Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Première partie. Textes et contextes : dynamiques

Chapitre II. La diffusion des œuvres

Texte intégral

  • 1 A. Middleton, « The Audience and Public of Piers Plowman », dans Middle English Alliterative Pœtry (...)
  • 2 Jauss, Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 49 : « L’analyse de l’expérience littérair (...)

1Audience, public, réception..., les termes qui renvoient à la diffusion d’une œuvre sont nombreux et il convient de les clarifier. En français, « audience » a un sens très large : « public touché par un média », selon le Petit Robert. Mais il est possible d’affiner. Selon Anne Middleton, par exemple, l’audience est « le lectorat attesté par des preuves », le public est « le lectorat imaginé et posé par l’écrivain » et elle ajoute que l’« étude du public d’une œuvre est ainsi un effort pour révéler son dessein intentionnel pratique en tant que production historique spécifique »1. Le lien est évident avec la notion de réception dans le sens que lui a donné Hans Jauss, couplée avec ce qu’il appelle l’horizon d’attente des lecteurs2. Par commodité, nous utiliserons surtout le terme d’audience – il nous semble le plus large – mais ces différents termes et leurs relations nous indiquent qu’il faut à la fois se préoccuper des indices externes et des goûts de l’audience, dans la mesure où ceux-ci peuvent nous aider à mieux comprendre le texte lui-même, ainsi que les relations entre texte, auteur et lecteurs. Du point de vue de l’historien, il est nécessaire, non seulement de définir l’audience en termes de catégorie sociale, mais aussi de connaître son horizon d’attente. Hans Jauss s’est surtout appuyé sur des œuvres pour le reconstruire, mais d’autres éléments peuvent s’avérer fructueux. Pour notre corpus, il faut cependant noter l’existence d’une distorsion très importante entre la diffusion de Piers Plowman et celle des autres poèmes, même si le croisement de certains indices permet de formuler des hypothèses pour ces derniers.

  • 3 Cf. E. Ornato et alii, La face cachée du livre médiéval. L’histoire du livre vu par Ezio Ornato, s (...)
  • 4 J. Coleman, Public Reading and the Reading Public in Late Medieval England and France, Cambridge, (...)

2Il est donc possible d’aborder l’audience des poèmes par deux biais essentiels. Le premier est l’étude des manuscrits, à la fois interne et externe, fondamentale pour déterminer la production de copies des textes et leur diffusion3. Le nombre de manuscrits est à lui seul un indice important, mais leur présentation et leur contenu le sont tout autant. L’autre biais est constitué de preuves externes, comme les testaments, les inventaires, ou encore les citations dans d’autres ouvrages, voire les textes influencés plus ou moins directement. Cependant, il ne faut pas oublier que la reconstruction est fragmentaire. Deux éléments sont ici à garder à l’esprit. D’une part, le nombre de manuscrits conservés ne constitue qu’une partie de ceux qui ont été produits. D’autre part, la transmission orale des textes reste très importante dans une société de restricted literacy et il est pratiquement impossible de savoir quelle était la proportion de ceux qui ont écouté les textes par rapport au nombre de lecteurs. Pour rester dans le cadre de notre période et de notre aire géographique, les travaux de Joyce Coleman ont montré, pour le cas de Chaucer, que même dans les milieux lettrés et cultivés, les gens aimaient se réunir pour écouter les textes. C’est ce qu’il appelle le phénomène de l’aurality, « la lecture à haute voix d’un texte écrit à une personne ou un groupe d’écrivains »4. Il est donc illusoire de tenter une approche quantitative précise, même si l’étude des manuscrits et des indices externes permet de se faire une idée de la nature de l’audience.

Les manuscrits

  • 5 Parmi une bibliographie abondante, voir par exemple le recueil New Directions in Later Medieval Ma (...)
  • 6 M. C. Uhart, « The Early Reception of Piers Plowman », Doctoral Dissertation, University of Leices (...)
  • 7 Ibid., p. 20.
  • 8 Kathryn Kerby-Fulton les définit ainsi : Professional readers are those whose job it was to make d (...)

3L’étude des manuscrits implique la mise en relation de tous les éléments d’analyse les concernant, à la fois internes et externes. Ces vingt dernières années, ce type d’études a connu un grand essor en Angleterre, en particulier sous l’impulsion de Derek Pearsall5. Les articles portant sur tel ou tel manuscrit de Piers Plowman ont été très nombreux, et la mise en relation de problèmes soulevés par le poème et de sa diffusion de plus en plus importante. À la fin des années 1980, Marie-Claire Uhart a entrepris une étude systématique des manuscrits et de la réception de Piers Plowman6, dans une perspective assez différente de la nôtre, qu’elle revendique au demeurant. Selon elle, « la lecture a plus d’importance que le lecteur »7, et son analyse a consisté à étudier les différentes réponses repérables dans les manuscrits : organisation, annotations et variantes textuelles. Cependant, son analyse ne fait que très peu de liens entre les différents types de lectures repérés dans les manuscrits et les conditions socio-économiques – et culturelles – de leur production. Pour comprendre un texte, les réponses contemporaines sont un élément fondamental, mais leur étude ne peut pas, nous semble-t-il, être détachée de l’étude de ceux qui les font. Dans ce cadre, les travaux de Kathryn Kerby-Fulton sur les lecteurs professionnels, notamment à partir de l’étude du manuscrit Douce 104 (le seul manuscrit de Piers Plowman ayant un programme d’illustration) nous paraissent plus fructueux, même s’ils sont controversés8. Finalement, les nombreux apports de ce courant de recherche sont souvent dispersés. Nous voulons nous placer dans une perspective de synthèse, sous un angle historique.

  • 9 La liste est donnée en annexe (p. 430-431), mais les données détaillées par manuscrit sont présent (...)

4Une véritable étude de la diffusion n’est possible, on l’a vu, que pour Piers Plowman, dans la mesure où les autres œuvres ne subsistent plus que dans un ou deux manuscrits. En revanche, pour ces dernières, certains manuscrits – des compilations – sont célèbres et ont été bien étudiés, ce qui nous fournit quelques informations. Le traitement sera donc séparé. Par ailleurs, au risque de répétitions, il nous a paru plus clair de présenter d’abord les différentes informations données par les manuscrits, tels que la chronologie, la présentation, le contenu, la provenance et la destination, sous forme synthétique9, avant de tenter une synthèse conclusive prenant en compte les autres éléments permettant de définir une audience.

Les manuscrits de Piers Plowman

  • 10 Cf. C. A. Owen, The Manuscripts of the Canterbury Tales, Cambridge, 1991.
  • 11 Cf. R. E. Lewis, A. McIntosh, A descriptive guide to the manuscripts of the Prick of Conscience, O (...)

5Le nombre de manuscrits de Piers Plowman est considérable pour l’époque puisqu’il en subsiste 52, plus six fragments (dont deux du xviie siècle qui n’ont pas été pris en compte). Seules deux œuvres vernaculaires contemporaines de Piers dépassent ce total : les Canterbury Tales de Chaucer avec plus de 80 manuscrits10, et The Prick of Conscience, avec plus de 100 manuscrits11. On peut donc d’ores et déjà avancer, sans trop de risque d’erreur, que Piers Plowman a connu un grand succès. Cet ensemble de manuscrits n’est pas homogène et plusieurs groupes se distinguent. Il existe trois versions, A, B et C, différentes les unes des autres (pour certains, il existe aussi une version Z). Ces versions – même si leur histoire est controversée – permettent de définir des traditions ou des familles de manuscrits. La version A se retrouve seule dans 10 manuscrits, la version B dans 15 et la version C dans 18. Par ailleurs, dans les versions sont mélangées dans g manuscrits, ce qui complique encore les choses du point de vue de la tradition textuelle et de la diffusion. Le mélange le plus courant est la version A en entier complétée par la fin de la version C (7 copies).

  • 12 Nous avons suivi les chronologies données par les éditeurs de l’édition Athlone, ainsi que celle d (...)
  • 13 À quelques exceptions près : le Douce 104(no 40) daté de 1427 et le Digby 145 (no 51) daté de 1531 (...)
  • 14 Cette chronologie implique donc que Ton n’étudie pas seulement le public contemporain de l’œuvre, (...)
  • 15 Cf. Kerby-Fulton, « Piers Plowman », art. cité, p. 517.
  • 16 The Vision of Pierce Plowman, éd. R. Crowley, Londres, 1550 (STC 19906, 19907, 19907a).

6La chronologie des manuscrits est souvent très approximative12. Il est difficile de donner des datations précises : en l’absence de dates sur les manuscrits eux-mêmes13, seule l’étude codicologique peut nous fournir des informations. L’essentiel des copies est donc daté au demi-siècle près14. La plupart des manuscrits sont de la fin du xive siècle et de la première moitié du xve, le premier datant sans doute des environs de 1370. C’est la version définitive qui a, semble-t-il, eu au départ la plus large circulation, peut-être de par la volonté de l’auteur (mais il est impossible de savoir dans quelle mesure il a contrôlé cette circulation précoce)15. Seize manuscrits sont datés de la fin du xive ou du début du xve siècle. Il subsiste entre 23 et 25 manuscrits de la première moitié du xve siècle. Les derniers manuscrits (seconde moitié du xve, première moitié du xvie siècle) sont d’autant plus intéressants qu’ils sont contemporains des débuts de l’imprimerie. L’œuvre est d’ailleurs imprimée en 155016.

  • 17 Ezio Ornato la définit comme « un certain nombre de cahiers écrits constituant un ensemble homogèn (...)

7L’étude matérielle des manuscrits peut apporter de nombreuses informations sur la manière dont était perçu le poème (la réception) autant que sur sa diffusion. La grande majorité des manuscrits est de taille moyenne, avec un nombre de feuillets très variable. Seuls deux manuscrits se distinguent par leur grande taille : le no 4, le Vernon – un des plus grands manuscrits, si ce n’est le plus grand du xive siècle – et le no 5, le Liber Glastoniensis. Par ailleurs, la plupart des manuscrits ont été reliés bien après leur copie. Parmi eux, il y a des manuscrits factices, composés de plusieurs parties écrites à des époques ou dans des lieux différents (le no 32 par exemple). D’autres sont des manuscrits hétérogènes, composés d’unités codicologiques (booklets) rédigées à la même époque, mais qui ont pu circuler individuellement, comme les nos 1 et 2717. S’il est difficile de distinguer entre ceux qui ont été produits délibérément et ceux qui ont été reliés ensuite par une personne privée, leur identification aide néanmoins à affiner l’étude de la circulation des textes, de même que l’étude des supports (tableau no 1).

Tableau 1 – Les supports selon les versions de Piers Plowman

  • 18 Ces chiffres prennent en compte les manuscrits où la version A est suivie de la version C.

Nombre de manuscrits par version

Parchemin

Papier

Parchemin + Papier

A18

17

9

7

2

B

15

12

3

C

18

18

  • 19 Cf. R. J. Lyall, « Materials : The paper revolution », dans Book Production and Publishing in Brit (...)

8La grande majorité des manuscrits est en parchemin, 39 au total, et dans plus de la moitié des cas, le parchemin est décrit comme étant de bonne qualité (22/39). Les manuscrits en papier, au nombre de 10, sont très minoritaires avant 1450, mais ils prennent alors le dessus. Ces chiffres reflètent bien ce que certains ont appelé la révolution du papier, au moins pour l’Angleterre, qui se généralise en effet dans la deuxième moitié du xve siècle19, grâce à son coût réduit. Par ailleurs, comme le montre le tableau, ce ne sont pratiquement que des manuscrits de la version A qui sont en papier, ce qui soulève la question d’une audience différentielle selon les versions.

  • 20 Pour une approche générale sur cette question, voir K. Scott, « Design, Decoration and Illustratio (...)
  • 21 Cf Uhart, « The Early Reception », op. cit., p. 29-39.

9Les éléments d’organisation de la page20 des manuscrits de Piers suggèrent que nous sommes en présence d’une majorité de manuscrits peu luxueux, surtout comparés à certaines copies contenant des œuvres de Chaucer ou de Gower. Mais quelques points sont dignes d’attention. Beaucoup d’entre eux, même s’ils ne possèdent pas de programme de décoration, ont été soigneusement exécutés. En outre, il y a un souci constant de l’organisation de la page, indice que le texte était surtout copié pour être lu21. Enfin, le fait que le parchemin des manuscrits ait souvent été de bonne qualité suggère une certaine valeur de ces derniers.

  • 22 Cf. A. McIntosh, M. L. Samuels et M. Benskin, A Linguistic Atlas of Late Middle English, 4 vol., A (...)
  • 23 M. L. Samuels, « Dialect and Grammar », dans A Companion to Piers Plowman, éd. J. Alford, Berkeley (...)
  • 24 Cf. Hanna, William Langland, op. cit., passim.

10Pour les lieux de production et de distribution des manuscrits, seuls quelques éclairages sont possibles. La provenance géographique des copies est souvent difficile à préciser. L’indice essentiel est l’identification du dialecte utilisé par les scribes, que l’on peut souvent déceler en surimpression des dialectes des auteurs. Depuis plusieurs années, l’Edirtburgh project tente de cartographier les dialectes des différents manuscrits anglais22. Pour les copies de Piers Plowman, le classement est surtout l’œuvre de Michael Samuels23. Les manuscrits de la version A sont situés à la périphérie (au nord et à l’est du pays). Cela illustre un phénomène déjà observé : les versions les plus anciennes se trouvent à la périphérie d’une culture. Vraisemblablement, il devait être plus difficile d’avoir accès aux copies les plus récentes lorsque l’on était éloigné des centres de production, car les manuscrits voyageaient peu. Les copies de la version B sont localisées de manière prédominante à Londres et dans les régions alentour, et d’après les formes, souvent mixtes, une majorité d’entre elles aurait été l’œuvre de scribes de ces contrées venus s’installer à Londres24. Les manuscrits de la version C enfin se distinguent par une concentration notable autour des Malvern Hills (Midlands), probable région d’origine de l’auteur. C’est un des principaux éléments qui ont conduit à penser que Langland était retourné dans cette région à la fin de sa vie, et qu’il y avait été patronné. Les indices donnés par les dialectes indiquent donc une large diffusion géographique, centrée autour de deux pôles, les Midlands et Londres.

  • 25 Cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 171.
  • 26 D’autant qu’il est possible que certaines maisons religieuses aient en fait eu recours à des scrib (...)
  • 27 Cf. Μ. B. Parkes, « Lire, écrire, interpréter le texte. Pratiques monastiques dans le haut Moyen  (...)
  • 28 Cf. C. P. Christianson, « Evidence for the study of London’s late Medieval Manuscript-book trade » (...)
  • 29 J. H. Fisher, « Piers Plowman and the Chancery Tradition », dans Medieval English Studies presente (...)
  • 30 K. Kerby-Fulton, « Professional Readers of Langland at Home and Abroad : New Directions in the Pol (...)
  • 31 Kerby-Fulton et Despres, Iconography and the Professional Reader, op. cit., passim.

11L’identification des scribes et de leurs conditions de travail reste aléatoire. Il faut d’abord rappeler les différents types de contextes concernant la production scribale25 : la production par des copistes professionnels d’œuvres commandées, soit par l’auteur pour une circulation réduite, soit par des patrons (type 1) ; la production commerciale de livres sur une base spéculative, au sein d’officines organisées (type 2) ; la copie de manuscrits dans les maisons religieuses pour l’utilisation des religieux eux-mêmes ou pour des commandes (type 3, mais il y a un recoupement avec le premier type26) ; la production privée à l’initiative de l’auteur ou du consommateur (type 4). Chronologiquement, le premier type caractérise la production dans les monastères, qui en ont longtemps eu le monopole27. Mais à la fin du xive siècle, en Angleterre, les quatre types commencent à exister simultanément, ce qui a conduit les historiens à évoquer la formation d’un marché. Il est cependant très difficile d’évaluer la place prise par cette nouvelle orientation, car on connaît rarement les conditions de production. L’étude des manuscrits de Piers Plowman suggère pourtant que les quatre types de production sont présents, sans que l’on sache dans quelles proportions. Un manuscrit a été copié de façon sûre par un consommateur, Adrian Fortescue (no 51). Cinq manuscrits proviennent probablement d’un monastère (nos 1, 3, 4, 5 et 22). Une dizaine d’autres ont été identifiés de manière certaine comme ayant été composés par des professionnels (peut-être plus souvent individuellement que dans des centres de productions28). De manière générale, le degré d’organisation relevé dans de nombreux manuscrits et l’écriture elle-même suggèrent un travail de professionnel, même s’il est difficile de trancher entre scribes de maisons religieuses et scribes travaillant en indépendants ou dans des ateliers. D’ailleurs, il faut noter la présence de manuscrits copiés par des scribes issus de l’administration. John Fisher en a identifié cinq parmi les manuscrits de la version B (nos 20, 22, 28, 30 et 33), et note que de nombreux autres manuscrits de cette version ont des traits administratifs29. Kathryn Kerby-Fulton a étoffé cette liste et tenté de distinguer les différentes administrations30. Ces scribes ont pu copier les manuscrits pour eux-mêmes, mais aussi pour d’autres, à la suite de commandes, comme cela a sans doute été le cas pour le scribe du manuscrit Douce 104(no 40), qui aurait été copié par un scribe de l’administration anglo-irlandaise31.

  • 32 Mais les manuscrits produits dans des scriptoria n’ont pas forcément été à destination des moines.
  • 33 Cf. Hanna, William Langland, op. cit., p. 34.
  • 34 Cf. K. Kerby-Fulton et S. Justice, « Reformist Intellectual Culture in the English and Irish Civil (...)
  • 35 Cf. M. Connolly, John Shirley : Book Production and the noble household in fifteenth-century Engla (...)
  • 36 Il est associé à un autre manuscrit, le Simeon, qui contient The Death of Edward III et qui a sans(...)
  • 37 Cf. A. I. Doyle, « The shaping of Vernon and Simeon Manuscripts », dans Chaucer and Middle English (...)
  • 38 Cf. The Vernon Manuscript : A Facsimile of Bodleian Library, Oxford MS English Pœt, a.1., éd. A. I (...)

12Les possesseurs connus ou induits sont très peu nombreux, et dans la plupart des cas, on ne peut qu’inférer une catégorie et non donner des noms précis. Certains possesseurs sont des clercs ou des maisons religieuses (nos 1 et 3)32. Plusieurs manuscrits ont appartenu à des familles de la gentry. Le Londres UL. V. 17 (no 26) aurait appartenu à Sir William Clopton (mort en 1419, situé dans le Warwickshire et le Worcestershire). En fait, il aurait pu être produit pour lui33. Le Harley 6041 (no 35) a appartenu à une famille de la gentry du Bedfordshire (il y a ses armes sur le manuscrit). Les nos 20 et 33 possèdent également des emblèmes, non identifiés34. Certains possesseurs sont assez bien connus. Le Digby 145(no 50) a été la propriété d’Adrian Fortescue, le neveu de sir John Fortescue. Le manuscrit Cambridge Gonville et Caius College (fragment no 3) a appartenu à John Shirley, membre de la gentry actif dans la première moitié du xve siècle et connu pour avoir lui-même copié plusieurs manuscrits35. Le Vernon (no 4) est un cas remarquable36. Tous les auteurs s’accordent pour dire qu’il a sans doute été composé dans le scriptorium d’une grande maison religieuse, probablement du Staffordshire. L’ampleur du contenu et son organisation montrent qu’il a nécessité un travail et une logistique considérables, surtout en ce qui concerne le rassemblement des œuvres. Le scribe a dû avoir accès à de très nombreux manuscrits37. Pour sa composition, l’hypothèse la plus généralement acceptée est celle d’une association de clercs et de laïcs, avec peut-être la participation d’une abbaye de nonnes38. Les éléments solides concernant les possesseurs des manuscrits sont donc fragmentaires, mais suggèrent la prédominance du clergé et de la gentry.

  • 39 Cf. J. Weldon, « Ordinatio and Genre in MS CCC 201 : A medieval reading of the B-text of Piers Plo (...)
  • 40 Celles-ci sont évidemment dignes d’intérêt, mais ont été étudiées à plusieurs reprises : voir C. D (...)
  • 41 Benson et Stanfield, The manuscripts of Piers Plowman, op. cit., p. 10.
  • 42 Cf. Uhart, « The Early reception », op. cit., p. 107.

13L’étude des éléments internes aux manuscrits constitue l’un des apports essentiels des travaux récents sur les manuscrits de Piers Plowman, en tenant compte des réserves émises ci-dessus : elles ne constituent qu’un aspect de la compréhension de l’audience. Ces éléments sont l’organisation des manuscrits, les annotations (contemporaines et postérieures) et les illustrations. L’organisation a souvent fait l’objet d’un travail soigné, mais le texte a pu subir des transformations. Le cas le plus extrême est celui du manuscrit Corpus Christi College 201 (no 20), dont le scribe a revu la construction du poème39, mais la division en passus est généralement respectée. En ce qui concerne les annotations (qui incluent également les titres), nous nous concentrerons sur les traits communs plutôt que sur les réponses individuelles40. David Benson a résumé les principales caractéristiques de ces annotations pour les manuscrits de la version B : « Les annotateurs du xve (peut-être même de la fin du xive) et du xvie siècles révèlent des intérêts partagés, qui incluent le personnage principal de Piers, les pratiques et les abus cléricaux, les sept péchés capitaux, les discours multiples contenus dans le poème (incluant les chartes, prophéties et testaments) et les leçons morales. »41 Il faut ajouter, pour de nombreux cas, les références au personnage de Mede, si important dans la première vision du poème. Ces remarques s’appliquent également aux manuscrits de la version C, avec peut-être un accent plus fort sur les sermons et la prophétie42. Une certaine cohérence se dégage donc de ces éléments.

  • 43 Cf. K. Scott, « The Illustrations of the MS Douce 104 », dans Piers Plowman, A Facsimile of Bodlei (...)
  • 44 Selon Kathryn Kerby-Fulton, le scribe et l’illustrateur sont dans ce cas une seule et même personn (...)
  • 45 Cf. Scott, « The Illustrations », op. cit., p. xxxii.
  • 46 Kerby-Fulton et Despres, Iconography and the Professional Reader, op. cit., chap. 1 et 2. Pour une (...)

14Dans le domaine de l’illustration, seul le programme du manuscrit Douce 104 (72 illustrations) permet de formuler quelques hypothèses43, mais il constitue une réponse individuelle au texte (ou de plusieurs personnes mais sur un seul manuscrit44). Pourtant, nombre de ces illustrations mettent en valeur des thèmes déjà rencontrés dans les annotations, comme la présence de Mede (4 illustrations), des péchés capitaux ou des membres du clergé. Plus spécifiquement, ces images montrent avant tout des figures humaines (64 illustrations), et dans les deux tiers des cas, ce sont des orateurs du texte qui sont représentés, souvent en action. L’intérêt est net pour les différentes catégories de la société, y compris pour les pauvres et les mendiants (4 illustrations). Le clergé est bien représenté (13 illustrations). Ces images fonctionneraient surtout comme un complément du texte, sorte d’apparat permettant au lecteur de se retrouver aisément dans sa lecture45. Elles auraient également une fonction idéologique très forte. En effet, elles constitueraient une lecture réformatrice du poème46. Ces hypothèses ont le mérite de mettre en valeur l’importance de l’illustration en tant que lecture du texte, et pas seulement en tant que guide. En outre, elles permettent d’insister sur le rôle des professionnels (scribes et/ou illustrateurs) dans le processus de diffusion de l’interprétation d’un texte, même s’il est difficile de savoir dans quelle mesure l’illustrateur (ou le scribe) est responsable de son programme. En général, il suit les instructions d’un conseiller ou du commanditaire.

  • 47 Cf. M. Vaughan, « The Ending(s) of Piers Plowman A », dans Suche Werkis to Werche. Essays on Piers (...)
  • 48 Cf. A. Middleton, « Making a Good End : John Butas a Reader of Piers Plowman », dans Medieval Engl (...)

15Un dernier élément est constitué par les variantes, voire par les ajouts de textes. Le plus intéressant à cet égard est l’achèvement de la version A. En effet, dans plusieurs cas, les scribes ont complété cette version d’une manière ou d’une autre47 : dans trois cas par quelques vers, dans sept cas par une continuation (la version C) et dans trois cas par un passus XII qui serait l’œuvre de John But, si l’on en croit ce qui est écrit dans le manuscrit Rawlinson 137 (no 41). Sans entrer dans une interprétation approfondie qui nous emmènerait trop loin de notre propos, il convient de noter que cette continuation a été le fait d’un homme qui connaissait bien le poème (probablement ses trois versions), et peut-être le poète lui-même48. Il insiste sur le fait que l’écriture de ce poème est parfaitement justifiée, et en cela, il fait écho à des préoccupations profondes de Langland.

  • 49 Cf. Hanna, Pursuing History, Middle English Manuscripts and their Texts, Stanford, 1996, p. 24.

16L’étude du contenu des manuscrits est un autre moyen de cerner les orientations des lecteurs. Dans le corpus des manuscrits, 26 ne contiennent que Piers Plowman et 26 comportent d’autres œuvres. Dans la moitié des cas, Piers Plowman circule comme un texte isolé et dans trois manuscrits (nos 32, 40 et 49), il n’y a qu’un (ou deux) court poème ou une prière au début ou à la fin des volumes. Cela s’explique par la longueur des versions B et C, plus souvent seules que la version A, sauf quand cette dernière est complétée. Par ailleurs, plusieurs copies auraient à l’origine été composées pour une circulation individuelle, mais des booklets ont rapidement été greffés (ce serait le cas pour les nos 8, 12, 33 et 49)49. Dans la mesure où cet ajout est contemporain de la rédaction de la copie, nous avons inclus le contenu des autres fascicules dans notre étude.

17Il faut d’abord envisager la langue des autres œuvres présentes dans les manuscrits. En nombre d’œuvres, le latin semble bien présent, avec 48 textes. Il y a 89 textes en anglais sans compter tous ceux du Vernon (qui en comprend plus de 400). Cependant, les œuvres en latin n’apparaissent que dans sept manuscrits et la majorité (40) est regroupée dans deux manuscrits (où Piers Plowman est la seule œuvre en anglais). Ce sont le Bodley 851 (no 1) et le Liber Glastoniensis (no 5). Les œuvres en anglais apparaissent bien mieux réparties, puisqu’elles figurent dans tous les manuscrits. Le français est absent.

  • 50 Plusieurs œuvres du même genre peuvent se trouver dans un manuscrit.
  • 51 Ces compilations sont des commonplace books, qui ont constitué un phénomène important dans la prod (...)
  • 52 Ce sont les manuscrits nos 8, 10, 12, 16, 22, 23, 26, 27, 32, 33, 34, 35, 37, 40, 42, 46, 48, 49, (...)

18La nature du contenu est un autre élément suggestif. Le tableau no 2 propose une répartition des genres par manuscrit (et non par nombre d’œuvres50), utile bien qu’il faille garder à l’esprit les problèmes soulevés par ce type de classification. Les œuvres en latin ont été considérées comme un thème séparé, bien qu’elles ne forment évidemment pas un genre uniforme, dans le dessein de souligner la part du latin par rapport à l’anglais. Il faut en outre être attentif à la distorsion provoquée par certaines compilations qui comprennent un très grand nombre d’œuvres, plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de pièces, même si celles-ci sont en général regroupées51. C’est pourquoi nous envisagerons séparément les manuscrits de moins de dix items52 et les grandes compilations (nos 1, 4, 5, 25, 30, 47).

Tableau 2 – La répartition des genres par manuscrits

Hors compilations

Avec compilations

Dévotionnel

31 %

26 %

Didactique

16 %

19 %

Romances

16 %

18 %

Politique

5 %

9 %

Satire

5 %

4 %

Voyage

5 %

4 %

Chaucer

5 %

4 %

Histoire

3 %

2 %

Latin

14 %

14 %

TOTAL

100 %

100 %

19Les recoupements entre les deux colonnes sont nombreux. Dans les deux cas, les deux genres les plus représentés sont les œuvres dévotionnelles et didactiques, ce qui nous ramène aux observations effectuées dans le premier chapitre de cette partie. Le poids des œuvres politiques, surtout représentées par des poèmes, est plus important dans le cas où tous les manuscrits sont pris en compte : les grandes compilations sont de nature plus variée et certaines d’entre elles sont davantage axées sur ce genre, comme les manuscrits nos 1 et 25. Viennent ensuite les romances et les œuvres en latin, puis les voyages, qui ne sont représentés que par un seul texte, les Voyages de Mandeville. Les autres thèmes ne sont représentés que dans un ou deux manuscrits. Ce cadre posé, il nous faut entrer dans le détail.

  • 53 Cf. A. Crépin et H. Taurinya Dauby, Histoire de la littérature anglaise au Moyen Âge, Paris, 1993, (...)
  • 54 Manual, vol. 1, p. 160.
  • 55 Il y a aussi une vie en prose d’Alexandre dans le manuscrit no 46.
  • 56 Manual, vol. 1, p. 68.

20Dans les manuscrits comprenant moins de dix œuvres, les œuvres en latin sont surtout des textes de nature dévotionnelle et didactique. En anglais, nous avons d’abord des poèmes, de diverses natures. Des romances se retrouvent dans six manuscrits53. Ils portent souvent sur des événements historiques et/ou légendaires : The Siege of Jerusalem est présent deux fois (nos 10 et 22). Il est notable que ce poème, qui porte sur la guerre de Titus et Vespasien contre Jérusalem, allie un aspect historique et un aspect dévotionnel, élément que Ton retrouve assez fréquemment54. Alexandre est en faveur avec trois poèmes55. Les poèmes arthuriens sont peu représentés (deux poèmes)56. Il n’y a qu’une seule association de Piers Plowman avec Chaucer (Troilus and Cryseide). Les autres poètes londoniens n’apparaissent pas. Un manuscrit (no 12) comprend des poèmes à connotation « politique ». Enfin, deux œuvres satiriques apparaissent, toutes deux dirigées contre le clergé. L’une d’entre elles est Pierce the Ploughman’s Crede.

  • 57 Manual, vol. 2, p. 391.
  • 58 Cf. The Idea of Vernacular, op. cit., p. 241.
  • 59 Manual, vol. 7, p. 2341.
  • 60 Manual, vol. 3, p. 740. Il se retrouve également dans le Vernon (no 4).
  • 61 Manual, vol. 9, p. 3060.

21Les œuvres dévotionnelles sont très variées. On trouve des œuvres narratives, telles que l’Estorie del Evangelie (no 26), une paraphrase des Évangiles avec des matériaux apocryphes et homilétiques57 ou des vies de saints avec le South English Legendary (no 12). Ce type d’œuvre est proche de la poésie, d’autant qu’il est la plupart du temps composé envers. Les poèmes dévotionnels sont assez nombreux : The Prick of Conscience apparaît à trois reprises (c’est la deuxième fréquence la plus importante après les Voyages de Mandeville). Il s’agit d’un poème eschatologique qui comprend des matériaux homilétiques et didactiques et qui a connu un succès considérable58. On trouve aussi The Charter of the Abbey of the Holy Ghost, poème assez populaire, portant sur l’allégorie de l’âme59, des débats comme Ypotis, dialogue entre un empereur et un enfant sage60, ainsi que plusieurs poèmes courts sur le Christ (no 8) ou la Vierge (no 26) et des prières. En revanche, la seule œuvre mystique est The form of Living de Richard Rolle (nos 8 et 42). C’est un long traité en prose qui comporte de nombreux aspects didactiques61. Ce traité était lui aussi très populaire, puisqu’il est conservé dans 38 manuscrits.

  • 62 Manual, vol. 7, p. 2255.
  • 63 Manual, vol. 7, p. 2350.
  • 64 The Brut, or the Chronicles of England, éd. F. W. Brie, Londres, 1908 ; Manual, vol. 8, p. 2629-26 (...)
  • 65 Cf. J. A. W. Bennett, The Rediscovery of Sir John Mandeville, New York, 1954 ; pour une édition de (...)
  • 66 Sir John Fortescue, On the Laws and Governance of England, éd. et trad. S. Lockwood, Cambridge, 19 (...)

22Les œuvres didactiques sont parfois difficiles à distinguer des œuvres dévotionnelles. C’est le cas des manuels d’instruction, notamment sur la confession (nos 26,35 et 37), dont le Handlyng Synne de Robert Mannyng, un des plus célèbres62 ; ou des traités portant sur différents concepts comme les vertus, les péchés mortels, les sacrements, les dix commandements... généralement en prose (nos 10,18, 33). Dans la même catégorie, on peut ranger les livres de messe, comme le Lay folk’s mass book (no 33)63. Ces textes étaient destinés au clergé, mais aussi, de plus en plus, à des laïcs cultivés. Hormis une seule compilation et si l’on met de côté le caractère historique de nombreux romances, il n’y a qu’une seule chronique, un Brut of England en anglais (no 48)64. Les Voyages de Mandeville (1356) se retrouvent trois fois, dans la traduction anglaise commune (plus deux autres fois dans de grandes compilations)65. C’est le texte que l’on retrouve le plus souvent en compagnie de Piers Plowman et plusieurs points communs peuvent être relevés : un aspect dévotionnel fort et une vision large du monde (même si dans ce cas précis, c’est le voyage et non le rêve qui en est le médium). Dans un manuscrit du xvie siècle, enfin, on trouve un traité politique de sir John Fortescue, The Difference betwene Dominium Regale et Dominum Politicum et Regale66. C’est la seule association de Piers Plowman à un traité politique.

  • 67 Manual, vol. 9, p. 2968.

23Le classement de nombreuses œuvres peut prêter à discussion et il n’est pas facilité par la variété des contenus présents dans les manuscrits. Il permet cependant de se faire une idée générale de la nature de ces contenus. Certains manuscrits ont un caractère plutôt thématique, comme les nos 8 et 23 (axés sur les romances), ou le no 37 (œuvres à dominante dévotionnelle et didactique), mais d’autres sont plus variés, au premier abord en tout cas. Le no 18 par exemple contient, en plus de Piers Plowman, The Prick of Conscience, des commentaires sur les séquences (d’après le Sarum), un poème de conseils moraux généraux67, et The Siege of Jerusalem. Or, on a noté plus haut que ce poème avait un caractère dévotionnel prononcé. De même, le no 26 comprend une Estorie del Evangelie, un poème sur la Vierge, des méditations, un manuel de confession mais aussi les Voyages de Mandeville. Là encore, l’accent est mis sur l’instruction et la dévotion, auquel s’ajoute un intérêt pour l’histoire et la géographie du christianisme. La cohérence est donc plus importante qu’il n’y paraît de prime abord.

  • 68 Walter Map, De Nugis Curialium, éd. M. R. James, Oxford, 1914 et traduction du même, Londres, 1923 (...)
  • 69 Selon de nombreux textes, l’Angleterre aurait été fondée par un Troyen, Brut ou Brutus, d’où le no (...)
  • 70 Ces deux poèmes sont édités dans Political Pœms and Songs, éd. T. Wright, Roll Series, 2 vol., Lon (...)

24Les grandes compilations sont au nombre de six. Elles sont traitées ici à part à cause de leur ampleur, mais plusieurs points communs se retrouvent. Le manuscrit Bodley 851(no 1) est un manuscrit hétérogène en trois parties reliées au début du xve siècle. C’est un des deux manuscrits dont la plupart des textes sont en latin. Le contenu en est très varié : écrits satiriques comme le De Nugis Curialium de Walter Map ou le Speculum Stultorum de Nigel de Longchamps68 ; textes à connotation historique, en particulier sur Troie69 ; poèmes traitant d’événements plus proches, comme la bataille de Crécy (1346), ou l’exécution de l’archevêque Scrope (1405), qui peuvent également être considérés comme des textes politiques70. Enfin, il y a des débats et des textes dévotionnels. Le contenu de ce manuscrit est donc nettement axé sur l’histoire – lointaine et proche – ainsi que sur la critique de la société, éléments qui se retrouvent largement dans Piers Plowman.

  • 71 Blake, « Vernon Manuscript : Content and Organisation », art. cité, passim.

25Le manuscrit Vernon (no 4) est, par sa dimension autant que par le nombre d’œuvres qu’il contient, une énorme compilation. Norman Blake en a systématiquement étudié l’organisation, et son analyse nous paraît fructueuse71. Le manuscrit peut être divisé en cinq parties. La première comprend des vies des saints (South English Legendary ainsi que des vies provenant de la Legende dorée de Jacques de Voragine). Ces textes, on l’a vu, pouvaient être utilisés autant pour la prédication que pour l’étude. La deuxième partie est composée de textes centrés sur la Vierge et son pouvoir d’intercession. Elle débute cependant par une narration, l’Estorie del Evangelie, que nous avons déjà rencontré. La troisième commence par les Northern Homilies ; les autres pièces sont des textes d’instruction sur les principes fondamentaux du christianisme. La quatrième partie, où se situe Piers Plowman, comprend notamment des œuvres de Richard Rolle et de Walter Hilton. Plusieurs œuvres de ces deux auteurs (par exemple The Form of Living) sont parmi les textes mystiques les plus accessibles, mais cette partie apparaît néanmoins destinée à un public plus averti. Enfin, la cinquième partie comprend des pièces lyriques axées sur les grands enseignements du christianisme, semblable en cela à la troisième partie. Cette véritable bibliothèque didactique et dévotionnelle (le titre donné au manuscrit est Salus Anime) comporte des textes destinés à plusieurs types d’audiences, mais l’on retrouve les constantes déjà définies pour les manuscrits plus petits. Plusieurs textes sont d’ailleurs communs.

  • 72 Middleton, « The audience and public of Piers Plowman », art. cité, passim.
  • 73 Ibid., p. 106 : [...] the sense of the history in the ‘Liber Glastoniensis’ coheres not around chi (...)

26Le manuscrit Cambridge University Library Dd.1.17 (no 5), fréquemment appelé le Liber Glastoniensis, est aussi historique que le Vernon est pieux. Anne Middleton, qui en a étudié le contenu, suggère cependant qu’ils se rejoignent dans leurs centres d’intérêt72. En effet, on retrouve des chroniques et des œuvres concernant l’Occident (une Historia Britonum de Geoffrey de Monmouth, une histoire des rois d’Angleterre, une Historia Troiana de Guido del Colonne, une vie de Charlemagne...), mais aussi des textes portant sur des voyages en Orient et sur les civilisations de ce dernier (ouvrage de Marco Polo, traités sur Mahomet...). Cela indique la volonté d’une vision globale de l’histoire, y compris par l’intégration des racines orientales du christianisme et par le recensement des régions encore en dehors, mais susceptibles d’entrer dans le giron chrétien73. Cette vision de l’histoire est donc assez différente de celle du manuscrit Bodley 851, plus centré sur l’Angleterre.

  • 74 Manual, vol. 3, p. 691. Ce texte se retrouve également dans le Vernon, ainsi que dans des manuscri (...)
  • 75 Manual, vol. 2., p. 388. On les retrouve également dans le Vernon et dans l’Auchinleck.
  • 76 Voir ci-dessus, chapitre I, p. 42.
  • 77 Manual, vol. 10, p. 3611-3640.
  • 78 Cf. A. Galloway, « Piers Plowman and the Schools », Yearbook of Langland Studies, 6, 1992, p. 89-1 (...)

27Le manuscrit Oxford Bodleian Library Digby 102 (no 25) contient deux œuvres dévotionnelles, The Debate between Body and Soul74 et des paraphrases des psaumes de Richard de Maidstone, un carme75, mais surtout 24 poèmes politiques, déjà évoqués76. Le manuscrit Cambridge University Library Ll 4.14 (no 30) comprend une version B de Piers Plowman et la seule copie de Richard the Redeless. Très intéressant est le fait que l’on y trouve trois traités scientifiques, un d’arithmétique, et de physiognomonie, et un portant sur l’astrologie et la philosophie77, ainsi qu’un traité sur l’amour utilisant les images de la chasse et de la pêche. C’est le seul manuscrit qui associe Piers Plowman et des œuvres scientifiques78. Il contient également des prières, une table des arguments des psaumes, ainsi qu’une glose de termes de Piers Plowman. Tout cela témoigne d’un esprit de classement. Le manuscrit Londres, British Library Harley 3954 (no 47) enfin, comprend une copie des Voyages de Mandeville qui possède un remarquable programme d’illustrations, quoiqu’incomplet, à la plume. Il y a aussi de nombreux petits traités didactiques, sur la messe, les vertus, les péchés, la passion..., types de traités déjà rencontrés.

28Nous sommes donc en présence d’un contenu varié, mais non dénué de cohérence. On constate une nette affirmation des œuvres en anglais, en particulier dans les domaines didactique et dévotionnel ; les œuvres poétiques ont un accent dévotionnel parfois prononcé, ce qui est aussi le cas de Piers Plowman. En revanche, la poésie liée au monde arthurien ou celle, plus récente, des auteurs londoniens tels que Chaucer ou Gower, est peu représentée. À cet égard, il faudrait comparer les contenus des manuscrits de ces différentes œuvres, afin de voir si cette absence de mélange est due à une utilisation différente de ces textes par une audience semblable, ou à une audience de nature un peu différente. On sait que des scribes ont copié à la fois des manuscrits de Piers Plowman et des auteurs londoniens ; la question est donc ouverte. Un autre élément important est la présence d’un goût pour l’histoire qui n’apparaît pas seulement dans les productions historiographiques (présentes surtout dans les manuscrits no 1 et 5), mais aussi dans les romances. On le voit avec la place de la légende troyenne ou celle qui est réservée à Alexandre. Il faut également souligner l’importance des narrations historiques liées au christianisme. Les Voyages de Mandeville et la présence des histoires orientales dans le Liber Glastoniensis élargissent cet aspect. Enfin, on constate l’existence d’un intérêt certain pour les thèmes sociaux et politiques (comme le montre la présence des textes latins dans le Bodley 851, des poèmes dans le Digby 102, de Richard the Redeless dans le no 30...). Cet aspect se retrouve dans les annotations des manuscrits de Piers. Cette analyse des contenus suggère que les lecteurs de nos œuvres avaient des goûts qui, s’ils paraissent souvent tournés vers la dévotion, étaient empreints d’éclectisme, d’un certain pragmatisme et d’une volonté de se documenter sur différents aspects de la société. L’aspect didactique est à cet égard très fort dans tous les domaines.

Les manuscrits des autres œuvres

  • 79 Seul The Simonie subsiste dans trois manuscrits.
  • 80 Parmi celles-ci se trouve le Simeon, associé au Vernon.

29Les autres textes de notre corpus ne subsistent que dans un petit nombre de manuscrits, en général un ou deux79. Certains se retrouvent aux côtés de Piers Plowman : c’est le cas de Richard the Redeless (no 29), de Pierce the Ploughman’s Crede (no 5) et de The Death of Edward III (no 4). Les conclusions sur l’audience pour ces œuvres rentrent donc dans le cadre défini pour Piers Plowman, à quelques nuances près. D’autres textes se trouvent dans des compilations très célèbres, ce qui permet d’émettre quelques hypothèses80. Viennent d’abord deux grandes compilations qui sont parmi les premières connues, puisqu’elles datent de la première moitié du xive siècle.

  • 81 Cf. Studies in the Harley Manuscript. The Scribes, Contents and Social Contexts of British Library (...)
  • 82 Cf. Turville-Petre, England the Nation, op. cit., p. 199-200 : The saints’ lines, sober are Latin, (...)
  • 83 C. Revard, « Scribe and Provenance », dans Studies in the Harley Manuscript, op. cit., p. 21-110.

30Le manuscrit Harley 2253 est daté des années 1330-1340. Il comprend quatre poèmes de notre corpus, Song of the Husbandman, Satire on the Retinues of the great, Satire on the Consistory Court et The Death of Edward I. C’est une grande compilation de textes français, anglais et latin (116 pièces au total)81. Son contenu est très varié, allant de poèmes égrillards à des traités sur les prières, en passant par des vies de saints, des poèmes lyriques, etc.82 Ce volume, comme le Vernon, constitue une véritable bibliothèque, touchant différents types d’audiences. Le manuscrit Harley 2253 vient du Herefordshire. Le scribe est originaire de Ludlow (nord-est de la région) et Carter Revard a identifié deux autres manuscrits ainsi que de nombreux textes juridiques de sa main83. Notre manuscrit a sans doute été composé pour une famille de la gentry de la région.

  • 84 An Anonymous Short English Metrical Chronicle, éd. E. Zettl, Londres, 1935 (EETS, o.s., 196).
  • 85 Cf. T. A. Shonk, « A Study of the Auchinleck Manuscript : Bookmen and Bookmaking in the Early Four (...)
  • 86 Ibid. ; voir aussi R. Hanna, « Reconsidering the Auchinleck Manuscript », dans New Directions in L (...)
  • 87 The Auchinleck Manuscript, éd. D. Pearsall et I. Cunningham, Londres, 1977, p. 8.
  • 88 Cf. Turville-Petre, England the Nation, op. cit., p. 136.

31Le manuscrit National Library of Scotland Advocates 19.2.1 (Auchinleck MS) est une autre compilation célèbre. Son contenu est marqué par la présence de nombreux romances, dont certains n’ont d’ailleurs subsisté que dans ce manuscrit. Il comprend aussi des poèmes dévotionnels et une chronique en anglais84. Il date de la même époque que le Harley 2253 et a probablement été produit à Londres, dans une période souvent considérée comme marquant la transition d’une production majoritairement monastique à une production plus laïque85. Toutes les études convergent dans le sens d’une production exceptionnelle, mais pour certains auteurs, il provient d’un atelier organisé, alors que pour d’autres, il n’y a aucune preuve de la présence d’ateliers organisés à l’époque. Pour ces derniers, le manuscrit a sans doute été le fruit d’une collaboration occasionnelle de plusieurs scribes, sous la direction d’un commanditaire86. La question de sa diffusion a également provoqué de nombreux débats. Tout le monde s’accorde à dire que c’était une œuvre de commande, mais le consensus s’arrête là. Soit elle émanerait du milieu londonien riche, mais non noble, étant donné son apparence commune et la domination de l’anglais87. Soit elle aurait été composée pour une riche household88. Il est difficile de trancher entre ces deux hypothèses.

  • 89 Cf. G. R. Keiser, « Lincoln Cathedral Library MS 91 : Life and Milieu of the Scribe », Studies in (...)
  • 90 Cf. D. S. Brewer et A. E. B. Owen, The Thornton Manuscript, Lincoln Cathedral MS 91, Londres, 1975
  • 91 Cf. J. Boffey, J. Thompson, « Anthologies and miscellanies : production and choice of texts », dan (...)

32Le manuscrit Londres British Library Additional 31042 (Thornton MS) est celui dans lequel on trouve l’unique copie de Wynnere and Wastoure. Il est plus tardif que les précédents, puisqu’il date de la première moitié du xve siècle. Là encore, le contenu est très varié, dominé par des romances et des poèmes dévotionnels. Ce manuscrit a souvent été étudié, car les informations sur le copiste, Robert Thornton – qui était le propriétaire de l’ouvrage – sont relativement nombreuses89. Thornton est aussi l’auteur du manuscrit Lincoln Cathedral 91, autre anthologie, peut-être plus variée encore, qui contient d’autres poèmes allitératifs (dont l’unique copie du poème Morte Arthur), des romances et des œuvres didactiques et dévotionnelles90. Robert Thornton était un membre de la gentry du Yorkshire qui a pu avoir accès aux textes qu’il a copiés par le biais de ses nombreux contacts. II travaillait sans doute pour lui-même et sa famille, et les contenus des deux collections sont des indications de l’intérêt de la gentry du xve siècle pour les romances vernaculaires et la littérature dévotionnelle et éthique. En outre, les œuvres sont regroupées par thèmes, surtout dans le Lincoln, ce qui représente une tentative ambitieuse d’organisation91.

  • 92 Manual, vol. 7, p. 2261.

33Hormis ces compilations bien étudiées, il faut dire un mot des autres manuscrits, lorsque cela est possible. Le poème The Simonie se trouve également dans deux autres copies moins connues que l’Auchinleck, le manuscrit Cambridge Peterhouse 104, daté du tournant des xive et xve siècles et le manuscrit Bodley 48 daté des environs de 1425. Elles se ressemblent un peu dans leur contenu : dans les deux cas, on note une présence importante du latin et une orientation vers une littérature cléricale, avec par exemple le Speculum Vitae attribué à William de Nassington, ouvrage didactique très populaire92. Cela conduit à formuler l’hypothèse d’une audience davantage cléricale pour ce poème. Les autres manuscrits sont postérieurs à 1450. Le Douce 95, où se trouve The Crowned Kyng, est une compilation de pièces en anglais et en latin, et vient probablement de Londres. Il a sans doute été produit dans les milieux gouvernementaux. Pour le manuscrit Additional 41666, qui ne contient que Mum and the Sothsegger, et le manuscrit Harley 78, qui comprend des extraits de Pierce the Ploughman’s Crede, nous n’avons pas d’information, de même que pour le Cambridge Trinity College R. 3.15, manuscrit composite composé aux xve et xvie siècles, où l’on trouve une version complète du Crede.

  • 93 Mais la période 1450-1600 est pour le moment sous-représentée.
  • 94 Pour la constitution des différents champs, voir Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p.  (...)
  • 95 Ce champ comprend aussi bien les textes bibliques que les missels, bréviaires... et les textes dév (...)

34Malgré la distorsion présente dans notre corpus concernant la diffusion des poèmes, on peut dégager quelques points communs entre les manuscrits de Piers Plowman et ceux des autres textes, au moins pour ceux qui ont été copiés avant 1450. Sur le plan du contenu d’abord, on retrouve souvent des textes poétiques et des œuvres didactiques et dévotionnelles. Certaines œuvres de notre corpus, en particulier The Simonie, comportent des associations de nature plus cléricale. Par ailleurs, sur le plan de la langue, on constate une absence presque totale du français, sauf dans le Harley 2253, un manuscrit du début de la période et destiné à une famille, sinon de la noblesse, du moins de la partie supérieure de la gentry. Ces différents éléments sont-ils représentatifs ? Il est possible de comparer ces tendances avec les orientations dégagées par la base de données sur les bibliothèques anglaises, actuellement en cours de constitution par Jean-Philippe Genet, à partir des sources externes (testaments, inventaires) et des manuscrits existants. Les types de données sont un peu différents puisque la base est constituée à partir des mentions d’un texte dans différentes sources. La base générale, qui concerne les laïcs et les clercs non-universitaires, comprend à ce jour près de 4 600 volumes pour la période 1300-160093. Si l’on s’en tient à la période 1300-1450, pour laquelle on arrive à un total de 3 196 volumes, quels sont les principaux champs94 ? Le plus important, et de loin, est celui du religieux, avec 63 % du total95. Le second champ, celui du droit, arrive loin derrière, avec 11,2 % du total. Viennent ensuite la littérature (4,8 %), l’histoire (4,6 %), la rhétorique (3,2 %), les sciences (1,9 %), le politique (1,9 %), la philosophie (1,2 %) et la médecine (1,2 %). Les manuscrits de notre corpus ne reflètent qu’imparfaitement ces orientations, ce qui est normal dans la mesure où ce sont des copies de textes littéraires. Le poids du champ du religieux est cependant bien présent à l’intérieur même de manuscrits à dominante littéraire. Le phénomène est similaire, quoique dans une moindre mesure, pour l’histoire. Le champ du politique apparaît en revanche mieux représenté dans les manuscrits de notre corpus, alors même que certains textes classés par Jean-Philippe Genet dans le champ du politique sont aussi des textes littéraires, comme les œuvres de Chaucer, de Gower... ou de Langland, que nous n’avons pas ici considérées comme politiques. Cela est peut-être lié au fait que ce champ est constitué dans nos copies de nombreux petits poèmes qui n’apparaissent pas dans les mentions d’inventaires ou de testaments. Cet écart est dans tous les cas remarquable. Au-delà des différences dans les choix classificatoires, et du fait que les manuscrits des poèmes de notre corpus font partie d’un champ relativement spécifique, il y a donc des convergences, ce qui permet de replacer nos textes littéraires dans un réseau bien plus vaste. Ces quelque soixante manuscrits constituent des témoins variés, quoique fragmentaires, d’une audience qu’il nous faut maintenant présenter de manière synthétique.

L’audience des poèmes

35Il faut établir une distinction entre les poèmes des Midlands (poèmes du Harley 2253, The Simonie, Wynnere and Wastoure) et Piers Plowman, dans la mesure où ce dernier a une audience de nature complexe. Les indices concernant les poèmes de la tradition de Piers Plowman étant trop minces, ils ne seront pas traités séparément.

  • 96 Cf. T. Bestul, Satire and allegory in Wynnere and Wastoure, Lincoln, 1974, p. 106. Thorlac Turvill (...)
  • 97 Cf. Coss, « Aspects of Cultural diffusion in Medieval England », art. cité, passim. Il soutient ce (...)

36Il est probable que ces poèmes allitératifs des Midlands, et en particulier des West Midlands, ont eu une audience cléricale. Le poème The Simonie a été en faveur auprès des clercs, si l’on en juge par le contenu de ses deux manuscrits autres que l’Auchinleck. En revanche, les avis divergent sur la nature de l’audience laïque. Pour certains, cette audience était avant tout formée par les grandes familles des Midlands. L’audience de Wynnere and Wastoure, par exemple, aurait été constituée par les familles baronniales tels les Bohuns, les Beauchamps ou encore les Mortimer96. Mais la seule copie subsistante de ce poème appartenait à la famille des Thornton, au milieu du xve siècle, famille de la gentry. De fait, au vu des différents éléments portant à la fois sur les manuscrits et sur les poètes, cette audience laïque était probablement davantage formée par des membres de la gentry et peut-être plus particulièrement par les membres de l’administration locale. Il n’est cependant pas impossible que les grandes familles aient encouragé la formation d’une poésie de ce type97. Enfin, ces poèmes, ou tout au moins certains d’entre eux, ont été diffusés à Londres, comme le montre l’exemple de l’Auchinleck. Ils n’ont donc pas seulement eu une audience provinciale, même si l’audience londonienne ne devait pas être différente en nature. Ces observations ne reposent cependant que sur des hypothèses difficiles à démontrer, et il serait téméraire d’être plus précis.

  • 98 Cf. Watson, « The Politics of Middle English Writings », art. cité, p. 348. Selon lui, Langland ét (...)
  • 99 Cf. J. Burrow, « The audience of Piers Plowman », Anglia, 75, 1957, p. 373-384 ; Middleton, « The (...)
  • 100 Cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 335-338.
  • 101 Cf. Middleton, « The Audience and Public of Piers Ploivman », art. cité, p. 104 : The audience of (...)

37Les lecteurs de Piers Plowman ont sans aucun doute été plus nombreux que ceux des autres poèmes du corpus, surtout si l’on prend en compte le fait que les copies qui subsistent ne représentent qu’une petite partie de la production réelle, qui a pu s’élever à plusieurs centaines de manuscrits98. Cependant, il n’est pas sûr qu’elles aient été différentes en nature, au moins pour une partie99. Le clergé, qu’il soit régulier ou séculier, est bien représenté. On peut se référer ici au manuscrit Bodley 851 et autres, reliés à des maisons religieuses. Les manuscrits qui possèdent des manuels de confession ou des instructions étaient également destinés au clergé, au moins dans un premier temps, peut-être à des membres modestes comme des prêtres de paroisse. En ce qui concerne les laïcs, il semble que les grands nobles – les familles des magnats – ne puissent guère être comptés parmi l’audience de Piers Plowman. Cela est confirmé par les inventaires des bibliothèques qui subsistent, surtout composés d’œuvres en latin et en français. Leurs goûts littéraires allaient d’abord aux œuvres épiques en français et aux ouvrages d’édification en latin ou traduits du latin en français100. En revanche, nous avons vu que certains manuscrits étaient destinés à la gentry ou à ceux qui s’en approchent. La classe marchande urbaine ne semble pas représentée, mais nous verrons qu’elle apparaît autrement. En tout cas, clercs et laïcs paraissent se retrouver autour de thèmes communs101. Et, de fait, une analyse complète du contenu des manuscrits semble corroborer cette affirmation. Dans ce domaine, on peut donc bien établir une comparaison avec les autres poèmes allitératifs du corpus. Nous retrouvons les hypothèses émises plus haut sur l’origine sociale des auteurs et la présence d’une certaine confusion entre les frontières cléricales et laïques.

  • 102 Kerby-Fulton et Justice, « Reformist Intellectual Culture », art. cité, passim, et « Langlandian Re (...)
  • 103 Cet argument est cependant à nuancer, dans la mesure où il faut tenir compte de l’étalement chrono (...)
  • 104 Cf. A. I. Doyle et Μ. B. Parues, « The Production of Copies of the Canterbury Tales and the Confess (...)
  • 105 Cf. P. Strohm, « Chaucer’s Audience(s) », Chaucer Review, 18, 1983, p. 137-164, p. 143 : Chaucer’s (...)
  • 106 Kerby-Fulton et Justice, « Langlandian Reading Circles », art. cité, p. 81 ; Ferster, Fictions of A (...)

38Ces dernières années, les hypothèses sur l’audience de Piers Plowman ont été considérablement affinées, en particulier par les recherches de Kathryn Kerby-Fulton et de Steven Justice sur la possible existence d’une coterie, autrement dit d’une audience immédiate ou primaire, pour reprendre la terminologie de Paul Strohm102. Ces deux chercheurs ont tenté de montrer que, comme Chaucer, Langland a eu un lien avec le milieu « littéraire » de Londres, lequel était hé à l’administration. Ils avancent plusieurs types d’arguments : la reconnaissance de l’ampleur financière représentée par ces nombreuses copies, ce qui induit que Langland ne pouvait pas être complètement isolé103 ; le poème lui-même qui révélerait une « audience stratifiée » ; son imitation immédiate (par exemple par l’auteur de Richard the Redeless) ; le fait que certains manuscrits ont été copiés par les mêmes scribes qui ont par ailleurs copié des manuscrits de Chaucer et de Gower, par exemple le scribe du manuscrit Ilchester (no 14), qui a copié deux Canterbury Tales et sept Confessio Amantis104. De la conjonction de ces différents éléments, il ressort que Langland aurait eu un cercle de lecteurs équivalent à la strate inférieure du cercle de Chaucer, c’est-à-dire des clercs de l’administration tels que Thomas Hoccleve et Thomas Usk105. La présence de copies produites par des scribes de l’administration et certaines réactions au poème, comme le passus XII de John But, renforcent cet élément. Ce type d’audience aurait également été présent en Irlande, comme le suggère la provenance du manuscrit Douce104, mais aussi la connaissance de Langland que révèle James Yonge, un traducteur irlandais du Secretum Secretorum (1422)106. Ces « lecteurs professionnels » auraient partagé un certain nombre d’idées avec Langland, en particulier sur la vision de la société. Tous ces éléments affinent la perception de l’audience de Langland. Mais cela n’exclut pas une audience plus large, plus vaste même que celle qui a été définie ci-dessus, au-delà du premier cercle.

  • 107 Cf. E. W. Tristram, « Piers Plowman in English medieval wall painting », Burlington Magazine, 31, (...)
  • 108 Cf. Barron, « William Langland, a London Pœt », art. cité, p. 99.
  • 109 Cf. R. Davies, « The Life, Travels and Library of an Early Reader of Piers Plowman », Yearbook of (...)
  • 110 Ibid., p. 62 : As we ponder the paradoxes and incongruities of Walter’s life – the well trained and (...)
  • 111 Hanna, William Langland, op. cit., p. 35.
  • 112 Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 22.
  • 113 Cf R. A. Wood, « A Fourteenth century London owner of Piers Plowman », Medium Aevum, 53, 1983, p.  (...)
  • 114 Barron, « William Langland, A London Pœt », art. cité, p. 99.
  • 115 Cf. S. Justice, Writing and Rebellion, England in 1381, Berkeley, 1994.
  • 116 Sur les meneurs de la révolte, voir The English Rising of 1381, op. cit., notamment p. 9-42, 84-11 (...)
  • 117 Justice, Writing and Rebellion, op. cit., p. 102-139.
  • 118 Ibid., p. 137-138.

39Il faut en effet se tourner de manière plus systématique vers les allusions externes au poème, assez nombreuses. Certaines de ces allusions ne font que confirmer la nature de l’audience précédemment déterminée. Des images évoquant des scènes de Piers Plowman ont été retrouvées sur les murs de plusieurs églises, comme celles de Stedham dans le Sussex, ce qui a peut-être été le fait de la gentry locale107. Par ailleurs, le poème est mentionné dans quatre testaments108. Deux d’entre eux, datant de 1396 et 1431, sont ceux de clercs du Yorkshire, respectivement le chanoine Walter de Bruges et John Wyndhill. Walter de Bruges109 était un clerc qui a surtout travaillé pour les magnats (notamment un des fils d’Édouard III). Il s’est souvent rendu en Irlande, ce qui constitue une des connexions pour la diffusion de Piers dans l’île, d’autant qu’il a légué sa copie à un prêtre anglo-irlandais. Il avait par ailleurs une forte tendance à cumuler les bénéfices. Ce personnage est d’autant plus intéressant que d’une certaine manière, il représente le type du clerc stigmatisé par Langland110. Wyndhill était le curé d’Arncliffe in Craven et il a laissé son livre à un vicaire111. Ces deux testaments confirment, s’il en était besoin, une audience cléricale variée. Le troisième testament, qui date de 1434, est celui d’un riche mercier londonien, Thomas Roos. Il introduit l’idée, peu évidente à travers la seule étude des manuscrits, de la présence de la classe marchande londonienne dans l’audience du poème. Il est cependant difficile, au vu de la date de ce testament, d’affirmer que cette catégorie a constitué une audience précoce, contrairement à ce qu’affirme Janet Coleman112. Le quatrième testament est en revanche assez différent. C’est celui d’un clerc londonien, peu aisé, William Palmere, recteur de St Alphage de 1397 à 1400113 qui a légué un exemplaire du poème à une femme, Agnès Eggesfield. La forme même du testament est curieuse, de par sa simplicité. Il ne se nomme qu’en tant que clerc et n’en appelle qu’à Dieu pour le salut de son âme. Ce testament ressemble à celui qui apparaît dans le poème, le testament de Piers aux vers 78-104 du passus VI. Selon Carolyn Barron, « [...] le testament de Palmere fournit un lien important entre l’audience dont nous savons qu’elle possède des copies du poème de Langland et l’audience “paysanne” dont nous pouvons peut-être présumer qu’elle a lu le poème »114. Cette dernière hypothèse a été formulée à la suite de l’étude d’une lettre de John Ball, un des meneurs de la révolte de 1381. Il nous reste au total six lettres attribuées à ce personnage, conservées dans les chroniques de Walsingham et Knighton ainsi que dans les Fasciculi Zizaniorum115. Dans ces lettres, plusieurs expressions laissent présager une connaissance de l’œuvre : Peres ploughman (le personnage), mais aussi hobbe the robbere (un des pénitents du passus V) et l’expression do wel, thème central du poème. La référence semble donc incontestable et pose effectivement la question d’une audience nouvelle. Mais la formulation d’« audience paysanne » est à utiliser avec précautions car les historiens anglais ne sont pas convaincus que les meneurs de la révolte aient véritablement été des paysans116. Une des études les plus récentes des lettres de John Ball est celle de Steven Justice, qui étudie le rapport à l’écrit des révoltés de 1381 et tente de dégager une idéologie qui leur était propre117. Selon lui, Piers Plowman était effectivement assez bien connu des principaux acteurs de la révolte, qui l’auraient cependant utilisé de manière détournée : « Piers Plowman a donné à la révolte un langage et un style, un modèle imaginatif qui a conféré à un langage empirique une utilité conceptuelle et une force publique. »118 Par ailleurs, les révoltés auraient plutôt critiqué les idées de Langland.

  • 119 L’éditeur du poème, au milieu du xvie siècle, Robert Crowley, était protestant (cf· A. Hudson, « T (...)
  • 120 Cf. M. Aston, « Corpus Christi and Corpus Regni : Heresy and the Peasants’ Revolt », Past and Pres (...)
  • 121 La question a d’autant plus intéressé les érudits qu’il est possible (et même probable) que Langla (...)
  • 122 Même au xvie siècle, l’audience n’a pas été que protestante. Adrian Fortescue, qui a copié le text (...)
  • 123 Hudson, « The legacy of Piers Plowman », art. cité, passim.
  • 124 J. M. Bowers, « Piers Plowman and the police : Notes towards a history of the Wycliffite Langland  (...)
  • 125 Cf. K. Kerby-Fulton, « Piers Plowman Scholarship : Some Recent Studies », Modern Language Review, (...)

40Cette utilisation du poème de Langland nous conduit au problème de son succès auprès des lecteurs radicaux après 1381, et en particulier auprès des lollards (mais encore au xvie siècle auprès des protestants119) d’autant que les révoltés de 1381 ont peut-être été influencés par Wyclif120. Langland, nous y reviendrons, n’était pas un lollard, même s’il partageait un certain nombre de leurs préoccupations mais son poème est suffisamment riche pour permettre diverses interprétations121. Il apparaît d’ailleurs aussi bien en compagnie d’œuvres lollardes (no 50) que d’œuvres anti-lollardes (nos 1, 24) et cela seul suffirait à prouver qu’il n’a pas forcément été perçu comme un radical122. Pourtant, cette dernière tendance a été importante. Plusieurs indices le montrent. Tout d’abord, il y a le simple fait que des lollards se sont parfois inspirés de Langland. On le voit à l’intérieur même du corpus avec Pierce the Ploughman’s Crede et dans une moindre mesure Mum and the Sothsegger. Par la suite, de très nombreux textes (lollards ou non) font allusion à Piers Plowman, sans d’ailleurs toujours témoigner d’une bonne connaissance du texte original123. Mais les indices fournis par les manuscrits sur l’existence d’une audience lollarde sont ténus. Dans un article se proposant de réexaminer les rapports entre Langland, Wyclif et les lollards, John Bowers a recensé pour un certain nombre de manuscrits plusieurs caractéristiques qui pourraient conduire à penser qu’ils sont passés entre les mains de lecteurs lollards124. Mais ses interprétations sont très contestées125. Il est finalement très difficile de dire quelle a été la proportion de l’audience lollarde, même si elle a très certainement existé.

  • 126 J. Mann, « The Power of the Alphabet : A Reassessment of the Relation between the A and the B Vers (...)
  • 127 Cf. D. Benson, « Another Fine Manuscript Mess : Authors, Editors and Readers of Piers Plowman », d (...)
  • 128 R. Hanna, « On the Versions of Piers Plowman », dans Pursuing History, op. cit., p. 203-243, p.237

41Durant les précédentes considérations, les manuscrits de Piers ont été envisagés de manière globale. Mais on peut se demander si les différentes versions du poème ont eu des audiences spécifiques, d’autant que les différences entre versions sont importantes. C’est sur la version A que les controverses sont les plus grandes. Nous avons vu que les copies de cette version étaient surtout placées à la périphérie des aires de diffusion des poèmes et qu’en outre, elles étaient souvent plus tardives et sur papier. Cela, entre autres éléments, a conduit Jill Mann à émettre l’hypothèse que cette version était en fait postérieure à la version B et qu’elle avait été diffusée par Langland pour une audience spécifiquement laïque et moins cultivée126. Cette hypothèse a été presque unanimement critiquée, mais elle a eu le mérite de soulever la question de cette audience spécifique et de la maîtrise par l’auteur de la circulation de son texte127. Selon Ralph Hanna, la version A n’a pas été diffusée par Langland lui-même, mais par sa coterie, telle que nous l’avons défini plus haut : « On pourrait envisager A comme un texte tiré d’une esquisse possédée par un membre de cette coterie, à la fois cosmopolite et provinciale (un positionnement social faisant tout à fait écho à l’assise des deux premières visions de A), et rendu disponible pour des collègues moins bien placés. »128 Cette hypothèse expliquerait la diffusion périphérique (en temps et en espace) de cette version. Sur les autres versions, les controverses, mais aussi les interprétations, sont moins nombreuses. Les divers auteurs sont globalement en accord sur le fait que la version B a été plus métropolitaine que la version C, mais pour le reste, il n’y a sans doute pas eu de différence fondamentale.

  • 129 Cela est bien mis en valeur lorsqu’on parcourt les fiches concernant Chaucer dans la base de donné (...)

42Tous ces éléments suggèrent que l’audience de Piers Plowman a été beaucoup plus large – socialement et pas seulement numériquement – que celle des autres poèmes. En cela, elle se rapprocherait de l’audience des Canterbury Tales de Chaucer, bien mieux connue, et plus large encore129. Si une base commune existe, celle des clercs et des laïcs impliqués dans l’administration du pays, plusieurs indices suggèrent que des couches moins aisées et moins reconnues socialement ont été en contact avec le poème, bien qu’il soit impossible de préciser de quelle manière. En revanche, il n’y a que très peu d’éléments sur la présence précoce d’une audience composée de marchands. Cette absence d’indices ne signifie pas que cette audience n’a pas existé, mais qu’elle a peut-être été moins importante que les autres (et/ou plus tardive).

43L’étude des différents contextes des poèmes – au sens le plus large du terme – indique qu’il est essentiel de se pencher sur toutes les composantes d’une production textuelle, intellectuelles autant que matérielles. En effet, nous sommes en présence de textes écrits en anglais, langue qui tend alors à s’imposer pour de nombreuses raisons convergentes d’ordre politique, social et culturel, lesquelles permettent en partie d’expliquer le choix des poètes mais aussi de voir en quoi ces choix sont significatifs. De même, l’utilisation par ces derniers d’une forme poétique et de genres littéraires précis révèle des orientations idéologiques. L’étude de la manière dont ces différents éléments sont perçus par les poètes, surtout lorsqu’ils sont associés à des discours particuliers (comme les sermons) et l’analyse des thèmes constituent un moyen pour replacer ces textes dans une production globale et pour envisager la manière dont cette production est transformée. Mais ce dernier phénomène ne peut se comprendre que dans la mesure où les poèmes sont également des textes lus (ou entendus). En effet, l’analyse de la diffusion des poèmes a permis de définir que les poètes s’adressaient à des individus généralement intégrés à la société politique anglaise, qui se souciaient non seulement du monde qui les entourait mais aussi (surtout ?) du salut de leur âme. Dans ce cadre, il faut tenter de comprendre comment les poèmes ont constitué des réponses à des valeurs communes mais aussi comment ils ont interrogé ces valeurs et ont contribué – à leur échelle – à leur évolution.

Notes

1 A. Middleton, « The Audience and Public of Piers Plowman », dans Middle English Alliterative Pœtry, op. cit., p. 101-123, p. 101-102.

2 Jauss, Pour une esthétique de la réception, op. cit., p. 49 : « L’analyse de l’expérience littéraire du lecteur échappera au psychologisme dont elle est menacée si, pour décrire la réception de l’œuvre et l’effet produit par celle-ci, elle reconstitue l’horizon d’attente de son premier public, c’est-à-dire le système de références objectivement formulable qui, pour chaque œuvre au moment de l’histoire où elle apparaît, résulte de trois facteurs principaux : l’expérience préalable que le public a du genre dont elle relève, la forme et la thématique d’œuvres antérieures dont elle présuppose la connaissance, et l’opposition entre langage poétique et langage pratique, imaginaire et réalité quotidienne... »

3 Cf. E. Ornato et alii, La face cachée du livre médiéval. L’histoire du livre vu par Ezio Ornato, ses amis et ses collègues, Rome, 1997.

4 J. Coleman, Public Reading and the Reading Public in Late Medieval England and France, Cambridge, 1996, p. 228. Voir aussi les travaux de Brian Stock sur les communautés textuelles, et plus généralement, sur la place de l’oral dans la tradition écrite (The Implications of Literacy, Princeton, 1983).

5 Parmi une bibliographie abondante, voir par exemple le recueil New Directions in Later Medieval Manuscripts Studies (York, 2000) qu’il a dirigé.

6 M. C. Uhart, « The Early Reception of Piers Plowman », Doctoral Dissertation, University of Leicester, 1988.

7 Ibid., p. 20.

8 Kathryn Kerby-Fulton les définit ainsi : Professional readers are those whose job it was to make decisions about the copying, illustration, editing, correcting and annotating of a text on behalf of the medieval reader or consumer (K. Kerby-Fulton et D. Despres, Iconography and the Professional Reader : The Politics of Book Production in the Douce Piers Plowman, Minneapolis, 1998, p. 2-3). Sur le manuscrit Douce 104, voir ci-dessous, p. 58.

9 La liste est donnée en annexe (p. 430-431), mais les données détaillées par manuscrit sont présentées sur internet sous forme de base de données xml (http://lamop.univ-parisi.fr/lamop/LAMOP/Angleterre/index/htm). Nous avons sélectionné celles qui nous paraissaient importantes pour notre propos, ne prétendant pas à une étude codicologique exhaustive, souvent effectuée, et qui dépasse nos compétences. Par commodité, les manuscrits sont numérotés. Par ailleurs, nous ne reprenons ici, faute de place, que les conclusions de l’étude que nous avions effectuée pour notre travail de doctorat. Nous nous permettons d’y renvoyer.

10 Cf. C. A. Owen, The Manuscripts of the Canterbury Tales, Cambridge, 1991.

11 Cf. R. E. Lewis, A. McIntosh, A descriptive guide to the manuscripts of the Prick of Conscience, Oxford, 1982.

12 Nous avons suivi les chronologies données par les éditeurs de l’édition Athlone, ainsi que celle de Ralph Hanna dans sa présentation de William Langland (op. cit., passim), qui est parfois un peu différente.

13 À quelques exceptions près : le Douce 104(no 40) daté de 1427 et le Digby 145 (no 51) daté de 1531-1532.

14 Cette chronologie implique donc que Ton n’étudie pas seulement le public contemporain de l’œuvre, mais aussi le public postérieur.

15 Cf. Kerby-Fulton, « Piers Plowman », art. cité, p. 517.

16 The Vision of Pierce Plowman, éd. R. Crowley, Londres, 1550 (STC 19906, 19907, 19907a).

17 Ezio Ornato la définit comme « un certain nombre de cahiers écrits constituant un ensemble homogène » (« La production livresque au Moyen Âge : Problèmes et méthodes d’évaluation », dans La face cachée du livre médiéval, op. cit., p. 163-177, p. 167).

18 Ces chiffres prennent en compte les manuscrits où la version A est suivie de la version C.

19 Cf. R. J. Lyall, « Materials : The paper revolution », dans Book Production and Publishing in Britain, 1375-1475, éd.). Griffiths et D. Pearsall, Cambridge, 1989, p. 11-30.

20 Pour une approche générale sur cette question, voir K. Scott, « Design, Decoration and Illustration », dans Book Production and Publishing, op. cit., p. 31-64.

21 Cf Uhart, « The Early Reception », op. cit., p. 29-39.

22 Cf. A. McIntosh, M. L. Samuels et M. Benskin, A Linguistic Atlas of Late Middle English, 4 vol., Aberdeen, 1986. C’est l’élément principal de ce projet, mais il y a aussi beaucoup d’articles et de recherches non publiées.

23 M. L. Samuels, « Dialect and Grammar », dans A Companion to Piers Plowman, éd. J. Alford, Berkeley, 1988, p. 201-222. Tous les dialectes des manuscrits n’ont pas été identifiés.

24 Cf. Hanna, William Langland, op. cit., passim.

25 Cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 171.

26 D’autant qu’il est possible que certaines maisons religieuses aient en fait eu recours à des scribes professionnels.

27 Cf. Μ. B. Parkes, « Lire, écrire, interpréter le texte. Pratiques monastiques dans le haut Moyen Âge », dans Histoire de la lecture dans le monde occidental, éd. G. Cavallo et R. Chartier, 19971, 2001, Paris, p. 115-130.

28 Cf. C. P. Christianson, « Evidence for the study of London’s late Medieval Manuscript-book trade », dans Book Production and Publishing, op. cit., p. 87-108, p. 96.

29 J. H. Fisher, « Piers Plowman and the Chancery Tradition », dans Medieval English Studies presented to George Kane, éd. E. D. Kennedy, R. Waldron et J. S. Wittig, Woodbridge, 1988, p. 267-278, p. 273. Cette presence de traits administratifs dans de nombreux manuscrits témoignerait d’une standardisation de l’écriture au xve siècle.

30 K. Kerby-Fulton, « Professional Readers of Langland at Home and Abroad : New Directions in the Political and Bureaucratic Codicology of Piers Plowman », dans New Directions in later medieval manuscripts, op. cit., p. 103-129.

31 Kerby-Fulton et Despres, Iconography and the Professional Reader, op. cit., passim.

32 Mais les manuscrits produits dans des scriptoria n’ont pas forcément été à destination des moines.

33 Cf. Hanna, William Langland, op. cit., p. 34.

34 Cf. K. Kerby-Fulton et S. Justice, « Reformist Intellectual Culture in the English and Irish Civil Service in London and Dublin, 1380-1427 », Traditio, 53, 1998, p. 149-202, p. 188.

35 Cf. M. Connolly, John Shirley : Book Production and the noble household in fifteenth-century England, Aldershot, 1998.

36 Il est associé à un autre manuscrit, le Simeon, qui contient The Death of Edward III et qui a sans doute été produit dans les mêmes conditions.

37 Cf. A. I. Doyle, « The shaping of Vernon and Simeon Manuscripts », dans Chaucer and Middle English, Essays in honour of Rossell Hope Robbins, éd. B. Rowland, Londres, 1974, p. 328-341, p. 332.

38 Cf. The Vernon Manuscript : A Facsimile of Bodleian Library, Oxford MS English Pœt, a.1., éd. A. I. Doyle, Cambridge, 1987, p. 15. Norman Blake va dans le même sens (« Vernon Manuscript : Content and Organisation », dans Studies in the Vernon Manuscript, éd. D. Pearsall, Woodbridge, 1990, p. 45-60, p. 58).

39 Cf. J. Weldon, « Ordinatio and Genre in MS CCC 201 : A medieval reading of the B-text of Piers Plowman », Florilegium, 12,1993, p. 159-175.

40 Celles-ci sont évidemment dignes d’intérêt, mais ont été étudiées à plusieurs reprises : voir C. D. Benson et L. Stanfield, The manuscripts of Piers Plowman : the B Version, Cambridge, 1998 ; Uhart, « Early Reception », op. cit, passim ; G. Russell, « Some Early Responses to the C-Version of Piers Plowman », Viator, 15, 1984, p. 275-315 et « ‘As They Read It’ : Some Notes on Early Responses to the C-Version of Piers Plowman », Leeds Studies in English, n.s. 20, 1989, p. 173-189, ainsi que Kerby-Fulton et Despres, Iconography and the Professional Reader, op. cit., p. 68-91.

41 Benson et Stanfield, The manuscripts of Piers Plowman, op. cit., p. 10.

42 Cf. Uhart, « The Early reception », op. cit., p. 107.

43 Cf. K. Scott, « The Illustrations of the MS Douce 104 », dans Piers Plowman, A Facsimile of Bodleian Library, Oxford, MS Douce 104, éd. D. Pearsall et K. Scott, Cambridge, 1992, p. xxviii : The Douce images are, in fact, a type of visual interpretation that is rarely transmitted to the modern reader [... they] are an immediate contemporary responseto the text by the person who commissioned the manuscript and probably selected by the subjects for illustration ; they are also, to a certain extent, a reaction by the artist to the text, but probably through a screen of transmitted instructions.

44 Selon Kathryn Kerby-Fulton, le scribe et l’illustrateur sont dans ce cas une seule et même personne (Iconography and the Professional Reader, op. cit., p. xiv-xv).

45 Cf. Scott, « The Illustrations », op. cit., p. xxxii.

46 Kerby-Fulton et Despres, Iconography and the Professional Reader, op. cit., chap. 1 et 2. Pour une critique de cette position, voir R. Hanna, « Piers Plowman and the Radically Chic », Yearbook of Langland Studies, 13, 1999, p. 179-192.

47 Cf. M. Vaughan, « The Ending(s) of Piers Plowman A », dans Suche Werkis to Werche. Essays on Piers Plowman in Honor of David C. Fowler, éd. M. F. Vaughan, East Lansing, 1993, p. 211-242, notamment p. 225.

48 Cf. A. Middleton, « Making a Good End : John Butas a Reader of Piers Plowman », dans Medieval English Studies presented to George Kane, op. cit., p. 243-266.

49 Cf. Hanna, Pursuing History, Middle English Manuscripts and their Texts, Stanford, 1996, p. 24.

50 Plusieurs œuvres du même genre peuvent se trouver dans un manuscrit.

51 Ces compilations sont des commonplace books, qui ont constitué un phénomène important dans la production manuscrite anglaise (cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 321-333).

52 Ce sont les manuscrits nos 8, 10, 12, 16, 22, 23, 26, 27, 32, 33, 34, 35, 37, 40, 42, 46, 48, 49, 50 et 51).

53 Cf. A. Crépin et H. Taurinya Dauby, Histoire de la littérature anglaise au Moyen Âge, Paris, 1993, p. 95 : « Un romance [...] est un récit, le plus souvent en vers, dont les héros et héroïnes appartiennent à la plus haute noblesse des chevaliers et des princesses. Ils font preuve de leurs qualités en surmontant de nombreuses infortunes... » André Crépin a donné à ce mot le genre masculin pour le distinguer des romances sentimentales.

54 Manual, vol. 1, p. 160.

55 Il y a aussi une vie en prose d’Alexandre dans le manuscrit no 46.

56 Manual, vol. 1, p. 68.

57 Manual, vol. 2, p. 391.

58 Cf. The Idea of Vernacular, op. cit., p. 241.

59 Manual, vol. 7, p. 2341.

60 Manual, vol. 3, p. 740. Il se retrouve également dans le Vernon (no 4).

61 Manual, vol. 9, p. 3060.

62 Manual, vol. 7, p. 2255.

63 Manual, vol. 7, p. 2350.

64 The Brut, or the Chronicles of England, éd. F. W. Brie, Londres, 1908 ; Manual, vol. 8, p. 2629-2637.

65 Cf. J. A. W. Bennett, The Rediscovery of Sir John Mandeville, New York, 1954 ; pour une édition de la version anglaise, voir The Travels of Sir John Mandeville, éd. M. G. Seymour, Londres, 1981 ; pour une édition de la version française (insulaire) facilement accessible, voir Jean de Mandeville, Voyage autour de la terre, éd. C. Deluz, Paris, 1993.

66 Sir John Fortescue, On the Laws and Governance of England, éd. et trad. S. Lockwood, Cambridge, 1997. C’est le manuscrit copié par un neveu de Fortescue.

67 Manual, vol. 9, p. 2968.

68 Walter Map, De Nugis Curialium, éd. M. R. James, Oxford, 1914 et traduction du même, Londres, 1923 ; Nigel De Longchamps, Speculum Stultorum, éd. J. H. Mozley et R. R. Raymo, Berkeley-Los Angeles, 1960.

69 Selon de nombreux textes, l’Angleterre aurait été fondée par un Troyen, Brut ou Brutus, d’où le nom de Brut donné à de nombreuses chroniques.

70 Ces deux poèmes sont édités dans Political Pœms and Songs, éd. T. Wright, Roll Series, 2 vol., Londres, 1859, respectivement vol. 1, p. 26-40 et vol. 2, p. 114-118.

71 Blake, « Vernon Manuscript : Content and Organisation », art. cité, passim.

72 Middleton, « The audience and public of Piers Plowman », art. cité, passim.

73 Ibid., p. 106 : [...] the sense of the history in the ‘Liber Glastoniensis’ coheres not around chivalry as such, or the traditional ‘matters’ of romance, but around the establishment of the faith in temporal power, and its manifold consequences.

74 Manual, vol. 3, p. 691. Ce texte se retrouve également dans le Vernon, ainsi que dans des manuscrits d’autres poèmes de notre corpus, le Bodley 1486, l’Auchinleck et le Simeon.

75 Manual, vol. 2., p. 388. On les retrouve également dans le Vernon et dans l’Auchinleck.

76 Voir ci-dessus, chapitre I, p. 42.

77 Manual, vol. 10, p. 3611-3640.

78 Cf. A. Galloway, « Piers Plowman and the Schools », Yearbook of Langland Studies, 6, 1992, p. 89-107. Sur les textes scientifiques, voir L. Voigts, « Multitudes of Middle English Medical Manuscripts, or the Englishing of Science and Medicine », dans Manuscripts Sources of Medieval Medicine, éd. M. Schleissner, New York, 1985, p. 183-195.

79 Seul The Simonie subsiste dans trois manuscrits.

80 Parmi celles-ci se trouve le Simeon, associé au Vernon.

81 Cf. Studies in the Harley Manuscript. The Scribes, Contents and Social Contexts of British Library MS Harley 2253, éd. S. Fein, Kalamazoo, 2000.

82 Cf. Turville-Petre, England the Nation, op. cit., p. 199-200 : The saints’ lines, sober are Latin, the works of religious guidance and the information for pilgrims are Latin and French, the ribald narratives of the fabliaux are French, the love-lyrics are English. Topics shared by French are devotional, historical and satiric.

83 C. Revard, « Scribe and Provenance », dans Studies in the Harley Manuscript, op. cit., p. 21-110.

84 An Anonymous Short English Metrical Chronicle, éd. E. Zettl, Londres, 1935 (EETS, o.s., 196).

85 Cf. T. A. Shonk, « A Study of the Auchinleck Manuscript : Bookmen and Bookmaking in the Early Fourteenth Century », Speculum, 60,1985, p. 71-91.

86 Ibid. ; voir aussi R. Hanna, « Reconsidering the Auchinleck Manuscript », dans New Directions in Later Medieval Manuscript Studies, op. cit., p. 91-102. Pour ce dernier, l’Auchinleck aurait peut-être été produit par des scribes spécialisés dans le domaine juridique.

87 The Auchinleck Manuscript, éd. D. Pearsall et I. Cunningham, Londres, 1977, p. 8.

88 Cf. Turville-Petre, England the Nation, op. cit., p. 136.

89 Cf. G. R. Keiser, « Lincoln Cathedral Library MS 91 : Life and Milieu of the Scribe », Studies in Bibliography, 32, 1979, p. 158-179 ; Id., « More Light on the Life and Milieu of Robert Thornton », Studies in Bibliography, 36, 1983, p. 111-119 ; J. Thompson, Robert Thornton and the London Thornton Manuscript, BL MS Additional 31042, Cambridge, 1987.

90 Cf. D. S. Brewer et A. E. B. Owen, The Thornton Manuscript, Lincoln Cathedral MS 91, Londres, 1975.

91 Cf. J. Boffey, J. Thompson, « Anthologies and miscellanies : production and choice of texts », dans Book, production and publishing, op. cit., p. 279-317, p. 298.

92 Manual, vol. 7, p. 2261.

93 Mais la période 1450-1600 est pour le moment sous-représentée.

94 Pour la constitution des différents champs, voir Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 261-306.

95 Ce champ comprend aussi bien les textes bibliques que les missels, bréviaires... et les textes dévotionnels.

96 Cf. T. Bestul, Satire and allegory in Wynnere and Wastoure, Lincoln, 1974, p. 106. Thorlac Turville-Petre s’oppose à cette hypothèse (The Alliterative Revival, op. cit., p. 40-47).

97 Cf. Coss, « Aspects of Cultural diffusion in Medieval England », art. cité, passim. Il soutient cependant l’hypothèse d’une audience formée essentiellement de membres de la gentry.

98 Cf. Watson, « The Politics of Middle English Writings », art. cité, p. 348. Selon lui, Langland était, au début du xve siècle, plus populaire que Chaucer.

99 Cf. J. Burrow, « The audience of Piers Plowman », Anglia, 75, 1957, p. 373-384 ; Middleton, « The Audience and Public of Piers Plowman », art. cité, passim.

100 Cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 335-338.

101 Cf. Middleton, « The Audience and Public of Piers Ploivman », art. cité, p. 104 : The audience of Piers Plowman is best characterized neither by regional peculiarities nor by ‘estate’ as such, but by a common social location, and range of activities and interests. Whether laymen or ecclesiastics, their customary activities involve them in counsel, policy, education, administration, pastoral cares – in those tasks and offices where spiritual and temporal governance meet.

102 Kerby-Fulton et Justice, « Reformist Intellectual Culture », art. cité, passim, et « Langlandian Reading Circles and the Civil service in London and Dublin, 1380-1427 », New Medieval Literatures, 1, 1997, p. 59-83. Pour les définitions de Paul Strohm, voir « Chaucer’s Fifteenth Century Audience and the Narrowing of the ‘Chaucer Tradition’ », Studies in the Age of Chaucer, 4, 1982, p. 3-32.

103 Cet argument est cependant à nuancer, dans la mesure où il faut tenir compte de l’étalement chronologique des copies.

104 Cf. A. I. Doyle et Μ. B. Parues, « The Production of Copies of the Canterbury Tales and the Confessio Amantis in the Early Fifteenth Century », dans Medieval Scribes, Manuscripts and Libraries : Essays presented to N. R. Ker, éd. Μ. B. Parkes et A. G. Watson, Londres, 1978, p. 163-210.

105 Cf. P. Strohm, « Chaucer’s Audience(s) », Chaucer Review, 18, 1983, p. 137-164, p. 143 : Chaucer’s primary audience consisted of a group of persons in and about the civil service of Richard II – knights, esquires and clercks, in situations like his oum or just to one side or the other on the social scale.

106 Kerby-Fulton et Justice, « Langlandian Reading Circles », art. cité, p. 81 ; Ferster, Fictions of Advice, op. cit, p. 55-66.

107 Cf. E. W. Tristram, « Piers Plowman in English medieval wall painting », Burlington Magazine, 31, 1917 et du même auteur English medieval Wall Paintings : The Fourteenth Century, Londres, 1955 ; Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 23.

108 Cf. Barron, « William Langland, a London Pœt », art. cité, p. 99.

109 Cf. R. Davies, « The Life, Travels and Library of an Early Reader of Piers Plowman », Yearbook of Langland Studies, 13, 1999, p. 49-64.

110 Ibid., p. 62 : As we ponder the paradoxes and incongruities of Walter’s life – the well trained and well-read cleric who spent his life in the service of earls and of Mammon (or Waster) but who also thumbed the pages of Piers of an evening – we may be reminded that the readers of the fourteenth century were complex, multifaceted and contradictory characters, as are all audiences.

111 Hanna, William Langland, op. cit., p. 35.

112 Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 22.

113 Cf R. A. Wood, « A Fourteenth century London owner of Piers Plowman », Medium Aevum, 53, 1983, p. 83-90.

114 Barron, « William Langland, A London Pœt », art. cité, p. 99.

115 Cf. S. Justice, Writing and Rebellion, England in 1381, Berkeley, 1994.

116 Sur les meneurs de la révolte, voir The English Rising of 1381, op. cit., notamment p. 9-42, 84-111 et 194-212.

117 Justice, Writing and Rebellion, op. cit., p. 102-139.

118 Ibid., p. 137-138.

119 L’éditeur du poème, au milieu du xvie siècle, Robert Crowley, était protestant (cf· A. Hudson, « The legacy of Piers Plowman », dans A companion to Piers Plowman, op. cit., p. 251-266).

120 Cf. M. Aston, « Corpus Christi and Corpus Regni : Heresy and the Peasants’ Revolt », Past and Present, 143, 1994, p. 3-47.

121 La question a d’autant plus intéressé les érudits qu’il est possible (et même probable) que Langland ait révisé son poème en réponse à la révolte : voir Kerby-Fulton, « Piers Ploioman », art. cité, p. 523-526 ; pour un point de vue différent, voir A. Hudson, « Piers Plowman and the Peasants Revolt, A Problem Revisited », Yearbook of Langland Studies, 8,1995, p. 85-106. Selon elle, c’est la version B qui constituerait une réponse à la révolte.

122 Même au xvie siècle, l’audience n’a pas été que protestante. Adrian Fortescue, qui a copié le texte, était catholique. Il a même été exécuté en 1539 à cause de cela (voir T. Turville-Petre, « Sir Adrian Fortescue and his Copy of Piers Ploumian », Yearbook of Langland Studies, 14, 2000, p. 29-48).

123 Hudson, « The legacy of Piers Plowman », art. cité, passim.

124 J. M. Bowers, « Piers Plowman and the police : Notes towards a history of the Wycliffite Langland », Yearbook of Langland Studies, 6,1992, p. 21.

125 Cf. K. Kerby-Fulton, « Piers Plowman Scholarship : Some Recent Studies », Modern Language Review, 91,1996, p. 691-696.

126 J. Mann, « The Power of the Alphabet : A Reassessment of the Relation between the A and the B Version of Piers Plowman », Yearbook οf Langland Studies, 8, 1995, p. 21-50.

127 Cf. D. Benson, « Another Fine Manuscript Mess : Authors, Editors and Readers of Piers Plowman », dans New Directions in later medieval manuscripts, op. cit., p. 15-28.

128 R. Hanna, « On the Versions of Piers Plowman », dans Pursuing History, op. cit., p. 203-243, p.237.

129 Cela est bien mis en valeur lorsqu’on parcourt les fiches concernant Chaucer dans la base de données sur les bibliothèques anglaises de Jean-Philippe Genet.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540