the retinues of the great

36Auteur : Anonyme.

37Date : 1307, selon Rossell Robbins.

38Manuscrit : Londres, British Library, Harley 2253, fol. 124.

39Dialecte : sud-ouest du pays, mais le dialecte original serait de l’ouest.

40Longueur : 40 vers.

41Analyse : les 40 vers ne sont qu’invectives contre les ribauds et les serviteurs des seigneurs, qui mènent une vie plus que suspecte.

42Éditions :

43Wright, Political Songs, p. 237-240.

44*Robbins, Historical Poems, p. 27-29.

4. The Death of Edward I

45Auteur : Anonyme.

  • 6 Anglo-Norman Political Songs from Harley 2253, éd. I. Aspin, Oxford, 1953, p. 90.

46Date : 1302 selon Rossell Robbins ; 1310-1325 selon Isabelle Aspin6.

47Manuscrits :

48Londres, British Library, Harley 2253, fol. 73.

49Cambridge, University Library, Additional 4407 (vers 6-12, 20-29, 83-88).

50Dialecte : sud du pays avec des formes de l’ouest des Midlands.

51Longueur : 91 vers.

52Analyse :

531-16. Le poète exprime sa douleur à propos de la mort du roi.

5417-24. Édouard recommande son fils à ses barons, au clergé et aux chevaliers. 25-32. Édouard dispose de son cœur.

5533-40. Le péché du roi de France : il a empêché Édouard d’aller en Terre sainte.

5641-72. Le pape montre sa douleur quand il apprend la nouvelle. Il loue Édouard.

5773-80. Le poète prie pour le jeune roi.

5881-87. Le poète se déclare incapable de faire justice aux mérites du roi.

  • 7 Ibid., p. 83-86.

59Influence : traduction libre d’une chanson en français (manuscrit Cambridge, University Library, Gg 1.1, f. 489)7.

60Éditions :

61*Wright, Political Songs of England, p. 246-250.

62« Elegy on the Death of King Edward I from a New MS », éd. W. W. Skeat, Modern Language Review, 7,1912, p. 149 et suivantes.

63Anglo-Norman Political Songs from Harley 2253, op. cit., p. 90– 92.

64Secular lyrics of the 14th and 15th centuries, éd. R. H. Robbins, Oxford, 1959, p. 21-25.

5. On the evil times of Edward II (The Simonie)

65Auteur : Anonyme.

  • 8 The Simonie, éd. D. Embree et E. Urqhart, Heidelberg, 1991, p. 22-23.

66Date : il existe trois versions de ce texte. Les versions A et B peuvent être datées assez précisément, selon les éditeurs les plus récents, entre 1322 et 1330. La datation de la version C est plus hypothétique. Elle est située dans la seconde moitié du siècle8.

67Manuscrits :

68Édimbourg, National Library of Scotland Advocates, 19.2.1 (Auchinleck), fol. 328a-334b (version A).

69Cambridge, Peterhouse 104, fol. 210a-212a (version C).

70Oxford, Bodleian Library, Bodley 48, fol. 325b-330b (version B).

71Dialecte : est des Midlands.

72Longueur :

73Version A : 476 vers, la fin manque.

74Version B : 413 vers, le poème est incomplet (longueur originale : 630 vers).

75Version C : 468 vers.

76Les trois versions varient de manière importante.

77Analyse de la version A :

  • 9 Dans la version B, ajout d’un prologue de trois strophes.

781-5. Introduction : le narrateur propose à son public de l’écouter s’il veut connaître la cause des maux actuels de ce monde9.

796-210. Attaques du clergé.

806-30. La vérité (Truthe) devrait d’abord s’y trouver. Mais elle est interdite à Rome, alors que Simonie est bien accueilli (il est considéré comme un personnage masculin).

8131-36. Les archevêques et ses évêques qui devraient enquêter sur la vie du clergé, mènent eux-mêmes folle vie.

8237-39. Saint Thomas (Beckett) est loué.

8340-48. Les clercs qui servent deux seigneurs (dont le roi) sont attaqués.

8449-66. Viennent ensuite des évêques qui prennent de l’argent pour laisser faire ces pratiques ; les pauvres sont lésés.

8567-90. Le narrateur décrit la débauche des prêtres qui vont boire et ribauder avec leurs deniers.

8691-96. L’évêque est corrompu.

8797-101. Même un prêtre de bonne vie est vite remplacé par un fou.

88102-110. Les prêtres sont critiqués pour leur ignorance.

89111-120. Ils le sont à nouveau pour leur mode de vie.

  • 10 Après le vers 126, se trouve une strophe supplémentaire dans la version C (les références des vers (...)

90121-161. Le clergé régulier est à son tour attaqué. Il contrefait la chevalerie et laisse les pauvres mourir de faim. On le voit rarement en dévotion, il mène une vie d’oisiveté et de plaisir10.

  • 11 En C, strophes supplémentaires après les vers 174 et 191. La seconde porte sur les Hospitaliers.

91162-191. C’est ensuite le tour des Frères mendiants dénoncés pour leur convoitise11.

  • 12 En B, strophe supplémentaire après le vers 210 sur l’évêque.

92192-210. Les membres du consistoire se laissent corrompre12.

  • 13 Après le vers 240, quatre strophes ajoutées en B et C.

93211-240. Les médecins mentent et gagnent de l’argent malhonnêtement13.

94241-251. Les comtes et les barons devraient aller en Terre sainte.

  • 14 En C, strophe supplémentaire après le vers 270 ; en B, ajout d’une strophe après le vers 288.

95252-287. La chevalerie est tombée dans les ténèbres ; n’importe qui peut devenir chevalier14.

96288-293. Les juges, shérifs, maires et baillis détournent les taxes et volent les pauvres.

97294-299. Lors d’une guerre, beaucoup payent pour rester à la maison et tout le monde est lésé.

98300-317. Si le roi lève un impôt, les riches ne payent pas et les pauvres sont ruinés.

  • 15 Après le vers 336, strophe supplémentaire en C.

99318-336. Si le roi était bien conseillé, il trouverait la fortune proche de lui, chez les officiers15.

  • 16 Ajout de deux strophes en C après le vers 354 (généralisations sur la justice) ; en B, cinq strophe (...)

100337-354. Dans les cours de justice, les riches sont épargnés et les pauvres accablés16.

101354-372. Le commerce est perverti, et la vérité méprisée.

  • 17 Après le vers 405, ajout de quatre strophes en B, sur le même thème. De même après le vers 455·

102373-455. La méchanceté règne, les hommes sont devenus orgueilleux, et Dieu a envoyé la mort et la famine17.

  • 18 Une strophe supplémentaire à la fin de B.

103456-476. Dieu peut détruire le monde, mais chaque homme ignore que c’est à cause de son propre péché18.

104Éditions :

105Wright, Political Songs of England, p. 323-345 (version A).

106« On the Evil Times of Edward II, A New version from MS Bodley 48 », éd. T. W. Ross, Anglia, 75, 1957, p. 172-193 (version B).

107A Satire of Edward’s II England, éd. T. W. Ross, Colorado College Studies, 8, Colorado Springs, 1966 (comparaison des trois versions).

108*The Simonie, A Parallel Text Edition, éd. D. Embree et E. Urqhart, Heidelberg, 1991.

109Medieval English Political Writings, éd. J. Dean, op. cit., p. 193-212 (versions A et B mélangées).

6. Wynnere and Wastoure

110Auteur : Anonyme.

  • 19 Cette controverse a été résumée dans l’article de T. Turville-Petre, « Wynnere and Wastoure : When (...)

111Date : la date de ce poème est controversée19. Nous penchons pour une date proche de 1352, en accord avec Thorlac Turville-Petre.

112Manuscrit : Londres, British Library, Additional 31042, fol. I76b-183b.

  • 20 Les différentes conclusions sont résumées dans l’édition de S. Trigg, Oxford, 1990, p. xviii-xxi.

113Dialecte : les conclusions varient selon les érudits, car le dialecte est mélangé. Beaucoup s’accordent pour dire que celui du nord-est des Midlands domine20.

114Longueur : 503 vers ; la fin manque.

115Analyse : 1-30. Le narrateur, un homme de l’Ouest, évoque l’étrangeté du monde présent.

11631-69. Il annonce un conte. C’est en fait un rêve qu’il a eu un après-midi de promenade. Il se retrouve dans un paysage où deux armées sont prêtes à s’affronter.

11770-120. Au sommet d’une colline se trouve le roi ; un homme habillé en homme des bois tient sa bannière. Le roi demande à un chevalier de s’interposer entre les deux armées.

118121-201. Le héraut s’adresse alors aux deux armées, leur interdisant d’engager les hostilités. Il décrit ensuite les armées. Il évoque surtout la première, à travers ses bannières (notamment celles du pape, des ordres mendiants, des hommes de loi et des marchands).

119202-220. Les deux chefs viennent alors se mettre au service du roi et reconnaissent faire partie de sa maison. Le roi leur enjoint de se présenter.

120221-245. Le premier est Wynnere (Gagneur) qui se présente comme l’ami de Reson. Il attaque son adversaire, Wastoure (Gaspilleur). Son gaspillage et son orgueil, dit-il, causeront la ruine du pays.

121246-262. Wastoure lui répond en le comparant à un marchand avare qui néglige les pauvres.

122263-293. Wynnere continue son accusation en associant Wastoure au gaspillage l’orgueil, la gloutonnerie, la luxure. Il l’accuse également de semer le désordre.

123294-323. Wastoure arguë alors de la nécessité de la dépense (qui plaît à Dieu) et reprend le thème des pauvres. Il condamne ensuite tout ce qui représente une limitation aux excès. Puis il attaque la profession des hommes de loi.

124324-367. Wynnere tente alors de discréditer Wastoure en disant que seuls des ribauds mangent à sa table. Il décrit un banquet extravagant et le compare à la simplicité de sa propre pitance.

125368-391. Wastoure se présente ensuite comme un élément du maintien des hiérarchies sociales et économiques, alors que l’avarice de Wynnere provoque des dérèglements. Il affirme qu’il est normal que les seigneurs dépensent leurs richesses et promet une meilleure condition aux pauvres.

126392-422. Wynnere réplique en soutenant que les seigneurs ne pensent pas à l’avenir. Il évoque les temps anciens où ce n’était pas le cas. Puis, il tente de démontrer la perversité de ces dépenses et évoque la Vierge en exemple de pauvreté et d’humilité.

127423-453. Wastoure répond alors de manière contradictoire en défendant l’amour et les plaisirs.

128454-506. Le roi envoie Wynnere à la cour pontificale et Wastoure à Londres. Le premier devra revenir à l’appel du roi pour financer la guerre, l’autre doit encourager le commerce dans la cité. Le manuscrit s’arrête avant la conclusion.

129Éditions :

130A Good Short Debate Between Winner and Waster, éd. I. Gollancz, Londres, 1920, édition révisée M. Day, Londres, 1930.

131« A Critical edition of Winner and Waster », éd. K. Stern et M. Phil, Londres, 1973·

132*Wynnere and Wastoure, éd. S. Trigg, Oxford, 1990 (EETS o.s., 297).

133Turville-Petre, Alliterative Poetry, p. 38-66.

7. The Death of Edward III

134Auteur : Anonyme.

135Date : vers 1377.

136Manuscrits :

137Oxford, Bodleian Library, Eng. Poet. a.1. (Vernon), fol. 410b-411a.

138Londres, British Library, Additional 22283 (Simeon), fol. 132.

139Dialecte : Midlands.

140Longueur : 112 vers.

141Analyse :

1421-16. Ouverture sur la vanité de l’amitié et la rapidité de l’oubli.

14317-40. L’auteur évoque un navire (la chevalerie) et son gouvernail (Édouard III) qui résistent à toutes les tempêtes.

14441-48. Le navire est comparé à la chevalerie. Le poète évoque les victoires dans les campagnes françaises.

14549-72. La description du navire continue. Le roi est nommé : Édouard III. Son fils lui est associé, ainsi que le duc Henri de Lancastre.

14673-80. Le mât est comparé aux Communes et le vent qui pousse le navire aux prières.

14781-104. Le poète forme des espérances pour l’héritier, Richard II, qui n’est encore qu’un enfant.

148105-112. Le poète conseille aux seigneurs de se souvenir de ces deux preux (le roi et son fils).

149Éditions :

150*Robbins, Historical Poems, p. 102-105.

151Fourteenth Century Verse and Prose, éd. K. Sisam, Oxford, 19622, p. 157-160.

8. Piers Plowman

152Auteur : William Langland.

  • 21 Selon Anne Hudson cependant, cette version est plus tardive (« Piers Plowman and the Peasants Revol (...)
  • 22 Cf. Hanna, William Langland, op. cit., p. 11-17 ; Kerby-Fulton, « Piers Plowman », dans CHMEL, p. 5 (...)
  • 23 Piers Plowman : The Z Version, éd. A. G. Rigg et C. Brewer, Toronto, 1983.
  • 24 Voir notamment G. Kane, « The ‘Z Version’ of Piers Plowman », Speculum, 60, 1985, p. 910-930 ; R. H (...)
  • 25 Voir notamment R. Hanna, « On the Versions of Piers Plowman », dans Pursuing History, op. cit., p.  (...)

153Date : traditionnellement, trois versions sont distinguées, A, B et C. La version A date des années 1360, elle a peut-être été achevée vers 1367. La version B est terminée vers 138021. La version C date de la fin des années 1380, probablement après 138822. En 1983, Charlotte Brewer et Arthur Rigg ont affirmé que le début du texte présent dans le manuscrit Bodley 851 n’était pas une copie de la version A mais une version originale, intitulée Z, achevée vers 136223. Cette hypothèse a été très contestée24. Ce texte est plus probablement une version A considérablement retravaillée par un « éditeur ». Le schéma des trois (ou quatre) versions ne donne cependant qu’une idée incomplète de l’histoire textuelle du poème. Beaucoup s’accordent aujourd’hui sur le fait que cette histoire a évolué de manière continue25.

154Manuscrits :

1551. Oxford, Bodleian Library, Bodley 851, fol. 124-228, Z ou A+C.

1562. Cambridge, University Library, Dd 3.13, fol. 1-99, C.

1573. Dublin, Trinity College 212 (ex. D 4.1), fol. 1-89, C.

1584. Oxford, Bodleian Library, Eng. Poet. a.1. (Vernon), fol. 394b-402, A.

1595. Cambridge University Library, Dd 1.17, IIIe partie, fol. 1-30, B.

1606. Londres, British Library, Additional 10574, fol. 1-91, C+A+B.

1617. Oxford, Bodleian Library, Bodley 814, fol. 1-92, C+A+B.

1628. Cambridge, Trinity College B 15.17, fol. 1-130, B.

1639. Cambridge, Trinity College R 3.14, fol. 2-74, A+C.

16410. Oxford, Bodleian Library, Laud Miscellany 656, fol. 19b-114, C.

16511. Oxford, Bodleian Library, Digby 171, fol. 3-62, C.

16612. Londres, British Library, Cotton Vespasian B 16, fol. 6-95, C.

16713. Londres, British Library, Additional 34779, fol. 1-93, C.

16814. Londres, University Library V 88, fol. 1-126, C.

16915. San Marino, Huntington Library, HM 137, fol. 1-89, C.

17016. San Marino, Huntington Library, HM 143, fol. 1-106, C.

17117. Oxford, Bodleian Library, Laud Miscellany 581, fol. 1-93, B.

17218-18 bis. Oxford, Bodleian Library, Rawlinson Poetry 38, fol. 1-101, B et Lansdowne 398 (4 folios séparés par la suite).

17319. Londres, British Library, Additional 35157, fol. 17a-136a, C.

17420. Oxford, Corpus Christi College 201, fol. 1-93, B.

17521. Aberystwyth, National Library of Wales 733 B, fol. 1-88, A+C.

17622. San Marino, Huntington Library, HM 128, fol. 113-205a, B.

17723. Londres, Lincoln’s Inn 150, fol. 109-125, A.

17824. Cambridge, University Library, Additional 4325, fol. 3-83, C.

17925. Oxford, Bodleian Library, Digby 102, fol. 1-97, C.

18026. Londres, University Library, Sterling Library V17, fol. 1-97, C.

18127. San Marino, Huntington Library, HM 114, fol. 1-130, mélange.

18228. Londres, British Library, Cotton Caligula A XI, fol. 170-286, C+A+B.

18329. Oxford, University College 45, fol. 1-36, A.

18430. Cambridge, University Library, Ll 4.14, fol. 1-107b, B.

18531. Londres, British Library, Additional 35287, fol. 1-104, B.

18632. Oxford, Oriel College 79, partie I, fol. 1-88, B.

18733. Cambridge, Newnham College Yates-Thompson 4, fol. 1-104b, B.

18834. Cambridge, University Library Ff 5.35, fol. 49b-152a, B.

18935. Londres, British Library, Harley 6041, fol. 1-96a, A+C.

19036. Liverpool, University Library, F 4.8. (Chaderton), fol. 1-103, A+C.

19137. Londres, Library of the Society of Antiquaries 687, p. 471-549, A.

19238. Cambridge, Corpus Christi College 293, fol. 1-64, C.

19339. Londres, British Library, Harley 2376, fol. 1-124, C.

19440. Oxford, Bodleian Library, Douce 104, fol. 1-112, C.

19541. Oxford, Bodleian Library, Rawlinson Poetry 137, fol. 1-41, A.

19642. New York, Pierpont Morgan Library M 818, fol. 16-54, A.

19743. Londres, British Library, Harley 875, fol. 1-22, A.

19844. Ex-Eaton Hall, Duke of Westminster, fol. 1-78, A+C.

19945. Oxford, Bodleian Library, Ashmole 1468, fol. 307-78, A.

20046. Dublin, Trinity College 213 (ex. D 4.12), fol. 1-26a, A.

20147. Londres, British Library, Harley 3954, fol. 92a-123b, B+A.

20248. Oxford, Bodleian Library, Douce 323, fol. 102-140a, A.

20349. Cambridge, University Library Gg 4.31, fol. 1-101, B.

20450. Londres, British Library, Royal 18 B 17, fol. 14-122, C.

20551. Oxford, Bodleian Library, Digby 145, fol. 2-130a, A+C.

20652. Takamiya, ex-Sion College Arc L. 40, fol. 1-92, B.

207Analyse :

208L’analyse du poème se trouve dans la traduction que nous avons publiée en 1999 aux Publications de la Sorbonne, Paris. En voici cependant un résumé (version B), pour la commodité du lecteur.

– Première vision

209Prologue. Le narrateur s’endort et se retrouve dans un champ où se trouvent divers membres de la société, qu’il décrit (I-III et 211-231). Il assiste également à une fondation idéale de la royauté (112-210).

210Passus I. Holy Chirche (Sainte Église) apparaît et entreprend d’expliquer au narrateur la signification de sa vision (1-70). Elle fait ensuite un long sermon, centré sur les notions de Truthe (Vérité) et de Love (71-209).

211Passus II. Le narrateur demande comment reconnaître le vrai du faux. Holy Chirche lui répond en dénonçant Mede (Rétribution), puis disparaît (1-51). Il assiste alors au mariage de Mede et de Fals (Fausseté), ce qui est l’occasion de nouvelles critiques sociales (52-188). Le mariage est contesté et l’affaire est portée devant le roi par Conscience, mais seule Mede se retrouve à Westminster (189-237).

212Passus III. Beaucoup de gens offrent leur soutien à Mede : des juges, des clercs, un frère qui la confesse et des maires (1-100). Le roi la sermonne et lui propose d’épouser Conscience, mais celui-ci refuse. S’ensuit alors un débat entre lui et Mede qui se termine par la défaite de cette dernière (101-353).

213Passus IV. Reson arrive à la cour, alors que Pees (Paix) se plaint au roi des agissements de Wrong (Mauvais, 1-60). Celui-ci est mis en procès (61-112). Reson prononce un discours contre Wrony et Mede. Le roi prend son parti et celui de Conscience et les prend comme conseillers (113-195).

– Deuxième vision

214Passus V. Reson prononce un sermon dans un champ (1-60). S’ensuit la confession des sept péchés capitaux et de Robert le Voleur (60-477), quise termine par un discours de Repentaunce (478-506). La foule souhaite alors partir en pèlerinage et Piers Plowman lui indique le chemin pour trouver Truthe (507-642).

215Passus VI. Piers veut labourer son champ avant de partir et indique à chacun ses différents devoirs (1-77). Il fait ensuite son testament (78-104). Mais le labour est gâché par des parasites et Piers doit faire intervenir Hunger (Faim). À son départ pourtant, rien n’est résolu (105-330).

216Passus VII. Truthe envoie un pardon à Piers. Sont énumérés ceux qui y sont inclus et exclus (1-104). Piers se querelle ensuite avec un prêtre à ce propos et déclare qu’il va partir en pèlerinage (105-143). Le narrateur se réveille et s’interroge sur le sens des rêves, puis sur Dowel (Bien-Faire, 144-201).

– Troisième vision

  • 26 Will est un prénom, mais le ternie signifie aussi la volonté.

217Passus VIII. Will26, le narrateur, rencontre deux frères mendiants et les interroge sur Dowel (3-62). Il s’endort et rencontre Thought (Pensée), qui lui fournit une première explication sur la question (63-114). Désireux d’en savoir plus, il s’en va à la rencontre de Wit (Entendement, 115-129).

218Passus IX. Wit discourt sur le château où se trouve Dowel, puis sur Kynde (Nature) et Inwit (Sens intérieur, 1-94). Il donne ensuite sa propre définition de Dowel, en insistant sur la place du mariage (95-207).

219Passus X. La femme de Wit, Studie, critique Wit et Will, puis disserte sur la connaissance et ses différents aspects (1-217). Will va ensuite voir Clergie qui évoque Dowel et critique le clergé (218-328). Scripture, sa femme, intervient alors sur la question du salut des riches et sur le baptême, ce qui rend Will fort perplexe (329-374).

220Passus XI. Will se retrouve dans un rêve dans le rêve, avec Fortune et ses amies. Il mène une vie de pécheur (1-58). Une fois vieux, Fortune le délaisse ainsi que son confesseur, un frère mendiant (59-106). Scripture sermonne Will (107-139). Trajan apparaît alors et discourt sur son cas, sur l’amour, sur les pauvres et sur l’ignorance du clergé (340-318). Kynde montre alors le monde à Will, qui en discute ensuite avec Reson ; il se « réveille » et il est tancé par Ymaginatif (339-439).

221Passus XII. Ymaginatif reproche d’écrire à Will, qui s’en justifie (1-28). Il discourt alors sur divers sujets : Dowel, la grâce, la connaissance et Kynde (29-295).

– Quatrième vision

222Passus XIII. Après s’être réveillé puis rendormi, Will est invité par Conscience à un banquet. Sont présents Clergie, un docteur, puis Patience. Ils discutent sur Dowel (3-378). Conscience annonce qu’il part avec Patience et Will les suit (379-239). Ils rencontrent Haukyn, qui leur raconte sa vie. Ils découvrent alors son manteau taché de péchés, qu’Haukyn énumère (220-459).

223Passus XIV. Patience et Conscience tentent de convaincre Haukyn des bienfaits de la contrition et de la foi (3-96). Ils discutent ensuite de la richesse et de la pauvreté. Patience fait l’éloge de cette dernière (97-339). Haukyn se lamente et Will se réveille (320-332).

– Cinquième vision

224Passus XV. Will se rendort et rencontre Anima qui explique ses différents noms et reproche à Will son orgueil par rapport à sa volonté de tout savoir (3-69).

225Anima entame alors une critique du clergé, puis évoque longuement Charite (70-317). Il reprend ensuite sa diatribe contre le clergé (318-610).

226Passus XVI. Anima revient sur Charite, ce qui plonge Will dans un second rêve intérieur. Piers y intervient. S’ensuit une allégorie complexe sur l’arbre de charité, qui se transforme en arbre de la Trinité (1-89). La vie et la passion du Christ sont narrées une première fois (90-166). Will se « réveille » et rencontre Abraham-Feith qui cherche le Christ et discourt sur la Trinité (167-275).

227Passus XVII. Will rencontre Spes (Moïse) qui cherche également le Christ (1-48). Puis il croise le Samaritain qui l’éclaire sur Feith et Spes, puis sur la Trinité et sur la miséricorde. Il s’en va et Will se réveille (49-353).

– Sixième vision

228Passus XVIII. Will se rendort et rêve de la Passion, sous forme de tournoi (1-109). Il descend ad inferna et rencontre Mercy, Truthe, puis Pees et Rightwisnesse (Justice) qui discutent sur l’arrivée du Christ. Book apparaît ensuite (110-259). Le Christ arrive en enfer et défait Lucifer. C’est l’apothéose et Will se réveille (260-434).

– Septième vision

229Passus XIX. Will se rendort et voit une nouvelle fois la Passion, expliquée cette fois par Conscience (1-199). Grace apparaît, distribue ses dons et fonde Unite avec Piers et Conscience (200-336). Pride (Orgueil) arrive avec une armée ; Conscience et la foule se replient dans Unite (337-393). Mais certains remettent en cause les vertus cardinales. Will se réveille (394-485).

– Huitième vision

230Passus XX. Will rencontre Nede puis se rendort (1-50). Il voit l’Antéchrist et son armée marcher contre Unité, malgré l’intervention dévastatrice de Kynde. Will rentre alors dans Unité (51-330). Le frère Penetrans Domos s’introduit dans la forteresse et parvient à la miner. Conscience décide alors de partir à la recherche de Piers (331-387).

  • 27 Voir ci-dessus, introduction, p. 23.

231Éditions : Elles sont extrêmement nombreuses et les principales sont données en bibliographie. L’édition de référence est actuellement celle qui a été dirigée par George Kane, bien qu’elle soit controversée27. L’édition parallèle d’Aubrey Schmidt est très utile, même si le volume de notes et de commentaires n’est pas encore paru. Il faut également mentionner le projet d’édition électronique, qui vise à éditer tous les manuscrits du poème sur CD-ROM. Pour l’heure, un seul manuscrit a été édité, l’Oxford Corpus Christi College 201 (F).

9. Pierce the Ploughman’s Crede

232Auteur : Anonyme.

233Date : vers 1394 selon Helen Barr.

234Manuscrits :

235Londres, British Library Harley 78, fol. 3a (v. 172-207).

236Londres, British Library Royal 18b 17, fol. 1-13.

237Cambridge, Trinity College R. 3 15.

238Dialecte : sud-ouest des Midlands.

239Longueur : 850 vers.

240Analyse :

2411-28. Le narrateur n’arrive pas à connaître le Credo et il s’en inquiète. Il décide de partir à la recherche de quelqu’un qui soit susceptible de le lui enseigner.

24229-33. Il se tourne d’abord vers les frères mendiants. Chaque fois, il va leur poser la même question.

24334-97. Il rencontre d’abord un frère mineur qui entreprend une attaque virulente des Carmes, notamment de leur luxure et leur avidité. Il s’interroge même sur la validité de leur fondation.

24498-134. Le narrateur exprime sa déception et lui repose sa question. Le frère lui répond en se lançant dans une apologie de son propre ordre, et en énumérant les dons faits par les laïcs.

245135-154. Le narrateur médite sur ce qu’il vient d’entendre et s’étonne des contradictions du frère. Il se tourne vers un frère prêcheur.

246155-218 : Il arrive dans un couvent, qu’il décrit en détail. Il s’étonne de sa magnificence.

247219-242. Il trouve finalement un dominicain en train de manger sans retenue. Il l’interroge en précisant qu’un augustin ne lui a pas répondu à ce sujet.

248243-255. Après avoir critiqué les Augustins, il fait à son tour l’éloge de son ordre en se vantant notamment de sa connaissance.

249256-279. Le narrateur l’avertit de la vanité de son orgueil et s’en va voir un augustin.

250280-305. Le frère augustin se lance dans une attaque des Mineurs qui ne pensent qu’au profit, et qui surtout sont hypocrites.

251306-332. Il fait l’apologie de son ordre, et lui fait la même proposition que le frère mineur (faire des dons en échange de son absolution).

252333-351. Le narrateur le quitte, se fait des réflexions amères et part à la recherche des Carmes. Il en trouve deux dans une taverne.

253352-382. Un d’entre eux attaque les Dominicains sur leur orgueil et leurs collusions avec le pouvoir.

254383-397. Il fait lui aussi l’apologie de son ordre.

255398-417. Le narrateur leur dit qu’il n’a rien à leur donner et les deux carmes le lui reprochent.

256418-442. Le narrateur s’en va, déçu. Il rencontre un laboureur, pauvrement habillé, avec sa femme et ses enfants.

257443-454. Le laboureur lui demande la raison de ses plaintes. Il la lui donne.

258455-471. Le laboureur se lance dans une attaque contre les quatre ordres de frères.

259472-481. Le narrateur lui demande son nom (Peres) et le prie de l’instruire.

260482-670. Peres se lance dans une longue diatribe aux accents wycliffites contre les ordres mendiants. Il souligne particulièrement leur hypocrisie, leur avidité et leur orgueil. Ce sont des serviteurs du diable. Il poursuit sur leur mendicité, leur mauvaise cure des âmes et leur intolérance (notamment par rapport aux wycliffites persécutés).

261671-678. Le narrateur lui demande pourquoi il est si dur et si d’autres membres du clergé ne méritent pas également des critiques.

262679-790. Peres répond en justifiant sa critique et en notant que le reste du clergé a été influencé par les frères. Il évoque à nouveau leur hypocrisie, ainsi que les autres thèmes qu’il a déjà abordés.

263791-850. Le narrateur demande à Peres de lui apprendre le Credo, ce qu’il fait. Son Credo correspond plus ou moins à celui des lollards.

264Éditions :

265Pierce the Ploughamns Crede, Londres, R. Wolfe, 1553,1561.

266Pierce the Ploughamns Crede, Londres, O. Rogers, 1561.

267Pierce the Ploughman’s Crede, éd. W. W. Skeat, Londres, 1867 (EETS, o.s., 30).

268Six Ecclesiastical Satires, éd. J. Dean, Kalamazoo, 1991 (TEAMS), p. 1-50.

269*Barr, Tradition, p. 59-98.

10. Richard the Redeless

270Auteur : Anonyme.

  • 28 H. Barr, « The Dates of Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger », Notes & Queries, 235, 19 (...)

271Date : vers 1399-1400 selon Helen Barr28.

272Manuscrit : Cambridge, University Library Ll 4.14.

273Dialecte : sud-ouest des Midlands.

274Longueur : 856 vers allitératifs, la fin manque.

275Analyse :

  • 29 Les vers 1-84 sont considérés comme un prologue dans les éditions les plus anciennes.

276Passus I29

2771-22. Le narrateur commence par exposer la rivalité entre Richard II et Henry IV, en faisant une allusion à l’accession au pouvoir de ce dernier.

27823-87. Il se propose d’écrire un traité pour réconforter le roi déchu - et surtout le conseiller. Il assure son auditoire que son but est la réforme. Il se justifie longuement et assure le roi de sa loyauté.

27988-96. Il attaque Richard et le fait qu’il a été bien mal conseillé.

28097-118. Il fait la liste des crimes du roi et de ses favoris.

281119-135. Il décrit le couronnement, ce qui l’amène à évoquer la royauté idéale.

282136-162. À nouveau, il attaque les favoris et les mauvais conseillers.

283163-169. Il évoque la manière dont les Communes ont été trompées par le roi.

284170-201. Richard et sa suite ne se sont pas conformés à la nature de la royauté.

285Passus II

2861-25. Les largesses de Richard sont critiquées, notamment ses distributions de livrées.

28726-60. La critique est élargie aux barons.

28861-69. Les fidèles du roi sont décrits et l’image du corps du royaume est évoquée.

28970-76. Raison intervient et légitime les propos du narrateur.

29077-110. Le narrateur continue sur les méfaits des livrées et des maintenances ; il propose leur abolition.

291111-140. Il décrit les méfaits des hommes retenus par le roi.

292141-192. Le retour d’Henry a constitué une protection pour les opprimés. Il se venge sur les favoris de Richard.

293Passus III

2941-12. Richard est accusé d’avoir agi contre la loi naturelle.

29513-36. Le traitement des Lords Appellant par Richard est décrit.

29637-67. Il s’ensuit une allégorie du comportement des perdrix.

29768-115. À nouveau, la déposition de Richard et de l’arrivée d’Henry IV sont légitimées.

298116-206. Les conseillers de Richard, qui ont ruiné l’État par leurs extravagances, font l’objet de critiques. Ces dernières sont décrites, ainsi que d’autres défauts.

299207-239. Le narrateur conte ensuite le traitement déplorable de Wit (Sagesse) à la cour de Richard, et son expulsion.

300240-243. Il évoque la colère de Wit.

301244-304. Les mauvais sont châtiés et le bon gouvernement est présenté. 305-316. Le narrateur évoque les abus de la maintenance dans le système judiciaire.

302317-350. Puis vient la violation du système judiciaire par les hommes de Richard.

303351-370. Tout cela a entraîné la vengeance divine.

304Passus IV

3051-93. Satire du Parlement.

306Éditions :

307Piers Plowman C-Text, éd. W. W. Skeat, Londres, 1873 (EETS, o.s., 54).

308Mum and the Sothsegger, éd. M. Day et R. Steele, Londres, 1936 (EETS, o. s., 199).

309*Barr, Tradition, p. 99-135.

310Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger, éd. J. Dean, Kalamazoo, 2000 (TEAMS), p. 23-48.

11. Mum and the Sothsegger

  • 30 Voir l’édition de 1936.
  • 31 Cf. D. Embree, « Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger : A case of Mistaken Identity », N (...)
  • 32 Helen Barr pense qu’il n’y a qu’un seul auteur (« The relationship », art. cité, passim) ; selon Fr (...)

311Auteur : Anonyme. Auparavant, Richard the Redeless et Mum and the Sothsegger étaient considérés comme deux fragments d’un même poème30. Aujourd’hui, beaucoup s’accordent pour penser que ce sont bien deux poèmes séparés, ce à quoi nous souscrivons31. Des controverses persistent encore sur le fait de savoir si nous avons affaire à un seul auteur ou à deux auteurs différents32.

312Date : peu après 1409.

313Manuscrit : Londres, British Library, Additional 41666 (1430-60).

314Dialecte : sud-ouest des Midlands.

315Longueur : 1751 vers, mais le début et la fin manquent.

316Analyse :

3171-28. Le fragment s’ouvre par une description des bons officiers du roi et de la manière dont ils doivent protéger le royaume des corrompus ; ils doivent prendre soin des pauvres.

31829-71. Le problème des hommes retenus et des officiers qui ne disent pas la vérité est ensuite évoqué. Le diseur de vérité est rare.

31972-95. Défense de la poésie critique.

32096-102. Le narrateur entreprend sa recherche du diseur de vérité.

321103-113. Un clerc s’adresse au narrateur et suggère que de telles personnes sont rares.

322114-205. Le narrateur s’étonne de ce fait, en mentionnant toutefois qu’il faut être prudent lorsque l’on veut dire la vérité au roi. Certains l’ont dite, mais ils en sont morts (152-70).

323206-231. La maisonnée royale est critiquée, mais le roi est loué.

324232-242. Mum intervient et raille le narrateur, qui est embarrassé.

325243-262. Mum se présente et fait son propre éloge, c’est-à-dire celui de la flatterie. Il conseille au narrateur de le suivre.

326263-276. Ce dernier répond, indigné, qu’il n’en est pas question.

327277-327. Mum disparaît, laissant le narrateur dans une certaine confusion sur la voie à suivre. Il décide alors d’aller chercher des réponses auprès du clergé, et se rend dans les villes universitaires.

328328-353. Il s’adresse aux Arts libéraux, qui ne lui fournissent pas de réponse satisfaisante.

329354-391. Il se tourne vers un docteur de l’université, qui ne fait guère mieux.

330392-535. Lorsque vient le tour des frères mendiants, surgit une critique acerbe.

331536-552. Le narrateur visite les moines qui ont rejeté la pauvreté.

332553-595. Les clercs des églises cathédrales ne tranchent pas la question, mais font notamment preuve de gloutonnerie.

333596-621. Un prêtre donne un sermon sur la dîme.

334622-673. Le narrateur continue sa recherche de prêtres et de prélats, mais il ne trouve que des alliés de Mum. Il fait lui aussi un sermon sur le bon emploi de la dîme.

335674-700. Mum intervient et l’avertit du danger qu’il y a à critiquer le clergé. Il lui redit à nouveau la vanité de sa quête.

336701-712. Le narrateur rappelle que les prêtres sont charitables par nature.

337713-766. Mum prononce alors un curieux discours où il avoue lui-même son hypocrisie.

338767-774. Le narrateur répond en montrant sa surprise.

339775-787. Mum lui conseille d’aller voir les laïcs.

340788-800. Le narrateur s’exécute, mais il est à nouveau déçu.

341801-840. Il voit la corruption du maire, de l’administration locale.

342869-868. Le narrateur en vient à se dire que Mum avait raison.

343869-943. Il s’endort et se met à rêver. Suit une description détaillée d’un paysage merveilleux et de la vie de la nature, miroir du bon gouvernement.

344944-975. Il arrive dans un jardin et rencontre un digne vieil homme, apiculteur.

345976-1055. Ce dernier prononce un discours sur son action, puis sur la perfection de la vie des abeilles.

3461056-1086. Les deux personnages discutent à ce sujet.

3471087-1110. Le narrateur demande à l’apiculteur de l’éclairer sur ce qui le tracasse : le problème de Mum et du diseur de vérité.

3481111-1217. L’apiculteur, dans sa réponse, dénonce Mum et les conséquences de son pouvoir sur la société.

3491218-1287. Pour lui, la vérité et le diseur de vérité sont dans le cœur de l’homme. Il conseille au narrateur de faire un livre sur la question.

3501288-1334. Le narrateur se réveille, médite les paroles du vieillard ; il lui donne raison.

3511335-1347· Le narrateur repart en quête des nobles et du roi. Il a pris un sac de livres qui avait été volé par Mum et ses fidèles, l’ouvre devant le roi. Suit une description des documents de la pratique qui révèlent les critiques des maux des temps.

3521348-1387. Les uns concernent les évêques et les prêtres.

3531388-1488. Un autre document concerne les communes. À ce propos, le narrateur évoque l’histoire de Gengis Khan.

3541489-1625. Un autre critique les écuyers et les nobles qui dépossèdent les pauvres et pervertissent la justice.

3551626-1683. L’appropriation par la noblesse des revenus dus au roi est critiquée.

3561684-1722. Critique des riches en général.

3571723-1733. Attaque de ceux qui interprètent les prophéties.

3581734-1751. À nouveau, le clergé est critiqué.

359Éditions :

360Mum and the Sothsegger, éd. M. Day et R. Steele, op. cit., p. 27-78.

361*Barr, Tradition, p. 135-202.

362Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger, éd. J. Dean, op. cit., p. 83-136.

12. The Crowned King

363Auteur : Anonyme.

364Date : vers 1415.

365Manuscrit : Oxford, Bodleian Library Douce 95, fol. 4a-6a.

366Dialecte : sud de l’Angleterre.

367Longueur : 144 vers.

368Analyse :

3691-10. Adresse au Christ.

37011-28. Le narrateur annonce son rêve, survenu au cours d’un voyage.

37129-34. Il se retrouve dans un paysage de collines et de vallées et voit une multitude.

37235-41. C’est un Parlement qui accorde un subside extraordinaire au roi. 42-50. Un clerc s’adresse au roi et lui demande s’il peut le conseiller. Le roi accepte.

– Discours du clerc

37351-81. Le roi doit, par un bon gouvernement, chercher à gagner l’amour de ses sujets.

37482-126. Il doit se garder des flatteurs, mais chérir ceux qui le servent justement et qui sont dignes de confiance.

375127-144. Il ne doit pas faire preuve de convoitise mais, encore une fois, veiller au bien-être de son peuple.

376Éditions :

377Piers Plowman C-Text, éd. W. W. Skeat, Londres, 1873 (EETS, o. s., 54).

378Robbins, Historical Poems, p. 227-231.

379– *Barr, Tradition, p. 203-210.

Notes

1 Robbins, Historical Poems, p. 249 ; Coleman, Medieval readers and writers, op. cit., p. 63.

2 Wright, Political Songs, p. liii ; Maddicott, « Poems of Social Protest in Early Fourteenth Century », art. cité, p. 132.

3 Wright, Political Songs, p. 1. Sur le poème latin, voir R. H. Hilton, « A Thirteenth Century Poem on Disputed Villein Services » (1941), dans Id., Class, Conflict and the Crisis of Feudalism, Londres, 1985, p. 108-113.

4 Les éditions publiées dans cette série sont disponibles sur Internet (www.lib.rochester.edu/camelot/teams/tms.menu.htm).

5 Scattergood, « The ‘Lewed’ and the ‘Lered’ : A Reading of Satire on the Consistory Courts », art. cité, p. 28.

6 Anglo-Norman Political Songs from Harley 2253, éd. I. Aspin, Oxford, 1953, p. 90.

7 Ibid., p. 83-86.

8 The Simonie, éd. D. Embree et E. Urqhart, Heidelberg, 1991, p. 22-23.

9 Dans la version B, ajout d’un prologue de trois strophes.

10 Après le vers 126, se trouve une strophe supplémentaire dans la version C (les références des vers sont celles de la version A).

11 En C, strophes supplémentaires après les vers 174 et 191. La seconde porte sur les Hospitaliers.

12 En B, strophe supplémentaire après le vers 210 sur l’évêque.

13 Après le vers 240, quatre strophes ajoutées en B et C.

14 En C, strophe supplémentaire après le vers 270 ; en B, ajout d’une strophe après le vers 288.

15 Après le vers 336, strophe supplémentaire en C.

16 Ajout de deux strophes en C après le vers 354 (généralisations sur la justice) ; en B, cinq strophes supplémentaires, qui développent le thème de la justice.

17 Après le vers 405, ajout de quatre strophes en B, sur le même thème. De même après le vers 455·

18 Une strophe supplémentaire à la fin de B.

19 Cette controverse a été résumée dans l’article de T. Turville-Petre, « Wynnere and Wastoure : When and Where ? », dans Loyal Letters, Studies on Medieval Alliterative Poetry and Prose, éd. L. A. Harwen et A. A. McDonald, Groningen, 1994, p. 155-166.

20 Les différentes conclusions sont résumées dans l’édition de S. Trigg, Oxford, 1990, p. xviii-xxi.

21 Selon Anne Hudson cependant, cette version est plus tardive (« Piers Plowman and the Peasants Revolt, A Problem Revisited », art. cité, p. 85-106).

22 Cf. Hanna, William Langland, op. cit., p. 11-17 ; Kerby-Fulton, « Piers Plowman », dans CHMEL, p. 515-516.

23 Piers Plowman : The Z Version, éd. A. G. Rigg et C. Brewer, Toronto, 1983.

24 Voir notamment G. Kane, « The ‘Z Version’ of Piers Plowman », Speculum, 60, 1985, p. 910-930 ; R. Hanna, « MS Bodley 851 and the Dissemination of Piers Plowman », dans Pursuing History, op. cit., p. 195-202 ; Kerby-Fulton, « Piers Plowman », op. cit., p. 515-520.

25 Voir notamment R. Hanna, « On the Versions of Piers Plowman », dans Pursuing History, op. cit., p. 203-243 ;C. D. Benson, « Another Fine Manuscript Mess : Authors, Editors and Readers of Piers Plowman », dans New Directions in Later Medieval Manuscripts, op. cit., p. 203-243 ; Kerby-Fulton, « Piers Plowman », op. cit., p. 517-520.

26 Will est un prénom, mais le ternie signifie aussi la volonté.

27 Voir ci-dessus, introduction, p. 23.

28 H. Barr, « The Dates of Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger », Notes & Queries, 235, 1990, p. 270-275.

29 Les vers 1-84 sont considérés comme un prologue dans les éditions les plus anciennes.

30 Voir l’édition de 1936.

31 Cf. D. Embree, « Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger : A case of Mistaken Identity », Notes & Queries, 220,1975, p. 4-12 ; H. Barr, « The relationship of Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger », Yearbook of Langland Studies, 4, 1990, p. 105-133.

32 Helen Barr pense qu’il n’y a qu’un seul auteur (« The relationship », art. cité, passim) ; selon Franck Grady, il y aurait bien deux écrivains différents, mais sa démonstration est moins convaincante (« The Generation of 1399 », art. cité, note 9, p. 205).

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540