Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Première partie. Textes et contextes : dynamiques

Chapitre I. Allitérations anglaises

Texte intégral

1Dans un premier temps, il faut tenter d’élucider certains des choix des sans autant leurs motivations intimes : auteurs, pour prétendre expliquer celui d’une langue, celui de techniques et de genres littéraires, en les replaçant dans une production textuelle globale. Aucun texte – a fortiori aucun corpus de texte – ne peut en effet être envisagé en dehors de la production contemporaine.

Les enjeux du développement de l’anglais

  • 1 Cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 146-153.
  • 2 Voir S. Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge : le français en France et en Angleterre, Paris, (...)
  • 3 Cf. Clanchy, From Memory to written record, op. cit., p. 154.
  • 4 Ibid., p. 166-167. Cette situation peut être interprétée comme une des raisons pour lesquelles l’an (...)
  • 5 Cf. S. Irvine, « The Compilation and Use of Manuscripts Containing Old English in the Twelfth-Centu (...)
  • 6 Peterborough Chronicle, 1070-1154, éd. C. Clark, Oxford, 1957 ; The Owl and the Nightingale, éd. E. (...)
  • 7 Cf. T. Hahn, « Early Middle English », dans CHMEL, p. 61-91.

2Un des liens les plus évidents des poèmes avec les transformations du système de communication est le fait qu’ils soient écrits en anglais. Aux xive et xve siècles, l’anglais s’impose à la fois comme langue nationale et comme langue littéraire1. Cette chronologie, désormais bien établie, est assez tardive à cause de la concurrence du français2. Depuis la conquête normande de 1066, l’Angleterre était en effet dans une situation originale de trilinguisme, et non de bilinguisme. Plusieurs raisons peuvent être avancées, qui expliquent la « victoire » finale de l’anglais. La première et la plus évidente est que cette langue – sous plusieurs formes dialectales – a continué à être parlée à travers tout le pays, après la conquête normande3. En outre, la production écrite n’a jamais totalement cessé, même s’il est certain que, n’étant plus utilisé comme langue du gouvernement, l’anglais a subi une baisse de prestige, ainsi que des transformations dans le sens d’une diversification dialectale4. Des recherches récentes ont entrepris de réévaluer la place de l’anglais écrit au xiie siècle. Des études sur les manuscrits en vieil anglais de cette période montrent que la production a été continue, sinon conséquente5. Des œuvres nouvelles ont continué à être composées (en moyen anglais), bien qu’en petit nombre, tels que la chronique de Peterborough (1070-1154) ou le poème The Owl and the Nightingale (fin xiie-début xiiie)6. Au xiiie siècle, cette production s’accentue, même si elle est encore bien moins importante en volume que celle du xive siècle7. Il faut donc plutôt parler de féroce compétition plutôt que de disparition.

  • 8 Voir par exemple Rotuli Parliamentorum ; ut et petitiones et placita in Parliamento tempore Edwardi(...)
  • 9 Cf. J. Barnie, War in Medieval English society : Social values and the Hundred Years War, Londres, (...)
  • 10 Cf. Clanchy, From Memory to Written Record, op. cit., p. 161-163 ; Genet, La genèse de l’État moder (...)
  • 11 Th. Turville-Petre, England the Nation. Language, Literature, and National Identity, 1290-1340, Oxf (...)
  • 12 Robert Mannyng of Brunne : The Chronicle, éd. I. Sullens, Binghamton, New York, 1996.
  • 13 Watson, « The Politics of Middle English Writings », art. cité, p. 335.
  • 14 D. Moffat, « Sin, Conquest, Servitude : English Self-Image in the Chronicles of the Early Fourteent (...)

3En second lieu, certains privilégient une explication politique : la guerre de Cent Ans a sans doute fait beaucoup pour la progression de l’anglais. À plusieurs reprises, le roi comme certains membres du parlement ont évoqué la menace de l’invasion par les Français. Or, selon eux, une des conséquences certaines en aurait été la disparition de la langue anglaise elle-même8. Et de fait, il semble qu’à l’extrême fin du siècle, l’anglais soit de plus en plus couramment utilisé par ceux-là mêmes qui accordaient le plus de prestige au français, c’est-à-dire les classes supérieures de la société9. Parallèlement, l’anglais est de plus en plus employé dans l’administration, même si dans le domaine de la justice, le français continue de régner en maître10. Plus généralement, cet aspect soulève la question des liens entre langue et nation. Selon Thorlac Turville-Petre en effet, il y aurait, au tournant des xiiie et xive siècles, un lien fort entre l’affirmation de l’anglais et celui de la nation ou plutôt du nationalisme, au sens moderne du terme11. Cette thèse, qui soulève la question des thèmes entourant la notion de communauté anglaise, est cependant contestée. Selon Nicholas Watson, cette interprétation serait liée à une lecture trop littérale de textes comme la Chronique de Robert Mannyng (vers 1338)12, qui insistent sur l’oppression du peuple anglais par les Saxons puis les Normands, à une époque où la langue ne constituait plus vraiment un marqueur social13. Douglas Moffat est plus nuancé. Selon lui, l’opposition entre « Anglais » et « Français » serait aussi un moyen – même si c’est une représentation et non une réalité – de critiquer les couches sociales les plus privilégiées14. La question de la naissance de la nation et du nationalisme est donc ardue et dépasse le cadre de cette étude. Les propositions de Thorlac Turville-Petre semblent cependant par trop tranchées, en tout cas sur le fait que le choix de l’anglais soit un signe de nationalisme virulent dans la première moitié du xive siècle. Ses propres analyses sont d’ailleurs beaucoup plus nuancées que ne le laisse présager son propos initial.

  • 15 Cf. Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 20.

4Une autre explication est davantage liée aux évolutions sociales. L’extension de l’anglais est sans doute liée, au moins en partie, à la montée de catégories de la population – gentry, élites urbaines – au cours du xive siècle. Elles accordent une nette préférence à cette langue vernaculaire et sont de plus en plus lettrées. L’importance croissante de cette partie de la société est à la fois économique et politique. La constitution d’un corpus poétique en anglais pourrait être le reflet de cette importance, s’il s’avère bien qu’il lui était destiné15. Il nous faudra voir précisément en quoi la diffusion de nos textes, et en particulier Piers Plowman, reflète ce mouvement.

  • 16 Voir notamment L. E. Boyle, Pastoral Care, Clérical Education and Canon Law, 1200-1400, Londres, 19 (...)
  • 17 Watson, « The Politics of Middle English Writings », art. cité, p. 335.

5Plus récemment, le rôle de l’Église dans le processus de développement de l’anglais a été mis en avant, en particulier par Nicholas Watson. Celui-ci souligne les vifs efforts de la hiérarchie ecclésiastique anglaise, en particulier à la suite du concile de Latran IV de 121516, pour encourager un enseignement en anglais et la constitution d’un corpus de textes dans cette langue17. Cette volonté de la hiérarchie a selon lui rencontré celle d’auteurs, dont la plupart étaient bien sûr des clercs, intéressés par les potentialités de ce nouveau langage (écrit). En retour, ce dernier aurait eu un impact important sur leur vision du monde.

6Ces multiples facteurs ont tous participé au développement de l’anglais au cours du xive siècle et il nous faudra envisager la manière dont les textes de notre corpus les traduisent. Nous verrons en effet que, surtout pour Langland, écrire en anglais impliquait des enjeux fondamentaux. Dans ce cadre, l’utilisation d’une technique formelle spécifique – l’allitération – n’est pas innocente.

La poésie alliterative

In a somer seson, whan softe was the sonne,
I shoop me into shroudes as I a sheep were,
In habite as an heremite unholy of werkes,
Went wide in this world wondres to here.

Par un bel été, alors que le soleil était doux, je revêtis un habit en peau de mouton, l’habit d’un ermite, mais sans prétention à la sainteté, et je partis me promener à travers ce monde, à l’écoute de ses étranges et merveilleux événements.
Piers Plowman B, Prol., vers 1-4.

  • 18 Par exemple, dans son Cantum Amoris, qui constitue le chapitre 9 de son The Form of Living, traité (...)

7L’allitération, technique particulière utilisée dans ces quatre vers, est la caractéristique constitutive des poèmes du corpus défini dans cette étude. Il s’agit de la répétition des consonnes dans une suite de mots rapprochés (ici, ce sont les consonnes initiales des mots de chaque vers). La rime peut être utilisée, mais ce n’est pas systématique ; en fait, le vers allitératif non rimé est pratiquement la règle de la poésie alliterative du xive siècle. En outre, l’allitération peut être présente dans la prose, comme dans certains passages d’œuvres de Richard Rolle, auteur mystique de la première moitié du xive siècle18. L’utilisation de cette forme de composition soulève des problèmes sur le plan historique, d’autant plus épineux qu’elle est associée à la généralisation de l’anglais. Il faut donc tenter d’en appréhender les enjeux.

  • 19 Two of the Saxon Chronicles Parallel, éd. J. Earle, rév. C. Plummer, Oxford, 1892.
  • 20 La formule a été utilisée pour la première fois en 1913 ; cf. J. R. Hulbert, « A Hypothesis Concern (...)
  • 21 Cette datation a cependant été contestée par David Lawton. Selon lui, Wynnere and Wastoure a été in (...)

8Dans l’Angleterre médiévale, l’utilisation de l’allitération a été un phénomène important, et ce dès l’époque anglo-saxonne. Un grand nombre de textes en vieil anglais sont écrits en vers allitératifs, telle l’Anglo-Saxon Chronicle (xie siècle)19. Au xive siècle, l’allitération est à nouveau très utilisée, au point que les érudits anglais ont parlé d’alliterative revival – un renouveau allitératif20. Ce terme concerne un corpus de poèmes précis, pratiquement tous composés durant la seconde moitié du xive siècle et au début duXVe. Pour beaucoup, le poème Wynnere and Wastoure, daté généralement de 1352-1353, marque le début de ce renouveau21. Ces poèmes utilisent tous la même forme métrique, le vers allitératif non rimé long. La seule « vraie » poésie allitérative du xive siècle serait donc cet ensemble de poèmes. Pourtant, dans la première moitié du siècle, l’allitération est présente dans de nombreux poèmes, quoi que sous la forme d’un vers rimé court. Le plus souvent, ils ne sont considérés qu’en tant qu’influences possibles sur les poèmes plus tardifs et plus « achevés », et sont rarement étudiés pour eux-mêmes. Ce sont notamment les poèmes du MS Harley 2253 (manuscrit terminé avant 1340) et le poème On the evil times of Edouard II, appelé également The Simonie (vers 1330-1340), que nous avons retenus dans notre corpus. Nous verrons que cette vision de la poésie allitérative au xive siècle est discutable – et discutée. Cependant, il faut d’abord en esquisser les grands traits, dans la mesure où la plupart des poèmes de notre corpus ont été classés dans ce renouveau allitératif.

  • 22 D. Pearsall, Old English and Middle English Pœtry, Londres, 1977, p. 150-188.
  • 23 Sir Gawain and the Green Knight, éd. I. Gollancz, M. Day et M. S. Sergeantson, Londres, 1938.
  • 24 Sa définition est plus large que celle qui a été donnée par Helen Barr pour ce qu’plie considère co (...)
  • 25 G. Shepherd, « The Nature of Alliterative Pœtry in Medieval England », Publications of the British (...)
  • 26 Lawton, « The Unity of Middle English Alliterative Pœtry », art. cité, p. 92.
  • 27 Turville-Petre, The Alliterative Revival, op. cit., passim. Voir aussi Pearsall, « The Alliterative (...)

9Le contenu de cette poésie est diversifié. Derek Pearsall a divisé la poésie du renouveau en deux grandes parties22, avec d’une part les poèmes épiques ou historiques, considérés comme « classiques », dont l’exemple le plus célèbre est Sir Gawain and the Green knight23, et d’autre part le groupe de Piers Plowman ou encore la tradition de complainte, politique et didactique24. C’est ce groupe qui pour la plus grande part constitue notre corpus. Mais nombre des poèmes y appartenant ne peuvent être réduits à cette seule tradition, à commencer par le poème de Langland. Par ailleurs, les érudits anglais se sont généralement accordés sur une unité de la poésie allitérative de la seconde moitié du xive siècle, mais tous ne sont pas d’accord sur sa nature. Certains ont choisi une approche thématique, en insistant sur la fonction didactique de cette poésie25. David Lawton a par exemple mis l’accent sur l’influence fondamentale de Piers Plowman dans ce domaine26. D’autres, comme Thorlac Turville-Petre, ont une approche régionale et dialectale27. En effet, la majeure partie des poèmes du renouveau provient de la région des Midlands, surtout de l’ouest et du nord, comme les œuvres allitératives antérieures. Seul Piers Plowman dépasserait ce cadre, avec une audience qui atteint une ampleur nationale. Quant aux poèmes directement influencés par lui – Richard the Redeless, Mum and the Sothsegger... – ils sont sans doute originaires de la partie méridionale des Midlands. La difficulté de cette approche est qu’elle ne peut être très précise. Il est en effet souvent difficile de localiser les poèmes avec exactitude, dans la mesure où cela résulte pour une grande part de l’identification du dialecte du poème. Or, le dialecte du poète est souvent altéré par celui du scribe.

  • 28 Pearsall, « The Alliterative Revival : Origins and Social Background », art. cité, p. 42-44.
  • 29 Turville-Petre, The Alliterative Revival, op. cit., p. 17.
  • 30 Voir aussi E. Salter, « Alliterative Modes and Affiliations in the Fourteenth Century », Neuphilolo (...)

10Les origines de ce renouveau allitératif sont encore plus controversées. On s’est en effet beaucoup interrogé sur l’aspect abrupt de son apparition, et les hypothèses ont été nombreuses. La plus ancienne, celle qui argue d’une continuité à travers la transmission orale des poèmes en vieil anglais, est aujourd’hui largement abandonnée, faute de preuves tangibles. Au mieux est-elle considérée comme un des modes possibles de transmission28. L’hypothèse corollaire, selon laquelle il y aurait eu continuité, mais à travers des textes aujourd’hui perdus, est aussi battue en brèche. Selon Thorlac Turville-Petre, le renouveau serait issu d’un remodelage conscient d’une tradition29. Il soutient d’ailleurs que l’utilisation de l’allitération dans des poèmes du xive siècle (tels ceux du manuscrit Harley 2253), aussi bien que dans des ouvrages en prose, dévotionnels notamment, y compris en latin, est une étape importante vers la modification du style allitératif et l’apparition du renouveau30.

  • 31 Voir notamment N. F. Blake, « Middle English alliterative revivals », Review, 1, 1979, p. 205-214.
  • 32 R. Hanna, « Alliterative Pœtry », dans CHMEL, p. 488-512.
  • 33 Il cite en exemple des poèmes comme Sir Erkenumld, Death and Life, The Destruction of Troye.
  • 34 Sur ce point, voir également Ian Doyle, « The manuscripts », dans Middle English Alliterative Pœtry (...)
  • 35 Hanna, « Alliterative Pœtry », art. cité, p. 499.
  • 36 Il est notable que ces deux exemples se retrouvent en compagnie de Piers Plowman dans les manuscrit (...)

11Ces dernières années cependant, la théorie même du renouveau allitératif a fait l’objet de plusieurs critiques31. La plus systématique d’entre elles est le fait de Ralph Hanna32. Pour lui, cette théorie est liée à une idéologie valorisant les œuvres littéraires « significatives », au point qu’elles deviennent une norme. En premier lieu, il récuse la problématique de l’origine du renouveau et préfère considérer la totalité des vers allitératifs, courts ou longs, rimés ou non. Cela permet d’inclure toutes les formes de poésie allitérative, dont celles qui précèdent 1350, dans une étude globale, au lieu de les considérer comme des précurseurs moins intéressants. En second lieu, il note que les datations des poèmes du renouveau sont très problématiques et que certains textes pourraient aussi bien avoir été écrits dans la première moitié du xve siècle, ce qui irait contre la cohérence d’un corpus centré sur la seconde moitié du xive siècle33. En troisième lieu, il récuse la régionalisation de cette poésie, non sur le plan de la provenance, mais sur celui de la production des copies et du contenu. Il constate que de nombreuses copies de textes allitératifs ont été produites à Londres34 et que beaucoup de manuscrits contenant de la poésie allitérative ont un contenu relativement hétérogène. Enfin, il revient sur la position centrale de Langland, en la considérant surtout comme un symptôme. Il insiste sur ce qu’il appelle « l’appropriation vernaculaire de l’érudition »35 et relit les poèmes allitératifs (tardifs) à cette aune en citant des textes ayant des sources latines très sophistiquées, telles que les romances d’Alexandre ou The Siege of Jerusalem36. Le fait que les poètes adoptent souvent une « posture d’ignorance » et utilisent la forme allitérative, constituerait une stratégie d’appropriation de leurs sources.

  • 37 Cf. Watson, « Censorship and Cultural Change », art. cité, passim.

12Il y a ici, nous semble-t-il, un lien intéressant avec les hypothèses de Nicholas Watson sur l’utilisation idéologique consciente de l’anglais par nombre d’auteurs37. En relation avec cet aspect didactique, nous pouvons ajouter que les poètes ont sans doute utilisé cette technique, au moins en partie, parce qu’elle facilitait la mémorisation des œuvres (ce qui explique son succès dans un système de communication encore en grande partie oral). Ainsi, la combinaison de l’usage d’une langue et d’une forme poétique donnée apparaît-elle loin d’être innocente : elle révèle des enjeux fondamentaux pour les transformations du système de communication, enjeux qui apparaissent directement dans le contenu des textes. Plus généralement, pour aller dans le sens de Ralph Hanna, la poésie allitérative ne peut être isolée du reste de la production littéraire.

De quelques genres littéraires

  • 38 Ces compilations permettent de se faire une idée des goûts des lecteurs, mais cet aspect particulie (...)
  • 39 Sur la complexité de cette notion, voir J.-M. Schaeffer, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, (...)

13Les poèmes de notre corpus ne peuvent être envisagés comme des entités séparées de la production écrite du xive siècle. Il suffit de parcourir le contenu des manuscrits, qui étaient souvent des anthologies, pour s’apercevoir que les poèmes allitératifs étaient associés à d’autres œuvres, et pas seulement poétiques38. Il ne s’agit pas d’établir une comparaison exhaustive mais de mettre en relief quelques directions suggestives, en dehors même de la question du contenu thématique (évidemment importante). La notion de genre littéraire s’avère un biais intéressant pour mieux comprendre le positionnement de nos textes dans une production globale39. Mais elle doit être maniée avec une grande précaution, car elle soulève la question épineuse de la classification des textes, très problématique dans la période qui nous occupe. Cela est lié en grande partie au fait que, si une œuvre peut (parfois) être classée globalement dans un genre, les poètes combinent très souvent les genres littéraires et parfois les détournent, tout comme ils le font avec d’autres formes de discours. Nous reviendrons largement sur ce point.

14Nous nous pencherons successivement sur les genres de la protestation, lui-même englobant, puis sur la littérature du rêve et de la vision, ainsi que celle du débat, et enfin, sur les sermons. Les exemples envisagés seront empruntés à la littérature en langue anglaise, sauf exception éventuelle. Il faut cependant rappeler que les littératures en français et en latin constituent un pan encore très important de la production du xive siècle, et que leur influence sur les œuvres en anglais est loin d’être négligeable. En outre, la plupart des genres littéraires transcendent les divisions linguistiques.

La poésie de protestation sociale

  • 40 Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 60.
  • 41 A Manual of the Writings in Middle English 1050-1500, éd. A. Hartung et J. Servers, 10 vol., Connec (...)

15Les poèmes de notre corpus ont été définis comme faisant partie d’un corpus plus vaste, la littérature de protestation sociale. Janet Coleman en a résumé les principales caractéristiques : « La poésie de la seconde moitié du xive siècle [...] unit un malaise social et religieux, qui indique combien les effets des structures changeantes de la société ont influencé les idéaux religieux et les attitudes envers la hiérarchie féodale séculière et le gouvernement local et national. »40 Cette définition, relativement vague, constitue un point de départ qu’il convient de dépasser. La dénonciation des abus de la société occupe une grande place dans les poèmes, mais les derniers textes de la période révèlent, derrière ces critiques, la présence de principes cohérents, ce qui constitue un élément d’évolution majeur. On peut évidemment s’interroger sur le fait de savoir si cette littérature constitue un genre littéraire en soi. Les choix de Rossell Robbins pour son chapitre du tome 5 du Manual of the Writings in Middle English, intitulé Poems on contemporary conditions, montrent à quel point ce découpage peut être délicat, car certains poèmes sélectionnés dans ce chapitre prêtent à discussion41. Cependant, plusieurs traits communs méritent d’être soulignés.

  • 42 Sur cette notion, voir Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 263.
  • 43 J.-P. Genet, « La formation du genre des miroirs des princes en Occident », dans Religion et mental (...)
  • 44 Genet, « L’auteur politique », art. cité, p. 554.
  • 45 Cf. C. F. Briggs, Giles of Rome’s De Regimine Principum. Reading and Writing Politics at Court and (...)
  • 46 Secretum secretorum : Nine English versions, éd. Μ. A. Manzalaoui, Londres, 1977 (Early English Tex (...)
  • 47 Voir ci-dessous, chapitre II, p. 62.
  • 48 Cf. J. Ferster, Fictions of Advice : The Literature and Politics of Counsel in Late Medieval Englan (...)
  • 49 Cf. J.-P. Genet, « De Richard II à Richard III : le conseil », dans « À l’ombre du pouvoir ». Les e (...)
  • 50 Cf. Blanchard et Mühlethaler, Écriture et Pouvoir, op. cit., passim.

16Tout d’abord, c’est peut-être un des seuls types de littérature politique anglaise au xive siècle42. Par cette expression, nous entendons les œuvres portant exclusivement ou en partie sur des questions politiques. Le genre le plus répandu en est alors le miroir au prince qui, d’après Jean-Philippe Genet, s’applique « à des textes qui présentent soit le portrait du prince idéal, soit une série de conseils pour bien gouverner adressés au prince, entendons par ce dernier terme les gouvernants »43. C’est une littérature essentiellement latine. Au départ, il nous avait paru important de sonder les productions de ce type écrites au xive siècle, afin de mettre en évidence d’éventuelles connexions entre celles-ci et les poèmes de mon corpus. Or, il y a très peu de miroirs originaux en anglais durant cette période. En outre, lorsqu’ils existent, ils sont peu diffusés44. Cela ne signifie pas qu’il n’y ait pas de littérature politique autre que poétique à cette époque en Angleterre, mais celle-ci est surtout en latin et n’est pas très récente. Le texte le plus diffusé est le De Regimine Principum de Gilles de Rome, mais sa traduction anglaise, effectuée par John Trevisa, ne subsiste que dans un manuscrit45. Il y a également le Secretum Secretorum, œuvre d’origine arabe attribuée à Aristote, puisque le sujet en est l’éducation d’Alexandre, qui subsiste dans un grand nombre de manuscrits, en latin, en français et en anglais. Mais il est difficile d’établir des connexions exactes, d’autant que les versions anglaises datent toutes du xve siècle46. En outre, on ne trouve pas beaucoup d’associations entre traités et poèmes dans les manuscrits47. Cependant, plusieurs œuvres poétiques anglaises peuvent être rapprochées des miroirs au prince, par exemple le livre VII de la Confessio Amantis de John Gower, le Tale of Melibee de Chaucer48, et surtout le Regement of Prince de Thomas Hoccleve, qui est une adaptation du miroir de Gilles de Rome49. Des nuances doivent donc être faites, même s’il n’y a pas de mouvement comparable à celui qui existe en France à la même époque, avec les productions de Philippe de Mézières ou Christine de Pizan50.

  • 51 Les différences pourraient aussi être géographiques, étant donné que la littérature non allitérativ (...)
  • 52 Twenty-Six Political and Other Pœms (Digby 102), éd. J. Kail, Londres, 1904 (EETS, o.s., 124).
  • 53 Manual, vol. 5, p. 1516-1536.
  • 54 Le contexte de cette critique est hautement politique, lié aux prophéties faites sur Richard II apr (...)
  • 55 Par exemple la prophétie de Conscience, aux vers 284-330 du passus III ou celle de Clergie, aux ver (...)
  • 56 Voir R. Mohl, The Three Estates in Medieval and Renaissance Literature, Londres, 1933 ; et pour la (...)
  • 57 J. Mann, Chaucer and medieval estates satire, Cambridge, 1973, p. 3.
  • 58 Cf. D. Pearsall, « The Timeliness of The Simonie », dans Individuality and Achievment in Middle Eng (...)

17La littérature de protestation sociale comprend de nombreux poèmes non allitératifs. Les exemples de thèmes communs et d’expressions similaires sont nombreux et il semble que les différences se situent bien plus dans la forme que dans la nature de la poésie51. Les poèmes politiques du manuscrit Digby 102 (fin xive-début xve siècle) en fournissent une bonne illustration, d’autant qu’ils sont précédés par une version C de Piers Plowman52. On y retrouve une grande partie des thèmes qui apparaissent dans les analyses des poèmes du corpus. Nombre d’auteurs avaient des inquiétudes communes sur l’état de la société, même s’ils les ont exprimées sous des formes différentes. Plus précisément, deux types de textes poétiques et politiques peuvent être rattachés à la littérature de protestation, dont certains motifs apparaissent dans les poèmes de notre corpus. Les prophéties politiques étaient très courantes au xive siècle53, en latin et en anglais. Elles utilisaient des méthodes diverses (prognostications, symbolisme animal...) et étaient probablement très populaires, dans la mesure où elles ont été interdites au début du xve siècle. L’auteur de Mum les critique aux vers 1723-173354, mais Piers Plowman comprend plusieurs prophéties, dont certaines peuvent être qualifiées de politiques55. Certains propriétaires de manuscrits ne s’y sont d’ailleurs pas trompés. Ces prophéties permettent de révéler des vérités (cachées), sous couvert d’une autorité supérieure. Enfin, la littérature des états était plus populaire encore, tant en Angleterre qu’en France56. Jill Mann a l’amplement étudié, en rapport avec les Canterbury Tales de Chaucer. Sa définition est précise : « Premièrement, une énumération des “états” ou classes sociales et occupationnelles, dont l’objectif semble être un état complet. Deuxièmement, une complainte sur les défauts des états ; chacun échoue dans ses devoirs envers les autres. Troisièmement, la philosophie de l’ordonnance divine des trois états principaux, la dépendance de l’État vis-à-vis des trois, et la nécessité d’être satisfait de sa propre position. Et finalement, une tentative pour trouver des solutions, religieuses ou politiques, à la défection des états. »57 Ces différents aspects de la littérature des états ainsi envisagée se retrouvent à l’œuvre à des degrés différents dans quelques poèmes de notre corpus (The Simonie en est considéré comme un des plus fidèles représentants58) et nous y reviendrons dans la deuxième partie de cette étude, en nous interrogeant sur l’utilisation qu’en font les poètes.

Dream-visions et débats

  • 59 Chaucer, pour ne citer que lui, s’en est amplement servi, dans ses premières œuvres en particulier (...)
  • 60 Pour la France, on peut citer, parmi d’autres exemples, le Songe du Vergier (éd. M. Schnerb-Lièvre, (...)
  • 61 Cf. J.-C. Schmitt, « Le sujet du rêve », dans Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’an (...)
  • 62 A. C. Spearing, Medieval Dream-Pœtry, Cambridge, 1976, p. 4-5. Voir aussi D. Aers, Community, Gende (...)
  • 63 Blanchard et Mühlethaler, Écriture et pouvoir, op. cit., p. 42.
  • 64 Macrobe, Commentaire sur le Songe de Scipion, éd. et trad. M. Armisen-Marchetti, Paris, 2001. Selon (...)
  • 65 Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 162 et suivantes.
  • 66 Spearing, Medieval Dream-Pœtry, op. cit., p. 8 et suivantes.
  • 67 À ce sujet, on ne peut que recommander l’article de Jacques Le Goff, qui donne des pistes stimulant (...)

18Le rêve et la vision ont connu un succès considérable dans la littérature anglaise de notre période59, et plus généralement dans la littérature occidentale60. Cela peut être relié au fait que le rêve, à partir du xiie siècle, joue un rôle important dans le développement de la subjectivité individuelle61. Dans notre corpus, les rêves sont constitutifs de plusieurs poèmes : Wynnere and Wastoure, Piers Plowman, Mum and the Sothsegger et The Crowned Kyng. Ils peuvent constituer la structure même du poème, ou n’en former qu’un passage, comme dans Mum and the Sothsegger. Selon Andrew Spearing, l’emploi du rêve ou de la vision, surtout chez Chaucer et Langland, reflète la conscience qu’ont les poètes de leur propre création poétique62. En effet, l’utilisation du rêve permet au poète une liberté plus importante que dans un cadre narratif réaliste, ainsi que l’expression indirecte de certains sentiments. C’est aussi un bon artifice pour faire intervenir des personnages allégoriques et autres créations merveilleuses. Surtout, le cadre du rêve permet une justification plus grande sur le plan du contenu, en offrant « au poète l’avantage de ne pas pouvoir être tenu pour responsable du message politique révélé au sein de la vision »63. Cela repose sur la dimension visionnaire parfois accordée au rêve, ce qui a été théorisé par Macrobe, auteur de la fin de l’Antiquité bien connu au Moyen Âge64. Certaines protestations de Langland sur le fait qu’il ne peut interpréter ses visions, par exemple aux vers 209-210 du prologue, après l’exposition de la fable des rats et des souris, vont dans ce sens. Janet Coleman va plus loin en proposant une explication en partie sociale à l’utilisation du rêve. Celle-ci relèverait d’une sorte de sentiment d’infériorité du poète s’adressant à une audience socialement supérieure à lui65. Quoi qu’il en soit, les rêves permettent de donner aux poèmes une dimension didactique, voire prophétique, et surtout la justifient66. Dans ce dessein, beaucoup de poètes remontent à la source, les rêves et les visions de la Bible, et surtout de l’Ancien Testament67. Au passus VII de Piers Plowman, Langland évoque par exemple les problèmes de l’interprétation des rêves en faisant référence à ceux de Nabuchodonosor et de Joseph (vers 149-167). Le rêve permet donc à la fois au poète d’affirmer sa dimension subjective et personnelle, en même temps que de se justifier et de renforcer le poids didactique de son œuvre.

  • 68 Manual, vol. 3.

19Cette dimension didactique se retrouve dans les débats, fréquents dans toute la poésie anglaise et souvent associés à l’utilisation des rêves. Dans ce cas, ils mettent souvent en scène des personnages allégoriques. Dans notre corpus, cette association structure Wynnere and Wastoure, Mum and the Sothsegger et Piers Plowman. Plus généralement, il existe de nombreux débats en anglais de nature purement didactique68. Là encore, il faudra s’interroger sur l’utilisation qu’en font les poètes, que ce soit Langland ou l’auteur de Wynnere and Wastoure, dans la mesure où elle ne relève pas forcément de l’application d’une simple convention.

  • 69 Cette comparaison a été effectuée par Dorothy Owen pour Langland et certains poèmes français dans s (...)
  • 70 Les trois poèmes ont été édités par J. J. Stürzinger, Londres, 3 vol., 1893,1895, 1897.
  • 71 L’ABC of the Virgin de Chaucer provient du Pèlerinage de la Vie Humaine, la Complaint of the Virgin(...)
  • 72 Burrow, Langland’s Fictions, op. cit., p. 113-114.

20Ces différents genres sont fréquents dans la littérature française de l’époque, et il serait intéressant d’effectuer une comparaison approfondie, d’autant qu’une partie au moins de la littérature française était connue en Angleterre, du fait de l’utilisation encore importante du français69. Un exemple en est constitué par les trois pèlerinages de Guillaume de Digulleville (un cistercien actif dans la première moitié du xive siècle), Pèlerinage de la Vie humaine, Pèlerinage de l’Âme et Pèlerinage de Jésus-Christ70. Ces œuvres ont connu une importante diffusion en Angleterre, et une partie a été traduite en anglais71. Langland en aurait eu connaissance au point de s’en inspirer pour son poème. Selon John Burrow, le poète anglais aurait en particulier repris à Digulleville des éléments pour la mise en scène du Christ72. Ces rapprochements sont intéressants dans l’optique d’une étude de la circulation des textes entre la France et l’Angleterre.

  • 73 D’autres axes d’approche sont possibles, comme l’allégorie, élément fondamental de la littérature m (...)

21De nombreux genres ou thèmes poétiques apparaissent donc dans les poèmes de notre corpus, intégrés dans des structures plus larges73. Cela est flagrant chez Langland, mais ce phénomène est à l’œuvre ailleurs, dans Wynnere and Wastoure ou dans Mum and the Sothsegger, qui allient la vision et le débat. Si l’aspect esthétique est important, nous verrons au chapitre neuf que très souvent, les poètes – surtout Langland – ne se sont pas contentés d’employer ces genres pour leur popularité ou leur intérêt didactique (ou autre), mais les ont manipulés. Nous devrons nous demander dans quelle mesure cela constitue une réponse historique à des problèmes soulevés par les auteurs vis-à-vis de leurs lecteurs.

Les sermons

  • 74 G. R. Owst, Literature and pulpit in medieval England, Cambridge, 19331, 1961.
  • 75 G. R. Owst, Preaching in medieval England, Cambridge, 19261, 1965, p. 295.
  • 76 Par exemple lorsqu’il s’exclame à la page 219 de Literature and pulpit : [...] we may look forward (...)
  • 77 Voir notamment H. L. Spencer, English Preaching in the Late Middle Ages, Oxford, 1993.

22Gerald Owst, dans deux études pionnières sur la prédication à la fin du Moyen Âge en Angleterre, a affirmé la dette immense des poètes de complaintes envers les sermons, en particulier ceux du manuscrit Harley 2253 et The Simonie74. Les auteurs de ces œuvres n’auraient fait que répéter les idées mises en place par les prédicateurs des xiiie et xive siècles, en particulier les frères des ordres mendiants. Il a également souligné les ressemblances dans le style et la construction. Finalement, il tente de démontrer que Piers Plowman « ne représente à peu près rien d’autre que la quintessence de la prédication médiévale anglaise rassemblée dans une seule pièce métrique d’un charme et d’une vivacité inhabituels »75. Cette affirmation a par la suite été critiquée, et il est vrai qu’à la lecture des ouvrages de Gerald Owst, on peut noter quelques exagérations76. Néanmoins, sa contribution à la compréhension des sermons de la fin du Moyen Âge anglais a été importante, même si cette dernière est aujourd’hui renouvelée77. Par ailleurs, il a eu le mérite de poser la question des relations entre la littérature et les sermons, qui ne vont pas sans difficultés.

  • 78 Mirk’s Festial.·A Collection of Homilies by Johannes Mirkus (John Mirk), éd. T. Erbe, Londres, 1905 (...)
  • 79 A. Hudson et P. Gradon, English Wycliffite Sermons, 4 vol., Oxford, 1983-1996.
  • 80 The Idea of Vernacular, op. cit., p. 125-130.
  • 81 Ibid., p. 195-200.
  • 82 Voir par exemple les collections des évêques Thomas Brinton The Sermons of Thomas Brinton, Bishop o (...)
  • 83 Fasciculum Morum, éd. S. Wenzel, Cambridge, 1989 ; du même, Verses in Sermons. “Fasciculus Morum” a (...)

23Les sermons forment par définition une tradition orale, mais nous n’en avons connaissance que par ceux – écrits – qui ont survécu. Nous ne pouvons être entièrement sûrs qu’ils aient été prononcés. Le fait qu’ils subsistent presque tous sous forme de collections peut inciter à penser qu’ils sont surtout utilisés comme modèles. Par ailleurs, ces écrits sont parfois très proches d’autres types littéraires comme la littérature pénitentielle ou les commentaires bibliques et il n’est pas toujours évident d’effectuer les distinctions. La difficulté est encore plus grande dès lors que l’on se tourne vers les sermons en anglais. Il en reste quelques collections, surtout pour la fin de la période. On peut citer le Festfal de John Mirk daté des années 1380, les sermons qui proviennent du manuscrit Royal 18 B xxiii, ou la collection intitulée Jacob’s Well78. Il nous reste également des sermons wycliffites et lollards79. Plus précoce est la Northern Homily Collection (qui date de la fin du xiiie siècle, mais qui apparaît dans plusieurs manuscrits aux xive et xve siècles)80. Enfin, le South English Legendary, contemporain, ne constitue pas à proprement parler un cycle de sermons, mais un ensemble de vies de saints, source importante pour la prédication81. Ces deux cycles se retrouvent dans des manuscrits contenant des poèmes du corpus (dans le manuscrit Vernon par exemple). Ce sont autant des œuvres poétiques que des outils d’instruction. Hormis ces collections anglaises, certains sermons écrits en latin ont été peut-être dits en anglais82. De toute façon, ils semblent avoir eu une influence importante sur les premières. Enfin, tout au long de la période, des vers en anglais apparaissent dans des textes en latin dans des proportions non négligeables. C’est le cas par exemple du Fasciculum Morum, étudié par Siegfried Wenzel83. Cela montre d’une autre manière l’importance didactique de la poésie.

  • 84 Cf. M. G. Briscœ, Artes praedicandi, Turnhout, 1992 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, (...)
  • 85 Cf. C. Brémond, J. Le Goff et J.-C. Schmitt, L’exemplum, Turnhout, 19962 (Typologie des sources du (...)
  • 86 John Bromyard, Summa praedicantium, Venise, 1586.
  • 87 Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 179.
  • 88 De manière générale, certains ont insisté sur la nature conservatrice des sermons : voir par exempl (...)

24Pour comprendre les sermons, on peut trouver des informations dans les artes praedicandi et les collections d’exempla. Les artes étaient des manuels destinés aux prédicateurs pour la composition de leurs sermons et ils comprenaient des conseils et de nombreux exemples84. Quant aux collections d’exempla, elles contenaient nombre de références, d’histoires, de fables de toutes sortes, sacrées ou profanes85. Elles étaient de plus en plus classées par ordre alphabétique. La plupart de ces ouvrages ont été écrits par les Franciscains et surtout les Dominicains, qui avaient une bonne expérience de cet art. Une collection connue pour l’Angleterre, et qui a été apparemment très utilisée, est la Summa Praedicantium du dominicain John Bromyard, datée des années 136086. Selon Janet Coleman, « de nombreux exempta des sermons contemporains et de la littérature peuvent également être trouvés dans Bromyard »87. Si cette affirmation est exacte, elle implique que beaucoup d’éléments utilisés par les auteurs appartenaient à une tradition d’éléments conventionnels, voire stéréotypés. Or, dans notre optique, cela s’avère d’une importance cruciale, puisqu’il faut justement faire la part des conventions, des idées originales, des contingences réelles et de la transformation de ces différents éléments88. Cette question ne se pose pas seulement pour les sermons, mais pour tous les types de discours, littéraires ou non, utilisés par les poètes. Elle est au cœur de notre problématique.

  • 89 Voir par exemple, M. Bloomfield, Piers Plowman as a Fourteenth-Century Apocalypse, New Brunswick, 1 (...)

25La rapide analyse que nous venons d’effectuer suggère plusieurs remarques. Les exemples évoqués soulignent d’abord les difficultés de classification d’une grande partie de la littérature médiévale. Or, ces difficultés s’avèrent bien réelles pour les poèmes de notre corpus, et en particulier pour Piers Plowman. Pour ce poème, tous les genres de l’époque ont été évoqués par les érudits, de la chanson d’aventure à l’apocalypse, en passant par le débat, la satire, la narration biblique ou encore le traité didactique89. Une approche classificatoire est utile pour l’inscription d’un texte au sein du fonctionnement global de la production textuelle ; mais il faut la dépasser. Ensuite, ces exemples mettent l’accent sur l’importance de l’aspect didactique des poèmes. Mais il faut garder à l’esprit que, si forte que soit cette dimension, les dimensions esthétique et humoristique ne doivent pas être négligées, d’autant qu’elles constituent aussi un facteur de rapprochement entre le poète, ce qu’il veut transmettre, et son lecteur.

Notes

1 Cf. Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 146-153.

2 Voir S. Lusignan, La langue des rois au Moyen Âge : le français en France et en Angleterre, Paris, 2004.

3 Cf. Clanchy, From Memory to written record, op. cit., p. 154.

4 Ibid., p. 166-167. Cette situation peut être interprétée comme une des raisons pour lesquelles l’anglais ne s’est imposé qu’assez tardivement. Selon Peter Coss, Anglo-Norman had one great advantage over its rival vernacular. It was non-dialectal and hence more generally intelligible. It became, therefore, the language of the common law and a language of administration (« Aspects of Cultural Diffusion in Medieval England, Past and Present », 108, 1985, p. 35-79, p. 50). Chaucer évoque ce problème de la diversité de l’anglais dans son Troilus and Chryseide (V1793-96), de même que John Trevisa dans sa traduction du Polychronicon (cf. L. Carruthers, L’anglais médieval, Paris, 1996, p. 166-169). Sur cette question, voir également The Idea of Vernacular, op. cit., p. 11-12.

5 Cf. S. Irvine, « The Compilation and Use of Manuscripts Containing Old English in the Twelfth-Century », dans Rewriting Old English in the twelfth century, éd. M. Swan et E. M. Threharne, Cambridge, 2000, p. 41-61.

6 Peterborough Chronicle, 1070-1154, éd. C. Clark, Oxford, 1957 ; The Owl and the Nightingale, éd. E. G. Stanley, Londres, 19601, 1972.

7 Cf. T. Hahn, « Early Middle English », dans CHMEL, p. 61-91.

8 Voir par exemple Rotuli Parliamentorum ; ut et petitiones et placita in Parliamento tempore Edwardi R.I, 1278-1503, éd. J. Strachey et alii, Londres, 1767-1777, vol. II, p. 158b (1346), p. 362b (1376). Ces sources seront désormais abrégées RP.

9 Cf. J. Barnie, War in Medieval English society : Social values and the Hundred Years War, Londres, 1974, p. 98-101. Michael Clanchy note que ces classes supérieures avaient souvent l’anglais pour langue maternelle (From Memory to Written Record, op. cit., p. 157 et suivantes).

10 Cf. Clanchy, From Memory to Written Record, op. cit., p. 161-163 ; Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 141-146. En 1362 cependant, une pétition des Commons demandait déjà que l’anglais soit utilisé dans les cours royales parce que le français « est trop desconu en le dit Roialme » (RP II, p. 273b). Cela fut accordé par le roi, mais l’anglais peina à s’imposer. Une véritable politique consciente en faveur de l’anglais ne semble envisagée qu’à partir du début du xve siècle, avec les Lancastriens (cf. J. H. Fisher, « A Language Policy for Lancastrian England », Publications of the Modem Language Association of America, 107,1992, p. 1168-1180 ; Watson, « The Politics of Middle English Writings », art. cité, p. 348).

11 Th. Turville-Petre, England the Nation. Language, Literature, and National Identity, 1290-1340, Oxford, 1996 (voir notamment l’introduction, p. v).

12 Robert Mannyng of Brunne : The Chronicle, éd. I. Sullens, Binghamton, New York, 1996.

13 Watson, « The Politics of Middle English Writings », art. cité, p. 335.

14 D. Moffat, « Sin, Conquest, Servitude : English Self-Image in the Chronicles of the Early Fourteenth Century », dans The Work of Work : Servitude, Slavery and Labor in Medieval England, éd. A. J. Frantzen et D. Moffat, Glascow, 1994, p. 146-168.

15 Cf. Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 20.

16 Voir notamment L. E. Boyle, Pastoral Care, Clérical Education and Canon Law, 1200-1400, Londres, 1981.

17 Watson, « The Politics of Middle English Writings », art. cité, p. 335.

18 Par exemple, dans son Cantum Amoris, qui constitue le chapitre 9 de son The Form of Living, traité en prose très populaire (English Writings of Richard Rolle, éd. H. E. Allen, Oxford, 1931).

19 Two of the Saxon Chronicles Parallel, éd. J. Earle, rév. C. Plummer, Oxford, 1892.

20 La formule a été utilisée pour la première fois en 1913 ; cf. J. R. Hulbert, « A Hypothesis Concerning the Alliterative Revival », Modern Philology, 28, 1931, p. 405-422.

21 Cette datation a cependant été contestée par David Lawton. Selon lui, Wynnere and Wastoure a été influencé par Piers Plowman et date donc d’après 1360 (« The Unity of Middle English Alliterative Pœtry », Speculum, 58,1983, p. 72-94).

22 D. Pearsall, Old English and Middle English Pœtry, Londres, 1977, p. 150-188.

23 Sir Gawain and the Green Knight, éd. I. Gollancz, M. Day et M. S. Sergeantson, Londres, 1938.

24 Sa définition est plus large que celle qui a été donnée par Helen Barr pour ce qu’plie considère comme la tradition de Piers Plowman. Il y ajoute des poèmes comme Death and Life.

25 G. Shepherd, « The Nature of Alliterative Pœtry in Medieval England », Publications of the British Academy, 41, 1970, p. 57-76.

26 Lawton, « The Unity of Middle English Alliterative Pœtry », art. cité, p. 92.

27 Turville-Petre, The Alliterative Revival, op. cit., passim. Voir aussi Pearsall, « The Alliterative Revival : Origins and Social Background », art. cité, passim.

28 Pearsall, « The Alliterative Revival : Origins and Social Background », art. cité, p. 42-44.

29 Turville-Petre, The Alliterative Revival, op. cit., p. 17.

30 Voir aussi E. Salter, « Alliterative Modes and Affiliations in the Fourteenth Century », Neuphilologische Mitteilungen, 79,1978, p. 29.

31 Voir notamment N. F. Blake, « Middle English alliterative revivals », Review, 1, 1979, p. 205-214.

32 R. Hanna, « Alliterative Pœtry », dans CHMEL, p. 488-512.

33 Il cite en exemple des poèmes comme Sir Erkenumld, Death and Life, The Destruction of Troye.

34 Sur ce point, voir également Ian Doyle, « The manuscripts », dans Middle English Alliterative Pœtry, op. cit, p. 88-100.

35 Hanna, « Alliterative Pœtry », art. cité, p. 499.

36 Il est notable que ces deux exemples se retrouvent en compagnie de Piers Plowman dans les manuscrits (voir ci-dessous, chapitre II, p. 61).

37 Cf. Watson, « Censorship and Cultural Change », art. cité, passim.

38 Ces compilations permettent de se faire une idée des goûts des lecteurs, mais cet aspect particulier sera étudié dans le chapitre suivant.

39 Sur la complexité de cette notion, voir J.-M. Schaeffer, Qu’est-ce qu’un genre littéraire ?, Paris, 1989.

40 Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 60.

41 A Manual of the Writings in Middle English 1050-1500, éd. A. Hartung et J. Servers, 10 vol., Connecticut, 1967-1998 (désormais abrégé Manual).

42 Sur cette notion, voir Genet, La genèse de l’État moderne, op. cit., p. 263.

43 J.-P. Genet, « La formation du genre des miroirs des princes en Occident », dans Religion et mentalités au Moyen Âge, Mélanges en l’honneur d’Hervé Martin, éd. S. Cassagnes-Brouquet, A. Chavou, D. Pichot et L. Rousselot, Rennes, 2003, p. 531-541, p. 531.

44 Genet, « L’auteur politique », art. cité, p. 554.

45 Cf. C. F. Briggs, Giles of Rome’s De Regimine Principum. Reading and Writing Politics at Court and University, c. 1275-c. 1525, Cambridge, 1999 ; The Governance of Kings and Princes, John Trevisa’s Middle English Translation of the De Regimine Principum of AEgidius Romanus, éd. D. C. Fowler, C. F. Briggs et P. G. Remley, New York, 1997.

46 Secretum secretorum : Nine English versions, éd. Μ. A. Manzalaoui, Londres, 1977 (Early English Texts Society, ordinary series, 276). Selon Andrew Galloway cependant, Langland aurait connu au moins la section rhétorique du Secretum en latin, et aurait réutilisé certaines de ses énigmes (« The Rhetoric of Riddling in Medieval England : the ‘Oxford’ Riddles, the Secretum Philosophorum and the Riddles in Piers Plowman », Speculum, 70, 1995, p. 68-105).

47 Voir ci-dessous, chapitre II, p. 62.

48 Cf. J. Ferster, Fictions of Advice : The Literature and Politics of Counsel in Late Medieval England, Philadelphie, 1996.

49 Cf. J.-P. Genet, « De Richard II à Richard III : le conseil », dans « À l’ombre du pouvoir ». Les entourages princiers au Moyen Âge, éd. A. Marchandisse et J.-L. Kupper, Genève, 2003, p. 177-202.

50 Cf. Blanchard et Mühlethaler, Écriture et Pouvoir, op. cit., passim.

51 Les différences pourraient aussi être géographiques, étant donné que la littérature non allitérative est en général plus méridionale que la littérature allitérative.

52 Twenty-Six Political and Other Pœms (Digby 102), éd. J. Kail, Londres, 1904 (EETS, o.s., 124).

53 Manual, vol. 5, p. 1516-1536.

54 Le contexte de cette critique est hautement politique, lié aux prophéties faites sur Richard II après sa mort.

55 Par exemple la prophétie de Conscience, aux vers 284-330 du passus III ou celle de Clergie, aux vers 314-25 du passus X, qui porte sur la dépossession de l’Église.

56 Voir R. Mohl, The Three Estates in Medieval and Renaissance Literature, Londres, 1933 ; et pour la France, J. Batany, Les origines et la formation du thème des “États du monde”, thèse d’État de l’Université Paris-Sorbonne, 1979. Celui-ci considère d’ailleurs davantage les états comme un thème littéraire que comme un genre (voir son introduction, p. 1-25).

57 J. Mann, Chaucer and medieval estates satire, Cambridge, 1973, p. 3.

58 Cf. D. Pearsall, « The Timeliness of The Simonie », dans Individuality and Achievment in Middle English Pœtry, éd. O. S. Pickering, Cambridge, 1997, p. 59-72.

59 Chaucer, pour ne citer que lui, s’en est amplement servi, dans ses premières œuvres en particulier The Book of the Duchess, The House of Fame, et Parliament of Fowles.

60 Pour la France, on peut citer, parmi d’autres exemples, le Songe du Vergier (éd. M. Schnerb-Lièvre, Paris, 1982) ou le Songe du Vieil Pelerin de Philippe de Mézières (éd. G. W. Coopland, Cambridge, 1969).

61 Cf. J.-C. Schmitt, « Le sujet du rêve », dans Le corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, 2001, p. 295-315, p. 315 : « Le rêve apparaît [...] pleinement comme un des grands moyens de définition et d’approfondissement du sujet, mais d’un sujet qui, jusque dans la littérature profane, demeure impensable hors de sa relation à la source du sens, à Dieu. »

62 A. C. Spearing, Medieval Dream-Pœtry, Cambridge, 1976, p. 4-5. Voir aussi D. Aers, Community, Gender and Individual Identity : English Writings, 1360-1430, Londres, 1988.

63 Blanchard et Mühlethaler, Écriture et pouvoir, op. cit., p. 42.

64 Macrobe, Commentaire sur le Songe de Scipion, éd. et trad. M. Armisen-Marchetti, Paris, 2001. Selon Alison Peden cependant, Macrobe n’était plus vraiment utilisé en Angleterre à la fin du Moyen Âge (« Macrobius and Medieval Dream Literature », Medium Aevum, 54,1985, p. 59-73).

65 Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 162 et suivantes.

66 Spearing, Medieval Dream-Pœtry, op. cit., p. 8 et suivantes.

67 À ce sujet, on ne peut que recommander l’article de Jacques Le Goff, qui donne des pistes stimulantes : « Le christianisme et les rêves (iie-viie siècles) », dans son ouvrage L’imaginaire médiéval, Paris, 1985, p. 265-316.

68 Manual, vol. 3.

69 Cette comparaison a été effectuée par Dorothy Owen pour Langland et certains poèmes français dans son ouvrage Piers Plowman : A Comparison with some Earlier and Contemporary French Allegories, Londres, 1912.

70 Les trois poèmes ont été édités par J. J. Stürzinger, Londres, 3 vol., 1893,1895, 1897.

71 L’ABC of the Virgin de Chaucer provient du Pèlerinage de la Vie Humaine, la Complaint of the Virgin d’Hoccleve du Pèlerinage de l’Âme. Les deux textes ont été traduits au début du xve siècle : The Pilgrimage of the Soul : A Critical Edition of the Middle English Dream Vision, éd. R. P. McGurr, New York-Londres, 1990 ; The Pilgrimage of the Lyfe of Manhode, éd. A. Henry, Londres, 1985-1988 (EETS, o.s., 288 et 292). Cf. J. Burrow, Langland’s Fictions, Oxford, 1993, p. 113-118.

72 Burrow, Langland’s Fictions, op. cit., p. 113-114.

73 D’autres axes d’approche sont possibles, comme l’allégorie, élément fondamental de la littérature médiévale. Voir par exemple A. Fletcher, Allegory : the Theory of a Symbolic Mode, Ithaca, 1964 ; R. W. Franck, « The Art of Reading Medieval Personification-Allegory », English Literary History, 20,1953, p. 237-250 ; D. AERS, Piers Plowman and Christian Allegory, Londres, 1975. Nous renvoyons également à notre article « Pratiques de l’allégorie dans la poésie anglaise du xive siècle », dans Allégorie des poètes, Allégorie des philosophes, éd G. Dahan et R. Goulet, Paris, 2005, p. 266-288.

74 G. R. Owst, Literature and pulpit in medieval England, Cambridge, 19331, 1961.

75 G. R. Owst, Preaching in medieval England, Cambridge, 19261, 1965, p. 295.

76 Par exemple lorsqu’il s’exclame à la page 219 de Literature and pulpit : [...] we may look forward with confidence to the day when every text-book in the land mill pay them their long-neglected due, hailing them as the fathers of vernacular satire, pioneers of popular freedom.

77 Voir notamment H. L. Spencer, English Preaching in the Late Middle Ages, Oxford, 1993.

78 Mirk’s Festial.·A Collection of Homilies by Johannes Mirkus (John Mirk), éd. T. Erbe, Londres, 1905 (EETS, extraordinary series, 96) ; Middle English Sermons, éd. W. O. Ross, Londres, 1940 (EETS, o.s., 209) ; Jacob’s Well, éd. A. Brandeis, Londres, 1900 (EETS, o.s., 115).

79 A. Hudson et P. Gradon, English Wycliffite Sermons, 4 vol., Oxford, 1983-1996.

80 The Idea of Vernacular, op. cit., p. 125-130.

81 Ibid., p. 195-200.

82 Voir par exemple les collections des évêques Thomas Brinton The Sermons of Thomas Brinton, Bishop of Rochester (1373-1389), éd. Μ. A. Devlin, Londres, 1954 (Camden Society Third Series, 85-86) ou Philip Repingdon. Sur ce dernier, voir la base de données en ligne de J.-P. Genet disponible sur le site du LAMOP (lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/lamopBD.htm).

83 Fasciculum Morum, éd. S. Wenzel, Cambridge, 1989 ; du même, Verses in Sermons. “Fasciculus Morum” and its Middle English Pœms, Cambridge, 1978.

84 Cf. M. G. Briscœ, Artes praedicandi, Turnhout, 1992 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 61). Les artes étaient très abondants au xive siècle en Angleterre, et certains dépassent les questions de compositions en donnant des conseils sur le comportement du prédicateur, comme le manuel du dominicain Thomas Waleys (p. 36-42). Cela permet un rapprochement avec le contenu des sermons et de la littérature moralisante.

85 Cf. C. Brémond, J. Le Goff et J.-C. Schmitt, L’exemplum, Turnhout, 19962 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, 40).

86 John Bromyard, Summa praedicantium, Venise, 1586.

87 Coleman, Medieval Readers and Writers, op. cit., p. 179.

88 De manière générale, certains ont insisté sur la nature conservatrice des sermons : voir par exemple Spencer, English Preaching in the late Middle Ages, op. cit., p. 91. Mais selon Patrick Horner, il faut prendre garde aux nuances présentes dans les sermons (« Preachers at St Paul’s Cross : Religion, Society and Politics in Late Medieval England », dans Medieval Sermons and Society :· Cloister, City, University, éd. J. Hamesse et alii, Louvain-la-Neuve, 1998, p. 261-282).

89 Voir par exemple, M. Bloomfield, Piers Plowman as a Fourteenth-Century Apocalypse, New Brunswick, 1962, p. 7-34 ; S. Justice, « The Genres of Piers Plowman », Viator, 19,1988, p. 291-306.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540