Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La barricade

 | 
Alain Corbin
, 
Jean-Marie Mayeur

Autour de la commune : la fin des barricades ?

Napoléon Gaillard chef barricadier de la Commune, 1815-1900

Raymond Huard

Texte intégral

1Planche X

  • 1 Maitron J., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 1864-1871, t. 6, p. 114-115.

2Napoléon Gaillard reste assez peu connu, bien qu'il ait fait beaucoup parler de lui à la fin du Second Empire et pendant la Commune, suscité une abondante iconographie visible au Musée de Saint-Denis, et même associé son nom à l'une des barricades de la Commune, le « Château-Gaillard ». Ce directeur général des barricades de la Commune, entre le 30 avril et le 15 mai 1871, nous est signalé seulement par un bon article du Maitron1. Cette présentation, à travers la description de la carrière, assez longue, d'un personnage pittoresque, vise à faire comprendre l'émergence du personnel de la Commune dont l'accession aux responsabilités est davantage due au parcours politique antérieur qu'à une compétence reconnue dans le domaine qu'il allait avoir à gérer. Ce titre, nouveau, correspond à une période où les barricades ne sont plus seulement un phénomène spontané, mais sont officialisées ; elles entrent dans un système organisé de défense, ce qui ne va pas sans débat. Enfin, alors que tant de barricadistes sont des hommes inconnus, voici une personnalité dont on peut esquisser les traits principaux, malgré les inévitables lacunes rencontrées dès qu'on s'efforce de cerner la carrière des militants ouvriers.

L'accès à la notoriété nationale en 1868, mais une carrière déjà longue

3Le cordonnier Napoléon Gaillard, dit aussi Gaillard père, commence à jouer un rôle national en 1868 au moment de l'affaire Baudin et dans les réunions publiques de la fin de l'Empire. Agé de 53 ans, cet artiste chaussurier – comme il s'intitule - vit à Belleville, 74 rue Julien Lacroix, avec son fils Gustave, peintre en porcelaine, dont il est très proche. Il a déjà à cette date un passé politique de quarante-huitard nîmois et une riche expérience professionnelle.

  • 2 Il s'agit de Napoléon Elie Lafont né le 9 mai 1815, de Napoléon Pierredon né le 12 mai, de Napoléo (...)

4Napoléon Gaillard est né à Nîmes le 7 juin 1815, d'un père cordonnier. L'attribution du prénom de Napoléon est alors un acte politique surtout à Nîmes, ville royaliste : quatre Nîmois, entre le 9 mai et le 16 juin 1815 prénomment leur fils Napoléon, hommage sans doute davantage au soldat de la Révolution qu'à l'empereur despote2. Ce prénom daté se révéla sans doute un peu encombrant pour le républicain ardent que devint Napoléon Gaillard. A la fin du Second Empire, il préférera signer et se faire nommer Gaillard père.

  • 3 Mémoire descriptif du mode de fabrication de la chaussure française en gutta-percha, Nîmes, 1853, (...)

5N. Gaillard apprend le métier de son père et acquiert une certaine instruction. Il sait lire, écrire à peu près correctement, manifeste un certain goût pour la culture et l'art. Sa qualification en tant que cordonnier est reconnue. A deux reprises, il innove ou théorise dans sa profession. En 1852, il dépose un brevet d'invention, perfectionné par la suite, pour une chaussure en gutta-percha, et participe à l'exposition universelle de Paris. En 1853, il publie à Nîmes le mémoire descriptif de son invention, mémoire plusieurs fois réédité et augmenté en 1856, 1857 et 18583. N. Gaillard indique comment fabriquer des chaussures à la fois plus souples et plus imperméables que celles qui sont habituellement cousues ou clouées, et d'alléger ainsi la tâche de l'ouvrier cordonnier.

  • 4 Ibid, p. 60.

« Le public ignore toutes les fatigues de corps et d'esprit de l'ouvrier cordonnier qui fabrique par des procédés ordinaires. Par mon système, il travaille sans fatigue aucune, développe son intelligence, obtient un beau travail et peut être classé au rang des modeleurs et des sculpteurs »4.

6N. Gaillard se veut donc artiste autant qu'artisan et l'on comprend la fierté qu'il éprouvera envers son fils, peintre en porcelaine, mais aussi à l'occasion dessinateur et poète.

  • 5 L'Art de la Chaussure ou moyen pratique de chausser le pied humain d'après les règles de l'hygiène (...)

7En 1876, alors qu'il est en exil à Genève, Gaillard père publie L'Art de la Chaussure5 son testament de cordonnier, où il développe sa conception d'une chaussure naturelle, adaptée au pied de chaque individu, modèle suggéré par l'observation des pieds des statues antiques dans les musées. Cette conception moderne reste cependant artisanale. Gaillard est totalement étranger à l'industrialisation de la fabrication de la chaussure, caractéristique du Second Empire.

  • 6 Jeanjean J.-F., Armand Barbès, sa vie, son action politique, sa correspondance, Paris, 1909, t. i. (...)
  • 7 Napoléon Gaillard est de tous les banquets démocratiques organisés à l'automne 1848, notamment à N (...)
  • 8 Un rapport du procureur général Thourel, de Nîmes (7 avril 1849) cite des extraits d'un cahier de (...)
  • 9 Voir sur ce point Huard R., Le parti républicain et l'opinion républicaine dans le Gard, de 1848 à (...)

8Lorsque Gaillard, militant politique, se révèle à Paris à la fin de l'année 1868, il semble sortir de l'anonymat. En réalité, il a laissé quelques souvenirs à Nîmes où il s'est illustré pendant la seconde République. Son premier acte militant est d'être allé accueillir A. Barbes à sa sortie de la Maison centrale de Nîmes, le 26 février 1848, alors que celui-ci, libéré, partait pour Paris via Montpellier. La poignée de main que Barbes lui a donnée alors, lui a laissé un grand souvenir6. Sans doute s'était-il déjà un peu mêlé, sans qu'on en ait la certitude, à l'activité d'ailleurs faible des républicains locaux à la fin des années 1840. En 1848 et 1849, il est un infatigable fondateur de clubs, toujours situés à l'extrême-gauche : celui de la fraternité républicaine, qui propose l'organisation du travail à la manière de Louis Blanc, puis le club Encontre, nettement socialiste, enfin, après une scission de ce dernier, le club de la rue Saint-Mathieu qui s'organise en sections, à la manière des sociétés secrètes, et forme le « bataillon de l'égalité »7. Les discours de Gaillard dans les banquets et les clubs, en particulier à l'automne 1848 et au printemps suivant, reflètent tous un républicanisme d'extrême-gauche, ancré dans le souvenir de la Révolution française et de ses grands hommes, Robespierre, Saint-Just, Couthon, Marat, Babeuf, relayés par les héros modernes Barbes et Blanqui. Gaillard se complaît aussi à un terrorisme verbal en évoquant le jugement dernier des réacteurs, voire les cadavres entassés des riches8. Cependant, Gaillard n'oublie pas l'organisation du travail et des travailleurs, et s'efforce d'y concourir9. Ces diverses activités lui valent quelques poursuites judiciaires et une condamnation à huit jours de prison.

  • 10 Cette légende nous a été transmise par M. Roger Gaillard de Nîmes que nous remercions.

9N. Gaillard ne fut pas compromis au moment du Coup d'Etat. Il est vrai qu'à Nîmes même il y eut peu de condamnés. Une légende dit qu'il se cacha dans une capitelle de la garrigue10. Entre 1852 et 1858, seule la propagation de son invention semble le préoccuper. Quand est-il parti à Paris ? Sans doute après 1853 puisque la première édition de son Mémoire descriptif est faite à Nîmes et la deuxième à Paris. En 1868, le voici à Belleville, participant activement au mouvement démocratique.

  • 11 Une note du Réveil, le 29 octobre 1868, avait appelé à cette manifestation. Voir sur ce point Tour (...)
  • 12 L'Affaire de la souscription Baudin, Seul compte rendu complet (...) 13 novembre 1868, Paris, 1868 (...)

10Au début de novembre 1868, ce quarante-huitard nîmois devenu bellevillois se joint aux militants qui, à l'appel du Réveil11, vont déposer des couronnes sur la tombe de Godefroy Cavaignac. Ils recherchent ensuite la tombe de Baudin, avant d'organiser sur celle-ci une manifestation semi-improvisée au cours de laquelle le fils Gaillard prononce quelques vers de circonstance12.

11C'est à la suite de cette manifestation que la souscription pour élever un monument à Baudin fut ouverte par Le Réveil de Delescluze et L'Avenir national de Peyrat. Un procès s'ensuivit qui donna lieu au coup d'éclat de Gambetta, bénéfique sans doute pour les progrès de l'idée républicaine, mais funeste pour les accusés qui furent sévèrement sanctionnés en vertu des dispositions subsistantes de la loi de sûreté générale. Défendu par l'avocat Leblond qui s'efforça avec talent de montrer que son client n'avait rien fait de répréhensible (le port d'un cache-nez rouge n'était pas interdit), Gaillard père n'en fut pas moins condamné à 500 F d'amende, somme considérable pour un simple ouvrier, tandis que son fils se voyait infliger, outre une amende de 150 F, un mois de prison.

L'orateur des réunions publiques

  • 13 Sur les réunions publiques des années 1868-1870, cf. Dalotel A., Faure A., Freiermuth J.-C, Aux or (...)
  • 14 Voir Vitu A., Les réunions publiques, 1868-1869, Paris, 1869, in 8°, 96 p.
  • 15 Lettre de N. Gaillard au rédacteur de La Presse libre, 3 avril 1869, B.H.V.P. Fonds Claretie, Ms. (...)

12A la fin de l'année 1868 et au début de 1869, Napoléon Gaillard se lança aussi avec ardeur dans le mouvement des réunions publiques13, autorisées par la loi de juin 1868. Il y parle, en organise, notamment le dimanche et le lundi, dans les quartiers populaires – aux Folies-Belleville et à Ménilmontant. Il porte la contradiction aux orateurs des réunions bourgeoises et libérales, celles de la Redoute où se réunit la société d'économie politique ou bien salle du Pré aux clercs, rue du Bac, lieu de réunion des catholiques libéraux14. En avril 1869, alors emprisonné, il se plaint que le ministre de l'Intérieur ait interdit deux réunions publiques organisées par lui, l'une sur « salariat et propriété », l'autre sur « l'humanité et ses martyrs du point de vue historique » et qui devaient avoir lieu toutes deux aux Folies-Belleville15

  • 16 Lettre de Napoléon Gaillard à Achille Vogue ou Vogui, Nice, 6 mai 870. B.H.V.P. Fonds Claretie, Ms (...)
  • 17 Vitu A., op. cit., p. 28.

13Dans ses diverses interventions, souvent relatées par les brochures sur les réunions publiques, N. Gaillard s'affirme communiste, libre-penseur, athée, négateur de la morale bourgeoise. Le communisme, vraisemblablement d'inspiration babouviste, semble un trait ancien de sa pensée, repérable sous une forme vague en 1848, indissociable alors de la tradition révolutionnaire et terroriste. Dans une lettre du 6 mai 1870, il se dit « partisant (sic) de l'égalité absolue »16 et justifie ce communisme égalitariste par des raisons morales : la loi donnant sa sanction à toutes les propriétés, même mal acquises, la condamnation de la propriété est un impératif moral17. On ne trouve pas, en revanche, chez lui de réflexions sur une organisation communiste effective et il semble, au moins dans un premier temps, se contenter du droit d'association sous toutes ses formes pour les ouvriers. A-t-il été membre de l'Internationale ? On n'a sur ce point aucune certitude. On voit se rejoindre dans sa pensée, un esprit de classe antibourgeois, un vif sentiment national, et la tradition révolutionnaire ; les bourgeois français sont d'autant plus condamnables qu'ils se laissent dominer par l'influence anglaise :

  • 18 Ibid., p. 35.

« Anglais, voilà, bourgeois, ce que vous devenez, voilà ce que vous êtes. Fils de 1793, levez-vous »18.

14Enfin, il se déclare anticlérical et antireligieux parce que la religion justifie les inégalités sociales (« il y aura toujours des riches et des pauvres ») et que c'est un facteur d'aliénation intellectuelle et civique :

  • 19 Ibid., p. 18.

« Nous demandons, nous voulons que le livre de lecture, le catéchisme, soit remplacé par l'histoire philosophique des peuples, et le Nouveau et l'Ancien Testament par le code civil. Nous voulons en un mot que l'on crée des hommes et des citoyens et non des esclaves19.

  • 20 Ibid., p. 22.

15Dans cette logique, il répudie la morale traditionnelle en matière de mariage, critique la suppression du divorce dans la législation comme la situation inférieure des enfants illégitimes. « Le concubinage est selon moi le seul mariage de l'homme d'honneur »20. N. Gaillard se justifiait ainsi puisque, comme beaucoup d'ouvriers, il vivait depuis longtemps en union libre avec une ouvrière, Maria Cortès.

  • 21 Les Orateurs des Clubs. Réunions publiques. Le journal paraît du 13 février au 6 mars 1869. Il a p (...)

16Gaillard et son fils, âgé de 21 ans, tentent d'exploiter le succès des réunions publiques pour fonder un journal, Les Orateurs des clubs. Réunions publiques, dont le père était l'administrateur et le fils, le rédacteur et le dessinateur. L'originalité du journal consistait à présenter chaque semaine, outre les informations sur les réunions tenues et à venir, un des orateurs de ces réunions, croqué par Gustave Gaillard. Le journal disparaît après quelques numéros, le 6 mars 186921.

  • 22 Jeanjean J.-E, Armand Barbes..., op. cit., p. 259 (cite une lettre de Gaillard du 13 mai 1869).

17En politique enfin, N. Gaillard ne se mêle à l'activité électorale en 1869 que pour préconiser un vote protestataire. Il déclare dans une lettre à Barbes, le 13 mai, qu'il engage « tous (ses) amis ainsi que tous ceux qui ont le sentiment de leur droit à déposer dans l'urne un Barbes inassermenté »22. Véritable irréconciliable, il ne joue donc aucun rôle dans le comité gambettiste de Belleville.

  • 23 Lettre du 9 février 1870 à un correspondant inconnu (Gaillard annonce son transfert dans le Midi.) (...)

18Toutes ces activités lui valent à nouveau plusieurs condamnations : un mois de prison le 22 janvier 1869 pour excitation à la guerre civile, puis le 11 juin à deux mois de prison pour cris séditieux, le 26 novembre à 500 F d'amende pour contravention relative aux réunions publiques, le 30 novembre à quatre mois de prison pour outrage. Ces séjours en prison ont sans doute affaibli sa santé. En juin 1869, malade des poumons, il doit être transporté dans une maison de santé pour prisonniers au faubourg Saint-Denis, puis à Nice, où il séjourne encore en mai 187023, ce qui explique qu'il n'ait pas participé à la campagne parisienne contre le plébiscite.

19Retenons qu'en 1869 et 1870, Napoléon Gaillard s'est fait un nom dans l'opposition parisienne. La radicalité de ses positions a sans doute irrité certains militants, mais sa détermination et sa faconde en ont impressionné d'autres. Il commence à être un personnage, il a souffert pour ses idées. Grâce à la chute de l'Empire le 4 septembre, ses responsabilités politiques s'accroissent.

L'accès aux responsabilités

  • 24 Sur le Comité central des vingt arrondissements, voir l'ouvrage fondamental de J. Dautry et L. Sch (...)
  • 25 Ibid., p. 21.
  • 26 Ibid., p. 77.
  • 27 Ibid., p. 71-73.
  • 28 Ibid., p. 97.
  • 29 Jacquemet B., Belleville au xixe siècle, Paris, 1984, p. 190.

20Le 4 septembre ouvre en effet à N. Gaillard un champ d'action plus vaste. Il s'investit dans les organisations qui soutiennent l'action de défense nationale. Il entre ainsi au Comité central des vingt arrondissements, créé aussitôt après le 4 septembre24 pour centraliser l'action des comités de défense, élus par la population rassemblée en réunions publiques. L'idée a été lancée par les Internationalistes. Que Gaillard fasse ou non partie de l'Internationale, il siège au Comité central où il représente, avec Jules Vallès, le comité de défense de Belleville25. Très assidu aux séances jusqu'à la fin de l'année, il signe la première affiche rouge (15 septembre) qui propose au gouvernement toutes sortes de mesures de sécurité publique, économiques et sociales et de défense. Il est même assesseur du Comité central le 30 septembre26. Fin septembre-début octobre, on insinue dans la presse que Gaillard a été soudoyé par l'Empire. Justice est faite ensuite publiquement de ces accusations27. Lorsqu'à la mi-octobre, le comité, en conflit avec le gouvernement à propos de l'élection d'une municipalité de Paris, paraît un peu essoufflé, Gaillard est disposé à le remplacer par une organisation plus vigoureuse, un Comité central des réunions publiques de la capitale28. Il reste cependant membre du comité et, en décembre, proteste contre la détention prolongée des militants arrêtés après la journée insurrectionnelle du 31 octobre suivant la chute de Metz. Par la suite, lorsque le Comité central devient Délégation des vingt arrondissements, Gaillard ne semble plus y figurer. L'on ne sait pour quelle raison (dissentiments internes, départ momentané en province ou autre motif). Entre-temps, Gaillard fils est devenu secrétaire du journal L'Œil de Marat, Moniteur des xixe et xxe arrondissements, dont le directeur est Charles Dumont, membre du Comité central. Deux numéros datés du 29 novembre et du 2 décembre 1870 sont connus29.

  • 30 Dautry et Scheler, op. cit., p. 241. Il fut également candidat aux élections complémentaires d'avr (...)
  • 31 La Sociale, 1er avril 1871.

21Napoléon Gaillard ne reparaît qu'après le 18 mars en tant que candidat du Comité central pour l'élection à la Commune de Paris mais, curieusement, dans le XVIIe et non dans son arrondissement, le XXe, et seulement à la cinquième place, ce qui lui ôte la possibilité d'être élu30. Il n'en apporte pas moins à la Commune un soutien actif. Le 30 mars, avec les membres du Comité central, il adhère pleinement aux décrets du 29 mars relatifs aux loyers, à la conscription, et au dégagement des objets déposés au mont-de-piété31. Un peu plus tard, il presse la Commune d'appliquer ses promesses électorales, d'assurer la publicité de ses réunions, de manifester sa fermeté, en particulier envers ceux qui entravent l'organisation de la Garde nationale. C'est alors qu'il commence à s'intéresser de plus près aux barricades.

Le commandant du bataillon des barricadiers. Une fonction tout à fait nouvelle

  • 32 Thomas E., Rossel. 1844-1871, Paris, 1967, p. 288.
  • 33 Ibid., p. 288.

22Quels sont les moyens de défense envisageables dans la lutte de Paris contre les troupes de Versailles ? Dans ce contexte, la question des barricades vient au premier plan. Le 8 avril, Cluseret a créé avec l'accord de la Commune une commission des barricades présidée par Rossel. Elle doit comprendre des capitaines du génie, deux membres de la Commune et un membre élu par arrondissement32. Lorsqu'elle se réunit pour la première fois, le 12 avril, ne sont présents aux côtés de Miot, membre de la Commune, que les délégués de cinq arrondissements : le IXe, le XIe, le XIVe ainsi que les Ier et XXe représentés par Gaillard33. La commission passe au crible de la critique les barricades existantes, encombrantes pour la circulation, inadaptées à une guerre moderne, dangereuses même pour ceux qui les servent car elles ont été construites en pavés qui se transformeraient en projectiles si on les attaquait au canon. Rossel, en militaire de carrière, souligne l'importance primordiale des fortifications existantes et des lignes de défense utilisables (chemin de fer de ceinture et boulevards extérieurs). Il faut adapter le système des barricades à l'offensive prévisible de Versailles et remplacer les barricades existantes par ce qu'on pourrait appeler plutôt des fortifications.

  • 34 Ibid., p. 289.
  • 35 Ibid., p. 289.
  • 36 Affiche du 17 avril, voir Maitron J., op. cit.
  • 37 C'est le titre qu'il prend dans la lettre du journal La Commune.

23On envisage donc deux types de barricades, l'un pour les petites rues, l'autre pour les grandes, comprenant un fossé de 2 m de profondeur à l'avant et de 50 à 80 cm à l'arrière. Gaillard est chargé de faire lithographier les profils des barricades à construire34. Remarquons cette uniformisation qui s'inscrit en rupture avec la pratique antérieure. La continuité en revanche, s'inscrit dans la volonté de compter au moins partiellement sur la spontanéité des masses pour la réalisation du plan projeté : « les barricades doivent être étudiées méthodiquement et exécutées révolutionnairement », c'est-à-dire avec le concours de la population35. Les délégués reçoivent tout pouvoir pour faire exécuter le plan projeté dans leurs arrondissements avec l'aide d'une commission municipale. Gaillard est chargé par Rossel de faire construire des barricades dans quatre arrondissements : Ier, XXe, XVIe et XVIIe. Le 17 avril, il signe un appel aux « citoyens de tous âges et de toutes conditions » pour qu'ils viennent participer à la construction des barricades, « œuvre patriotique et républicaine »36. On recourut néanmoins aussi à des barricadiers salariés (3 francs par jour pour les adultes, 2 francs pour les jeunes). Le 30 avril enfin, Gaillard est nommé délégué aux barricades par Rossel. Son titre exact est : directeur général des barricades, commandant le bataillon spécial des barricadiers37. Insistons moins sur cette fonction que sur sa signification. C'est la première fois, à notre connaissance, qu'on envisage d'inscrire les barricades dans la stratégie générale de défense d'une ville. En 1815, il y avait eu quelques barricades, notamment à la barrière de Clichy, mais sans plan d'ensemble. Lors des insurrections parisiennes de 1830 ou 1848, elles étaient plutôt un moyen de subversion interne à la ville, à valeur à la fois offensive et défensive. Cette fois, un effort de systématisation du réseau des barricades est entrepris et prête donc à discussion.

  • 38 Cluseret, Mémoires, Paris, 1887-1888, t. i, p. 93.
  • 39 Gazette de Nîmes, 6 mai 1871.

24On s'est interrogé sur la confiance faite par Rossel à N. Gaillard. Ils étaient sans doute du même département, mais beaucoup de choses séparaient le républicain protestant austère du militant ouvrier expansif, athée et révolutionnaire. Certains comme Cluseret ont pensé que Rossel voulait s'appuyer sur la popularité de Gaillard pour prendre le pouvoir au détriment de la Commune38. Hypothèse peu vraisemblable puisque Gaillard a toujours soutenu fidèlement celle-ci. On a aussi supposé que Rossel n'attachant aucune importance aux barricades avait casé Gaillard dans une fonction surtout honorifique. Mais il aurait pu éviter alors d'accroître ses responsabilités. Pourquoi ne pas admettre que Rossel fut frappé de l'ardeur avec laquelle Gaillard s'intéressait aux problèmes de défense et qu'il jugea souhaitable de l'utiliser, avec l'espoir peut-être de l'orienter vers des tâches plus utiles que la construction de barricades intérieures ? Lorsque Rossel devint délégué général à la guerre, le 30 avril, N. Gaillard fut chargé de construire un système de barricades formant une deuxième enceinte, en plus de trois enceintes fermées ou citadelle au Trocadéro, aux Buttes Montmartre et au Panthéon. Il pouvait faire désigner par les municipalités les ingénieurs ou délégués chargés de travailler, sous ses ordres, à la construction39 Gaillard s'adjoignit son fils Gustave comme capitaine adjudant major des barricades.

  • 40 Ibid.
  • 41 La Commune, Gaillard père. Lith. Musée de Saint-Denis.

25Toutes ces décisions attirèrent l'attention sur lui au-delà même de la capitale, jusque dans sa ville natale. La Gazette de Nîmes, royaliste, qualifiant notre cordonnier d'« habile ouvrier » mais d'« orateur pitoyable » signala ironiquement : « Décidément notre ville produit des cordonniers politiques qui se sont élevés du tire-pied aux hauteurs de la Commune »40. Le journal reconnaissait ainsi involontairement que les communards n'étaient pas des gens de sac et de corde, mais des travailleurs dont l'origine était connue et les qualités professionnelles incontestables. On représenta Gaillard, dans ses nouvelles fonctions, le tranchet au côté en guise d'épée41. Ces moqueries faciles révélaient surtout la surprise des « honnêtes gens » à voir un simple ouvrier chargé d'une fonction importante et, qui plus est, d'ordre militaire. Il est certain que Gaillard aima cette charge et qu'il se montra beaucoup sur les chantiers. L'abondante iconographie conservée en témoigne de même que cette notation de Maxime Vuillaume :

  • 42 Vuillaume M., Mes Cahiers rouges au temps de la Commune, cité par Maitron J., op. cit.

« Je revois le colonel en plein soleil de mai, dans son uniforme élégamment sanglé. Revers rouge à la tunique. Épée au côté. Revolver passé dans le ceinturon verni. Glands d'or de la dragonne battant sur la cuisse. Cinq galons d'or aux manches et au képi. Bottes étincelantes. Tunique à double rangée de boutons dorés. Gaillard en photographie est le modèle le plus parfait à consulter pour ceux qui voudront reconstituer le vêtement militaire de la grande insurrection parisienne »42.

  • 43 Cette barricade a été plusieurs fois représentée. Cf. Soria G., Grande Histoire de la Commune, Par (...)

26Son nom fut associé de façon à la fois ironique et sympathique à l'énorme barricade construite à l'angle de la rue de Rivoli et de la rue Saint-Florentin, qu'on baptisa Château-Gaillard43.

27Le choix stratégique de construire des barricades au cœur de Paris plutôt que de fortifier les remparts était discutable. Le Cri du peuple s'en étonna le 9 mai. Gaillard s'en expliqua dans une lettre-réponse adressée à La Commune :

  • 44 B.H.V.P. Fonds Claretie, Ms 1122. Cette lettre est écrite le 9 ou le 10 mai.

« Dans Le Cri du Peuple du 9 mai, quelques lignes consacrées aux barricades m'obligent à une réponse que voici :
On se hâte trop d'attaquer les barricades construites à l'intérieur ; elles ont leur formidable opportunité comme principe moral.
Il faut que Versailles et la Réaction sachent bien qu'il ne s'agit pas de broyer un fort ou de faire brèche aux remparts pour réduire Paris, mais qu'il faudrait lutter rue par rue pour le vaincre et qu'une armée, si nombreuse qu'elle fût, ne saurait y pénétrer sans périr. Toutefois votre sage conseil est déjà mis à exécution ; j'eusse voulu le taire, vous m'obligez à le dire ; il y a trois jours que 80 de mes ouvriers travaillent la nuit à un chemin couvert à la porte Dauphine, deux cents autres détruisent en même temps le tunel (sic) de la porte Maillot et je me prépare à en envoyer 300 pour construire une formidable citadelle au plateau d'Issy, tout cela sous les ordres et indications du brave général Rossel, délégué à la guerre.
Quant à la place de la Concorde, elle doit devenir une forteresse redoutable, toutes rues barricadées, la terrasse des Tuileries blindée, l'hôtel de la marine armé et crénelé, dominant toute la place jusqu'à l'arc de triomphe pour attendre l'ennemi de pied ferme.
J'ai accepté avec reconnaissance la mission grandiose de directeur général de la défense intérieure et c'est avec joie que j'accepte d'aller construire des barricades à l'extérieur sous le feu de l'ennemi, même au péril de ma vie.
Mon fils partagera mes dangers et tout (sic) deux dévoués à la Commune et à la République, nous sommes prêts à mourir pour elle.
Salut et Fraternité
Gaillard père
Directeur général des barricades, commandant le bataillon spécial des barricadiers »44.

  • 45 Thomas E., op. cit., p. 289.
  • 46 Soria G., op. cit., t. iv, p. 104.

28Cette lettre résume l'engagement de Gaillard au service des barricades parisiennes. Il a insisté, dès l'origine, sur la valeur surtout psychologique de celles-ci. Elles doivent inquiéter l'ennemi, renforcer la confiance de la population parisienne, prémunir Paris contre la « trahison et les surprises »45. Néanmoins, Gaillard s'employa sérieusement à les faire édifier. Son œuvre a pourtant été critiquée et G. Soria a même écrit que « l'incapacité de Gaillard n'avait d'égale que (sa) vanité »46. Il est difficile de juger un homme qui n'avait pas d'expérience militaire antérieure sur une action ayant duré quinze jours. Il serait peut-être plus intéressant de rattacher les faiblesses de l'action de Gaillard à sa conception même des barricades. N'étaient-elles pas pour lui d'abord démonstratives ? Le bon artisan qu'était Gaillard a fait à loisir de la barricade de la Concorde une sorte de chef d'œuvre alors que le temps pressait et qu'il aurait fallu multiplier les travaux de défense, peut-être moins achevés, mais plus efficaces. Il était cependant conscient de l'importance des fortifications extérieures et ne refusa pas d'aider Rossel à renforcer le fort d'Issy. Qu'il ait été exagérément fier de ses propres capacités et de celles de son fils, dont il s'efforça toujours d'assurer la promotion, nous n'en doutons-pas ; ce trait de caractère est bien antérieur à la Commune. N. Gaillard quitta ses fonctions le 15 mai, huit jours après Rossel. L'attaque contre Paris était imminente. Comme Gaillard l'avait prévu, la conquête de Paris se révéla très difficile pour l'armée versaillaise.

  • 47 A.D. du Gard, 6 M 1086, recherches pour faits insurrectionnels.
  • 48 Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Gaillard Ba 1088. Descaves L., Philémon, vie (...)
  • 49 Ce café dit Estaminet français, était décoré des compositions de Gustave Gaillard, La Mort de Ferr (...)
  • 50 Les lettres de Gaillard, de 1876 à 1879, trahissent une réelle détresse. Il doit de l'argent, sa c (...)
  • 51 On connaît de G. Gaillard une lithographie, La suprême résistance de la Commune, qui eut un certai (...)
  • 52 Napoléon Gaillard meurt à 8 heures du matin, le 16 octobre 1900 (et non 1902 comme l'écrit le Mait (...)

29Hébergé par son avoué pendant une semaine au moment de la répression anti-communarde, Gaillard put ensuite quitter Paris avec son fils et se réfugier en Suisse où il parvint en décembre 1871. Le 12 octobre 1872, recherché à Nîmes où vivaient toujours son frère et sa sœur47, il fut condamné ainsi que son fils à la déportation dans une enceinte fortifiée. Ce n'est pas ici le lieu de décrire dans le détail son existence d'exilé, que l'on connaît assez bien grâce aux rapports des policiers chargés de le surveiller, des correspondances, des dessins de son fils et aussi par le remarquable roman de Lucien Descaves, Philémon, vieux de la vieille 48. Mentionnons simplement que Gaillard tint d'abord à Carouge, au sud de Genève, un estaminet qu'il transforma, avec le concours de son fils en une sorte de mémorial de la Commune49 ; puis, sans doute pour des raisons financières, il reprit vers 1876 son métier de cordonnier, à Genève même, vécut fort difficilement si l'on en croit quelques unes de ses lettres conservées dans la collection Claretie50. Il publia néanmoins en 1876 son Art de la Chaussure, sorte de testament professionnel alors que son fils continuait à peindre et à écrire51. Il revint à Paris après l'amnistie. Son activité politique, fort soutenue, après 1881 au sein du mouvement socialiste, échappe au cadre de cette communication. Ayant perdu sa compagne, il se maria – deux fois –, et finit sa vie concierge d'une maison du IIe arrondissement, 2 passage des Petits-Pères, où il mourut sans avoir vu le nouveau siècle, le 16 octobre 1900, à 85 ans52.

30La destinée de Napoléon Gaillard nous a paru fort significative. Cet ouvrier artisan s'est formé politiquement en 1848 et bien que sa pensée ait évolué, il reste avant tout de 1868 à 1871 un clubiste de 1848. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que, devenu Bellevillois, il soit entré dans l'histoire nationale avec l'Affaire Baudin. S'il paraît normal de le voir accéder après le 4 septembre et pendant la Commune à des responsabilités de second rang, auxquelles son âge et sa vie militante pouvaient le vouer, son accession à la fonction de chef barricadier de la Commune, à laquelle aucune expérience militaire ou même de guerre civile, ne le préparait est plus remarquable. Cette accession est donc d'abord le résultat de l'engagement déterminé de Gaillard au service de l'idée républicaine et démocratique. Elle révèle aussi une mutation profonde dans la conception du rôle des barricades. En prenant possession de Paris quasiment sans combat, à la différence de leurs devanciers de 1830 ou de 1848, les insurgés de la Commune furent amenés à aborder de façon nouvelle le rôle des barricades. Celles ci devaient être intégrées désormais dans un système défensif cohérent, à caractère militaire, ce qui impliquait de repenser à la fois la forme et l'emplacement des barricades. La Commune esquissa cette mutation d'objectif tout en tentant de préserver, pour l'édification de ces moyens de défense, l'apport de la spontanéité populaire. L'étonnement suscité par la nomination de Gaillard ne tient donc pas seulement au caractère singulier du personnage. Le recours à l'ironie révèle plutôt un malaise devant l'inédit, une mutation en cours, mal perçue mais bien réelle, d'une des armes du combat populaire au xixe siècle.

Notes

1 Maitron J., Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 1864-1871, t. 6, p. 114-115.

2 Il s'agit de Napoléon Elie Lafont né le 9 mai 1815, de Napoléon Pierredon né le 12 mai, de Napoléon Gaillard né le 7 juin et de Napoléon Vincens né le 12 juin. Archives départementales (abrégé par la suite en A.D.) du Gard, Etat-civil, Nîmes Naissances, à la date.

3 Mémoire descriptif du mode de fabrication de la chaussure française en gutta-percha, Nîmes, 1853, in 8°, 8 p., rééd. Paris, 1856, 64 p. rééd. 1857 et 1858.

4 Ibid, p. 60.

5 L'Art de la Chaussure ou moyen pratique de chausser le pied humain d'après les règles de l'hygiène et de l’anatomie, par Gaillard père, Genève, 1876, in 16°, 6 p.

6 Jeanjean J.-F., Armand Barbès, sa vie, son action politique, sa correspondance, Paris, 1909, t. i., p. 259.

7 Napoléon Gaillard est de tous les banquets démocratiques organisés à l'automne 1848, notamment à Nîmes les 29 octobre et 5 novembre, et à Beaucaire le 26 novembre. Les toasts qu'il y porte sont consacrés aux grands Montagnards de la Révolution. Le « bataillon de l'égalité », qu'il forme en 1849, comprenait entre autres une section « Babeuf ».

8 Un rapport du procureur général Thourel, de Nîmes (7 avril 1849) cite des extraits d'un cahier de discours saisi chez Gaillard : « Oui, je le prédis une dernière fois, la race impie des riches disparaîtra de la surface de la terre et de leurs ossements amoncelés, on élèvera un monument gigantesque, et sur le fronton, on lira ce mot fatal : « élevé par la main du pauvre et bâti avec les cadavres des riches » ». A.N. BB 18/1472.

9 Voir sur ce point Huard R., Le parti républicain et l'opinion républicaine dans le Gard, de 1848 à 1881, Thèse Univ. Paris I, 1977, t. I, p. 138 et 193. Pendant l'hiver 1848-1849, Gaillard est l'auteur d'un plan pour une vaste association des travailleurs réunissant les différents corps d'état de Nîmes, plan qui semble faire écho aux travaux de la commission du Luxembourg.

10 Cette légende nous a été transmise par M. Roger Gaillard de Nîmes que nous remercions.

11 Une note du Réveil, le 29 octobre 1868, avait appelé à cette manifestation. Voir sur ce point Tourneur A., Gambetta en 1869. Belleville et Marseille. Lettres et documents inédits, Lille, 1904, p. 17, ainsi que Rozier-Robin E., « Le souvenir du 2 décembre dans la mémoire républicaine 1868-1901 », 1848. Révolutions et Mutations au xixe siècle, n° 1, 1985, p. 93-99.

12 L'Affaire de la souscription Baudin, Seul compte rendu complet (...) 13 novembre 1868, Paris, 1868, 118 p., cf. p. 32.

13 Sur les réunions publiques des années 1868-1870, cf. Dalotel A., Faure A., Freiermuth J.-C, Aux origines de la Commune, le mouvement des réunions publiques à Paris 1868-1870, Paris, 1980, 375 p.

14 Voir Vitu A., Les réunions publiques, 1868-1869, Paris, 1869, in 8°, 96 p.

15 Lettre de N. Gaillard au rédacteur de La Presse libre, 3 avril 1869, B.H.V.P. Fonds Claretie, Ms. 1070, fol. 90. Gaillard est alors en prison à Sainte-Pélagie.

16 Lettre de Napoléon Gaillard à Achille Vogue ou Vogui, Nice, 6 mai 870. B.H.V.P. Fonds Claretie, Ms. 1140, n° 276.

17 Vitu A., op. cit., p. 28.

18 Ibid., p. 35.

19 Ibid., p. 18.

20 Ibid., p. 22.

21 Les Orateurs des Clubs. Réunions publiques. Le journal paraît du 13 février au 6 mars 1869. Il a présenté successivement Briosne, Paule Minck, Ducasse et Lefrançais.

22 Jeanjean J.-E, Armand Barbes..., op. cit., p. 259 (cite une lettre de Gaillard du 13 mai 1869).

23 Lettre du 9 février 1870 à un correspondant inconnu (Gaillard annonce son transfert dans le Midi.) B.H.V.P. Ms 1070.

24 Sur le Comité central des vingt arrondissements, voir l'ouvrage fondamental de J. Dautry et L. Scheler, Le Comité Central républicain des vingt arrondissements de Paris, septembre 1870-mai 1871, Paris, Editions sociales, 1960, 270 p.

25 Ibid., p. 21.

26 Ibid., p. 77.

27 Ibid., p. 71-73.

28 Ibid., p. 97.

29 Jacquemet B., Belleville au xixe siècle, Paris, 1984, p. 190.

30 Dautry et Scheler, op. cit., p. 241. Il fut également candidat aux élections complémentaires d'avril, cette fois dans le IXe arrondissement et obtint 570 voix (Maillard F., Elections du 26 mars et du 16 avril 1871, Paris, 1871, p. 197, 207, et 223).

31 La Sociale, 1er avril 1871.

32 Thomas E., Rossel. 1844-1871, Paris, 1967, p. 288.

33 Ibid., p. 288.

34 Ibid., p. 289.

35 Ibid., p. 289.

36 Affiche du 17 avril, voir Maitron J., op. cit.

37 C'est le titre qu'il prend dans la lettre du journal La Commune.

38 Cluseret, Mémoires, Paris, 1887-1888, t. i, p. 93.

39 Gazette de Nîmes, 6 mai 1871.

40 Ibid.

41 La Commune, Gaillard père. Lith. Musée de Saint-Denis.

42 Vuillaume M., Mes Cahiers rouges au temps de la Commune, cité par Maitron J., op. cit.

43 Cette barricade a été plusieurs fois représentée. Cf. Soria G., Grande Histoire de la Commune, Paris, 1971, t. IV, p. 128 ; - Bruhat, Tersen, Dautry, La Commune de 1871, 1970, p. 236.

44 B.H.V.P. Fonds Claretie, Ms 1122. Cette lettre est écrite le 9 ou le 10 mai.

45 Thomas E., op. cit., p. 289.

46 Soria G., op. cit., t. iv, p. 104.

47 A.D. du Gard, 6 M 1086, recherches pour faits insurrectionnels.

48 Archives de la Préfecture de Police de Paris, dossier Gaillard Ba 1088. Descaves L., Philémon, vieux de la vieille, Paris, 1913, 360 p. notamment p. 38, 52-53, 75 et 196-197.

49 Ce café dit Estaminet français, était décoré des compositions de Gustave Gaillard, La Mort de Ferré, de Rossel, de Bourgeois, de G. Crémieux et d'autres œuvres comme Le serment du fédéré. C'est Descaves qui est dans le vrai en indiquant que Gaillard fut d'abord cafetier puis cordonnier. Le Maitron donne l'ordre inverse, mais à tort.

50 Les lettres de Gaillard, de 1876 à 1879, trahissent une réelle détresse. Il doit de l'argent, sa compagne est malade, il ne sert pas à temps clients. B.H.V.P. fonds Claretie, Ms 1140 fol. 278-279, 281, lettres du 1er septembre 1876, du 19 octobre 1876, du 22 septembre 1879.

51 On connaît de G. Gaillard une lithographie, La suprême résistance de la Commune, qui eut un certain succès si l'on en croit Descaves, et des poèmes, Poésies de l'exil, Le Peuple, la Commune, Versailles 1870-1871-1872, Carouge, 1872, 15 p. Il y stigmatise les bourreaux de la Commune, s'interroge sur la participation d'une armée composée d'hommes du peuple à l'écrasement des fédérés (« réflexions austères »), constate que la revanche, inévitable, n'est tout de même pas prévisible dans l'immédiat.

52 Napoléon Gaillard meurt à 8 heures du matin, le 16 octobre 1900 (et non 1902 comme l'écrit le Maitron) (Etat civil du 2e arrondissement, à la date). Après avoir vécu longtemps en union libre avec Maria Cortès, probablement décédée de maladie, il s'était marié deux fois, la première avec Sophie Rosalie Augustine Clavel qui avait été d'abord sa compagne, puis après le décès de celle-ci, avec Françoise Pauline Jacquet, épousée le 13 décembre 1883.

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540