Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Troisième partie. L’institution ecclésiastique

Chapitre VI. Le vocabulaire de l’institution

Texte intégral

1Le vocabulaire de l’institution ecclésiastique est riche, non seulement pour les individus ou les groupes d’individus, mais aussi pour les pratiques et les notions qui s’y rattachent.

Les données de l’analyse factorielle

  • 1 Nous nous permettons de renvoyer à notre article, « Analyses factorielles par domaine lexical : ap (...)
  • 2 Dans ce dernier poème, le vocabulaire du clergé et de l’Église est absent : il n’aborde pas ces th (...)
  • 3 Le même problème que pour Richard se pose pour Wynnere and Wastoure.

2L’analyse factorielle du vocabulaire de l’Église et du clergé permet de mettre en valeur un certain nombre de contrastes entre les poèmes, dont certains, il faut le reconnaître, apparaissent déjà dans l’analyse générale. Ayant détaillé par ailleurs cette analyse, nous n’en reprendrons que les conclusions1, en nous concentrant sur les trois premiers facteurs. Le premier facteur contribue pour plus du tiers (36,4 %) à la variance totale du système, ce qui est considérable. On retrouve la même tendance que dans l’analyse factorielle générale, c’est-à-dire l’opposition entre Piers Plowman d’une part, Mum and the Sothsegger et Richard the Redeless d’autre part (mais Wynnere and Wastoure a disparu). Du côté de Piers, on retrouve un ensemble de termes lié à la foi. Certaines notions sont davantage représentées, comme le sacrement de pénitence (shrift) ou le pèlerinage (pylgrim). L’insistance sur ces thèmes est une caractéristique de ce poème. De même, le vocabulaire que nous avons défini comme celui de la communication est très présent. En revanche, la place du vocabulaire de l’échange est moins accentuée. L’analyse thématique ne fait donc que confirmer des tendances plus générales. Du côté de Mum and the Sothseyyer et de Richard2, apparaissent aussi quelques nuances. Si le vocabulaire politique est encore très présent, nous trouvons moins de termes liés à l’action, alors que le thème de la connaissance et de son interprétation ressort davantage. Les termes juridiques sont bien mis en relief. Par ailleurs, un vocabulaire de l’échec est assez prononcé. Le second facteur, qui contribue pour 25,1 % à la variance totale, peut être comparé au troisième facteur de l’analyse générale, puisqu’il oppose Pierce the Ploughman’s Crede aux autres poèmes. Du côté de Piers, le vocabulaire politique est plus fréquent. On notera un pôle plus abstrait (lawe, kynde, conscience). Du côté du Crede, le vocabulaire est précis et, plus encore que dans l’analyse générale, orienté vers les frères mendiants. Leurs principaux défauts apparaissent bien (moneie, pride, bitraye, glose). Certains termes indiquent une insistance sur leur apparence et plusieurs verbes concernent leur existence même (founde par exemple). Dans le même temps, un vocabulaire plus spirituel est bien mis en valeur (soule, blisse, bileve, crede), un peu différent de celui de Piers. Le troisième facteur, qui ne représente plus que 17 % de la contribution totale, est assez délicat à interpréter. The Simonie et Wynnere and Wastoure s’opposent aux autres poèmes3. Du côté de Simonie se trouvent tous les membres du clergé, mais aussi d’autres catégories sociales (knyghtes, povere). Le reste du vocabulaire est critique (pride, symonye, shame). De l’autre côté, nous observons d’une part un vocabulaire de la foi assez marqué ainsi que de nombreux termes marquant une volonté de réforme (amende, hele...). Enfin, apparaissent des termes liés à la connaissance et à la communication.

3Les principaux apports de l’analyse factorielle sont au nombre de deux. D’une part, elle met bien en valeur l’opposition chronologique entre The Simonie et les poèmes plus tardifs. Le premier se caractérise par la domination d’un vocabulaire axé sur la dénonciation des catégories cléricales. La lecture des poèmes révèle cependant de nombreux thèmes communs dans ce domaine. Cela nous permet donc de bien cerner les différences de fond de ces critiques. D’autre part, les poèmes sont bien caractérisés dans leurs différences. Simonie s’intéresse surtout aux individus et à leur rapport avec l’argent. Piers met l’accent sur le vocabulaire spirituel et sur celui de la communication. Dans Mum, les conclusions sont également similaires à celle de l’analyse générale, mais insistent plus encore sur les thèmes de la connaissance et de son interprétation. Le Crede enfin, est davantage mis en valeur que dans l’analyse générale, et au-delà de l’orientation vers les frères, sa dimension spirituelle est plus apparente, ce qui nous permet une approche spécifique de ses accents réformateurs. Cette analyse permet donc de dégager des oppositions qu’il conviendra d’approfondir. L’étude des associations fait au contraire apparaître les points communs, ainsi que les nuances au sein même des poèmes.

Les membres du clergé

4La variété des acteurs est grande : pratiquement toutes les catégories apparaissent. Pour Piers Plowman, cette abondance autorise à effectuer d’abord une revue générale, avant de s’attacher aux nuances particulières. Les termes les plus fréquents sont pope/s {26+2}, bisshop/es {19+13} et prelate/s {1+13} pour le haut clergé, preest/es {27+27} pour le clergé séculier et frere/s {25+39} pour le clergé régulier. Clerk/es {26+71} est le terme le plus courant, mais il a, nous le verrons, une signification générale. Les autres termes qui apparaissent sont cardinal/s {1+6}, confessour/s {5+3}, curatour/s {3+8}, pardoner/s {4+1}, prechours {10}, person/s {4+12} ; monkes {11}, religion {11} et religious {12}. D’autres termes comme chanons ou moniales se rencontrent rarement. L’étude de la distribution des principaux termes (bisshop/es, clerk/es, Jrere/s, pope/s, preest/es) appelle plusieurs remarques. Tous apparaissent dans les deux premières visions ainsi que dans le passus XV, le plus développé sur la question du clergé. Aucun n’est présent dans les passus XIV et XVI à XVIII, alors que ces passus ont une forte connotation spirituelle. En revanche, nous les retrouvons à la fin du poème, surtout dans le passus XX. Quelques différences peuvent être notées. Bisshop/es apparaît peu dans la troisième vision qui porte essentiellement sur la connaissance, contrairement à clerk/es pour lesquels les occurrences les plus fortes se situent dans les passus X et XII. Le terme preest/es, en particulier au singulier, est très présent dans la seconde vision, qui porte en partie sur des pratiques religieuses institutionnelles.

5Les membres du clergé sont très souvent associés entre eux. Le terme bisshop/es par exemple, est associé à preestes, pardoner, chapeleyn... En ce qui concerne les thèmes communs, l’impression dominante est celle de la critique, souvent plus importante au pluriel qu’au singulier. Les associations les plus significatives sont celles qui relèvent de l’argent, mais d’autres éléments apparaissent, comme la prédication ou l’enseignement, ce qui nous conduit à la question des missions du clergé. Pour le reste, on trouve des nuances importantes.

  • 4 Voir ci-dessous, chapitre IX, p. 290-291.

6Le terme clerk/es , de loin le plus fréquent, a des associations très variées. Il est délicat à cerner, dans la mesure où il signifie aussi bien les ecclésiastiques en général que les hommes de savoir, l’un n’excluant évidemment pas l’autre. Trois points forts peuvent être distingués, surtout pour le pluriel, qui nous permettent de mieux cerner l’usage de ce terme. En premier lieu, pratiquement tous les groupes de la société y sont associés, en particulier kyng/es [6], knyyhtes [5], et lewed [4]. De fait, c’est le terme utilisé dans les diverses énumérations sur la société. Par ailleurs, les deux thèmes importants associés sont ceux de l’amour de la richesse (Mede [5], coueitise [4]...) et surtout de la connaissance4. En revanche, les missions du clergé comme la prédication ou encore la confession concernent peu les clerk/es. Le terme est donc employé par Langland d’une part pour signifier le fait que les clercs constituent un groupe social bien identifié et d’autre part pour désigner les hommes de savoir.

7Les associations au terme pope/s montrent que le pape est présenté comme un souverain temporel, mais certains verbes suggèrent qu’il fait bien partie de l’institution ecclésiastique (prechen). Surtout, on note la présence des termes grace [2], graunten [2] et pardon [2], qui ramènent à sa mission spirituelle. L’aspect temporel est moins net pour le terme prelate/s et surtout pour le terme bisshop/es, souvent associé à d’autres membres du clergé. Pour ce dernier, il faut noter la présence de documents de la pratique. L’évêque apparaît comme l’administrateur de son diocèse, et nous verrons que le poète insiste sur ses responsabilités vis-à-vis de ses subalternes. Enfin, pour ces termes, les verbes impliquant une critique ou une nécessité de réforme sont assez nombreux : blamen, amenden, fallen par exemple. Pour les strates inférieures du clergé séculier, le terme le plus fréquent est preest/es, avec une opposition entre le singulier et le pluriel. Au singulier, les associations négatives sont rares ; ce sont surtout les devoirs du prêtre qui sont mis en valeur. Il doit amener à la pénitence, enseigner et prier. Il est associé à la paroisse et son enracinement local est bien mis en valeur. Au pluriel, le terme est, de même que bisshop/es, surtout associé à d’autres membres du clergé. Ils apparaissent comme les grands représentants de l’Église pastorale. Langland en est d’autant plus sévère avec eux, en particulier dans les qualificatifs (inparfit [2], ydiotes...) et ils sont critiqués pour leur ignorance. Les associations avec l’argent et ses excès sont très présentes.

8Le clergé régulier apparaît de manière générique avec les termes ordre/s {9}, religious {11} et religion {11}. Le premier, assez rare, ne signifie ordre religieux que dans six cas et désigne avant tout dans le poème les ordres mendiants {4}. La signification des deux autres termes est parfois ambiguë, surtout celle de religion, qui peut désigner les membres d’un ordre religieux mais aussi avoir le sens de système de foi, de croyance ou de dévotion. Dans le poème, religious et religion désignent surtout les réguliers. Pour ces deux termes, la spécificité la plus forte est l’association à rule [2+5] et dans une moindre mesure à ordre. Les associations aux richesses et au siècle sont fréquentes. Cet aspect n’est pas aussi net pour le terme monk/es, moins employé {1+9}. Dans ce dernier cas, les associations sont moins négatives, même si elles sont encore présentes. Enfin, les frere/s apparaissent souvent {25+39} et, au singulier comme au pluriel, les associations sont très négatives. Au pluriel surgissent des personnages peu recommandables (faitours, fals folk), mais aussi beaucoup de membres du clergé. De nombreux substantifs associés concernent leur mode de vie, leur richesse, leur lien avec la connaissance. Les qualificatifs, critiques, apparaissent surtout au singulier. Parmi les verbes, fynden est le plus fréquent – que les frères soient sujets ou compléments – et beaucoup d’autres ont une connotation négative (enchaunten par exemple). Au-delà de la critique, une des préoccupations majeures de Langland apparaît : le problème de la justification de l’existence même des ordres mendiants et celui de leur mode de vie.

  • 5 Dans la version C, si nous nous en tenons aux principaux termes, les changements sont surtout de d (...)

9Si les différences entre les catégories sont dans certains cas importantes (en particulier entre les frères et les autres), les grands thèmes sont constants5. Le lien avec la sphère temporelle (richesse et pouvoir) n’apparaît pas seulement pour le haut clergé. L’enseignement et les autres missions du clergé ont une place importante, avec en filigrane toute la question de son exemplarité. Pour les mendiants, s’ajoute la question même de leur fondation. Le vocabulaire de nature spirituelle est peu présent, sauf pour le terme preest/es, pour lequel il y a une insistance forte sur le sacrement de pénitence. L’analyse de la distribution a d’ailleurs suggéré que les membres du clergé sont laissés de côté lors de la narration de la vie et de la passion du Christ.

10Dans The Simonie, les proportions sont moins importantes, mais les membres du clergé se retrouvent parmi les fréquences les plus fortes du poème, notamment bisshop {6}, clerk/es {4+6}, frere/s {4+4} et preest/es {5+2}. Les associations principales concernent la richesse du clergé, ce qui est attendu. Dans Pierce the Ploughman’s Crede, le terme frere/s domine bien sûr {18+28}, mais en fait, tout le poème parle d’eux et de leurs défauts ; l’analyse du vocabulaire est donc biaisée. Cependant, quelques éléments significatifs confirment et affinent les apports de l’analyse factorielle. Parmi les substantifs associés, en dehors des termes attendus comme ceux qui portent sur la richesse ou des plaisirs temporels, il faut noter l’accent mis sur la vérité (truthe [3]) et son contraire (falshed [2]). La notion de fausseté se retrouve dans les qualificatifs, très critiques, au singulier comme au pluriel. Parmi les verbes, nous retrouvons fynden et founden, comme dans Piers. Les associations des différents ordres (austyn/s {3}, carme/s {6}, menour/s {7} et prechour/s {7}) précisent l’analyse, mais c’est pour les frères prêcheurs que les critiques sont les plus nettes ; ils sont associés à l’orgueil et au diable. Le terme ordre/s {7+5} est utilisé exclusivement dans le sens d’ordres mendiants ; les associations sont du même type que pour frere/s, avec peut-être une insistance sur la question de la fondation. Les critiques de l’auteur du Crede sur les ordres mendiants sont donc variées, dénonçant autant leur avidité matérielle et ses conséquences que leur corruption spirituelle, inhérente à leur existence même. Dans Mum, les catégories du clergé sont diverses, mais les fréquences ne sont pas très importantes. Clerk/es {11+12}, frere/s {3+7}, preest/es {4+5} et prelate/s {2+8} sont les termes principaux. On observe des nuances sensibles par rapport aux autres poèmes. D’une part, les clerk/es sont d’abord vus comme des hommes de savoir : le vocabulaire de la connaissance l’emporte largement. D’autre part, les prelate/s sont surtout considérés comme des acteurs politiques, comme le montrent par exemple les personnages associés (prince/s [3]). Seul le terme preest/es a une connotation un peu plus spirituelle, au moins au singulier. En ce qui concerne les frere/s, on note de nombreuses associations en négatif avec des termes cruciaux comme l’amour, la charité, la foi et la vérité. Les associations du terme ordre/s, lorsqu’il est utilisé pour désigner les ordres mendiants {7/10}, montrent que l’accent est à nouveau mis sur la question de la fondation. En fait, nous le verrons, la question des frères et du clergé dans Mum est plus importante que ne le laissent présager les fréquences. Ce phénomène est lié à la présence de longs passages sur chaque catégorie, sans récurrences. L’analyse permet cependant de repérer les grandes tendances et montre que le clergé est surtout vu par l’auteur de Mum comme un groupe faisant partie de la société politique (à l’exception peut-être des frères). Sa vision est empreinte de pragmatisme.

Les mots de l’institution

  • 6 Certaines de ces notions seront abordées en détail dans la dernière partie de cette étude.

11Plusieurs notions présentes dans les poèmes se rattachent à l’institution ecclésiastique : termes généraux (chirche, clergie mais aussi charité) ; mots exprimant des pratiques, comme la messe, les sacrements ou les prières ; termes exprimant la foi. Nous analyserons ici la mise en relation de ce vocabulaire et des acteurs, afin d’en extraire le sens pour une étude de l’institution6.

  • 7 Voir ci-dessous, chapitre IX, p. 268-269.
  • 8 Voir la définition d’Anita Guerreau-Jalabert dans « Spiritus et caritas. Le baptême dans la sociét (...)

12Bien que le terme clergie puisse désigner à l’occasion le clergé dans son ensemble, il est surtout employé dans les différents poèmes au sens de savoir, même s’il y a parfois ambiguïté. C’est pourquoi l’analyse de clergie sera détaillée dans le chapitre IX, consacré à la connaissance7. La signification du terme chirche est multiple : le bâtiment, la communauté des chrétiens dans son ensemble, l’institution au sens restreint du terme (la hiérarchie cléricale). Cela renvoie au vocable latin ecclesia8. Si la première utilisation est aisée à détecter, il n’en est pas de même pour les deux autres. Le terme apparaît dans tous les poèmes, mais c’est dans Piers Plowman qu’il est le plus fréquent {76}. L’utilisation de chirche dans le sens de bâtiment y est peu importante {16} ; dans ce cas, les associations concernent surtout les pratiques, et en particulier la messe [5]. Quand le terme exprime les notions abstraites {60}, il est toujours qualifié par holy. Mais il est souvent difficile de préciser s’il s’agit de la communauté dans son ensemble ou de l’institution au sens restreint. Pour les associations avec les personnages, toutes les catégories sont représentées, bien que le clergé domine (clerkes [6], preestes [4]...). Les substantifs associés sont dans l’ensemble positifs, centrés sur la foi, l’Écriture et des aspects spirituels. Le vocabulaire de la connaissance est peu présent, de même que celui des différentes pratiques relevant de l’institution, ou encore celui de la richesse. Parmi les verbes se dégagent ceux qui renvoient aux notions de protection et de stabilité. Il semble que, dans l’esprit de Langland, la frontière entre l’institution et la communauté des chrétiens ne soit pas bien définie, ce qui ne signifie pas qu’il n’y ait pas de distinction claire dans certains cas. Le terme transcenderait plutôt les deux significations de l’Église en lui conférant une dimension spirituelle et positive fondamentale, peut-être plus proche de l’image allégorique. Dans les poèmes de la tradition, les occurrences sont peu nombreuses : onze pour Pierce the Plouyhman’s Crede et sept pour Mum. Dans les deux textes, il y a une égale répartition entre la notion et le bâtiment. Pour le premier sens, l’idée dominante est celle de la destruction – par les frères dans le Crede et par l’argent dans Mum. Là encore, le terme est conçu comme une notion globale et abstraite. Quant aux associations au bâtiment, elles dénoncent une décoration outrancière, surtout dans le Crede, et l’on verra que c’est une des critiques importantes faites aux frères.

  • 9 Voir aussi ci-dessous, chapitre VIII, p. 246-252.

13Le terme charité constitue un principe fondamental sous-tendant l’existence de l’Église9. Dans Piers, charité {39} apparaît avant tout dans le passus XV ; Anima en fait alors le portrait. Les associations sont dans l’ensemble très positives (chastite [3], feith [2], hope) et renvoient au principe, à la vertu théologale, plus qu’à ses manifestations concrètes. Les catégories cléricales apparaissent peu, alors même que le thème est rattaché à la discussion sur l’institution ecclésiastique. Dans le Crede {4} et dans Mum {5}, le terme est avant tout associé aux frères, dans un esprit critique. Dans le premier poème, les associations à chastite [2] renvoient nettement à Piers Plowman.

14Les termes désignant les pratiques et rites liés la manifestation de la foi apparaissent surtout dans Piers, mais tous ne sont pas représentés de manière significative. En dehors de preiere/s et de masse/s, les principaux termes sont ceux qui relèvent du sacrement de pénitence, penaunce/s, shrift/es, shryuen, assoillen, contricion et pardon. Preiere/s {21}, qui a comme en français aussi bien une connotation spirituelle qu’une dimension plus générale de demande, a une distribution assez régulière. Les associations montrent la domination de la première dimension, et l’insistance sur les idées de penaunce/s [8], de pardon [2] et de charité [3]. En revanche, les associations au clergé sont presque inexistantes. La prière est vue comme une pratique spirituelle intime, qui n’a pas besoin d’intermédiaire. L’étude du verbe preien dans Piers {37} montre que, là encore, la dimension spirituelle l’emporte, même si la prière ne s’adresse pas forcément à Dieu ou au Christ, mais aussi à des allégories (Hunger [3]) ou à des personnages humains (knyght/es, kyng). Dans les poèmes de la tradition, ces deux termes sont peu fréquents. Dans le Crede, les associations sont semblables à celles de Piers, tandis que dans Mum, la connotation spirituelle est peu présente.

15Dans Piers, le terme masse/s {19}, qui représente une pratique plus définie que le terme précédent, apparaît surtout dans les passus mettant en scène des pratiques liées à l’institution ecclésiastique (passus V et XI). Les associations essentielles sont effectuées avec les personnages membres du clergé, et avec les substantifs chirche [6] et matyns [8]. Le vocabulaire de l’argent est aussi présent. Les verbes évoquent surtout l’écoute de la messe (heren [4]) ou le chant (syngen [2]). Le même type d’associations apparaît dans le Crede {4} et dans Mum {3}. C’est la pratique la plus liée au clergé, et celle où apparaît davantage la corruption.

  • 10 Pardon apparaît à deux reprises dans le Crede.

16Le sacrement de pénitence constitue un enjeu fondamental aux yeux de Langland. Shrift/es {14} et shryven {12}, confession et confesser, ne se retrouvent que dans Piers. Les associations de shrift/es révèlent la complémentarité entre la confession orale et la sincérité de cette confession (mouthe [3], herte [2], shame [2]). Pour le verbe, les associations au clergé sont les plus nombreuses, et l’on retrouve la notion de sincérité, mais aussi la valeur de ce sacrement (helen, salven...). Le verbe assoillen, absoudre, apparaît dans Piers {15} et dans le Crede {8}. Ses associations concernent le péché et la nécessité du repentir et de la restitution. Les personnages associés sont les membres du clergé, à l’exception de Piers qui, à la fin du poème, a le pouvoir d’absolution. Dans le Crede, où les frères mendiants interlocuteurs du narrateur possèdent ce pouvoir, on notera la présence appuyée du vocabulaire de l’argent et du contrat, ainsi que l’ironie des adverbes (clene [3], pureliche [2]). Penaunce, qui a une connotation très spirituelle (la pénitence sincère) apparaît 41 fois dans Piers. Les fréquences maximales se situent dans les passus XIII et XIV, ce qui implique une relation avec la pauvreté volontaire et la notion de patience. L’association la plus importante est preest [4] au singulier, et indique que le sacrement de pénitence relève bien de son domaine. La présence de termes généraux (men [2], peple [2]) implique que tout le monde est concerné. L’analyse des substantifs montre l’existence d’un groupe cohérent de notions spirituelles (poverte [6], passion [5], preieres [5], pardon [3]...) et de pratiques qui tournent autour de la pénitence (pilgrymage [3]...). Les verbes suggèrent l’importance de la notion d’accomplissement de cette pénitence (parfournen [4]). Cela constitue un pôle important, déjà rencontré pour le terme preiere/s et qui confirme bien les résultats de l’analyse factorielle. Dans le Crede, les associations de penaunce {9} donnent une image assez semblable. Les deux derniers termes, contricion {23} et pardon {31}, ne sont utilisés que par Langland10. Les principales fréquences de contricion se situent dans les passus XIV et XX. Les associations de personnages sont dominées par Conscience [5]. Dans le domaine des substantifs, confession est très présent [6], et pour le reste, on retrouve un vocabulaire lié au sacrement en général, mettant l’accent sur la guérison. C’est un terme très positif, associé à la conscience individuelle. Pardon enfin, signifie à la fois le pardon accordé, c’est-à-dire l’absolution, mais aussi le document qui en fait foi (une indulgence). Pour les associations des personnages, on note l’importance, d’une part de Piers [13] et de Truthe [2], d’autre part de pope [3] et de preest [3]. Quant aux substantifs, on retrouve des termes spirituels (Dowel, penaunce...) et des documents (indulgences, bulle/s...). Du côté des verbes, les plus importants expriment la notion de don et de possession d’un pardon, mais aussi la notion de transaction. Cette analyse confirme une lecture même rapide du passus VII, qui traite de la question. Langland fait une différence très nette entre le véritable pardon, celui qui absout, et le pardon de papier – l’indulgence – dont il critique le trafic.

  • 11 Ce verbe a soulevé de nombreux problèmes de lemmatisation. Il se trouve en effet sous la forme de (...)

17Enfin, il faut évoquer les termes exprimant la foi, feith, bileve et bileven. L’étude de la distribution de bileve dans Piers {41} situe l’essentiel des fréquences à partir du passus X, avec une pointe au passus XV. Il y a donc d’emblée un lien avec les questions de la connaissance, mais aussi avec l’institution ecclésiastique. Le terme est, d’après le Middle English Dictionary, axé avant tout sur la croyance de nature religieuse, mais il peut aussi bien signifier la croyance générale en Dieu que le credo en particulier. Les catégories de personnages sont très variées et souvent générales, même pour le clergé. Les substantifs sont divers : feith [3], lawe [3], hevene [2], mais aussi liflode [2]. Les qualificatifs sont plus significatifs : le poète insiste sur les notions de solidité (ferme [4]), de vérité et de fidélité (lele [3] et trewe [3]). Les verbes sont peu nombreux, mais lorsque bileve est sujet, ils sont tous positifs. Le terme est peu présent dans le Crede {5} et dans Mum {3}, mais là encore, pour le premier, il faut noter qu’il n’y a aucune association aux frères. Bileven est très fréquent dans Piers {79}11. La distribution est assez semblable à celle du substantif, avec une présence un peu plus grande dans les premiers passus. Les associations les plus importantes sont les termes qui signifient Dieu. Pour les personnages-sujets, il y a – tout comme pour le substantif-beaucoup de généralisations, avec cependant la domination du terme lewed [5], pris sans doute dans le sens de laïcs. Les membres du clergé apparaissent de manière décalée, puisqu’ils ne sont ni sujets, ni compléments d’objet. Pour les substantifs, les termes spirituels dominent là encore, mais on note aussi la présence des termes lawe/s [4] et lordshipe [3]. Parmi les verbes, lovyen [12] domine, et dans une moindre mesure lyven [5]. Des verbes de la connaissance et de la transmission apparaissent. Ce verbe montre, plus encore que le substantif, que la foi est une affaire d’apprentissage et de sincérité, qui dépasse le cadre ecclésiastique. Bileven est par ailleurs fréquent dans le Crede {16} et ses associations sont semblables à celle du substantif.

18Dans Piers, feith {56} a une distribution semblable à celle des deux termes précédents. Son étude montre des éléments similaires à celui de bileve, avec des nuances. Ces dernières sont d’autant plus intéressantes que la gamme des significations de ce terme est beaucoup plus large que celle de bileve. En effet, si plusieurs sens renvoient au registre du religieux, le terme signifie aussi la fidélité au sens plus général du terme, et en particulier la fidélité à un seigneur. Or, le terme est davantage associé à Holy Chirche [5] qu’aux différentes appellations de Dieu. L’accent est donc un peu différent que pour les termes précédents. Nous retrouvons les éléments spirituels déjà notés pour bileve, quoique dans une moindre proportion, ainsi que l’insistance sur la nécessaire solidité de la foi. Par ailleurs, les associations avec les termes de la connaissance sont assez fréquentes. Bileue et feith apparaissent donc complémentaires. Dans Mum {5} et surtout dans le Crede {10}, il y a davantage d’associations aux frères (ce qui peut en partie s’expliquer par les nécessités de l’allitération), mais aussi une notion de fragilité et de destruction plus importante, pour les verbes notamment.

19La dimension spirituelle est donc au cœur de ces notions. Elles sont d’abord présentes dans Piers Plowman et dans le Crede, beaucoup moins dans Mum et absentes dans The Simonie. Ce dernier poème insiste sur les membres du clergé et leur corruption, tandis que Mum privilégie le vocabulaire de la connaissance et de la vérité, et il s’en dégage un pragmatisme et une véritable dimension politiques. Ensuite, ces notions à dimension spirituelle marquée sont très cohérentes dans Piers Plowman. Le terme penaunce en fournit un exemple net, mais c’est également vrai pour les autres, y compris pour chirche. Enfin, les associations avec les membres du clergé ne sont pas écrasantes ; cela est surtout vrai pour le Crede, où l’absence de l’association avec les frères mendiants pour certaines notions-clés est très significative. Cela constitue une forme de critique en creux du clergé qui échoue dans sa mission spirituelle. De fait, nous sommes devant un thème fondamental de la critique de l’institution cléricale dans le Crede, mais aussi dans le poème de Langland.

20La combinaison des deux types d’analyses – factorielle et lexicologique – permet de dégager un cadre général d’étude et de comparaison des poèmes. Ces derniers ont des accents différents, même si les recoupements existent. Un socle commun est formé par la critique de la richesse et de l’amour des plaisirs temporels du clergé, mais cette critique répond à des motivations différentes. The Simonie reste axé sur ce thème en ne critiquant que les individus ou les groupes. Pierce the Ploughman’s Crede a un angle d’attaque relativement aigu ; il ne s’intéresse vraiment qu’aux ordres mendiants. Il faudra donc s’attacher à la réponse donnée à leur faillite annoncée, d’autant que celle-ci s’inscrit dans une thématique lollarde. Dans Piers, le vocabulaire présent est beaucoup plus complexe. Il met en valeur la place du clergé, et plus généralement de l’institution ecclésiastique, dans le processus de l’obtention du salut, si important pour Langland. Mum enfin, accorde une importance plus grande aux thèmes de la connaissance et de la vérité que les autres poèmes. Dans ces deux derniers poèmes, nous voyons également que les acteurs – en particulier les clerk/es – sont inclus dans un cadre social général qui dépasse celui de la seule institution ecclésiastique. Ce sont ces différents aspects que nous allons maintenant envisager.

Notes

1 Nous nous permettons de renvoyer à notre article, « Analyses factorielles par domaine lexical : apports et limites », art. cité, passim.

2 Dans ce dernier poème, le vocabulaire du clergé et de l’Église est absent : il n’aborde pas ces thèmes.

3 Le même problème que pour Richard se pose pour Wynnere and Wastoure.

4 Voir ci-dessous, chapitre IX, p. 290-291.

5 Dans la version C, si nous nous en tenons aux principaux termes, les changements sont surtout de détail. La critique est peut-être encore plus prononcée.

6 Certaines de ces notions seront abordées en détail dans la dernière partie de cette étude.

7 Voir ci-dessous, chapitre IX, p. 268-269.

8 Voir la définition d’Anita Guerreau-Jalabert dans « Spiritus et caritas. Le baptême dans la société médiévale », dans La parentés pirituelle, éd. F. Héritier-Augé et E. Copet-Rougier, Paris, 1995, p. 133-204, p. 135.

9 Voir aussi ci-dessous, chapitre VIII, p. 246-252.

10 Pardon apparaît à deux reprises dans le Crede.

11 Ce verbe a soulevé de nombreux problèmes de lemmatisation. Il se trouve en effet sous la forme de bileve, leve, leue, mais leven signifie également quitter et leue, permission.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540