Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Troisième partie. L’institution ecclésiastique

L’institution ecclésiastique

Texte intégral

For Antecrist and hise al the world shul greve,
And acombre thee, Conscience, but if Crist thee
[helpe [...].
And thanne shal Pride be Pope and prynce of Holy
[Chirche,
Coveitise and Unkundenesse Cardinals hum to
[lede.

Car l’Antéchrist et ses armées vont semer la désolation de par le monde, et ils te terrasseront, Conscience, à moins que le Christ ne te vienne en aide [...]. Et alors, Orgueil deviendra Pape et prince de la Sainte Église, avec Cupidité et Méchanceté comme cardinaux pour le conseiller.
Piers Plowman B XIX, vers 220-225.

And Grace gaf hym the cros, with the croune of
[thornes
That Crist upon Calvarie for mankynde on pyned ;
And of his baptisme and blood that he bledde on
[roode
He made a manere morter. and mercy ithighte.
And therwith Grace bigan to make a good
[foundement
And watlede it and walled it with hise peynes
[and his passion,
And of al Holy Writ he made a roof after
And called that hous Unite – Holy Chirche on
[Englissh.

Et Grâce lui donna la croix sur laquelle le Christ avait souffert au Calvaire pour sauver l’humanité, ainsi que la couronne d’épines. Et avec le sang baptismal qu’il avait versé sur la croix, Grâce prépara une sorte de mortier et l’appela miséricorde. Avec cela, il commença à poser une fondation solide ; avec ses douleurs et sa passion, il érigea un mur de colombage et de torchis ; avec les Écritures, il fit un toit. Il appela la maison Unité – Sainte Église, en anglais.
Piers Plowman B XIX, vers 323-330.

  • 1 Cf. K. Kerby-Fulton, Reformist Apocalypticism and Piers Plowman, Cambridge, 1990.
  • 2 La perception par les poètes – surtout Langland – des modalités d’accès au salut sera envisagée da (...)

1La tonalité apocalyptique de ces extraits, très présente dans Piers Plowman, est indissociable de la question de l’institution ecclésiastique et de sa place dans l’économie du salut1. Ces quelques vers introduisent deux aspects de la perception de l’institution par le poète : la Sainte Église est bien la maison de tous ; mais elle est soumise à rude épreuve, d’abord à cause du comportement de ses membres actifs, les membres du clergé. C’est pourquoi nous avons préféré le terme d’institution ecclésiastique à celui d’Église, dans la mesure où c’est bien du fonctionnement de cette dernière en tant qu’institution qu’il s’agit d’abord, même s’il faut en dégager les conséquences pour les chrétiens qui en font partie2.

  • 3 Dans Satire on the Consistory court, le clergé est seulement mis en scène dans le cadre de la just (...)
  • 4 Voir par exemple les poèmes édités par James Dean dans le recueil Six Ecclesiastical Satires, Kala (...)
  • 5 Cf. W. Scase, Piers Plowman and the new anticlericalism, Cambridge, 1989 et voir ci-dessus, chapit (...)
  • 6 Cf. Hudson, « The legacy of Piers Plowman », art. cité, passim.
  • 7 Scase, Piers Plowman and the new anticlericalism, op. cit., p. ix-x : The old traditions of opposit (...)
  • 8 Sur ce sujet, voir essentiellement Yunck, The Lineage of Lady Meed, op. cit., passim. Il retrace l (...)
  • 9 Sur l’existence d’un anticléricalisme plus important dans la seconde moitié du xive siècle en Angl (...)
  • 10 On peut se référer ici au jugement que porte l’historien Robert Swanson sur la valeur de la littér (...)

2Dans notre corpus, l’anticléricalisme est surtout présent dans The Simonie, Piers Plowman, Pierce the Ploughman’s Crede et Mum and the Sothsegger3. Mais cette attaque du clergé se retrouve dans de nombreux textes de la période4 et elle apparaît comme l’un des sujets de prédilection des premiers lecteurs de Piers Plowman. C’est en tout cas ce que suggèrent les annotations des manuscrits5. C’est aussi un des principaux aspects du poème ayant intéressé les lecteurs protestants6. Les études contemporaines, notamment sur Piers, ont le plus souvent porté sur les liens avec les polémiques cléricales et théologiques de l’époque. Wendy Scase a construit sa thèse autour de la notion du développement d’un nouvel anticléricalisme dans la seconde moitié du xive siècle, mais elle l’envisage surtout par rapport aux débats polémiques et théologiques (autour des idées de Richard FitzRalph en particulier)7. Or, il nous semble utile d’élargir la perspective. Il faut ainsi s’interroger – c’est une question désormais familière – sur l’écart entre les conventions d’une satire ancienne et très loquace dans ce domaine8, et les transformations de la société qui touchent aussi la sphère de l’institution ecclésiastique. Le traitement des différentes pratiques du clergé, tant celles qui sont en rapport direct avec l’institution que celles qui concernent l’intégration dans les rouages généraux de la société, apparaît à cet égard digne d’intérêt. Par ailleurs, plusieurs indices montrent que l’anticléricalisme dépasse la sphère littéraire dans cette période, et qu’il agit dans le champ politique9 ; il ne semble pas seulement être le fait de quelques individus aigris et réactionnaires10. Il faudra donc s’interroger sur les liens possibles entre les motivations de nos poètes et ce que l’on sait des motivations plus générales de ceux qui ont participé à cet anticléricalisme. Dans ce cadre, les transformations touchant au positionnement des laïcs par rapport à l’institution sont un élément important de la réflexion. La question est d’autant plus cruciale dans ce domaine que la fin du xive siècle a vu l’apparition en Angleterre de l’hérésie wycliffite ; ce phénomène se reflète directement dans notre corpus.

3Dans ce contexte, la comparaison entre les poèmes est fructueuse. Nous observons à la fois une évolution chronologique – le contraste entre le premier poème de la période, The Simonie, et les autres poèmes, est important – et des oppositions fortes à la fin de la période. Les deux poèmes de la tradition de Piers ont des liens avec l’hérésie lollarde, le Crede de manière très affirmée, Mum and the Sothsegger de manière beaucoup plus subtile.

4Dans un premier temps, nous tenterons une étude du vocabulaire de l’institution, afin de mettre en place un cadre général. Nous nous attacherons ensuite aux critiques du clergé ainsi qu’à son intégration dans la société. Enfin, il faudra envisager les questions portant sur une éventuelle réforme de l’institution et sur les liens entre cette réforme et la question complexe des frontières entre orthodoxie et hétérodoxie.

Notes

1 Cf. K. Kerby-Fulton, Reformist Apocalypticism and Piers Plowman, Cambridge, 1990.

2 La perception par les poètes – surtout Langland – des modalités d’accès au salut sera envisagée dans la dernière partie.

3 Dans Satire on the Consistory court, le clergé est seulement mis en scène dans le cadre de la justice. Dans Wynnere and Wastoure, il apparaît dans la description de l’armée de Wynnere, mais n’est plus envisagé par la suite. Dans les autres poèmes, le clergé n’apparaît qu’incidemment.

4 Voir par exemple les poèmes édités par James Dean dans le recueil Six Ecclesiastical Satires, Kalamazoo, 1991.

5 Cf. W. Scase, Piers Plowman and the new anticlericalism, Cambridge, 1989 et voir ci-dessus, chapitre II, p. 57-58.

6 Cf. Hudson, « The legacy of Piers Plowman », art. cité, passim.

7 Scase, Piers Plowman and the new anticlericalism, op. cit., p. ix-x : The old traditions of opposition to clerics were developed and unified in a new polemic which opposed all clerics. Voir également J. Coleman, Piers Plowman and the Moderni, Rome, 1981 et Kerby-Fulton, Réformist Apocalypticism, op. cit., passim.

8 Sur ce sujet, voir essentiellement Yunck, The Lineage of Lady Meed, op. cit., passim. Il retrace la tradition anticléricale liée à la cupidité pour la plus grande partie du Moyen Âge.

9 Sur l’existence d’un anticléricalisme plus important dans la seconde moitié du xive siècle en Angleterre, voir par exemple le premier chapitre de l’ouvrage de P. McGiven, Heresy and Politics in the Reign of Henry IV, The Burning of John Badby, Woodbridge, 1987, p. 1-18.

10 On peut se référer ici au jugement que porte l’historien Robert Swanson sur la valeur de la littérature à cet égard : Both Chaucer and Langland were to some extent dealing in stereotypes and the ‘estates’ model which both adopted repeats common complaints of uncertain validity... (Church and Society in late medieval England, op. cit., p. 261). Ce jugement, s’il n’est pas invalide, nous paraît réducteur, eu égard aux indices existants dans les autres types de sources.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540