Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

La diffusion d'un modèle ?

Les barricades à Prague en 1848

Ph Dr Kvĕta Mejdřicka

Texte intégral

1Planches XII et XIII

Les historiens qui s'occuperont de l'histoire de cette époque, devraient la dénommer époque des barricades. (F. Kopp, chroniqueur des événements, à Prague)

  • 1 La présente communication a pour sources des ouvrages contemporains.
    Ferdinand Kopp publie, dès la f (...)

2La Bohême n'avait eu, jusqu'en 1848, aucune expérience des barricades. Mais, lorsque les dirigeants radicaux du mouvement révolutionnaire ont senti que la contre-révolution allait anéantir leurs efforts pour imposer des réformes démocratiques, ils se sont défendus avec la même arme que leurs compagnons d'autres pays européens, ils ont érigé des barricades1.

3Pour les nommer, on accola au mot français la terminaison tchèque. Ferdinand Kopp caractérise ainsi l'origine des barricades dans son ouvrage rédigé en 1848 : « le mot barricade est devenu célèbre lors des révolutions et désigne en général un obstacle fait d'objets très divers, entassés, par exemple des voitures renversées, des pierres, du bois, des ustensiles, et ce, à travers une route, un pont, un chemin creux, afin de les barrer. Les barricades servent à la défense, ou à empêcher toute poursuite par les ennemis. Les barricades ont une origine ancienne, qui remonte à l'antiquité. On se servait souvent de barricades au xive siècle. En Bohême, Zizka faisait, pendant les guerres hussites, entasser des charrois, qui étaient autant de barricades mobiles ». Kopp mentionne ensuite les exemples de Paris et d'autres villes. « Les barricades jouaient un rôle déterminant en 1848. Les historiens qui s'occuperont de l'histoire de cette période devraient la dénommer époque des barricades. Depuis février 1848, où elles sont apparues à Paris, jusqu'en juillet de la même année, les barricades ont traversé presque toutes les villes d'Europe ». F.L. Rieger, dans l'Encyclopédie de 1860, définit ainsi le terme barricade : « barricade (du français barre ou barrique - tonneau), enceinte éphémère, constituée de ce qui se trouve à portée de la main, pour la défense d'un local, pour barrer (barricader) les rues et autres voies ; elle peut être faite de voitures renversées, de tonneaux, de pierres, notamment de pavés, de poutres, de mobilier domestique, de fumier et de toute sorte de choses ». Bien que Rieger ait activement participé à la révolution de 1848, il n'a cependant pas combattu sur les barricades.

4Les combats sur les barricades que l'on appelle la « révolte de Prague » commencèrent le 12 juin 1848, alors que le Congrès Slave se tenait dans la ville. Environ 350 délégués y participaient ; parmi eux se trouvaient un grand nombre de Polonais et un seul Russe, Michael Bakounine, alors déjà connu comme révolutionnaire. La tenue du Congrès faisait de Prague le centre du mouvement panslave, ce qui contribuait à détériorer l'atmosphère politique de la ville. Il faut cependant attribuer la plus grande part de responsabilité dans l'aggravation de la situation aux ingérences provocatrices du général commandant, le prince Windischgrätz, qui, depuis son retour de Vienne, dans la seconde moitié de mai, s'efforçait de contraindre la population à s'engager dans des actes qui justifieraient l'intervention de l'armée. Les provocations de la garnison militaire, renforcée par des unités venues de la campagne, se faisaient de plus en plus fréquentes. Selon les contemporains, Prague donnait l'impression d'une ville sur le pied de guerre. Aussi, lorsqu'éclata la révolte, les combattants de la liberté, sans arme ou mal armés, se trouvèrent face à près de dix mille soldats équipés de l'armement le plus récent.

5Les provocations de Windischgrätz ne restèrent pas sans écho dans les rangs des citoyens de tendance radicale. Pendant les premiers mois de la révolution, diverses organisations armées de citoyens se formèrent. Leur but était le maintien de l'ordre dans la ville (la Garde Nationale), mais aussi celui de la révolution en mouvement. Les citoyens de tendance démocratique s'organisèrent au sein de l'association Concorde ; ses membres se distinguèrent plus tard sur les barricades. Les étudiants, convaincus qu'il fallait lutter contre la réaction qui gagnait du terrain, s'organisèrent par faculté (de Droit, de Lettres, de Médecine, de l'Ecole Polytechnique). Ils se distinguèrent par la couleur de leurs casquettes.

  • 2 Bajerová, p. 239-240, annexe 4.

6La radicalisation dans les rangs étudiants est marquée par la fondation de Slavia, organisation patriotique tchèque des étudiants, au début du mois de mai. L'organisation avait des contacts avec des collègues de Vienne, des ouvriers de Prague et des ruraux. Au sein de l'association, un groupe, soumis à une discipline militaire, s'exerçait aux armes, notamment par des exercices tactiques qui faisaient alors partie de la formation. A l'occasion de ces exercices, on se servait de dessins des fortifications de Prague comme support à l'enseignement. Les autorités se sont servies de la saisie de ces documents graphiques dans les locaux de l'association, le dernier jour de la révolte, pour démontrer qu'il existait un plan, prémédité de l'érection des barricades2.

  • 3 Ibid., p. 268-269. Quant aux dépositions des témoins, je ne cite ci-après que Bajerová.
  • 4 Malý J., Naše znovuzrozenĭ (Notre Renaissance), De mars 1848 à mars 1849, Praha, 1880, p. 69-70.

7Une autre version voit dans la révolte le résultat d'un plan préparé au sein du Congrès slave. Les autorités et les conservateurs de Prague accusaient notamment les délégués polonais d'être venu pour y inciter. Cette accusation est présente notamment dans les Mémoires de Jakub Malý - historien, écrivain, journaliste - considéré comme conservateur. Ce soupçon était fondé sur le fait que les « journaux de Cracovie donnaient des nouvelles de la révolte avant qu'elle n'eût éclatée ; il semblait donc qu'ils aient été initiés à ces profonds secrets révolutionnaires »3. J. Malý suspecte aussi Michael Bakounine : « le Congrès ne fut pour lui qu'un prétexte. Il est prouvé que les conflits entre le peuple et l'armée n'auraient pas eu lieu sans ses efforts appuyés ». Les délégués hongrois n'ont pas non plus été épargnés. On soupçonnait les agents hongrois de Kossuth d'encourager les délégués polonais à créer une atmosphère révolutionnaire. Le ministre magyar Széchenyi alla jusqu'à dire que Kossuth tenait entre ses mains les « fils tchèques » de l'insurrection praguoise4. Ces multiples soupçons furent évidemment à l'origine de la décision de Windischgrätz de bannir de la ville les délégués du Congrès dès le 10 juin. Les preuves manquent pour étayer la thèse du complot. Cependant, il est évident que les radicaux tchèques, sentant la nécessité de se préparer à un conflit, même armé, furent encouragés par l'exemple des autres pays européens, et notamment par celui de l'insurrection de Vienne.

  • 5 Frič, op. cit., p. 143.
  • 6 Ibid., p. 125.

8L'association Slavia réclama des armes à la fin du mois de mai, mais les autorités compétentes rejetèrent ses demandes. Quelques étudiants suggéraient de construire des barricades, invoquant l'exemple Viennois. J.V. Frič, suivi par la plupart des historiens, cite les mots de Vaclav Tieftrunk, étudiant arrivé de Vienne, devant l'assemblée des étudiants, le 11 juin : « Nous voulons vous apprendre à construire des barricades »5. Le dimanche soir, à la veille des événements, deux hommes, dont l'un vêtu de l'uniforme de Slavia, se rendirent chez un marchand de la Vieille Ville (Staré Mĕsto), afin de se procurer des tonneaux pour faire des barricades. Une des témoins interrogés dit avoir entendu, cette même nuit, des étudiants briser des bancs et parler de barricades. On prit la décision de se réunir à la fête de la Pentecôte dans la grande salle du Carolinum, de prendre les armes, si les exigences des étudiants étaient de nouveau rejetées. Au dire de plusieurs témoins, quelques étudiants se sont ainsi rendus à l'assemblée, armés (notamment de fusils de chasse). Un étudiant qui avait fabriqué des munitions les distribua6.

9Un officier en civil qui assistait à l'assemblée rapporte que les « combattants français des barricades » exhortaient à la lutte, prodiguaient des conseils sur les combats de rues. Les étudiants, ainsi que d'autres organisations civiles, cherchaient à se procurer des armes avant la fête de la Pentecôte, pour riposter aux provocations de l'armée. Un témoin désigne comme centre de la production des armes le musée où le Congrès tenait ses sessions. On y fabriquait une grande quantité de cartouches et on pouvait s'y procurer de la poudre et du plomb. Cette déposition est cependant sujette à caution.

10A la suite de la messe qui se tint le 12 juin au Marché aux chevaux (à présent place Wenceslas), et à laquelle prirent part les étudiants, les membres des nombreuses organisations, un grand nombre de Praguois et beaucoup d'ouvriers, tous les participants, prêtèrent serment de concorde. Le prêtre qui avait dit la messe invita ensuite la foule à se disperser dans le calme. Mais des cris « Chez Windischgrätz ! » se firent entendre. Le siège du commandement militaire se trouvait non loin du Marché aux chevaux. Il devint l'objectif des deux rassemblements qui se formèrent après la messe. L'usage militaire voulait qu'aucune formation de soldats ne se retire devant une formation civile. En continuant sa marche, la collision inévitable, entre les formations militaires et les rassemblements populaires, se produisit dans la rue Celetná, devant le siège du commandement.

  • 7 Ibid., p. 126-127.

11Dans ses instructions du mois de mai, Windischgrätz, perspicace, ordonnait à son armée de « prendre les barricades qui seraient construites ». En effet, après la première confrontation de la rue Celetná, la Ville retentit d'appels à la barricade, ce qui ne correspondait pourtant à aucune tradition locale. J.V. Frič décrit ainsi la situation dans ses Mémoires : « En peu de temps le décor sanglant si longtemps attendu fut dressé. Ce furent surtout des femmes, tout d'un coup attaquées, à peine échappées d'un danger, qui criaient de toutes leurs forces : Faites des barricades ! Les soldats nous attaquent ! De tous côtés on criait déjà : Des barricades ! Les hommes, au hasard des rues, érigeaient, comme instinctivement, des barricades. J'ai aussi été témoin de l'attaque et du désarmement d'un petit groupe de soldats, qui avait son poste à droite du chemin menant de la Tour au Pont »7.

12Les barricades, ainsi que nous l'apprennent les dépositions des témoins et les dessins de l'époque, étaient faites de tous les matériaux pouvant tomber sous la main. La foule arracha les pavés, à la fois comme élément de construction des barricades et comme munitions. Les combattants les jetaient des fenêtres voisines sur les soldats. Les étudiants, les bourgeois radicaux, les ouvriers constatèrent l'insuffisance des matériaux de construction. Ils pénétrèrent dans les maisons, et s'emparèrent, parfois de force, de divers objets de mobilier : tables, bancs, chaises, armoires, portes et paillasses. Ailleurs, ils firent usage de tonneaux, de voitures renversées, de kiosques... Dans l'actuelle rue Národní, le palais du comte Šlik était alors en construction ; les combattants purent alors faire une barricade « vraiment imprenable » ; on lui donna la forme d'un carré, afin de fermer le carrefour et d'empêcher la progression de l'armée vers le pont.

  • 8 Ibid., p. 128.

13Certains témoignages font aussi mention de bancs d'école et de tableaux noirs comme éléments des barricades. Dans la nouvelle Ville (Nové Město), les élèves d'une pension pour jeunes filles jetèrent par les fenêtres le mobilier scolaire. La barricade qui fut alors construite reçut le nom d'Impériale, parce que le portrait de l'empereur Ferdinand y fut dressé. Le mobilier scolaire fut aussi utilisé dans les barricades aux alentours du Carolinum, le siège de l'Université, où se trouvaient les étudiants. Cependant, leur centre d'activité se déplaça bientôt autour du Clémentinum qui offrait davantage de facilités défensives ; tout un complexe de barricades se forma, le Clémentinum prit l'allure d'une forteresse. C'est là, sur la place des Chevaliers de la Croix que fut érigée la barricade la plus connue et la plus souvent représentée. F. Kopp la décrit ainsi : c'était « la couronne de toutes les barricades, le plus grand ouvrage de maître ». Elle obstruait la tour de la Vieille Ville du Pont Charles, sur le côté droit, et devait empêcher la réunion des unités militaires, scindées sur les deux rives de la Vltava. Le jeune Frič, qui s'était procuré un cheval pour asseoir son autorité, commanda cette barricade. Il jugeait profondément symbolique l'utilisation des bancs d'école comme matériaux de construction : « Je faisais encore jeter les bancs des salles donnant sur la cour, mettant personnellement la main à l'ouvrage, persuadé que cela rendrait à jamais impossible le retour de l'ancien système scolaire »8. Cette barricade a tenu toute la durée des combats, face aux bombardements des canons situés sur l'autre rive du fleuve, près d'Hradčany. On s'efforça de consolider l'ouvrage avec du sable, de la terre, des paillasses et divers objets de bois, dans l'espoir que les boulets s'y logeassent sans dégât.

  • 9 Leur liste dite complète, avec les « adresses » est publiée dans Bajerová, op. cit., p. 385-388, da (...)

14Un grand nombre de barricades obstruaient les rues de la Vieille et de la Nouvelle Ville9. Les contemporains et les historiens estiment qu'il y en a eu entre 200 et 400. F. Kopp s'émerveille de leur quantité, de leur diversité et du changement qu'elles apportaient dans l'apparence de la ville. La plus haute se trouvait place de la Vieille Ville et atteignait le premier étage d'une maison. Les soldats ont dû l'attaquer à trois reprises avant de parvenir à la prendre.

15La barricade de la famille Frič, devant leur maison, était faite de pavés et de pierres, à la manière d'un « bastion denté ». Le père, l'oncle, les frères et amis de Frič l'avaient construite avec l'aide d'artisans du voisinage. Mais Frič précise toutefois que, par chance, cet endroit fut épargné des attaques de l'armée, car elle n'aurait pu résister aux boulets de canon.

  • 10 Helfert J.A., Der Prager Juni Aufstand, Prague, 1897, p. 29.

16Les barricades ont joué un rôle défensif dans les principales artères de la ville, empêchant les communications entre les deux rives de la Vltava. Les combats les plus acharnés eurent lieu aux accès des deux ponts pragois - le pont Charles et le pont suspendu - dans le prolongement de l'actuelle rue Národní. On érigea aussi des barricades dans les rues étroites, par exemple dans la rue Tý nská, à proximité de la place de la Vieille Ville. Un combattant y a vu un homme ériger sa propre barricade, à l'aide de son mobilier ; aucun soldat ne pénétra dans cette rue10. Le ridicule de l'anecdote ne doit pas faire oublier que l'armée subit des pertes considérables en tentant de prendre les barricades de ces rues étroites. Cela conduisit Windischgrätz à faire replier ses troupes de la Vieille Ville au Petit Quartier (Malá Strana) ainsi qu'à Hradčany, d'où elles pouvaient dominer toute la ville grâce aux canons. Mais des barricades se formaient aussi au Petit Quartier et à Hradčany. On en trouve notamment une de taille honorable sur la rive gauche, près de la tour du Petit Quartier du pont Charles.

  • 11 Malý, op. cit., p. 81 ; - Fric, op. cit., p. 164.

17Les insurgés suivaient-ils un plan ? Une dénonciation envoyée à la Police affirme que les emplacements avaient été désignés à l'avance et indiqués par des affiches qui faisaient savoir, en allemand et en tchèque, où l'on pouvait se procurer des pavés. Un commissaire de police, dans son rapport, consigne avoir trouvé ces affiches dans certains endroits où furent érigées des barricades. De semblables accusations de préméditation fleurissent dans les rangs des adversaires de la Révolution. Elles nous paraissent peu crédibles. Dans ses Mémoires, Jakub Maly prétend qu'au Clémentinum, dans la loge du concierge, « un gouvernement secret, fort influent » avait son siège. « Là, Bakounine s'attablait avec ses compagnons, devant des plans de la ville ; il donnait ses ordres pour maintenir l'insurrection ». Frič réagit à cette affirmation en rappelant, dans ses Mémoires, que le 15 juin, alors que l'armée attaquait la Vieille Ville, Bakounine lui avait offert son aide. « Je m'assois avec Bakounine à la table du concierge. Je lui montrais sur la carte quelles étaient nos positions. [...] Voilà ce qu'était ce terrible gouvernement secret ! »11.

18Les combattants des barricades étaient d'origines socioprofessionnelles très diverses : des artisans, maîtres et compagnons, des petits propriétaires, des étudiants, des médecins, des ouvriers, mais tous étaient issus de la population urbaine. On trouve aussi quelques étrangers, des Allemands et surtout des Polonais.

19Le soutien de la campagne a cruellement manqué tout au long des combats. On l'escomptait pourtant, étant donné le mécontentement des paysans qui demandaient l'abolition de la corvée. Il y eut bien quelques insurrections paysannes, mais elles restèrent localisées et se manifestèrent essentiellement par un refus de remplir les obligations envers les seigneurs. Seul un groupe de paysans des environs de Prague vint au secours des insurgés ; il fut arrêté par l'armée aux portes de la ville.

  • 12 Une description très colorée de F. Kopp, op. cit., p. 65-68.

20Plusieurs auteurs attirent aussi l'attention sur l'action de quelques moines franciscains qui prirent part à la construction d'une barricade au voisinage de leur monastère. L'un d'eux monta sur l'ouvrage, le sabre dans une main, un drapeau rouge et blanc dans l'autre ; il encouragea les autres combattants, les fit jurer de tenir leur position, de mourir pour ce drapeau. Pourtant, lorsque les soldats attaquèrent, tous s'enfuirent, à l'exception d'un ouvrier de la brasserie qui proclama que, fidèle à son serment, il était prêt à mourir. Ce moine a tout nié au cours de l'interrogatoire, prétextant avoir aidé à la construction de la barricade sous la contrainte et dans la seule intention de défendre le monastère. Il fut puni par un jeûne et des arrêts. D'autres moines vinrent aussi sur les barricades, mais pour y soigner les blessés12.

21Dans la Vieille Ville, une serveuse se fit remarquer par son habit - une sorte de costume national - et son habileté à manier le fusil. Sur la barricade proche de pont Charles, Frič la cita en exemple aux combattants. Deux dessins contemporains, qui ne manquent pas d'évoquer La Liberté Guidant le Peuple de Delacroix, représentent des combattantes. Sur l'un d'eux, une jeune fille tire au fusil, debout sur une échafaudage de pavés, de planches, de tonneaux et de chaises. Cependant, à la différence de la Liberté de Delacroix, les deux jeunes filles sont décemment vêtues. Les contemporains désignaient ces combattantes du nom d'Amazones ou de Slaves.

  • 13 Voir Moravcová, Ná rodnĭ odé v roku 1848 (Le Vêtement National en 1848), Praha, 1986.

22La question du costume des combattants peut se poser. L'idée d'introduire le costume national est présente dès le début des événements13. Les diverses associations, dont Concorde ou Slavia, se dotèrent d'uniformes, qu'elles conservèrent pendant les combats. Elles cherchaient ainsi à se différencier les unes des autres. Leur prix élevé explique que l'on se contentât souvent du port d'une casquette. Dans le même esprit, Frič pensa, dans l'euphorie des premiers temps, faire frapper des médailles commémoratives pour décorer les combattants.

  • 14 Kopp, op. cit., p. 85-86.

23Les barricades attiraient l'attention des badauds. Lorsque la rue semblait calme, les belles venaient voir l'« attraction ». « Les dames sautillaient sur les barricades comme des chamois, discutaient avec les ouvriers en sueur » raconte Frič, qui, énervé par cette attitude, commandait « Aux armes ! » pour disperser les curieuses. Au troisième jour de l'insurrection, alors que les combattants renforçaient encore les édifices à l'aide de branches d'arbres voisins, la population crut la victoire acquise. On vint voir les barricades avec femmes et enfants ; on but, on joua de la musique, on se mit même à danser. F. Kopp décrit : « Auprès de quelques barricades se déroulaient des scènes enjouées. Autour de tables, les combattants jouaient aux cartes. Plus loin, d'autres, l'arme au pied, le verre à la main, chantaient gaiement. On simulait même, sur une troisième barricade, des combats »14.

24Le problème fondamental des insurgés était l'armement. Les étudiants et les membres de quelques associations, notamment Concorde, possédaient des sabres et des fusils, mais en quantité insuffisante. La Garde Nationale était armée, mais elle n'en faisait usage que dans sa mission de maintien de l'ordre ; elle n'intervenait pas dans les combats. Les combattants avaient recours à des armes improvisées, gourdins, barres de fer, haches. Ils désarmaient aussi les militaires isolés qui s'aventuraient dans la ville. Ils attaquaient les magasins d'armes, militaires ou civils. Le butin était souvent important, mais il s'agissait parfois de modèles anciens, qualifiés d'antiquité. Ils s'emparèrent aussi ponctuellement des armes de la Garde Nationale. Lorsque Windischgrätz donna l'ordre aux troupes d'évacuer le centre, les insurgés pénétrèrent dans les bâtiments militaires abandonnés et les pillèrent. L'armée sauva cependant ses canons, qu'elle mit hors de portée des insurgés, sur la rive gauche, et détruisit les magasins de poudre.

  • 15 Frič, op. cit., p. 147 (comparer Bajerová, op. cit., p. 96).

25Les combattants avaient aussi besoin de munitions. Ils cherchaient à les fabriquer, ou à les faire fabriquer. Selon la déposition du docteur Haas, propriétaire de l'entreprise B. Haas et fils, fonderie de caractères typographiques, des hommes vinrent chez lui le lundi 12 juin, vers midi. La plupart étaient étudiants et parlaient différentes langues slaves. Ils le menacèrent, lui demandèrent des munitions et des cartouches tranchantes. Ils revinrent l'après-midi pour s'emparer des caractères, munitions de fortune. Haas et ses ouvriers n'étaient pas de taille à résister et promirent de fondre des balles. Ainsi, du lundi au vendredi, fournirent-ils quotidiennement une petite quantité de munitions à l'Ecole Polytechnique. Frič, satisfait, consigne : « Les typographes de l'imprimerie Haas nous ont largement aidé »15. Au Petit Quartier, dans la nuit de lundi à mardi, la foule attaqua un magasin de munitions et s'empara de plusieurs quintaux de poudre et de balles. Ailleurs, deux insurgés - deux messieurs bien mis, qui vraisemblablement n'étaient pas de Prague - demandèrent à un fondeur de cloches de leur fondre un canon. Les ouvriers et artisans de Podskalí, une localité sur la rive droite du fleuve, acheminèrent sur un pont de radeaux de la poudre prise dans les magasins de la bourgade et de la nourriture.

  • 16 Ibid., p. 140.
  • 17 Kopp, op. cit., p. 86.

26Le ravitaillement des combattants n'était pas organisé et dépendait de la bonne volonté des citoyens. Frič se souvient combien ses hommes se plaignaient de n'avoir rien à se mettre sous la dent. Il essayait de leur procurer un ravitaillement régulier. Quelques citoyens leur offraient de l'argent ou de la nourriture. Un cafetier, contraint d'abandonner son local qui se trouvait à proximité de la barricade, laissa toute sa provision de café, de sucre et d'alcool aux combattants. Un cabaretier leur offrait de temps en temps une bouteille de son cellier et le monastère voisin leur fournissait quotidiennement un tonneau de bière et de la soupe. La direction de la Ville Juive s'engagea à fournir du pain en contrepartie de la protection du quartier16. En effet, plusieurs émeutes antisémites s'étaient déjà produites et on en redoutait de nouvelles. Il semble enfin que les combattant aient parfois fait usage de la force pour se procurer à manger. Cependant, le contexte était favorable, la ville possédant alors de grandes réserves, ce que Kopp n'hésite pas à qualifier de « fait providentiel »17.

  • 18 Kazbunda K., op. cit., p. 260.

27Les chefs militaires s'inquiétaient aussi du ravitaillement18. Des témoins décrivent des soldats affamés, mendiants quelque nourriture. Le frère du maire de Prague dut envoyer aux soldats de Vyšehrad, près de Podskalí, de la bière et du pain afin qu'ils acceptent de tirer, en remerciement, plusieurs coups de feu sur le pont de radeaux qui acheminait la poudre aux insurgés.

  • 19 Frič, op. cit., p. 158.

28Lorsque, faute d'armes et d'organisation, sous un bombardement brutal, la défense du pont Charles commença à s'effriter, Frič, commandant de la barricade, chercha à encourager les combattants : « Ne reculez pas ! Persévérez ! Honte et mort à qui abandonnera la barricade ! ». Puis tous entamèrent « notre chant magnifique, En Avant Les Slaves ». Ferdinand Kopp se trouvait alors avec eux. C'est en chantant cet hymne panslave que les défenseurs ont continué toute la matinée l'inégal combat19. Pourtant, lorsque la situation sembla sans issue, tous, y compris Frič, abandonnèrent la barricade.

29La difficulté d'établir des contacts entre les divers centres de combats a été fatale aux insurgés. On ne savait pas à un bout de la ville ce qui se passait à l'autre. Il n'y avait aucune information sur les mouvements de l'armée.

  • 20 Kazbunda, op. cit., p. 404-410.
  • 21 Bajerová, op. cit., p. 265.
  • 22 Kopp, op. cit., p. 76.

30On peut s'interroger sur la perception qu'ont eu les militaires de ces combats. Le rapport du général Windischgrätz à l'Empereur, du 17 juin, immédiatement après l'écrasement de la révolte, est en cela tout à fait éclairant20. Le 12 juin à midi, lors des premiers accrochages, on interdit aux soldats de faire usage de leurs armes à feu. Ils dispersèrent les manifestants à coup de sabres et de baïonnettes, n'occasionnant que des coupures. Mais face à l'érection des barricades, Windischgrätz mit la garnison en état d'alerte et autorisa l'usage des armes à feu. On tira des boulets contre celles-ci, les soldats mirent en joue les combattants avant de donner l'assaut, armés de baïonnettes. Ils n'hésitaient pas à poursuivre les insurgés jusque dans les maisons. Les militaires qui avaient essuyé de nombreuses pertes, comme ce fut souvent le cas dans les combats des rues étroites, se vengèrent par des actes de violence. Sous prétexte de chercher des tireurs embusqués, ils pénétraient dans les maisons, les pillaient et les saccageaient21. Ils se comportaient comme dans une ville ennemie. A l'annonce de la mort de la princesse Windischgrätz, les violences militaires se multiplièrent. Ils s'emparèrent d'un étudiant soupçonné d'être l'assassin et le torturèrent cruellement. Ils traitaient les prisonniers sans égard. Les délégués polonais auxquels on imputait, parmi d'autres griefs, la mort de la princesse, furent roués de coups. Un délégué témoigne avoir vu des traces de sang dans les couloirs de l'hôtel où on retenait et interrogeait les délégués ; il se souvient des cris des torturés. F. Kopp condamne les méthodes militaires employées : « Les soldats se comportaient comme une bande d'enragés, sans la moindre discipline. Ces héros étaient depuis si longtemps inactifs. Cela faisait trente ans qu'ils tiraient à blanc. Et maintenant, avec quelle jouissance ils dirigeaient leurs armes de mort contre leurs frères, les remerciant de la concorde dans laquelle ils avaient vécu ! »22.

31Les grenadiers s'étaient montrés si cruels que la commission gouvernementale, arrivée à Prague dans la matinée du 14 juin, demanda leur révocation. Le gouvernement de Vienne, inquiet, avait envoyé cette commission avec la mission d'obtenir une réconciliation. Windischgrätz s'est, par la suite, plaint de ce qu'elle soit arrivée mal à propos, alors que les combattants étaient disposés à accepter ses conditions. Le général finit par imposer ses vues. Il fit usage de l'artillerie contre plusieurs positions de la rive droite, occasionnant de nombreux dommages matériels. Décidé à obtenir une capitulation complète, il fixa aux insurgés comme ultimatum le 17 juin à midi.

32Pendant les négociations, les combats reprirent. Un soldat fut tué et Windischgrätz fit à nouveau tirer plusieurs bombes et grenades sur la ville. Les moulins de la Vieille Ville furent alors incendiés. Le lendemain, la ville capitula et l'état de siège fut proclamé.

33Le général voulait récompenser ses soldats, mais le ministère de la guerre, pour des raisons politiques, ne donna guère suite à ces prétentions.

  • 23 Nep J., Druchsa, genannt Jan z Prahy, Die Schreckenstage in Prag, Prag, 1848, Vierteljahrschrift fu (...)

34En dépit des brutalités militaires, les pertes ont été limitées, en comparaison des autres pays européens. Pour évaluer le nombre de morts et de blessés, les historiens se réfèrent au rapport du périodique médical trimestriel de l'année 1848, selon lequel 43 insurgés auraient péri. On peut vérifier cette indication dans les registres de décès qui mentionnent le nom, l'âge, la profession et le lieu du décès. La plupart ont été tués au cours des deux premiers jours, qui connurent les combats les plus acharnés. On trouve parmi les victimes des artisans, maîtres et compagnons, de tout jeunes apprentis. On ne relève qu'un seul étudiant et cinq femmes. L'âge moyen des tués se situe entre 20 et 40 ans. Le nombre des victimes parmi les soldats s'élèvent à plusieurs dizaines. Un chroniqueur en propose une liste (59 civils et 21 soldats) et donne leurs noms, âge et profession23.

35Cinquante insurgés furent soignés à l'Hôpital Général. Il n'est pas fait mention du nombre de blessés militaires. De plus, on peut supposer que les blessés légers ne cherchèrent pas de soins dans les hôpitaux, de peur sans doute d'y être persécutés. On établit aussi plusieurs centres de soins improvisés, comme ce fut le cas dans une pharmacie de la Vieille Ville, ou encore à l'Hôtel de Ville.

36Le 17 juin, les soldats firent beaucoup de victimes lors de l'attaque de la gare de Bĕchovice, une petite localité près de Prague. Cette attaque visait quelque cent gardes nationaux ruraux venus prêter main forte à la ville et qui repartaient chez eux. Dans le train visé, se trouvaient aussi des démocrates en fuite et Bakunin, mais également deux cents civils, riches bourgeois préférant se réfugier à la campagne. Après avoir cerné le train, les soldats ordonnèrent aux gardes nationaux de descendre et de déposer leurs armes. Puis, sans motif, ils firent feu sur les wagons et la gare, tuant sept personnes et faisant près de cinquante blessés. Windischgrätz avait ordonné cette intervention qui correspondait bien à sa conception d'une pacification énergique.

37Le 18 juin, l'état de siège fut donc déclaré à Prague et une commission d'enquête civile et militaire fut instituée. Elle commença par ordonner la dissolution de toutes les organisations armées de citoyens et fit désarmer la Garde Nationale. On procéda à l'arrestation de 276 personnes, parmi lesquelles il n'y avait qu'un petit nombre des meneurs de l'insurrection, les autres étant parvenu à s'enfuir à temps. Windischgrätz s'employait à prouver que la révolte était le fait d'un vaste complot, ourdi par les radicaux slaves, afin de détacher la Bohême de la Couronne. A Vienne, on préféra hâter l'enquête, afin de ne pas envenimer l'atmosphère politique à Prague et dans le pays. Le siège fut levé dès le 20 juin, et la commission d'enquête remerciée le 25. A la demande de Vienne, seuls les principaux meneurs devaient être cités devant les juges. Le 14 septembre, une amnistie fut proclamée et, progressivement, toutes les personnes arrêtées furent remise en liberté, faute de preuve. Finalement, trois personnes, dont le jeune Frič, furent jugées coupables. Mais tous trois avaient pu prendre la fuite. Un seul homme se retrouva en prison, un tailleur qui avait tué d'un coup de fusil un grenadier. Il fut libéré en décembre.

38En octobre de la même année, Windischgrätz partait rétablir l'ordre à Vienne.

Notes

1 La présente communication a pour sources des ouvrages contemporains.
Ferdinand Kopp publie, dès la fin de 1848, Die Ereignisse der Pfingstwoche des Jahres 1848 in Prag und dessen nächster Umgebung. Kopp, allemand né à Prague en 1824, écrivait en allemand et en tchèque. Il apparaît clairement dans cet ouvrage comme un partisan de la révolution. Après quelques années au séminaire, il étudia le droit puis entra à l'école des mines, en Allemagne. Il contribuait à divers organes allemands et tchèques. A la suite des événements de Prague, il partit à Vienne. Son sort ultérieur reste mal connu. Ernest Denis le considère comme le témoin le plus exact et le plus consciencieux de l'insurrection.
Les Mémoires de J.V. Frič sont aussi une source importante. Frič (1829-1891), fidèle aux idées de son père, démocrate libéral et patriote reconnu, était étudiant en philosophie. Il s'enfuit après l'échec de la révolte, mais revint en 1849 pour prendre part au « complot de mai ». Il fut alors condamné à dix-huit ans de prison. Amnistié trois ans plus tard, il vécut à l'étranger, maintenant des contacts avec des représentants du mouvement révolutionnaire. A la fin de ses jours, il retourna à Prague pour y rédiger ses Mémoires. Nous avons utilisé le tome 2 de Pamĕti (Mémoires), Praha, 1960. En 1846, âgé de 16 ans, Frič avait fuit la maison familiale. Après un court séjour en Angleterre, il se rendit à Paris où il prit contact avec des émigrants polonais de l'organisation Towarzystwo demokratyczne. Il se forma alors à l'école militaire polonaise. C'est au printemps 1847 qu'il revint à Prague (Pamĕti, t. 1, p. 225-302).
L'ouvrage d'Anna Bajerová - Svatodušní bouře v Praze r. 1848 (La révolte de la Pentecôte à Prague en 1848, sous le jour de l'instruction judiciaire), Plzen, 1920 - nous a été très utile. Il fut élaboré grâce aux procès verbaux des dépositions des prévenus et des témoins. Il offre un index des sources et une bonne bibliographie sur la révolte.
Le livre de Karel Kazbunda, České hnutí roku 1848 (Le mouvement tchèque de l'an 1848), Praha, 1829, présente la version officielle des événements, s'appuyant notamment sur les archives de Vienne.
Enfin, l'ouvrage de František Roubík, Český rok 1848 (L'année tchèque 1848), Praha 1948, se révèle être une excellente œuvre de vulgarisation scientifique.

2 Bajerová, p. 239-240, annexe 4.

3 Ibid., p. 268-269. Quant aux dépositions des témoins, je ne cite ci-après que Bajerová.

4 Malý J., Naše znovuzrozenĭ (Notre Renaissance), De mars 1848 à mars 1849, Praha, 1880, p. 69-70.

5 Frič, op. cit., p. 143.

6 Ibid., p. 125.

7 Ibid., p. 126-127.

8 Ibid., p. 128.

9 Leur liste dite complète, avec les « adresses » est publiée dans Bajerová, op. cit., p. 385-388, dans les annexes il y a aussi des petits plans.

10 Helfert J.A., Der Prager Juni Aufstand, Prague, 1897, p. 29.

11 Malý, op. cit., p. 81 ; - Fric, op. cit., p. 164.

12 Une description très colorée de F. Kopp, op. cit., p. 65-68.

13 Voir Moravcová, Ná rodnĭ odé v roku 1848 (Le Vêtement National en 1848), Praha, 1986.

14 Kopp, op. cit., p. 85-86.

15 Frič, op. cit., p. 147 (comparer Bajerová, op. cit., p. 96).

16 Ibid., p. 140.

17 Kopp, op. cit., p. 86.

18 Kazbunda K., op. cit., p. 260.

19 Frič, op. cit., p. 158.

20 Kazbunda, op. cit., p. 404-410.

21 Bajerová, op. cit., p. 265.

22 Kopp, op. cit., p. 76.

23 Nep J., Druchsa, genannt Jan z Prahy, Die Schreckenstage in Prag, Prag, 1848, Vierteljahrschrift fur praktische Heilkunde, 1848, IV, p. 144-145, Polišenský J., Revoluce a kontrarevoluce v Rakousku 1848 (Révolution et contrerévolution en Autriche, 1848), Praha, 1975, p. 179, 182-183, 186-187.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540