Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Deuxième partie. Société et gouvernement

Société et gouvernement

Texte intégral

Ac as I biheeld into the eest an heigh to the sonne, I seigh a tour on a toft trieliche ymaked,
A deep dale bynethe, a dongeon therinne
With depe diches and derke and dred fulle of
[sighte.
A fair feeld ful of folk fond I ther bitwene –
Of alle manere of men, the meene and the riche,
Werchynge and wandrynge as the world asketh.

Mais comme je regardais vers l’est, et haut vers le soleil, je vis une tour sur une petite colline, élégamment construite, et en dessous, une immense vallée profonde contenant un donjon, avec de profonds et noirs fossés, terrifiants à voir. Entre les deux, je distinguai un beau champ, plein de toutes sortes de gens, humbles et riches, travaillant et vaquant, ainsi que le requiert la vie en ce monde.
Piers Plowman B Prol., vers 11-19.

  • 1 Nous y reviendrons amplement dans la cinquième partie de cette étude.
  • 2 L’identification des allusions historiques est bien sûr très utile, mais s’inscrit ici dans le cad (...)
  • 3 Pour le détail de ces critiques, on peut se reporter à l’analyse des textes donnée en annexe, p. 4 (...)
  • 4 Sur ces deux concepts, voir J. Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 19641,1982, (...)
  • 5 La question spécifique du clergé sera abordée dans une troisième partie, y compris dans son aspect (...)
  • 6 Sens 4 et 5 de la définition de pouvoir donnée par le Nouveau Petit Robert (édition 1993).

1L’organisation de la société et de son gouvernement est un thème majeur abordé par nos poètes. Ces vers rappellent qu’elle est inséparable d’une conception spirituelle1. Le château est celui de Truthe (Vérité, identifié à Dieu) et le donjon le centre du mal (Fals), comme l’explique Holy Church au début du passus I (vers 12-22, 61-70). Ces relations sont fondamentales. La plupart des passages de Piers Plowman portant sur la vision de la société séculière ont été interprétés à un moment ou à un autre de manière symbolique ou allégorique. Cela n’empêche pas d’aborder la question des représentations sociales et politiques des poètes de manière dynamique. Il ne s’agit pas d’étudier spécifiquement les allusions historiques ni la capacité d’illustration anecdotique des poèmes – cela a déjà amplement été effectué2. Il ne s’agit pas non plus de faire un catalogue de toutes les critiques des différentes composantes de la société, même si celles-ci seront souvent abordées3, mais bien de percevoir leurs représentations dans un cadre global. Trois grands thèmes peuvent être dégagés. Le premier est celui de l’organisation sociale proprement dite. Dans ce domaine, peut-être plus qu’ailleurs, il convient d’analyser les relations qu’établissent les poètes entre une représentation convenue d’une société d’ordres et d’états4, amplement mise en scène dans la littérature satirique des états, et les bouleversements dont ils sont les témoins5. Deux thèmes ont ici une forte résonance, en particulier dans le poème de Langland, la place du travail et celle de l’argent au sein de la société. Le second domaine porte sur le gouvernement et le pouvoir, ce dernier étant entendu dans son sens le plus large, c’est-à-dire comme « la possibilité d’agir sur quelqu’un ou sur quelque chose » et la « situation de ceux qui dirigent »6. Là encore, il est nécessaire de se pencher sur l’existence d’une vision idéale et d’un éventuel décalage avec l’observation de la situation contemporaine. Enfin, le droit et la justice constituent un troisième thème important. Ces trois domaines sont bien évidemment très liés. Dans tous les cas, il s’agit de dépasser les qualificatifs traditionnels, souvent accolés par certains érudits aux différents poèmes, de « conservateur » ou de « réformateur » (voir de « démocrate » ou de « réactionnaire »). Ces termes sont par trop anachroniques pour s’appliquer de manière valable à la perception de la société et de son gouvernement par les poètes. En outre, leur charge affective obscurcit souvent une approche sereine des poèmes, dont les perceptions sont par nature différentes des nôtres. Il convient en revanche de les envisager en tant que discours spécifiques, et de voir comment ces derniers s’inscrivent au sein des multiples discours existants dans la société anglaise de la fin du Moyen Âge.

Notes

1 Nous y reviendrons amplement dans la cinquième partie de cette étude.

2 L’identification des allusions historiques est bien sûr très utile, mais s’inscrit ici dans le cadre d’une compréhension plus globale des interactions entre les discours poétiques de nos textes et leur matrice sociale. Sur l’étude des poèmes en tant qu’illustration, voir A. Middleton, « The Critical Heritage », dans A Companion to Piers Plowman, op. cit., p. 1-25.

3 Pour le détail de ces critiques, on peut se reporter à l’analyse des textes donnée en annexe, p. 421 et suivantes.

4 Sur ces deux concepts, voir J. Le Goff, La civilisation de l’Occident médiéval, Paris, 19641,1982, p. 240 et suivantes.

5 La question spécifique du clergé sera abordée dans une troisième partie, y compris dans son aspect temporel. La coupure peut apparaître artificielle, mais elle a été effectuée dans un souci de clarté.

6 Sens 4 et 5 de la définition de pouvoir donnée par le Nouveau Petit Robert (édition 1993).

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540