Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Quatrième partie. Savoir, langage et transmission

Savoir, langage et transmission

Texte intégral

  • 1 Cf. Watson, « Censorship and Cultural Change in Late Medieval England », art. cité, p. 824 : Arund (...)

1La période comprise entre 1350 et 1415, environ, a été très importante pour l’évolution du système de communication en Angleterre, caractérisée notamment par l’extension de la literacy et le développement de l’anglais, ce qui s’est concrétisé par une importante production textuelle en anglais. L’horizon d’attente des laïcs, en tout cas des élites, s’en est trouvé considérablement élargi. Une manifestation extrême de cette évolution a été l’apparition de l’hérésie lollarde. En 1407, les Constitutions de l’archevêque de Canterbury Thomas Arundel, qui ont coordonné les réactions d’une grande partie de la hiérarchie ecclésiastique, ont provoqué un arrêt dans l’effervescence d’écrits en langue vernaculaire de la période précédente1.

2Dans ce contexte, la question de la connaissance est cruciale. Il est nécessaire de voir comment elle est envisagée dans les poèmes de notre corpus, d’autant qu’eux-mêmes s’inscrivent dans l’évolution de ce système. Trois poèmes abordent ce thème : Piers Plowman, Pierce the Ploughman’s Crede et Mum and the Sothsegger. Nous y constatons une opposition entre ce que devrait être l’usage du savoir et ce qu’il est. Les poètes s’attachent, comme ailleurs, à dénoncer certaines pratiques. Mais ils peuvent aussi agir plus directement pour transformer ces pratiques, plus que dans d’autres domaines, par exemple la structuration de la société, sur lesquels ils n’ont que peu de prise.

3Plus globalement, il faut évoquer l’appréhension par tous les poètes des différents aspects du système de communication : la langue, l’écrit et l’oral, mais aussi les modes de communication non verbale. Il s’agit d’envisager la manière dont ils se les représentent et celle dont ils transforment les discours, afin d’agir sur la perception de leurs lecteurs, dans le contexte des enjeux de leur temps.

Notes

1 Cf. Watson, « Censorship and Cultural Change in Late Medieval England », art. cité, p. 824 : Arundel’s Constitutions... are well known to students ofthe Lollard heresy but [...] also need to be reyarded as the linchpin of a broader attempt to limit reliyious discussion and writiny in the vernacular. Ces constitutions ont été élaborées en 1407, mais n’ont été véritablement promulguées qu’en 1409.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540