Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

La diffusion d'un modèle ?

La barricade : un objet et un symbole absents de l'histoire de la Suisse

Marc Vuilleumier

Texte intégral

1Que la barricade soit inséparable des journées révolutionnaires du xixe siècle en France, qu'elle appartienne à leur image et soit devenue le symbole des valeurs au nom desquelles luttaient les insurgés paraît incontestable.

2En va-t-il de même pour les autres pays ? Chacun, bien sûr, pense aux barricades de mars 1848 à Vienne, Berlin, Milan... Mais ont-elles acquis la même valeur symbolique que celles dont Delacroix nous a laissé le souvenir ? Et puis il y a les pays qui n'ont pas connu d'événements analogues à ceux des capitales et grandes villes européennes en 1830 et 1848...

  • 1 Ruffieux R., « Guillaume Tell au rebut ou l'histoire suisse contestée », Annuaire de la Nouvelle S (...)

3Parmi eux, la Suisse, qui, de surcroît, paraît ne pas même avoir de tradition révolutionnaire et où la symbolique de la barricade ne semble jouer aucun rôle. Pourtant cette apparence a quelque chose de trompeur, car le pays a connu ses périodes d'agitation, de guerres civiles et de révolutions. Cependant leur souvenir est souvent estompé, voire même gommé de la mémoire collective. En effet, ceux qui la forment ont, depuis longtemps, pour des raisons politiques que les historiens commencent à analyser, privilégié ce qui était continuité, manifestation d'unité et d'unanimité au détriment des ruptures, des luttes civiles et des événements qui ont ou auraient pu conduire à une mise en cause de l'unité nationale1.

  • 2 Ces dernières années, un groupe d'historiens a organisé plusieurs rencontres consacrées à la Répub (...)
  • 3 La place de ces mouvements dans l'histoire européenne est trop souvent perdue de vue par les histo (...)

4Typique à cet égard est la réticence qu'ont longtemps éprouvée les historiens suisses à l'égard de la République helvétique de 1798-1803, qui n'a commencé à s'estomper que ces toutes dernières années2. Il en va de même des luttes politiques du xixe siècle où, à la suite de mouvements populaires pacifiques généralement mais qui connurent quelques épisodes qui le furent moins, toute une série de petites révolutions cantonales libérales, puis radicales modifièrent le paysage politique de la Confédération et culminèrent dans la guerre civile du Sonderbund, en 1847. Celle-ci peut être considérée à la fois comme l'une des premières révolutions européennes de 1848 et comme la date de naissance de la Suisse moderne, puisque la Constitution dont elle permit l'adoption, en 1848, a subsisté pour l'essentiel jusqu'à nos jours3.

  • 4 Bichsel P., Des Schweizers Schweiz, Zurich, 1969, p. 17. Traduction française ; La Suisse du Suiss (...)

5Or toute cette histoire, étudiée par les spécialistes, demeure inconnue du grand public et a été souvent délaissée par les historiens contemporains. Comme le relevait l'écrivain Peter Bichsel, en 1969 déjà, la démocratie, nous en sommes redevables aux « libéraux de la première moitié du xixe siècle. C'est à eux que je dois mes libertés personnelles (...). Mais ils n'ont point d'héritiers. Personne ne se réfère à 1848. On se réfère, aujourd'hui comme hier, à l'esprit de 1291 », date retenue comme celle de la fondation de la Confédération4.

  • 5 Marchal G., Mattioli A. (dir.), Erfundene Schweiz-La Suisse imaginée. Bricolages d'une identité na (...)

6En effet, ce ne sont pas des images relatives aux révolutions du siècle dernier qui servent de référence et de légitimation à l'Etat d'aujourd'hui et aux partis qui le gouvernent, ce sont celles de Guillaume Tell, de Winkelried et autres figures légendaires de la Suisse héroïque. Plus de vingt-cinq ans après la parution de son ouvrage cité plus haut, Bichsel a pu, récemment, reprendre presque sans changement ses propos d'alors. Certes les historiens sont devenus plus critiques ; les médiévistes, par exemple, ont publié toute une série de travaux qui, non seulement s'en prennent aux mythes de la Suisse primitive, mais encore s'attachent à montrer comment ils se sont constitués au cours des siècles et quelles fonctions leur ont été dévolues5.

  • 6 Nos ancêtres les Waldstaetten. La Suisse centrale au xiiie siècle. Mythes et Histoire, Musée histo (...)

7Toutefois l'opinion publique ne les a guère suivis, comme en témoignent, même en Suisse romande, pourtant éloignée géographiquement et linguistiquement du « berceau de la Confédération », les réactions qu'a suscitées une exposition récente intitulée, par référence à la phrase célèbre d'un manuel autrefois utilisé dans les colonies françaises : « Nos ancêtres les Waldstaetten »6.

  • 7 Miéville D.S., « Redécouvrir notre histoire », Journal de Genève, 2 mars 1995. Ce quotidien, qui a (...)

8La remise en cause des mythes fondateurs n'est d'ailleurs que l'expression particulière d'un phénomène plus général : la fin de ce qu'on peut appeler l'isolationnisme suisse, ce qui mériterait naturellement de plus amples développements. D'où la proposition du gouvernement fédéral de célébrer officiellement, dans trois ans, à la fois le bicentenaire de la République helvétique et le cent-cinquantième anniversaire de la Constitution de 1848, dont l'adoption est due aux mouvements populaires de 1830 à 1846 et à la guerre civile du Sonderbund. « Ce devra être pour la Suisse l'occasion de se réapproprier sa propre histoire », espère l'éditorialiste d'un quotidien plutôt réputé pour son conservatisme. Après avoir relevé « l'extraordinaire éclipse de la mémoire collective sur un large pan de l'histoire suisse », il ajoute : « Ce sont même des siècles qui ont disparu de notre conscience, par les vertus d'un formidable télescopage temporel où la Suisse de 1291 accouche de la Confédération de 1939 et Guillaume Tell engendre le général Guisan. Nous célébrons des mythes fondateurs qui n'ont une réelle résonance que pour une partie du peuple suisse et nous faisons l'impasse sur la majeure partie des deux siècles de notre histoire où s'inscrit véritablement la trame d'une volonté, d'une ambition et d'un destin commun ». Les célébrations de 1998 devraient servir à « faire réapparaître dans notre inconscient collectif l'image d'une Suisse en constant rapport dialectique avec son environnement européen, qui vivait et vibrait tout au long du xixe siècle au même rythme que les autres peuples. Les révolutions libérales des années 30 dans plusieurs cantons n'étaient que les échos des événements similaires qui éclataient un peu partout en Europe et le triomphe des libéraux en 1848 le prélude aux révolutions avortées cette année-là dans tout le continent. C'est aussi l'image d'une Suisse terre d'asile en même temps que d'émigration, entreprenante, curieuse, ouverte au monde et à ses influences »7.

9Pour en revenir à nos barricades, il ne s'agit pas seulement de rappeler qu'à divers moment de son histoire la Suisse a connu des périodes révolutionnaires, il faut aussi déterminer si, au cours de celles-ci, on a réellement érigé des barricades et si, durant un certain temps tout au moins, la mémoire s'en est conservée. Dans ce cas, il s'agit de voir si c'est leur image qui a véritablement symbolisé le souvenir de l'événement au cours duquel elles avaient été érigées.

  • 8 Böning H., Revolution in der Schweiz. Das Ende der Alten Eidgenossenschaft. Die Helvetische Republ (...)

10Une première constatation s'impose : de l'Ancien Régime au xixe siècle, de la Guerre des Paysans de 1653 aux mouvements des années 1830 et 1840, en passant par la Révolution helvétique de 1798, presque tous ces événements sont le fait des campagnes contre les villes privilégiées. En effet, sous l'Ancien Régime, Berne, Zurich, Bâle, Fribourg, Soleure, Schaffhouse, etc. constituent des espèces de seigneuries en nom collectif qui dominaient les campagnes, les bourgades qui s'y trouvent et souvent des villes de moindre importance dont les anciennes franchises ont été plus ou moins réduites quand ce n'est pas entièrement supprimées. Durant les premières semaines de 1798, ce sont les masses rurales, généralement dirigées par les élites bourgeoises des bourgades et petites villes, qui se soulèvent, plantent l'arbre de la liberté, réclament l'égalité avec les citadins et marchent souvent sur la capitale du canton, obligeant ainsi les autorités à capituler (Bâle, Zurich...). Ailleurs, on se libère sur place en renvoyant les baillis et autres agents de l'autorité. D'autres contrées, soumises aux républiques montagnardes et paysannes de la Suisse centrale se libèrent de la même manière (Tessin). Tout cela avant même l'intervention française, qui écrasera la puissante république aristocratique de Berne, demeurée pour sa plus grande part à l'abri des soulèvements, exception faite du Pays de Vaud8.

11Inutile de dire qu'au cours de ces événements on ne construisit pas de barricades puisque les insurgés prenaient l'offensive contre les villes et que celles-ci, si elles avaient eu des velléités de résistance, n'auraient eu qu'à fermer leurs portes et à se défendre derrière leurs remparts.

  • 9 Mottaz E., Les Bourla-Papey et la Révolution vaudoise, Lausanne, 1903. Aucune étude d'ensemble plu (...)

12Il en ira de même des soulèvements « antiféodaux » et antifiscaux sous la République helvétique, dus aux tentatives de celle-ci pour faire payer les arriérés des impôts et des redevances féodales, non abolies mais dont une loi aurait dû permettre le rachat (campagne bâloise en 1800, Bourla- Papey vaudois qui brûlent les archives seigneuriales en 1802). Sous l'Acte de Médiation, les péripéties de la petite guerre du Bockenkrieg, sur la rive gauche du lac de Zurich, ne diffèrent du type précédent que par une part plus active des bourgades dans leur opposition aux mesures du nouveau régime qui a rétabli une grande partie des privilèges de la ville de Zurich et promulgué une loi sur le rachat des redevances féodales très défavorable aux paysans9.

  • 10 Cf. l'utile mise au point de J.-D. Candaux, « La Révolution genevoise de 1782 : un état de la ques (...)

13Une ville toutefois fait exception : Genève, république citadine alliée de la Confédération, qui ne règne que sur une campagne peu étendue, connaîtra un tout autre type de révolution, analogue à la Révolution française. Au cours des luttes politiques très vives du xviiie siècle, les familles patriciennes qui monopolisent le pouvoir s'opposent aux bourgeois qui en réclament leur part. A ces deux partis, les Négatifs et les Représentants, s'ajoute bientôt celui des Natifs, appelés ainsi parce qu'ils sont nés à Genève de parents étrangers ou eux-mêmes déjà natifs, qui ne jouissent pas des mêmes droits que les bourgeois. Aussi ceux-ci vont-ils défendre leurs propres privilèges contre les revendications d'égalité des Natifs, ce qui permettra aux patriciens de jouer sur l'opposition de leurs deux adversaires. Après le succès des Représentants en 1782, l'intervention conjointe de la France, de la Sardaigne et de Berne remet les Négatifs au pouvoir, supprime d'anciennes libertés et ouvre une période de réaction. Quand les troupes des trois Etats étaient arrivées devant la ville qu'elles avaient commencé à assiéger, le peuple était prêt à défendre les remparts, mais la menace de disette et l'écrasante supériorité des assaillants avaient incité les Représentants à capituler10.

  • 11 Fazy H., Genève de 1788 à 1792, Genève, 1917, avec une interprétation plus récente : Gür A., « L'é (...)

141789 débute à Genève par une petite émeute des subsistances, due à la cherté du pain, qui éclate dans le quartier de Saint-Gervais, sur la rive droite, les 26 et 27 janvier. Pour interdire l'entrée des rues aux forces du gouvernement, on y construit des barricades. Mais celles-ci ne demeurent pas l'apanage de l'émeute car, à son tour, le Conseil militaire en fait édifier par la troupe, afin d'empêcher un éventuel assaut de la colline de Saint-Pierre, sur la rive gauche, où se trouvent le siège du gouvernement et la plupart des demeures patriciennes11.

15La barricade a donc une signification ambiguë. Peu après, le gouvernement céda, abaissa le prix du pain, abolit les aspects les plus odieux des mesures de 1782, fit ratifier ses décisions par les citoyens, le 10 février, et organisa, à cette occasion, une grande fête de la réconciliation. C'était la fin du régime de réaction instauré sept ans plus tôt.

  • 12 Sur la Révolution genevoise, outre l'ouvrage cité à la note précédente, on se reportera aux travau (...)

16Par la suite, au cours de la Révolution, les mouvements populaires ne recourront plus à la barricade12. L'émeute des 13-15 février 1791, qui vit les sujets de la campagne essayer vainement de pénétrer en ville, tandis que les Natifs se livraient à diverses manifestations à l'intérieur de celle-ci, se heurtant à l'opposition conjointe des Négatifs et des Représentants, donna lieu à d'innombrables heurts, mais dans l'ensemble de la cité. Il en alla de même par la suite, ce qui s'explique facilement. Les cercles populaires, rebaptisés clubs à l'imitation de la France, étaient implantés dans toute la ville. L'un des plus célèbres, le club de la Grille, avait son siège sur le flanc de la colline de Saint-Pierre, à quelques minutes de l'Hôtel-de-ville, siège du gouvernement. De ce fait, la Révolution genevoise, au cours de ses différentes phases qui s'apparentent, d'une manière autonome, à celles de la Révolution française, ne recourra plus aux barricades.

  • 13 Dufour L., Un peuple heureux..., Genève, 1889, p. 3-4. - Vuilleumier M., « Traditions et identités (...)

17Par la suite, ce sera le souvenir même de cette révolution que l'on s'efforcera, non sans succès, de faire disparaître de la mémoire collective. Même les radicaux du xixe siècle, qui feront pourtant leur propre révolution, en 1846, éviteront de s'y référer. Quand, en 1889, lors du centenaire, l'archiviste d'Etat de Genève publia une brochure commémorative locale, il l'intitula ; « Un peuple heureux ou la réconciliation du 10 février 1789 à Genève », choisissant d'exalter, en contraste à l'émeute des subsistances de janvier et aux événements ultérieurs, cette date bénéfique qu'un « changement de scène provoqué par les lugubres échos de la Révolution française qui amenèrent bientôt la perte de notre indépendance a relégué au deuxième plan et mise dans un oubli injuste »13.

18Ce que nous avons écrit de l'Ancien Régime pourrait être répété pour le xixe siècle. Malgré la vigueur des luttes politiques de sa première moitié (le Tessin connaîtra encore divers troubles jusqu'en 1890, lorsque le gouvernement conservateur sera renversé par les radicaux), la barricade demeure exceptionnelle et ne prend aucun caractère symbolique. Comme auparavant, les mouvements populaires, même s'ils bénéficient de quelques sympathies dans les villes chefs-lieu, partent de la campagne et de ses bourgades et sont dirigés pour une part contre les privilèges des capitales cantonales rétablis partiellement par la Médiation et la Restauration.

19Certains aboutissent à de petites guerres civiles ; à Neuchâtel, en 1831, où le Jura industriel (La Chaux-de-Fonds, Le Locle) s'oppose au chef-lieu, siège du gouvernement et de l'aristocratie fidèle au roi de Prusse ; à Bâle, où la ville se refuse à céder ses prérogatives et où, de 1831 à 1833, une petite guerre oppose les forces de la campagne à celles de l'ancienne cité. Quand ces dernières s'emparent de Liestal, la capitale des « campagnards » sécessionnistes, elles sont accueillies par des coups de feu partis des maisons, mais les insurgés, s'ils ont bien planté un arbre de la liberté, ne semblent pas avoir érigé de barricades.

  • 14 Georges Andrey nous a aimablement signalé que lors d'une des insurrections campagnardes contre le (...)

20Même absence lors des troubles des subsistances, à vrai dire bien modestes, dans la ville de Berne, en octobre 1846, ou lors des expéditions de corps francs contre Lucerne, en 1844-1845. Durant la guerre du Sonderbund, les hostilités se déroulèrent presque exclusivement en rase campagne et ne donnèrent pas lieu à la construction de barricades. Peut-être qu'une étude systématique et détaillée de tous les troubles de la Suisse au xixe siècle permettrait de retrouver quelques épisodes où l'on en a tout de même édifié une ou deux mais, à l'exception de Genève, dont nous parlerons plus bas, ce seraient des phénomènes marginaux, que la mémoire collective a promptement oubliés et qui n'ont jamais acquis la moindre valeur symbolique14.

21Une étude des gravures d'époque, et plus particulièrement de celles des almanachs populaires, confirmerait cette affirmation. Si nous examinons, par exemple, celles du Schweizer Bilder-Kalender de 1834 à 1845, dues en grande partie à l'artiste soleurois Martin Disteli (1802-1844), un ardent radical, on y trouvera de nombreux thèmes en rapport avec les luttes d'alors, mais pas une seule barricade. L'artiste, qui, en tant que capitaine, a pris part, avec des volontaires soleurois, aux combats des libéraux bâlois de la campagne, en 1831, a représenté, avec son aisance habituelle et son sens des mouvements de foule, plusieurs épisodes des batailles de 1833, préférant sans doute illustrer les victoires des campagnards plutôt que leurs défaites de 1831, où il avait lui-même combattu. Quand il veut exalter le sentiment d'opposition aux privilèges urbains, il recourt à des épisodes de la Guerre des paysans de 1653.

  • 15 La plupart de ces gravures ont été souvent reproduites, soit dans les monographies et catalogues d (...)

22Mais les libéraux ne sont pas les seuls à mobiliser les foules de la campagne ; leurs adversaires retiendront la leçon. Les conservateurs, s'appuyant sur la piété populaire et exploitant les ressentiments des masses dont les intérêts ne sont pas pris en compte par les libéraux, réussissent à leur tour à soulever celles-ci. A Zurich, l'appel de David Friedrich Strauss comme professeur à l'Université sert à discréditer le pouvoir en le dépeignant comme un contempteur de la religion réformée. Bien qu'il eût aussitôt mis à la retraite l'auteur de la « Vie de Jésus » avant même qu'il eût rejoint son poste, le gouvernement ne put empêcher la mobilisation des paysans, qui entrèrent en armes à Zurich, le 9 septembre 1839, et s'y heurtèrent violemment à la troupe. Ces événements amenèrent l'effacement pour six ans du régime libéral. Dans le sud de l'Argovie, en 1841, une partie de la population se souleva, vainement d'ailleurs, contre la nouvelle Constitution, jugée contraire aux intérêts de l'Eglise romaine. A Lucerne, un pétitionnement de masse aboutit au renversement des libéraux (1841) et à l'installation d'un gouvernement conservateur qui fera par la suite appel aux Jésuites, geste qui sera à l'origine de la guerre du Sonderbund. Les masses populaires n'incarnent pas toujours les idées de liberté, d'égalité et de progrès... Dès lors la verve d'un Disteli et d'autres illustrateurs d'almanachs s'en prend à elles. Autant ses héros de la Guerre des paysans respiraient le courage, la noblesse morale, la dignité, que ce soit dans le combat ou dans les tourments que leur infligeaient leurs ennemis, autant le landsturm argovien qu'il représente marchant à la bataille sous la direction d'un capucin brandissant un crucifix paraît ridicule, avec ses soldats dépenaillés et improvisés. Il en va de même quand Disteli représente la foule désordonnée des paysans zurichois qui refluent en tous sens devant la charge des dragons (6 septembre 1839), brandissant les armes les plus diverses ou même un livre de piété15.

23Après ces luttes sanglantes, le temps fit son œuvre et l'oubli recouvrit bientôt ces épisodes que, d'un commun accord, les anciens adversaires réconciliés ne tenaient pas à rappeler (Bâle). Même à Neuchâtel qui connut une tentative de restauration royaliste en 1856, les événements de 1831 furent quelque peu occultés par la journée victorieuse du Premier Mars 1848, promue au rang de fête nationale (jusqu'à aujourd'hui), même si on continua à honorer les « martyrs de la liberté » qui avaient été emprisonnés et dont l'un était mort dans les geôles prussiennes.

  • 16 Il n'est pas possible de donner ici une bibliographie générale relative à ces mouvements. Outre le (...)

24Cependant, dans la majeure partie des cantons, les mouvements libéraux de la Régénération, durant les années 1830, de même que les poussées radicales des années 1840 se déroulèrent pacifiquement. Ils se caractérisent par d'immenses assemblées populaires (souvent plus de 10 000 personnes), tenues en plein air, pour faire pression sur les autorités. Toutes ces réunions ont lieu au voisinage de petites localités, plus ou moins distantes du chef-lieu, même quand il s'agit de cantons formés après 1798, où les privilèges de la ville sont moins ancrés dans la tradition et moins grands que dans les anciens cantons. La plupart du temps, la seule tenue de ces rassemblements, parfois précédés d'une série d'assemblées décentralisées, suffit à faire céder le gouvernement, qui accorde alors l'élection d'une Constituante. Parfois la manifestation donnera lieu à une marche contre le chef-lieu16.

25Cette forme d'appel au peuple sera d'ailleurs reprise par les conservateurs, comme nous l'avons vu pour Zurich en 1839 ; le 25 mars 1850, près du village de Münsingen, au sud de Berne, à la veille d'une élection ardemment disputée, conservateurs et radicaux de l'ensemble du canton tinrent deux immenses assemblées, à quelques centaines de mètres de distance. Malgré la passion du moment, les adversaires demeurèrent séparés et n'en vinrent pas aux mains, comme on le redoutait. De même, le 24 mai 1852, les conservateurs fribourgeois en lutte contre le gouvernement radical que leur avait imposé la défaite du Sonderbund rassemblent quelque 15 000 personnes à Posieux, à une douzaine de kilomètres du chef-lieu.

  • 17 Il serait intéressant de rechercher comment ces « journées » ont été intégrées dans les nombreux F (...)

26Ce sont ces immenses assemblées populaires qui, pendant longtemps, vont symboliser les mouvements libéraux et radicaux ou, à l'opposé, chez les conservateurs fribourgeois par exemple, l'opposition à la tyrannie radicale. Très tôt, le grand rassemblement populaire se ritualise, il se célèbre même. Deux ans après l'imposante manifestation des libéraux zurichois près d'Uster, le 22 novembre 1830, qui avait abouti à leur triomphe, ceux-ci reviennent sur les lieux pour fêter l'anniversaire. Mais, cette fois, une partie de leurs troupes leur échappe : malgré les appels des chefs, une foule de gens va incendier une grande filature qui venait d'installer quelques métiers à tisser mécaniques, dont toute cette région de vieille proto-industrialisation redoutait l'extension. L'événement connut un grand retentissement mais n'empêcha pas, plus tard, la reprise et la poursuite de la commémoration du 22 novembre 1830. Aujourd'hui encore, le Parti radical-démocratique en célèbre l'anniversaire à Uster, bien que, sous l'effet de l'urbanisation, symboliquement peut-être, la prairie de 1830 soit recouverte par le parking d'un supermarché...17.

  • 18 Parmi les histoires de Genève, la plus détaillée et la plus utile à notre propos demeure celle de (...)

27L'exception, nous l'avons dit, c'est Genève. Grâce à la politique dite de « progrès graduel » consistant à désarmer l'opposition par des concessions limitées, faites à temps, le gouvernement a pu échapper aux troubles de la Régénération et maintenir le régime issu de la Restauration jusqu'au début des années 1840. Ni les désordres de 1834, en relation avec l'expédition de Mazzini contre la Savoie, ni la petite révolution pacifique du 22 novembre 1841 ne donnent lieu à la construction de barricades18.

  • 19 L'autre Genève-Faubourg Saint-Gervais, Genève 1992.

28En 1843, toutefois, il en va autrement. Dans la tension qui monte de plus en plus entre le gouvernement et l'opposition, il suffit d'un vote du parlement cantonal contraire aux vœux populaires pour déclencher, le 13 février, une véritable insurrection. Dans la nuit, une troupe en armes tente de s'emparer d'une poudrière, sur la rive gauche. Repoussés, les assaillants refluent sur le quartier de Saint-Gervais dont ils prennent le contrôle et qu'ils mettent en état de défense, édifiant des barricades sur les ponts qui relient l'île à la rive gauche. Le lendemain, la médiation de la municipalité ramène la paix ; les insurgés déposent les armes et détruisent leurs barricades tandis que le gouvernement proclame une amnistie. L'épisode préfigure déjà ce qui se passera en 1846. Comme alors, Saint-Gervais et l'île qui en constitue en quelque sorte le prolongement coupent les communications avec le reste de la ville. Le « Faubourg », comme on le nomme improprement puisqu'il se trouve à l'intérieur de l'enceinte, se distingue du reste de la cité par sa composition plus populaire : c'est là que se trouvent la plupart des ateliers d'horlogerie ; c'est l'arrondissement électoral qui, depuis 1841, compte une majorité d'électeurs radicaux19. Néanmoins, contrairement aux représentations qu'on s'en fera plus tard, il ne s'agit pas d'un quartier exclusivement ouvrier et encore moins d'un faubourg misérable. De riches négociants, des rentiers, des conservateurs patriciens, y côtoient petits commerçants, artisans et ouvriers des nombreux métiers de l'horlogerie. Cependant les liens d'une sociabilité populaire fondés sur les relations de voisinage et de travail, la politisation croissante tendent à donner au quartier une certaine conscience de lui-même et de son identité, surtout face à la haute ville, siège du gouvernement et de la plupart des maisons patriciennes. D'où le réflexe, dans une situation tendue, à se replier sur soi, à se mettre en état de défense en se saisissant des postes de garde sur les remparts (ce qui est facile vu la faiblesse numérique de la garnison), en occupant l'île et en barrant les ponts qui franchissent le Rhône.

  • 20 Nous remercions ici M. Piller, du service iconographique de la Bibliothèque publique et universita (...)

29Les barricades du 13/14 février 1843 ne semblent pas avoir été très importantes. La seule représentation graphique qu'on en possède nous montre deux barricades de un mètre de haut, à peine, à chaque extrémité d'un des ponts. Un factionnaire, baïonnette au canon, vêtu d'une blouse d'ouvrier et coiffé de ce qui pourrait être un casque de pompier, monte la garde entre elles, tandis qu'une femme traverse le pont. Au-delà de la seconde barricade, on discerne la foule mêlée des insurgés et des curieux20.

  • 21 Le propos, rapporté dans des versions diverses à partir de 1847, a été attribué à diverses personn (...)

30Tout autre sera l'importance des barricades lors de la Révolution des 7 et 8 octobre 1846. D'abord à cause de l'événement lui-même, date-clef de l'histoire de Genève, qui marque la fin définitive de l'ancienne république protestante et patricienne et le début de la véritable modernité ; la Constitution de 1847 qui en résultera continue pour l'essentiel à régir le canton, grâce à des adaptations successives. La ville pourra se débarrasser de son enceinte fortifiée et amorcer son extension. Sur le plan national, le changement de régime apportera les voix de Genève aux adversaires du Sonderbund à la Diète. On peut rétrospectivement considérer la Révolution d'octobre 1846 comme l'une des premières révolutions de 1848. « Ce boulet fera le tour de l'Europe », aurait prédit un étranger de passage, à l'ouïe du premier coup de canon21.

31Mais évoquons brièvement le déroulement des événements eux-mêmes. Depuis 1843, la tension était retombée, tandis que les motifs plus généraux de mécontentement à l'égard du gouvernement continuaient à s'accumuler. Le refus du Grand Conseil d'adhérer à la proposition de dissolution du Sonderbund faite par les cantons libéraux mit le feu aux poudres. Du 4 au 6 octobre ce fut, à Saint-Gervais, une succession d'assemblées de protestation. Le gouvernement, qui ne disposait, comme troupe permanente, que d'un corps de gendarmes et d'une compagnie d'artilleurs, mobilisa une partie du contingent, mais l'état d'esprit de la population était mauvais et nombreux furent les soldats qui ne répondirent pas ou qu'il fallut renvoyer, vu leur attitude hostile. A Saint-Gervais, des volontaires en armes avaient mis le quartier à l'abri d'un coup de main du gouvernement en occupant les remparts et les ponts. Un comité militaire, formé d'officiers de la milice, y dirigeait les opérations de défense ; il appela les citoyens à s'armer et à se rassembler, revêtus de leur uniforme de la milice, marquant par là sa volonté de contrôler et de légitimer en quelque sorte l'insurrection. Durant la nuit du 6 au 7, on édifia des barricades à chaque extrémité des ponts menant de la rive gauche du Rhône à l'île ainsi que sur le pont des Bergues, en amont.

  • 22 Le libraire John Jullien, qui avait l'intention d'écrire un ouvrage sur la Révolution dont il avai (...)

32Il faut s'arrêter quelque peu à la construction de ces barricades, car, outre des représentations graphiques, nous disposons de témoignages contemporains assez précis22. De nombreux enfants et adolescents y travaillent activement, charriant des poutres, des blocs de molasse, des planches pris sur les chantiers de construction de quelques maisons. Tous ces éléments sont soigneusement assemblés, amarrés par des grappins au tablier des ponts et en partie recouverts de terre et de petits galets qui servent de pavés et que l'on a arrachés de la chaussée. C'est un ingénieur géomètre qui supervise les travaux. Pour la première barricade du pont des Bergues, à son entrée, sur la rive gauche, on a renversé une grosse diligence et plusieurs autres voitures, prises au bureau des messageries voisin. Renforcé par des madriers, des tonneaux, solidement amarré au tablier, cet imposant ouvrage résistera aux nombreux boulets qui, pas plus que les sapeurs, ne parviendront à y ouvrir une brèche.

33Et son rôle sera décisif. En effet la tactique gouvernementale consistait à attaquer l'île, en direction de Saint-Gervais, afin d'y concentrer les forces des insurgés, puis de lancer l'attaque principale par le pont des Bergues, sur l'aile droite, afin de prendre pied sur la rive droite. De là, par les rues rectilignes et moins propres à la défense de cette portion de quartier récemment construite, les troupes auraient gagné les remparts pour y effectuer leur jonction avec un bataillon venu de la campagne et s'emparer de la porte de Cornavin.

34Mais, durant tout l'après-midi du 7 octobre, les canons ne purent détruire la barricade, non plus que les sapeurs, exposés au feu continuel des insurgés, abrités derrière le parapet du quai de la rive droite ou embusqués aux fenêtres ou sur les toits des maisons. Car, remarquons-le, les barricades ne sont pas occupées, sinon au début des hostilités, quand sentinelles, insurgés et curieux se massent derrière elles. Au premier coup de canon, on se met à l'abri. D'ailleurs celles qui sont attenantes à la rive gauche, à l'extrémité des ponts, seraient intenables. Les barricades servent uniquement à gêner, sinon à empêcher la progression de l'adversaire : si les soldats tentent de les escalader ou si les sapeurs essayent d'y pratiquer une brèche, elles permettent aux insurgés de les ajuster et de les tirer.

35Les défenseurs de Saint-Gervais sont embusqués derrière le parapet des quais, sur lequel on a disposé des blocs de pierre pour y aménager des espèces de créneaux, aux fenêtres des maisons, derrière les cheminées de celles-ci ou sous les toits dont ils soulèvent les tuiles pour tirer. Quand la troupe donnera l'assaut à l'un des ponts et parviendra temporairement à prendre pied sur l'île, elle sera exposée à une grêle de balles, mais ne trouvera personne derrière la barricade.

36Le 7 octobre au soir, la nuit tombée, les forces gouvernementales se retirent sur leurs positions de départ, tandis que les insurgés réparent et renforcent leurs barricades ; en outre, ils font brûler le tablier en bois des ponts.

37D'un point de vue purement militaire, il ne restait plus au gouvernement qu'à bombarder les maisons pour permettre un assaut généralisé, mais c'était une solution politiquement inacceptable. D'où sa démission, le 8 octobre, l'élection d'un gouvernement provisoire par la foule et les insurgés victorieux accourus sur une place de la rive gauche.

38Le rôle militaire de la barricade dans la journée du 7 octobre 1846 n'a rien à voir avec l'image qu'on s'en fait souvent d'après le tableau de Delacroix ; d'où son peu de valeur symbolique. Elle apparaît bien sur les estampes, mais c'est avant la bataille ; c'est une représentation statique, à valeur purement informative. Examinons la grande gravure commémorative « Souvenirs de la Révolution de Genève » due à Jean Chomel (1810-1876), un artiste radical. Divisée horizontalement en trois bandeaux de trois tableaux chacun, séparés par divers motifs décoratifs, elle montre différents épisodes de la Révolution. Les barricades y apparaissent, vues de loin, dans trois cas ; un seul des neuf tableaux leur est exclusivement consacré. Intitulé « Les gamins aux barricades », il nous montre deux insurgés en uniforme, montant la garde, tandis que deux enfants poussent un char vers un amoncellement de poutres et de planches alors que deux autres dépavent la chaussée. Dans le ciel, un œil enserré dans un triangle blanc, symbole hérité de 1792-1794. Si l'on se reporte à l'ensemble des neuf tableaux, la place d'honneur, au centre et en haut de la gravure, est occupée par une représentation allégorique : sous la croix suisse qui irradie le ciel et sous l'inscription « Dédié au peuple souverain du canton de Genève », un milicien genevois et un soldat suisse en costume historique de la Renaissance se tendent la main au-dessus d'un autel portant l'écusson de Genève. C'est la traduction symbolique d'un des principaux thèmes de la propagande radicale ; Genève doit prendre la place qui lui revient au sein de la Suisse progressiste et libérale en se ralliant aux adversaires du Sonderbund ; les radicaux prétendent incarner cette union. C'est elle également qui apparaît dans le tableau central du bas qui, répondant à l'allégorie du haut montre d'une façon très réaliste la réception populaire offerte, le 29 novembre, aux délégués radicaux vaudois venus remettre des drapeaux au peuple genevois, vainqueur des journées d'octobre. Le grand tableau central, lui, montre cette victoire avec la « retraite des troupes du gouvernement », le 7 octobre.

39Si nous feuilletons la série des illustrations de la Révolution de 1846 qui ont été conservées, les impressions laissées par la gravure commémorative ne seront que confirmées. Indépendamment des images purement informatives, parues dans des journaux géographiquement éloignés et qui sont parfois quelque peu fantaisistes, les autres sont centrées sur un épisode particulier ou s'apparentent alors à la caricature politique, mais aucune ne ressortit à la représentation symbolique de la barricade.

40Le symbole de la Révolution, ce ne sera pas la barricade, mais le quartier de Saint-Gervais tout entier, le « Faubourg », avec au premier rang sa population d'ouvriers horlogers. Mais il est difficile de le représenter concrètement ; un horloger en blouse et coiffé de sa visière aurait signifié exclure les autres classes de la société, qui avaient aussi joué leur rôle dans les événements ; la figure de l'insurgé en armes n'était guère parlante puisque, sous son uniforme de milicien, il ne se distinguait pas des soldats gouvernementaux. Il ne restait plus que la figure allégorique, l'animal symbolisant en même temps la force, le courage et la noblesse : le lion. Ce sera le lion de Saint-Gervais que l'on trouvera dans diverses caricatures ainsi que dans la vignette du petit journal satirique radical Le Carillon de Saint-Gervais qui paraîtra à partir de 1854.

41Il semble d'ailleurs que la figure du lion symbole de Saint-Gervais ne soit pas une trouvaille genevoise. L'hebdomadaire satirique radical Der Gukkasten, paraissant à Berne, avait publié, le 3 octobre, juste avant la Révolution, une gravure s'en prenant à l'aristocratie de Genève, représentée par une grenouille voulant se faire aussi grosse que l'ours de Berne, le Mutz comme on le nomme familièrement, qui figure dans les armoiries du canton qu'il symbolise traditionnellement. Le 10 octobre, la Révolution accomplie, le dessinateur a voulu, par opposition à la gravure précédente mais en en reprenant les éléments, montrer la nouvelle union de la Genève et de la Berne radicales. Pour faire pendant à l'ours, il a inventé le lion de Saint-Gervais et représenté les deux animaux debout, se serrant la patte, si l'on peut dire, tandis que le lion piétine le batracien patricien. L'éditeur de l'hebdomadaire bernois, Friedrich Jenni (1809-1849), avait probablement songé à diffuser sa gravure à Genève, car les inscriptions sont en allemand et en français. Mais il s'en fit une édition pirate, amputée des textes allemands et de la mention : « Berne, chez Jenni fils ».

42Ce bestiaire a subsisté pendant quelques années avant d'être peu à peu oublié. Par ailleurs le quartier de Saint-Gervais commençait à perdre quelque peu de son identité avec la démolition des fortifications qui l'enserraient, l'extension de la ville et le brassage de population que cela entraînait. Le nouveau découpage électoral qui fait de toute la ville un seul arrondissement nous empêche de suivre l'évolution politique de Saint-Gervais, mais il est des plus probables que, dès la fin des années 1850, les radicaux n'y étaient plus en majorité. Quand, le 22 août 1864, de violents incidents électoraux éclatent, ils s'y replient comme sur une forteresse, mais, en fait, la rédaction et l'imprimerie de leur journal sont établis dans les nouveaux quartiers (à l'Entrepôt, aux Pâquis) et le « Faubourg » constitue plus un lieu symbolique qu'un véritable ancrage populaire. Après avoir tiré sur le cortège de leurs adversaires venus les défier en défilant à Saint-Gervais (4 morts, 8 blessés), après s'être emparés des canons qui se trouvaient dans un arsenal voisin, les radicaux construisent quelques barricades à l'extrémité des ponts. L'Illustration nous en montre une : un amoncellement de billes de bois entourant une pièce d'artillerie. Contrairement à 1846, les radicaux de 1864 disposent de canons, mais c'est le soutien populaire qui leur manque, car les habitants du « Faubourg », même quand ils sont demeurés fidèles à leurs anciennes convictions, déplorent la fusillade.

43Cette mauvaise parodie de révolution s'achèvera par l'intervention de la Confédération, dont les troupes ramèneront le calme, et par un procès qui se conclura par un acquittement général.

44Les radicaux continueront à célébrer l'anniversaire d'octobre 1846 ; leur Cercle du Faubourg organisa pendant longtemps un banquet annuel. Mais, très significativement, lors du centenaire, en 1946, le gouvernement se refusa à toute commémoration officielle de la Révolution, préférant attendre l'année suivante pour célébrer l'anniversaire de la Constitution qui en était issue, en 1847. Ce qui montre une fois de plus que, si la Suisse a connu quelques révolutions, ses dirigeants et une large part de l'opinion publique ont préféré pendant longtemps les oublier.

Notes

1 Ruffieux R., « Guillaume Tell au rebut ou l'histoire suisse contestée », Annuaire de la Nouvelle Société helvétique, 1970, 41e année, p. 55. - Vuilleumier M., « Historio-graphie et histoire du mouvement ouvrier », in : Quale storia ? Guido Pedroli « storico », Bellinzona 1993, p. 41-57.

2 Ces dernières années, un groupe d'historiens a organisé plusieurs rencontres consacrées à la République helvétique. Pour ces nouvelles approches, cf. Czouz-Tornare A.-J., in : Vovelle M. (dir.), Recherches sur la Révolution, Paris, 1991, p. 403-411, ainsi que d'autres contributions du même auteur, par exemple : « L'idée républicaine en Suisse », Annales historiques de la Révolution française, 1994, n° 2, p. 205-222.

3 La place de ces mouvements dans l'histoire européenne est trop souvent perdue de vue par les historiens suisses du vingtième siècle. Les histoires récentes de 1848 en Europe mettent généralement le Sonderbund à sa juste place. Cf., entre autres, Sigmann J., 1848 Les révolutions romantiques et démocratiques de l'Europe, Paris, 1970.

4 Bichsel P., Des Schweizers Schweiz, Zurich, 1969, p. 17. Traduction française ; La Suisse du Suisse, Lausanne, 1970.

5 Marchal G., Mattioli A. (dir.), Erfundene Schweiz-La Suisse imaginée. Bricolages d'une identité nationale, Zurich, 1992, cet ouvrage offre un bon point de départ.

6 Nos ancêtres les Waldstaetten. La Suisse centrale au xiiie siècle. Mythes et Histoire, Musée historique de Lausanne, 1994, 54 p. - Pavillon O., « Du débat à l'anathème », Revue suisse d'histoire, vol. 44, 1994, n° 3, p. 311-314, ainsi que les trois interventions qui suivent, p. 314-322.

7 Miéville D.S., « Redécouvrir notre histoire », Journal de Genève, 2 mars 1995. Ce quotidien, qui a paru sans interruption depuis 1826, se réclame d'une tradition libérale conservatrice. Qu'il publie aujourd'hui de tels propos témoigne du profond bouleversement qui s'est produit dans les conceptions d'une partie de la classe politique. Ajoutons qu'en septembre 1995 les Chambres fédérales ont modifié la proposition du gouvernement en renonçant à « célébrer » 1798.

8 Böning H., Revolution in der Schweiz. Das Ende der Alten Eidgenossenschaft. Die Helvetische Republik 1798-1803, Bern, 1985. En français, l'article d'Alfred Rufer, paru en 1927 dans le Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, demeure indispensable. 11 est reproduit dans A. Rufer, La Suisse et la Révolution française, Recueil préparé par J.-R. Suratteau, Paris, 1973.

9 Mottaz E., Les Bourla-Papey et la Révolution vaudoise, Lausanne, 1903. Aucune étude d'ensemble plus récente. - Buser H., « Der Bodenzinssturm in der Landschaft Basel », Basler Jahrbuch, 1901, p. 165-201. - Hauser A., Der Bockenkrieg. Ein Aufstand des Zürcher Landvolkes im Jahre 1804, Zürich, 1938.

10 Cf. l'utile mise au point de J.-D. Candaux, « La Révolution genevoise de 1782 : un état de la question », Etudes sur le xviiie siècle, VII, Bruxelles, 1980, p. 77-93.

11 Fazy H., Genève de 1788 à 1792, Genève, 1917, avec une interprétation plus récente : Gür A., « L'émeute genevoise de janvier 1789 avait-elle un caractère insurrectionnel ? », in : Regards sur la Révolution genevoise 1792-1798, Genève, 1992, p. 37-67 (Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, t. 55).

12 Sur la Révolution genevoise, outre l'ouvrage cité à la note précédente, on se reportera aux travaux d'Eric Golay, principalement à : « Les caractères originaux de la Révolution genevoise (1789-1898) », Bulletin d'histoire de la Révolution française, 1982-1983, p. 45-67.

13 Dufour L., Un peuple heureux..., Genève, 1889, p. 3-4. - Vuilleumier M., « Traditions et identités politiques. Les partis du xixe siècle et les événements de 1789-1798 », in : Regards..., op. cit., p. 213-229.

14 Georges Andrey nous a aimablement signalé que lors d'une des insurrections campagnardes contre le pouvoir radical fribourgeois, le 22 mars 1851, les assaillants avaient érigé une barricade avec des chars pour se défendre contre la riposte des troupes gouvernementales. L'épisode est attesté par les demandes d'indemnité de la part des propriétaires des véhicules endommagés.

15 La plupart de ces gravures ont été souvent reproduites, soit dans les monographies et catalogues d'expositions consacrés à Disteli, soit pour illustrer divers ouvrages d'histoire. Sur les almanachs, cf. Kalender-Bilder. lllustrationen aus schweizerischen Volkskalendern des 19. Jahrhunderts, Schweizerisches Musëum fur Volkskunde Basel. Ausstellung 1978-1979.

16 Il n'est pas possible de donner ici une bibliographie générale relative à ces mouvements. Outre les nombreuses histoires cantonales, on pourra se référer à l'ouvrage de Dierauer J., Histoire de la Confédération suisse, Lausanne, 1919, t. v, vol. 2. Ce livre, ancien, fait un récit précis et clair des événements.

17 Il serait intéressant de rechercher comment ces « journées » ont été intégrées dans les nombreux Festspiele, ces spectacles historiques commémoratifs qui se déroulaient en plein air, avec plusieurs centaines de choristes, acteurs et figurants, principalement en 1898-1903, lors des centenaires de la naissance des nouveaux cantons.

18 Parmi les histoires de Genève, la plus détaillée et la plus utile à notre propos demeure celle de François Ruchon, Histoire politique de Genève 1813-1907, Genève, 1953, 2 vol.

19 L'autre Genève-Faubourg Saint-Gervais, Genève 1992.

20 Nous remercions ici M. Piller, du service iconographique de la Bibliothèque publique et universitaire ainsi que le Service du Vieux-Genève de leur aide.

21 Le propos, rapporté dans des versions diverses à partir de 1847, a été attribué à diverses personnes.

22 Le libraire John Jullien, qui avait l'intention d'écrire un ouvrage sur la Révolution dont il avait été témoin, nous a laissé un registre où il a collé ou recopié, classé par ordre chronologique des événements, tout ce qu'il a trouvé dans la presse. Bibl. publ. et univ., Révolution d'Octobre 1846.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540