Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Deuxième partie. Société et gouvernement

Chapitre IV. Du gouvernement

Full text

  • 1 Par cette expression, nous entendons ce qui relève d’une approche plus ou moins directe des pratiqu (...)
  • 2 Le thème du gouvernement a été abordé à plusieurs reprises dans les études sur Piers Plowman, en pa (...)

1La perception du gouvernement est indissociable de celle de la société en général. La présentation utopique du passus XIX de Piers Plowman en est un exemple abouti. Il nous faut d’abord envisager le gouvernement tel qu’il est perçu par les poètes dans ses aspects concrets1 et idéalisés ainsi que dans la dialectique qui existe entre eux2, avant de nous pencher sur le projet politique des auteurs, bien présent, comme le suggèrent ces lignes :

Thenne softe I the soores to serche thaym
[withynne,
And seurely to salue thaym and with a newe
[salue
That the sothe-sigger hath sought many yeres
And mighte not mete therewith for mum and his
[ferys
That bare a-weye the bagges and many a boxe
[eeke.
Now forto conseille the king unknytte I a bagge
Where many a pryue poyse is preyntid withynne
Yn bokes unbredid in balade-wise made,
Of vice and of vertue fulle to the margyn,
That was not y-openyd this other half wintre.

J’ai alors adouci les blessures pour chercher à l’intérieur et les guérir tout à fait avec un nouveau remède que le diseur de vérité a cherché de nombreuses années et n’a pas pu trouver parce que Mum et ses associés avaient emporté les sacs et aussi de nombreuses boîtes. Et pour conseiller le roi, j’ai ouvert le sac où sont écrits de nombreux vers secrets dans des livres non scellés, à la manière des ballades, remplis jusque dans les marges des vices et des vertus. Cela n’avait pas été ouvert dans la dernière moitié de l’hiver.
Mum and the Sothsegger, vers 1338-1347.

  • 3 Cette nécessité sera envisagée de manière générale dans la cinquième partie.

2Ce projet réside en grande partie dans la nécessité, pour les poètes, de dire la vérité, ce qui constitue un moteur fondamental de cette poésie3. Dans ces vers, le narrateur s’implique directement dans le conseil au roi, puisque tout au long du poème, il n’a trouvé personne qui soit capable de le faire. En outre, il a reçu la bénédiction de l’autorité du poème, l’apiculteur (vers 1267-1297). Ce conseil prend la forme d’une critique virulente à l’encontre de diverses catégories corrompues, mais pas seulement. Deux questions se posent donc : quelle vision ces poètes avaient-ils du bon et du mauvais gouvernement ? Comment ont-ils articulé cette vision avec l’observation des événements, très denses, du xive siècle anglais ? Pour tenter de répondre à ces questions, l’analyse lexicologique apparaît précieuse, dans la mesure où il existe un vocabulaire assez abondant. Elle nous conduira à aborder d’une part les conceptions de la royauté présente dans les poèmes, puis le rôle des membres de la société politique dans le gouvernement.

Un vocabulaire cohérent

  • 4 Uniquement au pluriel, car au singulier, lord a plus fréquemment le sens de Dieu.

3Le champ lexical du politique dans les poèmes, surtout dans Piers Plowman, Richard the Redeless et Mum and the Sothsegger, se prête assez bien à une analyse statistique. Il convient d’abord de se pencher sur les données de l’analyse factorielle par domaine lexical. Pour la réaliser, nous avons employé l’environnement thématique des termes suivants, en nous concentrant avant tout sur les acteurs du gouvernement : commune, counseil, knyght/es, kyng/es, lordes4, prince, ainsi que croune. Les résultats indiquent que les oppositions entre les poèmes sont identiques à celles de l’analyse factorielle générale, à l’exception du troisième facteur. Le premier facteur contribue pour 35,9 % à la variance totale et oppose Piers Plowman à Richard the Redeless, Wynnere and Wastoure et surtout Mum and the Sothsegger. Du côté de Piers, le vocabulaire est très similaire à celui de l’analyse factorielle générale. Du côté de Mum en revanche, les nuances sont notables. Les deux types de vocabulaire qui ressortent le mieux sont le vocabulaire politique (les principaux termes choisis pour l’analyse lexicologique se situent de ce côté du graphique) et juridique. Le second facteur contribue pour 27,2 % à la variance. Pierce the Ploughman’s Crede et dans une moindre mesure Wynnere and Wastoure s’opposent à Richard et à Mum. Du côté des premiers poèmes, nous retrouvons le vocabulaire de la richesse et de la corruption qui unit les deux textes. Du côté de Richard et de Mum, le même type de vocabulaire que pour le premier facteur apparaît, avec cependant quelques termes qui se rapportent davantage aux principes du gouvernement (fréquents dans Piers Plowman) : kynde, conscience, reson, kepen. Le troisième facteur enfin (18,2 % de la variance), fait apparaître une opposition entre The Simonie (qui n’apparaît dans l’analyse générale que dans le quatrième facteur) et le Crede. Du côté du premier texte, nous retrouvons des catégories d’individus – et d’abord celles du clergé – mais aussi des termes évoquant les territoires. Plusieurs termes sont tournés vers la critique (shame, pride, curse) : le poème a pour objet premier la dénonciation des maux de ce monde. Pour le Crede, le vocabulaire est surtout de nature spirituelle.

4Ainsi un système complexe d’opposition entre les poèmes qui abordent les champs du politique et les autres peut-il être observé. Au sein de la première catégorie, une double opposition peut être dégagée entre d’une part les poèmes qui abordent la question de manière articulée et ceux qui restent dans le domaine de la dénonciation, et d’autre part entre Piers Plowman, axé sur le vocabulaire spirituel, et Richard, Mum, mais aussi Wynnere, beaucoup plus pragmatiques. Cette analyse nécessite d’être affinée, d’autant qu’elle exclut les « petits poèmes » qui doivent être pris en considération.

Les acteurs

  • 5 Les administrateurs (regroupant les personnages qui occupent des offices ou des commissions – charg (...)

5Ils comprennent le roi, les nobles (lordes et knyghtes) et les commune5. Le terme counseil se référant à la fois aux acteurs et à la notion, nous le traiterons dans le second point.

  • 6 Sur le Christ, voir ci-dessous, chapitre XII, p. 361-363.
  • 7 Nous y reviendrons dans le chapitre V.

6Le terme kyng est sans conteste un des plus fréquents dans les poèmes. Dans la version B de Piers Plowman, l’analyse de la distribution de kyng {126} est relativement simple. Les fréquences les plus grandes se situent dans le prologue et les quatre premiers passus, consacrés à la présentation de la société humaine. Par la suite, le terme n’apparaît plus qu’épisodiquement, à l’exception des passus XVIII et XIX qui portent sur le Christ et la réorganisation de la société. Les verbes associés les plus fréquents sont ceux qui expriment un commandement, l’assentiment ou l’accord et le dialogue. Il y a également des verbes d’autorité ou de protection, tandis que d’autres concernent les fonctions royales (kepen [5] par exemple). Beaucoup de ces verbes montrent le roi dans ses différentes actions – celles de commandement, d’écoute et de dialogue, d’autorité. Le verbe assenten, mis en valeur par l’environnement thématique, indique également l’importance du dialogue avec la société politique. Lorsque kyng est complément d’objet, les verbes principaux sont liés à la nature royale (crounen [6]), au conseil, ou encore à la révérence (knellen [3]). Un premier groupe de personnages associés est constitué par les membres de la maison royale et par ceux qui participent au gouvernement du royaume, nobles et administrateurs. Le counseil (conseillers ou conseil institutionnel) est mis en avant puisque, tous sens confondus, les associations avec kyng constituent plus du tiers de ses occurrences. Un second groupe comprend des allégories dont certaines sont les interlocutrices directes du roi dans les premiers passus : Conscience [15], Reson [7] et Mede [17]. Le Christ [7] constitue aussi une association importante. Cela est révélateur de la vision que le poète peut avoir du Christ et de sa divinité6, mais fournit également des indices sur sa conception de la royauté. Enfin, commune [13] est l’association la plus importante et nous verrons qu’elle est complexe. Certaines notions se rapportent au royaume ou à la royauté elle-même (croune [8]). Le terme lawe/s [4] apparaît assez peu en association avec kyng, alors que le contenu du poème suggère un rapport plus net. Cela est sans doute en partie lié au manque d’allitération entre les deux termes et peut-être au fait que les premiers passus du poème montrent davantage la justice royale en action7. Par ailleurs, un certain nombre de qualités ou de vertus sont associées au roi, comme l’amour. Quant aux notions négatives ou ambiguës, elles sont très peu présentes, à part la colère et la culpabilité. Au pluriel, kynges {18} est utilisé le plus souvent dans des énumérations de catégories de personnages. Dans la version C, kyng/es est encore plus fréquent {140+6}. Parmi les associations, certaines augmentent de manière importante : commune, counseil et wille ; d’autres sont nouvelles, surtout dans le domaine juridique.

7L’étude statistique des poèmes de commémoration (Death of Edward I, Death of Edward III), est rendue très aléatoire par leur brièveté. Mais si un terme revient fréquemment, au moins dans Death of Edward I {12}, c’est kyng. Le roi y apparaît surtout comme un chevalier et un roi guerrier. Dans The Simonie {n}, les associations les plus nombreuses sont celles qui relèvent de l’argent, ce qui est attendu. Dans Wynnere and Wastoure {18}, les termes les plus fréquents portent sur la notion de territoire et sa protection. Dans les poèmes de la tradition, kyng apparaît dans Richard {18}, dans Mum {34} et dans The Crowned Kyng {9} et les points communs sont nombreux. Dans les trois poèmes, le verbe le plus fréquent est knouren. Pour le reste, les différentes catégories distinguées pour Piers Ploummn se retrouvent, dans une proportion plus faible. Les plus représentées relèvent du conseil (surtout dans Mum) et de la noblesse. Dans Mum, le clergé est également présent. Enfin, l’étude des notions fait apparaître une absence assez surprenante des vertus et des qualités, à l’exception du terme curteisie [2] dans The Crowned kyng. Ce sont les aspects relevant de la royauté qui dominent, avec notamment la couronne mais aussi des termes juridiques, surtout dans Mum. Cela ne signifie pas que l’étude des qualités soit absente des poèmes, mais leur optique diffère de celle de Piers, ce qui est cohérent avec les résultats de l’analyse factorielle. Au pluriel, le terme est pratiquement absent.

  • 8 Cf. E. Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, traductio (...)

8Un autre terme est à envisager en relation avec le roi, bien qu’il ne fasse pas partie des acteurs. Le substantif croune/s est, dans Piers Plowman {17}, avant tout associé à kyng [8], mais aussi à Crist [4] et à la croix [2]. Dans la tradition, il est relativement fréquent dans Richard {9} et dans Mum {11}. Dans ces deux textes, la dimension christique est absente, et les associations restent dans le domaine du gouvernement. On notera la présence du terme kynde à deux reprises dans Mum. Croune apparaît ici, davantage que dans les autres poèmes, comme une notion abstraite, liée au royaume8. Nous y reviendrons.

9Les termes lord/es et knyght/es dans Piers Plowman ont déjà été envisagés dans l’étude de la société. On peut rappeler que le premier est moins lié à kyng que le second, mais que dans les deux cas, les associations avec le terme lawe/s sont importantes. Qu’en est-il dans les poèmes de la tradition ? Lord dans le sens de seigneur apparaît dans Richard {7/8}, dans Mum {12/13} et dans The Crowned Kyng {6/9}, mais dans ce dernier, le terme désigne surtout le roi. Au pluriel, lordes est plus fréquent dans Richard {10} et dans Mum {13}. L’utilisation de ce terme, au singulier comme au pluriel, laisse percevoir une évolution vers une dimension davantage tournée vers le gouvernement du pays que dans Piers Plowman. Un autre terme est utilisé pour désigner la noblesse, grete (qualificatif substantivé), dans Richard [5] et dans Mum [11]. Dans les deux cas, on peut noter un certain nombre de termes portant sur des mauvaises actions. Dans Mum, grete est également associé à povere [4]. Knyght/es est surtout présent dans Mum {3+10}, d’abord au pluriel. Les liens avec la cour et l’administration sont très prononcés. L’opposition repérée dans l’analyse factorielle, entre Piers d’une part, Richard et surtout Mum de l’autre, est donc également en jeu dans les associations de ces termes. Les poèmes plus tardifs sont tournés vers une vision plus pragmatique et plus proche du gouvernement royal de ces catégories de la noblesse.

  • 9 Cf. E. T. Donaldson, Piers Plowman, The C-Text and Its Poet, Londres, 1949, p. 93-108.
  • 10 C’est également le cas de l’expression commune profit dans Piers et dans Mum.

10Le terme de commune peut signifier la communauté dans son entier, les gens du commun, les Commons du parlement, mais aussi les biens matériels. Nous avons éliminé ce dernier sens car il est peu utilisé dans les poèmes. En fait, il est souvent difficile de savoir à quoi les auteurs font allusion, à quelques exceptions près. Dans la version B de Piers Plowman, le substantif est fréquent {35}. Le sens de Commons en parlement est très peu utilisé par Langland9, mais ce n’est pas parce que le poète n’emploie pas (ou très peu) cette acception que les significations de ce terme ne peuvent avoir un sens politique. En fait, il y a dans le poème un jeu probable sur les différents sens de commune, au moins dans l’emploi des deux premiers sens. Les fréquences les plus importantes se trouvent dans la première vision et dans le passus XIX, dont nous avons vu qu’il narrait la refondation de la société terrestre et chrétienne. Les associations avec kyng sont aussi importantes que dans l’autre sens [12] et les autres catégories de personnages sont assez générales. Dans le domaine des allégories, les associations les plus fortes sont celles de Conscience [5] et de Kynde Wit [3]. Les notions associées sont assez variées. Nous trouvons des termes exprimant la prospérité sous ses diverses formes ainsi que des préoccupations concernant le royaume et des notions plus générales telles que sothe, truthe, kynde et unkyndenesse. L’environnement thématique distingue le terme counseil. L’étude des verbes suggère que les commune donnent leur assentiment et font des réclamations. Des verbes concernant le conseil, la protection et le gouvernement leur sont aussi rattachés. Dans la version C {42}, nous constatons là encore une proportion plus forte de vocabulaire juridique et davantage de termes se rapportent au salut. Finalement, le terme représente davantage la communauté tout entière que les gens du commun, même s’il est parfois difficile de trancher entre les deux. Dans Richard {11}, l’association au roi est forte [3]. Certains verbes concernent la connaissance et la demande. Dans Mum [9], les associations de personnages sont similaires à celles de Piers mais les substantifs portent davantage sur des affaires d’argent, et en particulier de taxation. Cela conduit à penser qu’il s’agit davantage ici des commune institutionnelles. Nous retrouvons d’ailleurs pour les verbes les notions de discussion et de réclamation. Cependant, c’est aussi dans ce poème qu’il y a un passage fort critique envers les commune, au sens de gens du commun. Le terme commune est donc ambivalent dans la mesure où il est souvent difficile de trancher entre ses différentes significations ; mais il y a dans ces trois poèmes une association forte avec les problèmes de pouvoir et de gouvernement, nouvelle car le terme n’apparaît pratiquement pas dans les poèmes du début de la période10.

Les notions et les verbes

11Trois groupes se distinguent : le conseil, les territoires et les termes généraux relevant de la notion de pouvoir et de gouvernement.

12Le terme counseil est, comme commune, délicat à analyser, de par la multiplicité de ses sens. Le plus souvent, il est utilisé pour nommer l’institution du conseil du roi ou dans le sens général de conseil, mais là encore, les collusions sont nombreuses. Dans Piers, la distribution de counseil {37} fait apparaître ce terme dans les premiers et surtout dans les deux derniers passus. Cette notion est fondamentale dans la mise en place d’une société idéale. Le terme apparaît au sens d’assemblée 17 fois, et sans surprise, l’association essentielle est celle de kyng [10]. Il s’agit donc bien le plus souvent du conseil du roi. Les autres associations de personnages donnent quelques indications sur la composition du conseil : clerk/es [3], bisshopes, baroun, justices. Les associations de notions concernent surtout des thèmes rattachés au gouvernement. En ce qui concerne le sens général de conseil donné, on notera pour la catégorie des donneurs de conseil la domination de Conscience [4]. Les substantifs montrent, malgré leur variété, que l’accent est mis sur le travail, l’étude, la volonté et les vertus. L’environnement thématique fait apparaître un lien étroit avec le terme commune. Le conseil ne concerne donc pas seulement le roi, mais toute la communauté. Dans Richard {13} et dans Mum {22}, le terme apparaît surtout au sens d’assemblée {respectivement 9 et 16}. Les associations ne sont pas très différentes de celles de Piers Plowman. En ce qui concerne la notion de conseil, on retrouve – davantage que dans Piers – des personnages qui participent au gouvernement, ainsi que le clergé.

  • 11 Ce verbe signifie aussi lire (voir ci-dessous, chapitre X, p. 308).

13Le verbe counseillen se trouve surtout dans Piers {29}. Les sujets principaux sont à nouveau des personnages ayant un statut d’autorité dans le poème, et d’abord Conscience [4]. Dans la catégorie des compléments d’objets se retrouvent les termes cristene [4] et commune [2], précédés par le roi [4] et surtout par le narrateur [5]. Les actions conseillées ou interdites sont d’abord liées à des domaines éthiques ou spirituels : par exemple lovyen [3] pour les actions à entreprendre et killen [2] pour les actions à éviter. Dans l’ensemble donc, la notion de conseil va bien au-delà du conseil aux grands, même si celui-ci existe. Il en est de même dans Mum and the Sothsegger {6}. Les associations de reden dans Piers {12/38}, dans son sens de conseiller11, sont très semblables à celles du verbe counseillen.

14Les mots relevant de la notion de territoire sont reaume, lond, kyngdom et contrée. Nous n’évoquerons que les deux premiers. Dans Piers, reaume {19} est surtout associé à kyng/es [6], à Reson [4] et à Mede [3]. Parmi les substantifs, les termes les plus frappants sont right [3] et reson [2]. Dans ce contexte, les associations de verbes sont attendues : rulen [7], kepen [3] et regnen [2]. Au-delà de l’allitération, on constate une forte accentuation sur l’importance d’un gouvernement du royaume placé sous le signe de la raison. Dans les poèmes de la tradition, reaume se retrouve surtout dans Richard {9} et dans Mum {14}. Dans Richard, les associations de personnages sont centrées sur les catégories dominantes alors que dans Mum, pratiquement toutes les composantes de la population apparaissent. Par ailleurs, les poèmes, surtout Mum, insistent sur la question du mauvais gouvernement. Le terme lond/es est beaucoup plus général. Il est assez fréquent dans The Simonie {17+1} et dans Wynnere and Wastoure {14+1}. Dans le premier texte, différentes catégories de personnages apparaissent, avec une prédominance de kyng [3]. Les termes de désolation dominent (manslaught, wo par exemple). Là encore, le thème de la dénonciation est accentué. Dans Wynnere, le terme représente à la fois la terre du seigneur et le paysage. La notion de destruction est également présente. Dans Piers {41+9}, la distribution de lond/es est équilibrée. En ce qui concerne les associations de personnages, les termes les plus fréquents sont kyng/es [8] et lord/es [8]. Surtout, nous retrouvons dans les associations de substantifs un lien avec la notion d’autorité par la large présence du terme lordshipe/s [9, soit plus de la moitié des occurrences de ce terme]. D’autres aspects apparaissent, notamment ceux de la subsistance et la prospérité, que l’on retrouve dans les associations des verbes (lyven [4] par exemple), même s’il y a aussi des verbes de domination. Nous avons là une double perspective qui reflète deux des grandes significations du terme : la terre du seigneur (ou du roi) et la terre nourricière. Toutefois, le terme commune, qui a pourtant des domaines d’associations similaires, n’apparaît pas du tout. Dans les poèmes de la tradition, surtout dans Richard {11+1} et dans Mum {16+1}, c’est l’aspect du gouvernement qui l’emporte.

15Les mots – substantifs ou verbes – qui peuvent se rattacher à la notion de pouvoir, sont relativement peu nombreux. Lordshipe apparaît surtout dans Piers {16}. Les significations de ce terme sont multiples, mais dans ce poème, la plus utilisée est l’autorité d’un souverain ou d’un seigneur. Les personnages associés sont variés : kyng [2], mais aussi Lucifer [2] par exemple. Pour les substantifs, l’association de loin la plus importante est lond/es [9], nous l’avons vu. Le même type d’association se retrouve dans Mum {5}. Le terme lordshipe a donc ici une signification précise de domination en lien avec un territoire. Myght/es et power ont dans Piers des connotations beaucoup plus générales. Les fréquences les plus fortes de myght/es {39+3} se situent dans les passus XVI et XVII, qui portent sur la venue du Christ et l’explication du concept de la Trinité. Les associations de personnages mettent l’accent sur les personnes divines. Dans le domaine des substantifs, on notera l’importance de notions spirituelles (mercy [3] par exemple). Les verbes montrent l’importance des notions d’accomplissement, du don et de la possession. Ce terme est davantage employé pour l’autorité divine. Quant au terme power {37}, ses associations essentielles relèvent du pouvoir ecclésiastique ou assimilé (Peter [4], Piers [4]). Dans les autres poèmes, myght et power sont rares. Les principaux termes exprimant la notion du pouvoir sont donc peu appliqués à la sphère séculière.

16L’analyse des verbes conduit à une impression plus nuancée que celle des substantifs, mais ils sont aussi plus nombreux. Il y a d’abord les verbes de commandement et de gouvernement, dont certains ne sont présents que dans Piers. Comaunden {16} se trouve surtout dans les visions concernant la société et les autorités de la connaissance. Pour les personnages, les associations principales sont Conscience [3], Kynde Wit [2], Truthe [2] et kyng [3]. Les substantifs concernent dans l’ensemble les affaires terrestres, mais aussi l’enseignement. Les actions commandées sont générales. Il en est de même pour le verbe hoten, qui a le double sens de commander et de nommer. Les principales associations de rulen {11} sont Reson [4] et kyng/es [4] pour les personnages, reaume/s [7] pour les substantifs, kepen [2] pour les verbes. C’est donc le verbe qui a la connotation la plus tournée vers les affaires de ce monde. On compte quatre occurrences de ce verbe dans Mum, et là encore, l’association essentielle est reson [3]. Governen enfin, surtout présent dans Mum {11}, est associé à Dieu et aux nobles, à grace [3] et à goodnesse [2]. Il n’est donc pas spécifiquement associé au pouvoir séculier. Dans le domaine de la protection et de la sauvegarde, qui reste une fonction de pouvoir, kepen apparaît fréquemment – nous l’avons déjà rencontré dans l’analyse des acteurs. Ce verbe a des significations très variées, mais beaucoup concernent la protection et le gouvernement. Dans Piers {59}, les associations principales de personnages sont kyng/es [10], knyght/es [5], mais aussi clerkes [5]. Parmi les compléments d’objet se trouvent avant tout Holy Chirche [4], lames [5], reaume [2]. D’autres substantifs concernent la prospérité et la richesse, et de nombreux verbes touchent à la royauté ou au gouvernement. Dans les poèmes de la tradition, kepen apparaît dans Richard {10} et Mum {20}. Kyng y est plus souvent complément d’objet que sujet. Pour le reste, les associations relèvent davantage du gouvernement et du droit.

  • 12 Il y a tout de même un lien avec war [3] et avec peple [4].
  • 13 Cet aspect sera traité dans le chapitre suivant.

17Enfin, il faut dire un mot de pees et de war. Dans Piers, pees {45} est personnifiée à trois reprises mais de manière très différente. La première personnification se situe au passus IV dans le cadre du procès contre Wrong, à Westminster ; dans le passus XVIII, c’est une des quatre filles de Dieu ; au passus XX, Pees est le portier d’Unite. Il est frappant de constater que, malgré la présence du terme kyng [4], les associations relèvent bien davantage de la sphère divine, et qu’il y a très peu d’associations avec les personnages de gouvernement séculier ou avec les notions de royaume et de son bien-être12. Cependant, au passus IV, la personnification symbolise bien la paix du roi, concept juridique fondamental13. Les résultats de l’analyse doivent être nuancés. Le terme est peu fréquent dans Richard {2} et dans Mum {4}. War est extrêmement rare. On en compte six occurrences dans Piers, trois dans Richard, une dans Mum et une dans The Crowned Kyng. Dans Piers, les associations, hormis pees, sont liées au monde et à l’abondance ou à son absence ainsi qu’à ses maux. Cette rareté soulève un certain nombre de questions, de même que celle de pees dans un contexte temporel.

18La richesse de ce vocabulaire permet d’émettre quelques hypothèses. Les fortes oppositions dégagées dans l’analyse factorielle sont encore bien présentes mais doivent être nuancées. L’analyse précise des différents termes suggère en effet des connexions importantes, surtout entre Piers, Richard et Mum, alors que ce sont les poèmes qui s’opposent le plus fortement dans l’analyse factorielle. Il existe des liens forts – peu surprenants – entre les différents acteurs du pouvoir (qu’ils soient actifs ou passifs), et entre ces acteurs et d’autres domaines. Ces derniers concernent les territoires (reaume, lond) et un groupe de termes plus abstraits (croune, lordshipe...). Le roi, les différentes élites (la noblesse et, dans une moindre mesure le clergé) et les commune, quelle que soit la signification précise de ce terme, sont envisagés dans un cadre spatial. Il existe bien une communauté du royaume en relation avec un territoire, même si elle est conçue en termes hiérarchiques. Si le terme commune lui-même n’est pas mis en relation directe avec un territoire, ses associations, d’une part avec la prospérité et plus généralement les aspects matériels de la subsistance, et d’autre part avec les autres acteurs, conduisent à l’intégrer dans ce réseau. Cela conduit à une seconde remarque, qui concerne la connexion entre les différents acteurs, les territoires, et la prospérité de la communauté et du pays. Par conséquent, la notion de protection de la communauté – et de sa prospérité – est forte. Et là-dessus, il doit y avoir discussion, comme le montre la présence répétée du verbe assenten (mais aussi d’autres verbes), en particulier dans le cadre du conseil. Cela renvoie à l’évolution de la société politique anglaise durant cette période. Un autre élément important est la présence presque systématique de Conscience et de Reson (personnifiées ou non), en tout cas dans Piers Plowman, qui rappelle que l’éthique et la responsabilité de chacun ont un rôle fondamental, d’autant que ces deux termes ne représentent pas seulement des facultés psychologiques. Nous y reviendrons dans le dernier chapitre de cette étude. Par ailleurs, les termes exprimant la notion de pouvoir sont davantage employés dans le domaine spirituel. L’étude de ce vocabulaire fournit donc un cadre général structurel pour l’analyse précise des textes, qu’il nous faut maintenant aborder.

Le pouvoir royal

  • 14 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles. Les États, Paris, 19711, 1998, p. 138-141. Sur les q (...)

19Dans son ouvrage désormais classique sur les États en Occident à la fin du Moyen Âge, Bernard Guenée a insisté sur la distinction entre les visions cléricale et chevaleresque de la royauté14. Dans la vision cléricale, les qualités principales sont la force, la sagesse et la bonté tandis que dans la vision chevaleresque, la hardiesse, la valeur et la fidélité dominent. Dans les poèmes de notre corpus, l’opposition semble surtout se situer entre une vision chevaleresque et guerrière et une vision plus purement politique (même si des éléments d’une vision cléricale ne sont pas absents). L’analyse lexicologique a suggéré, en effet, que les poètes de la fin de la période, plus que leurs prédécesseurs, avaient conscience d’une communauté politique inscrite dans un cadre spatial, le royaume, avec la personne du roi pour centre. Cela reflète bien sûr une évolution déjà entamée de manière générale et perceptible dans d’autres types de sources. Cependant, il est intéressant qu’elle apparaisse plus tardivement dans des poèmes en langue vernaculaire, d’autant qu’elle ne va pas sans soulever de fortes tensions, suggérées par les contrastes entre images et discours conventionnels, d’une part et l’observation des événements et de leurs conséquences, d’autre part.

20Dans les deux poèmes de commémoration, The Death of Edward I et The Death of Edward III, le roi est loué en tant que chevalier preux et pieux. Dans le premier, Édouard Ier en a toutes les qualités. Selon l’auteur, sa seule idée est d’aller en Terre sainte. N’ayant pu accomplir son vœu, il envoie des chevaliers à sa place (vers 25-32) et il est honoré par le pape (vers 47-72). Nous retrouvons là l’idéal de croisade déjà noté à propos de la classe chevaleresque en général, qui apparaît bien dans The Simonie. Édouard est également encensé pour son amour de l’Angleterre (vers 79), mais il est vu davantage comme un guerrier que comme un gouvernant en temps de paix. Les qualités mises en relief sont la vaillance et l’honneur :

Thah mi tonge were mad of stel,
Ant min herte y-ghote of bras,
The godnesse myht y neuer telle
That with kyng edward was.
Kyng, as thou art cleped conquerour,
In vch bataille thou hadest pris ;
God bringe thi soule to the honour
That euer wes and euer ys,
That lesteth ay with-outen ende.

Bien que ma langue soit faite d’acier et que mon cœur soit fabriqué de cuivre, je ne pourrai jamais conter le mérite qui était celui du roi Édouard. Roi, alors que tu es appelé conquérant, dans chaque bataille tu as eu le prix ; Dieu a porté vers l’honneur ton âme, qui a été et sera toujours, qui dure à jamais, sans fin.
Death of Edward I, vers 81-89.

21Dans le second poème, la guerre n’est pas menée contre les infidèles, mais contre les Français. Là encore, le roi – et son fils le Prince Noir – sont loués pour leurs qualités de combattant et de commandant, autrement dit parce qu’ils terrorisent leurs ennemis (vers 57-64).

22Dans Wynnere and Wastoure, le portrait qui est fait du roi – sans doute Édouard III – le montre sous un jour favorable, dans l’expression de sa puissance :

And als I waytted withinn I was warre sone
Of a comliche kynge crowned with golde
Sett one a silken bynche with septure in honde,
One of the louelyeste ledis whoso loueth hym in
[hert
That euer segge under sonn sawe with hiseghne.
This kynge was comliche clade in kirtill and
[mantill,
Bery-brown was the bleaunt brouderde with
[fewlys,
Fawkons offyne golde fakerande with wynges
And ichone bare in ble blewe als me thoghte
A grete gartare of ynde gerede full riche.

Et comme je regardai à l’intérieur, j’aperçus immédiatement un aimable roi couronné d’or, assis sur un trône en soie, avec un sceptre dans la main, un des plus aimables hommes pour ceux qui l’aiment en leur cœur, qu’ait vu sous le soleil un homme avec ses yeux. Ce roi était joliment vêtu d’une tunique et d’un mantelet, dont le tissu était aussi brun qu’une baie, décoré d’oiseaux, des faucons d’or fin battant des ailes ; chacun portait dans une couleur bleue, à ce qu’il me semble, une grande jarretière indigo richement décorée.
Wynnere and Wastoure, vers 85-94.

  • 15 Cf. J. Vale, Edward III and Chivalry : Chivalric Society and its Context 1270-1350, Cambridge, 1982 (...)
  • 16 Sur les cours de prérogative, voir A. Harding, The Law Courts of England, Londres-New York, 1973, p (...)
  • 17 SR I, p. 320. Sur ce statut et plus généralement le concept de trahison à la fin du Moyen Âge angla (...)
  • 18 M. Nolan, « ‘With tresone withinn’ : Wynnere and Wastoure, Chivalricc Serf-Representation, and the (...)
  • 19 Ibid., p. 21.

23Les principales qualités évoquées sont l’amabilité et la noblesse du roi, représenté dans toute sa gloire chevaleresque, avec une référence explicite à l’ordre de chevalerie créé par Édouard, celui de la Jarretière15. Plus généralement, le roi est mis en scène dans un décorum chevaleresque élaboré. Pourtant, son rôle dans le poème est celui d’un juge. Par ailleurs, la mise en scène du face-à-face des deux armées et du débat qui s’ensuit rappelle le déroulement d’un procès en cour de Chevalerie, une cour royale qui ne relève pas de la common law, mais du jugement du roi16. Mais il est aussi fait allusion au statut de 1352 (vers 124-133). Or, ce dernier constituerait plutôt une tentative de restreindre les pouvoirs du roi en matière de trahison17. Enfin, le jugement met en avant l’impatience du roi à ramasser des fonds pour faire la guerre, tâche difficile dans ces années marquées par la Peste noire. Le poème refléterait donc, selon Maura Nolan, l’existence d’une tension entre une conception chevaleresque de la royauté soutenue par Édouard III et une conception juridique du gouvernement, développée depuis deux siècles18. Il suggérerait que l’idéologie chevaleresque est insuffisante « pour rendre compte de la croissance des institutions parlementaires »19. Ce déficit d’adaptation à l’évolution des conditions politiques apparaîtrait comme une faiblesse de la monarchie d’Édouard III.

  • 20 E. Talbot Donaldson le faisait déjà remarquer en 1949 : We learn from one report that the author tu (...)
  • 21 Baldwin, The Theme of Government, op. cit., p. 55.

24Dans les poèmes postérieurs, les tensions ne sont pas moindres, même si l’évolution est plus nette. Un des éléments les plus frappants est l’apparition de thèmes peu présents auparavant : la justice, mais aussi l’amour et la paix, qui sont des thèmes essentiels dans les miroirs au prince. Cela souligne l’importance du bon gouvernement interne décrit par ailleurs très diversement. Dans Piers Plowman, les choses sont comme toujours fort complexes, d’autant que les transformations de la version C sont importantes. Les discussions du poème autour de cette question sont empoisonnées, plus encore que pour d’autres thèmes, par l’utilisation de concepts anachroniques, Langland étant tour à tour qualifié de grand démocrate ou de réactionnaire convaincu20. Cette utilisation induit aussi une déshistoricisation du texte. Selon Anna Baldwin par exemple, Langland a finalement « établi un idéal de monarque absolu dont la sagesse est plus grande que celle de son peuple et dont le pouvoir est au-dessus de ses lois »21. Mais l’absolutisme est un concept difficilement applicable au xive siècle anglais. Qu’en est-il si l’on se place dans une perspective d’évolution des conceptions de la royauté ? Tout d’abord, il faut évoquer la présence d’une vision idéale qui est celle du Christ-roi, ce dernier fusionnant toutes les qualités royales possibles. Avant d’être décrit en roi, le Christ l’est en chevalier (XIX, 1-14). Une fois roi, il est considéré comme un conquérant (XIX, 42-45). Mais plus loin, après les dons des rois mages – la raison, la justice et la compassion – il est rappelé qu’ils ne sont pas suffisants pour que la royauté du Christ s’accomplisse :

Ac for alle thise preciouse presents Oure Lord
[Prynce Jesus
Was neither kyng ne conquerour til he comsede
[wexe
In the manere of a man, and that by muchel
[sleighte
As it bicometh a conquerour to konne manye
[sleightes,
And manye wiles and wit, that wole ben a
[ledere.

Mais tous ces dons précieux ne faisaient pas de notre royal Seigneur Jésus ni un roi ni un conquérant. Ce n’est que lorsqu’il eut grandi et atteint la stature d’un homme et déployé tous ses talents qu’il le devint – il convient, en effet, qu’un conquérant maîtrise des arts très divers, soit capable d’élaborer de nombreux stratagèmes et possède de vastes connaissances, s’il veut s’imposer comme meneur d’hommes.
Piers Plowman B XIX, vers 96-100.

25Ce passage est l’un des rares, sinon le seul, qui insiste sur l’éducation royale, alors que c’était un thème fréquent des miroirs au prince, mais les poètes ne s’adressent pas directement aux princes. Chez Langland, seul le Christ fusionne les caractéristiques chevaleresques et celles qui relèvent du gouvernement en temps de paix, pour proposer une vision idéale de la royauté. Seul le Christ possède myght et power, nous l’avons vu. Mais dans la réalité, la royauté humaine doit privilégier le gouvernement du pays. Dans cette optique, il semble fructueux de rapporter la vision langlandienne aux événements et aux sources normatives contemporaines.

  • 22 Par cette procédure, des individus étaient accusés par les Commons en tant que corps et jugés devan (...)
  • 23 Cf. M. Mckisack, The Fourteenth Century, 1307-1399, Oxford, 1959, p. 387 et suivantes ; Holmes, The (...)
  • 24 Cf. Kerby-Fulton et Justice, « Reformist Intellectual Culture », art. cité, p. 153 : The ‘Good’ Par (...)
  • 25 Ce passage est absent de la version A.
  • 26 La nécessité de cette qualité est soulignée aux vers 131-138. Sur la miséricorde royale, voir C. Ga (...)

26La version B a sans doute été écrite à la fin du règne d’Édouard III, marqué par une agitation politique importante qui a culminé avec le Good Parliament de 1376. Lors de ce parlement, les Commons ont imposé pour la première fois la procédure d’impeachment à l’encontre de certains proches de la cour22, la maîtresse d’Édouard et surtout de grands marchands tels Richard Lyons. Elles ont également tenté de mettre en place des réformes allant dans le sens d’un contrôle plus fort du gouvernement23. Ces tentatives ont rapidement été contrées par Jean de Gand, second fils d’Édouard III, qui assumait alors une grande partie de la réalité du pouvoir, mais l’esprit réformateur du parlement de 1376 n’a pas été complètement étouffé et de nombreux écrits ont entretenu cette « vogue réformatrice »24. Dans Piers Plowman, la première vision idéale est celle du prologue (vers 112-143)25. La fonction royale y fait partie du schéma trifonctionnel et l’accent est mis sur la complémentarité des fonctions sous la direction du roi. Cette fondation est suivie par une discussion assez ambiguë sur la royauté elle-même entre un ange, un goliard et les commune. En effet, si l’ange insiste sur la responsabilité du roi et sur la nécessité de sa miséricorde26, les interventions du goliard et des commune sont plus sibyllines :

Thanne greved hym a goliardeis, a gloton of
[wordes,
And to the aungel an heigh answerde after :
« Dum rex a regere dicatur nomen habere
Nomen habet sine re nisi studet iura tenere ».
Thanne can al the commune crye in vers of latyn
To the Kynges counseil – construe whoso wolde–
« Precepta regis sunt nobis vincula legis ».

  • 27 « Le mot rex vient de regere, régner, il possède le nom seul sans la réalité celui qui n’est pas zé (...)
  • 28 « Les préceptes d’un roi sont les chaînes de la loi. » Toujours selon John Alford, c’est une varian (...)

Alors, un de ces bouffons grossiers, un goliard, un vomisseur de verbiage, s’échauffa sous son col, et hurla à l’ange en réponse : « Dum rex a regere dicatur nomen habere, nomen habet sine re nisi studet iura tenere »27 Sur quoi les Communes, comme un seul homme, récitèrent à l’unisson un vers en latin au conseil du roi – interprétez-le comme vous voudrez : « Precepta regis sunt nobis vincula legis »28.
Piers Plowman
B Prol, vers 139-145.

  • 29 Voir ci-dessous, chapitre X, p. 305-307.
  • 30 Pour une étude de ces sources possibles, cf. E. Orsten, « The Ambiguities in Langland’s Rat Parliam (...)
  • 31 The Sermons of Thomas Brinton, Bishop of Rochester (1373-1389), éd. Μ. A. Devlin, Londres, 1954, 2 (...)
  • 32 Orsten, « The Ambiguities », art. cité, p. 238.

27Le goliard insiste sur la responsabilité du roi par rapport à ses sujets, alors que les commune, apparemment, formulent une conception plus favorable au pouvoir du roi. Mais deux indices suggèrent que cette affirmation n’est pas très claire. D’une part, les commune parlent en latin sans traduction, ce qui est inhabituel29 ; d’autre part, le narrateur prend ses distances, puisqu’il indique que cette phrase est à interpréter par qui le veut. Il n’est donc pas certain que l’auteur adhère aux propos des commune, d’autant qu’ils sont suivis par la fable des rats, qui prolonge cette ambivalence. L’exemplum des rats, des souris et du chat (vers 146-210) a suscité de nombreuses interrogations, par rapport à ses sources, à ses références historiques précises, mais aussi à sa signification plus générale. Les premières sont maintenant bien cernées, même si nous ne connaissons pas la source précise de Langland30. C’est un exemplum utilisé à plusieurs reprises dans des sermons contemporains, et notamment dans celui que l’évêque de Rochester Thomas Brinton a prononcé durant le Good Parliament de 1376 pour soutenir les Communes31. De fait, selon Elizabeth Orsten, la fable des rats suggère un Langland favorable au Good Parliament et à son esprit réformateur, interprétation qui nous semble plausible32.

  • 33 J. Selzer, « Topical Allegory in Piers Plowman : Lady Meed’s B Text Debate with Conscience », Philo (...)

28Dans la suite du poème, les passus III et IV mettent en scène le roi à Westminster – centre politique de son pouvoir – et John Selzer a comparé ce roi à Édouard III, là encore au moment du Good Parliament33. Il y apparaît entouré de son conseil, composé de clercs, d’hommes de loi et de nobles. Mais une fois Mede introduite devant le roi, les discussions ont lieu entre le roi, Conscience et Mede, puis Reson. Au départ, le roi tente de concilier Mede et Conscience, mais après le procès de Wrong et le sermon de Reson, il décide de rejeter Mede. Finalement, les membres de la cour et du conseil réapparaissent et conviennent que Reson a raison. Ils se disent alors, sauf exception, prêts à suivre son enseignement (passus IV, vers 157-160). Ce n’est donc pas seulement le roi qui doit rejeter Mede, mais tous les membres éminents de la communauté, en tout cas tous ceux qui participent au gouvernement du royaume (puisqu’ils sont présents à Westminster). Si la décision du roi est nécessaire, elle n’est pas suffisante. À la fin du passus IV, les choses sont claires. L’image d’un roi juste entouré d’un conseil idéal, dominé par Reson et Conscience nous est présentée :

« I wole have leaute in lawe, and lete be al youre
[jangling,
And as moost folk witnesseth wel, Wrong shal
[be demed ».
Quod Conscience to the Kyng, « But the commune
[wole assente,
It is ful hard, by myn heed, herto to brynge it,
And alle youre lige leodes to lede thus evene ».
« By Hym that raughte on the Rood ! quod Reson
[to the Kynge,
But if I rule thus youre reaume, rende out my
[guttes –
If ye bidden buxomnesse be of myn assent ».
« And I assente, seith the Kyng. by Seinte-Mariemy lady,
Be my Counseil comen of clerk es and of erles.
Ac redily, Reson, thow shalt noght ride hennes ;
For as longe as I lyve, lete thee I nelle ».
« I am al redy, quod Reson, to reste wilh yow
[evere ;
So Conscience be of oure counseil, I kepe no
[bettre ».
« And Igraunte, quod the Kyng, Goddes forbode
[he faile ! »

« Je veux, [dit le roi] que la justice prévale dans la loi – inutile de protester ! Et en ce qui concerne Mauvais, qu’il soit jugé comme la majorité ici considère qu’il le mérite. » À ces mots, Conscience dit au Roi : « Je pense que je dois vous dire, Sire, qu’à moins que les Communes ne donnent leur assentiment à cela, vous aurez beaucoup de mal à mener à bien cette affaire, tout comme à mener vos fidèles sujets sur une voie aussi rigoureuse. » « Par Celui qui mourut sur la croix, reprit Raison, si je ne gouverne pas votre pays ainsi, Sire, arrachez-moi les tripes ! Mais il faut que vous ordonniez à Obéissance de prendre mon parti. » « J’en suis d’accord, par Notre-Dame, dit le Roi, dès que les seigneurs, spirituels et temporels, se réuniront ici en Conseil ! Mais toi, Raison, je ne te laisserai pas repartir si vite ; aussi longtemps que je vivrai, je ne te quitterai pas. » « Je suis à votre disposition, Sire, dit Raison, pour demeurer auprès de vous pour toujours. Pourvu que Conscience puisse faire partie de notre conseil, je ne demande pas mieux. » « Oui, bien sûr ! s’écria le Roi. Dieu nous garde de le perdre ! »
Piers Plowman B IV, vers 180-194.

  • 34 Dans la version C, le roi fait de Conscience le juge principal de ses cours et de Reson le chanceli (...)

29Dans ce passage, la notion d’un gouvernement droit, juste et ordonné prévaut, ce qui nécessite des sujets obéissants. Pourtant, la nécessité de l’assentiment des commune, des clercs et des nobles – autrement dit de toute la communauté – est réaffirmée par Conscience. Ce dernier et Reson ne sont pas les seuls membres du conseil. Ils n’en sont que la tête34. Dans le passus XIX, Langland revient sur la question de la royauté et confirme les éléments de la première vision.

  • 35 Kerby-Fulton et Justice, « Reformist Intellectual Culture », art. cité, p. 155.

30Le tableau qui surgit de ces différents passages est donc nuancé. Si l’accent est mis sur la responsabilité et l’importance du pouvoir du roi, conception qui n’est pas somme toute très originale, plusieurs indices suggèrent la sympathie de Langland pour les conceptions exprimées lors du Good Parliament de 1376. Si les hypothèses de Kathryn Kerby-Fulton et de Steven Justice sur l’existence d’une coterie londonienne autour de Langland, composée de clercs et de laïcs travaillant dans les administrations royales, sont justes, cette sympathie est justifiée. Selon ces auteurs, ce sont en effet des administrateurs de Westminster qui sont derrière l’esprit réformateur du parlement de 137635.

31Les révisions de la version C ont fait l’objet de vives discussions, mais là encore, il faut sans doute être nuancé, comme le suggère l’étude de la nouvelle image qui apparaît en lien avec la métaphore grammaticale de la relation employée par Conscience au passus III :

Ac relacoun rect is a ryhtful custume,
As a kyng to clayme the comune at his wille
To folowe and to fynde hym and fecche at hem
[his consayl
That here loue to his lawe thorw al the lond
[acorde.
So comune claymeth of a kyng thre kyne thynges,
Lawe, loue and lewete, and hym lord antecedent,
Bothe heued and here kyng, haldyng with no
[parteye
Bote standynge as a stake that stikede in a mere
Bytwene two lordes for a trewe marke.
Ac the moste partie of peple now puyr indirect
[semeth
For they wilnen and wolden as beste were for
[hemsulue
Thow the kyng and the comune al the cœst
[hadde.
Such inparfit peple repreueth alle resoun.

Une relation directe est une juste coutume. De la même manière, un roi revendique que les communes soient à sa volonté, pour le suivre, le soutenir et lui apporter conseil et que leur amour s’accorde avec sa loi à travers tout le pays. Mais les communes revendiquent d’un roi trois sortes de choses, la loi, l’amour et la loyauté, et lui, le seigneur antécédent, à la fois tête et roi, qui n’a d’obligation avec aucun parti, mais se tient comme une borne qui marque une frontière entre deux seigneurs comme une vraie limite. Mais la plus grande partie des gens semble appartenir maintenant [à la relation] indirecte. Ils désirent et veulent ce qu’il y a de mieux pour eux-mêmes de sorte que le roi et les communes en subissent tout le coût. De tels gens imparfaits réprouvent toute raison.
Piers Plowman CIII, vers 373-385.

  • 36 Cf. J. Bowers, The Crisis of Will in Piers Plowman, Washington, 1986, p. 114 et suivantes.
  • 37 Cf. Genet, « De Richard II à Richard III : le conseil », art. cité, passim.
  • 38 D’ailleurs, John Bowers lui-même insiste sur le fait que le roi est lié par certains devoirs à l’ég (...)

32L’accent mis sur la volonté royale a parfois conduit à des interprétations absolutistes36. Mais nous retrouvons la nécessité du conseil donné par les commune, conseil qui constitue, comme le rappelle Jean-Philippe Genet, une obligation pour tous37. En outre, le fait que le même verbe, claymen, soit utilisé pour le roi et les commune indique que les deux revendications – la fidélité pour les commune, la trilogie amour, miséricorde, justice, pour le roi – sont mises sur un même plan et que le roi est donc lié par ces différents éléments38. Les autres révisions de la version C, par exemple à la fin du passus IV, n’apportent pas de modifications fondamentales à ce qui a été dégagé pour la version B. L’étude lexicologique a suggéré une connexion importante entre le roi, les commune et les autres acteurs (administrateurs, noblesse et clergé) dans la sphère du gouvernement du royaume. En revanche, elle n’a pas mis en relief une conception absolutiste de la royauté. Si le roi a une responsabilité majeure, l’importance du vocabulaire juridique par exemple, surtout dans la dernière version, conduit à penser qu’il n’est pas au-dessus de la loi (ou des lois). Par ailleurs, les allusions historiques identifiées, reliées à divers titres à l’épisode central du Good Parliament, laissent entendre que la sympathie du poète lui est acquise ; les études récentes sur l’entourage de Langland vont aussi dans ce sens. Tous ces indices suggèrent donc une réflexion importante sur les transformations en cours, aussi bien dans le domaine conjoncturel que dans les représentations mentales de l’époque.

33Richard the Redeless et Mum and the Sothsegger sont les poèmes qui insistent peut-être de la manière la plus nette sur l’importance du bon gouvernement du pays. Certes, une image chevaleresque apparaît parfois. Dans Mum, Henry IV est envisagé comme un preux chevalier :

But he hymsilf is souurayn, and so mote he
[longe,
And the graciousist guyer goyng
uppon erthe,
Witti and wise, worthy
of deedes,
Y-lddde and y-knowe and cunnyng
of werre,
Feers forto fighte, the felde euer kepith,
And trusteth on the trinite that trouthe shal hym
[helpe.

Mais lui-même [Henry] est souverain, et peut l’être longtemps ; il est le plus gracieux des gouvernants sur cette terre, astucieux et sage, valeureux dans les actions, reconnu, expérimenté et expert dans la guerre, brave pour se battre ; il tient toujours le champ de bataille, et il croit sur la Trinité que la vérité l’aidera.
Mum and the Sothsegger, vers 211-216.

34Henry possède toutes les vertus nécessaires à un bon roi chevaleresque. C’est un comely knight (un noble chevalier), expression qui rappelle les portraits des deux poèmes de commémoration, ainsi que celui de Wynnere, où le même qualificatif est employé. Mais les vers suivants nuancent fortement cet aspect et suggèrent que, pour l’auteur de Mum, les qualités de bon gouvernant doivent primer chez un roi :

But yod of his goodnes that gouuernith alle
[thingz
Hym graunte of his grace to guye wel the peuple
And to reule this royaume in pees and in reste,
And stable hit to stonde stille for oure dayes.

Que Dieu qui gouverne toutes choses, dans sa bonté, lui accorde par sa grâce de bien guider son peuple, de gouverner son royaume en paix et en repos, et de le rendre stable pour qu’il demeure tranquille durant notre temps.
Mum and the Sothsegger, vers 223-226.

35Le roi doit avant tout établir et maintenir la paix et la prospérité dans son royaume. Le contraste entre le portrait d’Henry et sa conclusion est donc révélateur d’un changement de perception.

  • 39 Il y a en effet discussion sur la question de la composition de ces deux poèmes. Pour certains, il (...)
  • 40 Cf. Saul, Richard II, op. cit., p. 405-434.
  • 41 P. Strohm, England’s Empty Throne : Usurpation and the language of legitimation, 1399-1422, New Hav (...)

36Plus généralement, les réflexions du ou des poètes39 sur la royauté sont à replacer dans le contexte de la justification de la déposition de Richard II en 139940, qui a soulevé des problèmes complexes. Paul Strohm a bien montré que les textes, mais aussi les gestes et les représentations de l’accession d’Henry IV à la couronne traduisent une anxiété sur sa légitimation41. Il nous faut donc replacer les deux poèmes dans ce cadre, en nous interrogeant sur l’impact de ces événements sur une vision plus générale de la royauté et du gouvernement. Dans Richard, poème chronologiquement le plus proche de la déposition, nous trouvons d’abord plusieurs images qui la justifient. La première est celle de la couronne, au passus I, qui finit par être détruite à cause de Richard II :

Ye come to youre kyngdom er ye youre-self
[knewe,
Crouned with a croune that kyng
under heuene
Mighte not a better haue bouyhte, as I trowe ;
So full was it filled with vertus stones,
With perlis of pris to punnysshe the wrongis,
With rubies rede the right for to deme,
With gemmes and juellis joyned to-gedir,
And pees amonge the peple for peyne of thi lawis.
It was full goodeliche ygraue with gold al
[aboughte ;
The braunchis aboue boren grett charge ;
With diamauntis derue y-douutid of all
That wroute ony wrake within or withoute ;
With lewte and loue yloke to thi peeris,
And sapheris swete that soughte all wrongis,
Ypouudride wyth pete ther it pounced be oughte,
And tray lid with trouthe and treste al aboute ;
For ony cristen kynge a croune well ymakyd.

Tu es venu à ton royaume avant que tu ne le saches toi-même, couronné d’une couronne qu’aucun roi sous le ciel n’aurait pu mieux acquérir, comme je le crois ; elle était si pleine de pierres de vertus, avec des perles de prix pour punir les mauvais, de rouges rubis pour le droit de juger, des gemmes et des joyaux joints ensemble, et la paix parmi le peuple par le châtiment de ta justice. Elle était très joliment gravée d’or tout autour. Les branches du dessus portaient une lourde charge, avec de durs diamants craints de tous ceux qui commettaient une offense en dedans ou au-dehors ; avec la loyauté et l’amour attachés à tes pairs, et de doux saphirs qui recherchaient tous les crimes, [elle était] saupoudrée de pitié ainsi qu’elle devait l’être, décorée et tressée tout autour de fidélité. Pour un roi chrétien [c’était] une couronne bien faite.
Richard the Redeless I, vers 119-135.

  • 42 Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi, op. cit., p. 268. Cette image de la couronne se retrouve dans d (...)
  • 43 Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi, op. cit., p. 267. Pour les accusations, voir English Constituti (...)
  • 44 Pour les textes contemporains, cf. Gower, Vox Clamantis VII, vers 497-98 ; Hoccleve, The Regement o (...)
  • 45 Dans Mum, la fréquente présence d’images empruntées au registre médical va dans ce sens : voir les (...)

37Les vertus personnelles nécessaires à un roi se mêlent à une vision plus générale de la royauté. La couronne représente le lien qui doit unir les membres de la communauté – surtout ceux qui gouvernent (le poète insiste sur la fidélité nécessaire des uns et des autres) mais pas seulement (le peuple est aussi présent). Ernest Kantorowicz a souligné que la couronne n’était pas encore indissociable de la personne du roi, mais que celle-ci « symbolisait à bien des points de vue le corps politique dans son entier »42. Richard a d’ailleurs été souvent accusé de crimes contre la couronne mais il n’y aurait pas eu de tentative pour « exclure l’attachement au roi en tant que personne au nom de l’attachement à la couronne impersonnelle »43. Au passus suivant, l’auteur fait allusion à l’image du corps du royaume (vers 61-69), sans développer, mais à nouveau pour montrer les erreurs de Richard. Ce motif était encore plus courant, et ce dans toute l’Europe, surtout depuis le Policraticus de Jean de Salisbury (1159)44. Il constituait une représentation commode pour démontrer la nécessaire cohésion du royaume dans un cadre hiérarchique45. Enfin, au passus IV, l’image du navire est utilisée :

And some were so fers at the frist come,
That they bente on a bonet and bare a topte saile
Affor the wynde fresshely to make a goodfare.
Than lay the lordis alee with laste and with
[charge,
And bare aboughte the barge and blamed the
[maister,
That knewe not the kynde cours that to the crafte
[longid,
And warned him wisely of thewedir-side.
Thanne the maste in the myddis at the monthe
[ende,
Bowid for brestynge and brouyhte hem to lond ;
For ne had thei striked a strake and sterid hem
[the better,
And abated a bonet or the blast come,
And wiste well y-now how it sholde ende.

Et certains étaient si agressifs à la première occasion, qu’ils déployaient une voile de plus et portaient le hunier quand le vent fraîchissait pour faire un bon voyage. Alors les seigneurs se tenaient sous le vent avec leur lourde cargaison et leur chargement, et ils faisaient virer de bord le bateau et blâmaient le maître, qui ne connaissait pas le cours naturel qui appartient au métier, et l’avertissaient sagement de quel côté venait le vent. Alors le mât du milieu, à la fin du mois, se courba à en rompre et les jeta à terre ; s’ils n’avaient pas pris un rif et barré le bateau au mieux et amené une bonnette avant la venue de la tempête, ils auraient tous été jetés par-dessus Bord.
Richard the Redeless IV, vers 71-82.

  • 46 Cf. Owst, Literature and Pulpit, op. cit., p. 68-76 ; voir aussi R. M. Haines, « ‘Our Master Marine (...)
  • 47 Le même type de conception apparaît dans The Death of Edward I.

38Cette image était très populaire chez les prédicateurs, pas seulement pour représenter le gouvernement46. Cette image apparaît également dans The Death of Edward III, mais dans ce texte, son objectif est guerrier : le navire représente la chevalerie d’Angleterre et, au-delà, tout le pays (vers 17-21). Toutes les composantes de la société participent à la guerre contre les Français, qui sont ainsi balayés : le gouvernail et la barre sont respectivement le roi et son fils, le canot de sauvetage est le duc Henry de Lancastre, le mât représente les communes. Les efforts de chacun sont tournés avant tout vers la défaite de l’ennemi, et en fin de compte, l’auteur espère que l’héritier continuera dans cette voie (ce qui n’a pas été le cas)47. Dans Richard, le navire représente l’Angleterre, bien que cela ne soit pas spécifiquement affirmé, mais les élites sont assimilées aux marins et le contexte est tout différent : l’image intervient à propos de la critique du parlement. Il s’agit là de suggérer que si les représentants des commune et les seigneurs en parlement ne parlent pas, le navire du royaume risque le pire (la même constatation est présente dans Mum and the Sothsegger aux vers 1115-1140). Une même image peut donc susciter plusieurs interprétations ; le contraste entre les deux poèmes est net.

  • 48 RP III, p. 415-53. Cf. C. Given-Wilson éd., Chronicles ofthe revolution : 1397-1400, Manchester, 19 (...)

39Ces différentes images sont donc utilisées autant pour légitimer la déposition en insistant sur l’hubris de Richard II que pour leur valeur presque universelle, afin de suggérer le bon mode de gouvernement. Dans le reste du poème, les artifices utilisés pour justifier l’usurpation d’Henry sont nombreux. Les images animalières de la lutte de Richard et d’Henry au début du passus III sont à cet égard éloquentes. Par ailleurs, le poète fait usage des sources officielles de la déposition de Richard, en particulier l’acte des charges relevées contre Richard lors de sa déposition appelé The Record and Process48. Il est fructueux de comparer ces charges et le catalogue des crimes du roi établi dans le poème :

Now, Richard the redeles reweth on you-self,
That lawelesse leddyn youre lyf and youre peple
[bothe ;
For thoru the wyles and wronge and wast in youre
[tyme,
Ye were lyghtlich ylyfte from that you leef
[thoughte,
And from youre willffull werkis youre will was
[chaungid,
And rafte was youre riott and rest for youre daiez
Weren wikkid, thoru youre cursid conceill youre
[karis weren
newed,
And coueitise hath crasid youre croune for euere !
Radix omnium malorum cupiditas.
Of alegeaunce now lerneth a lesson other tweyne
Wher-by it standith and stablithe moste –
By drede, or be dyntis or domes untrewe,
Or by creaunce of coyne for castes of gile,
By pillynge of youre peple youre prynces to plese,
Or that youre wylle were wrought though
[wisdom it nolde ;
Or be tallage of youre townnes without ony werre,
By rewthles routus that ryffled euere,
Be preysinge of polaxis that no pete hadde, Or be dette for thi dees deme as thou fyndist,
Or be ledinge of lawe with loue wellytemprid.
[…]
For legiance without loue litill thinge availith.

  • 49 « La cupidité est la racine de tous les maux » (Tim 6 :10).

Maintenant Richard le mal-conseillé, prends pitié de toi-même qui a mené sans loi ta vie ainsi que ton peuple ; car par les tromperies et les maux tu as perdu ton temps, on t’a facilement ôté ce que tu pensais [t’être] cher ; ta volonté a été altérée à cause de tes œuvres obstinées ; tes divertissements et ton repos te furent enlevés parce que tes jours furent maudits par ton mauvais conseil et tes soucis furent renouvelés ; la convoitise a jeté ta couronne à jamais ! Radix omnium malorum cupiditas49. Apprends maintenant une leçon ou deux sur l’allégeance : par quoi se tient-elle et reste-telle stable – par la peur, les coups ou les faux jugements, par la créance d’argent au moyen de tromperies, par le pillage de tes gens pour plaire à tes princes, par l’emportement de ta volonté bien que la sagesse ne le veuille pas ? Par la taxation de tes villes, alors qu’il n’y a aucune guerre, par les routes sans pitié qui pillent tout, par les prises des hallebardiers qui n’ont aucune pitié, par tes dettes de jeux que tu juges comme tu l’entends ? Ou par la conduite des lois bien tempérée par l’amour ? [...] L’allégeance sans l’amour ne vaut pas grand-chose.
Richard the Redeless I, vers 88-111.

  • 50 En 1386-1388, les Lords Appellants – Thomas de Woodstock, duc de Gloucester, Richard Fitzalan, earl(...)

40Ce catalogue condense avec précision nombre d’accusations : le mauvais gouvernement (art. 1), le caractère trompeur du roi (art. 25), les arrestations arbitraires (art. 27), la mauvaise utilisation de la justice et l’arbitraire de sa volonté (art. 16), les emprunts non remboursés (art. 14), la taxation indue (art. 15) et les hommes d’armes de Richard (art. 3 et 5). D’autres passages peuvent être mis en parallèle. Aux vers 112 et suivants du passus I, le poète rappelle le traitement des Lords appellants par Richard50, qui fait l’objet d’articles dans l’acte de déposition (art. 4 et 6). Nous trouvons à plusieurs reprises l’affirmation qu’il n’est plus possible de dire la vérité (art. 23). Enfin, au début du passus IV, est présenté un compte rendu des gaspillages de Richard, rappelés de manière plus générale dans l’article 1. En revanche, d’autres éléments apparaissent très peu dans le poème, parmi lesquels les accusations concernant les détournements des offices à des fins personnelles, de la part des shérifs notamment (art. 18 et 20) ; les obligations de serment (art. 28) ; les persécutions du clergé (art. 22 et 29). De manière plus générale, l’arbitraire du roi est dénoncé à plusieurs reprises dans l’acte de déposition, notamment dans les articles 16,17, 20 et 26. Le poème insiste davantage sur le manque d’amour de Richard pour ses sujets, et surtout sur son manque de respect envers la loi naturelle. Nous retrouvons le va-et-vient entre les allusions historiques précises, les critiques traditionnelles et une tentative de réflexion plus globale, déjà repéré par ailleurs. Richard the Redeless apparaît moins marqué que d’autres textes par l’anxiété de la légitimation, décelée par Paul Strohm. Cependant, le fait que l’auteur inscrive ses réflexions dans un cadre plus large suscite l’idée qu’elles doivent également servir à la nouvelle dynastie.

  • 51 Cf. F. Grady, « The Generation of 1399 », dans The Letter ofthe Law. Legal Practice and Literary Pr (...)
  • 52 De Proprietatibus Rerum I, lignes 609-614. Ce texte a été traduit en anglais par John Trevisa à la (...)

41Mum and the Sothsegger se préoccupe davantage du gouvernement d’Henry IV que de la déposition de Richard II, mais l’anxiété de la légitimation y serait bien présente51. Deux images très développées y apparaissent, la fable du bon gouvernement des abeilles et l’exemplum sur Gengis Khan. La première, qui se trouve aux vers 976-1086, inspirée en partie du De Proprietatibus Rerum de Barthélemy l’Anglais52 (d’ailleurs cité aux vers 1029 et 1048), est courante. Le roi des abeilles est présenté de manière très classique, comme le gardien de la communauté :

Thay haue a king by kinde that the coroune
[bereth,
Whom thay doo sue and serue as souurayn to
[thaym alle,
And obeyen to his biddyng, or elles the boke lieth
[...]
The moste merciful among thaym and meekest
[of his deedes
Ys king of bees comunely, as clergie us telleth,
And sperelees, and in wil to spare that been hym
[under,
Or yf he haue oon, he harmeth ne hurteth noon
[in sothe.
For venym dœth not folowe hym but virtue in
[alle workes,
To reule thaym by reason and by right-ful
[domes,
Thorough contente of the cumpaignie that closet
[alle in oone.
And yf the king coueite the colours to be-holde
Of the fressh floures that on the feldes growen,
Euermore a-myddes as maister of thaym alle
His place is y-properid for peril that mighte falle ;
And yf he fleuble or feynte or funder douneward,
The bees wollen bere hym til he be better amended.

Les abeilles parmi toutes les bêtes sont les mieux gouvernées dans l’humilité, le travail et la loi. Elles ont par nature un roi qui porte la couronne, qu’elles suivent et servent comme leur souverain à toutes ; elles obéissent à son commandement, ou le livre ment. [...] La plus miséricordieuse parmi elles et la plus humble dans ses actes est, sans exception, le roi des abeilles, comme le savoir nous le dit ; il n’a pas de dard, ou s’il en a un, dans la volonté d’épargner ceux qui sont en dessous de lui, il ne touche ni ne blesse personne, en vérité. Car ce n’est pas le venin qui le suit, mais la vertu dans tous ses actes, pour gouverner [les abeilles] par la raison et par des jugements pleins de justice, [et cela] par le consentement de la compagnie qui est unie en tout. Et si le roi désire que les couleurs des fleurs fraîches qui poussent dans les champs soient vues, sa place est fixée, toujours au milieu comme leur maître à toutes, à cause du péril qui pourrait survenir ; et s’il est affaibli, s’il défaille ou s’il tombe à terre, les abeilles le porteront jusqu’à ce qu’il aille mieux.
Mum and the Sothsegger, vers 997-1043.

  • 53 La source de Barthélemy est saint Ambroise. Cf B. Ribémont, « L’animal comme exemple dans les encyc (...)
  • 54 Cf. Barr, The Piers Plowman tradition, op. cit., p. 339.
  • 55 Cela n’est pas du tout incompatible avec l’accent qui est mis sur la garde de la paix du royaume. L (...)
  • 56 Grady, « The Generation of 1399 », art. cité, p. 215-216.

42Nous retrouvons des qualités souvent exprimées par cette très ancienne allégorie : la miséricorde, l’humilité, la justice et l’absence de violence53. En outre, les derniers vers rappellent encore une fois l’importance de la communauté. Mais l’auteur de Mum s’écarte de la tradition en introduisant plus loin l’apiculteur, dont le rôle n’est pas clair54. Il est chargé en priorité de protéger les abeilles des frelons, gaspilleurs et parasites politiques dont Mum représente la quintessence (vers 1058-1063). Mais a-t-il pour les abeilles un rôle proche de celui de Dieu pour les hommes, ou représente-t-il un dédoublement de la fonction royale ? Dans ce dernier cas, il pourrait y avoir un avertissement sur le fait que le roi doit certes avoir les qualités traditionnelles décrites pour le roi des abeilles, mais qu’il doit aussi être capable de remettre les parasites dans le droit chemin, par la force si nécessaire55. Il est difficile de répondre à la question, d’autant plus que le narrateur avoue ne pas comprendre les implications de cette histoire (vers 1087-1090), qu’il qualifie de mystik (secret, mystique). Ce pourrait là encore être une stratégie pour se protéger des dangers d’une critique trop tranchée. Dans ce contexte, Franck Grady suggère que l’allégorie des abeilles est en fait, au moins en partie, une allégorie de la déposition de Richard, ou plutôt de l’usurpation lancastrienne, et que l’apiculteur peut être identifié à Henry IV56. L’intrication entre allusions aux événements contemporains (et à leurs conséquences) et réflexions plus générales est donc extrême.

  • 57 Cf. Bennett, The Rediscovery of Sir John Mandeville, op. cit., passim. Nous retrouvons d’ailleurs c (...)

43Cette intrication est également à l’œuvre dans l’exemplum de Gengis Khan (Changwys), inspiré des Voyayes de Jean de Mandeville, fort prisés en Angleterre57. L’exemplum intervient dans le contexte d’une réprimande contre les gens des commune – bien distincts ici des chevaliers des shires représentants en parlement (vers 1457-1464) – sur laquelle il nous faudra revenir. L’histoire montre un roi qui teste cruellement ses princes et ses conseillers, mais qui parvient à rétablir l’unité du royaume. Pourtant, on constate des différences notables avec la version de Mandeville. Dans cette dernière, c’est d’abord Gengis qui a une vision divine et ensuite les seigneurs ; dans Mum, seuls ces derniers en ont une. De plus, chez Mandeville, la fin de l’histoire est très concise :

  • 58 Cité dans l’édition du poème de M. Day et R. Steele, p. 83. Pour une traduction récente de la versi (...)

Et, quant ly Chan vist qils ne mettoient point de obstacle en chose qil comandast, il pensoit qil poat bien fier en eaux et commanda tantost qils fuissent toutz apparilles pur seuir sa baner. Et puis ly Chan mettoit en subieccion toutes les terres enuiron.58

44Dans Mum, les choses sont un peu différentes :

But that he had thaire hertz al hoole at his wil,
He forgafe thaym thaire graunt and goodely
[thaym thanked.
Thenne clepid he to cunseil knightz and other,
And wroughte alle with oon wil as wise men
[shuld,
And wanne wisely ayen withynne a while after
The lande and the lordship that thay loste had,
And conquerid cuntrees, as cathay-is lande,
That is the richeste royaulme that reyne ouer
[houet.

Quand il sut que sa volonté n’était pas contrariée, mais qu’il avait leurs cœurs complètement à sa volonté, il leur rendit leurs propriétés et les remercia bien. Il appela alors au conseil les chevaliers et d’autres ; ces derniers travaillèrent tous d’une seule volonté comme les hommes sages le doivent, récupérèrent intelligemment, en peu de temps, les terres et la suzeraineté qu’ils avaient perdus, et conquirent [d’autres] contrées – le pays du Cathay, qui est le royaume le plus riche sur lequel tombe la pluie.
Mum and the Sothsegger, vers 1448-1456.

  • 59 Grady, « The Generation of 1399 », art. cité, p. 221.

45Gengis s’est certes comporté comme un roi cruel, mais une fois qu’il s’est assuré la fidélité des seigneurs et des autres, il ressent la nécessité de s’entourer de leur conseil, et il gouverne avec eux. Appliqué à Henry IV, cela conduit à une vision positive de son gouvernement. Selon Franck Grady cependant, les implications de cet exemplum pourraient être beaucoup plus sombres. Les deux statuts évoqués par le poète aux vers 1424-1439, le premier obligeant les seigneurs à tuer leurs fils aînés et le second les obligeant à céder leurs terres à Gengis, rappelleraient les diverses exécutions ordonnées par Henry lors des rébellions qui éclatèrent au début de son règne59. La variété des interprétations possibles suggère plusieurs éléments de réflexion. D’une part cette variété même peut constituer une stratégie pour dissimuler une critique d’Henry et l’auteur se situe là dans le contexte inconfortable de la légitimation de l’usurpation lancastrienne. D’autre part, par ses choix, l’auteur tente de se situer dans une réflexion plus vaste sur le gouvernement, en se rapprochant des miroirs au prince. Dans cette perspective, les diverses images rencontrées dans Richard et dans Mum mettent l’accent sur la position centrale du roi et sur sa responsabilité cruciale dans le gouvernement, mais aussi sur l’obligation pour lui de ne pas gouverner tout seul. Finalement, la vision de la royauté qui apparaît dans ces deux poèmes révèle la nécessité d’un roi fort (peut-être davantage même que pour Langland), mais aussi conscient de ses responsabilités et à l’écoute de ses sujets (au moins les plus éminents), deux thèmes d’une actualité brûlante.

  • 60 Sir John Fortescue, In Praise of the Laws of England, dans On the Laws and Governance of England, t (...)
  • 61 Ferster, Fictions of Advice, op. cit., chap. 6 et 7.

46Les conceptions de la royauté dans les poèmes apparaissent donc en évolution. Cela se voit d’une part dans la présentation des qualités royales, insistant d’un côté sur la fonction guerrière et chevaleresque, et de l’autre sur les fonctions qui relèvent davantage du gouvernement du pays. Wynnere and Wastoure montre des hésitations dans la mise en scène de cette dialectique, tandis que Piers Plowman ne réussit la fusion que par l’image idéale du Christ-chevalier-roi. Richard et Mum insistent sur les fonctions gouvernementales, sans rejeter complètement l’aspect chevaleresque. De fait, dans les dernières décennies du siècle, l’accent est mis, dans les poèmes et dans bien d’autres sources, sur le gouvernement de l’Angleterre. Et au milieu du xve siècle, sir John Fortescue présente encore les deux aspects de la personne royale, mais encourage d’abord le roi à étudier la loi et le droit60. En outre, l’insistance sur les qualités royales liées au gouvernement du pays est courante, et les textes (notamment des miroirs au prince) les mentionnant sont innombrables, pas seulement en Angleterre bien sûr. Pour ne prendre que deux exemples dans la littérature anglaise, Gower et Chaucer en ont tous deux traité, Gower de façon exhaustive dans le livre VII de la Confessio Amantis, qui s’apparente à un miroir au prince, et Chaucer de façon plus subtile dans le Tale of Melibee61. Si la chronologie de nos textes est un peu décalée par rapport à celle de l’évolution générale des conceptions du gouvernement, ceux-ci y participent et témoignent de leur élargissement.

  • 62 Dans les sermons parlementaires de la fin du xive et du début du xve siècle, la guerre est égalemen (...)

47Un autre indice de ce déplacement des préoccupations des poètes est le traitement de la guerre. L’analyse lexicologique a montré une absence surprenante du terme war. La guerre est-elle absente ? Certes non62, mais les contrastes entre les poèmes sont très nets. Dans The Death of Edward III, nous l’avons déjà remarqué, la guerre contre les Français est une évidence, comme en témoigne le conseil de l’auteur à l’héritier, c’est-à-dire à Richard, de poursuivre son effort :

Weor that Impe ffully growe,
That he had sarri, sath, and pith,
I hope he schulde be kud and knowe
ffor Conquerour of moni akith.
He is ful lyflich in lyme and lith,
In armes to trauagle and to swete.

Lorsque ce rejeton sera grand, et qu’il aura de la vigueur, de la justesse et de l’ardeur, j’espère qu’il sera connu et renommé comme conquérant de nombreux pays. Il est plein de vie dans les membres, pour travailler et transpirer sous les armes.
Death of Edward III, vers 89-94.

  • 63 Dans la version C (III, vers 233-255), les propos de Mede sont plus généraux, mais vont dans le mêm (...)
  • 64 Cf. Barnie, War in Medieval English Society, op. cit., p. 117 et suivantes.

48Ce poème situe l’auteur du côté des tenants inconditionnels de la guerre contre les Français. Dans les autres poèmes, la situation est plus nuancée. Dans Wynnere and Wastoure, le poète s’interroge sur la dimension guerrière de la monarchie et de la noblesse, nous l’avons vu. Dans Piers Plowman, la louange de la guerre contre les Français est mise dans la bouche de Mede qui critique Conscience pour son désir de paix et pour avoir bradé les victoires anglaises (B III186-208)63. Étant donné la nature des interlocuteurs, on peut douter que Langland ait vraiment loué la guerre, même si sa critique est beaucoup moins nette que celle de Gower, dans In The Praise for Peace64. Dans Mum enfin, l’auteur avertit Henry IV que son souci principal doit être la paix de son royaume. Finalement, les questionnements sur la guerre et sur ses rapports avec les gouvernements sont assez peu présents dans les poèmes de la fin de la période, ce qui apparaît d’autant plus curieux que l’Angleterre est alors presque toujours engagée dans des campagnes militaires. Cela rejoint en fait des éléments dégagés par ailleurs. Le poème The Crowned Kyng est à cet égard significatif. Dans ce poème, le discours du clerc a pour but de montrer au roi qu’il doit penser avant tout à la paix et à la prospérité de ses sujets petits et grands, car il dépend de leur labeur (vers 65-73)et surtout de leur amour (vers 75-76). Si le clerc ne remet pas en cause la nécessité de la guerre, comme le montre son invitation à bien récompenser ses hommes d’armes (vers 94-104), son discours sonne néanmoins comme un avertissement :

For as a lord is a lord and ledeth the peple,
So shuld prowesse in thi persone passe other
[mennes wittes :
The wittyest and wylyest and worthiest in
[armes.
All is but wast wele and he wronye use,
And unsemely for a souerain (so saue me oure
[Lord)
And heuy for his name that hyndren will euer.

Car un seigneur est un seigneur et mène le peuple ; la prouesse dans ta personne doit dépasser les esprits des autres hommes : [tu dois être] le plus sage, le plus intelligent et le plus valeureux dans les armes. Tout n’est que prospérité gâchée s’il use du mal, [c’est] indigne d’un souverain (que le Seigneur me sauve) et pénible pour son nom – cela l’embarrassera à jamais.
The Cromned Kyng, vers 78-83.

  • 65 D. Pigg, « Charting Power and Danger in The Croumed King », English Language Notes, 34,1997, p. 10- (...)

49L’importance de la valeur guerrière du souverain est reconnue, par le biais du terme prowesse, mais tout comme dans Mum, cette reconnaissance est tempérée par l’insistance sur le fait que la prospérité du royaume ne doit pas être gâchée par des campagnes inconsidérées. Le poème se termine d’ailleurs par un appel au roi à prendre exemple sur le Christ, pour assurer la paix et la prospérité du royaume. Dans cette perspective, Daniel Pigg remet en cause le qualificatif de tract propagandiste souvent attribué au poème, en soulignant les implications de la localisation de l’action du poème le jour de la fête du Corpus Christi65. La question de la guerre ne serait que le prétexte pour le poète de rappeler à son roi que l’équilibre du corps social est fragile et qu’il doit le maintenir, tout comme les autres membres de la société politique.

Le rôle de la société politique

50Le lien entre le roi et les autres acteurs de la société politique, administrateurs, nobles, etc., a été souligné par l’étude lexicologique, surtout pour les derniers poèmes de la période. Il faut maintenant s’interroger sur le rôle de ces acteurs dans la marche du gouvernement.

Les administrateurs

  • 66 Voir par exemple G. Kane, « Some Fourteenth Century ‘Political’ Pœms », dans Medieval English and E (...)

51La critique des administrateurs est importante, même si l’analyse lexicologique n’a pas été là d’un grand secours. Cela est dû à la grande variété des dénominations, mais également au fait que ce sont avant tout les individus qui sont critiqués. Cette constatation a d’ailleurs paru suffisante à certains pour affirmer que le mode de critique des poètes était très stéréotypé et pour tout dire primitif66. Mais l’établissement d’un cadre lexical général incite à revenir sur cette question et à l’aborder dans une perspective différente.

52Les lamentations sur les abus et la corruption des administrateurs, qui ne constituent certes pas une nouveauté, éclatent dans tous les poèmes de la période, surtout dans Song of the Husbandman, Simonie, Piers Plomman, Richard et Mum. Cette corruption peut prendre des formes diverses, mais l’une des plus nettes est sans conteste le détournement des taxes, au détriment tant de la population que du roi. Cette plainte est criante dans Song of the Husbandman, qui rapporte les lamentations d’une catégorie aisée de la population rurale. Le narrateur est en effet un paysan prospère. Après avoir constaté que les richesses et les bonnes récoltes s’en sont allées, mais que l’impôt du roi est toujours là, il s’attaque systématiquement aux officiers :

Thus we beth honted from hale to hume ;
That er werede robes, nou wereth ragges.
Yet cometh budeles, with ful muche bost :
« Greythe me seluer to the grene wax ;
Thou art writen y my writ, that thou wel wost !  »
Mo then ten sithen told y my tax.
Thenne mot ych habbe hennen arost,
Feyr on fyhsh day launprey and lax ;
Forth to the chepyn geyneth ne chost,
Thah y sulle mi bil and my borstax.
Ich mot legge my wed wel ghef y wolle,
Other sulle mi corn on gras that is grene
[...].
Cometh the maister budel brust ase a bore ;
Seith he wole mi bugging bringe ful bare.

Ainsi avons-nous été chassés du hall vers le coin et ceux qui auparavant portaient des robes ont maintenant des haillons. Voici venir les bedeaux avec toute leur vantardise : « Prépare-moi de l’argent pour la cire verte ; tu es inscrit dans mon registre, que tu connais bien. » Plus de dix fois, j’ai payé les taxes. N’empêche : il me faut faire rôtir mes poules, et si c’est jour de poisson, de belles lamproies et de beaux saumons ; aller au marché ne me rembourse même pas mes frais, bien que je doive vendre ma serpe et ma hache. Je dois me porter garant, même malgré moi, ou alors vendre mon grain quand il est encore vert [...]. Le bedeau du maître vient aussi brusquement qu’un sanglier. Il dit qu’il rendra mon logement vide.

Song of the Husbandman, vers 35-51.

  • 67 Voir par exemple R. Kaeuper, Guerre, justice et ordre public, La France et l’Angleterre à la fin du (...)
  • 68 J. Maddicott, The English Peasantry and the Demands of the Crown, 1294-1341, Past and Present, Supp (...)

53Dans cette diatribe, ce sont à la fois les administrateurs du roi et ceux du seigneur qui sont mis en cause. Le passage cité condense les différents thèmes du poème, mais aussi de nombreuses autres œuvres de la même époque, ainsi que des sources différentes qui regorgent de telles critiques67 Selon John Maddicott, plusieurs poèmes du début du xive siècle reflètent le fait que les taxes royales, du fait d’une combinaison de facteurs (guerre, situation économique dégradée...), ont été plus durement ressenties qu’auparavant68. Les officiers sont attaqués pour leurs extorsions qui appauvrissent la communauté, mais aussi le roi, comme le rappelle l’auteur de The Simonie (A, vers 319-23), lequel roi n’est pas seulement dupé, puisque tout le blâme retombe sur lui.

  • 69 L’inverse n’est pas tout à fait vrai. Dans The Simonie par exemple, les hommes de loi font l’objet (...)

54Une certaine évolution chronologique s’observe cependant quant aux types d’administrateurs critiqués. Les premiers poèmes attaquent avant tout ceux qui sont chargés des collectes des taxes tandis que les textes plus tardifs déplacent leur verve sur d’autres catégories, les hommes de loi surtout69, mais aussi les officiers urbains qui font l’objet dans Piers et dans Mum d’une insistance nouvelle. Dans ces poèmes, les administrateurs urbains, et en particulier le premier d’entre eux, le maire, sont en effet vivement critiqués. Dans Piers Plowman, le maire qui a, selon l’auteur, une haute fonction, celle d’intermédiaire entre le roi et les citadins, est le premier visé :

Maires and maceres, that menes ben bitwene
The kyng and the comune to kepe the lawes,
To punysshe on pillories and on pynynge stooles
Brewesters and baksters, bochiers and cokes
For thise are men on this molde that moost harm
[wercheth
To the povere peple that parcelmele
buggen.
[...]
Ac Mede the mayde the mair heo bisoughte
Of alle swiche selleris silver to take,
Or presents withouten pens – as pieces of silver,
Rynges or oother richesse the regratiers to
[mayntene.

Accompagnés de leurs massiers, les maires se présentèrent. Leur office est d’agir en tant qu’intermédiaires entre le roi et le peuple du commun, dans l’application de la loi. Leur responsabilité est de punir du pilori et du chevalet les brasseurs, boulangers, bouchers et cuisiniers fautifs. Ce sont là ceux qui font le plus de mal aux pauvres, puisque ces derniers n’ont pas d’autre choix que d’acheter leur nourriture au détail, par petites quantités. [...] Dame Rétribution, quoi qu’il en soit, pria le maire d’accepter les pots-devin, ou, à la place, les beaux cadeaux en nature, tels que vaisselle d’argent, anneaux, ou d’autres objets de valeur, offerts par ces détaillants pour qu’il soutienne leur cause.
Piers Plowman B III, vers 76-92.

  • 70 Plusieurs statuts évoquent la question, par exemple en 1351 et 1368.
  • 71 Pour une présentation générale du contexte londonien, voir S. Reynolds, An Introduction to the Hist (...)
  • 72 Cf. R. Bird, The Turbulent London of Richard II, Londres, 1949.
  • 73 P. Nightingale, « Capitalists, Crafts and Constitutional Change in Late Fourteenth-Century London » (...)

55Les accusations sont précises : le maire favorise le monopole des métiers de bouche au détriment des pauvres qui doivent acheter très cher de la nourriture avariée. La version C est plus précise encore, en ajoutant un passage assez long, plus critique et plus prophétique, visant toutes les élites urbaines en général (C III, vers 77-114). Dans ce passage, Langland va jusqu’à suggérer que certains représentants des métiers de bouche ne devraient pas avoir le statut de citoyens libres. Cet intérêt pour le gouvernement urbain est bien sûr lié au fait que, nous l’avons vu, Langland connaît bien Londres. Mais la teneur de sa critique est intéressante : il insiste sur un des plus grands problèmes urbains de l’époque, très criant à Londres, à savoir les malversations des responsables de l’approvisionnement de la population urbaine70, et met l’accent sur les conséquences directes et dramatiques pour le peuple de la corruption des élites. Plus précisément, la date de la composition de la version B correspond à une période agitée de la vie londonienne71. Dans les années 1376-1384 en effet, un parti « réformateur» mené par John Northampton a tenté de prendre le contrôle du gouvernement de la cité, de restreindre le pouvoir des victuaillers guilds et de mettre en place des réformes allant dans le sens d’une ouverture du gouvernement de la cité. Northampton réussit à être maire, mais sa réforme échoue et le maire suivant, Nicholas Brembre, est un grocer. Ces conflits ont été interprétés par Ruth Bird comme un conflit de classes plutôt que de guildes72 ; Northampton représenterait le parti des petits maîtres et des artisans, Brembre celui des marchands-capitalistes et des métiers de bouche. Mais selon Patricia Nightingale, le conflit doit être situé au sein de la classe dominante73. Néanmoins, il est notable qu’un poète tel que Langland ait une perception favorable du programme réformateur mis en avant par Northampton. Même si ce programme n’a répondu dans l’esprit de ce dernier qu’à des considérations tactiques, il a dû rencontrer un large écho auprès de certaines franges de la population londonienne, les petits maîtres et les artisans, mais aussi auprès du poète et de certains de ses lecteurs.

56Dans Mum and the Sothsegger, les accusations sont plus générales :

And euery tovne that I trade twelfe moneth
[to-gedre,
Mum was a maister and with the maire euer,
And al of oon lyuraye and looke so to-gedre
That a poure man-is prayer departe thaym ne
[mighte.
There was no maner man the maire had levir
Bydde of the burnes in benche there thay satte
As mum to the mete among al the rewe ;
For he couthe lye and laugh and leepe ouer the
[balkes
There any grucche or groyne or grame shuldarise.
He was ful couchant and coy and curtoys of
[speche,
And parlid for the partie and the playnte lefte ;
The maire preisid hym apert for his plaisant
[wordes ;
He was a blessid barne...

Dans chaque ville où je me suis rendu durant une année, Mum était maître et toujours avec le maire, et tous [avaient] une seule livrée et se ressemblaient tant que la prière d’un pauvre homme ne pouvait les départager. Il n’y avait aucun homme que le maire voulait davantage inviter que Mum, parmi les hommes assis sur le banc, dans toute la rangée ; car il pouvait se tenir, rire et dépasser toutes les difficultés, là où n’importe quelle mauvaise volonté, complainte ou dommage pouvait surgir. Il était tout à fait humble, réservé et courtois dans ses paroles, parlait pour sa partie et ignorait les mérites du procès légal. Le maire le louait ouvertement pour ses paroles plaisantes ; c’était un homme béni...
Mum and the Sothsegger, vers 801-817.

57Le maire est donc associé à la figure corruptrice du poème, Mum. Juste après ces vers, le narrateur décrit un luxueux banquet donné par le maire et découvre que le diseur de vérité est confiné dans une chambre avec Terreur (821-840), alors que Mum est l’invité d’honneur. Les accusations sont tournées contre la corruption particulière du maire, mais le narrateur évoque aussi le conseil de la ville (819) et la manière dont les élections peuvent être détournées. Là encore, cela dénote une connaissance directe des problèmes contemporains de gouvernement urbain.

There is a librarie of lordes that losen ofte thaym-self74

  • 74 Mum and the Sothsegger, vers 1626 : « Il y a [toute] une bibliothèque sur les seigneurs qui se détr (...)
  • 75 Sur cette distinction, cf. Given-Wilson, The English nobility in the late middle Ages, op. cit., p. (...)

58La noblesse constitue la partie la plus éminente de la société politique. Nous l’avons envisagé sur le plan social, mais les poètes évoquent aussi leurs agissements en politique et les conséquences sur le gouvernement du pays. La noblesse stricto sensu, c’est-à-dire les lords (erles et barons), apparaît autant sous la plume inquisitrice des poètes que les membres de la gentry, en particulier les chevaliers75. L’analyse lexicologique a suggéré que ces catégories étaient davantage liées au gouvernement dans les poèmes de la tradition que dans Piers, mais ce dernier s’en préoccupe tout de même. Il faut distinguer d’une part les critiques portant sur les luttes internes de la noblesse, et d’autre part celles sur ses agissements à l’encontre du gouvernement central. Il faut cependant garder à l’esprit que cette distinction est en partie artificielle.

  • 76 Sur ces questions, les études sont innombrables. Voir notamment K. B. McFarlane, « Bastard feudalis (...)
  • 77 Vale, Edward III and Chivalry, op. cit., p. 72-75 ; Nolan, « ‘With tresone withinn’ », art. cité, p (...)

59Les luttes internes de la noblesse sont un des éléments essentiels de la politique anglaise du xive siècle, dans le cadre du bastard feudalism76. Elles soulèvent de nombreux problèmes d’interprétation et dans ce cadre, les textes poétiques peuvent apporter un éclairage différent sur leurs représentations. Dans les poèmes, deux types de luttes apparaissent, les guerres privées et toutes les stratégies liées à la maintenance et au phénomène des retenues. Le thème des guerres privées est présent dans Wynnere and Wastoure. Au début de son rêve, le narrateur se retrouve face à deux armées prêtes à combattre, dans une mise en scène ressemblant à celle des pageants royaux, spectacles à forte fonction symbolique77. Ces spectacles constituaient un des éléments importants de la politique d’Édouard III, dans un but d’idéalisation et d’unification de la chevalerie derrière la bannière royale. Les accusations lancées par le messager du roi ne laissent cependant pas de doute sur la nature de la confrontation entre les deux armées :

Loo ! the kyng of this kyth ther kepe hym oure
[lorde
Sendes erande by me als hym
beste lyketh
That no beryn be so bolde one bothe his two eghne
Ones to strike one stroke ne stirre none nerre
To lede rowte in his rewme so ryall to thynke,
Pertly with youre powers his pese todisturbe.
For this es the usage here and euer schall worthe
If any beryn be so bolde with banere for to ryde
Withinn the kyngdome riche bot the kynge one
That he schall losse the londe and his lyfe aftir.

Salut ! Le roi de ce pays, que notre Seigneur le garde !, envoie son message par mon biais : il ne lui semble pas être pour le mieux qu’un chevalier soit suffisamment fier, sur ses deux yeux, pour frapper une fois un coup, approcher plus près, mener ses troupes dans son royaume, ou penser troubler la paix [du roi] si orgueilleusement et ouvertement de son propre chef. Car c’est l’usage ici et cela le sera toujours : si quelque chevalier est trop arrogant et conduit une bannière dans ce riche royaume, à moins [que ce ne soit] celle du roi, il perdra ses terres et sa vie ensuite.
Wynnere and Wastoure, vers 124-133.

60La présentation de cette violence de la noblesse au sein d’une représentation censée la glorifier constitue une critique subtile, mais clairement politique : la mise en scène est celle d’un spectacle royal. Elle est donc inséparable de la perception du poète du gouvernement royal, déjà évoquée. La noblesse y participe et, à ce titre, sa responsabilité est grande.

  • 78 Cf. J. R. Maddicott, Law and Lordship : Royal Justices as Retainers in Thirteenth-and Fourteenth-Ce (...)
  • 79 SR II, p. 74-75.
  • 80 Cf. C. Given-Wilson, The Royal Household and the King’s Affinity : Service, Politics and Finance in (...)
  • 81 Cf. Given-Wilson, The Royal Household, op. cit., p. 223 et suivantes ; Saul, Richard II, op. cit., (...)

61Les problèmes de maintenance et de retenues sont traités de manière très développée dans les poèmes de la fin de la période, en particulier dans Richard the Redeless. Au départ, la retenue est surtout d’origine militaire. Un homme est retenu par un seigneur par un contrat d’indenture pour un service militaire. L’apparition de ces liens contractuels a été un des éléments-clés de l’évolution du féodalisme anglais. Mais le principe de la retenue s’est généralisé à divers types de fonctions (notamment les hommes de loi78) La maintenance, qui consiste pour le seigneur à faire pression par le biais de ses hommes, est intimement liée à ce système. Ces pratiques ont été réglementées à plusieurs reprises. Le grand statut de 1390 distingue trois types d’hommes retenus79 : ceux qui résident de façon permanente dans la maisonnée du seigneur, ceux qui sont retenus par un contrat d’indenture (pour la guerre ou la paix) et enfin ceux qui perçoivent un revenu pour porter la livrée ou l’insigne du seigneur80. Ce troisième type est interdit. C’est celui qui a soulevé le plus de controverses, et qui est mis en cause par l’auteur de Richard. La retenue attaquée par le narrateur est surtout celle de Richard II lui-même, accusé dans les dernières années de son règne de se comporter comme un grand noble (et non comme un roi), en retenant des hommes de main. De fait, à partir de 1397, Richard s’est constitué une retenue d’hommes du Cheshire pour contrer les nombreuses oppositions des Lords, et en particulier des Lords appellants81. Les vers suivants résument les principales accusations portées contre les hommes du Cheshire :

For they acombrede the contre and many curse
[seruid,
And carped to the comounes
with the kyngys
[mouthe,
Or with the lordis ther they belefte were,
That no renke shulde rise reson to schewe
[...].
So, trouthe to telle as toune-men said,
For on that ye merkyd ye myssed ten schore
Of homeliche hertis that the harme hente.
Thane was it foly in feith, as me thynketh,
To sette siluer in signes that of nought serued.

Car ils ont harassé la contrée et causé maints maux, et parlé aux communes [comme s’ils étaient] la bouche du roi, ou celle des seigneurs avec lesquels ils se tenaient, afin qu’aucun homme ne se lève pour démontrer ce qu’était la raison [...]. Ainsi, pour dire la vérité – comme les citadins le disent-, pour un cœur marqué tu as perdu dix cœurs bienveillants qui n’ont reçu que du mal. C’était donc folie en vérité, je le pense, de mettre de l’argent dans des signes qui n’ont servi à rien.
Richard the Redeless II, vers 28-45.

  • 82 The Chronicle of Adam Usk, 1377-1421, éd. et trad. C. Given-Wilson, Oxford, 1997, p. 48 ; Thomas Wa (...)
  • 83 Sur cette question, voir aussi H. Castor, The King, the Crown and the Duchy of Lancaster, Oxford, 2 (...)
  • 84 SR II, p. 113-114.

62L’accusation principale est que ces porteurs d’insignes oppriment la communauté, surtout les pauvres. Cela est d’autant plus grave que plus loin, l’auteur se gausse de leur infidélité envers leur seigneur, au moment où il en a le plus besoin, ainsi que de leur lâcheté (passus II, vers 113-132). Richard the Redeless n’est qu’un exemple des nombreuses inimitiés que Richard s’est attirées par cette politique. Parmi les chroniqueurs par exemple, Thomas Walsingham et Adam Usk sont très virulents82. Sur cette question, le poète apparaît comme un vibrant défenseur des pétitions des commune, puisqu’il considère, comme elles, que ces pratiques conduisent à une tyrannie83. Les agissements de Richard II furent en grande partie à l’origine, juste après sa déposition, de la promulgation du statut d’octobre 1399, qui a encore renforcé les restrictions, pour les nobles et pour le roi lui-même84.

63Les grands nobles sont aussi attaqués pour leurs agissements dans ce domaine (passus II, vers 26-27), mais de façon moins développée. L’auteur insiste davantage sur le choix des administrateurs de leurs domaines par les nobles :

For wolde they blame the burnes that broughte
[newe gysis,
And dryue out the dagges and all the Duche
[cotis,
And sette hem aside and schort of hem telle,
And lete hem pleye in the porche and presse non
[ynnere,
Ne no proude peniles with his peynte sleve ;
And eke repreue robbers and riffleris of peple,
Flateris and fals men that no feith useth,
And alle deabolik dœris dispise hem ichone,
And coile out the knyghtys that knowe well
[hem-self
That were sad of her sawis and suffre well couude,
And had traueilid in her tyme and temprid
[hem-self [...],
Men shuld wete in a while that the world wolde
[amende ;
So vertue wolde fowe whan vicis were ebbid.

S’ils blâmaient les hommes qui apportent de nouvelles modes, s’ils repoussaient les ornements et les cottes germaniques, les mettaient de côté et leur parlaient avec mépris, s’ils les laissaient jouer dans l’entrée sans aller plus avant, de même que les orgueilleux sans le sou avec leurs manches peintes ; s’ils réprouvaient également les voleurs et les pillards, les flatteurs et les hommes faux sans foi, et tous les faiseurs diaboliques qui se trompent l’un l’autre ; s’ils sélectionnaient les chevaliers qui se connaissent bien eux-mêmes, qui sont sages dans leurs discours et savent bien être patients, qui ont travaillé en leur temps et se sont modérés [...] alors, les hommes sauraient rapidement que le monde se réformerait ; la vertu déferlerait et les vices reflueraient.
Richard the Redeless III, vers 190-206.

  • 85 Voir ci-dessous, chapitre X, p. 321-325.

64L’insistance sur l’apparence et les vêtements extravagants traduit sans doute l’orgueil qui empêche la bonne réflexion sur le bon gouvernement85. D’autant que la noblesse (et cette fois il s’agit bien des lords), doit donner l’exemple d’un bon gouvernement à son échelle, en vue de celui qui doit régir la société tout entière. Est pointée également la prédominance du rôle administratif des chevaliers, dont seuls les bons doivent être retenus par la noblesse. On mesure le chemin parcouru en un siècle, puisque le poème intitulé Satire on the Retinues of the great, un des premiers poèmes de notre corpus, n’évoque que les agissements, marqués par la débauche, des valets ribauds qui appartiennent à la household.

  • 86 Cf. Given-Wilson, The Royal Household, op. cit., p. 205 et suivantes. Cela correspond à la disparit (...)
  • 87 Cf. Given-Wilson, The English nobility, op. cit, chap. 3 ; Genet, La genèse de l’État moderne, op. (...)

65Le thème des rapports entre noblesse et gouvernement est surtout développé dans Mum and the Sothsegger. L’auteur s’intéresse de près aux «chevaliers de la cour » (knyghtes of the courtz) et les fustige de manière virulente (vers 794-800). Cette expression peut désigner les chamber knights, institués durant le règne d’Édouard III et dont les compétences relèvent davantage du gouvernement du pays que de la gestion de la household, ou les king’s knights, qui font leur apparition sous le règne de Richard II, au sein de la retenue du roi86. La signification exacte de cette expression est donc difficile à déterminer, mais elle reflète l’importance de l’implication des chevaliers dans l’administration centrale, phénomène essentiel pour l’évolution de l’État anglais87. Le poids de leur responsabilité est d’ailleurs plusieurs fois souligné :

There is a librarie of lordes that losen ofte thaym-self
Thorough lickyng of the lordship that to the
[coroune longeth[...].
Thees knightz of the conseil that nygh the king
[dwellen,
And eeke lordz y-lettred of oone lawe and other,
Forto kepe his coroune fro couetous peuple,
Han pulled thaym-self the peres right to the pure
[stalke,
And lickid so the leves he hath the leste dele,
For thay holden of his honour halfendele and
[more.
This was grounde and bigynnyng of gurdyng of
[heedes,
And eeke more of mourdre and many-folde
[wronges
That han y-falle for foly wthynne thees fourty
[wintre.
For thegre enuye that eche had to other
Dide thaym preece to be pryuy and put aweye
[the beste,
But muche more for the medeto make thaym-self
[riche
Thenne to cunseille the king of the comune wele,
Or for any deue dome or defence of the royaulme
This same cursid custume oure coroune hath
[a-payred,
And cause is most that comunes collecteurs haten.

Il y a [toute] une bibliothèque sur les seigneurs qui se détruisent souvent eux-mêmes par la violation de la souveraineté qui appartient à la couronne [...]. Ces chevaliers du conseil qui se tiennent proches du roi, et aussi les seigneurs érudits dans les deux lois [qui devraient] protéger sa couronne des gens cupides, ont tiré les poires à eux jusqu’à la queue, et ont tant sucé les feuilles que le roi en a la moindre part ; ils tiennent de son honneur la moitié et plus. Ce fut le fondement et le commencement des décapitations, et aussi de l’augmentation de meurtres et de nombreux crimes, causés par la folie de ces quarante dernières années. Car l’envie avide que chacun avait par rapport à l’autre les ont fait se presser d’être secret et de mettre le meilleur de côté ; mais [ce fut] bien plus pour la récompense de se faire eux-mêmes riches que pour conseiller le roi sur le bien commun, pour quelque jugement approprié ou la défense du roi. Cette maudite coutume a affaibli la couronne, et a fait que les communes haïssent les collecteurs.
Mum and the Sothsegger, vers 1626-1663.

66Les accusations condensées dans ces vers sont fortes. D’une part, un des principaux griefs du narrateur porte sur le fait que la noblesse a usurpé la souveraineté royale (lordship, vers 1627), et qu’elle a échoué dans son rôle de conseil (vers 1648 et suivants). D’autre part, les taxes sont détournées à son profit, mais c’est le roi qui en subit la critique (l’accusation est similaire à celle de The Simonie à l’encontre des administrateurs) ; de façon plus large, l’avidité de la noblesse conduit au chaos. De plus, si les lords sont désignés comme responsables, l’auteur vise aussi les chevaliers du conseil ainsi que les juges qui sont ici parfaitement intégrés à la gentry. Cela reflète l’importance de la gentry dans la participation au gouvernement. Enfin, ces critiques sont faites au nom de la raison (vers 1629) et du comune wele (vers 1683). On retrouve ainsi le cadre général défini à l’aide de l’analyse lexicologique.

  • 88 Baldwin, The Theme of Government, op. cit., p. 27.
  • 89 Seltzer, « Topical Allegory in Piers Plowman », art. cité, passim.
  • 90 Sur cette généalogie et ses implications, voir. T. Tavormina, Kindly similitude : marriage and fami (...)
  • 91 C’était une des prérogatives féodales du roi. Cf. Keen, England in the Later Middle Ages, op. cit.,(...)

67Dans Piers Plowman, le personnage de Mede concentre ces différentes accusations. Dans le chapitre précédent, nous avons vu que Mede personnifiait le pouvoir de l’argent, touchant toutes les catégories de la société sans distinction. Mais dans les passus II à IV, elle est mise en scène au cœur même du pouvoir, à Westminster, et elle apparaît en étroite relation avec le roi et la noblesse. Certains érudits pensent qu’elle représente l’archétype du mauvais noble88, parfois identifiée à Alice Perrers, maîtresse d’Édouard III dans les dernières années de son règne89. Il est clair que Mede est une noble. Dans le passus II, sa généalogie est discutée, tout le problème étant de savoir si c’est une bâtarde, comme le pense Holy Chirche (vers 20-27), ou non, comme le pense Theology (aux vers 115-141, il la considère comme la cousine du roi)90. Dans ce même passus, sa retenue est impressionnante et comprend à peu près toutes les classes de la société. Les types de possessions octroyées dans sa charte de mariage (vers 67-114) le sont tout autant. Au passus III, elle est sous la tutelle du roi, pratique qui existait pour les grandes héritières orphelines91 et lorsqu’elle arrive à Westminster, de nombreux clients se précipitent vers elle. Au passus IV, elle encourage le roi à faire la guerre, ce qui confirme sa qualité de noble (vers 186-208). C’est donc par le biais de ce personnage que Langland critique la noblesse et nous retrouvons les mêmes attaques que dans les autres poèmes : corruption, liens avec la maintenance et la retenue. Si Mede représente pour Langland une forme très générale de corruption, déclinée de bien des manières, la noblesse en constitue l’un des pivots, car sa responsabilité est engagée par sa position de domination sociale. De fait, la place sociale et politique de la noblesse n’est pas remise en question ; si elle est attaquée, c’est parce que les poètes ont une haute idée de son rôle, y compris dans le domaine du conseil.

Le conseil

  • 92 L’anglais moderne est ici plus clair en distinguant council et counsel.
  • 93 Cf. J. Watts, Henry VI and the Policy of Kingship, Cambridge, 1996 ; G. Dodd, « Henry IV’s Council, (...)

68Le conseil est un élément crucial du bon gouvernement et constitue peut-être la fonction la plus importante des acteurs de la société politique. Mais il soulève plusieurs questions. Le flou repéré lors de l’étude lexicologique a suggéré que la distinction entre conseil donné et conseil « institutionnel » n’est pas toujours facile à percevoir92. Des travaux récents ont montre que le conseil institutionnel n’englobe pas tout le conseil donné au roi93. Qu’en est-il dans nos poèmes ?

  • 94 Sur ce thème, voir aussi B. Millar, « Richard the Redeless and the Concept of Advice », Reading Med (...)

69Les poèmes les plus tournés vers la question du conseil sont Richard et Mum, comme en témoigne le titre même de Richard the Redeless, c’est-à-dire le mal conseillé ou celui qui n’est pas conseillé. Ils évoquent plusieurs aspects du conseil : les proches du roi, le parlement et le conseil du narrateur. L’auteur de ce poème critique les conseillers du roi à de nombreuses reprises, et ce passage est un des plus représentatifs94 :

Whane ye were sette in youre se as a sir aughte,
Ther carpinye comynliche of conceill arisith,
The cheuyteyns cheef that ye chesse euere,
Weren all to yonge of yeris to yeme swyche a
[rewme ;
Other hobbis ye hadden of hurlewaynis kynne,
Reffusynge the reule of realles kynde.
And whane youre conceill i-knewe ye come so at
[ones
For to leue on her lore and be led be hem,
For drede that they had of demynge ther-after,
And for curinge of hem-self cried on you euere,
For to hente hele of her owen greues,
More than for wurschepe that they to you owed
[...].
But for ye cleued to knavis in this cas I avowe,
That boldid thi burnes to belde upon sorowe,
And stirid you stouttely till ye stombled all.

Quand tu fus assis sur ton trône comme un sire le doit, il y eut une discussion en commun sur le conseil ; les principaux conseillers que tu as alors choisis, étaient tous trop jeunes pour gouverner un tel royaume ; d’autres étaient des moins que rien que tu avais trouvés dans la famille de Hurlewain, qui refusaient la règle de la nature de la royauté. Et quand tes [nouveaux] conseillers surent que tu venais ainsi pour croire en leur enseignement et être mené par eux, ils pleurèrent constamment pour leur protection et par crainte d’être jugés ensuite, ainsi que pour obtenir le redressement de leurs torts, bien plus que pour le respect qu’ils te devaient. [...] Mais parce que tu as écouté des coquins, dans ce cas, je le déclare, cela a encouragé tes hommes à profiter des difficultés [des autres gens] et ils t’ont éperonné durement jusqu’à ce que tu tombes.
Richard the Redeless I, vers 173-201.

  • 95 Voir Barr, Piers Plowman Tradition, op. cit., p. 258-259 pour l’identification de ces personnages. (...)
  • 96 Voir notamment les vers 96-142 et 152-170.
  • 97 La réforme du conseil a été, par exemple, un des principaux points du programme du parlement de 137 (...)
  • 98 Ferster, Fictions of Advice, op. cit., chapitre 5, notamment p. 88, où elle note : The authors of t (...)

70Le mauvais conseil est donc un des facteurs essentiels de la chute finale de Richard et plus loin, l’auteur attaque spécifiquement John Busshy, William Bagot et Henry Grene, proches conseillers de Richard dans les dernières années de son règne, sous couvert de jeux de mots (II, 152-192)95. Les critiques sur la cupidité ou la jeunesse des conseillers sont cependant habituelles. Elles se situent dans la tradition des miroirs au prince, et nous les retrouvons dans d’autres textes littéraires, par exemple au livre VII de la Confessio Amantis de Gower (vers 4027-4146). Dans Mum and the Sothsegger, les conseillers nobles ne sont pas non plus épargnés, essentiellement parce qu’ils ne disent pas la vérité96, et l’auteur met aussi en cause le clergé (vers 758-762). Même si ces critiques sont communes, il faut les mettre en relation avec le fait que le conseil constitue un enjeu majeur des débats politiques. Les nombreuses tentatives des Commons ou des Lords pour réglementer le conseil royal n’en sont que la face la plus visible97. Dans ces débats, comme l’a montré Judith Ferster, les protagonistes utilisent les conventions des miroirs au prince, littérature de conseil par excellence, pour façonner leurs attaques98. Inversement, les topoi de cette littérature permettent aux auteurs de critiquer ces protagonistes de manière détournée. C’est le cas de Richard and the Redeless.

  • 99 Rappellons que dans l’étude lexicologique, le verbe knowen apparaît à plusieurs reprises dans les a (...)

71Dans Richard et dans Mum, le parlement semble l’institution la plus apte à former une courroie de transmission entre le roi et ses sujets, davantage, en tout cas, que le conseil royal restreint99. Mais il est suggéré à plusieurs reprises que cette responsabilité du parlement fait défaut. Dans Richard, c’est l’occasion d’une vibrante critique des représentants qui n’accomplissent pas leurs devoirs :

Than satte summe as siphre doth in amgrym,
That noteth a place and no thing availith ;
And some had ysoupid with Symond ouere euen,
And schewed for the shire and here schew lost ;
And somme were tituleris and to the kyng wente,
And formed him of foos that good frendis
[weren,
That bablid for the best and no blame serued
Of kynge ne conceyll ne of the comunes nother
[...].
And somme slombrid and slepte and said but a
[life ;
And somme mafflid with the mouth and nyst
[what they ment ;
And somme had hire and helde ther-with euere,
And wolde no forther affoot for fer of her
[maistris ;
And some were so soleyne and sad of her wittis,
That er they come to the clos acombrid they
[were,
That thei the conclucion than constitue ne
[couthe,
No burne of the benche of borowe nother ellis,
So blynde and so ballid and bare was the reson.

Alors certains s’assirent comme le zéro de l’arithmétique, qui prend une place mais ne contribue à rien ; et certains avaient dîné la veille avec Simonie, ils représentèrent le comté, mais n’y gagnèrent rien ; certains étaient tituleris et allèrent vers le roi, et l’informèrent sur des ennemis qui semblaient de bons amis, qui parlaient pour le mieux et ne cherchaient aucun blâme du roi, du conseil ou des communes [...] ; certains s’assoupissaient, dormaient et ne disaient rien ; certains marmonnaient avec la bouche et ne savaient pas ce qu’ils disaient ; certains avaient un salaire et y adhéraient à jamais et ne voulaient pas s’avancer par peur de leurs maîtres ; certains étaient si limités et engourdis dans leurs esprits, qu’ils étaient dans la confusion s’ils devaient conclure ; ainsi aucun homme du banc, du bourg ou d’ailleurs ne pouvait interpréter les conclusions, si aveugle, plate et nue était la raison.
Richard the Redeless IV, vers 53-70.

  • 100 Cf. Grady, « The Generation of 1399 », art. cité, p. 223-225 ; Saul, Richard II, op. cit., p. 380-3 (...)

72Ce passage, non dénué d’humour, résume tous les défauts de ceux qui siègent en parlement, et d’abord la lâcheté. Considéré comme une satire du parlement tenu à Shrewsbury en 1398, au cours duquel Richard consomma son triomphe sur les Appellants et obtint un très généreux subside de la part des Commons100, il doit quand même être replacé dans une réflexion plus générale sur le rôle du parlement.

73Dans Mum, le narrateur rappelle aux représentants du parlement les dangers de la fréquentation de Mum, incarnation par excellence de la perversion du discours :

For of al the mischief and mysse-reule that in the
[royaulme groweth
Mum hath be maker alle thees many yeres,
And eek more and moulde, I may wel aduowe ;
And principally by parlement to proue hitI
[thenke,
When knightz for the comune been come for that
[deede,
And semblid forto shewe the sores of the royaulme
And spare no speche though thay spille shuld,
But berste oute alle the boicches and blaynes of
[the hert
And lete the rancune renne oute a-russhe al at
[oones
Leste the fals felon festre wnth-ynne ;
For as I herde haue, thay helen tœl the rather
Whenne thanger and thattre is al oute y-renne,
For better were to breste oute there bote might
[falle
Thenne rise agayne regalie and the royaulme
[trouble.

De tous les maux et les mauvais gouvernements qui croissent dans le royaume, Mum a été le créateur toutes ces années et aussi la racine et le modèle, je peux bien l’avouer. Je pense prouver cela d’abord par le parlement : quand les chevaliers sont venus pour agir pour la communauté et se sont assemblés, [ce devait être] – même s’ils devaient en mourir – pour montrer les malheurs du royaume, et ne ménager aucun discours, pour faire éclater les furoncles et les boursouflures et laisser la colère sortir en courant, sous peine que le faux félon n’éclate à l’intérieur. Car comme je l’ai entendu, on soigne bien mieux quand la colère et le poison sont drainés au-dehors : il est préférable de [les] faire éclater quand le remède peut s’appliquer que de se soulever contre les regalia et troubler le royaume.
Mum and the Sothsegger, vers 1115-1128.

74Ce passage a une construction difficile mais le sens en est clair. À cause de Mum, les représentants des commune et les lords ne s’expriment pas au parlement. Or, seule la connaissance des problèmes peut permettre de soulager le royaume. Nous voyons l’importance accordée à l’institution en tant que lieu de discussion, qui renforce cette impression de la nécessité d’une saine réaction face à Mum, que la présence soutenue d’images empruntées au registre médical renforce.

  • 101 Ferster, Fictions of Advice, op. cit., p. 40.

75Les deux poèmes s’interrogent donc de manière approfondie sur le conseil donné dans un cadre plus ou moins institutionnel. Dans leurs critiques se reflète le point de vue de gens qui ne sont pas dans le premier cercle du roi, mais qui connaissent bien les rouages du gouvernement. Leur point de vue n’est donc pas neutre, d’autant que dans chaque poème, le narrateur insiste aussi sur l’importance de son propre conseil. Seulement, lorsqu’il n’est pas institutionnel, le conseil au prince est victime d’un paradoxe essentiel, comme le souligne Judith Ferster : « D’un côté, l’accord est large sur le fait que les miroirs aux princes adoptent le point de vue du gouvernant parce que l’auteur est subordonné et aspire à la faveur du prince. En conséquence, il fait lui-même preuve d’humilité, flatte le gouvernant et promeut de manière appropriée une vue hiérarchique de la société dans laquelle les gouvernants exercent le pouvoir et les sujets obéissent. Mais de l’autre côté, la prémisse contraire est également et plus subversivement fondamentale pour le genre : pour bien régner, le roi doit être dirigé. »101 Qu’en est-il de ce paradoxe dans les poèmes ? Dans Richard, les protestations d’usage sont directes, et l’objectif du texte clairement défini :

And for I wuste not witterly what shulde fall,
Whedir yod wolde geue him grace sone to
[amende,
To be oure gioure ageyn or graunte it another,
This made me to muse many tyme and ofte,
For to written him a writte to wissen him better,
And to meuve him of mysserewle his mynde to
[reffresshe
For to preie the prynce that paradise made,
To fullfill him with feith and fortune aboue,
And not to grucchen a grott ageine godis sonde,
But mekely to suffre what-so him sente were.

Et parce que je ne savais pas certainement ce qui allait arriver – si Dieu lui donnerait la grâce de s’amender bientôt, pour qu’il soit encore notre souverain ou s’il l’accorderait à un autre – je me mis à réfléchir très souvent, afin d’écrire un livre pour le conseiller mieux, pour l’éloigner de son mauvais gouvernement et pour raviver son esprit afin qu’il supplie le prince qui a créé le paradis de le remplir de foi et de fortune, et qu’il ne grommelle pas une plainte contre les décrets de Dieu, mais qu’il supporte simplement ce pourquoi il a été envoyé.
Richard the Redeless I, vers 27-36.

  • 102 Pour une analyse générale de la position du poète, voir le chapitre XI.
  • 103 Cf. H. Barr et K. Ward-Perkins, « ‘Spekyng forone’s sustenance’ : the Rhetoric of Counsel in Mum an (...)

76Mais le narrateur ne dit pas tout. En effet, le poème a d’autres objectifs : montrer à Henry ce qu’il ne doit pas faire s’il ne veut pas subir le même sort que Richard, ainsi qu’exhorter les élites à ne pas laisser s’instaurer de pénibles situations. En cela, le conseil affiché à Richard ne peut apparaître que comme un prétexte, dans la mesure où, lors de la composition de ce texte, il est déjà au-delà de tout salut (au moins politique et humain). L’auteur de Richard évite donc le paradoxe ci-dessus énoncé, parce qu’il s’adresse fictivement à un roi qui n’est plus de ce monde. Dans Mum, il faut en revanche la quête entière du narrateur et la bénédiction de l’autorité du poème, l’apiculteur, pour qu’il se décide à affirmer la pertinence de son conseil102. La résolution du paradoxe se fait donc au prix d’une concession importante, le positionnement du narrateur en marge des centres du pouvoir103. Mais l’échec des représentants en parlement – qu’il soit volontaire ou non – à remplir leur tâche constitue une justification supplémentaire pour le poète. Ainsi le topos du conseil fait-il partie d’un projet politique concret, celui d’empêcher que ne se reproduisent les événements dramatiques qui ont abouti à la déposition du roi, en même temps qu’il permet de replacer ces événements dans une réflexion plus vaste. Pour les poètes, le conseil ne peut être le seul apanage des membres des instances institutionnelles. L’enjeu est trop important.

  • 104 Selon Arthur Ferguson, c’est d’ailleurs la même chose chez Gower (The Articulate Citizen, op. cit., (...)
  • 105 Kynde Wit a cependant une dimension plus large (voir ci-dessous, chapitre XIII, p. 399).
  • 106 Voir notamment les vers 83-99 du prologue. Il semble cependant qu’il faille distinguer entre le con (...)

77Nous retrouvons des éléments similaires dans la première vision de Piers. L’importance du dialogue a été mise en lumière par l’utilisation du verbe assenten. Le roi doit avoir accès à l’information non seulement grâce à ses conseillers traditionnels, mais aussi par des relais de nature différente104. Mais la question du conseil passe surtout par le traitement de figures allégoriques, ce qui soulève le problème des relations entre Kynde Wit, Reson et Conscience. Selon Arthur Ferguson, le conseil de Kynde Wit est limité car il représenterait le simple bon sens105, et c’est pour cela que la présence de Reson et de Conscience serait nécessaire. Cette dernière figure remplirait la fonction idéale du clergé, et il est vrai que ce dernier semble avoir une fonction de conseil importante pour Langland, car elle apparaît dans la fondation même du gouvernement (B, prol. 115), mais cela reste ambigu, dans la mesure où il fustige par ailleurs l’intervention du clergé dans les affaires temporelles106. Selon Anna Baldwin, au contraire, la présence de Conscience et de Reson implique que le roi ne prend conseil qu’à l’intérieur de son âme. Mais même si les deux personnages représentent les capacités psychologiques du roi, ce qui n’est pas du tout exclu, nous avons noté qu’ils exhortaient tous deux ce dernier à prendre conseil ailleurs qu’en lui-même. En prenant conseil de ces deux figures, le roi de Langland reconnaît donc plutôt la nécessité du conseil en général.

78Reste une question importante. Tout le monde peut-il participer au conseil ? Il faut envisager la question de la place exacte des commune par rapport au gouvernement, ce qui implique un retour nécessaire à l’analyse de la signification précise de ce terme. Dans Richard et dans Mum, l’importance du rôle des Commons en parlement a été envisagée ; ce rôle ne consiste pas à prendre des décisions ; il est d’informer le gouvernement afin que celui-ci puisse bien agir.

  • 107 Cf. J. S. Roskell éd., The History of Parliament. The House of Commons 1386-1421, 4 vol., Stroud, 1 (...)

79Mais dans ce cadre, les représentants sont davantage désignés comme knights et non comme commune. La nuance est importante et reflète un phénomène beaucoup plus général, celui de l’importance des knights of the shire au sein des Commons107. Mais dans certains passages de Mum et de Piers, le terme commune semble utilisé dans le sens de gens du commun. Quelle est alors leur place ? C’est dans Mum and the Sothsegger que les choses sont les plus claires. Le peuple doit être défendu et protégé, et les pauvres (c’est-à-dire tous ceux qui ne sont pas insérés dans les réseaux des élites) doivent pouvoir bénéficier d’une justice équitable. Mais dans ce sens, les commune ne doivent pas se mêler de gouverner, comme l’indique un long passage sur ce sujet, qu’illustre l’exemplum de Gengis Khan (vers 1388-1488). La leçon tirée de cette histoire est cependant subtile. Dans l’exemplum en effet, ce sont les lords et les chevaliers qui sont concernés ; ils ont un rôle politique bien défini. Or, dans son explication, l’auteur applique cette leçon au commun du peuple, qui lui, n’en a pas :

Now by crist that me creed, I can not be-thenke
A kindely cause why the comun shuld
Contre the king-is wil ne construe his werkes.
I carpe not of knightz that cometh for the shires,
That the king clepith to cunseil with other  ;
But hit longeth to no laborier the lawe is agayne
[thaym.
And yit hit is y-usid with unwise peuple
And a-vailleth not a ferthing, but vireth the
[hertz ;
And tournen with thaire tales the tente of the
[lordes,
That thay leven the labour the londe to defende,
To bisye thaym on the bordures to bete oute cure
[fœs,
And maynteyne the marches for mischief and
[elles.
Thus clappeth the comun and knocketh thaymself,
For the tayl of thaire talking teneth thaym ofte.

Vraiment, par le Christ qui m’a créé, je ne peux penser à une cause naturelle pour laquelle les commune devraient contredire la volonté du roi ou interpréter ses actes. Je ne parle pas des chevaliers qui viennent pour les shires, que le roi appelle à son conseil avec d’autres, mais pour les travailleurs, car la loi est contre eux. Pourtant, cela est pratiqué par des gens manquant de sagesse et n’aide en rien, sinon à enflammer les cœurs. Avec leurs histoires, ils détournent l’attention des seigneurs, jusqu’à ce que ces derniers cessent leur travail de défense du pays – s’occuper sur les frontières de battre nos ennemis et maintenir les marches hors du malheur et d’autres choses. Ainsi, les gens du commun bavardent et se nuisent à eux-mêmes, car la conclusion de leur discussion leur nuit fréquemment.
Mum and the Soth segger, vers 1457-1470.

  • 108 Pour une réflexion sur cette « politisation » des exclus de la participation, voir l’ouvrage de Ste (...)
  • 109 En 1402, une proclamation contre la prédication séditieuse dans les tavernes a été placardée (Fœder (...)
  • 110 Cette perception est cependant à nuancer. Selon Paul Strohm, les rumeurs sur le retour de Richard a (...)

80Cette diatribe continue dans la même veine pendant une vingtaine de vers. C’est un des rares passages critiques envers les gens du commun, mais il comporte beaucoup d’éléments. Le premier est la question des catégories sociales induites par ce terme. Il est fait référence au laborier qui peut avoir une double signification, celle de travailleur manuel au sens général ou celle de paysan. L’auteur le distingue bien des représentants (knights of the shire) qui ont le devoir de parler et de conseiller le roi. Il est reproché à ces commune, à ces laboriers, de parler alors qu’ils manquent de sagesse et, plus grave encore, de détourner les seigneurs de leur fonction principale, c’est-à-dire la défense du royaume. Tout n’est pas clair, mais nous voyons apparaître, même si c’est de manière négative, un élément d’autant plus intéressant qu’il est rarement perçu, c’est-à-dire la latitude d’expression de ceux qui ne sont habituellement pas intégrés dans le discours politique108. Leurs modes d’expression sont également envisagés. Un peu avant cette ferme condamnation se trouve une critique des rumeurs liées à l’hypothétique retour de Richard II (vers 1388-1393). Ces rumeurs commencent à se répandre au souper, vraisemblablement à la taverne, et elles sont ensuite véhiculées par les frères mendiants, par ailleurs très dénigrés. Dans le cas de ces rumeurs, il est avéré qu’elles ont été largement propagées par les Franciscains109 et de manière générale, les frères constituent un relais idéal : la structuration des ordres favorise la diffusion des informations. Mais pour l’auteur de Mum, ce sont bien les gens du commun, surtout citadins, qui en sont à l’origine. Un processus de communication rarement souligné est ici envisagé110.

81Dans Piers Plowman, la perception du rôle des gens du commun est complexe. Dans la version C, un passage relativement clair avertit les comuners, les gens du commun :

And also, quod Resoun, y rede yow ryche
And comuners to accorde in alle kyntreuthe.
Lat no kyne consayl ne covetyse yow parte,
That o wit and o wil al youre wardeskepe.
Lo, in hevene an heyh was an holy comune
Til Lucifer the lyare leued that hymsulue
Were wittiore and worthiore then he that was his
[maister.
Holde yow in unite...

De même, dit Raison, je vous conseille, vous les riches et les hommes des commune, de vous accorder selon toutes les sortes de vérité. Ne laissez pas quelque conseil ou la convoitise vous séparer ; qu’un esprit et une volonté gouvernent vos responsabilités. Regardez, dans le ciel vivait une sainte communauté, jusqu’à ce que Lucifer le menteur se mette à croire qu’il était lui-même plus intelligent et plus digne de valeur que celui qui était son maître. Tenez-vous dans l’unité...
Piers Plowman C V, vers 182-190.

  • 111 Sur le thème du redde quod debes, voir ci-dessous, chapitre XII, p. 373-375.

82La comparaison avec les holy comune, c’est-à-dire les anges, suggère que les riches et les gens du commun forment la communauté tout entière. Nous aurions ainsi une illustration de l’importance de leur rôle dans le fonctionnement général du gouvernement, même si celui-ci n’est pas direct. L’appel à l’unité est d’autant plus significatif que ce rôle apparaît à plusieurs reprises dans le poème, souvent de manière négative, à des moments clés du déroulement narratif. Chaque fois, la désunion et le désordre sont mis en avant. Au passus V, lorsque Piers invite tous ceux qui le veulent à rejoindre Truthe, certains individus refusent, à cause de la difficulté de la route (vers 630-642). Au passus VI, Wastour rejette, nous l’avons vu, le statut des travailleurs (vers 313-317). Il y conteste à la fois Dieu et Reson, qui représente le principe d’ordre (divin et naturel). Nous retrouvons le même type d’argument que dans Mum, à savoir que le pauvre, ou le travailleur, est prié de ne pas discuter. Il le fait pourtant et, à la fin du poème, cette usurpation du discours politique a des conséquences cruciales. Au passus XIX, c’est un brasseur qui se fait le porte-parole des commune, après que Conscience eut énoncé leur obligation essentielle, remplir les conditions du redde quod debes de Piers111 ;

Ye ? Baw ! quod a brewere, I wol noght be ruled,
By Jesu ! for al youre janglynge, with Spiritus
[Iusticie
Ne after Conscience, by Crist ! while I kan selle
Bothe dregges and draf, and drawe at oon hole
Thikke ale and thynne ale ; that is my kynde,
And noght hakke after holynesse-hold thi tonge,
[Conscience
Of Spiritus Iustide thow spekest muche on ydel.

Baste, dit un brasseur. Par Jésus, je ne vais pas me laisser régenter, malgré tous vos beaux discours sur Spiritus Iustide ou sur Conscience, alors que je suis capable de vendre la lie et le fond du baril, ou de tirer du même tonneau de la bonne bière forte et de la bibine ! Telle est ma nature, et non pas de perdre mon temps en quête de quelques bribes de sainteté. Tiens ta langue, Conscience ! Tu radotes, à propos de Spiritus Iustide.
Piers Plowman
B XIX, vers 399-405.

  • 112 Cette position de Piers et des lewed en général sera plus largement considérée dans l’optique de la (...)
  • 113 Par ailleurs, selon Andrew Galloway, le poème met en relief les conflits entre les communautés vill (...)

83Au-delà du rejet du brasseur, le vocabulaire employé est suggestif, surtout lorsqu’il est mis en parallèle avec le passage précédent. Il y a en effet une sorte d’inversion significative. Conscience est accusé de janglynge et de speken on ydel, et le brasseur lui conseille de tenir sa langue, alors que lui-même affirme qu’il agit selon sa nature (kynde). Ce retournement révèle une inversion totale des valeurs qui, sur un plan spirituel, permet la victoire de l’Antéchrist. Cependant, cette appropriation du discours légitime n’est le fait, dans le poème, que de certaines catégories des gens des commune. Et d’autres éléments semblent opposés à cette vision intransigeante, à commencer par la position de Piers lui-même112. Par ailleurs, dans le passus XIX, si le brasseur ouvre la voie à la victoire de la dissolution de la communauté, il est suivi par les catégories dominantes de la société, le haut clergé, le noble et le roi. Cela renvoie à la responsabilité éminente de tous les individus appartenant à la communauté, chrétienne, mais aussi du royaume. Langland est donc, comme souvent, très ambivalent. S’il semble condamner cette usurpation d’un discours légitime par certaines catégories, il a conscience de l’existence de cette usurpation. Mais il ne la généralise pas, ce qui explique en grande partie, nous semble-t-il, l’utilisation de son poème par certains révoltés de 1381113.

84Pour nos poètes, le conseil dépasse donc largement un simple cadre institutionnel – que ce soit celui du conseil royal ou du parlement. Selon eux, un certain nombre de personnes – à commencer par eux-mêmes – peuvent et doivent légitimement conseiller le roi, même d’une position relativement marginale. Le conseil est donc bien une fonction essentielle de la société politique et nos poètes s’en sentent partie intégrante. Mais nos poètes posent aussi des limites : tout le monde n’est pas apte à remplir cette fonction, en dépit du fait qu’ils ont conscience de la volonté de certains d’intégrer la société politique.

  • 114 Sur ce thème, voir notamment M. S. Kempshall, The Common Good in late medieval political thought, O (...)

85Le thème du gouvernement est l’un des plus denses du corpus, surtout à la fin de la période considérée. Se fait jour une réflexion de plus en plus sophistiquée (davantage qu’on ne l’a dit parfois) sur les rapports entre le roi (qui reste au cœur du système), la société et le territoire, qui doivent tendre vers la recherche du meilleur gouvernement possible en vue de la prospérité et de la paix du royaume. Cela renvoie au thème du bien commun, même si ce dernier n’apparaît guère directement114. Cette réflexion se retrouve dans les perceptions qu’ont nos poètes du système judiciaire anglais.

Notes

1 Par cette expression, nous entendons ce qui relève d’une approche plus ou moins directe des pratiques gouvernementales par les poètes.

2 Le thème du gouvernement a été abordé à plusieurs reprises dans les études sur Piers Plowman, en particulier par Anna Baldwin, dans son ouvrage du même nom (Cambridge, 1981). Cependant, nos analyses respectives diffèrent fréquemment. Par ailleurs, Arthur Ferguson analyse Piers, Richard et Mum dans The Articulate Citizen and the English Renaissance, Durham, North Carolina, 1965. Deux autres articles portent sur Richard et Mum, celui de Ruth Mohl, « Theories of Monarchy in Mum and the Sothsegger », Publications of the Modern Language Association of America, 59,1944, p. 26-44 et celui d’Helen Barr, « The Treatment of Natural Law in Richard the Redeless and Mum and the Sothsegger », Leeds Studies in English, 23,1992, p. 49-80.

3 Cette nécessité sera envisagée de manière générale dans la cinquième partie.

4 Uniquement au pluriel, car au singulier, lord a plus fréquemment le sens de Dieu.

5 Les administrateurs (regroupant les personnages qui occupent des offices ou des commissions – charges temporaires) ne peuvent faire l’objet d’une étude lexicologique. Ils sont bien présents dans les textes, mais les termes sont variés et aucun n’apparaît en nombre suffisant.

6 Sur le Christ, voir ci-dessous, chapitre XII, p. 361-363.

7 Nous y reviendrons dans le chapitre V.

8 Cf. E. Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi. Essai sur la théologie politique au Moyen Âge, traduction J.-P. et N. Genet, Paris, 1989.

9 Cf. E. T. Donaldson, Piers Plowman, The C-Text and Its Poet, Londres, 1949, p. 93-108.

10 C’est également le cas de l’expression commune profit dans Piers et dans Mum.

11 Ce verbe signifie aussi lire (voir ci-dessous, chapitre X, p. 308).

12 Il y a tout de même un lien avec war [3] et avec peple [4].

13 Cet aspect sera traité dans le chapitre suivant.

14 B. Guenée, L’Occident aux xive et xve siècles. Les États, Paris, 19711, 1998, p. 138-141. Sur les qualités royales telles qu’elles sont exprimées dans les miroirs au prince, voir aussi J. Krynen, L’Empire du roi. Idées et croyances politiques en France, xiiie-xve siècle, Paris, 1993, p. 167-239.

15 Cf. J. Vale, Edward III and Chivalry : Chivalric Society and its Context 1270-1350, Cambridge, 1982, p. 76-91.

16 Sur les cours de prérogative, voir A. Harding, The Law Courts of England, Londres-New York, 1973, p. 98 et suivantes.

17 SR I, p. 320. Sur ce statut et plus généralement le concept de trahison à la fin du Moyen Âge anglais, voir J. Bellamy, The Law of Treason in England in the Later Middle Ages, Cambridge, 1970. 18.

18 M. Nolan, « ‘With tresone withinn’ : Wynnere and Wastoure, Chivalricc Serf-Representation, and the Law », Journal of Medieval and Early Modern Studies, 26,1996, p. 1-28.

19 Ibid., p. 21.

20 E. Talbot Donaldson le faisait déjà remarquer en 1949 : We learn from one report that the author tuas a staunch democrat who reflected the more radical political thought of his time, andf rom another that he had no political thought that would have offended the most rigorous royalist of thefourteenth century (Piers Plowman, The C-Text, op. cit., p. 86).

21 Baldwin, The Theme of Government, op. cit., p. 55.

22 Par cette procédure, des individus étaient accusés par les Commons en tant que corps et jugés devant les Lords en parlement.

23 Cf. M. Mckisack, The Fourteenth Century, 1307-1399, Oxford, 1959, p. 387 et suivantes ; Holmes, The Good Parliament, op. cit., passim.

24 Cf. Kerby-Fulton et Justice, « Reformist Intellectual Culture », art. cité, p. 153 : The ‘Good’ Parliament is remembered for many things, but one thing not often mentioned is the nearly encyclopedic series of political, moral, and ecclesiastical complaints that emerge in the common petitions [...] The reformist energies that attended these proposed administrative reforms gained a new intensity [...] a platform, and a cultural style. Pour les pétitions, voir RP II, p. 237-239.

25 Ce passage est absent de la version A.

26 La nécessité de cette qualité est soulignée aux vers 131-138. Sur la miséricorde royale, voir C. Gauvard, Degrace especial. Crime, État et Société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, 2 vol. et notamment t. 2, p. 904-920.

27 « Le mot rex vient de regere, régner, il possède le nom seul sans la réalité celui qui n’est pas zélé à maintenir les lois. » Selon John Alford (A Guide to the Quotations, Binghamton, 1992, p. 33), cette citation est une variante d’un lieu commun fondé sur une étymologie d’Isidore de Séville (Étymologies, 9 :3).

28 « Les préceptes d’un roi sont les chaînes de la loi. » Toujours selon John Alford, c’est une variante d’une maxime du droit romain, Quod principi placuit legis habet uigorem (Institutes 1. 2. 6).

29 Voir ci-dessous, chapitre X, p. 305-307.

30 Pour une étude de ces sources possibles, cf. E. Orsten, « The Ambiguities in Langland’s Rat Parliament », Medieval Studies, 23, 1961, p. 216-239. Pour un tableau de la présence fréquente de cette fable venue d’Orient dans les sources occidentales, voir P. E Baum, « The Fable of belling the cat », dans Proverbia in Fabula, Essays on the Relationship of the Proverbs and the Fable, éd. P. Carnes, Berne, 1988, p. 37-46.

31 The Sermons of Thomas Brinton, Bishop of Rochester (1373-1389), éd. Μ. A. Devlin, Londres, 1954, 2 vol., t. 2, p. 316-321. Pour les circonstances de ce sermon, voir Holmes, The Good Parliament, op. cit., p. 103-104.

32 Orsten, « The Ambiguities », art. cité, p. 238.

33 J. Selzer, « Topical Allegory in Piers Plowman : Lady Meed’s B Text Debate with Conscience », Philological Quarterly, 59,1980, p. 257-267.

34 Dans la version C, le roi fait de Conscience le juge principal de ses cours et de Reson le chancelier.

35 Kerby-Fulton et Justice, « Reformist Intellectual Culture », art. cité, p. 155.

36 Cf. J. Bowers, The Crisis of Will in Piers Plowman, Washington, 1986, p. 114 et suivantes.

37 Cf. Genet, « De Richard II à Richard III : le conseil », art. cité, passim.

38 D’ailleurs, John Bowers lui-même insiste sur le fait que le roi est lié par certains devoirs à l’égard de ses sujets (The Crisis of Will, op. cit., p. 115).

39 Il y a en effet discussion sur la question de la composition de ces deux poèmes. Pour certains, il n’y aurait qu’un seul auteur, mais il est difficile de trancher (voir l’annexe, p. 438-439).

40 Cf. Saul, Richard II, op. cit., p. 405-434.

41 P. Strohm, England’s Empty Throne : Usurpation and the language of legitimation, 1399-1422, New Haven, 1998.

42 Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi, op. cit., p. 268. Cette image de la couronne se retrouve dans d’autres textes plus ou moins contemporains, à commencer, là encore, par la Confessio Amantis de Gower (livre VII, vers 1744-1782).

43 Kantorowicz, Les Deux Corps du Roi, op. cit., p. 267. Pour les accusations, voir English Constitutional Documents, 1307-1485, éd. E. C. Lodge etG. A. Thornton, Cambridge, 1935, p. 25-26 et 128 et suivantes.

44 Pour les textes contemporains, cf. Gower, Vox Clamantis VII, vers 497-98 ; Hoccleve, The Regement of Prince, vers 3933-3934 ; The Sermons of Thomas Brinton, op. cit., t. 1.1, p. 111. Pour un survol de ce motif en France, voir Krynen, L’Empire du roi, op. cit., p. 242-246.

45 Dans Mum, la fréquente présence d’images empruntées au registre médical va dans ce sens : voir les vers 770-773, 1122-1140, 1338-1339 et 1380-1384.

46 Cf. Owst, Literature and Pulpit, op. cit., p. 68-76 ; voir aussi R. M. Haines, « ‘Our Master Mariner, Our Sovereign Lord’ : a Contemporary Preacher’s view of King Henry V », Medieval Studies, 38, 1976, p. 85-96. Les termes governen et gouvernance étaient aussi utilisés dans un sens maritime.

47 Le même type de conception apparaît dans The Death of Edward I.

48 RP III, p. 415-53. Cf. C. Given-Wilson éd., Chronicles ofthe revolution : 1397-1400, Manchester, 1993, p. 168-89. Cette utilisation n’est pas le seul fait de l’auteur de Richard, loin de là : cf. P. Strohm, « Saving the Appearances : Chaucer’s Purse and the Fabrication of the Lancastrian Claim », dans Chaucer’s England : Literature in Historical Context, op. cit., p. 21-40.

49 « La cupidité est la racine de tous les maux » (Tim 6 :10).

50 En 1386-1388, les Lords Appellants – Thomas de Woodstock, duc de Gloucester, Richard Fitzalan, earl d’Arundel, Thomas Arundel, évêque d’Ely, rejoints en 1387 par Thomas Beauchamp, earl de Warwick et par Henry Bolingbroke, duc de Lancastre (futur Henry IV) – s’opposèrent à Richard et à ses favoris. En 1397, Richard fit arrêter le duc de Gloucester et les earls de Warwick et d’Arundel. Ce dernier fut exécuté tandis que Warwick fut condamné à l’emprisonnement à vie. Gloucester était déjà mort lors du procès (cf. Saul, Richard II, op. cit., p. 366 et suivantes ; A. Goodman, The Loyal Conspiracy, The Lords Appellants under Richard II, Londres, 1971).

51 Cf. F. Grady, « The Generation of 1399 », dans The Letter ofthe Law. Legal Practice and Literary Production in Medieval England, éd. E. Steiner et C. Barrington, Ithaca-Londres, 2002, p. 202-229.

52 De Proprietatibus Rerum I, lignes 609-614. Ce texte a été traduit en anglais par John Trevisa à la fin du xive siècle (éd. M. C. Seymour et alii, Oxford, 1975, 2 vol.).

53 La source de Barthélemy est saint Ambroise. Cf B. Ribémont, « L’animal comme exemple dans les encyclopédies médiévales : morale et “naturalisme” dans le Livre des propriétés des choses », dans L’anima ! exemplaire au Moyen Âge, ve-xve siècles, éd. J. Berlioz et Μ. A. Polo de Beaulieu, Rennes, 1999, p. 191-206.

54 Cf. Barr, The Piers Plowman tradition, op. cit., p. 339.

55 Cela n’est pas du tout incompatible avec l’accent qui est mis sur la garde de la paix du royaume. Le maintien de la paix ne signifie pas l’absence de force.

56 Grady, « The Generation of 1399 », art. cité, p. 215-216.

57 Cf. Bennett, The Rediscovery of Sir John Mandeville, op. cit., passim. Nous retrouvons d’ailleurs cette œuvre à plusieurs reprises dans les manuscrits en association avec Piers Plowman (voir ci-dessus, chapitre II, p. 62).

58 Cité dans l’édition du poème de M. Day et R. Steele, p. 83. Pour une traduction récente de la version française (insulaire) des Voyages, qui ne diffère pas notablement des traductions anglaises, en tout cas en ce qui concerne cet épisode, voir Jean de Man Deville, Voyage autour de la terre, ÉD. C. Deluz, Paris, 1993.

59 Grady, « The Generation of 1399 », art. cité, p. 221.

60 Sir John Fortescue, In Praise of the Laws of England, dans On the Laws and Governance of England, trad. S. Lockwood, op. cit., p. 4.

61 Ferster, Fictions of Advice, op. cit., chap. 6 et 7.

62 Dans les sermons parlementaires de la fin du xive et du début du xve siècle, la guerre est également absente, alors que le vocabulaire de la paix est beaucoup plus fréquent. Jean-Philippe Genet a montré que cela constituait une stratégie discursive essentielle en temps de guerre : lorsqu’on fait la guerre, on parle de paix (« Paix et guerre dans les sermons et les discours parlementaires anglais », dans Prêcher la paix et discipliner la société, Italie, France, Angleterre, (xiiie-xve siècles), éd. R. M. Dessi, Turnhout, 2005, p. 167-200).

63 Dans la version C (III, vers 233-255), les propos de Mede sont plus généraux, mais vont dans le même sens.

64 Cf. Barnie, War in Medieval English Society, op. cit., p. 117 et suivantes.

65 D. Pigg, « Charting Power and Danger in The Croumed King », English Language Notes, 34,1997, p. 10-18 ; voir aussi D. Pearsall, « Croumed King : War and Peace in 1415 », dans The Lancastrian Court, éd. J. Stratford, Donington, 2003, p. 163-172.

66 Voir par exemple G. Kane, « Some Fourteenth Century ‘Political’ Pœms », dans Medieval English and Ethical Literature : Essays in Honour of G. H. Russel, éd. G. Kratzmann et J. Simpson, Cambridge, 1986, p. 82-91.

67 Voir par exemple R. Kaeuper, Guerre, justice et ordre public, La France et l’Angleterre à la fin du Moyen Âge, trad. N. et J.-P. Genet, Paris, 1994, p. 275-277 pour la présence de ces plaintes dans les enquêtes, les pétitions...

68 J. Maddicott, The English Peasantry and the Demands of the Crown, 1294-1341, Past and Present, Supplement 1, 1975.

69 L’inverse n’est pas tout à fait vrai. Dans The Simonie par exemple, les hommes de loi font l’objet d’une attaque en règle. Ces attaques seront évoquées au chapitre suivant.

70 Plusieurs statuts évoquent la question, par exemple en 1351 et 1368.

71 Pour une présentation générale du contexte londonien, voir S. Reynolds, An Introduction to the History of Enylish Medieval Towns, Oxford, 1977. Pour ces événements, voir McKisack, The Fourteenth Century, op. cit., p. 376-378 ; Simpson, « ‘After craftes conseil clotheth yow and fede’ », art. cité, p. 120 et suivantes.

72 Cf. R. Bird, The Turbulent London of Richard II, Londres, 1949.

73 P. Nightingale, « Capitalists, Crafts and Constitutional Change in Late Fourteenth-Century London », Past and Present, 124, 1989, p. 3-35.

74 Mum and the Sothsegger, vers 1626 : « Il y a [toute] une bibliothèque sur les seigneurs qui se détruisent souvent eux-mêmes... »

75 Sur cette distinction, cf. Given-Wilson, The English nobility in the late middle Ages, op. cit., p. 13 et suivantes.

76 Sur ces questions, les études sont innombrables. Voir notamment K. B. McFarlane, « Bastard feudalism », dans England in the Fifteenth Century : Collected Essays, Londres, 1981, p. 23-43 ; P. Coss, « Bastard Feudalism Revisited », Past and Present, 125,1989, p. 27-64 ; J. Bellamy, Bastard feudalism and the law, Londres, 1989 ; D. Crouch, D. Carpenter, P. Coss, « Debate : Bastard Feudalism Revised », Past and Present, 131, 1991, p. 165-303 ; M. Hicks, Bastard Feudalism, Londres, 1995. Pour une synthèse en français, voir Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit, passim.

77 Vale, Edward III and Chivalry, op. cit., p. 72-75 ; Nolan, « ‘With tresone withinn’ », art. cité, p. 11-13.

78 Cf. J. R. Maddicott, Law and Lordship : Royal Justices as Retainers in Thirteenth-and Fourteenth-Century England, Past and Present, Supplement 4 ,1978. Cet aspect particulier, ainsi que l’application de la retenue et de la maintenance à la justice, sera abordé au chapitre suivant.

79 SR II, p. 74-75.

80 Cf. C. Given-Wilson, The Royal Household and the King’s Affinity : Service, Politics and Finance in England 1550-1413, Londres, 1986, p. 236 et suivantes.

81 Cf. Given-Wilson, The Royal Household, op. cit., p. 223 et suivantes ; Saul, Richard II, op. cit., p. 445-445.

82 The Chronicle of Adam Usk, 1377-1421, éd. et trad. C. Given-Wilson, Oxford, 1997, p. 48 ; Thomas Walsingham, Annales Ricardi Secundi, dansjohannis de Trokelowe et Anon Chronica et Annales, éd. H. T. Riley, Londres, 1866, p. 199-239.

83 Sur cette question, voir aussi H. Castor, The King, the Crown and the Duchy of Lancaster, Oxford, 2000, p. 12 et suivantes.

84 SR II, p. 113-114.

85 Voir ci-dessous, chapitre X, p. 321-325.

86 Cf. Given-Wilson, The Royal Household, op. cit., p. 205 et suivantes. Cela correspond à la disparition des chevaliers de la household.

87 Cf. Given-Wilson, The English nobility, op. cit, chap. 3 ; Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 37-38.

88 Baldwin, The Theme of Government, op. cit., p. 27.

89 Seltzer, « Topical Allegory in Piers Plowman », art. cité, passim.

90 Sur cette généalogie et ses implications, voir. T. Tavormina, Kindly similitude : marriage and family in Piers Plowman, Cambridge, 1995, p. 3-12.

91 C’était une des prérogatives féodales du roi. Cf. Keen, England in the Later Middle Ages, op. cit., p. 14.

92 L’anglais moderne est ici plus clair en distinguant council et counsel.

93 Cf. J. Watts, Henry VI and the Policy of Kingship, Cambridge, 1996 ; G. Dodd, « Henry IV’s Council, 1399-1405 », dans Henry IV. The Establishment of the Reyime, 1399-1406, éd. G. Dodd et D. Biggs, York, 2003, p. 95-116 ; Genet, « De Richard II à Richard III : le conseil », art. cité, passim.

94 Sur ce thème, voir aussi B. Millar, « Richard the Redeless and the Concept of Advice », Reading Medieval Studies, 24, 1998, p. 53-77.

95 Voir Barr, Piers Plowman Tradition, op. cit., p. 258-259 pour l’identification de ces personnages. Sur ces derniers, voir McKisack, The Fourteenth Century, op. cit., p. 475.

96 Voir notamment les vers 96-142 et 152-170.

97 La réforme du conseil a été, par exemple, un des principaux points du programme du parlement de 1376 : RP II, p. 322, item 10.

98 Ferster, Fictions of Advice, op. cit., chapitre 5, notamment p. 88, où elle note : The authors of the mirrors for princes provided nuanced models of relationships between rulers and subjects that were dances of deference and delicate challenge. Magnates and kings, accepting some of the literary terms and rejecting others, performed these dances on a grander scale involving life and death and the fate of the nation.

99 Rappellons que dans l’étude lexicologique, le verbe knowen apparaît à plusieurs reprises dans les associations aux divers acteurs.

100 Cf. Grady, « The Generation of 1399 », art. cité, p. 223-225 ; Saul, Richard II, op. cit., p. 380-381.

101 Ferster, Fictions of Advice, op. cit., p. 40.

102 Pour une analyse générale de la position du poète, voir le chapitre XI.

103 Cf. H. Barr et K. Ward-Perkins, « ‘Spekyng forone’s sustenance’ : the Rhetoric of Counsel in Mum and the Sothsegger, Skelton’s Bowge of Court, and Elyot’s Pasquil the Playne », dans The Long Fifteenth Century. Essays for Douglas Gray, éd. H. Cooper, S. Mapstone, Oxford, 1997, p. 249-272, p.256.

104 Selon Arthur Ferguson, c’est d’ailleurs la même chose chez Gower (The Articulate Citizen, op. cit., p. 71 et suivantes).

105 Kynde Wit a cependant une dimension plus large (voir ci-dessous, chapitre XIII, p. 399).

106 Voir notamment les vers 83-99 du prologue. Il semble cependant qu’il faille distinguer entre le conseil et l’administration proprement dite. La contradiction peut alors être résolue, au moins en partie (voir ci-dessous, chapitre VII, p. 229-231).

107 Cf. J. S. Roskell éd., The History of Parliament. The House of Commons 1386-1421, 4 vol., Stroud, 1992, vol. 1, p. 48 et suivantes.

108 Pour une réflexion sur cette « politisation » des exclus de la participation, voir l’ouvrage de Steven Justice sur la révolte de 1381 (Writing and Rebellion, op. cit., passim).

109 En 1402, une proclamation contre la prédication séditieuse dans les tavernes a été placardée (Fœdera, éd. T. Rymer, 4 vol., La Haye, 1740, t. 4, p. 27). Sur l’impact de ces rumeurs, cf. Strohm, England’s Empty Throne, op. cit., p. 101-127. Sur le phénomène des rumeurs en général, cf. Menache, The Vox Dei, op. cit, p. 12.

110 Cette perception est cependant à nuancer. Selon Paul Strohm, les rumeurs sur le retour de Richard auraient été orchestrées par les Écossais et les pro-ricardiens (England’s Empry Throne, op. cit., p. 101-127). Voir aussi S. Walker, « Rumour, sedition and popular protest in the reign of Henry IV », Past and Present, 166, 2000, p. 31-65.

111 Sur le thème du redde quod debes, voir ci-dessous, chapitre XII, p. 373-375.

112 Cette position de Piers et des lewed en général sera plus largement considérée dans l’optique de la connaissance, dans le chapitre IX. Il faut nuancer cependant : dans sa dimension sociale, Piers n’est pas un pauvre laboureur, mais un paysan prospère.

113 Par ailleurs, selon Andrew Galloway, le poème met en relief les conflits entre les communautés villageoises ou urbaines et les seigneurs dans un sens favorable aux premières. Il s’appuie notamment sur la référence à l’abbé d’Abingdon en B X 322-333, attaqué par les habitants du bourg en 1368 (« Making History Legal : Piers Plowman and the Rebels of Fourteenth-Century England », dans William Langland’s Piers Plowman : A Book of Essays, éd. K. M. Hewett-Smith, New York-Londres, 2001, p. 7-40, p. 22-25).

114 Sur ce thème, voir notamment M. S. Kempshall, The Common Good in late medieval political thought, Oxford, 1999. Il serait intéressant d’envisager une étude à grande échelle sur cette expression souvent évoquée mais peu analysée en dehors des ouvrages théologiques.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540