Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Autour de la commune : la fin des barricades ?

La lutte finale des barricades : spontanéité révolutionnaire et organisation militaire en mai 1871

Robert Tombs

Texte intégral

1Les Français avaient la barricade facile pendant le xixe siècle a constaté Eugen Weber. Cette facilité, marquée surtout chez les Parisiens, a été apprise probablement dans l’armée. En effet, l’emploi de barricades, presque inconnu à Paris au cours des années 1790, était une tactique couramment utilisée dans les combats urbains pendant les guerres napoléoniennes. Elle fut introduite à Paris en 1814, lors de la brève défense de la ville contre les Alliés, et devint, à partir de 1827, la manœuvre insurrectionnelle par excellence. La barricade demeure familière aux militaires : pendant la guerre de 1870, les deux armées ont construit des barricades à Morsbronn (où elles ont contribué au massacre des cuirassiers), à Bazeilles, à Châteaudun, et surtout à Paris. Durant le siège, Français et Allemands ont construit, défendu et attaqué des barricades de Bougival à Saint-Maur et du Bourget à Meudon.

  • 1 Hugo V., Les Misérables, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, vol. iii, p. 198-199.

2Son utilité militaire reconnue, la barricade possède aussi une puissance symbolique. Grâce à elle, la ville devient forteresse, et chaque rue une redoute. Elle est l’arme des désarmés, « le haillon d’un peuple », faite d’objets usuels : « cette porte ! cette grille ! cet auvent ! ce chambranle ! ce réchaud brisé ! cette marmite fêlée ! »1. La barricade rassure et protège, elle immobilise aussi : on n’y manœuvre pas, on y attend, on y reste, on y meurt. Elle ne symbolise donc pas seulement la force du peuple, mais aussi sa passivité, sa vulnérabilité, et sa défaite. Ainsi, un Meissonnier, un Daumier fixent l’image de la barricade jonchée de cadavres après la lutte.

  • 2 Journal Officiel de la Commune, le 22 mai 1871.

3En 1871, apparaissent très clairement ces deux sens de la barricade : le militaire et le populaire ; l’utilitaire et le symbolique ; l’organisé et le spontané. Considérons-les comme l’expression directe d’une ambiguïté fondamentale de l’insurrection communarde. Celle-ci commence par un mouvement spontané le 18 mars 1871, une journée de barricades ; mais bientôt la Commune essaie de créer une force militaire organisée, ce qui provoque des conflits aigus entre des soldats de métier ralliés à la révolution, tels que Cluseret, Rossel et Dombrowski et des révolutionnaires transformés en militaires, tels que Mégy, Eudes, Bergeret et finalement Delescluze. Ce conflit est résolu, au moins rhétoriquement, par ce dernier le 22 mai, lorsqu’il rejette le « militarisme », la stratégie, les « états-majors galonnés et dorés », et appelle à « la guerre révolutionnaire » sur le pavé, menée par des « combattants aux bras nus »2.

  • 3 VO (NC) 234.
  • 4 Service Historique de l’Armée de Terre [SHAT], série Ly carton 36 [Ly 36]

4Au moment où la proclamation de Delescluze paraît, la première phase de la lutte des barricades - celle des défenses préparées - est perdue, malgré des préparatifs laborieux. Le « deuxième rempart » (basé sur le remblai du chemin de fer de ceinture) a été renforcé par un système de barrières, palissades et obstacles. Seize « barricades blindées », commandées par Cluseret en avril, sont presque prêtes dans les usines. Le 19 mai, juste avant l’assaut versaillais, une troisième chaîne de barricades et de points forts est achevée entre La Muette et la Seine, ainsi qu’un système de grandes barricades plus en arrière autour des positions clés du Trocadéro et de l’Etoile3. Pour défendre ces nouvelles positions, des renforts ont été rassemblés : 4 000 hommes à La Muette ; plusieurs milliers au couvent de l’Assomption à Passy et au Trocadéro ; 4 000 en réserve au Champs-de-Mars4. Néanmoins, dans la nuit du 21 au 22 mai, des forces versaillaises peu nombreuses, avançant timidement et au hasard, parviennent à déborder toutes ces barricades si péniblement préparées, et à surprendre, endormis, les milliers de Fédérés réunis aux prix de tant de difficultés. Ceux-ci ignorent ce qui se passe à quelques centaines de mètres de leur position, et se rendent ou prennent la fuite presque sans coup férir.

  • 5 Ly 29, Delescluze au Comité de Salut Public, 20 mai. Sur le rôle de Delescluze voir Dessal M., Un (...)

5Le retard et l’inefficacité des préparatifs de défense provoquent des accusations d’incompétence ou de trahison. Il semble que les responsables ont peiné à recruter la main d’œuvre pour la construction des barricades. Il est aussi probable que les chefs politiques n’ont pas voulu reconnaître par des préparatifs trop voyants qu’une attaque sur Paris était imminente. La Commune et la presse communarde continuent donc à afficher leur optimisme. Bien que La Cécilia et Wroblewski demandent le 20 mai de se replier en-deça des remparts, Delescluze leur ordonne de tenir encore aux avant-postes. Il ignore officiellement les rapports de l’invasion versaillaise, mais il doit avouer secrètement la dure vérité : « Il est bien évident que si la position est ce qu’on me dit, elle n’est plus tenable, » écrit-il au Comité de Salut Publique le 20 mai. « Si les hommes venaient, si ceux qui venaient restaient, tout pourrait être sauvé [...] C’est désolant »5.

6Cette conviction, qu’un sursaut de détermination pourrait encore redresser une situation intenable selon les critères conventionnels, explique son appel à la guerre révolutionnaire, que beaucoup de Communards convaincus accueillent avec un certain soulagement. Cependant, tout ceux qui veulent continuer la lutte se trouvent déjà au sein de la Garde nationale : il n’y a pas d’autres combattants qui comptent. La bataille des rues, comme les combats dans la banlieue, sont soutenus par ses bataillons et compagnies.

7A l’arrivée des Versaillais dans Paris, des centaines des barricades sont construites. Un petit groupe, hommes, femmes, quelquefois enfants, s’affaire autour du tas de pavés, et souvent fait participer momentanément les passants - « Votre pavé, citoyen ». Les descriptions que nous possédons sont plutôt celles d’observateurs extérieurs à cette activité fébrile : des journalistes, anglais surtout ; quelques écrivains tel que Goncourt ; et des personnalités communardes comme Vallès. Le témoignage des participants - trop obscurs ou trop prudents pour laisser des mémoires, même quand ils ont survécu au massacre - est bien plus rare. Qui sont-ils ? A quelles motivations et à quelles prévisions obéissent-ils ? Que se passe-t-il autour de ces barricades lors de l’arrivée des Versaillais, quand les journalistes et les écrivains, et même les chefs communards, n’y sont plus ?

  • 6 Archives de Paris VO (NC) 234. Des listes détaillées couvrent les dix arrondissements extérieurs, (...)

8Commençons par les traces subsistant après les événements. Les services de la préfecture déblayent les barricades et refont les chaussées immédiatement ; ils dressent les listes des barricades démolies. Pour toute la ville, il y en a probablement 900, très inégalement distribuées6. Dans les quartiers rapidement occupés par la troupe, les 15e et 16e, on ne trouve que celles construites auparavant. Même à Montmartre - très mal préparé à la résistance - on n’en dénombre que 25, dont les seules considérables sont sur le boulevard ; la butte est presque sans défense. Dans les quartiers « bourgeois », existent celles construites d’avance, l’énorme rempart, souvent photographié, qui ferme la rue de Rivoli, et quelques-unes élevées par les Fédérés en retraite.

  • 7 Ibid.; voir aussi Forbes A., Memories and Studies of War and Peace, Londres, 1895, p. 144.

9C’est dans les quartiers ouvriers de la moitié est de Paris que foisonnent les barricades : 44 à La Chapelle, 45 dans le 14e arrondissement, 78 dans le 11e, 76 dans le 20’, 111 dans le 19e. Cependant, leur importance varie beaucoup. Certaines, construites pour commander les points stratégiques, forment de grands fortins en pavés, sacs de sable et gazon, avec fossés, embrasures, canons, mitrailleuses et même torpilles ; quand il faut se hâter, on emploie matelas, omnibus, fiacres, rouleaux de papier7. Dans les rues transversales se trouvent de petites murailles en pavés, la barricade classique, de légende. Parmi les 45 du 14e, seules 4 sont importantes, et des 41 petites en pavés, seules 30 sont assez hautes pour abriter des combattants. Parmi les 44 installées à La Chapelle, il n’y a que 2 grandes. Nous voyons ici encore les deux aspects de la lutte communarde, l’organisé et le spontané. Car les grandes barricades sont construites selon une stratégie, pour barrer les carrefours et balayer les approches. Au dire des Versaillais qui les attaquent, plusieurs sont placées de telle façon qu’elles se soutiennent mutuellement par des feux croisés. Il faut ici supposer un travail organisé par des groupes expérimentés, ayant autorité pour disposer de l’artillerie, capables de créer des systèmes défensifs à l’échelle de tout un quartier et même à celle d’une section de la ville. Le quartier du Temple, par exemple, est protégé par de grandes barricades fermant les accès du Boulevard de Sébastopol. Mais ceci n’est qu’un ouvrage avancé de la grande chaîne défensive allant de la place de la Bastille, le long du canal Saint-Martin, jusqu’à la place de la Rotonde. Un plan des barricades du 20e arrondissement montre que les 17 grands ouvrages forment les bastions d’un périmètre défensif ; les 59 petits remplissent les intervalles. Sur la rive gauche, la place d’Italie et le Panthéon forment les pôles de la défense. Ces plans stratégiques improvisés doivent quelquefois s’appuyer sur des souvenirs de juin 1848, quand on se battait sur la place d’Italie, à la Bastille, au Panthéon. Mais c’est la géographie qui l’emporte : les hauteurs, le fleuve, le canal, les espaces, les monuments, et les quartiers ouvriers. Haussmann l’a modifiée. Quelquefois ses grandes percées - la rue de Rivoli - doivent être bloquées pour empêcher les avances directes. Plus souvent, ses larges chaussées et ses places servent de glacis derrière lesquels les Fédérés placent leurs barricades : le boulevard de Sébastopol, la place du Château-d’Eau, le boulevard Richard-Lenoir et les boulevards extérieurs.

  • 8 Allemane J., Mémoires d’un communard, Paris, Maspero, 1981, p. 141.

10Dans chaque arrondissement, la défense locale est organisée par la mairie, dirigée par des membres de la Commune, et l’état-major de la légion. Le reliquat du conseil de la Commune, réuni à la mairie du 11e le 24 mai, quelques officiers de l’état-major et le Comité Central distribuent armes et munitions et essayent d’organiser une défense d’ensemble. Ils appellent les forces disponibles à se concentrer dans le 11e, ce qui a peut-être eu pour conséquence de diviser les forces fédérées et d’affaiblir la résistance ailleurs8. Des bataillons fédérés, et des compagnies isolées, agissent souvent de leur propre chef : de petits groupes viennent chercher des camarades ou leurs officiers à domicile, plus ou moins rudement, pour les amener aux barricades. Le tout forme un mélange immense et complexe d’improvisation et d’organisation, à l’image de l’ensemble de la défense de Paris.

  • 9 VO (NC) 234.

11Combien de personnes participent-elles à la construction des barricades ? Le nombre d’hommes employés à leur démolition, une tâche probablement aussi laborieuse, nous fournit une indication. Les 111 barricades du 19e - 19500 m2 de pavage - nécessitent 900 journées d’homme ; les 76 du 20e (15 500 m2), 800 journées d’homme9. Il faut en moyenne une dizaine d’ouvriers pour démolir (ou construire) une barricade en une journée. Donc, on peut évaluer à quelques centaines les barricadiers dans chaque arrondissement, quelques milliers dans toute la ville ; une compagnie ou même un bataillon pour les grandes barricades, une demi-douzaine de voisins pour les petits tas de pavés. Que font tous les autres ? Sans doute regardent-ils, portent-ils quelquefois des pavés, assez souvent disent « pas devant ma porte ! » - et puis ils s’en vont préparer un abri à la cave.

12Les Versaillais traversent Paris lentement, éliminant toute résistance. Gardant leurs forces concentrées, ils possèdent un avantage numérique souvent démesuré ; ils sont tellement nombreux qu’ils arrivent à obstruer les rues. Il existe peu de témoignages de Fédérés ordinaires sur les centaines d’escarmouches qui ont lieu, et nous devons essayer de reconstituer leur expérience à partir des sources versaillaises. Les soldats débordent les points forts pour éviter les attaques de front, occupent les bâtiments avoisinants afin de faire un feu plongeant sur les barricades ; ils tiraillent et canonnent longtemps à distance pour forcer les défenseurs à abandonner leurs barricades. Il faut imaginer des groupes de Fédérés - souvent une poignée, quelquefois plusieurs centaines - attendant derrière leurs barricades, sachant peu ou prou des positions ou du nombre des adversaires qui avancent ; puis recevant des obus et des balles des ennemis dont ils ne voient que la fumée. Des deux côtés on tire aussi à longue portée avec des pièces lourdes, les Versaillais de Montmartre et les Fédérés du Père Lachaise. Les Versaillais s’abritent, eux aussi, derrière les barricades qu’ils saisissent ou construisent. Les Fédérés réalisent que les soldats les contournent en perçant les murs mitoyens des bâtiments. Ils répondent quelquefois par l’incendie, comme dans la rue de Rivoli et la rue Vavin. Ou bien occupent, eux aussi, les maisons et font feu par les fenêtres.

13Nous avons vu que les Versaillais veulent éviter les attaques frontales en forçant les Fédérés à abandonner leurs barricades. La tactique réussit généralement, au moins dans les quartiers centraux. La 2e division du 5e corps d’armée prend 93 barricades pendant la semaine, de l’Etoile au boulevard Richard-Lenoir. Seules 10 sont fortement défendues, 41 abandonnées. Les 52 barricades défendues coûtent la vie à 35 soldats. Cette lutte est donc longue mais assez peu meurtrière, au moins pour les Versaillais. La prise des quelques 900 barricades dans toute la ville coûte à peu près 400 vies versaillaises, ce qui conforte l’expérience du 5e corps. Dans ce cas, nous pouvons estimer qu’une centaine de barricades sont fortement défendues. Les Fédérés rentrent souvent chez eux - quelquefois avec la connivence des Versaillais quand ils se rendent - et se débarrassent de l’uniforme, de l’arme et des cartouches, souvent jetés dans la rue ou dans un égout.

14Examinons plus attentivement cette fourmilière en prenant comme exemples deux des arrondissements les plus contrastés : le 2e et le 13e, le plus riche et le plus pauvre. Le 21 mai, la plupart des compagnies de guerre de la 2e légion sont dans les tranchées de la banlieue sud ou à Passy, où beaucoup d’hommes sont faits prisonniers. Dans l’arrondissement il reste principalement des sédentaires. L’état-major de la légion, toujours très circonspect, disparaît. Le 22 mai au matin, quelques sédentaires du 148e bataillon construisent une barricade en sacs de terre et en pavés dans la Rue des Petits-Carreaux, malgré les protestations des voisins et des quelques hommes du 10e bataillon, une unité « bourgeoise » du quartier. Huit hommes seulement restent pour défendre la barricade : il est significatif que ce soient les cadres de la 9e compagnie (les trois officiers, les deux sous-officiers, le délégué) et deux gardes. Le soir du 23 mai, le membre de la Commune, Eugène Pottier, ordonne au commandant Saindo, du 92e bataillon, de rassembler ses hommes. A contrecœur il va rejoindre une vingtaine des sédentaires qui ont construit une barricade dans la rue Saint-Denis, au coin du passage du Caire. Une quarantaine d’hommes du même bataillon en construisent une autre à quelques mètres de là, au coin de la rue Thévenot. Une douzaine d’autres sont construites dans l’arrondissement, toutes dans le quartier Bonne-Nouvelle, le plus populaire. Ces préparatifs sont terminés bien avant l’arrivée des Versaillais - 25 000 hommes en tout - en fin d’après-midi le 24.

  • 10 Li 116, rapports de la 2e division du 5 » corps d’armée ; SHAT 5e Conseil de Guerre, dossier 205 [ (...)

15En attaquant de fortes positions près de la Porte Saint-Denis, les forces Versaillaises occupent la partie nord du quartier Bonne-Nouvelle. Les défenseurs de la barricade Thévenot tiraillent toute la journée. Saindo se rend sur cette barricade pour parlementer avec l’armée, mais quelques hommes refusent de se rendre et il rentre chez lui. D’autres défenseurs se retirent aussi, souvent pour rejoindre leurs voisins ou leur famille, cachés dans les caves, ou bien pour rallier d’autres positions fédérées plus à l’est. Pendant la nuit les combats cessent. Vers 7 h 30 le 25, quelques compagnies versaillaises progressent dans la rue Thévenot, dont les défenseurs semblent avoir incendié le dépôt du marchand de vin. La panique gagne alors les voisins qui commencent à empiler leurs meubles dans la rue. Bien avant midi la troupe a occupé tout l’arrondissement et envahi le quartier du Temple : peu de barricades sont défendues. Les petites, placées au hasard dans les rues transversales (là où on s’était battu en 1851), sont presque toutes abandonnées. Comme toujours, les Versaillais s’infiltrent par les ruelles et montent dans les étages supérieurs des maisons. Un commerçant, Paul du Boys, voit vingt militaires monter au 5e de son immeuble de la rue Saint-Denis pour tirer sur une barricade rue Réaumur ; les Fédérés ripostent, sa boutique reçoit une cinquantaine de balles et un obus dans l’escalier qui arrache toutes les portes. Il arrive à protéger son appartement en bouchant les fenêtres avec des matelas et un poêle, pendant que sa famille cherche refuge à la cave. Il y a peu de dégâts dans le quartier : des fenêtres brisées, un cabaret incendié, peu de morts ou de prisonniers, pas de massacres. Le 181e bataillon, plus prudent que le 92e, s’est déjà désarmé et son armurier a pu rendre ses fusils à la troupe. Les Versaillais traversent le quartier vers les points plus chauds. Combien d’hommes défendent l’arrondissement ? Peut-être une centaine sur les 2 500 qui ont voté pour la Commune10.

16Les Fédérés de la 13e légion se trouvent aussi en grande partie hors de leur arrondissement, le 21 mai, dans les forts et les tranchées de la banlieue sud, sous le commandement du général Wroblewski. Ils y restent jusqu’au 25 mai, car les officiers en conseil de guerre (parmi eux le chef de légion Sérizier, et le commissaire civil Léo Meilliet, membre de la Commune pour le 13e) décident de rester sur place malgré un ordre du ministère de la guerre de rentrer à Paris. Mais le 25 au matin les hommes exigent de partir et les bataillons rallient le 13e en masse. La défense du quartier prend donc un aspect organisé. Les avenues qui mènent aux portes d’Italie et de Choisy sont barricadées ; le commandant du 176e bataillon, encore aux avant-postes, avait déjà fait construire des barricades en cas de nécessité au prix de 59,69 F l’unité. Le quartier général de la légion est sis à la manufacture des Gobelins, défendue par des barricades et finalement incendiée. Un groupe important de Fédérés est posté sur la place d’Italie ; plusieurs bataillons préparent une sorte de redoute place Jeanne d’Arc. Leurs ordres sont de tenir aussi longtemps que possible, puis de rallier le 11e arrondissement.

  • 11 3e CG 2205 (Diard).
  • 12 Rouffiac J., Souvenirs historiques sur le siège de Paris et le commencement de la Commune, Paris, (...)
  • 13 Lu 7, rapport de Cissey.

17Les Versaillais attaquent par l’ouest et le nord, un combat assez confus se déroule. A la Butte-aux-Cailles, beaucoup des habitants se cachent dans les caves, mais quelques enfants assistent à l’action. Deux jeunes filles de la rue du Moulin-des-Près voient un Fédéré en bras de chemise agiter un petit drapeau rouge près des bords de la Bièvre, tirer des coups de fusil en direction des soldats, puis, quand ils attaquent, arracher les bandes rouges de son pantalon et les jeter avec son fusil dans un puits. D’autres Fédérés habitant la rue jettent armes, uniformes, cartouches, papiers, journaux (surtout le Père Duchêne) et chansons communardes dans la rue11. Il en va de même dans l’avenue d’Italie, qui « en quelques minutes fut transformée en un grand dépôt d’armes, de munitions et d’uniformes »12. Place d’Italie, les Fédérés, attaqués de trois côtés, se réfugient dans la mairie, puis se rendent : plusieurs centaines sont faits prisonniers. Selon les militaires, ils sont « complètement démoralisés [et] s’écrient qu’ils n’en voulaient plus »13. Les défenseurs des barricades de l’avenue de Choisy sont assaillis simultanément de plusieurs côtés :

  • 14 Ly 132, dossier Pascal.

« la fusillade redoubla, les troupes débouchaient par derrière venant de la Place d’Italie et refoulèrent tous les insurgés du côté des remparts ; ils n’eurent que le temps de tirer un coup de canon dans la direction de la place d’Italie, mais dans leur fuite ils rencontrèrent deux autres colonnes venant [...] par la porte d’Ivry qui les refoula dans la rue de la pointe d’Ivry. Une colonne venant de la porte de Choisy leur boucla le passage... et en fit un massacre ; au coin de la rue Baudricourt 26 fédérés jonchaient le terrain »14.

  • 15 Ly 132, dossier Pascal.
  • 16 Lu 7, rapport de la 2e division du 2e corps d’armée.

18Les soldats s’avancent sur la place Jeanne d’Arc en se cachant derrière deux ou trois cents prisonniers. Les défenseurs, ne voulant pas tirer, parlementent, et les Versaillais promettent la vie sauve à ceux qui se rendront. La plupart accepte. Quelques uns (dont Meilliet) s’échappent par la voie de chemin de fer vers le pont de Bercy ; d’autres s’enferment dans l’école avoisinante pour résister. Ces derniers sont tous faits prisonniers et emmenés vers un sort inconnu, probablement pour être fusillés. Ceux qui se sont rendus déposent leurs armes et rentrent chez eux ; le commandant du 120e bataillon retrouve plusieurs de ses officiers, en civil, chez le marchand de vin de la rue Jeanne d’Arc. Dans le 13e, un quartier mal famé où les combats, bien que brefs et confus, sont vigoureux, des Fédérés pris les armes à la main sont certainement fusillés. Des blessés reçoivent ce qu’un témoin appelle « le coup de grâce que les soldats de l’armée régulière donnent aux blessés fédérés »15. Un rapport versaillais précise qu’ils ont fait « de très nombreux prisonniers que les soldats exaspérés fusillèrent sans merci »16. Plus de 400 cadavres sont ramassés dans les rues.

19Ceux qui veulent continuer la lutte se dirigent vers les quartiers est, où les Fédérés, renforcés par le reliquat des unités venant des arrondissements occupés, ont construit une forteresse entourée de barricades. La défense devient donc plus opiniâtre. Davantage de Fédérés sont chez eux ; la retraite devient plus difficile, car les Prussiens refoulent ceux qui essaient de quitter Paris. D’autre part, tout le monde sait que les Versaillais fusillent des prisonniers, ce qui provoque des représailles à La Roquette et dans la rue Haxo. Les plus grands combats se passent à la Bastille et sur la place de la Rotonde, qui défend le passage du canal. Nous en savons peu sur ces événements, surtout du côté fédéré. Les Versaillais débordent une fois encore les positions de leurs adversaires, cette fois à grande échelle : au nord, une division longe les remparts pour entrer dans La Villette et Belleville, là où les défenses sont plus faibles ; au sud tout un corps d’armée traverse la Seine pour contourner la Bastille. Les Fédérés battent de nouveau en retraite ; la Bastille et la Rotonde tombent le 26 mai. Les Versaillais n’attaquent cependant pas de front ; ils encerclent les quartiers qui résistent encore et les prennent à revers. Finalement, épuisés et sans espoir, plus de 4 000 Fédérés se rendent. Les plus heureux seront emmenés à Versailles. D’autres luttent jusqu’à la dernière minute, puis tentent de se cacher. Vers 6 heures du soir le dimanche 28 mai, longtemps après la fin des combats principaux, la dernière petite barricade dans la rue de Tourtille résiste brièvement à un peloton de chasseurs, très surpris, commandé par Paul Déroulède. Nous ne savons pas combien se font tuer sur place ou sont sommairement fusillés ; mais plus de 1 500 corps sont enterrés dans le 19e arrondissement, et près de 2 000 dans le 20e.

20J’espère avoir donné ici certains éléments d’une expérience de la barricade depuis longtemps oubliée. Comment les résumer en quelques lignes ? On combat au sein de la Garde Nationale, selon son organisation, ses forces (la cohésion relative des ses bataillons) et ses faiblesses (telle que l’incapacité d’agir collectivement). Pour beaucoup - plus de 4 000 - la lutte des barricades se termine rapidement : ce sont les hommes envoyés aux barricades scientifiquement construites dans le 16e arrondissement, et surpris au début de la bataille. Puis les événements se ralentissent : environ 900 barricades sont construites par quelque milliers de Fédérés. La plupart défendent leur propre arrondissement, généralement dirigés par leurs chefs ou les élus de la Commune, ils suscitent le soutien, la curiosité ou l’hostilité de leurs voisins. La moitié des barricades - principalement les petites en pavés dans les rues transversales -sont abandonnées dès l’arrivée de la troupe : il n’y a pas, en réalité, de grand soulèvement populaire devant lequel chacun défend sa rue jusqu’à la dernière cartouche. Un grand nombre de Fédérés tièdes, qui grossissaient jusque-là les rangs, restent chez eux. Il subsiste peut-être une centaine de grandes barricades, commandant des points stratégiques, qui sont défendues avec détermination. La lutte est souvent longue, car les Versaillais évitent les attaques frontales, et on en vient très rarement aux mains. Plusieurs heures de fusillade et de canonnade à distance sont suivies par des cheminements laborieux à travers les bâtiments avoisinants. Les Fédérés incendient quelquefois les bâtiments menacés, ou bien ils apprennent eux-mêmes à se battre de l’intérieur. Enfin, ils se retirent des barricades, se rendent, ou se cachent, s’étant débarrassés de l’arme et de l’uniforme, en rejoignant leurs voisins dans les caves. Ceux qui résistent encore sont canardés des fenêtres, tués par la mitraille, ou, pris « les armes à la main », fusillés sur place. Nulle part les Fédérés ne parviennent à infliger des revers ou des pertes sérieuses à une armée qui - avantagée par sa supériorité numérique - a mieux maîtrisé le combat des barricades. L’efficacité révolutionnaire de la barricade est totalement remise en question. Mais en tant que symbole de révolte et mémorial de sacrifice, la barricade acquiert une nouvelle force mythique.

Notes

1 Hugo V., Les Misérables, Paris, Garnier-Flammarion, 1967, vol. iii, p. 198-199.

2 Journal Officiel de la Commune, le 22 mai 1871.

3 VO (NC) 234.

4 Service Historique de l’Armée de Terre [SHAT], série Ly carton 36 [Ly 36]

5 Ly 29, Delescluze au Comité de Salut Public, 20 mai. Sur le rôle de Delescluze voir Dessal M., Un révolutionnaire jacobin : Charles Delescluze 1809-1871, Paris, M. Rivière, 1952.

6 Archives de Paris VO (NC) 234. Des listes détaillées couvrent les dix arrondissements extérieurs, en y énumérant 607 barricades. Pour les dix de l’intérieur, il faut estimer : si nous supposons que dans les plus « réactionnaires » (les 1er, 2e, 6e 7e, 8e) il y avait autant de barricades que dans le 15e - c’est à dire dix - et dans les arrondissements plus populaires du centre (les 3e, 4e, 5e, 9e, 10e) autant que dans les 12e et 14e - c’est-à-dire quarante - nous obtenons (607+50+200) un total d’environ 900.

7 Ibid.; voir aussi Forbes A., Memories and Studies of War and Peace, Londres, 1895, p. 144.

8 Allemane J., Mémoires d’un communard, Paris, Maspero, 1981, p. 141.

9 VO (NC) 234.

10 Li 116, rapports de la 2e division du 5 » corps d’armée ; SHAT 5e Conseil de Guerre, dossier 205 [5e CG 205] (Saindo), 3e CG 38 (Beaudrier et Billet) et 5e CG 92 (Juhel) ; Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, MS 1075, lettre de Paul du Boys, 26 mai.

11 3e CG 2205 (Diard).

12 Rouffiac J., Souvenirs historiques sur le siège de Paris et le commencement de la Commune, Paris, 1873, p. 153.

13 Lu 7, rapport de Cissey.

14 Ly 132, dossier Pascal.

15 Ly 132, dossier Pascal.

16 Lu 7, rapport de la 2e division du 2e corps d’armée.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540