Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Conclusion

Texte intégral

1Les poèmes de notre corpus se situent dans un système de communication en cours de redéfinition dont le trait peut-être essentiel est la place croissante des laïcs. Ils ne reflètent pas seulement les transformations envisagées dans le cours de cette étude, mais y contribuent en leur donnant en quelque sorte de la profondeur de champ. À travers ces poèmes, s’exprime la perception de différents discours en conflits et des pratiques de leurs contemporains. Cette vision permet de mettre en perspective les autres types de sources à notre disposition. Les parallèles fréquemment tentés avec les sources normatives telles que les statuts et les pétitions en parlement, avec la littérature didactique comme les sermons ou encore avec les chroniques historiques, sont à cet égard riches d’enseignements, au moins autant, si ce n’est davantage, que la comparaison effectuée avec les autres productions poétiques de la période. Le résultat de ces comparaisons suggère que l’étude des représentations ne peut être envisagée que par la confrontation de documents de nature différente, afin d’élargir au maximum les croisements et les points de vue possibles.

2C’est dans ce même souci d’élargissement que nous avons tenté une analyse informatique du vocabulaire présent dans ces poèmes et il nous semble que c’est dans la comparaison entre les différents textes du corpus, par le biais de l’analyse factorielle, que cette analyse a été la plus fructueuse, en permettant de dégager des tendances sous-jacentes dans chacun des poèmes de manière assez nette, des mises en relation de termes parfois pressenties à la lecture des textes, souvent révélatrices. Quant à l’analyse lexicologique de chaque texte, elle a surtout conforté les analyses textuelles, même si elle a apporté quelques éléments nouveaux. À plus grande échelle, l’analyse lexicologique devra être davantage ciblée, dans un souci de complémentarité avec l’analyse factorielle.

3Comme pour tout type de source, les prises de position (exprimées ou non) dans ces textes poétiques ne sont pas neutres. Pour la plupart, leurs auteurs appartiennent à des groupes qui se situent dans les zones mouvantes et, par là, dynamiques, de la société anglaise. Ils semblent proches de réseaux qui, d’une manière ou d’une autre, participent au gouvernement, que ce soit sur le plan local ou national, sans pour autant être situés au cœur même du pouvoir. Ces hommes cultivés s’interrogent, déplorent, proposent. Ils le font en s’adressant à un public qu’ils supposent être dans une situation similaire à la leur, mis en danger, mais aussi stimulés, par des évolutions qu’ils subissent. Ces poèmes reflètent donc autant les interrogations que les assurances d’une société et tentent, de plus en plus au cours de la période envisagée, de formuler des réponses cohérentes et parfois originales aux inquiétudes générées par les transformations en cours. De plus en plus, car il est bien apparu une opposition importante entre les poèmes de la première partie de la période considérée et les textes les plus tardifs, beaucoup plus élaborés.

4Sur le plan de la société et de son organisation, les poètes émettent des critiques véhémentes sur de nombreuses pratiques sociales, marquées selon eux par la corruption et l’intérêt personnel des individus, à tous les niveaux. La plupart de ces critiques ne sont pas nouvelles (nous avons pourtant noté l’originalité de certaines d’entre elles), mais nos auteurs confrontent très souvent les conventions de la littérature satirique et dénonciatrice à l’observation des réalités contemporaines. En s’interrogeant sur les hiatus présents entre conventions et observations, ils tentent de formuler les évolutions sous-jacentes à de nombreux phénomènes et, cela faisant, ils construisent un discours critique extrêmement riche. Il faut cependant nuancer : si les premiers poèmes se contentent souvent de l’énonciation de ces critiques, les auteurs de la seconde moitié du xive siècle et du début du xve siècle insistent de plus en plus sur la responsabilisation de toutes les composantes de la société et avant tout de ses élites.

5Celles-ci sont d’abord laïques. Le roi, tout d’abord, doit gouverner les hommes avec finesse, avec pour objectif le bien commun. Sa position est toujours centrale, mais son image évolue. Il doit constituer un recours à la corruption et un arbitre souverain, sans pour autant abuser de sa position pour privilégier son intérêt personnel. Dans les derniers poèmes, les critiques envers Richard II et les avertissements voilés à Henry IV sont à cet égard très révélatrices. Les poètes, comme bien d’autres, en appellent directement au roi, dans l’espoir que celui-ci régule véritablement les tensions sociales et politiques du pays. Ils se préoccupent d’ailleurs assez peu des relations avec l’extérieur, pourtant marquées par la guerre avec la France ; ils insistent avant tout sur le gouvernement interne du royaume, même si on note ça et là quelques réflexions montrant qu’ils sont bien conscients des problèmes provoqués par la guerre (notamment dans The Crowned Kyng).

6Mais ils insistent également sur la nécessité du dialogue politique entre tous les acteurs qui participent au gouvernement et à l’administration, ainsi que sur l’écoute de toute la population. Parmi ces acteurs, les nobles ont une place essentielle, mais les membres de la gentry et les hommes de loi ont un rôle accru. Tous sont constamment priés de faire passer le bien commun avant leur intérêt personnel. Quant au reste de la population, si elle doit rester à sa place, elle doit néanmoins être écoutée et protégée dans un esprit de justice, auquel les poètes sont particulièrement sensibles. Leur insistance sur le conseil est l’indice le plus flagrant de la place que doit revêtir le dialogue au sein de la société politique. De manière plus structurelle, cette insistance est renforcée, dans le poème de Langland, par l’accent mis sur le vocabulaire de la communication et de l’échange. Dans les poèmes postérieurs, l’utilisation constante du vocabulaire juridique, de même que la violente dénonciation des pratiques tournant autour de la maintenance, révèlent l’importance prise par la dimension légale de ce dialogue politique, opposé à la violence, légale et extra-légale, des luttes pour le pouvoir.

7Les élites sont également ecclésiastiques. L’importance du clergé est reconnue, ne fût-ce que par la sévérité de la critique qu’on lui inflige. Son rôle est assez clairement défini et il a évolué. Il relève avant tout du conseil, qui ne doit pas être seulement d’ordre individuel, mais aussi collectif, avec en vue le bien commun et le salut de chacun. Mais les clercs doivent provoquer la réflexion et non fournir des réponses toutes faites, imposées ou intéressées. Si ce rôle ne leur est pas spécifique, les poètes insistent cependant sur le fait qu’il est un peu différent de celui dévolu aux laïcs. Les clercs sont, en effet, dans une position d’autorité spirituelle et intellectuelle. Leur conseil doit donc être avant tout d’ordre éthique et spirituel. ils doivent pouvoir enseigner les fondements mêmes du christianisme à tous, les Écritures, sans esprit de monopole, dans le cadre de la cité céleste mais aussi de la cité terrestre. Plus encore, au moins pour Langland, ils doivent se conformer à la charité, essence des relations chrétiennes, qui doit être présente à tous les niveaux de la société.

8Tous les acteurs du système sont donc liés par la nécessité d’agir pour le bien de tous et tous les éléments du système, temporels et spirituels, sont en interaction.

9Sur le plan individuel, la responsabilité de chacun dans l’accès à son salut est soulignée, quoique de manière différente selon les auteurs. Si le Crede reflète, certes avec des nuances, les positions radicales de l’hérésie lollarde, Piers Plowman constitue une tentative de positionnement mesurée qui ne passe pas par une rupture ouverte avec l’institution. Mais cette réponse est sans concessions quant aux exigences du salut chrétien. Tout comme les clercs, les laïcs doivent intérioriser les préceptes fondamentaux du christianisme et se dégager de tout formalisme. Ils doivent agir, et non s’attacher à des pratiques superficielles. Dans ce dessein, ils doivent apprendre un certain nombre de choses ; les poèmes témoignent ainsi d’un élargissement de la sphère de la connaissance et c’est un autre élément qui remet en cause le monopole clérical. Par son appréhension positive de la relation au divin, le poème de Langland révèle par ailleurs une volonté de compréhension qui va dans le sens d’une prise de conscience par tous de la nécessité de vivre pleinement sa foi, pour soi, mais aussi pour les autres. Ainsi observe-t-on une certaine redéfinition du fidèle, plus conscient de lui-même, vivant sa foi de manière plus individuelle, et devant assimiler l’essence du christianisme. L’importance des liens entre des termes cruciaux du poème, charite, love et truthe, en témoigne. Ils font partie d’un système de relation dont l’étude et la logique restent à analyser dans un cadre beaucoup plus vaste que celui de nos poèmes.

10Ces réflexions ne vont pas sans tensions. Nos textes les reflètent à maintes reprises. Ils jonglent entre les différents discours à leur disposition. Les discours des élites – cléricales mais aussi laïques – sont constamment questionnés, nous l’avons vu à propos des représentations sociales, de la notion de travail et de profit, de la connaissance et, en dernier lieu, du salut. Mais, dans l’ensemble, ils ne sont que rarement rejetés dans leur totalité. Les poètes, même celui du Crede, ne sortent pas du cadre dans lequel ils exposent leurs interrogations et leurs critiques.

11Néanmoins, les discours de résistance aux pouvoirs dominants sont bien présents, et cela d’autant plus que certains poètes s’en font parfois eux-mêmes l’écho. Les ambiguïtés ne sont cependant jamais absentes. Nous avons vu combien les frontières entre orthodoxie et hétérodoxie étaient floues et difficiles à déterminer. Cette complexité est un autre indice de la redéfinition du système de communication. À cet égard, les relations complexes des différentes versions du poème de Langland avec les révoltés de 1381 sont très suggestives. Le poème révèle une méfiance de son auteur à l’égard des débordements, tout en sympathisant avec certaines revendications des révoltés (on peut faire la même observation à propos de ses relations avec les lollards). De même, l’auteur de Mum, bien que ses idées semblent parfois proches de celles des milieux lollards, rejette la participation « populaire » aux affaires du royaume. Si les poètes, donc, peuvent exprimer des idées réformatrices, il ne faut pas oublier qu’ils se situent dans une société politique certes élargie, mais encore très minoritaire.

12Plus généralement, les interrogations des poètes sur la connaissance et sur les processus de transmission à l’œuvre au sein du système de communication constituent des exemples des difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leurs prises de position, exemples d’autant plus éloquents que leurs textes eux-mêmes sont constitutifs de ces processus. Cela est notamment perceptible dans le fait qu’ils s’éloignent d’une culture savante et institutionnelle sans pour autant se fixer dans un cadre institutionnel concurrent, comme cela a pu être le cas en Italie avec la culture humaniste.

13C’est dans ce cadre que nos auteurs, surtout ceux de la dernière période, tentent d’apporter des remèdes à ces tensions. Là encore, ils ne le font pas sans appréhension, comme en témoignent leurs stratégies mises en œuvre pour justifier la validité de leur acte d’écriture, qui passe souvent par une marginalisation fictive si elle n’est pas obligatoirement réelle. En cela, ils peuvent être rapprochés de Chaucer qui utilise et transforme toutes les ressources des conventions littéraires intemporelles. Ces phénomènes témoignent d’une volonté de distanciation et leur permettent de formuler des réponses parfois audacieuses. Ces réponses sont en partie, nous semble-t-il, constituées par une tentative de définition rationnelle et éthique de la relation de chaque homme à la société et à Dieu. Ce travail de définition passe par la construction d’un idéal, voire d’une utopie, dans la mesure où cet idéal est en pratique impossible à réaliser. Nos auteurs en sont bien conscients, mais c’est par ce biais qu’ils tentent de maîtriser les évolutions dont ils sont les témoins. Le succès de Piers Plowman, poème le plus riche et le plus abouti en la matière, suggère que le poète répond à une attente, tout en la dépassant peut-être, comme en témoignent les interprétations parfois radicales de son œuvre. C’est la multiplicité et la diversité même des réponses qui donnent toute leur importance à ces poèmes pour la compréhension des dynamiques et des tensions à l’œuvre dans la société anglaise de la fin du Moyen Âge.

14Enfin, ces poèmes laissent présager de l’apparition d’une nouvelle fonction du texte littéraire. Leur approche n’est plus statique, comme celle de nombreux genres traditionnels, tels les miroirs au prince. Leurs auteurs n’entendent plus inculquer un comportement, imposer des normes. Ils contribuent à une œuvre de recherche qui utilise des armes littéraires, rhétoriques et poétiques, dans l’objectif avoué de conduire leur lecteur à une réflexion sur leurs intentions et leurs actions au sein du monde qui les entoure. En outre, l’utilisation de la forme poétique, si elle permet au poète d’introduire une certaine distance par rapport à ce qu’il relate (distance souvent salvatrice), induit aussi une proximité plus grande avec le lecteur, en particulier par le biais de l’humour, souvent grinçant, mais bien présent dans les poèmes.

15Par ailleurs, l’utilisation du vernaculaire est un des signes les plus tangibles de cette nouvelle approche. En employant l’anglais, qui n’a pas l’aura d’autorité que possède le latin mais qui connaît alors un développement considérable, les poètes entendent être compris de manière beaucoup plus large tout en s’inscrivant dans un cadre plus ouvert. La fluidité d’une langue en formation, à laquelle se combine la liberté offerte par l’écriture poétique, leur donne la possibilité de mettre en lumière des liens nouveaux entre des notions parfois relativement figées par les catégorisations de la langue savante par excellence, le latin. Le jeu des poètes sur de nombreux concepts essentiels (conscience, truthe, kynde...) enrichit la gamme et la perméabilité des réseaux notionnels, les autorisant ainsi à émettre des hypothèses originales. Mais là encore, ces réseaux doivent être envisagés dans un cadre beaucoup plus vaste. Ce n’est qu’à ce prix que leur fonctionnement et leurs implications peuvent être envisagés.

16Ainsi, les auteurs de nos textes ne s’adressent-ils pas à leur public comme un supérieur morigène un inférieur, mais comme un égal conseille un égal. Par là même, ils deviennent acteurs d’un dialogue de plus en plus étendu au sein de la société politique anglaise. Dans le même mouvement, leurs textes nous éclairent sur le fonctionnement de la société tout entière, car ils révèlent par leur existence même, qu’au sein de cette dernière, un tel dialogue est devenu possible.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540