Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les îles de la mémoire

 | 
Claire Bosc-Tiessé

Annexes

Texte intégral

Les supérieurs de Dāgā Esṭifānos

Supérieurs, titres particuliers

Repères chronologiques

Sources (avec références temporelles);

Bartalomēwos

sous Yesḥāq (1414-1429)

mf Dāgā 16, fol. 275r.

Yaṣencānna Krestos

sous Zarɔa Yācqob (1434-1468)

mf. Dāgā 16, fol. 275r.

Yesḥāq

sous Zarɔa Yācqob (1434-1468)

panneau signé de Ferē Ṣeyon

Malkeɔa Ṣēdēq

prédecesseur direct de Gabra Krestos

ms. BNF Éthiopien d'Abbadie 66-66bis, fol. 297bis r

Gabra Krestos

sous Śarṣa Dengel (1563-1597)

ms. BNF Éthiopien d'Abbadie 66-66bis, fol. 297bis r ; mf Dāgā

2, fol. 3r ; mf Dāgā 16, fol. 275r.

Batra Śellus/Śarṣa Māryām

succèdent à Gabra Krestos (selon le mf. Dāgā 2, Śarṣa Māryām succède à Gabra Krestos et le contraire dans le mf Dāgā 16).

mf Dāgā 2, fol. 3r ; mf Dāgā 16, fol. 275r.

c qob, marigēta

... –ca 1647-1653 –...

Perruchon, « Fasiladas »,

1898, p. 89.

cArku

meurt en 1684

Raineri, « Il regno di Iyasu I », 1992, p. 219.

Askāl

1684-1698 ? meurt en 1710

Raineri, op. cit., p. 219 ; Dombrowski, Ṭānāsee 106, 1983, p. 214, 256.

Za-Manfas Qeddus Nadāy

1698-1700

Raineri, op. cit., p. 224, 227 ; Dombrowski, op. cit., p. 226-232.

Walda Giyorgis

meurt en 1710

Dombrowski, op. cit., p 255.

Za-Malakot

1710- ...

Dombrowski, op. cit., p 256.

Za-Wald

1713-1714 ?

ms. BNF Éthiopien 141, fol. 63r.

Ṭebabo

sous lyāsu II (1730-1755)

ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264rc.

Kefla Māryām

sous Iyoɔas (1755-1769)

ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264va, vc.

Benyās

2e moitié du xviiie siècle

ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264vab.

Māqbom

2e moitié du xviiie siècle

ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264rc.

Niqolāwos

2e moitié du xiiie siècle

ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264vb.

Walda Rufāɔēl

2e moitié du xiiie siècle

ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264vb.

Walda Yoḥannes

2e moitié du xviiie siècle

ms. BNF Ethiopien 110, fol. 264vc.

Kabtē

2e moitié du xviiie siècle

ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264vc.

Les supérieurs de Ṭānā Qirqos

  • 1 La charge de neburaɔed de Sāf est conférée au mamher de Ṭānā Qirqos par le roi Śarṣa Dengel la 14e (...)

Supérieurs, titres particuliers

Repères chronologiques

Sources

Argānon

souscĀmda Ṣeyon (1314-1344)

Wajnberg, Das Leben des Hl. Jafqeranna Egzi, 1936, p. 18.

Zawga Giyorgis, mamher et neburaɔ ed de Sāf1

sous Śarṣa Dengel (1563-1597)

mf EMML 8436, fol. 190rab.

Image 10000000000000090000000F48901411.jpgēṭros, mamher, abba menēt et neburaɔed de Ṭānā Qirqos Sāf Ṣeyon

sous Śarṣa Dengel (1563-1596) sous Yācqob (1597-1603/1605-07)

mf. EMML 8436, fol. 1rab, 189va. mf EMML 8436, fol. 1rab, 189vb, 19ora.

Māceqabo

meurt en 1597-1598

Béguinot, La cronaca abbreviata d'Abissinia, 1901, p. 40.

Ṣawārē / Ṣawārā Masqal, dit aussi neburaɔed de Sāf et mamher de Makāna Samācet

sous Fāsiladas (1632-1667), quand abuna Marqos était Image 100000000000000B0000000F7F4FAEE2.jpgāImage 10000000000000100000000F04AFF713.jpgās (mf EMML 8436, fol. 190vb).

Mf EMML 8436, fol. 190vb ; Ricci, Vita di Walatta Image 10000000000000090000000F48901411.jpgiēṭros, 1970, p. 63-63 ;
mf EMML 8545, fol. 228ra, fol. 228va (pas de date).

Meśrāqē / Meśrāqāwi

sous Yoḥannes (1667-1682) meurt en 1700/1701

mf EMML 8512, fol. 160ra. Raineri, « Il regno di lyasu I », 1992, p. 227.

Za-Manfas Qeddus

meurt en 1691/1692

Raineri, op. cit, p. 221.

ceka Krestos / Tāka

1701/02 – 1704/05 – ...

mf EMML 8511, fol. 163ra ; mf EMML 8716, fol. 160va.

Fesseha Ṣeyon

... – 1709/10 – ...

mf EMML 8436, fol. 160vb.

Walda Iyasus

sous Iyāsu II (1730-1755)
meurt le 28 décembre 1766

ms. BNF Éth. d'Abbadie 68, fol. 107vb ; mf EMML 8512, fol. 160ra.
Guilyoas, p. 231.

Zafara Śellāsē

sous Iyoɔas (1755-1769)

ms. BNF Éth. d'Abbadie 68, fol. 108rv.

Agnē

sous Iyoɔas (1755-1769)

mf EMML 8512, fol. 161rb

Aymot Huno, (auparavant qēs gabaz alors que Zafara Śellāsē était mamher).

sous Takla Giyorgis (1779-1784)

mf EMML 8512, fol. 161ra.

Les supérieurs de Nārgā Śellāsē

Supérieurs, titres particuliers

Repères chronologiques

Sources

Benyās, abba de Dabra Warq, malɔaka Esrā ɔēl mamher, de Nārgā ? (pas de référence à une église dans cette note).
mamher
mamher,
de Nārgā ? (pas précisé dans cette note. Il s'agit notamment de terres de Daq).

époque de la consécration ? ca. 1745-1750 alors que Ṭebabo est mamher de Dāgā, lequel l'est sous le règne de Iyāsu II (1730-1755) d'après une autre note du même manuscrit (fol. 264rc, n. 1) règne de Iyoɔas (1755-1769)
?

ms. BNF Éthiopien dAbbadie 181, fol. 13r.
ms.
BNF Éthiopien 110, toi. 6rc
ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264vc, n. 1. ms. BNF Éthiopien 110, fol. 264va.

Walda Yoḥannes, mamher, de Nārgā ?

régence de Mentewwāb (1730-1769)

ms. Vatican Éthiopien 295, fol. 3r.

Arka Marcâwi, mamher dans sa fonction de gabaz
de Nārgā ? (pas de référence à une église dans la note).
de Nārgā ? (pas de référence à une église dans la note).
de Nārgā ? (pas de référence à une église dans la note).

régence de Mentewwāb (1730-69) et plus précisément sous Iyoɔas (1755-1769), six ans après la mort de Iyāsu, c'est-à-dire c. 1761 ?
règne du roi Takla Hāymānot (II, 1769-1777) ?

ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 181, fol. 20rb = fol. 32ra.
mf EMML 8362, fol. 202ra.
ms. BNF Éthiopien dAbbadie 181, fol. 16v = ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 108, col. 104 (notes marginales). ms. Vatican Éthiopien 295, fol. 1r.

Hābtā Māryām, mamher
de Nārgā ?, sans précision (la note se réfère à Nārgā).
de Nārgā ? (pas de référence à une église dans la note).

sous Gwālu (Egwāla Ṣeyon, 1801-1818).
?
?

mf EMML 8351, fol. 2oova. ms. Vatican Éthiopien 295, fol. 2r. ms. Vatican Éthiopien 295, fol. 162r, loi. 162V.

Gabra Yoḥannes, mamher (Tasfāsāhun, qēs gabaz).

?

mf EMML 8387, fol. 105va.

Takla Giyorgis, mamher (Alamu, qēs gabaz)

?

mf EMML 8387, fol. 105vb.

Walda Kiros, mamher, de Nārgā

?

Triptyque de Nārgā (Koptische Kunst, 1963, p. 420).

Les caqqābē sacāt du xvie au xviiie siècle

Image 1000000000000330000004245E3C1EC7.jpg

  • 2 Merid Wolde Aregay, « Some inedited land charters of emperor Särsä Dengel (r. 1563-1597) », 1985, P (...)

Note 22

Image 100000000000032B0000040262C39B8C.jpg

  • 3 Est-ce le Za-Manfas Qeddus qui exerça cette charge avant (...)

Note 33

  • 4 Merid Wolde Aregay, op. cit., p. 90-91, 94.

Note 44

Image 10000000000003340000030C9B523BD0.jpg

Les ṣaḥafē teʼezāz dans les chroniques de Iyāsu II et de Iyoɔas (1730-1769)

Image 10000000000002E8000004596DAAD6A9.jpg

Chronique brève de la 3e à la 5e année du règne de Yostos (1711-1716)

1Le ms. BNF Éthiopien 141 présente une version inédite du règne de Yostos, copiée dans le ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 100, pour ce qui concerne les faits relatés entre la troisième et la cinquième année, Jules Perruchon n’ayant édité ce texte que jusqu'au règne de Iyāsu Ier et la traduction de ce dernier a d’ailleurs été faite par Osvaldo Raineri (voir à ce sujet le chapitre VI). Les autres exemplaires de ce groupe de chroniques brèves sont beaucoup moins diserts sur ces années, y compris le Ṭānāsee 106 dont l’Éthiopien 141 est le prototype. Autre particularité : tout le passage sur la fin de la vie de Yosṭos et la montée sur le trône de Dāwit, que contiennent le Ṭānāsee 106 et des manuscrits d’autres versions, ne se trouve pas dans les deux textes de Dāgā conservés à la BNF. Le Ṭānāsee 106 utilise donc d’autres documents, au moins à partir du règne de Yosṭos.

2Nous présentons ici le texte du BNF Éthiopien 141, qu’a copié le scribe de l’Abbadie 100, en intégrant comme ce dernier les notes marginales dans le corps du texte. Les différences entre les deux textes sont principalement d’ordre orthographique. Le scribe de l’Abbadie 100 a aussi modifié la ponctuation dans le sens d’une meilleure compréhension, nous semble-t-il, en la diversifiant. Il a ainsi remplacé un certain nombre de doubles points par quatre points.

  • 5 Basset, op. cit.
  • 6 Kropp, « Zur “Kurzen Chronik” der äthiopischen Könige : 1. Die Geschichte des Königs Yostos », 1981

3Nous commençons à l’endroit où ces deux textes divergent du Ṭānāsee 106 qui est le seul exemplaire du groupe de Dāgā publié dans son intégralité, c’est-à-dire que les passages présentés ici ne se trouvent pas du tout dans ce dernier manuscrit. En revanche, certains se trouvent aussi dans d’autres versions de la chronique brève mais sous des formes différentes. C’est le cas des chasses de Yostos dans le ms. BNF 143 édité par René Basset5 et dans le ms. siglé F41, 1 par Manfred Kropp6 ainsi que celui de la fondation de l’église de Ledatā à Gondar, signalé dans l’édition de René Basset et largement développé dans le ms. de Francfort publié par Manfred Kropp.

4Je voudrais exprimer ici toute ma gratitude à Emmanuel Fritsch qui a bien voulu m’aider à résoudre certains problèmes de traduction. Toutefois, tous contresens ou erreurs sont miens.

Ms. BNF Éthiopien 141, fol. 63rv-64r (Éthiopien d'Abbadie 100, fol. 35vb-36ra)

Image 10000000000002D5000001B04728BEFB.jpg

  • 7 Fol. 63v. L’encre est plus claire de ce côté, ce qui en fait une des pages les plus difficiles à li (...)

Note 37

Note 48.

  • 9 : Abbadie 100. Sauf mention contraire, graphie toujours utilisée dans le d’Abbadie 100.

Note 59

Note 610

Note 711

  • 12 Dans le BNF 141, ce passage est inscrit dans la marge gauche, d’une écriture différente de celle du (...)

Note 812

  • 13 : Abbadie 100, graphie toujours utilisée dans ce ms

Note 913

  • 14 Abbadie 100.

Note 1014

  • 15 : Abbadie 100.

Note 1115

  • 16 : Abbadie 100

Note 1216

  • 17 : Abbadie 100

Note 1317

  • 18 : Abbadie 100

Note 1418

  • 19 : Abbadie 100.

Note 1519

  • 20 : Abbadie 100.

Note 1620

  • 21 : Abbadie 100.

Note 1721

  • 22 : Abbadie 100.

Note 1822

Traduction

  • 23 Buribštāman : Abbadie 100.
  • 24 Nous ne disposons pas d’autres données pour savoir s’il s’agit là d’une erreur du texte ou d’une in (...)
  • 25 La Nativité de la Vierge Marie.
  • 26 Leğomē : Abbadie 100.

5Il passa le jeûne à Gondar et, dans la deuxième année de son règne, il descendit à Bēt Mālo pour chasser les éléphants et les antilopes, et il jeûna à Gondar. Ensuite le baǧirwand Galāwdēwos mourut et Yārēd fut nommé bağirwand. Dans la troisième année de son règne, le sanctuaire de Dāgā, le lieu du martyr Étienne, brûla. Et après la fête de Pâques, il descendit de Gondar et il entra à Kebrān. Ensuite, il vint à Buribštān23 et il retourna à Enṭons où il resta un peu de temps. De là, se mettant en route, il alla à Gondar. En ce temps-là, abba Za-Wald fut nommé à la responsabilité de Dāgā cinq jours24. Dans le mois de sanē, il arracha les yeux d’Abrē, dArkalēdēs et de tous ceux qui n’approuvaient pas son règne ; il construisit une église dans la maison d’Abrē du nom de Ledatā25 et un pavillon de belle structure à Aṣṣāṣṣāmē. Dans la troisième année [de son règne], il passa la saison sèche à Gondar et, après la fête de Pâques, quittant Gondar, il alla à Aringo. Ensuite, il se mit en route et partit en expédition militaire dans le Wambaryā. De là, au retour, il vint à Leğimē26 et il demeura dans la maison de Malkit ; ensuite il entra à Gondar. Dans la quatrième année [de son règne], il descendit à Bēt Mālo afin de chasser les éléphants, les cerfs et les rhinocéros et il revint en hâte quand un éléphant eut tué le le bağirwand Yārēd.

Image 10000000000002D1000001B6B9E7D882.jpg

  • 27 : Abbadie 100.

Note 2327

  • 28 Abbadie 100.

Note 2428

  • 29 : Abbadie 100. La lettre dans le ms. BNF 141 est tellement difficile à lire que c’est peut-être «  (...)

Note 2529

  • 30 : Abbadie 100.

Note 2630

  • 31 : Abbadie 100

Note 2731

  • 32 Add. Abbadie 100

Note 2832

  • 33 La lecture de cette dernière syllabe est incertaine. De plus, le mot en contenait peut-être d’autre (...)

Note 2933

  • 34 Abbadie 100.

Note 3034

  • 35 L’alef a été ajouté au-dessus de la ligne.

Note 3135

  • 36 Début d'un autre cahier, fol. 64r : d’une main différente, la plume est plus large et l’ensemble es (...)

Note 3236

  • 37  : Abbadie 100

Note 3337

  • 38  : Abbadie 100.

Note 3438

  • 39 Abbadie 100.

Note 3539

  • 40  : Abbadie 100.

Note 3640

  • 41 : Abbadie 100.

Note 3741

  • 42 : Abbadie 100.

Note 3842

Note 3943

  • 44  : Abbadie 100.

Note 4044

  • 45 Om. : BNF 141. Un espace a été laissé en blanc, qui permettrait l’inscription de ces deux syllabes. (...)

Note 4145

  • 46 Qu’il nomma sur cĀrābeyā et Kosān : Abbadie 100. Il semble que ce deux termes désignent des noms de (...)
  • 47 Tako : Abbadie 100.

Et il passa la saison sèche à Ledatā ; il ordonna de construire le mur de l’église de Ledatâ, agrandit l’ancien dabr pour les prêtres qu’il rendit prospères à cĀrābeyā et Kosān46. Après la fête de Pâques, il alla à Yebābā et passa au retour à Kebrān. Il parvint ensuite à Zagē et, de là, à Zebed et il passa de maison en maison. Quand il fit jour, il descendit à Buribštān et il entra chez Takā47 avec la manne d’Israël. Et ensuite, en repartant, il descendit à ŚaqalImage 100000000000000A0000000F8175A6B4.jpgt, il monta sur une tānkwā pour aller à Daq et, y étant entré, il y passa la nuit. Au matin, il entra à Dāgā et il passa la journée là-bas parce que c’était dimanche lorsqu’il vit les dépouilles des rois ses pères et il donna dix dinars d’or et il passa la journée dans la maison d’abbā Ēwosṭātēwos. Ensuite, étant descendu, il resta jusqu’à ce qu’il fasse nuit, banquetant dans la joie et l’allégresse dans la maison du mamher Za-Malakot avec ses dignitaires. Et en ce temps le bağarwand [était] Walda Lecul. Ensuite, au crépuscule, il partit pour Daq et il passa la nuit à Kotā ; puis il alla ensuite à Leǧomē où il séjourna deux jours. Partant de là, il alla à Wandegē où il séjourna cinq jours. Il entra alors à Gondar où il passa la saison des pluies en écoutant les plaintes des gens d’Alexandrie au sujet des Occidentaux. Et la cinquième année [de son règne], YoImage 100000000000000B0000000FC39F7C0C.jpgtos mourut et Dāwit, fils du roi Adyām Sagad, régna.

Les bibliothèques de Nārgā, Qwesqwām et Ṭānā Qirqos à l’époque de Iyāsu II (1730-1755)

  • 48 Guidi, « Il racconto di Nârgâ », 1905, p. 242-243 ; Euringer, « Die Geschichte von Narga », 1933, p (...)
  • 49 GuiIyasu II, p. 98-99 (texte), 107-108 (traduction).
  • 50 Ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 68, fol. 107vb-c. Cet inventaire inédit a été « écrit à l’époque du roi (...)

6L’objectif de ce tableau est de donner un aperçu de la taille respective des bibliothèques de Nārgā48, Qwesqwām49, Ṭānā Qirqos50 ainsi que de leur contenu. Nous avons essayé de donner une vision à la fois synthétique de ces bibliothèques et la plus claire possible. Il est cependant parfois difficile de comprendre dans les inventaires quels textes sont reliés ensemble. Les manuscrits conservés en Europe ou microfilmés et catalogués permettent certes de repérer les plus grandes probabilités mais des incertitudes subsistent parfois. Par ailleurs, le classement des livres proposé ici contient obligatoirement une part d’arbitraire dans la mesure où certains relèvent de plusieurs catégories. Dans la complexité et la variété des possibilités de reliure, notamment pour les livres de l’Ancien Testament, nous avons essayé de nous en tenir à un classement simple, mais toutefois, rigoureux, et pouvant donner rapidement des informations sur ce qui nous intéresse plus précisément ici, c’est-à-dire la taille des bibliothèques et les éventuelles particularités de chacune, bibliothèque monastique ou église royale créée de toutes pièces.

  • 51 Muzā, abréviation pour mazmur, psautier ? Relié avec un Dersāna Māryām.
  • 52 D’après l’inventaire écrit à la suite, daté du règne de Iyoɔas, ce manuscrit a été donné par l'afa (...)
  • 53 Les bibliothèques de Qwesqwām et de Ṭānā Qirqos, cette dernière sous le règne de Iyoɔas (ms. BNF Ét (...)
  • 54 Voir Beylot, « Bref aperçu des principaux textes éthiopiens dérivés des Acta Pilati », 1988.
  • 55 Ibid.
  • 56 Il s'agit peut-être du texte du Fetat za-Wald, à la réserve près que ce texte n'occupe en général q (...)
  • 57 Dont deux avec la notation musicale.
  • 58 Donné par Walda Rufāɔēl au monastère.
  • 59 À Nārga, Afa warq Yoannes, Qērlos et Ēifānyos étaient dans le même volume. À Qw esqw ām, ces deux d (...)
  • 60 À Nārgā comme à Ṭānā Qirqos, relié avec le Zēnā Eskender.
  • 61 Relié avec les Actes de saint Abib et donné par abbā Gabra Māryām.
  • 62 Relié avec un Muzā.
  • 63 Donné par l’afa mamher Walda Sāmuɔēl au monastère, voir toutefois à ce sujet le paragraphe sur la c (...)
  • 64 Un relié avec le Dersāna Rufāɔēl et l’autre donné au monastère par le mamher Henṣa Krestos.
  • 65 À Nārgā et Ṭānā Qirqos, relié avec l’Aksimāryos.

Nārgā

Qwesqwām

Ṭānā Qirqos

Écrits bibliques

6

16

12

Orit, Octateuque

1

Maṣḥafa 47 nabiyāt, le livre des 47 prophètes [tout l'Ancien Testament] où manquent Judith, Kufālē (la petite Genèse, le livre des Jubilés) et Chronique

1

Gubaɔē nabiyāt, recueil des prophètes

1

Les petits prophètes, Jérémie, Chroniques et Macchabées

1

Orit avec le Maṣḥafa Salomon, Octateuque avec les Écrits de Salomon.

3

Rois, Ecrits de Salomon, Job, Isaïe

1

Rois, Ecrits de Salomon

1

Orit, Rois, Chroniques, les 3 livres d'Esdras

1

Isaïe, les petits prophètes, Jérémie, Ezéchiel, Daniel, 3 livres d’Esdras, Tobie, Judith, Esther, Macchabées

1

Isaïe, Jérémie, Daniel, 3 livres d'Esdras, Ézéchiel

1

Énoch, Kufālē (Livre des Jubilés), Job, Salomon, Siràk, livre des Macchabées

1

Énoch, Job, Rois, Salomon, Sirāk, Isaïe, petits prophètes, Jérémie, Daniel

1

Un livre qui commence par Job et finit par Daniel

1

Maṣḥafa nabiyāt, livre des Prophètes

1

Dāwit, psautier

1

1

?51

Zēnā ayhud badrān, Histoire de Joseph Ben Gorion suivie des lettres de Badran

1

Wangēl, évangiles

2

2

3

Image 100000000000000A0000000F5737FFA4.jpgāwlos, Épîtres de Paul

2

Ḥadissāt, livres du Nouveau Testament à l’exception des évangiles

1

4

Qalamsis, Apocalypse

1, enluminé

Apocryphes, écrits intertestamentaires

6

9

13

Ḫēemā, Pasteur d’Hermas

1

Zēnā nabiyāt, Histoire des prophètes

1

Gadla Ḥawāryāt, Actes apocryphes des apôtres

1

1

Ya-Image 100000000000000A0000000F5737FFA4.jpgëtros wa-Pāwlos gadl, Actes apocryphes de saint Pierre et de saint Paul

I

Maṣḥafa Kidān, Testamentum Domini

1

1

1

Dersāna Abrehām, Testament d'Abraham

1

Taɔammra lyasus, Recueil des Miracles de Jésus

1

1

1, enluminé52

Fekkārē Iyasus, Explication de Jésus

1

Taɔammra Māryām, Miracles de Mark

1

3

4 dont 1 enluminé

Nagara Māryām, Légendes de Marie, texte apocryphe sur la vie de la Vierge

2

1

Zēnā Māryām, Histoire de Marie

1

Ya-felsatā dersān, Homélie sur l'Ascension de Marie

1

ɔeya Māryām, Vision de l'apocalypse de Marie

1

Maṣḥafa Aqāryos, lettres du roi Abgar d’Édesse à Jésus

1

Commentaires bibliques

0

1

O

Faraǧ 53

1

Liturgie, rituels

13

12

18

Qeddasē, ordinaire de la messe, missel

2

3

3

Senkesār, synaxaire

1

2

2

Saʻ ātāt, horologium, l’office des heures diurnes et nocturnes

1

2

1

Gebra ḥemāmāt, office de la Passion et lectionnaire des offices de la semaine sainte

1

1 (divisé en deux parties)

2

Laha Māryām, Lamentations de Marie, littérature pilatienne, parfois lu pendant la semaine sainte54

1

Maṣḥafa dorho, livre du coq, extrait de l’office de la semaine sainte55

1

Maṣḥafa bāḥrey, livre de l’essence, rituel de l’extrême onction

1

Maṣḥafa qandil, livre de la lampe, rituel de l’extrême onction

1

Maṣḥafa qēder, livre de la pénitence, rituel pour la pénitence de ceux qui reviennent au christianisme après apostasie ou contact avec les infidèles.

1

Maṣḥafa ṭemqat, rituel du baptême

1

1

Maṣḥafa taklil, livre de la couronne, rituel pour la bénédiction des époux [ces quatre livres sont dans un même volume à Nārgā]

1

Geṣāwē, Livre de l’Explication, lectionnaire

2

Sacātāt la-tābot gizē tebawece bēta maqdas, livre des règles quand le tābot entre dans le sanctuaire

1

Maṣḥafa genzat, rituel des funérailles

2

Maṣḥafa bacālāt, livre des fêtes

1

Dersāna bacālāt ya-amat, recueil d’homélies pour les fêtes de l’année

1

Sacātāt bēta krestiyān, règles de l’Église

1

1

Maṣḥafa fet Image 10000000000000070000000F5F72EA84.jpgat56, absolution du Fils ?

2

3

Hymnes, poésie

4

9

14

Guba ʼē malke, recueil de tnalke (« effigie », texte poétique en l’honneur d’un saint où chaque partie du corps est l’objet d'une strophe).

1

3

3

Egzēr nagś, recueil d’hymnes

1

Arkē, recueil de salām (courts textes poétiques qui concluent les lectures pour les commémorations des saints ou les textes de leurs Actes)

1

1

2

Ya-ḥawāryāt malke, hymne aux apôtres

1

Deggw ā, antiphonaire, recueil d'hymnes composés, selon la tradition, par le saint éthiopien Yārēd

1

3

557

Meʻ erāf, recueil d'antiphonaires

1

Maw āśecet, meʻ erāf et zemmarē, recueil d’antiennes et d’antiphonaires avec une 3e collection d’hymnes

1

158

Meʻ erāf avec le zemmarē

1

Nârgâ

Qw esqw ām

Ṭānā Qirqos

Meʻ erāfj et mawāśeʻ et

1

Théologie, homélies, patristique, écrits ascétiques

15

15

27

Hāymānota abaw, Foi des Pères, recueil théologique monophysite

2

2

2

Qalēmentos, révélations de saint Pierre à son disciple saint Clément

2

Afa warq Yohannes,

homélies de saint Jean Chrysostome

1

1

1

(Dersanā) Qërlos, traité de Cyrille dAlexandrie

1

2

2

Ēpifānyos59,

1

1

Traité d’Épiphane sur la Trinité

1

Aksimāryos60, commentaire de l'Hexaméron attribué à Épiphane de Chypre

1

1 (relié avec le Zēnā Eskender)

Retuca hāymānot, l'orthodoxe, collection d homélies principalement de saint Jean Chrysostome.

2

Maṣḥafa ḫedār, Livre de ḫedār, histoire du concile de Nicée par Sévère d'Aschmounaïn, lecture pour le mois de ḫedār

1

1

Sāwiros za-Esmunāyn, homélies de Sévère, évêque d'Aschmounaïn

1

1

Dersāna madḫanēcālam, homélies en l’honneur du Sauveur du monde

161

Dersāna Mikāɔēl, homélies en l’honneur de l’archange Michel

1, enluminé

1

Dersāna Māryām, homélies en l’honneur de la Vierge

162

Dersāna kidāna meImage 10000000000000070000000F5F72EA84.jpgrat, homélies sur le Pacte de grâce

1

Dersāna Rufāɔēl, homélies en l’honneur de l’archange Raphaël

1

1 [relié avec le Gadla Gabra Manfas Qeddus]

Dersāna Gabreɔēl wa-4-ensessā, homélies en l’honneur de l’archange Gabriel et des Quatre Vivants

1

MasImage 10000000000000070000000F5F72EA84.jpgafa berhān, livre de la lumière attribué au roi Zarɔa Yācqob (1434-1468), s’opposant à diverses tendances hérétiques ou schismatiques locales et légalisant l’observance du premier sabbat, le samedi, à l’égal du dimanche

1

Faws manjasāwi, remède spirituel, traité de théologie morale et ascétique (relié à Nārgā avec le Fetḥā nāgāśt)

1

Radeɔa Enṭonyos, livre du disciple d'Antoine, c’est-à-dire le Talmid, traité du moine Georges, disciple d'Antoine le Syrien, contre plusieurs hérésies, compilation de théologie apologétique

1

1

Zēnā abaw, Jardin des moines ou Apophtegmes des pères

2

Maṣḥafa menkwesnā, livre des moines

263

Homélie d’Ephrem sur la Passion

1

Homélie de Jacques de Saroug sur le larron et l’ange

1

Jacques de Nisibe

1

1 (relié avec le Kebra nagast et

13 autres livres non nommés)

Sābēlā, livre de la Sibylle [ces quatre livres sont dans le même volume à Nārgā]

1

Aragāwi manfasāwi avec Mar Yesḥāq, Isaac de Ninive et le Filkesyos, le Vieillard spirituel de Jean Saba sur la vie ascétique avec le troisième livre des œuvres ascétiques de Isaac de Ninive et le Phyleksyos attribué à Philoxène de Mabbug

1

Aragāwi manfasāwi avec le Filkesyos, le Vieillard spirituel de Jean Saba sur la vie ascétique avec le Phyleksyos attribué à Philoxène de Mabbug

2

Mar Yesḥāq avec le Filkesyos, troisième livre des œuvres ascétiques de Isaac de Ninive avec le Phyleksyos attribué à Philoxène de Mabbug

1

Aragāwi manfasāwi, le Vieillard spirituel de Jean Saba

1

1 livre qui contient les trente-cinq homélies de Siméon Stylite, Mar Yesḥāq, le livre de la lumière composé par Image 10000000000000090000000FB7BF2AD9.jpgéṭros l’Égyptien

1

Maṣḥaja ḥawi, traité de théologie morale et ascétique

1

1

1

Canons, droit

3

3

6

Fetḥā nāgāśt, Droit des rois, version éthiopienne du code ecclésiastico-civil en usage chez les Coptes

1

1

1

Didesqelyā, Didascalies (canons apostoliques)

1

1

2

Sinodos, compilation de canons apostoliques [ces deux derniers livres, Didascalies et Sinodos, sont reliés ensemble à Qwesqwām]

1

1

3

Hagiographie

1

1

17

Gadla Abib, Actes de saint Abib

1 [relié avec le Dersāna madḫanē cālam]

Gadla Giyorgis, Actes de saint Georges de Lydda

1

1, enluminé

1

Gadla Fiqtor, Actes de saint Victor

1

Gadla Cabra Manfas Qeddus, Actes de saint Gabra Manjas Qeddus

264

Gadla Yolyos, Actes de saint Jules

1

Gadla Takla Hāymānot, Actes de saint Takla Hāymanot

2

Gadla Māmmas, Actes de saint Māmmas

1

Gadla Kiros, Actes de saint Cyr

1

Gadla Tēwodros liqa serāwit, Actes de saint Théodore chef d’armée

1

Gadla Qirqos, Actes de saint Cyriaque

3

Gadla Gabra Krestos, Actes de saint Alexis

1

Gadla Ēwosṭātēwos, Actes de saint Ēwosṭātēwos

2

Littérature profane, histoire, autres

5

3

4

Kebra nagaśt, Gloire des rois, rédigée pour appuyer les prétentions de la dynastie salomonienne à descendre de Salomon et de la reine de Saba.

1

1 (relié avec le livre de Jacques de Nisibe et 13 autres livres)

2

Yoḥannes Madabar, chronique de l’Histoire du monde de l’évêque Jean de Nikiou

1

Giyorgis walda Amid, histoire universelle de Georges al-Makin

1

1

Gadla Baralacām, roman de Barlaam et Josaphat

1

Chronologie universelle d'Abu Shakir

1

Zēnā Eskender65, le Roman d'Alexandre

1

1

Fisālgos, Physiologos

1

Charte théographique de Ṭānā Qirqos

  • 66 Mf. EMML 8436, fol. 1v-2v. Ces folios sont flous sur le microfilm EMML et nous avons travaillé d’ap (...)

7Ce texte, écrit sur l’une des pages vierges d’un tétraévangile de Ṭānā Qirqos, est une pièce unique à ce jour66. Écrit en guèze, il contient un certain nombre d’amharismes, de plus en plus nombreux au fur et à mesure qu’on avance dans le texte pour finir dans un amharique elliptique, qui nous apparaît métaphorique dans la mesure où nous pouvons retrouver l’étymologie des expressions mais pas nécessairement ce qu'elles devaient désigner. Nous reproduisons ici strictement l’orthographe du texte.

  • 67 Ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 74 édité et traduit par Conti Rossini, « Il Convento di Tsana in Abissi (...)
  • 68 Cette tradition est encore très vivace sur Pile, les récentes peintures murales de l’église illustr (...)

8Ce texte vient en contrepoint d’un Livre du Pacte de miséricorde dont la dernière partie, au moins, a été rédigé à Ṭānā Qirqos et donne un texte sur l’histoire du monastère67 qui trouve des parallèles ici. Écrit sous le roi Nāɔod (1494-1508), le texte du Livre du Pacte de miséricorde est donc plus ancien. Il a sans doute été une source d’inspiration pour la rédaction de cette charte, une base qui a cependant connu des modifications importantes, comme nous le soulignerons en note tout au long de cette traduction. Ce Livre du Pacte spécifique à Ṭānā Qirqos relate l’établissement d’une alliance entre le monastère et la Vierge, qui aurait séjourné trois mois sur l’île68. Ce serait l’origine des faveurs des rois pour le monastère. Dans le texte présenté ici, il n’est nullement fait mention de ce séjour et c’est là l’arche de Sion qui est au départ du lien entre les souverains éthiopiens et ce monastère. Certes un lien typologique existe entre l’arche de Sion et la Vierge, nouvelle Sion, mais nous doutons que cela ait suffit pour passer de l’un à l’autre. Ici, c’est une question de légitimité qui est en cause, puisque c’est le premier souverain éthiopien qui a apporté l’arche de Jérusalem.

9J’ai photographié ce texte en janvier 1998 à Ṭānā Qirqos et j’ai travaillé à sa traduction et à sa compréhension tout d’abord avec Pierluigi Piovanelli à l’École des langues et civilisations de l’Orient ancien (ELCOA) à l’Institut catholique de Paris, puis avec Manfred Kropp à l’université de Mayence lors d’un séjour dans le cadre du programme d’échanges Procope entre Mayence et Paris I. L’un et l’autre savent ce que je leur dois, qu’ils en soient ici vivement remerciés. Toutefois, toutes les erreurs, les maladresses comme les fautes de mise en forme ne sont imputables qu’à moi.

Texte

Image 10000000000002D6000002968D05B7E4.jpg

Traduction

  • 69 Cf. Épître aux Colossiens, I, 15-16.
  • 70 Le texte guèze ne l’annonce pas tout de suite mais il s’agit là de la grandeur et de la magnificenc (...)
  • 71 Ici : makān.
  • 72 Littéralement le « monastère de la Clémence ».
  • 73 Le mot guèze est orit qui peut désigner aussi bien la Torah juive, l’ancienne Loi pour les chrétien (...)
  • 74 En référence peut-être aux douze tribus d’Israël, dont un membre de chaque aurait accompagné Menile (...)

10Au nom du Seigneur, glorieux et Très-Haut, le Dieu des dieux, créateur de toutes les choses cachées et visibles, qui se soumettent à son ordre et à la grandeur de sa gloire, les Seigneuries et les Puissances, les Trônes et les Principautés69. Plus haut que les hauteurs les plus élevées, il est plus profond que l’abîme, il est à l’origine des choses premières et à la fin des choses dernières. C’est à lui seul que conviennent la louange et la gloire pour les siècles des siècles. Amen ! Et maintenant, écrivons donc le récit de sa grandeur et de sa magnificence70 qui fut à chaque temps et à chaque époque en commençant par expliquer l’ordre de sa primauté sur tous les monastères anciens, cette grande ville et monastère élevé, la deuxième Jérusalem, cette maîtresse des îles qu’est Ṣānā, sanctuaire71 de Cyriaque (Qirqos) de Sāf. Le nom d’origine que nos ancêtres lui donnaient [était] Dabra Śāhel72 car c’est là que le Seigneur clément et miséricordieux avait résidé. Son tābot fut en ce temps-là l’arche de Sion qui avait la primauté sur tout. Nous proclamons l’origine des choses telle que nous l’avons entendue de nos pères, les anciens, qui demeuraient dans cette île. C’est ce qui fait la pertinence de l’ordre de notre récit. Dans la septième année après le départ de [l’arche de] Sion de Jérusalem, au temps du roi Salomon, fils de David et [après] son arrivée dans la terre d’Éthiopie jusqu’à ce qu’ils lui construisent une résidence dans la terre d’Aksum. Depuis lors, régna là-bas Bayena Ḫekem, fils de Salomon, dont le nom de règne était aussi David puisqu’il avait été appelé du nom de son aïeul, et David [était] à l’origine de la dynastie des fils d’Israël. Le nom de sa mère était Mākadā, la reine du Sud. En ce temps-là, des hommes importants et des prêtres vénérables et instruits dans la Loi73 furent envoyés du pays d’Aksum. Ils vinrent sur l’ordre du roi David après avoir demandé l’autorisation au grand prêtre Azāryās, fils de Sādoq. Ils vinrent dans cette île selon le bon plaisir du Dieu Très-Haut et avec l’aide de la Sion céleste. Arrivés là-bas, ils ne rencontrèrent personne, rien que des arbres, des pierres et de la terre. Après avoir dressé leurs tentes, ils restèrent là, jusqu’à ce qu’ils construisent de nombreuses maisons pour chaque personne de leur famille et de leur tribu74, [vivant] dans la concorde divine et l’amour spirituel. Et ensuite, ils construisirent le sanctuaire en son centre, dédié à la majesté et à la gloire de Sion, [c’est-à-dire] l’arche de la Loi du Seigneur.

Image 10000000000002D80000035FBD3F6AF4.jpg

  • 75 Sic.

Note 1075

  • 76 Littéralement « à l’intérieur », c’est-à-dire dans l’île.
  • 77 Voir Exode xvi, 32-35.
  • 78 Ici : bêta mazāgbet.
  • 79 Il s’agit peut-être d’une transformation du mot grec pour aspersoir, goupillon.
  • 80 Sur ce point, la construction du premier sanctuaire par ces rois et la venue de Salāmā ensuite qui (...)

11Et ils réalisèrent là76 les ordonnances de leur Loi ainsi que toutes ses lois, chacune respectivement, comme l’avait ordonné Moïse le serviteur du Seigneur – Paix à Lui ! Quant au gomor, la mesure de la manne que les Israélites avaient mangée77, qu’ils avaient convoyée avec eux de Jérusalem, ils [l’]ont placé dans le trésor78 avec beaucoup de soin afin qu’il soit un signe pour les générations suivantes et voilà qu’il est là jusqu’à aujourd’hui avec le wāpirā79 rouge avec lequel les gens répandent le sang des animaux par aspersion, selon leurs lois. Pendant qu’ils étaient dans une telle activité, après peu de jours, et après être sortis, ils prêchèrent et enseignèrent le culte de leur créateur auprès des gens qui étaient sur les rivages du lac et dans tous les horizons lointains et proches, au point d’en convertir beaucoup du culte des idoles au culte du Seigneur. Ensuite, ils rentrèrent chez eux, sur cette île, et ils [y] demeurèrent de nombreux jours en se succédant génération après génération, qui observaient le culte de Dieu alors que le monde entier rendait un culte aux idoles impures. C’est le premier titre de gloire du sanctuaire du martyr Cyriaque, lequel est l’île de Ṣānā de Sāf. Revenons donc au discours initial sur le roi d’Éthiopie, Bayena Ḫekem, dont le nom de règne est David. À son époque, il y avait eu une grande paix dans le monde entier et le culte de Dieu se diffusa, et la renommée de la gloire de Sion sortit d’une mer à l’autre et des rivières jusqu’aux limites du pays. Après avoir achevé sa longue vie, il se reposa dans un bel âge et il descendit dans le monde de ses pères. Après lui, on ne se souvient d’aucun des noms de ceux parmi les rois d’Aksum jusqu’au règne d’Arwē ; quant au règne d’Arwē, il dura jusqu’à Bāzēn, roi à l’époque duquel naquit le Christ notre sauveur. Après la naissance du Christ, ceux qui régnèrent sont les rois suivants : Bāzēn, Ṣenfa Asgad, Bāḥera Asgad, Germa Sāfer, Sarcādo, Kwellu la-Ṣeyon, Śargwāy, Zarɔay, Bagāmāy, Zaɔanāśegad, Ṣeyon Ḥegzen, Māḫel Ganeḫ, Sāfer Arcādo, Agdār, Abreha et Aṣbehā, frères bien aimés à l’époque desquels le Christ fils de Dieu a été annoncé dans toutes les contrées de leur royaume par la voix d'abuna Salāmā, grand et noble métropolite orthodoxe. La deuxième gloire de l’île de Ṣānā de Sàf fut celle qui arriva à cette époque, [quand] ces deux rois vinrent là après avoir fait construire Aksum et se rendirent là-bas. Après leur arrivée, ils commencèrent à bâtir le sanctuaire de Sàf ; le métropolite abuna Salāmā se joignit à eux80 en enseignant aux prêtres érudits lesquels sont à l’intérieur d’elle, les commandements de la nouvelle Loi, l’Évangile, et la foi en Christ – Gloire à Lui ! – et en prêchant l’abolition de leurs anciennes lois car il n’y en a plus d’utilité ni de bénéfice spirituel. Quant à eux, ils ont accepté d’emblée sa parole et ils ont tous été baptisés par ses mains, des grands jusqu’aux petits.

Image 10000000000002D4000002CBD5BC159B.jpg

  • 81 Ou « Kalēb le miséricordieux ».
  • 82 Dans le ms. d’Abbadie 74, il est dit que deux rois construisirent pour la deuxième et la troisième (...)
  • 83 C’est la même version que dans le ms. d’Abbadie 74 (Conti Rossini, op. cit., p. 618).
  • 84 Dans le ms. d’Abbadie 74 en revanche, c’est Yesḥāq qui commença les embellissements du sanctuaire, (...)
  • 85 Le texte du ms. d’Abbadie 74 a été rédigé pendant le règne du Nāɔod mais ne donne aucun renseigneme (...)
  • 86 Pereira, Chronica de Susenyos, 1900, II, p. 342 : dans le Bagëmder, lat. 1°50, long. 37°55'. D’aprè (...)
  • 87 D’après Bairu Tafla (op. cit., p. 900), district proche d’Estē près de l’Abbay.
  • 88 Antoine d’Abbadie mentionne cette localité, sous la forme « Goulqaba », dans ses carnets de voyage (...)
  • 89 C’est-à-dire tous les revenus de ces deux terres.
  • 90 La šammā est utilisée comme mesure, nous ne savons pas de quoi ici.
  • 91 D’après le dictionnaire amharique-anglais de Thomas KANE, la première cruche d’où le liquide (habit (...)
  • 92 Ici : maqdas.
  • 93 Voir GuiIyasu II, p. 111-113 à propos de Qwesqwām.
  • 94 Nous n’avons pas réussi à localiser ces terres jusqu’à présent.

Ils sont ensuite retournés dans leur pays dans la joie et l’allégresse et ils se reposèrent dans leur vieillesse, prospères. Après eux, ceux qui régnèrent furent : Arɔādo, Salɔādo, Ella Amidā. Dans les jours de ce roi fut la deuxième construction du sanctuaire de Ṣānā de Sāf. Et c’est ensuite que régnèrent Tāzēna, Śāhel Kalēb81, Gabra Masqal. En son temps eut lieu la troisième construction du sanctuaire de Ṣānā82. Le roi Gabra Masqal entra alors sur cette île avec le prêtre Yārēd archiprêtre, compositeur du beau chant qui était descendu du ciel et que le roi et le prêtre chantèrent tous les deux dans les trois modes du chant liturgique dans l’église du martyr Cyriaque. Quant à la croix avec laquelle le prêtre Yārēd, maître du chant, chantait, elle est maintenant dans le caveau du trésor jusqu’à aujourd’hui et on l’appelle la croix de Yārēd. C’est ce qui est le troisième titre de gloire de cette île. Ensuite, ceux qui régnèrent furent QwasImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpganImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpginos, Bāzegār Asāfā, Zaɔanāsegad, Ferē Śānāy, Adorɔaz, Ayezar, Māɔadoy, Kalawedem, Germāsefarē, Zaragzā, Degnā Mikāɔēl, Badagzā, Armāḫ, Degnāzen, Ḥezbanān, Anbasāwedem, Del Nācād. À son époque, la royauté passa aux Zāgwē et ensuite Yekuno Amlāk reprit le pouvoir. Après lui, celui qui régna fut Yāgbā Ṣeyon, Bārsagad, Ḥezba Racād, Qadem Sagad, Zān Sagad, Wedem cĀrɔad, Amda Ṣeyon, Sayfa Arcād, Wedem Asfarē, Dāwit, Tēwodros, Yesḥāq. À son époque eut lieu la quatrième construction du sanctuaire de Cyriaque de Sāf83. Ensuite [régnèrent] Endreyās, Ḥezba Nāñ, Amda Iyasus, Badelnān, Zarɔa Yācqob qui est appelé QwasImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpganImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpginos. Et en son temps fut achevée la construction de l’église de Cyriaque dont les fondations sont belles, agréables à voir et de réputation admirable. Ses fenêtres sont [comme] les os de la baleine et les défenses de l’éléphant et ses portes, qui [sont] les portes du vestibule, [sont] [comme] les miroirs purs et hauts qui permettent de voir l’homme dans toute sa hauteur. Combien de choses dirons-nous de ses beautés qui lui sont propres84 ! Il vaut mieux au contraire que nous arrêtions d’en parler. Après lui, ceux qui régnèrent furent Baɔeda Māryām, Eskender, Nacod. À son époque, le feu brûla l’église de Cyriaque. Quant à celui-ci, il la reconstruisit pendant son règne85 ; le nombre des chefs de régions auxquels il ordonna la construction était de huit : ce sont le kāntibā du Dambeyā, l'aggāfāri du Semēn, le šum de Bad, le nagāš du Goğğām, l'azmāč du Darà, et le sum de Wedo86, le sum de Dàbr87, le sum de An Image 10000000000000080000000FAB2D5F78.jpgo. Quand ils achevèrent la construction, le roi Nacod leur ordonna de donner à Ṣānā, à la place du présent et de l’offrande, dans les terres dont ils avaient été investis du gouvernement : le kāntibā du Danbeyā donna deux villages qui étaient Gwelqābā88, Gerā Image 10000000000000080000000FFCE2258A.jpgā Waynà en totalité89. Quant au šum de Bad, il donna cinq cents šammā90 et le nagāš du Goğğām donna cinq cents gac91 ; quant au sum de Dābr, il donna cinq cents [mesures de] miel ; le šum du Wedo, lui, donna agurbImage 10000000000000080000000FD49F8E76.jpgs (?) et les gardiens de la maison. Ensuite régnèrent les rois Wanāg Sagad [Lebna Dengel], Aṣnāf Sagad [Galāwdēwos], Admis Sagad [Minas], Malak Sagad [Śarṣa Dengel]. À son époque, il y eut encore l’incendie de l’église de Cyriaque de Sāf. Après lui régna son fils Yācqob et après lui Za-Dengel et après Za-Dengel régna Yācqob une deuxième fois six années et après cela régna notre roi ŚelImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpgān Sagad [Susenyos] car alors fut construit le sanctuaire92 de Ṣānā, il l’a construit à son époque. Et, lui, après avoir donné quatre régions qui sont le Darà dans sa totalité, la terre de Wedo dans sa totalité, Dābr dans sa totalité jusqu’à Gantā93 et la terre de AnImage 10000000000000080000000FAB2D5F78.jpgo dans sa totalité, il établit les Gāžgē comme porteurs des montants de portes. Après que les choses se sont passées ainsi, il acheva de la construire [l’église] et il lui donna quatre villages qui sont Gumāri, Qwerā, Ayā Šuri, Šāgā94. Après lui régna cĀlam Sagad [Fāsiladas] son fils, et après lui régna Aɔlāf Sagad [Yoḥannes Ier]. Quant à celui-ci, il commença sa construction mais il ne la finit pas. Ensuite régna Adyām Sagad [Iyāsu Ier] qui dit : « Je construirai le sanctuaire de Cyriaque », car il l’aimait beaucoup. Les prêtres lui dirent : « Ne détruis pas, c’est à nous qu’il est dû de changer le sanctuaire. » Pour cette raison, il a renoncé à sa construction et il lui a donné cinquante siqles d’or. Et après lui régna Takla Hāymānot son fils. Alors qu’il désirait la construction, il mourut en peu de temps.

Image 10000000000002D300000219D4E1AA4D.jpg

Image 100000000000000200000002DC1D61ED.jpgImage 10000000000002E90000020EA8B14ECE.jpg

  • 95 Un corps de troupes oromo, voir notamment Basset, op. cit., p. 189.
  • 96 Les Qiro ou Qēro sont un corps de troupe oromo (voir Bairu Tafla, op. cit., p. 959 ; GuiIyasu I, p. (...)
  • 97 Pirogue constituée de tiges de papyrus nouées, c’était alors le seul moyen de circuler sur le lac.
  • 98 Selon la carte du lac Ṭānā établie pour les catalogues des microfilms des îles réalisés par la miss (...)
  • 99 Sur la carte de Jean Duchesne-Fournet (Mission en Éthiopie (1901-1903), 1909, atlas), il s’agit de (...)
  • 100 Pereira, op. cit., p. 110 : Qerñā est une étape pour le roi qui arrive de l’Amḥārā et va rencontrer (...)
  • 101 Littéralement la « partie haute ».
  • 102 Littéralement la « maison du vin ».

Et ensuite régna Tēwoflos le frère d’Adyām Sagad [Iyasu Ier], Et ensuite régna YosImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpgos. Ensuite régna Dāwit, fils d’Adyām Sagad. Après lui régna Bakāffā, son frère. À l’époque de Bakāffā, ce fut la septième fondation du sanctuaire de Ṭānā après qu’il a régné quatre ans et cinq mois. À ce moment-là, il commença la construction, dans l’année de l’évangéliste Luc. Quant à la fondation, elle fut au moyen des cent cinquante siqles d’or. Quant à cet or, cinquante siqles [proviennent] d’Adyām Sagad, cent du roi des rois Bakāffā. Quant aux soldats qui construisirent, c’étaient les Galla ğāwi95 et les Gwerāč, eux en portant le bois pour faire bouillir la chaux. Ceux qui portèrent l’eau et les bouses de vache étaient les Qiro QanImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpgafā96, ils étaient aussi nos porteurs de norā. Quand il leur était impossible de porter la norā, ils donnaient de l’or avec lequel ils achetaient la norā dans la terre de Meṣrāḫā. Quant à cette norā, les marchands la faisaient venir par tānkwā97 qui sont de WanğeImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpgā et de Warāmit, de Šum Abo98 et de ŠembeImage 10000000000000070000000F2390FE5A.jpg99, sur l’ordre du roi. Quant à ces marchands, le roi leur laissait [de l’argent ?] afin qu’il donne comme paiement aux gens de MeImage 10000000000000080000000FAB2D5F78.jpgrāḫā [et ?] dans la terre de Qerñā100. Quant aux bâtisseurs qui venaient de la maison du roi, le roi leur donna huit rations de nourriture, quarante Image 10000000000000080000000FFCE2258A.jpgān dans la région de Fogarā, qui était en la possession du baǧerond, chaque année jusqu’à sa mort. Et après lui régna son fils Iyāsu [II]. Celui-ci donna cinq siqles d’or, et aussi du grain comme son père. La deuxième année du règne de Iyāsu, la fondation du sanctuaire de Ṣānā fut achevée. Ceux qui construisirent le toit101 de l’ceqa bēt sont les gens du wāgaImage 10000000000000080000000FAB2D5F78.jpgarānā et les gens du wayn bēt102, les gens du monastère construisent [...]. Le nid, [ce sont] les gens de l’ceqa bēt et les redevables du bois de construction [qui le] construisent. Le moulin de l’impôt, [ce sont] les rameurs de Gwāngut qui le construisent. La place pour faire sonner la cloche, [ce sont] les rameurs du gend [qui la] construisent.

Image 10000000000002D9000000713269CD92.jpg

  • 103 Littéralement la « porte de la paix », construction insérée en général dans l’enceinte qui enclôt l (...)
  • 104 Le nom de cette localité apparaît dans un autre manuscrit de (...)

Le dağ salām103 de l'église, [ce sont] les rameurs de SadaImage 10000000000000080000000FFCE2258A.jpgelā104 [qui le] construiront. Les serfs de la maison de la communauté d’avant construisent la maison de la communauté. La longueur de cette sorte de construction qu’ont fait les gens de l’ceqa bēt, est cinq kend, la largeur est sept kend. Nous avons donc écrit ce document afin qu’il soit témoin pour les siècles des siècles.

Notes

1 La charge de neburaɔed de Sāf est conférée au mamher de Ṭānā Qirqos par le roi Śarṣa Dengel la 14e année de son règne (1577-1578) alors que Zawga Giyorgis est mamher.

2 Merid Wolde Aregay, « Some inedited land charters of emperor Särsä Dengel (r. 1563-1597) », 1985, P· 90-94.

3 Est-ce le Za-Manfas Qeddus qui exerça cette charge avant Image 10000000000000080000000F799BAD85.jpgebaba/Ṭebaba Krestos ? En tout cas, il ne s’agit pas du mamher homonyme de Dāgā qui meurt, lui, en 1700, en même temps d’ailleurs qu’un mamher de Meṣrāḫā du même nom.

4 Merid Wolde Aregay, op. cit., p. 90-91, 94.

5 Basset, op. cit.

6 Kropp, « Zur “Kurzen Chronik” der äthiopischen Könige : 1. Die Geschichte des Königs Yostos », 1981.

7 Fol. 63v. L’encre est plus claire de ce côté, ce qui en fait une des pages les plus difficiles à lire.

8 Image 10000000000000370000000FE6E07F0F.jpg : Abbadie 100

9 Image 10000000000000470000000F1F629BA1.jpg : Abbadie 100. Sauf mention contraire, graphie toujours utilisée dans le d’Abbadie 100.

10 Image 10000000000000620000000F98BB2281.jpg :Abbadie 100.

11 Image 100000000000002A0000000FDC2E6860.jpg : Abbadie 100.

12 Dans le BNF 141, ce passage est inscrit dans la marge gauche, d’une écriture différente de celle du texte principal. Pour cette note, il n’y a pas de signe dans le corps du texte pour indiquer où elle doit s’insérer. Le ms. d’Abbadie 100 intègre cette note mais n’harmonise pas le texte par la suite, en répétant comme son modèle « la 3e année de son règne ».

13 Image 100000000000001E0000000FFA84BFF1.jpg : Abbadie 100, graphie toujours utilisée dans ce ms

14 Image 100000000000004D0000000FF4AAF0F0.jpg Abbadie 100.

15 Image 10000000000000430000000FF67EFEC7.jpg : Abbadie 100.

16 Image 10000000000000350000000FC46065E8.jpg : Abbadie 100

17 Image 100000000000001F0000000FF5652BCC.jpg : Abbadie 100

18 Image 100000000000001E0000000FC4A3AA90.jpg : Abbadie 100

19 Image 10000000000000220000000F08D7A59A.jpg : Abbadie 100.

20 Image 10000000000000450000000F68E9E76E.jpg : Abbadie 100.

21 Image 10000000000000260000000FB7805BB1.jpg: Abbadie 100.

22 Image 100000000000002F0000000FEF105B69.jpg : Abbadie 100.

23 Buribštāman : Abbadie 100.

24 Nous ne disposons pas d’autres données pour savoir s’il s’agit là d’une erreur du texte ou d’une information qui pointe un problème dans ce monastère.

25 La Nativité de la Vierge Marie.

26 Leğomē : Abbadie 100.

27 Image 10000000000000250000000F0F451951.jpg : Abbadie 100.

28 Image 100000000000003F0000000F2F3E24DB.jpgAbbadie 100.

29 Image 10000000000000370000000FE3D5DF04.jpg : Abbadie 100. La lettre dans le ms. BNF 141 est tellement difficile à lire que c’est peut-être « ni » aussi.

30 Image 10000000000000350000000FA5895933.jpg : Abbadie 100.

31 Image 10000000000000240000000FC1422368.jpg : Abbadie 100

32 Add. Image 100000000000001C0000000F59094D7C.jpg Abbadie 100

33 La lecture de cette dernière syllabe est incertaine. De plus, le mot en contenait peut-être d’autres : il me semble en voir les traces semi-effacées, Image 10000000000000150000000FDE12EEE6.jpg : Abbadie 100.

34 Image 10000000000000280000000FF6231DD3.jpg Abbadie 100.

35 L’alef a été ajouté au-dessus de la ligne.

36 Début d'un autre cahier, fol. 64r : d’une main différente, la plume est plus large et l’ensemble est plus brouillon.

37 Image 10000000000000220000000F8CBF3E8B.jpg : Abbadie 100

38 Image 10000000000000340000000F895B80C2.jpg : Abbadie 100.

39 Image 100000000000003E0000000F9914B84F.jpgAbbadie 100.

40 Image 10000000000000480000000F68C2AB1E.jpg : Abbadie 100.

41 Image 100000000000001F0000000FDE064D47.jpg : Abbadie 100.

42 Image 10000000000000250000000FA1FC96F1.jpg : Abbadie 100.

43 BNF 141 : Image 10000000000000370000000FCC935E67.jpg (sic).

44 Image 10000000000000320000000FC958D0C6.jpg : Abbadie 100.

45 Om. : BNF 141. Un espace a été laissé en blanc, qui permettrait l’inscription de ces deux syllabes. Écrit en entier dans le ms. d’Abbadie 100.

46 Qu’il nomma sur cĀrābeyā et Kosān : Abbadie 100. Il semble que ce deux termes désignent des noms de lieu, mais s’agit-il de toponymes locaux, en référence à des monastères égyptiens (comme c’est le cas de Qwesqwām ou de Qalmon), ou d’autre chose ? Nous ne savons le dire pour le moment.

47 Tako : Abbadie 100.

48 Guidi, « Il racconto di Nârgâ », 1905, p. 242-243 ; Euringer, « Die Geschichte von Narga », 1933, p. 294-296.

49 GuiIyasu II, p. 98-99 (texte), 107-108 (traduction).

50 Ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 68, fol. 107vb-c. Cet inventaire inédit a été « écrit à l’époque du roi Iyāsu alors que le mamher était Walda Iyasus et le qēs gabaz Agnāṭyos ».

51 Muzā, abréviation pour mazmur, psautier ? Relié avec un Dersāna Māryām.

52 D’après l’inventaire écrit à la suite, daté du règne de Iyoɔas, ce manuscrit a été donné par l'afa mamher Walda Sāmuɔēl. Voir à ce sujet le paragraphe sur la composition des bibliothèques dans le chapitre XI.

53 Les bibliothèques de Qwesqwām et de Ṭānā Qirqos, cette dernière sous le règne de Iyoɔas (ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 68, fol. 108rc), comptent parmi leurs collections un livre appelé farağ qu’Ignazio Guidi (GuiIyasu II, p. 107) traduit par le « Livre des Francs ». Il s’agit en fait du livre d’Abou l’Farağ (voir Zotenberg, Catalogue des manuscrits éthiopiens (gheez et amharique) de la Bibliothèque nationale, 1877, p. 127). Il s’agit d’un auteur arabe chrétien, nestorien, actif à Bagdad au xie siècle et qui a rédigé des commentaires de la Bible, de l’Ancien Testament, le Firdaus an-nImage 100000000000000A0000000FB0E6D9B7.jpgsrānīya, et des évangiles ainsi que des ouvrages dogmatiques, comme par exemple un traité sur la trinité et l’unité (Castellino, « Letterature cuneiformi e cristiane orientali », 1969, p. 419-420). Il s’agit le plus vraisemblablement ici de ses commentaires de la Bible traduit en guèze et qui ont exercé une influence considérable sur l’exégèse de la Bible dans l’Église éthiopienne (voir Cowley, « A Ge’ez document reporting controversy concerning the Bible commentaries of Ibn t-Ṭaiyib », 1987, notamment p. 5 ; Id., The Traditional Interpretation of the Apocalypse of St. John in the Ethiopian Orthodox Church, 1983).

54 Voir Beylot, « Bref aperçu des principaux textes éthiopiens dérivés des Acta Pilati », 1988.

55 Ibid.

56 Il s'agit peut-être du texte du Fetat za-Wald, à la réserve près que ce texte n'occupe en général qu'un ou quelques folios dans des livres de prière voir (par exemple Strelcyn, Catalogue des manuscrits éthiopiens de l'Academia Nazionale dei Lincei, 1976, p. 126  ; Macomber, A Catalogue, II, 1976, p. 179.) Cela étonne donc qu'il soit compté comme un livre à part, à moins qu'il s'agisse de folios non reliés.

57 Dont deux avec la notation musicale.

58 Donné par Walda Rufāɔēl au monastère.

59 À Nārga, Afa warq Yoannes, Qērlos et ĒImage 100000000000000A0000000F9105D615.jpgifānyos étaient dans le même volume. À Qw esqw ām, ces deux derniers livres, Qërlos et ĒImage 100000000000000A0000000F9105D615.jpgifānyos, étaient reliés ensemble.

60 À Nārgā comme à Ṭānā Qirqos, relié avec le Zēnā Eskender.

61 Relié avec les Actes de saint Abib et donné par abbā Gabra Māryām.

62 Relié avec un Muzā.

63 Donné par l’afa mamher Walda Sāmuɔēl au monastère, voir toutefois à ce sujet le paragraphe sur la composition des bibliothèques dans le chapitre IX.

64 Un relié avec le Dersāna Rufāɔēl et l’autre donné au monastère par le mamher Henṣa Krestos.

65 À Nārgā et Ṭānā Qirqos, relié avec l’Aksimāryos.

66 Mf. EMML 8436, fol. 1v-2v. Ces folios sont flous sur le microfilm EMML et nous avons travaillé d’après les photographies que nous avons réalisées sur place.

67 Ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 74 édité et traduit par Conti Rossini, « Il Convento di Tsana in Abissinia e le sue laudi alla Virgine », 1910, p. 581-621.

68 Cette tradition est encore très vivace sur Pile, les récentes peintures murales de l’église illustrent cette histoire. Nous pouvons en conclure qu’il existe toujours un double de ce texte sur l’île, ou à défaut une mention marginale dans un des nombreux manuscrits de la bibliothèque.

69 Cf. Épître aux Colossiens, I, 15-16.

70 Le texte guèze ne l’annonce pas tout de suite mais il s’agit là de la grandeur et de la magnificence non plus de Dieu, mais du monastère de Ṭānā Qirqos.

71 Ici : makān.

72 Littéralement le « monastère de la Clémence ».

73 Le mot guèze est orit qui peut désigner aussi bien la Torah juive, l’ancienne Loi pour les chrétiens, et l’Octateuque.

74 En référence peut-être aux douze tribus d’Israël, dont un membre de chaque aurait accompagné Menilek [Ménélik] à son retour en Ethiopie.

75 Sic.

76 Littéralement « à l’intérieur », c’est-à-dire dans l’île.

77 Voir Exode xvi, 32-35.

78 Ici : bêta mazāgbet.

79 Il s’agit peut-être d’une transformation du mot grec pour aspersoir, goupillon.

80 Sur ce point, la construction du premier sanctuaire par ces rois et la venue de Salāmā ensuite qui consacra le sanctuaire, le ms. d’Abbadie 74 donne une version semblable (cf. Conti Rossini, op. cit, p. 618).

81 Ou « Kalēb le miséricordieux ».

82 Dans le ms. d’Abbadie 74, il est dit que deux rois construisirent pour la deuxième et la troisième fois le sanctuaire mais que l’on ne se souvient plus de leur nom (Conti Rossini, op. cit., p. 618).

83 C’est la même version que dans le ms. d’Abbadie 74 (Conti Rossini, op. cit., p. 618).

84 Dans le ms. d’Abbadie 74 en revanche, c’est Yesḥāq qui commença les embellissements du sanctuaire, sans détails, ce qui fut poursuivi par Zarɔa Yācqob dont il est dit plus précisément qu’il fit reconstruire le toit. Il donne apparemment des ordres à trois gouverneurs pour cela, qui deviendront huit dans ce texte-ci sous le règne de Nāɔod (Conti Rossini, op. cit., p. 618).

85 Le texte du ms. d’Abbadie 74 a été rédigé pendant le règne du Nāɔod mais ne donne aucun renseignement sur ce qu’il advint du monastère à cette époque.

86 Pereira, Chronica de Susenyos, 1900, II, p. 342 : dans le Bagëmder, lat. 1°50, long. 37°55'. D’après Bairu Tafla (Aṣma Giyorgis and his work, 1987, p. 989), ce district borde l’Abbay à l’est du lac Ṭānā. À l’époque du saint Yāfqeranna Egziɔ e, un śeyutn (šum) de Wedo, dans la province du Bagēmder, est déjà mentionné (Wajnberg, Das Leben des Hl. Jafqeranna Egzi, 1936, p. 80-81).

87 D’après Bairu Tafla (op. cit., p. 900), district proche d’Estē près de l’Abbay.

88 Antoine d’Abbadie mentionne cette localité, sous la forme « Goulqaba », dans ses carnets de voyage (ms. BNF Éthiopien d’Abbadie 265, vol. 1, p. 345-346, esquisse de carte), entre « Metraha » et « Qalamon ». Dans la Géodésie (1873, P· 165a, 168a, 246a, 249b), on retrouve la péninsule de Guilqaba ou Gulqaba ou la baie de Gulqaba (p. 233a), carte n°4.

89 C’est-à-dire tous les revenus de ces deux terres.

90 La šammā est utilisée comme mesure, nous ne savons pas de quoi ici.

91 D’après le dictionnaire amharique-anglais de Thomas KANE, la première cruche d’où le liquide (habituellement la bière tallā) est tiré à une réunion ou à un banquet commémoratif ; grand plat de bœuf ; grand récipient en cuir pour l’eau ou un autre liquide ; quartier de bœuf. Nous ne savons pas comment il faut l’entendre ici.

92 Ici : maqdas.

93 Voir GuiIyasu II, p. 111-113 à propos de Qwesqwām.

94 Nous n’avons pas réussi à localiser ces terres jusqu’à présent.

95 Un corps de troupes oromo, voir notamment Basset, op. cit., p. 189.

96 Les Qiro ou Qēro sont un corps de troupe oromo (voir Bairu Tafla, op. cit., p. 959 ; GuiIyasu I, p. 132, 242 ; Conti Rossini, Historia regis Sarsa Dengel (Malak Sagad), 1907, p. 207).

97 Pirogue constituée de tiges de papyrus nouées, c’était alors le seul moyen de circuler sur le lac.

98 Selon la carte du lac Ṭānā établie pour les catalogues des microfilms des îles réalisés par la mission Hammerschmidt, Sum Abo est l’île au sud de celle de Dabra Māryām à la sortie de l’Abbay du lac.

99 Sur la carte de Jean Duchesne-Fournet (Mission en Éthiopie (1901-1903), 1909, atlas), il s’agit de zones d’herbes (marécageuses ?) au bord du lac tout proche de Bâher Dàr, au nord-ouest et plus exactement à la base de la péninsule qui mène à l’île d’Abba Garimā. Voir aussi la carte dans Cat. Ṭānāsee I, 1973.

100 Pereira, op. cit., p. 110 : Qerñā est une étape pour le roi qui arrive de l’Amḥārā et va rencontrer Yolyos qui arrive du Tegrē, elle se situe sur la rive orientale du lac, au sud de Mesraha (voir carte au 1 :50 000 de l'Ethiopian Mapping Agency, n1237 D3 [Yfag]).

101 Littéralement la « partie haute ».

102 Littéralement la « maison du vin ».

103 Littéralement la « porte de la paix », construction insérée en général dans l’enceinte qui enclôt le terrain de l’église.

104 Le nom de cette localité apparaît dans un autre manuscrit de Image 100000000000000A0000000F1CDD9143.jpgānā Qirqos (mf. EMML 8507), fol. 157vb, où il est question de la circulation par tānkwā d’amolē (barres de sel) entre Gwāngut, QwarāImage 10000000000000070000000FC5813D40.jpgā et Sadaelā. D’après la carte du major Cheesman (Lake Tana and the Blue Nile, 1936), elle apparaît (« Sedechila Maryam ») sur la terre ferme entre Image 100000000000000A0000000F1CDD9143.jpgānā Qirqos et Melē. Voir aussi la carte au 1 :50 000 de l'Ethiopian Mapping Agency, 1987, feuille 1137 B1 - Wereta.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.