Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une Angleterre entre rêve et réalité

 | 
Aude Mairey

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un doctorat soutenu à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne en décembre 2002, sous la direction de Jean-Philippe Genet. Les remerciements que je dois à ce dernier, sont infinis. Depuis le début de mon apprentissage dans la voie de l’histoire, il a entretenu mon enthousiasme pour la période médiévale avec exigence. Ses conseils, ses remarques et sa disponibilité en ont fait un guide inestimable. Qu’il reçoive toute ma gratitude et ma reconnaissance.

2Ma reconnaissance va aussi à Claude Gauvard, qui a participé à la direction de ma maîtrise et de mon DEA, et m’a beaucoup apporté. Ses séminaires m’ont été précieux, source fertile de savoir et de réflexion. Elle va également à Élisabeth Mornet, qui m’a beaucoup aidé pour la publication de ce travail.

3Mes remerciements vont aussi à Caria Bozzolo qui a bien voulu relire les éléments concernant les manuscrits et leur diffusion. Ses conseils m’ont été indispensables, tout comme les remarques de Jean-Patrice Boudet et de Marie-Anne Polo de Beaulieu. Alain Dallo et Giulio Romero n’ont pas ménagé leur soutien pour toute la partie informatique de cette étude. Ils m’ont aidé à résoudre bien des problèmes techniques, toujours avec gentillesse et compétence.

4Je remercie également le personnel de la bibliothèque de la Sorbonne, fréquentée durant toutes ces années.

5Merci aussi à Élodie Boespflug, Adrienne Pérard, Sophie Meynaud, Mireille Gayet et Claude Babin, qui m’ont permis d’éviter bien des écueils par leurs relectures attentives, et ont toujours su trouver les mots de réconfort quand il le fallait.

6Mon époux, Olivier Gaudant, a été d’une patience exemplaire et son soutien ne m’a jamais fait défaut.

7Enfin, je dois au CNRS, au Centre de recherche historique de l’École des hautes études en sciences sociales et à son directeur, Alain Boureau, qui m’a accueillie, d’avoir pu me consacrer entièrement à ce travail durant deux ans. Qu’ils trouvent ici l’expression de ma reconnaissance.

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540