Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Première partie. Textes et contextes : dynamiques

Textes et contextes : dynamiques

Texte intégral

Now forto conseille the king vnknytte I a bagge
Where many a pryue poyse is preyntid withynne
Yn bokes unbredid in balade-wise made,
Of vice and of vertue fuille to the margyn.

Mais pour conseiller le roi, j’ai ouvert le
sac où sont écrits de nombreux vers secrets
dans des livres non scellés, à la manière des
ballades, pleins jusqu’aux marges des vices
et des vertus.
Mum and the Sothesegger, vers 1343-1346.

  • 1 Genet, « L’auteur politique. Le cas anglais », art. cité, p. 556.

1Par ces vers, le narrateur de Mum and the Sothsegger introduit la dernière de son un commentaire fondé sur un véritable cata partie poème, acerbe, logue de divers documents de la pratique (quittances, rôles...). Cette énumération nous conduit à apprécier la variété de la production textuelle du début du xve siècle, mais suggère également la dynamique de cette production au sein d’un système de communication en profonde transformation. D’une part, elle indique que les documents de la pratique peuvent être considérés par l’historien comme des formes de discours au même titre que des traités ou des textes littéraires1. D’autre part, elle nous apprend que dans l’esprit de ses contemporains, les barrières entre les différents types de documents n’étaient pas les nôtres. L’intégration des sources de la pratique au sein d’un cadre littéraire interne (les ballades du vers 1345) et externe (le poème lui-même), suggère que le poète a conscience des interactions existant entre ces différents types de productions écrites. Ce passage nous sensibilise donc au fait que nos textes poétiques s’inscrivent dans une évolution générale de la production textuelle. Il faut s’interroger sur la manière dont ils constituent des réponses à plusieurs niveaux, celui du contenu, mais aussi celui du processus de composition ; sur les réactions qu’ils suscitent ; enfin, sur la manière dont ces différents types de réponses influent les unes sur les autres.

  • 2 N. Watson, « The Politics of Middle English Writing », dans The Idea of Vernacular, An Anthology o (...)

2À cet égard, deux enjeux se révèlent cruciaux. Le premier est la relation de la composition de ces textes avec le développement de l’anglais. Quelles ont été les motivations qui ont présidé au choix de cette langue ? Des travaux récents, notamment ceux de Nicholas Watson, suggèrent que ce choix est fondamentalement idéologique2, mais cet aspect est à replacer dans une perspective plus générale, pour tenter d’appréhender les liens entre les circonstances de l’extension de l’anglais et le choix des poètes. Dans cette optique, l’utilisation d’une technique poétique précise, l’allitération, constitue un élément important de ce choix. Par ailleurs, l’utilisation de certains genres littéraires, tels que le débat, la dream-vision ou encore les sermons, apporte des éléments utiles dans le cadre de la production textuelle globale et non plus seulement en anglais.

  • 3 H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, trad. C. Maillard, Paris, 1978.

3Le second enjeu est l’ensemble des rapports entre les textes, leurs auteurs et leur audience. Le développement – dans la sphère de l’histoire littéraire – de différentes théories de la réception, notamment celle de Hans Jauss, a fait beaucoup pour mettre en lumière l’importance de cette relation3. Du point de vue de nombreux critiques littéraires, celle-ci est avant tout nécessaire pour comprendre le texte. Mais du point de vue de l’historien, elle doit aussi permettre de comprendre l’interaction entre ces trois pôles. En effet, il nous semble crucial d’essayer d’approcher – dans la mesure du possible – la manière dont les poètes réagissent à leur audience, en partie supposée mais liée au milieu dans lequel ils évoluent. Ce phénomène est aussi important que la façon dont cette audience réagit. Il s’agit bien d’une approche systémique. C’est pourquoi, il nous a paru nécessaire d’insister dans cette première partie sur les éléments relevant des différents contextes des poèmes. Si beaucoup d’entre eux sont déjà connus (ou tout au moins étudiés), ils sont très souvent dispersés et rarement mis en relation.

Notes

1 Genet, « L’auteur politique. Le cas anglais », art. cité, p. 556.

2 N. Watson, « The Politics of Middle English Writing », dans The Idea of Vernacular, An Anthology of Middle English Literary Theory, 1280-1520, éd. J. Wogan-Browne et alii, Exeter, 1999, p. 331-352 ; « Censorship and Cultural Change in Late Medieval England », Speculum, 70,1995, p. 822-864.

3 H. R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, trad. C. Maillard, Paris, 1978.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540