Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Cinquième partie. Le poète et le salut

Chapitre XI. L’occupation bénie de faire un livre

Texte intégral

Sith thou felys the fressh lete no feynt herte
Abate thy blessid bisynes of thy boke-making
Til hit be complete to chapsyng, caste aweye
[doutes
And lete the sentence be sothe, and sue to thende.

Puisque tu te sens vigoureux, ne laisse pas ton cœur défaillir, termine cette occupation bénie qui est de faire un livre. Défais-toi de tes doutes jusqu’à ce que ce soit complet et cadenassé, laisse ton jugement être véridique, et suis-le jusqu’à la fin.
Mum and the Sothsegger, vers 1280-1283.

1En un sens, nos poètes sont des écrivains engagés, surtout ceux qui écrivent après 1350. Ils n’ont pas écrit leur texte pour le seul divertissement d’eux-mêmes et de leurs lecteurs, même si cet aspect n’est pas absent. On peut donc s’interroger sur la perception qu’ils ont de leur rôle d’auteur, alors même que le concept d’auctoritas est en pleine évolution, et de leur place dans la société, en particulier par rapport aux centres de pouvoir. En d’autres termes, il faut se demander comment fonctionne leur engagement.

  • 1 Cf. J. Simpson, « The contraints of satire in Piers Plowman and Mum and the Sothsegger », dans Lan (...)
  • 2 Cela est à relier à l’instabilité textuelle et à la faiblesse du contrôle de l’activité manuscrite (...)

2Dans l’introduction de cette étude, nous avons vu que l’anonymat des poètes est encore la norme, non seulement parce que certaines idées sont dangereuses à exprimer1, mais aussi parce que la notion de propriété intellectuelle, dans une culture manuscrite, n’existe pas réellement2. Le rappel de l’auteur de Richard the Redeless est à cet égard éclairant :

And if it happe to youre honde beholde the book
[onys,
And redeth on him redely rewis an hundrid,
And if ye sauere sum-dell se it forth ouere,
For reson is no repreff be the rode of chester !
And if ye fynde fables or foly ther amonge,
Or ony fantasie yffeyned that no frute is in,
Lete youre conceill corette it and clerkis to-gedyr,
And amende that ys amysse and make it more
[better :
For yit it is secrette and so it shall lenger,
Tyll wyser wittis han waytid it ouere,
That it be lore laweffull and lusty to here.

Et s’il arrive à votre main de tenir une fois ce livre, et de lire de suite une centaine de lignes, si vous en appréciez une partie, regardez la suite, car raison n’est pas réprobation, par la croix de Chester ! Et si vous y trouvez des mensonges, de la folie ou une fiction feinte qui ne contient aucun fruit, laissez votre sagesse la corriger et les clercs également, changez ce qui s’y trouve et rendez-le meilleur : car cela est encore secret et cela va ainsi durer, jusqu’à ce que des esprits plus sages l’aient regardé attentivement, et que cela soit un enseignement valide et plaisant à entendre.
Richard the Redeless Prol., vers 53-63.

  • 3 Les mêmes idées sont exprimées à la fin de Pierce the Ploughman’s Crede, notamment aux vers 836-84 (...)

3Le poète joue sur les différents sens de secret, et il est difficile de savoir si l’œuvre est secrète parce qu’elle est dangereuse ou parce qu’elle n’a pas encore été lue par un public. Mais l’auteur lance un appel auprès de ses (futurs ?) lecteurs pour que ceux-ci n’hésitent pas à le corriger3, appel qui appartient aux nombreux procédés de justification présents dans les poèmes. En dehors de l’effet de rhétorique, cela confirme que les poètes sont conscients de l’instabilité et de l’ouverture de leur texte. Est-ce à dire pour autant que ces derniers ne se considèrent pas comme des auteurs ? Rien n’est moins sûr.

  • 4 Cf. Genet, La mutation de l’éducation et de la culture, op. cit., vol. 2, p. 405-408.
  • 5 Minnis, Medieval Theory of Autorship, op. cit., passim. Pour une critique de cette étude, voir S. G (...)
  • 6 Ces quatre causes sont « la cause efficiente (nomen auctoris), à savoir quel est l’agent motivateu (...)
  • 7 Cf. Medieval Literary Theory and Criticism, c. 1100-c. 1375, éd. A. J. Minnis, A. B. Scott et D. W (...)
  • 8 Cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 315-318.

4Dans les derniers siècles du Moyen Âge, la notion d’auteur, liée au concept plus large d’autorité, s’est profondément transformée4. Alastair Minnis, dans une étude désormais classique, a montré comment, entre le xiie et le xive siècle, s’est effectué un glissement d’une auctoritas divine à une possibilité d’auctoritas humaine5. Il s’est appuyé avant tout sur les prologues des commentaires bibliques, dans la mesure où la Bible constituait le terrain privilégié pour étudier les rapports entre les auteurs « divin » et « humain ». L’outil de prédilection a été le schéma aristotélicien des quatre causes (efficiente, matérielle, formelle et finale6.) L’intérêt des commentateurs s’est de plus en plus porté sur les auteurs historiques de la Bible, en particulier David et Salomon qui, par leurs manques occasionnels, mais patents, de vertu, ont soulevé la question de la validité de la transmission divine par un vecteur humain. Ensuite, un déplacement s’est fait vers des auteurs classiques, tels Aristote ou Cicéron. À la fin du xiiie et au début du xive siècle, la seconde étape fondamentale vers la pleine reconnaissance de l’auteur a été accomplie par Dante, puis par Pétrarque et Boccace. Dante a été le premier auteur à se commenter lui-même, puis à être commenté comme une auctoritas ancienne7. Le processus est alors à peu près achevé8.

  • 9 Ibid., p. 317. Selon David Lawton, la confrontation des poètes à une double réception, orale et éc (...)
  • 10 Minnis, Medieval Theory, op. cit., p. 160-210.
  • 11 Ibid., p. 210 : For the most part, Chaucer was content to assume the role of compiler and to exploi (...)
  • 12 Cf. The Idea of Vernacular, op. cit., en particulier la première partie, « Authorizing Text and Wr (...)
  • 13 Cf. The Idea of Vernacular, op. cit., p. 7. Dans ce processus, le phénomène des traductions est fo (...)

5En ce qui concerne l’Angleterre, il semble qu’à la fin du siècle, les grands auteurs anglais soient « tout à fait conscients de la spécificité du rôle de l’auteur »9. De fait, Alastair Minnis a montré que Gower, Chaucer mais aussi Thomas Usk, par exemple, connaissaient le schéma aristotélicien et l’avaient adapté, même s’ils avaient en fin de compte des conceptions différentes du rôle de l’auteur10. Les stratégies de Chaucer en particulier, nombreuses, sont très élaborées, comme celle où il se présente comme compilateur11. Au-delà de ces cas très connus, de nombreux auteurs vernaculaires réfléchissent en Angleterre à leur statut et à leur rôle. Cela se traduit par la présence de prologues qui contextualisent leurs œuvres et dans lesquelles différentes stratégies sont utilisées pour les placer en tant qu’auteurs12. Ces dernières suggèrent que cette notion est encore instable, d’autant que la langue vernaculaire a encore un statut moins assis que le latin ; mais l’essentiel a été franchi13.

6Tous les textes ne comprennent pas de prologue explicatif. Il faut alors recourir à d’autres indices, comme la présence ou non de signatures littéraires, la manière dont les poètes se mettent en scène dans leurs propres textes par le biais du narrateur. Dans le cas de Langland, il faut ajouter le phénomène continu des révisions de l’œuvre. Les réflexions de l’auteur sur son propre rôle peuvent ainsi être éclairées, au moins en partie. Ces indices permettent également de nous interroger sur la situation des poètes par rapport aux centres du pouvoir, qui nous paraît être un élément clé dans cette définition du statut de l’auteur. Dans Piers Plowman, ce statut est au premier abord hautement problématique. Le prologue du poème ne constitue pas une explication des intentions du poète. Les dix premiers vers introduisant le début de la première vision nous plongent au contraire dans la perplexité :

In a somer seson, whan softe was the sonne,
I shoop me into shroudes as I a sheep were,
In habite as an heremite unholy of werkes,
Went wide in this world wondres to here.
Ac on a May morwenynge on Malverne hilles
Me bifel a ferly, of Fairye me thoghte.
I was wery forwandred and wente me to reste
Under a brood bank by a bourne syde ;
And as I lay and lenede and loked on the watres,
I slombred into a slepyng, it sweyed so murye.

Par un bel été, alors que le soleil était doux, je revêtis un habit en peau de mouton, l’habit d’un ermite, mais sans prétention à la sainteté, et je partis me promener à travers ce monde, à l’écoute de ses étranges et merveilleux événements. Mais un matin de mai sur les collines de Malvern, une chose merveilleuse m’arriva, du pays de la Féerie, ce me semble. J’étais fatigué après avoir beaucoup marché et je m’arrêtais pour me reposer, sur la large rive d’un ruisseau. Et comme je m’allongeais, m’étendais et regardais l’eau, je m’assoupis tant était douce la musique qu’elle jouait.

Piers Plowman B prol., vers 1-10.

  • 14 Cf. Simpson, An Introduction to the B-Text, op. cit., p. 7-8.
  • 15 Cf. Kerby-Fulton et Despres, Iconography and the Professional Reader, op. cit., p. 80-81.
  • 16 Londres, 1965.
  • 17 Piers Plowman B XV, vers 152 : « J’ai beaucoup vécu dans ce monde, dis-je, et mon nom est Long Wil (...)
  • 18 A. Middleton, « William Langland’s ‘Kynde Name’ : Authorial Signature and Social Identity in Late (...)
  • 19 Ibid., p. 37.
  • 20 Ibid., p. 61 et suivantes. Sur ces questions, voir aussi le programme de recherche Genèse médiéval (...)
  • 21 Cf. C. Dyer, « The Social and Economic Background to the Rural Revolt of 1381 », dans The English (...)
  • 22 On sait d’ailleurs que les révoltés en question ont utilisé le poème de Langland dans ces stratégi (...)

7Ces vers ont très souvent été glosés, parce qu’ils rompent en bien des points avec les conventions des prologues des dream-visions14, mais aussi parce qu’ils installent d’emblée l’ambiguïté du narrateur. Il semble d’ailleurs que certains annotateurs du poème s’en soient préoccupés, tant par rapport à l’auteur qu’au narrateur15. Il convient donc d’étudier les différents indices disponibles. Le premier est constitué par les signatures littéraires, qui apparaissent dans les trois versions. Elles ont été recensées par George Kane dans son ouvrage Piers Plowman : The Evidence for Authorship16. La plus célèbre est probablement celle du passus XV de la version B : I have lyued in londe, quod I, and my name is longe wille17. Ces signatures relèvent de plusieurs catégories, qu’Anne Middleton regroupe sous deux grandes formes, ouvertes ou référentielles, comme c’est le cas ci-dessus, et indirectes, comme les anagrammes18. Dans le poème de Langland, ces signatures fonctionneraient comme des « dispositifs artificiels de la mémoire »19. Leur instabilité constituerait un signe de ce qu’elle appelle a crisis of the proper qui se retrouverait à plusieurs niveaux de la société. Elle constate, en effet, que la période durant laquelle Langland compose son texte voit s’accélérer la mise en place des noms propres dans la société anglaise, essentiellement pour des raisons juridiques liées au régime de la Common Law20. Or, cette évolution vers un enregistrement identitaire ne va pas sans inconvénient, comme le montrent certaines réactions des révoltés de 1381 par rapport à la Poll-Tax, première taxe levée par tête à partir de 137721. Il pouvait être beaucoup plus avantageux dans ce cas, d’être sans identité. Les chroniqueurs ne s’y sont pas trompés et relatent les stratégies de non-identification utilisées par les révoltés, dont on trouve des exemples dans les lettres de John Ball. Ainsi y a-t-il bien une crise de l’identification par le nom durant la période où Langland écrit, et ses pratiques mêmes constituent un des révélateurs de cette crise, en même temps qu’une tentative de résolution22.

  • 23 Sur le concept de persona, voir Lawton, Chaucer’s narrator, op. cit., p. 8 et suivantes.
  • 24 Bowers, The Crisis of Will in Piers Plowman, op. cit., passim.
  • 25 D. Lawton, « The subject of Piers Plowman », Yearbook of Langland Studies, 1, 1987, p. 1-30, p. 6  (...)
  • 26 Ibid., p. 13. Selon Anne Middleton, Will est davantage le principe générateur de narration du poèm (...)
  • 27 Voir les mises en garde de George Kane dans son article « The Autobiographical Fallacy in Chaucer (...)
  • 28 Burrow, Langland’s Fictions, op. cit., p. 90.
  • 29 Cf. K. Kerby-Fulton, « Langland’s and the Biographic Ego », dans Written Work. Langland, Labour an (...)
  • 30 Cf. A. V. C. Schmidt, The Clerkly Maker : Langland’s Poetic Art, Cambridge, 1987, p. 5-20.
  • 31 Piers Plowman B I, vers 136-137 : « Enseigne cette doctrine aux ignorants, puisque les hommes inst (...)

8La construction de la persona littéraire du poème a fait l’objet de nombreuses controverses23. De fait, la personnalité de Will est très ambiguë, en premier lieu parce qu’elle évoque à la fois le nom de l’auteur (William) et un nom commun (la volonté). Les interprétations sont nombreuses et insistent souvent sur un seul aspect de cette persona. Selon John Bowers par exemple, elle incarne la volonté et ses faiblesses dans le cadre de l’interrogation de Langland sur la paresse, et refléterait en cela les propres angoisses de ce dernier24. En réaction à ces interprétations de Will qu’il considère comme trop réductrices, David Lawton avance l’aspect fragmenté de sa personnalité, à l’image même du poème. Il part du principe que ce dernier est dialogique et s’interroge sur la notion de sujet25. Will condenserait les différents thèmes et discours du poème26. Nous n’envisagerons ici qu’un aspect de cette persona, par lequel Will est identifié à un poète. Cette caractérisation ne signifie pas que l’auteur se livre à une autobiographie en la personne de Will27. Cependant, en suivant John Burrow, on peut partir de l’hypothèse suivante : « Dans le cas d’un poème aussi long et aussi profondément réfléchi que Piers Plowman, au moins, nous devons sûrement reconnaître la possibilité que les fictions du moi qui y sont créées puissent représenter la conscience du poète de son moi ou de ses moi. »28 Il semble donc fructueux de se pencher sur ce que peut nous apprendre la construction de cette persona sur la manière dont Langland se situe en tant qu’auteur, ce qui constitue un déplacement de perspective de l’autobiographie vers la notion d’auteur29. Will est un poète, et il revendique cette vocation à plusieurs reprises tout au long des trois versions, avec une évolution cependant30. Dans la version A, il est présenté comme un ménestrel, mais au passus I de la version B, Holy Chirche affirme : Lereth it thus lewed men, for lettred it knowrth / ThatTreuthe is trésor the trieste on erthe31. Elle envisage done Will comme un auteur sérieux, didactique, capable d’enseigner Truthe aux laïcs. Ce passage est d’autant plus important qu’il confirme que le public auquel Langland destine son poème est avant tout laïc. Mais certains passages, en présentant une justification de cette activité poétique, suggèrent l’instabilité de cette dernière. Dans la version B, nous trouvons par exemple l’avertissement de Leaute au passus XI (vers 86-106), qui valide l’activité critique du narrateur, tout en le mettant en garde contre des dérives possibles. Plus loin, au passus XII, Ymaginatif reproche au narrateur de perdre son temps à faire des vers (vers 16-19). Le narrateur reconnaît le bien-fondé de ses critiques, mais s’en justifie :

I seigh wel he seide me sooth and. somwhat me
[to excuse,
Seide, « Caton conforted his sone that, clerk
[though he were,
To solacen hym som tyme – also I do whan I
[make :
Interpone tuis interdum gaudiacuris.
And of holy men I herde, quod I, how thei
[outherwhile
Pleyden, the parfiter to ben, in places manye.
Ac if ther were any wight that wolde me telle
What were Dowel and Dobet and Dobest at the
[laste,
Wolde I nevere do werk, but wende to holt chirche
And there bidde my bedes but whan ich ete or
[slepe. »

  • 32 « Donne une place parfois au plaisir, parmi tes occupations pressantes » (Distiques, III, 6).

Je voyais bien qu’il me disait la vérité et, en guise de justification, je dis : « Caton a offert à son fils quelque réconfort quand il lui a dit que même un érudit pouvait parfois s’amuser. Eh bien, c’est ce que je fais quand j’écris des vers : Interpone tuis interdum gaudia curis32. J’ai également entendu dire, continuai-je, qu’il y a des saints, en divers endroits, qui s’amusent à l’occasion, et n’en sont que plus vénérables. Mais, bien sûr, s’il se trouvait quelqu’un pour me donner une définition définitive de Bien-faire, Mieux-faire et Faire-le-mieux, je n’aurais plus aucun désir de travailler, mais j’irais à l’église et j’y dirais mes prières sans m’arrêter, excepté pour manger et dormir. »
Piers Plowman B XII, vers 20-28.

  • 33 G. Olson, Literature and Recreation in the Later Middle Ages, Londres, 1982, p. 232 : In the Later (...)
  • 34 Cf. Simpson, « The contraints of satire », art. cité, passim. À l’appui de cet argument, il cite u (...)
  • 35 Pour Anne Middleton, cet épisode constitue aussi une forme de signature (« Langland’s Kynde Name » (...)

9Le narrateur combine plusieurs arguments, et d’abord l’innocence du divertissement entrepris. Selon Gilian Olson, ce point de vue était loin d’être absent dans la littérature médiévale et n’était pas forcément négatif33. Mais ce n’est pas l’essentiel : Will affirme qu’on ne lui a pas fourni tous les éléments nécessaires à son salut. Ces affirmations prennent place dans une stratégie satirique double : d’une part, l’auteur, comme son héros, part en quête de la vérité parce que les institutions n’ont pas la réponse adéquate ; il soutient la validité de la vérité poétique. D’autre part, il se protège de la censure34. Cette démarche est cependant problématique, dans la mesure où Langland se contredit parfois, et oscille entre défense et remise en cause de l’activité poétique, notamment dans la version C. L’apologie du passus V (1-104) embrasse tout le mode de vie du narrateur, mais il apparaît avant tout comme un poète35 :

Thus y awakede, wœt god, whan y wonede in
[Cornehull,
Kytte and y in a cote, yclothed as a lollare,
And lytel ylet by, leueth me for sothe,
Amonges lollares of Londone and lewede
[ermytes,
For y made of tho men as resoun me tauhte.

Ainsi je m’éveillai, Dieu le sait, alors que je vivais à Cornhill avec Kitty, dans une petite masure, habillé comme quelque vagabond. Je n’étais pas en haute faveur, croyez-moi bien, parmi les vagabonds de Londres et les ermites de peu, car j’ai écrit sur ces gens ce que la raison m’en a appris.
Piers Plowman C V, vers 1-5.

  • 36 Cf. K. Kerby-Fulton, « ‘Who has written this book ?’ : Visionary autobiography in Langland’s C-Tex (...)

10Ce passage met en lumière l’instabilité de la définition même de l’activité de Will. S’il met l’accent sur la validité de sa dénonciation, il montre la difficulté de soutenir sa fonction critique, qui fait aussi partie de son rôle didactique. Cet aspect se voit peut-être mieux si l’on considère une autre dimension de Will, celle d’un visionnaire. Reson et Conscience agiraient alors comme des agents chargés de vérifier la validité de la vision du poète36. Les divergences d’interprétations sur la persona de Will, considérée tantôt comme un ensemble de signes autobiographiques de l’auteur – sous les traits d’un poète, d’un visionnaire, d’un ermite ou d’un franciscain – tantôt comme une personnalité entièrement fictive, sont grandes. Mais ces interprétations se recoupent sur un point que l’on ne peut négliger : la nécessité de l’affirmation de sa fonction d’autorité, mais à la marge des cercles de pouvoir.

  • 37 Pour une étude détaillée de ce traitement, voir Donaldson, The C-Text and His Pœt, op. cit., p. 13 (...)

11À travers cette persona et son système de signature, Langland révèle donc une interrogation profonde, pour ne pas dire un doute, sur ce que signifie le fait d’être un auteur et sur son rôle. Il montre ainsi qu’il en est un, à part entière, mais que sa position est loin d’être confortable. À ce titre, le traitement des ménestrels, qui apparaissent fréquemment dans le poème, mérite que l’on s’y arrête37 :

And somme murthes to make as mynstralles
[konne,
And geten gold with hire glee – giltlees, I leeve.
Ac japeres and jangeleres, Judas children,
Feynen hem fantasies, and fooles hem maketh –
And han wit at wille to werken if they wolde.
That Poul precheth of hem I wol nat prewe it
[here :
Qui loquitur turpiloquium is luciferes hyne.

  • 38 « Celui qui prononce des mots immondes » (Éph 3 :5.)
  • 39 En C, les bons ménestrels disparaissent du prologue.

Et certains choisissaient d’être ménestrels, et gagnaient leur vie en faisant de la musique – occupation innocente à mon avis. Au contraire de ces bouffons obscènes au langage ordurier – ces fils de Judas – qui imaginaient des formes grotesques d’amusement, et font les idiots, bien qu’ils aient suffisamment de sens pour occuper éventuellement un emploi véritable, pour peu qu’ils le veuillent. Je ne vais pas tomber ici dans le travers que Paul dénonce à leur propos : Qui loquitur turpiloquium38, est un serviteur de Lucifer.
Piers Plowman B Prol., vers 33-3939·

  • 40 Thomas De Chobham, Summa Confessorum, éd. F. Broomfield, Paris-Louvain, 1968, p. 291-293 ; cf. Sch (...)
  • 41 Schmitt, La raison des gestes, op. cit., p. 261-273.
  • 42 En B II217-218, ils sont associés au personnages de Lyere et en B III 130-132, à Mede.
  • 43 Aux vers 30-47 du passus X, dans le cadre de la discussion sur la richesse, Studie use du même typ (...)

12Cette opposition, que Langland établit dès le prologue, entre ménestrels innocents (giltlees) et faux ménestrels assimilés à la trahison de Judas – sans doute parce qu’ils trahissent la parole divine-, n’est pas une invention. Elle fait penser notamment à la distinction établie par Thomas de Chobham au début du xiiie siècle40 et témoigne d’une ambivalence constante vis-à-vis de ce métier, plus spécifiquement vis-à-vis des jongleurs (terme que Langland utilise pour qualifier les mauvais ménestrels) dans la société médiévale. Jean-Claude Schmitt a analysé cette ambivalence dans le cadre de l’opposition entre gestes et gesticulation41. Mais elle doit ici être replacée dans celui de la fonction de la poésie. Langland revient sur cette opposition aux passus II et III42, puis aux passus X et XIII. Mais dans ces derniers, les mauvais ménestrels ne sont plus seulement opposés aux musiciens innocents, ils sont dénoncés comme étant des serviteurs du diable43, conduisant eux-mêmes et tous les autres à la damnation par leur malignité :

Patriarkes and prophetes, prechours of Goddes
[wordes
Saven thorugh hir sermon mannes soule fro helle ;
Right so flatereris and fooles arn the fendes
[disciples
To entice men thorugh hir tales to synne and
[harlotrie. [...]
Muche moore, me thynketh, riche men sholde
Have beggeres bifore hem, the whiche ben Goddes
[minstrales
As he seith hymself – Seynt Johan bereth [witnesse :
Qui vos spernit me spernit.

  • 44 « Celui qui vous méprise, me méprise » (Lc 10 :16 ; cf. Jn 5 :23).
  • 45 Haukyn, un des personnages principaux du passus XIII et un grand pécheur, est en partie identifié (...)

Les patriarches et les prophètes qui ont prêché la parole de Dieu ont sauvé, par leurs sermons, les âmes des hommes de l’Enfer. De la même manière, les flatteurs et les bouffons sont les disciples du Diable ; par leurs paroles, ils attirent les hommes vers le péché et la luxure. [...] Mais il me semble que les riches devraient bien plutôt accueillir ceux qui sont complètement démunis, puisque ce sont les ménestrels de Dieu, comme il le dit lui-même dans l’Évangile de saint Jean : Qui vos spernit me spernit44 Piers Plowman B XIII, vers 427-440a45.

13Ces vers sont d’autant plus frappants que c’est le narrateur, au statut ambigu, qui parle et non une autorité. Ce passage constitue un développement des idées déjà présentes dans les épisodes précédents, en tout cas sur la perception des mauvais ménestrels, avec plus d’insistance encore : ils sont considérés comme des serviteurs du diable. Le bon ménestrel, à l’inverse, est celui qui parle de Dieu. L’accent est donc porté sur le rôle didactique du poète, qui correspond bien aux attentes des lecteurs telles que nous les avons définies dans le deuxième chapitre de cette étude. Ce passage peut aussi être comparé aux considérations du poète de Wynnere and Wastoure :

Whylome were lordes in londe that loued in thaire
[hertis
To here makers of myrthes that matirs couthe
[fynde
And now es no frenchipe in fere bot fayntnesse
[of hert,
Wyse wordes withinn that wroghte were neuer
Ne redde in no romance that euer renkeherde.
Bot now a childe appon chere withowtten
[chyn-wedys
That neuer wroghte thuryh witt thies words
[togedire
Fro he can jangle als a jaye and japes telle
He schall be lenede and louede and lett of a while
Wele more that the man that made ithymseluen.
Bot neuer the lattere at the laste when ledys bene
[knawen ;
Werke wittnesse will bere who wirche kane beste.

Dans le temps, il y avait dans ce pays des seigneurs qui aimaient dans leurs cœurs écouter des faiseurs de distractions qui savaient exprimer des sujets sérieux. Mais de nos jours il n’y a plus d’amitié dans les assemblées, mais [seulement] la faiblesse de cœur ; les sages paroles restent à l’intérieur, et ne sont jamais écrites, ni lues dans aucune histoire qu’un homme peut entendre. Désormais, un enfant de visage, sans barbe, qui n’a jamais assemblé des mots ensemble par l’esprit, sera écouté, estimé et regardé pendant un temps parce qu’il sait babiller comme un geai et dire des plaisanteries, bien plus que l’homme qui a composé lui-même [le poème]. Néanmoins, à la fin, les hommes seront reconnus [pour ce qu’ils sont]. L’œuvre témoignera de celui qui sait le mieux travailler.
Wynnere and Wastoure, vers 19-30.

  • 46 Cf. T. Turville-Petre, « The Prologue of Wynnere and Wastoure », Leeds Studies in English, n.s., 1 (...)
  • 47 Cette idée est renforcée en C X126-136, où apparaît l’expression mynstrales of heueune et par l’id (...)
  • 48 Cf. R. Hanna, « Will’s Work », dans Written Work, op. cit., p. 23-66, p. 48.
  • 49 Voir ci-dessus, chapitre VII, p. 224.

14Dans ce passage, la délimitation est bien claire entre le jeune blanc-bec qui ne sait qu’amuser la galerie sans aucun esprit de rigueur et d’innovation (le vocabulaire, janglen ou japen est semblable à celui de Langland), et le poète qui a composé sérieusement son œuvre, même si celle-ci n’est pas reconnue46. Dans Piers, cette opposition existe, mais elle est dépassée. La nature de ce rôle didactique y dépasse la simple transmission de connaissances (et même de la vérité). Les bons ménestrels sont en effet les pauvres et les infirmes, ce qui constitue une référence à Luc 142147, mais aussi des hommes savants (lered, vers 444), qui parlent bien (withoute flaterynge) pour sauver l’âme de ceux qui les écoutent. Ainsi Langland crée-t-il un type de ménestrel évangélique, renforcé par l’association dans la personne de Will de l’ermite et du poète48. Cela peut constituer un rappel de l’image des « ménestrels » de Dieu employée par saint François, que Langland utilise par ailleurs pour railler la perte de vocation des frères49. Dans ce passage, le poète associe donc de manière originale le type du pauvre de l’Évangile et celui du poète sérieux et érudit, qui n’est pas forcément présenté comme un clerc (le terme lered est en tout cas ambivalent). Là encore, le poète se définit comme une autorité marginale.

  • 50 Voir ci-dessus, chapitre III, p. 113.
  • 51 Cf. Kerby-Fulton, « Langland and the Biographic Ego », art. cité, p. 86.

15Un dernier indice significatif est constitué par la multiplicité des révisions que Langland a effectuées. Les transformations de la version B vers la version C ont souvent été vues comme une réaction à la révolte de 1381, même si les conclusions divergent sur la nature de ces révisions50. Par rapport à la réflexion sur son rôle d’auteur, les révisions indiquent avant tout que Langland est de plus en plus conscient de sa responsabilité face à son public, comme l’a déjà suggéré l’évolution de la personnalité de Will51.

  • 52 Même s’il y a parfois des confusions dans les manuscrits contemporains : cf. J. R. Thorne, « Piers (...)
  • 53 Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 276-282.
  • 54 Cf. Middleton, « Narration and Invention of Experience », art. cité, p. 122 : It is Langland’s pec (...)
  • 55 Voir notamment Justice, Writing and Rebellion, op. cit., p. 193 et suivantes. L’analyse de Judith (...)

16Les rapports de Langland avec la notion d’auteur, avec son narrateur et avec son texte, sont donc complexes. Deux éléments nous paraissent essentiels. Tout d’abord, Langland se voit bien comme un auteur, et il est perçu comme tel52, même si les interrogations et les tentatives répétées de clarification de son rôle le distinguent de certains de ses contemporains, tels que Chaucer et Gower. En outre, ses révisions constantes indiquent qu’il est conscient de se situer à l’intérieur d’un marché en formation, marque de l’autonomisation d’un champ littéraire au sein de la production textuelle53. Il tente en effet de contrôler l’accès à son texte alors que celui-ci est déjà en circulation, bien que cela s’avère difficile54. Mais s’il tente de s’affirmer en tant qu’autorité, il se situe délibérément en marge des centres de pouvoir, que ce soit dans sa définition du poète ou dans sa relation aux discours institutionnels, souvent très critique. Il peut être ici opposé à Gower, par exemple, qui tente au contraire de s’en rapprocher davantage55. Mais c’est un positionnement qu’il partage avec d’autres poèmes du corpus.

17Les poèmes de la tradition de Piers, mais aussi Wynnere and Wastoure, révèlent que leurs créateurs se situent bien en tant qu’auteurs. Dans Mum and the Sothsegger par exemple, le narrateur, après s’être réveillé de son rêve mettant en scène le jardinier, se trouve finalement identifié au sothe-sigger :

He chargid me cheerly to change not myn intent
Til the matire of mum were made to thende,
And that I shuld seye sothe and sette no dreede
Of no creature of clay, for criste so hym taughte.

Il m’a chaleureusement chargé de ne pas changer mon objectif jusqu’à ce que le cas de Mum soit mené à son terme, de dire la vérité et de n’avoir peur d’aucune créature de la terre, comme le Christ le lui a enseigné.
Mum and the Sothsegger, vers 1305-1308.

  • 56 Barr et Ward-Perkins, « ‘Spekyng for one’s sustenance’ : the Rhetoric of Counsel », art. cité, pass (...)

18Cette identification prend tout son sens dans la mesure où elle est effectuée dans le cadre de l’écriture d’un livre (vers 1267-1297). Certes, ce passage contient une part de rhétorique, mais comme dans Piers, le narrateur est perçu comme le poète et sa position est à première vue moins instable que celle de Will. Il se définit en confiance comme investi de l’autorité du jardinier (vers 1277-1287). Mais, comme Langland, les auteurs de ces textes se situent volontairement à la marge du discours dominant. L’exemple de Mum est le plus élaboré. Helen Barr et Kate Ward-Perkins, dans un article stimulant, en ont démonté le mécanisme56 : durant la plus grande partie du poème, le discours du sothe-sigger est constamment remis en cause par Mum, parce qu’il est beaucoup plus dangereux que le discours facile de la flatterie. Le narrateur lui-même semble un moment désemparé :

But muche mervailled I, whenne mum was
[passid,
Of his opinion that he heulde euer,
And prouyd hit by profitable poyntz and fele
That better was a burne to abide stille
Thanne the soeth to seye that sitteth in his herte,
Forto warne the wy that he with dwellith,
Or mynne hym of mischief that misse-rewle
[askith.

Je m’étonnais beaucoup, lorsque Mum fut parti, du jugement qu’il maintenait ; il prouvait par suffisamment de points utiles, qu’il était meilleur pour un homme de rester silencieux que de dire la vérité qui se tient en son cœur, afin d’avertir l’homme avec lequel il se trouve ou de lui rappeler le malheur que provoque un mauvais gouvernement.
Mum and the Sothsegger, vers 279-285.

  • 57 Voir ci-dessus, chapitre IV, p. 157-158.

19Finalement, le narrateur voit ses positions réitérées et confortées par l’apiculteur. Mais ce dernier se situe en marge des centres de pouvoir, puisqu’il fait partie des commune au sens le plus large du terme. Il ne s’agit pas en effet des Commons politiques, représentées au Parlement, que l’auteur a d’ailleurs critiquées pour leur pusillanimité57. D’ailleurs, le narrateur précise bien que lui ne fait pas partie des conseillers du roi, et cela dès le début du poème (vers 150-151). Ce schéma est certes tempéré par le fait que l’apiculteur conseille au narrateur de se trouver un patron, de préférence puissant (vers 1284-1285), mais cette éventualité reste bien hypothétique.

20Dans Richard the Redeless, l’auteur précise aussi qu’il n’est pas dans les arcanes du gouvernement. Certes, il est ensuite conforté par Reson, mais tout le poème s’emploie à démontrer que la raison est exclue du gouvernement de Richard. Cela ne constitue donc pas un positionnement favorable au sein des centres politiques. Dans Pierce the Ploughman’s Crede, le phénomène est plus perceptible encore. Le poète se situe en marge de l’institution ecclésiastique, et finit par être identifié à l’autorité du poème, le pauvre laboureur. Il n’est plus seulement validé par cette dernière, comme c’est le cas dans les autres poèmes :

But all that euer I haue seyd soth it me semeth,
And all that euer I haue writen is soth, as I
[trowe,
And for amending of thise men is most that I
[write ;
God wold hy wolden ben war and werchen the
[better !
But, for y am a lewed man paraunter y mighte
Passen par auenture and in som poynt erren,
Y will nought this matere maistrely auowen ;
But yif ich haue myssaid mercy ich aske,
And praie all maner men this matere amende,
Iche a word by him-self and all, yif it nedeth.

Il me semble avoir toujours dit la vérité, et il me semble que tout ce que j’ai écrit est la vérité ; c’est pour l’amélioration de ces gens que j’ai en grande partie écrit ; Dieu veille à ce qu’ils y prennent garde et agissent au mieux ! Mais, comme je suis un laïc, peut-être puis-je allé trop loin par hasard et me trompé-je sur quelque point : je ne peux maîtriser complètement ce sujet ; mais si j’ai médit, j’en demande pardon, et prie tous les hommes d’améliorer cette question, chaque mot par eux-mêmes et tous, si c’est nécessaire.
Pierce the Ploughman’s Crede,
vers 836-845.

21Ce passage développe le thème de la correction des erreurs que nous rencontrons aussi dans Richard the Redeless, mais le point essentiel est bien l’identification au pauvre laboureur qui se situe en opposition à tous les membres du clergé.

22La structuration de The Crowned Kyng, enfin, est un peu différente, dans la mesure où le narrateur n’est pas celui qui dit directement la vérité. Ce rôle est en effet dévolu à un clerc, qui s’adresse au roi :

Liege lord, yif it you like to listen a while
Sum sawes of Salomon y shall you shew sone,
Besechyng you of your souerainte that y might be suffred
To shewe you my sentence in singuler noumbre
To peynte it with pluralites my prose would
[faile ;
To pike a thonk with plesaunce my profit were
[but simple.

Seigneur lige, si vous vouliez pourtant écouter un moment quelques paroles de Salomon, je vous les montrerais promptement, implorant de votre seigneurie qu’elle puisse tolérer que je vous présente ma sentence au singulier. Ma prose échouerait à la peindre au pluriel ; mon profit est plus simple que de gagner des remerciements avec mon discours.
The Crowned Kyng, vers 42-48.

23Il n’y a donc pas de validation immédiate de l’autorité du poète, dans la mesure où ce n’est pas le narrateur qui est situé en position de conseiller et de diseur de vérité. Mais l’image grammaticale employée par le clerc, dans laquelle il favorise l’emploi du singulier au détriment du pluriel, lui permet d’insister sur l’importance de l’unité et de la simplicité du discours face aux multiples discours faux et flatteurs. Même s’il n’est pas le narrateur, le clerc apparaît finalement comme son double.

  • 58 A. Middleton, « The Idea of Public Poetry in the Reign of Richard II », Speculum, 53,1978, p. 94-1 (...)
  • 59 Cf. C. Gauvard, « Christine de Pizan et ses contemporains : l’engagement politique des écrivains d (...)
  • 60 Cf. Blanchard et Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes, op. cit., p. 194.

24Ce type de positionnement interne, c’est-à-dire dans l’espace même des poèmes, peut être mis en relation avec ce que nous avions remarqué en introduction, à propos du fait que les poètes sont apparemment plus éloignés du centre de gouvernement que de nombreux écrivains français de la même époque. Cette forme de marginalisation est bien sûr en partie rhétorique. Langland et ses successeurs, comme Chaucer ou Gower, veulent se faire entendre pour le profit commun et donc se situer en tant que porte-parole de la société politique. Anne Middleton l’a brillamment démontré dans un article de 1978, toujours pertinent : « La poésie publique de la période ricardienne est [...] définie par une relation constante de l’orateur à son audience au sein d’une communauté d’un monde conçu idéalement, relation qui est devenue le sujet poétique. »58 Ainsi la poésie est-elle conçue par ces auteurs comme une activité médiatrice. Mais marginalité et médiation ne sont pas incompatibles. Cette situation excentrée permet aux auteurs de notre corpus de mieux englober les réalités et les représentations qu’ils appréhendent, de s’affirmer en tant qu’individus raisonnables par rapport au reste de la société et de renforcer ainsi, paradoxalement, leur position. Une comparaison avec les écrivains français de la même période s’avérerait fructueuse. En effet, ces derniers sont peut-être plus ouvertement engagés dans le champ politique, en tout cas dans le sens où ils prennent davantage position par rapport à des événements précis59. En même temps, ils semblent davantage pris dans les rets de l’ambiguïté de leur position, étant souvent plus proches du gouvernement royal60. Pour Langland et les auteurs de Mum ou de Richard, l’instabilité et la périphérie, même si elles sont en partie fictives, semblent donc le prix à payer pour assumer leur rôle de sothe-sigger. C’est de cette position marginale, qu’il faut relier avec leur position vis-à-vis de la connaissance, en marge de l’institution ecclésiastique, comme nous l’avons vu précédemment, que nous devons maintenant envisager leur appréhension du salut – le leur et celui des autres.

Notes

1 Cf. J. Simpson, « The contraints of satire in Piers Plowman and Mum and the Sothsegger », dans Langland, the mystics and the medieval religious tradition, éd. H. Phillips, Cambridge, 1990, p. 11-30.

2 Cela est à relier à l’instabilité textuelle et à la faiblesse du contrôle de l’activité manuscrite par l’auteur. Voir la diffusion des Canterbury Tales de Chaucer, analysée par Jean-Philippe Genet dans La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 308-311.

3 Les mêmes idées sont exprimées à la fin de Pierce the Ploughman’s Crede, notamment aux vers 836-845.

4 Cf. Genet, La mutation de l’éducation et de la culture, op. cit., vol. 2, p. 405-408.

5 Minnis, Medieval Theory of Autorship, op. cit., passim. Pour une critique de cette étude, voir S. G. Nichols, « The Book and the Author in the Middle Ages, Two Recent Studies », Medievalia & Humanistica, 14,1986, p. 199-205.

6 Ces quatre causes sont « la cause efficiente (nomen auctoris), à savoir quel est l’agent motivateur du texte ; la cause matérielle (materia), à savoir quels sont les éléments mis en œuvre ; la cause formelle (modus tractandi), à savoir le style et la structure littéraires ; et la cause finale (intentio), à savoir l’objectif même de l’auteur en écrivant ; de cette intentio dépend l’utilitas du texte, c’est-à-dire le rôle qu’il est susceptible de jouer dans la sauvegarde de l’âme humaine » (Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 316).

7 Cf. Medieval Literary Theory and Criticism, c. 1100-c. 1375, éd. A. J. Minnis, A. B. Scott et D. Wallace, Oxford, 1988, p. 439-519.

8 Cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 315-318.

9 Ibid., p. 317. Selon David Lawton, la confrontation des poètes à une double réception, orale et écrite, a également eu un rôle formateur (Chaucer’s narrators, Cambridge, 1985, p. 10).

10 Minnis, Medieval Theory, op. cit., p. 160-210.

11 Ibid., p. 210 : For the most part, Chaucer was content to assume the role of compiler and to exploit the literary form of compilatio. Indeed, so deliberate was he in presenting himself as a compiler that one is led to suspect the presence of a very self-conscious author who was concerned to manipulate the conventions of compilatio for his owm literary ends. If Gower was a compiler who tried to present himself as an author, Chaucer was an author who hid behind the ‘shield and defence’ of the compiler. Cela ne signifie pas que Chaucer n’est pas conscient de son statut d’auteur, mais il n’exprime pas ses doutes de la même manière que Langland et il est peut-être, en dernière analyse, plus confiant (voir Lawton, Chaucer’s narrators, op. cit., p. xiv).

12 Cf. The Idea of Vernacular, op. cit., en particulier la première partie, « Authorizing Text and Writer », p. 1-105.

13 Cf. The Idea of Vernacular, op. cit., p. 7. Dans ce processus, le phénomène des traductions est fondamental (cf. R. Copeland, Rhetoric, Hermeneutics and Translation in the Middle Ages : Academic Traditions and Vernacular Texts, Cambridge, 1991).

14 Cf. Simpson, An Introduction to the B-Text, op. cit., p. 7-8.

15 Cf. Kerby-Fulton et Despres, Iconography and the Professional Reader, op. cit., p. 80-81.

16 Londres, 1965.

17 Piers Plowman B XV, vers 152 : « J’ai beaucoup vécu dans ce monde, dis-je, et mon nom est Long Will. »

18 A. Middleton, « William Langland’s ‘Kynde Name’ : Authorial Signature and Social Identity in Late Fourteenth-Century England », dans Literary Practice and Social Change in Britain, 1380-1530, éd. L. Patterson, Berkeley-Los Angeles, 1990, p. 15-82, p. 31 et suivantes. Un exemple de signature faisant appel au procédé de l’anagramme est l’expression the lond of longynge, qui se situe au début du second rêve intérieur de Will (B XI, vers 8).

19 Ibid., p. 37.

20 Ibid., p. 61 et suivantes. Sur ces questions, voir aussi le programme de recherche Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne (université de Tours) et notamment le volume 4, Discours sur le nom : normes, usages, imaginaire (vie-xvie siècles), éd. P. Beck, Tours, 1997. En France, l’évolution est surtout perceptible dans la période précédente.

21 Cf. C. Dyer, « The Social and Economic Background to the Rural Revolt of 1381 », dans The English Rising of 1381, op. cit., p. 9-42.

22 On sait d’ailleurs que les révoltés en question ont utilisé le poème de Langland dans ces stratégies personnelles de non-identification.

23 Sur le concept de persona, voir Lawton, Chaucer’s narrator, op. cit., p. 8 et suivantes.

24 Bowers, The Crisis of Will in Piers Plowman, op. cit., passim.

25 D. Lawton, « The subject of Piers Plowman », Yearbook of Langland Studies, 1, 1987, p. 1-30, p. 6 : Subjects are in the process of construction throughout life by the official discourses of the institutions of power [...] in fields such as education, the economy, politics, the law and in modern times the media – the discourses that define and seek to circumscribe what we know. Subjectivity is constituted by intersecting and, often conflicting, discourses. Il s’inspire des travaux d’Althusser.

26 Ibid., p. 13. Selon Anne Middleton, Will est davantage le principe générateur de narration du poème (« Narration and Invention of Experience », art. cité, p. 101).

27 Voir les mises en garde de George Kane dans son article « The Autobiographical Fallacy in Chaucer and Langland Studies » (1965), dans Id., Chaucer and Langland, Historical and textual approaches, 1989, p. 1-14.

28 Burrow, Langland’s Fictions, op. cit., p. 90.

29 Cf. K. Kerby-Fulton, « Langland’s and the Biographic Ego », dans Written Work. Langland, Labour and Authorship, op. cit., p. 67-143.

30 Cf. A. V. C. Schmidt, The Clerkly Maker : Langland’s Poetic Art, Cambridge, 1987, p. 5-20.

31 Piers Plowman B I, vers 136-137 : « Enseigne cette doctrine aux ignorants, puisque les hommes instruits la connaissent déjà : la Vérité est le trésor le plus rare sur toute la terre. »

32 « Donne une place parfois au plaisir, parmi tes occupations pressantes » (Distiques, III, 6).

33 G. Olson, Literature and Recreation in the Later Middle Ages, Londres, 1982, p. 232 : In the Later Middle Ages, a number of writers – physicians, philosophers and poets – dealt with these concerns [les relations entre la littérature et la vie] in terms of recreational and hygienic ideas, affirmed the very significant power of fiction and entertainment to revitalize.

34 Cf. Simpson, « The contraints of satire », art. cité, passim. À l’appui de cet argument, il cite un certain nombre d’exemples de sujets traités par Langland et condamnés en 1382 comme hérétiques.

35 Pour Anne Middleton, cet épisode constitue aussi une forme de signature (« Langland’s Kynde Name », art. cité, p. 57). De fait, les études des signatures et de la persona peuvent difficilement être séparées, dans la mesure où dans le poème, la signature est celle de Will.

36 Cf. K. Kerby-Fulton, « ‘Who has written this book ?’ : Visionary autobiography in Langland’s C-Text », dans The Medieval Mystical Tradition in Enyland, Exeter Symposium V, éd. M. Glasscoe, Cambridge, 1992, p. 101-116.

37 Pour une étude détaillée de ce traitement, voir Donaldson, The C-Text and His Pœt, op. cit., p. 136-155.

38 « Celui qui prononce des mots immondes » (Éph 3 :5.)

39 En C, les bons ménestrels disparaissent du prologue.

40 Thomas De Chobham, Summa Confessorum, éd. F. Broomfield, Paris-Louvain, 1968, p. 291-293 ; cf. Schmitt, La raison des gestes, op. cit., p. 271.

41 Schmitt, La raison des gestes, op. cit., p. 261-273.

42 En B II217-218, ils sont associés au personnages de Lyere et en B III 130-132, à Mede.

43 Aux vers 30-47 du passus X, dans le cadre de la discussion sur la richesse, Studie use du même type de vocabulaire que dans le prologue pour dénoncer les ménestrels « bouffons ».

44 « Celui qui vous méprise, me méprise » (Lc 10 :16 ; cf. Jn 5 :23).

45 Haukyn, un des personnages principaux du passus XIII et un grand pécheur, est en partie identifié à un ménestrel.

46 Cf. T. Turville-Petre, « The Prologue of Wynnere and Wastoure », Leeds Studies in English, n.s., 18, 1987, p. 19-29. Voir aussi Nolan, « ‘With tresone withinn’ : Wynnere and Wastoure, Chivalric Serf-Representation, and the Law », art. cité, passim. Elle note à propos de ces vers : The effect of these lines is to establish at the outset that poetry is a serious medium, perhaps couched in ‘myrthes’, but written for the ears of attentive lords. The poet becomes a repository for wisdom, an observer whose detachment makes his verse not only enjoyable but also morally and politically useful (p. 9). Mais ce détachement du poète est en partie factice, comme le montrent ses doutes à propos de la nature du gouvernement d’Édouard III (voir ci-dessus, chapitre IV, p. 126-127).

47 Cette idée est renforcée en C X126-136, où apparaît l’expression mynstrales of heueune et par l’identification de Patience à un ménestrel (cf Simpson, An Introduction, op. cit., p. 152-157).

48 Cf. R. Hanna, « Will’s Work », dans Written Work, op. cit., p. 23-66, p. 48.

49 Voir ci-dessus, chapitre VII, p. 224.

50 Voir ci-dessus, chapitre III, p. 113.

51 Cf. Kerby-Fulton, « Langland and the Biographic Ego », art. cité, p. 86.

52 Même s’il y a parfois des confusions dans les manuscrits contemporains : cf. J. R. Thorne, « Piers or Will : Confusion of Identity in the Early Reception of Piers Plowman », Medium Aeuum, 60,1991, p. 273-284.

53 Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 276-282.

54 Cf. Middleton, « Narration and Invention of Experience », art. cité, p. 122 : It is Langland’s peculiar achievement to have composed his poem to include an accounting of his poetic project, displaying to history a painstakingly circumstanrial reckoning of both its profit and its loss.

55 Voir notamment Justice, Writing and Rebellion, op. cit., p. 193 et suivantes. L’analyse de Judith Ferster est plus nuancée (Fictions of Advice. The Literature and Politics of Counsel, op. cit, p. 108-132).

56 Barr et Ward-Perkins, « ‘Spekyng for one’s sustenance’ : the Rhetoric of Counsel », art. cité, passim.

57 Voir ci-dessus, chapitre IV, p. 157-158.

58 A. Middleton, « The Idea of Public Poetry in the Reign of Richard II », Speculum, 53,1978, p. 94-114, p. 95·

59 Cf. C. Gauvard, « Christine de Pizan et ses contemporains : l’engagement politique des écrivains dans le royaume de France aux xive et xve siècles », dans Une femme de Lettres au Moyen Âge, Études autour de Christine de Pizan, éd. L. Dulac et B. Ribémont, Orléans, 1995, p. 105-128.

60 Cf. Blanchard et Mühlethaler, Écriture et pouvoir à l’aube des temps modernes, op. cit., p. 194.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540