Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Quatrième partie. Savoir, langage et transmission

Chapitre X. Les vecteurs de la transmission

Texte intégral

  • 1 Voir ci-dessus, chapitre II, p. 58.
  • 2 Cf. Menache, The Vox Dei, op. cit., p. 9-37.

1Dans le chapitre précédent, nous nous sommes penchée sur les questions relevant des contenus de la connaissance et de leur utilité. Nous voudrions maintenant évoquer les problèmes de transmission de ces contenus. L’analyse factorielle générale a souligné l’importance des mots de la communication orale et écrite, surtout dans Piers Plowman. Cela n’a pas échappé à certains de ses contemporains, comme le suggèrent les notes présentes dans les manuscrits sur les différents types de discours du poème, ou encore l’insistance de l’illustrateur du manuscrit Douce 104 sur les orateurs1. Il s’agit donc d’explorer la manière dont nos auteurs rendent compte des différents types de discours et les transforment, tant dans le façonnement de leurs textes que par rapport à leurs représentations. Après avoir examiné la manière dont les poètes ont perçu le trilinguisme de l’Angleterre, nous envisagerons la parole et l’écrit dans cette perspective globale. Puis nous aborderons les formes de communication non verbale, très variées2, qui apparaissent dans les poèmes : l’organisation de l’espace communicationnel, des gestes et de l’apparence.

Le verbe et la plume

2Le domaine de la communication verbale, textuelle ou non, est fondamental dans des poèmes écrits. Il nous faut avant tout revenir sur la question de la langue.

Les langues : anglais, latin, français

  • 3 Voir ci-dessus, chapitre I, p. 33-36.
  • 4 Par exemple au passus XI, vers 348a et vers 436.
  • 5 Piers Plowman B V, vers 235 : « Je vous assure que je ne connais pas un mot de français, pas plus q (...)
  • 6 À quelques exceptions près, significatives. Au passus XV par exemple, Anima se refuse à traduire un (...)
  • 7 Piers Plowman B XIV, vers 276-278 : « Je ne comprends rien à tout ceci, dit Haukin. Il faut que vou (...)
  • 8 Étymologies, XI, i, 13.

3La particularité de l’Angleterre a été la présence, depuis la conquête normande, du trilinguisme latin-français-anglais. Au xive siècle, l’anglais s’est cependant largement imposé3 : comment les poètes ont-ils perçu et contribué à cette évolution ? Une première constatation est que, dans nos poèmes, le français est nettement en déclin. Langland prodigue encore quelques citations en français4, et s’il semble déplorer la fin de l’enseignement de cette langue (B XV, 373-74), il ne fait que constater un phénomène bien visible, comme il le note d’ailleurs lui-même au passus V : And I kan no Frenssh, in feith, but of the fertheste ende of Northfolk5. Dans les autres poèmes, le français est inexistant. L’anglais est en revanche valorisé, surtout par rapport au latin. Dans Piers, les associations des termes englissh {12} et latyn {16}, suggèrent un rapport fréquent entre eux, sur le plan de la traduction ou de l’interprétation – c’est là que le verbe construen apparaît. Les autres verbes associés à l’anglais portent sur l’enseignement ou l’écriture. Bref, dans de nombreux passages, Langland traduit ou interprète pour ceux qui ne le peuvent pas – les lewed men – le latin en anglais6. Deux passages sont éclairants. Au vers 275-319 du passus XIV, Pacience fait un exposé à Haukyn sur la pauvreté, en partant d’une citation de Vincent de Beauvais en latin, et l’explique en anglais, à la demande de son interlocuteur : « I kan noght construe al this, quod Haukyn, ye moste kenne me this on Englissh. »/ « In Englissh, quod Pacience, it is wel hard, wel to expounen,/ Ac somdeel I shal seyen it, by so thow understonde.7 » Langland reconnaît donc que le processus de traduction est difficile, mais ne l’évite pas. Au début du passus XV (vers 23-39), il fournit un autre exemple de cet effort de clarification, en sens inverse. Cette fois, Anima commence par expliquer ses différents noms en anglais, avant d’en donner un résumé en latin, tiré d’Isidore de Séville8. Dans la version C, on trouve un autre exemple. Aux vers 332-405 du passus III, Langland donne une des premières analyses grammaticales en anglais :

« Thus is mede and mercede as two maner
[relacions,
Rect and indirect, reninde bothe
On a sad and a siker semblable to hemsuluen,
As adiectif and sustantif unite asken
And acordaunce in kynde, in case and in nombre
[…]. »
Quod the kyng to Conscience, « Knowen y wolde
What is relacion rect and indirect aftur,
Thenne adiectyf, and sustantyf, for Enylisch was
[it neuere. »

« Ainsi la rétribution et la juste récompense sont comme deux sortes de relations, directe et indirecte, allant toutes deux sur [un concept] ferme et sûr, dans lequel les deux prennent part, de même qu’un adjectif et un substantif demandent l’unité, et raccordement en genre, en cas et nombre [...]. » Le roi dit à Conscience : « Je veux savoir ce qu’est une relation directe, et ensuite une indirecte, puis l’adjectif et le substantif, car cela n’a jamais été de l’anglais. »
Piers Plowman CIII, vers 332-342.

  • 9 Voir ci-dessus, chapitre III, p. 105-07.
  • 10 Voir entre autres P. J. Carlson, « Lady Meed and God’s Meed : the Grammar of Piers Plowman B 3 and (...)
  • 11 N. Orme, English Schools in the Middle Ages, op. cit., p. 73.
  • 12 Cf. T. Machan, « Language Contact in Piers Plowman », Speculum, 69, 1994, p. 359-385.

4Ce passage, important pour l’éclaircissement du concept de mede dans le poème9, montre le développement d’une terminologie en anglais qui n’existait pas quelques décennies plutôt, comme l’indique l’exclamation du roi au vers 34210. Il faut rappeler qu’après la Peste noire, l’enseignement en anglais s’est étendu rapidement dans les écoles de grammaire, en remplacement du français11. Cette importance accordée par Langland à l’anglais ne l’empêche pas d’utiliser abondamment le latin, et pas seulement pour des citations scripturales12. Dans Pierce the Ploughman’s Crede, en revanche, on retrouve la problématique lollarde évoquée au sujet du contenu de l’enseignement. L’importance de l’anglais est plus grande encore ; aucune citation n’est donnée en latin.

  • 13 À ce sujet, voir le recueil intitulé The Idea of Vernacular, op. cit., qui regroupe de nombreux tex (...)

5Le choix de l’anglais est fondamental, nous l’avons vu. En donnant la préférence à cette langue, Langland et d’autres revendiquent une diffusion plus grande13. En outre, ils s’interrogent, au sein même de leurs poèmes sur les tenants et les aboutissants de ce choix. Langland, surtout, offre au lecteur ses réflexions sur la transmission de la culture latine en anglais et sur la formation d’outils linguistiques. Dans un processus de réciprocité avec la transformation du système de communication, les poèmes fonctionnent à la fois comme impulsion et comme illustration du phénomène de développement de l’anglais.

L’écrit

6L’utilisation de l’écrit a connu au xive siècle, en Angleterre, des transformations importantes. Dans ce domaine, deux éléments sont éclairants. D’une part, il faut se demander comment les auteurs perçoivent ces transformations à un niveau quotidien, fonctionnel. D’autre part, il faut se pencher sur la question de l’écriture poétique et voir l’usage qu’en font les poètes.

  • 14 Pour le sens de conseiller, voir ci-dessus, chapitre IV, p. 121.

7L’importance de l’écrit dans le domaine utilitaire a été reconnue très tôt par les poèmes de notre corpus. Certains termes apparaissent fréquemment : bokes (et dans une moindre mesure boite, qui désigne surtout la Bible), lettre, text pour les substantifs, writen et reden pour les verbes. En ce qui concerne les associations de bokes, dans Piers {22} et dans Mum {12}, les clercs dominent. Parmi les verbes, nombreux sont ceux qui concernent la connaissance et son apport. La notion de composition est présente (maken [2] et writen pour Piers, do [2], maken, bisien on pour Mum). Dans Piers, les associations de lettre/s {14+13} sont plus variées (mais les significations du terme aussi). Nous pouvons noter les associations avec d’autres types de documents (bulle, brief, parchemyn). En ce qui concerne le verbe writen, deux types d’associations dominent dans Piers {29} : d’une part, les supports écrits et les éléments matériels qui s’y rapportent – bokes, caractes, parchemyn ; d’autre part, les mots de la Bible, ce qui nous ramène encore une fois à son importance. Pour les autres poèmes, et en particulier Mum {6}, les associations sont plus générales (speche, word...). Pour le verbe reden, on retrouve les mêmes types d’associations lorsqu’il est envisagé dans son acception de lire14. Il existe par ailleurs de nombreux termes très dispersés.

  • 15 Song of the husbandman, vers 37-39 : « Voici venir les bedeaux avec toute leur vantardise : “Prépar (...)
  • 16 Selon Thorlac Turville-Petre, l’auteur, un lettré, effectue une distanciation par rapport au narrat (...)
  • 17 Orme, « Langland and Education », art. cité, p. 255-256.
  • 18 Piers Plowman B XI, vers 303-306 : « La validité d’une charte peut être contestée devant les hautes (...)
  • 19 Clanchy, From Memory to Written Record, op. cit., passim. Ce ne sont que quelques exemples, mais ce (...)
  • 20 E. Steiner, « Langland’s Documents », Yearbook of langland Studies, 14, 2000, p. 95-115.
  • 21 Cf. W. Scase, « Writing and the Plowman : Langland and literacy », Yearbook of Langland Studies, 9, (...)

8Dans Song of the Husbandman, la corruption des officiers est évoquée par ce passage sur les sceaux en cire verte : Yet cometh budeles, with ful muche bost :/ « Greythe me seluer to the yrene wax ;/ Thou art w riten y my writ, that thou we I most. »15 Dans Satire on the Consistory Court, la critique de la cour ecclésiastique passe également par la dénonciation de l’abus de pouvoir donné par la literacy. Bien que son interprétation ait donné lieu à des opinions divergentes16, ce poème, probablement destiné à des laïcs, révèle par différents procédés la conscience du fossé existant entre ceux qui usent de la literacy et ceux qui en sont privés. Nicholas Orme, dans son article « Langland and the education », a recensé les divers emplois de l’écrit dans Piers17. Selon lui, Langland est très conscient de la prolifération des documents et des fonctionnaires séculiers, et donc de l’extension de la literacy dans la société où il vit, et ce d’autant plus s’il a exercé une activité de copiste. L’étendue de son vocabulaire concernant les documents écrits est très grande : on trouve les termes bille, breef, brevet, chartre, dede, feffement, lettre, parchemyn, pardoun, registre, testament, writ. En outre, il en connaît les modalités d’utilisation, comme en témoigne l’exemple suivant : A chartre is chalengeable bifore a chief justice :/ If fals Latyn be in that lettre, the lame it impugneth,/ Or peynted parentrelynarie, parcelles ouesldpped.18 Par ailleurs, Langland est au fait des personnages impliqués dans ce processus. Il évoque par exemple les clercs de la chancellerie (B prol. 91-6), les officiaux des évêques (B II 174), les notaires (B XX 271-72), les intendants des seigneurs (B IX 38-40). Son poème reflète bien l’extension de la literacy, telle que l’a définie Michael Clanchy19. De plus, Langland utilise certains documents dans la structure même de son poème : la charte de Mede du passus II, le pardon de Truthe au passus VII ou encore les lettres patentes au passus XVII. Selon Emily Steiner, ces documents font métaphoriquement référence au salut et sont des éléments-clés de l’approche du poète20, ce qui ne laisse pas de soulever des questions ; à plusieurs reprises, en effet, Langland semble méfiant par rapport aux outils de la literacy, comme dans la confession de Convoitise (passus V, vers 194-210) où l’apprentissage de la fraude est symbolisé par celui de la lecture21. Toutefois, cette méfiance est relative, elle est d’abord liée aux abus dont elle peut être l’objet.

9La dernière partie de Mum and the Sothsegger constitue peut-être un paroxysme en la matière. Elle est structurée autour de documents de la pratique trouvés dans un sac de livres volés à Mum, dont voici quelques exemples :

There is a quayer of quitances of quethyn goodes
[(1348)
There is a volume of visitation of viftene leves
[(1353)
There is a rolle of religion, how thay thaire rentz
[hadde (1364)
Yit is there a paire of pamphilettz of prelatz of the
[royaulme (1370)
Yit is there a copie for comunes of culmes foure
[and twenty (1388)

Il y a un paquet de quittances de biens légués ;
Il y a un volume de quinze pages de la visite épiscopale ;
Il y a un rôle sur les religieux, sur la manière dont ils ont leurs revenus ;
Il y a encore une paire de pamphlets sur les prélats du royaume ;
Il y a aussi un registre de 24 articles pour les communes...
Mum and the Sothsegger, vers 743-750.

  • 22 Grady, « The Generation of 1399 », art. cité, p. 227.

10Le vocabulaire de l’écrit est intégré par le poète au point que les documents de la pratique constituent une référence dans le cadre de la quête du bon gouvernement. Selon Franck Grady, l’auteur chercherait même à faire de son poème un document de référence, ayant valeur juridique22.

  • 23 Cf. Burrow, Medieval writers and their works, op. cit., p. 17-20.
  • 24 Spencer, English Preaching, op. cit., p. 151.
  • 25 Simpson, An introduction to the B-Text, op. cit., p. 5-10.
  • 26 Middleton, « The Audience and Public of Piers Plowman », art. cité, p. 116 : In Langland’s hands th (...)
  • 27 Cf. Simpson, An introduction to the B-Text, op. cit., p. 129-132. On peut multiplier les exemples. (...)
  • 28 Il n’est par ailleurs pas le seul à avoir dévié des genres littéraires de leur utilisation habituel (...)

11Pourquoi alors écrire de la poésie ? Pourquoi avoir choisi ce vecteur si particulier de transmission ? Il s’agit de comprendre le fonctionnement d’une forme de communication bien précise et l’influence qu’elle a pu avoir sur les transformations générales du système de communication. Nos poètes s’inscrivent dans une tradition poétique bien établie, qu’elle soit didactique, divertissante ou satirique. En Angleterre, et ailleurs, la poésie est très employée pour transmettre un certain nombre de messages, par le biais d’une multitude de genres. En fait, l’utilisation du vers comme médium constituait le meilleur moyen d’atteindre son public23. Helen Spencer note, à propos de l’œuvre, en latin, de Robert de Gretham – un écrivain du xiiie siècle : « Robert écrivait pour une dame noble qui avait une faiblesse pour les chansons de geste qu’il espérait éradiquer. Son choix d’un médium en vers peut donc raisonnablement être interprété comme une concession à ses goûts littéraires, et peut être comparé à l’utilisation semblable qu’a faite Nicholas Bozon de vers anglo-normands dans sa prédication. »24 La prose est alors réservée à certains domaines particuliers : certains ouvrages de la littérature mystique, comme le traité The Cloud of Unknowing (deuxième moitié du xive siècle), de la littérature pratique (dans son sens le plus large et on peut ici se référer aux traductions de John Trevisa, telle celle de l’encyclopédie de Barthélemy l’Anglais) et, au xve siècle, de la littérature politique, comme l’œuvre de Sir John Fortescue. Dans ce contexte, l’utilisation de la poésie est essentielle car elle est le médium le plus prisé par ce public que les poètes veulent toucher. Cependant, Langland exploite cette tradition et la dépasse. Sa poésie est allitérative, mais elle ne ressemble pas aux autres productions et en particulier aux romances. Ces derniers se situent dans un cadre littéraire bien défini, caractérisé notamment par un paysage social dominé par la noblesse25. Il détourne donc ce style de son emploi habituel. Par ailleurs, il intègre d’autres genres littéraires traditionnels en les transformant. C’est le cas avec la chanson d’aventure par exemple26 ou encore avec le genre satirique27. Ces détournements sont liés aux préoccupations de Langland et, en particulier, à celles qui concernent la vérité. Mais par la manipulation de ces techniques et de ces genres littéraires, Langland établit de nouveaux codes poétiques et, en fait, un nouveau mode de communication28 ; il permet à ses lecteurs (ou auditeurs) de trouver leurs marques grâce à des motifs connus, mais dans le but de les entraîner vers de nouvelles réflexions. En cela, il contribue à la transformation de la perception de l’écrit. En outre, cette manipulation de la poésie autorise la constitution de nouveaux codes de transmission aussi bien qu’une plus grande liberté.

L’oral

12La communication orale est très importante dans les poèmes et en particulier dans Piers Plowman. Cet élément a été bien mis en valeur par l’analyse factorielle générale et l’étude lexicologique apporte des résultats significatifs. Nous mettrons l’accent sur trois éléments essentiels : le débat, le discours d’enseignement et la prédication. L’objectif est de voir comment ces différents discours sont perçus et transformés.

  • 29 C’est la troisième personne du singulier de quathen.
  • 30 Et nous verrons au chapitre XII que Pacte de le nommer est constitutif de la narration de sa vie.

13Les verbes exprimant l’action de la parole sont nombreux et surtout très fréquents : quod29, sayen, tellen, speken et carpen. Pour tous ces verbes, à l’exception peut-être de quod, qui permet surtout d’identifier le locuteur dans un discours direct, quelques constantes se dégagent. Tout d’abord, et ce n’est pas une surprise, de nombreux termes relevant de la communication proprement dite apparaissent (tale/s, text, writ...). Surtout, beaucoup d’associations concernent la vérité (sothe et truthe), notamment pour sayen et tellen. Dire la vérité constitue pour les poètes une nécessité primordiale, nous y reviendrons. Et dans ces conditions, il n’est pas étonnant qu’apparaissent comme référents majeurs la Bible et le Christ (notamment pour30) Malgré ces référents positifs, cependant, l’étude des substantifs (speche, tale/s et word/es) invite à une approche plus nuancée. Certains termes associés, en particulier les qualificatifs (semblaunt, gynful, wikked...) introduisent des connotations négatives, qui impliquent le détournement possible du discours. Ce dernier peut donc être faux et hypocrite. Dans le Crede notamment, ce détournement apparaît fortement par le biais des verbes associés à word/es (bitrayen, turnen, bigilen, glosen).

  • 31 A. Middleton, « Narration and Invention of Experience : Episodic Form in Piers Plowman », dans The (...)

14Dans les structures des poèmes, les discours sont très importants. Le dialogue, qui se transforme souvent en débat, est constitutif de cette poésie. Pour Anne Middleton, les épisodes successifs de Piers représentent des combats – combats qui se font par la parole. Cette structure serait liée au projet poétique de Langland, une manière de défendre la validité de sa poésie, mais aussi au problème de la connaissance31. De fait, les dialogues sont fondamentaux car ils constituent en grande partie l’action du poème. Au passus III, se situe le long débat entre Conscience et Mede. Dans ce débat houleux, Mede est rejetée par Conscience et cela constitue un des tournants du poème, même s’il faut encore un passus pour clore son procès. Un autre passage crucial est constitué par la dispute entre Piers et le prêtre au passus VII (vers 105-138) à propos du pardon accordé par Truthe (qui représente ici Dieu). Ce débat se termine par un changement d’orientation de la figure de Piers. Dans les deux cas, les dialogues jouent donc un rôle clé. Ce phénomène est encore plus flagrant dans le Crede, dans la mesure où le poème n’est constitué que de dialogues (encore que ceux-ci se transforment souvent en monologues), entre le narrateur et les frères mendiants, puis entre ce même narrateur et le laboureur. Dans Mum enfin, la parole est au cœur du poème : le narrateur est en quête du diseur de vérité. Mais elle soulève des problèmes. Mum est un personnage complexe, qui représente essentiellement la flatterie et l’hypocrisie du discours. Dans la narration, il est opposé au diseur de vérité. Pourtant, plusieurs de ses affirmations sont en contradiction avec le reste de son discours et de son comportement. Dans sa troisième apparition (vers 713-766), il dénonce sa propre hypocrisie, tout en dissertant sur les dangers de dire la vérité :

And also in cuntrey hit is a comune speche
And is y-write in Latyne, lerne hit who-so wil :
The reason is qui tacet consentire videtur.
And who-so hayh in-sight of silde-couthe
[thingz,
Of synne or of shame or of shonde outher,
And luste not to lette hit, but letteth hit forth
[passe
As clercz doon construe that knowen alle bokes,
He shal be demyd dœr of the same deede.

Il y a également dans le pays une parole courante, écrite en latin, l’apprenne qui veut : la raison est qui tacet consentire videtur. Celui qui a la perception de choses extraordinaires [concernant] le péché, la honte ou la disgrâce, mais permet que cela arrive sans souhaiter l’empêcher, il sera jugé auteur de cette action, comme les clercs qui connaissent tous les livres l’interprètent.
Mum and the Sothsegger, vers 743-750.

15Ce passage permet de saisir la complexité du problème : le discours est fondamental car c’est par lui que la vérité peut-être transmise, mais il est dangereux, soit parce qu’il est hypocrite, soit parce qu’il est mal interprété. Dans tous les poèmes, les dialogues fonctionnent donc comme des éléments structurants et dynamiques pour l’avancement de l’action, mais ils ne sont jamais univoques.

  • 32 Piers Plowman B X, vers 369-370 : « La leçon a été bien longue, dis-je, et je n’en suis guère plus (...)
  • 33 Cf. Middleton, « Narration and Invention », art. cité, p. 106.
  • 34 Voir ci-dessus, chapitre IX, p. 285-286.

16Les discours d’enseignement sont souvent liés à ces dialogues, mais ils ont une fonction propre : ils montrent l’importance de la transmission de la connaissance par la parole. Les problèmes d’interrogation et de manipulation de ce type de transmission sont très développés. Dans la troisième vision de Piers, plusieurs figures représentant des catégories de l’esprit et des institutions profèrent de tels discours. La plupart du temps, ceux-ci plongent Will dans un abîme de perplexité, pour ne pas dire plus : This is a long lesson, quod I, and litel am I the wiser !/Where Dowel is or Dobet derkliche ye shewen.32 Ces discours caractérisent le conflit posé entre l’institution et l’individu, déjà évoqués dans les chapitres précédents. En ce sens, l’enjeu de pouvoir est très important33 ; il y a remise en cause du pouvoir absolu des institutions et c’est en utilisant leur propre discours que le poète l’effectue. Langiand emploie par exemple le discours technique des universitaires dans ce sens34. Mais cela constitue une arme à double tranchant, dans le sens où les poètes eux-mêmes peuvent tomber dans le piège du faux discours, comme le suggère la réflexion de l’auteur de Mum sur cette question.

  • 35 Voir notamment ci-dessus, chapitre VII, p. 223-225.
  • 36 Siegfried Wenzel note par exemple que le vers latin Precepta regis sunt nobis vincula legis (B. Pro (...)

17La prédication constitue un autre élément suscitant des interrogations. Elle est diversement présente dans les poèmes – surtout dans Piers Plowman – et nous avons vu à propos du clergé l’enjeu qu’elle représentait35. Langiand l’utilise dans la structure même de son poème, directement et indirectement. Au début du passus V, Reson prononce un véritable sermon, suivi d’une confession puis d’un pèlerinage, schéma traditionnel. C’est un sermon idéal, fait par une autorité indiscutable, opposé aux pratiques des membres du clergé, en particulier des ordres mendiants. Par ailleurs, Langiand réutilise la structure des sermons à plusieurs reprises dans son poème, nous l’avons évoqué à propos de son usage des citations au chapitre précédent. On constate également des similitudes dans les images utilisées36. Dans ce cadre, les poètes remettent en question la forme – mais non la nature – de la prédication. Il faut ici évoquer la question des exempla et des paraboles. Dans Pierce the Ploughman’s Crede, plusieurs passages font référence aux exempla, de manière fort critique :

Now mot a fiere studyen ans stumblen in tales,
And leuen his matynes and no masse singen,
And loken hem lesynges that liketh the puple,
To purchasen him his pursfull to paye for the
[drynice.

Mais désormais, plus d’un frère étudie et erre dans les histoires, abandonne ses matines, ne chante pas la messe et recherche des mensonges qui plaisent au peuple, afin de remplir sa bourse et payer à boire.
Pierce the Ploughman’s Crede,
vers 591-594.

  • 37 Hudson, The Premature reformation, op. cit., p. 270.
  • 38 Voir ci-dessus, chapitre IV, p. 130.

18Les termes employés sont négatifs, tale notamment. L’auteur du Crede reprend là une thématique résolument lollarde. En effet, selon Anne Hudson, « aucun sermon Iollard ne contient de matériau en dehors de la Bible – aucune anecdote classique, aucune vie de saint, aucun exemplum moral »37. La raison en est que les lollards considéraient ces ajouts comme des facteurs de tromperie et les passages du Crede le montrent bien ainsi. Dans Piers Plowman, la situation est, comme toujours, plus complexe. Langland utilise à plusieurs reprises des exempla et des paraboles dans son poème. Les exempla sont surtout bibliques ; les principaux sont l’histoire des faux prêtres dans le prologue de la version C (vers 95-124) tirée du premier livre des Rois (1-4), l’histoire de Lot au passus I (B I, vers 23-42) et l’histoire de Saul aux vers 259-279 du passus III (d’ailleurs réinterprétée par Langland). L’exemplum non biblique le plus célèbre du poème est la fable des rats et des souris (B, prol. 146-210), couramment utilisée en Angleterre au xive siècle38. Le poète refuse d’en donner une interprétation, alors qu’un exemplum doit normalement être compris. Surtout, deux paraboles de la version B sont très ambiguës. Au passus VIII, les deux frères mineurs que rencontre le narrateur lui content la parabole suivante :

Lat brynge a man in a boot amydde a brode watre :
The wynd and the water and the waggyng of the
[boot
Maketh the man many tyme to falle and tostonde.
For stonde he never so stif he stumbleth if he meve –
Ac yet is he saaf and sound, and so hym bihoveth ;
For if he ne arise the rather and raughte to the
[steere,
The wynd wolde with the water the boot
[overthrowe,
And thanne were his lif lost thorugh lachesse of
[hymselve.
Right thus it fareth, quod the frere, by folk here
[onerthe.
The water is likned to the world, that wanyeth and
[wexeth ;
The goodes of this grounde arn lik the grete wawes
That as wyndes and wedres walweth aboute ;
The boot is likned to oure body that brotel is of
[kynde,
That thorugh the fend and the flessh and the frele
[worlde
Synneth the sadde man seven sithes a day
Ac dedly synne doth he noght, for Dowel hym
[kepeth,
And that is charite the champion, chief help ayein
[synne.

Un homme se trouve dans un bateau en haute mer. Le vent, l’eau et le balancement du bateau le font tantôt tomber, tantôt se relever. La raison est que, aussi fermement qu’il essaye de se tenir debout, il perd pied aussitôt qu’il bouge. Mais pourtant, il reste sain et sauf-comme il se doit. Car s’il se lève brutalement et saisit trop brutalement la barre, la force combinée du vent et de l’eau feront chavirer le bateau et la vie de l’homme sera perdue par sa propre faute. Adoncques, continua-t-il, cela se passe exactement de la même façon pour les hommes ici-bas. L’eau est une image de la prospérité terrestre, avec tous ses hauts et ses bas. Les biens matériels sont comme les grosses vagues agitées par le vent et la tempête. Le bateau est comme notre corps, dont la fragilité est l’essence même. Par conséquent, sous l’influence du démon et de la chair et de l’inconstance du monde, même le juste succombe au péché sept fois par jour. Mais ce ne sont pas des péchés mortels qu’il commet, car il est protégé par Bien-Faire et Charité est son champion, notre principal soutien contre le péché.
Piers Plowman B VIII, vers 30-46.

19Cette parabole illustre la capacité des frères à dégager des arguments spécieux pour leurs propres fins : montrer que Bien-Faire se tient toujours avec eux, et que le péché véniel ne porte pas vraiment à conséquence. Elle pose certes la question cruciale de l’accès au salut alors que le péché est inévitable, mais elle le fait de manière inacceptable : Will avoue ne rien y comprendre. Il y a d’autres exemples d’utilisation ambiguë de la parabole dans le poème : dans la bouche d’Ymaginatif (B XII, vers 161-169) ou dans celle de Rechelesness (C XIII, vers 1-98).

20Dans les poèmes, la prédication est une partie intégrante du paysage contemporain de la diffusion de la parole. Bien des éléments déjà notés pour d’autres types de discours (écrits ou oraux) sont à l’œuvre : un questionnement sur la forme du discours ; la transformation de l’outil « sermon » pour dépasser sa fonction traditionnelle, en interrogeant sa validité et en le réinvestissant d’un objectif nouveau.

21De nombreux éléments suggèrent que les différents types de discours sont souvent chargés, pour les poètes, d’ambiguïté. En corollaire, certains points d’ancrage fondamentaux apparaissent. La référence à la Bible est essentielle dans Piers Plowman et dans Pierce the Ploughman’s Crede (pour ce dernier, c’est surtout des Évangiles dont il est question), tandis que la notion de vérité et de fidélité apparaît dans tous les poèmes de la fin de la période. Surtout, les poètes cherchent à transformer ces différents discours pour ouvrir à leurs lecteurs de nouvelles pistes de réflexion.

La communication non verbale

  • 39 Dans le poème de Langland, il faut également mentionner l’exemple de la musique, qui n’apparaît pas (...)
  • 40 Cf. J. Legoff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1964, 1982, p. 106-115. Nous nous int (...)

22D’autres éléments que la parole et l’écriture sont constitutifs du système de communication. Sans viser à l’exhaustivité, nous nous concentrerons sur trois composantes de la communication non verbale, l’espace, les gestes et l’apparence39. Tout d’abord la visualisation d’un espace symbolique apparaît dans Piers, mais aussi dans Mum et dans Wynnere40. Par exemple, dans Piers, au début du poème :

Thanne gan I meten a merveillous swevene
That I was in a wildernesse, wiste I nevere
[where.
Ac as I biheeld into the eest an heigh to the
[sonne,
I seigh a tour on a toft trieliche ymaked,
A deep dale bynethe, a dongeon therinne
With depe diches and derke and dredfulle of
[sighte.
A fair feeld ful of folk fond I ther bitwene –
Of alle manere of men, the meene and the riche,
Werchynge and wandrynge as the world
[asketh.

Alors vint à moi un rêve extraordinaire. Il semblait que j’étais dans un lieu désert, sans notion de l’endroit où cela pouvait être. Mais comme je regardais vers l’est, et haut vers le soleil, je vis une tour sur une petite colline, élégamment construite, et en dessous, une immense vallée profonde contenant un donjon, avec de profonds et noirs fossés, terrifiants à voir. Entre les deux, je distinguai un beau champ, plein de toutes sortes de gens, humbles et riches, travaillant et vaquant, ainsi que le requiert la vie en ce monde.
Piers Plowman B prol., vers 11-19.

  • 41 Cette opposition est cependant brouillée par le fait que l’auteur la situe dans un rêve.

23Cette disposition du champ entouré par les deux châteaux a souvent été étudiée dans le cadre d’une représentation féodale de la société, mais elle peut être interprétée en termes d’espace symbolique qui oppose le désert (wildernesse) et la civilisation41. D’autres indices suggèrent l’attachement de Langland à cette symbolique. L’image du château est par exemple employée à plusieurs reprises. À la fin du passus V, Piers décrit le château de Truthe (vers 585-629) et au début du passus IX, Wit présente celui de Kynde (vers 1-52), qui s’avère être une image de l’homme. Dans un autre registre, des indications spatiales sont parfois données pour accéder à certains personnages. À la fin du passus V, Piers indique le chemin pour trouver le château de Truthe :

Ac if ye wilneth to wende wel, this is the wey
[
thider :
Ye moten go thorugh Mekenesse, bothe men and

[
wyves,
Til ye come into Conscience

[...]
And thanne youre neghebores next in none wise
[
apeire
Otherwise than thow woldest hii wroughte to
[thiselve.
And so boweth forth by a brook, « Beth buxom

[
of speche »,
Forto ye fynden a ford, « Youre fadres honoureth » :

[
Honora patrem et matrem...
Wadeth in that water and wassheth yow wel

[
there
And ye shul lepe the lightloker al youre lif tyme.
And so shaltow se « Swere noght but if it be for

[
nede
And nameliche on ydel the name of God

[
Almyghty ».
Thanne shaltow come by a croft, but come thow

[
noght therinne :
The croft hatte « Covette noght mennes catel ne

[
hire wyves
Ne noon of hire servaunts that noyen hem

[
myghte ».
[...] Two stokkes ther stondeth, ac stynte thow
[
noght there :
Thei highte « Stele noght » and « Sle noght » – strik

[
forth by bothe,
And leve hem on thi lift half and loke noght

[
therafter,
And hold wel thyn holiday heighe til even.
Thanne shaltow blenche at a bergh, « Bere no fals

[
witnesse » ;
He is frythed in with floryns and othere fees

[
manye :
Loke thow plukke no plaunte there, for peril of

[
thisoule.
Thanne shalt thow see « Seye sooth so it be to

[
doone
In no manere ellis noght for no mannes biddyng ».
Thanne shaltow come to a court as cler as the

[
sonne.

Mais si vous voulez réellement y aller, voici le chemin à prendre. Vous devez voyager, hommes et femmes à la fois, à travers Humilité, jusqu’à ce que vous arriviez à Conscience [...]. Ensuite, vous devez vous retenir de nuire à vos proches de quelque manière que ce soit : vous devez les traiter exactement comme vous aimeriez qu’ils vous traitent. Après cela, continuez votre chemin, suivant un cours d’eau nommé « Parle en bonnes paroles », jusqu’à ce que vous arriviez au gué appelé « Honore tes parents » : Honora patrem et mater... Là, entrez dans l’eau et lavez-vous soigneusement ; alors, vous irez d’un pas plus léger pour le reste de votre vie. Et ainsi, vous verrez un lieu appelé « Tu ne jureras jamais sans besoin et tu n’invoqueras pas le nom sacré de Dieu en vain ». Ensuite, vous arriverez à un petit champ, dans lequel vous ne devez pas entrer. Son nom est « Tu ne convoiteras pas l’argent des hommes ou leurs femmes et tu ne causeras aucun tort à leurs serviteurs ». [...] Deux souches d’arbres se trouvent là ; mais ne vous y arrêtez pas. Elles s’appellent « Tu ne voleras point » et « Tu ne tueras point ». Laissez-les sur votre gauche, et ne jetez pas de regard en arrière vers elles ; observez correctement tous les jours fériés, jusqu’au soir. Ensuite, vous devez vous écarter d’une colline appelée « Tu ne porteras pas de faux témoignages ». Elle est entourée de pièces d’argent et de divers autres moyens de paiements ; mais ne cueillez rien de ce qui pousse là – cela pourrait vous coûter votre âme ! Puis vous verrez un lieu appelé « Ne dis que la vérité et accomplis ce que tu dis même si quelqu’un te pousse à faire autrement ». Et alors, vous arriverez à un château aussi brillant que le soleil.
Piers Plowman B V, vers 560-585.

24Ce parcours forme une remarquable synthèse des enseignements chrétiens majeurs : on note la référence au baptême (568) ainsi que le développement sur les deux commandements du Christ (Math 22 : 37-39) et sur les commandements du décalogue (Exode 20). Ce chemin est avant tout intérieur ; il doit être fait d’humilité, qui apparaît en premier lieu. Mais le poète insiste également sur la parole vraie : les vers 583-584 semblent traités comme un commandement. C’est un parcours très pédagogique, même s’il n’est pas compris par tout le monde, comme le font remarquer les derniers vers du passus (vers 630-642). Au passus X, Studie explique dans la même veine comment faire pour rejoindre Clergie et Scripture (vers 159-168). Son itinéraire évoque une vie d’étudiant exemplaire, avec une insistance sur la parole et l’apprentissage. Au-delà du jeu allégorique, l’espace symbolique apparaît très fortement dans le poème de Langland.

  • 42 Mum and the Sothsegger, vers 38-39 : « Si vous voulez savoir comment l’homme est appelé, c’est un d (...)
  • 43 Par exemple aux vers 321-323, 536-537 ou 553-554.
  • 44 Voir ci-dessus, chapitre VII, p. 237-238.

25Dans Mum, le diseur de vérité est souvent intégré dans un espace donné, la chambre ou la grande salle des seigneurs, pour illustrer son exclusion : Hit is a sothe-sigger that seilde is y-seye/ To becherisshid of chief in chambre or in halle...42 Lors de la description du banquet donné par le maire, le narrateur finit par retrouver le diseur de vérité dans une soupente, puis dans la rue (vers 837-847). Plus généralement, il y a de nombreuses indications de lieux dans le poème. L’auteur, avant de rencontrer les différentes catégories de la société, clercs et laïcs, décrit très souvent, ou au moins mentionne, les lieux où il les rencontre43. Bien sûr, le poème est structuré par la quête du narrateur, mais contrairement à d’autres poèmes, comme The Simonie, qui se contente généralement d’énumérer les différentes catégories, il y a dans Mum un ancrage constant dans l’espace et les lieux. Dans Pierce the Ploughman’s Crede, le narrateur rencontre les frères dans des tavernes et des couvents somptueux, et nous avons vu que la description de ces derniers constituait une stratégie de dénigrement44. Cet espace de richesse et de stupre est ensuite opposé à l’espace du champ du laboureur, pauvre et incitant à la résignation (vers 420-441). L’opposition est semblable à celle de Mum. La disposition spatiale est donc utilisée, au-delà des considérations esthétiques, pour communiquer des thèmes chers aux poètes.

  • 45 J. A. Burrow, « Gestures and Looks in Piers Plowman », Yearbook of Langland Studies, 14, 2000, p. 7 (...)
  • 46 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, 1990.

26Gestes et regards, qui appartiennent aussi à la communication non verbale, sont présents dans les poèmes. John Burrow, dans un article récent sur le poème de Langland, a suggéré l’existence d’une opposition entre les regards, d’ordre informel, et les gestes, plus cérémoniels45. Mais il est également possible, à la suite de Jean-Claude Schmitt, de distinguer gestes (et regards) selon qu’ils fonctionnent comme l’expression des mouvements intérieurs de l’âme, ou comme forme de la communication proprement dite46.

  • 47 Sur les larmes, voir P. Nagy, Le don des larmes au Moyen Âge, Paris, 2000, notamment p. 263 et suiv (...)

27Dans le domaine du regard et de la vision, l’étude de eighes {32}, see {68} et looken dans le sens de regarder {42} fait apparaître trois éléments principaux. En premier lieu, la vision en elle-même est importante, surtout celle du narrateur. Celle-ci se fait dans le cadre du rêve (see est associé à slepen [5]) et elle est axée sur les merveilles et les étrangetés de la nature (par exemple, selkouthes [3] pour le verbe see). Deuxièmement, les larmes sont très fréquentes. Eighes est associé à wepen [4] et water [6] ; loken à water [2]. Elles sont souvent associées au repentir : celles d’Haukyn à la fin du passus XIV (vers 320-332) ou celles provoquées par Repentaunce au début du passus V (vers 60-62), dans le cadre de la confession. Ce sont aussi des larmes de compassion, comme celles que verse le Christ au passus XVI (vers 115-118)47. Enfin, le verbe see est employé en association fréquente avec sayen [9] et parfois comme synonyme de ce terme. Nous retrouvons les deux axes définis à propos des verbes de la communication. Plusieurs épisodes suggèrent combien Langland est au fait de certaines conventions qu’il reprend pour renforcer son propos. L’échange de clin d’œil entre Mede et les hommes de lois au passus IV (vers 152-155), qui montre la connivence des corrompus, est à cet égard éclairant, de même que, en sens inverse, celui qui intervient au passus XIII (vers 111-112), aux dépens du docteur, entre Patience, le narrateur et Conscience. Ces regards ne sont pourtant pas toujours faciles à interpréter, comme celui que lance Leaute au narrateur pour l’avertir des dangers d’une critique mal placée (XI, vers 84-85).

  • 48 Cf. J. F. Waldron, « Gesture of Perception : The Pattern of kneeling in Piers Plowman B 18-19 », Ye (...)

28En ce qui concerne les gestes, les plus fréquents sont ceux de l’agenouillement, d’ailleurs mis en scène à deux reprises. Au passus III, Conscience s’agenouille devant le roi. Ce geste conventionnel prend une autre dimension lorsqu’il est mis en regard de l’opposition de Conscience au roi sur la question de Mede. Il apparaît alors dans la position du conseiller idéal, humble mais intransigeant. Au passus XIX, le verbe kneelen apparaît très fréquemment dans la présentation de l’histoire du Christ et ce geste est à replacer dans le cadre de la double trame liturgique et narrative du passus48. Dans les deux cas, la dimension communicationnelle est très importante, surtout parce qu’elle souligne des éléments non dits du texte. Elle est bien exprimée dans l’un des rares passages où est mis en scène un baiser, celui de la réconciliation des quatre filles de Dieu au passus XVIII :

« And lete no peple, quod Pees, parceyve that we
[chidde ;
For inpossible is no thyng to Hym that is
[almyghty. »
« Thow seist sooth », seide Rightwisnesse, and
[reverentliche hire kiste,
Pees, and Pees hire, per secula seculorum.

« Et que personne, ajouta Paix, ne puisse voir que nous nous sommes querellés. Car rien n’est impossible à Celui qui est tout puissant. » « Tu dis vrai », répondit Justice, et elle donna à Paix un baiser courtois, que Paix lui rendit gracieusement, per seculase culorum.
Piers Plowman
B XVIII, vers 420-423.

29De même, l’opposition entre geste et gesticulation établie par lean-Claude Schmitt est utile pour envisager le célèbre mouvement de rage de Piers au passus VII, lorsque celui-ci déchire le pardon (vers 115-117). Le geste de rage (tene, qui s’oppose à wrathe dans ce cas précis), apparaît aux yeux du prêtre comme une véritable gesticulation. Mais pour Piers, c’est au contraire un geste fondateur, qui a pour but de montrer que le lecteur doit dépasser la lettre. Langland joue donc de cette ambiguïté pour déplacer le centre de l’autorité.

30Ces quelques exemples indiquent que Langland emploie ces éléments non verbaux pour renforcer, et parfois pour justifier, certains des discours tenus dans le poème. Il met en scène des gestes conventionnels tout en les détournant. Le fonctionnement est similaire à l’utilisation de la parole et de l’écrit et constitue un registre supplémentaire dans les objectifs du poète.

31L’apparence apparaît dans les poèmes comme un médium fréquent, très employé dans la critique des différentes catégories sociales. L’auteur de The Simonie l’exprime de manière très directe :

Nu ben theih so deggsed and diverseliche i-diht,
Unnethe may men knowe a gleman from a
[kniht,
wel neih ;
So is micknesse driven adoun, and pride is risen
[on heih.

De nos jours, [les chevaliers] sont si déguisés et diversement parés, que les gens peuvent à peine reconnaître un ménestrel d’un chevalier ; [ils sont] bien proches. Ainsi, l’humilité est mise à bas, et l’orgueil est élevé bien haut.
The Simonie A, vers 256-259.

  • 49 Voir notamment S. Newton, Fashion in the Age of the Black Prince : A Study of the Years 1340-65, Wo (...)

32Ces critiques touchent avant tout les élites (ecclésiastiques compris) et elles sont souvent associées au péché d’orgueil. Elles se retrouvent fréquemment dans de nombreuses sources durant notre période, et ce d’autant plus qu’à partir des années 1340, la tendance est à l’extravagance vestimentaire49. Cette dernière se retrouve par exemple dans Wynnere and Wastoure :

That are had ben lordes in londe and
ladyes
[riche
Now are thay nysottes of the new gett so
nysely
[attyred
With syde slabbande sleues sleght to the groune
Ourlede all umbtourne with ermyn aboute
That es as harde, as I hope, to handil in the derne
Als a cely symple wenche that neuer silke wroghte.
Bot whoso lukes on hir lyre, oure lady of heuen,
How scho fed for ferd ferre out of hir kythe
[...].
Alle thof scho walt al this werlde hir wedes other
For to gyfe ensample of...

Ceux qui ont un jour été dans le pays des seigneurs et des dames splendides sont désormais des fous à la dernière mode, habillés de manière extravagante, avec de grandes manches tombantes qui traînent jusqu’à terre, garnies tout autour avec de l’hermine. Il est aussi difficile, je le crois, de mettre de tels habits dans le noir, que pour une simple jeune fille de mettre des habits de soie. Mais que l’on revoie les malheurs de notre céleste dame, comme elle a fui par peur loin de son pays [...]. Bien qu’elle ait la gouvernance de toute cette terre, ses habits étaient pauvres, afin de donner ainsi l’exemple...
Wynnere and Wastoure, vers 409-421.

  • 50 SR I, p. 280-281 et p. 380-381.
  • 51 Cf. Scattergood, « Fashion and Morality », art. cité, p. 245.
  • 52 SR I, p. 380.
  • 53 Scattergood, « Fashion and Morality », art. cité, p. 250-252.

33Cette description semble assez exacte, mais ce passage suggère surtout une articulation entre des questions économiques (la mauvaise gestion des terres par les possédants) et l’extravagance de la mode, assimilée à l’orgueil. Cette question fait en Angleterre l’objet de nombreuses lois somptuaires à partir de 1337, la plus célèbre étant le statut de 136350. Elles ne seraient pas uniquement motivées par le sens moral des gouvernants, mais viseraient à protéger les intérêts des marchands anglais, dans la mesure où la plupart des articles de luxe étaient d’importation51. Le statut de 1337, par exemple, interdit le port et l’importation d’habits étrangers avant de définir ce que chacun peut et ne peut pas porter. Mais une justification morale est aussi avancée, fréquemment reprise dans les sermons et les textes poétiques, en lien avec la vision d’une société stable : VIII. ITEM, pour loutrageouse et excessive apparaille des plusours gentz, contre lor estat et degree, a tresgrant destruction et empoverissement de tote la terre...52 Un habillement non conforme à son état est associé au péché d’orgueil53. Le thème apparaît aussi dans Piers Plowman, dans la confession de Proud-Pernelle au passus V (vers 62-70).

  • 54 Piers Plowman B I, vers 3 : « Une dame avec un beau visage, vêtue d’une robe de lin. »

34L’apparence peut en fait révéler une véritable opposition éthique. Dans Piers, il y a par exemple un fort contraste entre l’apparence d’Holy Chirche et celle de Mede. La première est décrite comme : A lovely lady of lecre in lynnen yciothed...54 La description brille par sa sobriété et s’oppose à la présentation de Mede :

I loked on my left half as the Lady me taughte,
And was war of a womman wonderliche
[yclothed
Purfiled with pelure, the pureste on erthe,
Ycorouned with a coroune, the Kyng hath noon
[bettre.
Fetisliche hire fyngres were fretted with gold wyr,
And thereon rede rubies as rede as any gleede,
And diamaundes of derrest pris and double
[manere saphires,
Orientals and ewages envenymes to destroye.
Hire robe was ful riche, of reed scarlet engreyned
With ribanes of reed gold and of riche stones.
Hire array me ravysshed. swich richesse saugh
[I nevere.

Je regardai sur ma gauche, ainsi que la dame me l’avait dit : et ce que je vis fut une femme, merveilleusement habillée – son manteau bordé de la fourrure la plus belle qui se puisse trouver, couronnée d’un diadème digne de celui du Roi. Ses doigts étaient élégamment parés de délicats anneaux d’or ; ceux-ci sertis de rubis aussi rouges que des braises, de diamants de la plus belle eau, et de saphirs, les uns orientaux et les autres ayant la couleur de l’eau de mer, pierres ayant le pouvoir d’agir comme antidotes au poison. Sa robe était faite d’une riche étoffe écarlate, brodée de rubans d’or poli et de gemmes sans prix. Le spectacle d’un tel arroi me coupa le souffle ; je n’avais jamais posé les yeux sur pareille opulence.
Piers Plowman B II, vers 7-17.

35Mede apparaît ici dans toute sa splendeur, ce qui fascine le narrateur. Cette description a été mise en parallèle avec celle de la prostituée de Babylone, ou encore avec l’extravagance de la maîtresse d’Édouard III, Alice Perrers. Mais elle s’explique aussi largement dans son opposition avec l’habillement de Holy Chirche. Dans Richard the Redeless, l’apparence de Wit est la cause directe de son exclusion du château des seigneurs :

For he drough him to an herne at the halle ende,
Well homelich yhelid in an holsum gyse,
Not ouerelonge, but ordeyned in the olde schappe,
With grette browis y-bente and a berde eke,
And y-wounde in his wedis as the wedir axith.
[...] The portir with his pikis tho put him uttere,
And warned him the wickett while the wacche
[durid :
« Lete sle him ! » quod the sleues that slode upon
[the erthe,
And alle the berdles burnes bayed on him euere,
And schorned him, for his slaueyn was of the olde
[schappe.

Il s’était avancé dans un coin au fond de la salle, simplement habillé d’un habit sain, pas trop long et fait dans l’ancien style, avec des sourcils arqués et une barbe, et [il était] drapé dans ses vêtements comme le temps le requiert. [...] Le portier le mit dehors avec ses chaussures pointues, et lui interdit la porte pendant que duraient les réjouissances : « Tuons-le ! », dirent les manches qui tramaient par terre. Et tous les hommes rasés lui crièrent dessus, et le méprisèrent, car son habit était de l’ancienne mode.
Richard the Redeless III, vers 211-236.

  • 55 Celle-ci apparaît à plusieurs reprises dans Richard, notamment aux vers 152-181 du passus III.
  • 56 Les lollards étaient aussi apparemment reconnaissables à leur habillement humble (Hudson, Premature (...)
  • 57 Sur l’importance de ce symbolisme, voir M. Pastoureau, Figures et Couleurs, Études sur la symboliqu (...)

36On retrouve la critique des nouvelles modes55, mais l’opposition entre la sagesse et la vanité symbolisée par l’habillement se traduit par une action concrète. La stratégie est du même type que celle de Mum pour l’exclusion spatiale du sothe-sigger. Quant à l’auteur de Pierce the Ploughman’s Crede, il combine ces deux stratégies, en opposant la richesse de l’habillement des frères mendiants et les guenilles du laboureur56. De plus, Pierce entreprend de démontrer que les frères ne sont pas en accord avec les couleurs symboliques de leurs tenues, comme le montre l’exemple des Dominicains, qui portent du blanc, la couleur des anges (vers 687-693). L’auteur s’appuie sur le symbolisme des couleurs, très important, pour contester les prétentions des frères à la pureté57. Dans Wynnere and Wastoure enfin, les descriptions du roi et du héraut (vers 85-120) sont à mettre en relation avec la symbolique chevaleresque (comme l’indiquent aussi les références à l’ordre de la Jarretière). Or, le poème, nous l’avons vu, s’interroge largement sur la prégnance du schéma chevaleresque, remis en cause par les débats entre les deux protagonistes et par le jugement même du roi. L’opposition symbolique est beaucoup plus complexe que la simple dénonciation des apparences.

37Que ce soit dans le domaine des contenus ou dans celui des discours et des autres moyens de communication, les poètes utilisent et détournent les conventions habituelles. Mais la contestation n’est pas leur seule motivation. Les auteurs de ces textes veulent affirmer la validité de leur démarche par tous les moyens possibles, en s’appuyant sur des autorités incontestables (la Bible en premier lieu). C’est dans ce cadre qu’il nous faut dégager les principes de leur perception du salut, le leur et celui des autres.

Notes

1 Voir ci-dessus, chapitre II, p. 58.

2 Cf. Menache, The Vox Dei, op. cit., p. 9-37.

3 Voir ci-dessus, chapitre I, p. 33-36.

4 Par exemple au passus XI, vers 348a et vers 436.

5 Piers Plowman B V, vers 235 : « Je vous assure que je ne connais pas un mot de français, pas plus que quiconque qui vient du fin fond du Norfolk. » C’est Convoitise qui parle. Cependant, ce déclin du français n’a pas été si brutal (cf. W. Rothwell, « English and French in England after 1362 », English Studies, 82, 2001, p. 539-559).

6 À quelques exceptions près, significatives. Au passus XV par exemple, Anima se refuse à traduire une citation du pseudo-Chrysostome dans le cadre de sa critique du clergé, sous prétexte que cela dévaloriserait trop ce dernier (vers 117-127).

7 Piers Plowman B XIV, vers 276-278 : « Je ne comprends rien à tout ceci, dit Haukin. Il faut que vous l’énonciez en anglais. » « En anglais, dit Patience, c’est assez difficile à expliquer. Mais je vais essayer de mon mieux – pourvu que de ton côté, tu fasses des efforts pour comprendre. » La citation de Vincent de Beauvais se trouve dans le Speculum Historiale, X, 71.

8 Étymologies, XI, i, 13.

9 Voir ci-dessus, chapitre III, p. 105-07.

10 Voir entre autres P. J. Carlson, « Lady Meed and God’s Meed : the Grammar of Piers Plowman B 3 and C4 », Traditio, 46, 1991, p. 291-311 ; Miller, « Meed, Mercede and Mercy : Langland’s Grammatical Metaphor », art. cité, passim et J. Alford, « The Grammatical Metaphor : A Survey of its Use in the Middle Ages », Speculum, 57, 1982, p. 728-760.

11 N. Orme, English Schools in the Middle Ages, op. cit., p. 73.

12 Cf. T. Machan, « Language Contact in Piers Plowman », Speculum, 69, 1994, p. 359-385.

13 À ce sujet, voir le recueil intitulé The Idea of Vernacular, op. cit., qui regroupe de nombreux textes sur la question.

14 Pour le sens de conseiller, voir ci-dessus, chapitre IV, p. 121.

15 Song of the husbandman, vers 37-39 : « Voici venir les bedeaux avec toute leur vantardise : “Prépare-moi de l’argent pour la cire verte ; tu es inscrit dans mon registre, que tu connais bien.” »

16 Selon Thorlac Turville-Petre, l’auteur, un lettré, effectue une distanciation par rapport au narrateur (illettré) et ne prend pas son parti (« English Quaint and Strange in ‘Ne mai no lewed lued’ », art. cité, p. 80). Pour John Scattergood cependant, l’auteur reste du côté du narrateur (« The ’Lewed’ and the ‘Lered’ : A Reading of Satire on the Consistory Court », dans The Lost Tradition. Essays on Middle English Alliterative Pœtry, Dublin, 2000, p. 27-42).

17 Orme, « Langland and Education », art. cité, p. 255-256.

18 Piers Plowman B XI, vers 303-306 : « La validité d’une charte peut être contestée devant les hautes cours ; si sa rédaction comporte des expressions latines erronées, la loi le remettra en question, de même que si le texte contient des gloses interlinéaires, ou s’il en manque des passages. »

19 Clanchy, From Memory to Written Record, op. cit., passim. Ce ne sont que quelques exemples, mais cette prégnance de l’écrit est largement apparue dans les chapitres précédents.

20 E. Steiner, « Langland’s Documents », Yearbook of langland Studies, 14, 2000, p. 95-115.

21 Cf. W. Scase, « Writing and the Plowman : Langland and literacy », Yearbook of Langland Studies, 9,1995, p. 121-139.

22 Grady, « The Generation of 1399 », art. cité, p. 227.

23 Cf. Burrow, Medieval writers and their works, op. cit., p. 17-20.

24 Spencer, English Preaching, op. cit., p. 151.

25 Simpson, An introduction to the B-Text, op. cit., p. 5-10.

26 Middleton, « The Audience and Public of Piers Plowman », art. cité, p. 116 : In Langland’s hands the chanson d’aventure as a pretext for vision and dialogue retains its ludic aspect, and as he extends it from a single episode to the generative principle of a long episodic narrative, the revelation of one adventure is retrospectively converted to the delusion or misapprehension of the next. The ‘progression’ in this procedure is not systematic, nor is it to Will’s profit, but is purchased to the audience’s benefit, at his expense.

27 Cf. Simpson, An introduction to the B-Text, op. cit., p. 129-132. On peut multiplier les exemples. David Aers par exemple, étudie l’« allégorie des théologiens », autrement dit l’exégèse biblique et montre que là encore, Langland l’utilise en la détournant (« Reflections on the ‘Allegory of the Theologians’, Ideology and Piers Plowman », dans ID. éd., Medieval literature, criticism, ideology and history, Brighton, 1986, p. 58-73). Àce propos, voir aussi notre article, « Pratiques de l’allégorie », art. cité, passim.

28 Il n’est par ailleurs pas le seul à avoir dévié des genres littéraires de leur utilisation habituelle, puisque Chaucer a également transformé tous les genres abordés dans les Canterbury Tales, comme les fabliaux, les romances..., mais dans une optique différente (cf. The Riverside Chaucer, op. cit., p. 3-22).

29 C’est la troisième personne du singulier de quathen.

30 Et nous verrons au chapitre XII que Pacte de le nommer est constitutif de la narration de sa vie.

31 A. Middleton, « Narration and Invention of Experience : Episodic Form in Piers Plowman », dans The Wisdom of poetry : Essays in Early English Literature in honour of M. Bloomfield, éd. L. D. Benson et S. Wenzel, Kalamazoo, 1982, p. 81-122.

32 Piers Plowman B X, vers 369-370 : « La leçon a été bien longue, dis-je, et je n’en suis guère plus instruit ! Où se trouvent Bien-Faire et Mieux-Faire, vous ne le montrez que de façon bien obscure. »

33 Cf. Middleton, « Narration and Invention », art. cité, p. 106.

34 Voir ci-dessus, chapitre IX, p. 285-286.

35 Voir notamment ci-dessus, chapitre VII, p. 223-225.

36 Siegfried Wenzel note par exemple que le vers latin Precepta regis sunt nobis vincula legis (B. Prol. 145) apparaît dans la Summa que Richard de Wetheringsette composa au début du xiiie siècle pour le clergé paroissial. Autre exemple, la métaphore du Christ nourrice de l’humanité (B XI121) se retrouve dans le Fasciculus morum (V 7, fol. 124) (« The Sermons », dans A Companion to Piers Plowman, op. cit., p. 155-172, p. 161-162).

37 Hudson, The Premature reformation, op. cit., p. 270.

38 Voir ci-dessus, chapitre IV, p. 130.

39 Dans le poème de Langland, il faut également mentionner l’exemple de la musique, qui n’apparaît pas seulement sur le plan liturgique, même si celui-ci est essentiel. Voir par exemple la fin des passus V et XVIII.

40 Cf. J. Legoff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 1964, 1982, p. 106-115. Nous nous intéressons ici à la disposition spatiale symbolique plus qu’à la visualisation précise de cet espace. Langland est parfois comparé, défavorablement, avec d’autres poètes, en particulier Chaucer, pour son manque de description en trois dimensions, autrement dit pour la déficience de son art visuel (cf. R. Woolf, « Some Non-Medieval Qualifies of Piers Plowman », Essays in Criticism, 12, 1962, p. 111-125, p. 115). Cela a cependant été contesté par David Benson dans son article « Piers Plowman and Parish Wall Paintings », Yearbook of Langland Studies, 11,1997, p. 1-38. Il note par exemple que le processus de visualisation dans Piers ressemble à celui des peintures murales : l’attention est portée davantage sur les figures ou les groupes de figures, comme d’ailleurs dans le manuscrit Douce 104 (p. 29).

41 Cette opposition est cependant brouillée par le fait que l’auteur la situe dans un rêve.

42 Mum and the Sothsegger, vers 38-39 : « Si vous voulez savoir comment l’homme est appelé, c’est un diseur de vérité – on le voit rarement ; peu de grands le tiennent en honneur dans la chambre ou le hall. »

43 Par exemple aux vers 321-323, 536-537 ou 553-554.

44 Voir ci-dessus, chapitre VII, p. 237-238.

45 J. A. Burrow, « Gestures and Looks in Piers Plowman », Yearbook of Langland Studies, 14, 2000, p. 75-83.

46 J.-C. Schmitt, La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, 1990.

47 Sur les larmes, voir P. Nagy, Le don des larmes au Moyen Âge, Paris, 2000, notamment p. 263 et suivantes.

48 Cf. J. F. Waldron, « Gesture of Perception : The Pattern of kneeling in Piers Plowman B 18-19 », Yearbook of Langland Studies, 3,1989, p. 49-66.

49 Voir notamment S. Newton, Fashion in the Age of the Black Prince : A Study of the Years 1340-65, Woodbridge, 1980 ; J. Scattergood, « Fashion and Morality in the Late Middle Ages » (1987), dans Id., Reading the Past. Essays on Medieval and Renaissance Literature, Dublin, 1996, p. 240-257.

50 SR I, p. 280-281 et p. 380-381.

51 Cf. Scattergood, « Fashion and Morality », art. cité, p. 245.

52 SR I, p. 380.

53 Scattergood, « Fashion and Morality », art. cité, p. 250-252.

54 Piers Plowman B I, vers 3 : « Une dame avec un beau visage, vêtue d’une robe de lin. »

55 Celle-ci apparaît à plusieurs reprises dans Richard, notamment aux vers 152-181 du passus III.

56 Les lollards étaient aussi apparemment reconnaissables à leur habillement humble (Hudson, Premature Reformation, op. cit., p. 145-146).

57 Sur l’importance de ce symbolisme, voir M. Pastoureau, Figures et Couleurs, Études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris, 1986.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540